Gérard Lanvin, Amanda Lear, Louane : « On essaie de rentrer dans le caractère de notre personnage »

Les Indestructibles 2 | Gérard Lanvin, Louane Emera et Amanda Lear figurent au générique français des Indestructibles 2, dont ils ont assuré la post-synchronisation. La tentation était grande de les faire parler de leur voix, et de leur rapport au doublage…

Vincent Raymond | Mercredi 29 août 2018

Photo : ©The Walt Disney Company France


Pensez-vous que votre voix ait un super-pouvoir ?

LE : Ah, ça c'est pour Gérard !

GL : Oui… Les trois personnes que vous avez en face de vous ont des “voix“. On n'y peut rien, c'est un don ; on l'a reçu et on s'en sert. En fait, on nous l'a fait découvrir : à un moment, on vous a dit : « tu sais que tu as une fois vachement intéressante » Et c'est là que vous prenez conscience que la voix pour un acteur est vraiment indispensable et fondamentale : elle fait la différence. Elle donne l'énergie.

AL :

Il y a des voix qui vous calment, vous guérissent, vous donnent des érections instantanées…

GL : La mienne ! (rires)

LE : Moi c'est différent, parce que j'ai vraiment commencé par la musique, par chanter — parce que j'aimais ça. J'ai pas vraiment compris tout de suite ce que cela pouvait faire. C'est après qu'on le ressent, quand on regarde le visage des gens.

Louane, quelle a été votre réaction quand Disney vous a appelée ?

LE : Ils savaient que j'avais très envie de travailler avec eux depuis longtemps. Quand ils m'ont proposé de faire des essais, j'ai un peu pété un câble. Je n'ai rien dit à personne, j'y suis allée et en sortant, j'ai appelé mes sœurs pour hurler au téléphone. C'était un gros sentiment de fierté.

Le personnage de Violette a-t-il des points commun avec la Louane adolescente ?

LE : Oui, aujourd'hui non. Un côté ado rebelle, pas sûr de soi, qui a envie de mettre des coups de tête à tout le monde. Après, c'est pas moi adolescente, c'est l'adolescence en général. On a tous un moment dans l'adolescence où on veut mettre un coup de tête — pour des raisons différentes. AL : Pas qu'à l'adolescence…

LE : Oui mais là on a l'impression que le monde est contre nous. J'y étais il y a pas si longtemps (sourire)

Pour vous Amanda, c'étaient des retrouvailles avec Edna Mode…

AL : Oui.

Mais je trouve qu'ils ont mis un peu longtemps à faire le 2, vu mon espérance de vie (rires).

Ce petit personnage, qui est un personnage secondaire sans super pouvoir, est devenu un peu culte en 14 ans. C'est très étonnant : beaucoup de gens sont tombés amoureux de cette petite bonne femme assez désagréable. Certains me disaient même que qu'Edna était mon meilleur rôle, et qu'il fallait faut absolument que je le refasse. Pourtant, quand je l'ai vue la première fois je l'avais trouvée moche, hein — on a toujours tendance à croire qu'il faut que l'on ressemble physiquement au personnage. Je ne m'imaginais pas une seconde pouvoir entrer dans le caractère bien trempé de cette femme qui ne supporte pas la contradiction. Mais après, ça s'est bien passé.

À l'exception d'Amanda Lear, vous avez repris en français des voix créées par d'autres acteurs. Vous êtes vous inspiré de leurs prestations et cela a-t-il été difficile de rentrer dans la peau de vos personnages ?

LE : On ne peut pas vraiment se calquer sur quelqu'un ; nos voix sont trop différentes des acteurs précédents. J'y suis allée de façon fraîche, comme si c'était la première fois que Violette existait. En vérité, la personne qui m'a le plus aidée, c'est la directrice artistique, Barbara Tissier, qui était là pour me guider, je crois…

GL : Moi j'en suis sûr. Je veux dire à Barbara, mais aussi à Boualem Lamhene et Virginie Courgenay un grand merci. C'est avec eux que l'on s'enferme dans le noir pendant trois jours ; ils savent ce qu'ils veulent obtenir.

Il ne faut pas regarder les trucs d'origine parce que sinon, vous vous inspirez de quelque chose. On ne vous demande pas de faire identique ; c'est à vous de créer une émotion à partir de votre personnalité, de votre sens de l'observation. Ma voix, il a fallu la travailler un peu par rapport au physique de mon personnage, la remonter pour ne pas être dans les graves. Et comme Amanda, j'espère qu'on ne va pas attendre 14 ans pour en faire un troisième parce que je serai comme elle, dans un endroit où on me foutra vraiment la paix (rires)

AL :

On ne fait pas un travail d'imitateur, on ne cherche pas à imiter totalement la voix originale. On essaie de rentrer dans le caractère, les intentions de notre personnage.

Et surtout, on n'a pas comme au théâtre des mois de répétition avant, c'est immédiat.

