"Le procès contre Mandela et les autres" : Les voix de la liberté

Documentaire animé | de Nicolas Champeaux & Gilles Porte avec Winnie Mandela (Fr., 1h43) avec également…

Vincent Raymond | Mercredi 17 octobre 2018

Photo : ©UFO Distribution


À partir des seuls enregistrements disponibles — des bandes audios ! —, des témoignages des survivants, Nicolas Champeaux et Gilles Porte retracent la procédure qui vit les principaux leaders de l'ANC condamnés à la réclusion lors du procès sud-africain de Rivonia entre 1963 et 1964.

La justice est, dit-on, aveugle. Quelle ironie justement nous offre ce film montrant comment un État la fait de surcroît loucher, infléchissant du glaive l'équilibre de sa balance, et ôtant la vue aux témoins du futur. Or confisquer l'image, c'est tenter d'empêcher la mémoire de cristalliser autour d'un élément tangible et indiscutable ; mais aussi limiter la possibilité pour les historiens de documenter la période et par ricochet favoriser la production de doctrines révisionnistes.

À cette négation des individus, Nicolas Champeaux et Gilles Porte répondent par une autre ironie : ils comblent les “blancs“ laissés par ce procès au moyen d'une animation en noir et blanc reprenant le principe de la carte à gratter et de la craie sur tableau noir. Résultat : de l'obscurité imposée surgissent des murmures d'images, des fragments de silhouettes, des bribes de situations qui rendent astucieusement compte de la clandestinité des prévenus comme de leur tentative d'effacement durant ces parodies d'audiences — quand l'art et l'inventivité viennent en soutien au propos historique.

Brut et édifiant, ce documentaire complété par les entretiens avec les protagonistes encore de ce monde (certains ont disparu durant la production) rappelle aussi que l'apartheid connut une dislocation politique exemplaire grâce au charismatique Mandela et son appel à la concorde nationale. Une voix peut, parfois, suffire à éteindre des incendies.


Le procès contre Mandela et les autres

De Nicolas Champeaux, Gilles Porte (Fr, 1h43) avec Winnie Mandela

De Nicolas Champeaux, Gilles Porte (Fr, 1h43) avec Winnie Mandela

voir la fiche du film


L’histoire de la lutte contre l’apartheid ne retient qu’un seul homme : Nelson Mandela. Il aurait eu cent ans cette année. Il s’est révélé au cours d’un procès historique en 1963 et 1964. Sur le banc des accusés, huit de ses camarades de lutte risquaient aussi la peine de mort. Face à un procureur zélé, ils décident ensemble de transformer leur procès en tribune contre l’apartheid. Les archives sonores des audiences, récemment exhumées, permettent de revivre au plus près ce bras de fer.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Octobre : Restons groupés !

Un mois de cinéma | Mois à cinq mercredis + vacances scolaires + poids lourds de Cannes et Venise = le plus gros embouteillage de l’année sur les écrans. Bienvenue en enfer. Pardon : en octobre.

Vincent Raymond | Mardi 2 octobre 2018

Octobre : Restons groupés !

Chaque année c’est pareil, en pire : barycentre de la rentrée cinématographique, octobre concentre un nombre croissant de films art et essai à fort potentiel, propulsés par les festivals et soucieux de se faire une place au box office avant la saison des récompenses. Et surtout avant le raz-de-marée des fêtes, confisquées par les grosses productions famille et jeune public. Est-ce par osmose ? L’effet foule semble déteindre sur des films où le collectif a le beau rôle. Dring & plouf Désormais genre en soi, la comédie chorale n’échappe pas au mouvement avec plusieurs représentants de qualité inégale et d’étonnantes surprises. Ainsi, on attendait avec une confiance raisonnable Michel Blanc pour Voyez comme on danse (10 octobre) ; force est de constater que cette suite d’Embrassez qui vous voudrez (2002) dilue paresseusement un ou deux rebondissements et quiproquos à l’ancienne (genre XIXe siècle) en rentabilisant les personnages caractérisés dans l’opus précédent. Seul Jean-Paul Rouve, très bon en velléit

Continuer à lire