"Le Grand Bal" : Ne nous emballons pas

Documentaire | de Laetitia Carton (Fr., 1h39)

Vincent Raymond | Mercredi 31 octobre 2018

Photo : ©Pyramide Distribution


Il y a une indéniable fibre d'ethnologue chez Laetitia Carton. Après avoir approché le peuple sourd dans J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd (2016), voici donc qu'elle s'intéresse à une tribu épisodique : les participants des Grands Bals, une manifestation traditionnelle du centre la France, où se retrouvent pour guincher joyeusement pendant une semaine jour et nuit des centaines d'amateurs de danses folkloriques. Elle même faisant partie de longue date des adeptes, la cinéaste raconte donc le phénomène un pied dedans, un pied dehors — si l'on peut dire.

Errant au milieu de participants extatiques, cueillant quelques témoignages de jeunes, de vieux, de vieux-jeunes et de jeunes-vieux ; ajoutant de sa voix blanche quelques commentaires ici ou là, Laetitia Carton parvient difficilement à faire partager l'ensorcellement collectif. D'accord, les danseurs sont passionnés, mais des collectionneurs de porte-clefs ou des fabricants de Tour Eiffel en allumettes le seraient tout autant. L'exploit serait de contaminer un public hermétique à ces polkas, mazurkas, bourrées et autres réjouissances collectives. Bref, pas de quoi entamer une gigue…


Le Grand Bal

De Laetitia Carton (Fr, 1h39)

De Laetitia Carton (Fr, 1h39)

voir la fiche du film


C'est l'histoire d'un bal. D'un grand bal. Chaque été, plus de deux mille personnes affluent de toute l’Europe dans un coin de campagne française. Pendant 7 jours et 8 nuits, ils dansent encore et encore, perdent la notion du temps, bravent leurs fatigues et leurs corps. Ça tourne, ça rit, ça virevolte, ça pleure, ça chante. Et la vie pulse.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Octobre : Restons groupés !

Un mois de cinéma | Mois à cinq mercredis + vacances scolaires + poids lourds de Cannes et Venise = le plus gros embouteillage de l’année sur les écrans. Bienvenue en enfer. Pardon : en octobre.

Vincent Raymond | Mardi 2 octobre 2018

Octobre : Restons groupés !

Chaque année c’est pareil, en pire : barycentre de la rentrée cinématographique, octobre concentre un nombre croissant de films art et essai à fort potentiel, propulsés par les festivals et soucieux de se faire une place au box office avant la saison des récompenses. Et surtout avant le raz-de-marée des fêtes, confisquées par les grosses productions famille et jeune public. Est-ce par osmose ? L’effet foule semble déteindre sur des films où le collectif a le beau rôle. Dring & plouf Désormais genre en soi, la comédie chorale n’échappe pas au mouvement avec plusieurs représentants de qualité inégale et d’étonnantes surprises. Ainsi, on attendait avec une confiance raisonnable Michel Blanc pour Voyez comme on danse (10 octobre) ; force est de constater que cette suite d’Embrassez qui vous voudrez (2002) dilue paresseusement un ou deux rebondissements et quiproquos à l’ancienne (genre XIXe siècle) en rentabilisant les personnages caractérisés dans l’opus précédent. Seul Jean-Paul Rouve, très bon en velléit

Continuer à lire