GL : Il est plus facile de jouer un rôle au cinéma. Là, vous devez contrôler l'image, le texte, le rythme sans jamais avoir eu le moindre contact avec le film. Et cela en trois jours. Sur des images aussi pointues, des expressions aussi bien jouées, il faut être très attentif a jeu des personnages, contrairement à L'Age de glace où Manny ne travaille qu'avec les yeux. Là, on travaille avec les mouvements de lèvres. C'est un gros travail de comédien.

Avez-vous plus de contraintes ou de libertés dans cet exercice du doublage ?

GL : Plus de contraintes, c'est clair. Au cinéma, tout cela dépend si l'on est un acteur ou un comédien. Les acteurs travaillent avec leur personnalité, leur filtre… Les comédiens ont eu besoin d'apprendre tout ça, c'est chacun son histoire (sourire). Il y a des aptitudes ou pas à avoir au départ. Pour l'animation, c'est pas une histoire d'aptitude. Le problème, c'est une technicité à comprendre. ET il faut avoir le sens du jeu par rapport à ce qu'on vous propose de jouer. C'est assez difficile par rapport au métier d'acteur devant une caméra, c'est plus pointu.

Le film contient un message d'acceptation et de tolérance très important…

AL : Oui, je le comprends très bien. Les super-héros dans ce film ont été mis à l'écart par les gens normaux ; on ne veut pas les voir.

On essaie dans ce film de les remettre sur le devant de la scène, de les sortir de leur cachette, et c'est un peu ce qui se passe aujourd'hui avec les gens “différents“. On les cache, on ne veut pas trop en parler, ce film le voit très bien. Vous savez, les Pixar suivent beaucoup la société, l'actualité, ce qui se passe.

LE : Si peut ajouter quelque chose, mon personnage, le fait d'être démasquée, d'assumer qui elle est, qu'elle ait une double identité, il y a un vrai message d'acceptation de soi en plus du message d'acceptation de l'autre. Beaucoup de messages pour les enfants et les adultes, sur le fait qu'il faut commencer à accepter les différences sans juger les gens. C'est l'un des messages les plus forts. Un truc d'humanisme qui est assez impressionnant, c'est une jolie claque.

Y a-t-il une lecture féministe à en faire ?

AL : Bah oui : pour la première fois, le super-héros est au chômage et reste à la maison à donner le biberon alors que c'est sa femme qui part en mission et qui travaille. Ça, c'est nouveau, jusqu'à présent c'était le contraire. Donc on peut dire que c'est féministe. Il se débrouille pas très bien, la preuve il est obligé de venir demander de l'aide à Edna.

LE : Je ne sais pas s'il est féministe. Il est humaniste. Ça permet de montrer qu'il y a des familles différentes. Aujourd'hui, ce n'est plus “la maman à la maison et le papa qui travaille“, il y a plein de types et de schémas différents. Il y a un côté d'égalitarisme qui est présent : on n'est pas sur un pouvoir aux femmes, mais sur un partage des tâches. L'acceptation des différences et le non-jugement.

AL : Le féminisme, c'est Wonder Woman.

Avez-vous l'impression d'avoir en vous quelque chose d'indestructible ?

AL : Oui, on vit dans une société où l'on pourrait facilement se laisser détruire par les problèmes quotidiens, les envies, les jalousies, les rivalités. Donc il faut s'efforcer, avec une certaine force mentale, d'être indestructible. Je ne le suis pas, mais j'essaie.

LE : Mon “indestructibilité“ elle est due à mon entourage, c'est ma plus grande force, ma famille, mes amis. C'est grâce à cela que j'ai de la force.

GL : Mais il faut des failles pour laisser passer la lumière. Un artiste, en l'occurrence n'est pas sûr de lui, il ne faut pas croire ça. Nous, on est à disposition. Et quand les gens critiquent le travail que l'on fait, on l'admet totalement. Mais il faut savoir qu'Amanda, Louane ou moi, on fait juste un boulot pour faire plaisir aux autres, pour distraire les gens. Ça ne mérite pas forcément la critique obligatoire et obligée. J'ai pour Amanda Lear beaucoup d'admiration parce qu'elle elle évolue dans un système difficile. Elle a toujours été présente avec beaucoup de recul, de fragilité, mais aussi beaucoup de force. Louane je lui souhaite le même parcours, c'est à dire à long terme. Mais il faut en comprendre la difficulté et l'assumer. Parce que c'est bien de notre faute si on est là.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Les Indestructibles 2" : Mythes au logis

Les films de l'été | De retour à l’animation après sa parenthèse en prise de vues réelles, Brad Bird donne une suite superlative à ses Indestructibles, où le divertissement n’exclut pas le politique. La marque de Pixar.

Vincent Raymond | Mercredi 4 juillet 2018

Après un énième sauvetage destructeur, la famille Indestructible est, comme tous autres super-héros, définitivement hors-la-loi. Mais un milliardaire désireux de les réhabiliter propose à Hélène d’incarner cette reconquête. Pendant ce temps, Bob gère les enfants à la maison, et notamment bébé Jack-Jack qui révèle d’étonnantes dispositions… À cette lointaine époque (il y a… quatorze ans) où les héros masqués étaient moyennement à la mode — Sam Raimi venait tout juste de sortir Spider-Man — Brad Bird avait eu le nez creux en sortant Les Indestructibles. Non seulement il revisitait l’univers codifié des “super“ selon le prisme Pixar, en combinant vision décalée et parodique, mais il permettait indirectement à Disney d’entrer (certes par une porte dérobée) dans ce territoire, jalousement gardé par Warner (Superman, Batman) et la Fox. Et Dieu dans tout ça ? La donne a changé aujourd’hui où la Maison de Mickey possède l’essentiel de la plus grande fabrique à mutants en

Continuer à lire

Léa Frédeval : « Ma génération doit s’enlever de l’individualisme »

Les Affamés | Léa Frédeval raconte la genèse du film adapté de son livre qu’elle avait présenté en primeur au Rencontres du Sud d’Avignon. Elle confie également ses futurs projets…

Vincent Raymond | Mercredi 5 septembre 2018

Léa Frédeval : « Ma génération doit s’enlever de l’individualisme »

Votre aventure est partie d’un roman ? LF : Oui, Les Affamés a été publié en 2014. Ce sont les édition Bayard qui m’ont commandé le livre… Je n’avais pas prévu d’écrire du tout. J’étais à ma troisième année de fac dans ma troisième fac, moi-même en errance, je n’avais aucune piste. J’essayais des choses en faisant de grands écarts universitaires assez fous. Et puis fin de ma troisième année, frustrée par un mauvais résultat, je lance un blog. Pas pour être connue : il y a 15 ans j’aurais ouvert un journal intime. J’ai pris mon ordi et 3 semaines plus tard j’ai reçu un email des éditions Bayard me disant être tombé sur mon blog par hasard et me demandant de faire dans un livre le constat de ma génération. Donc je l’ai fait, il n’y avait rien de plus sympa. Un an et demi après, on m’a appelé pour l’adapter au cinéma. Comment avez-vous abordé cette première expérience cinématographique ? Il n’y a rien de plus cool à faire dans la vie ; je ne vois pas ce que je pourrai

Continuer à lire

"Les Affamés" : Si jeunesse pouvait !

Naïveté | de Léa Frédeval (Fr., 1h35) avec Louane Emera, François Deblock, Nina Melo…

Vincent Raymond | Mercredi 4 juillet 2018

Pauv’ Zoé ! À 21 ans, elle cumule étude, stage et p’tit boulot et désespère d’obtenir un job à responsabilités digne de ses compétences. La faute aux méchants z’adultes verrouillant la société. Avec ses colocataires, elle tente de fédérer sa génération pour pouvoir en croquer à son tour… « Il faut toujours viser la lune car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles ». N’en déplaise à Oscar Wilde, on peut aussi s’écraser tristement, comme une bouse. C’est un peu ce que l’on se dit devant ce premier long métrage de Léa Frédeval hallucinant de candeur — le degré 1 (celui qu’on retient ?) de l’engagement politico-citoyen. Reposant sur argument de classe de 4e et cousu de gags éventés vus dans tous les films de colocs, Les Affamés donnent de la jeunesse contemporaine une image nunuche d’elle-même, fantasmant son Mai-68 en carton, mais incapable de militantisme dans la durée, de se fondre dans un collectif (l’individualisme est trop puissant) et surtout de tenir un discours cohérent — il manque quelques notions de dialectique. Ajout

Continuer à lire

La Famille Bélier

ECRANS | Bons sentiments à la louche, pincée d’humour trash, mise en orbite d’une star de télé-crochet, célébration de l’art de Michel Sardou, regard pataud sur le handicap, populisme facile : Eric Lartigau signe un film dans l’air moisi du temps, qui donne des envies de sepuku critique. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 15 décembre 2014

La Famille Bélier

«Bélier : n. m. 1) Mâle non châtré de la brebis. 2) Machine de guerre des anciens servant à battre les murailles en brèche.» Cette double définition piquée dans le Robert sonne comme la meilleure critique possible de La Famille Bélier. 1) Le nouveau film d’Éric Lartigau s’apparente à une comédie sentimentale mi-chèvre, mi-chou, qui met les pieds dans le purin campagnard et la tête dans les étoiles de la réussite, les mains dans le cambouis du populisme et le nez dans la grande cause du handicap, via une famille de sourds-muets avec en son centre Paula, jeune adolescente qui non seulement parle et entend, mais en plus chante d’une voix d’or. Lartigau emprunte d’abord la piste gonflée du comique trash, avec une scène chez le médecin où les parents s’engueulent à cause de la mycose de madame et de l’appétit sexuel de monsieur. Admirateur des Farrelly, Lartigau est loin de leur humanisme par la provoc’ : le vrai gag de la séquence, ce sont les traductions de Paula, et les reproches qu’elle adresse à ses géniteurs. Ce qui compte, ce n’est pas que le spectateur s’identifie aux parents sourds, mais à la petite valide. Qui, comme le spectateur, n’entend

Continuer à lire