Alexandre Astier : « Nos fantasmes d'enfant sont le réel matériau dans lequel on pioche »

Astérix - Le Secret de la Potion Magique | Alexandre Astier revient sur la recette de ce nouvel opus animé de la série Astérix, dont il partage la réalisation avec Louis Clichy. Où il sera question de Uderzo, de "L’Île aux enfants", de "Goldorak", de Marvel, de manga et d’une note de "Kaamelott"…Entretien exclusif.

Vincent Raymond | Mardi 4 décembre 2018

Avec cette histoire originale, vous vous êtes retrouvé en situation d'apprenti devant obtenir la bénédiction du vénérable druide Uderzo. Au-delà de la mise en abyme, comment s'est déroulée cette transmission ?

AA : La première fois que je lui ai présenté le pitch, il m'a dit qu'il ne pouvait pas rester un sujet fondamental qui n'aurait pas été traité en album — et ça se voyait que c'était sincère. J'avais peur du vieillissement parce que Astérix est un monde fixe : sans futur ni passé, ni vieillesse, ni mort, ni nouveau cheveux blancs, ni enfants pour remplacer les adultes. À chaque aventure, les personnages sont jetés dans une situation, s'en sortent et tout revient à la normale. Je crois qu'il a été touché par l'histoire. Est-ce qu'il l'a rapportée à lui ? Je n'en ai pas l'impression — je ne lui ai pas demandé. Mais je crois qui a voulu voir ce que ça allait donner, cette difficulté de trouver un successeur et le risque que cela comportait. En plus, Uderzo est très amoureux et très impressionné par les images numérique. Il ne s'est jamais caché de vouloir faire Disney en France — il avait ouvert ses studios Idéfix. Le boulot de Clichy et de ses équipes l'a époustouflé. Même s'il avait peur de la séquence rough en flash back. Lui trouve que ce n'est pas fini alors que nous qui avons baigné dans les Pixar, on apprécie cette incursion du matériau (rires). Et puis, il a aussi accepté parce que le premier avait marché : s'il avait considéré que j'avais piétiné sa licence, que j'étais un p'tit con qui voulais apprendre la vie à tout le monde, j'aurais pas replongé.

La devise de Panoramix, « c'est joli et ça ne sert à rien » qui lui permet de triompher, résonne avec la phrase de Cocteau « Je sais que la poésie est indispensable, mais je ne sais pas à quoi ». Serait-ce la morale de votre film ?

Je ne sais pas à quoi sert la poésie exactement. Il me semble qu'elle se voit quand elle n'est plus là, quand on ne s'occupe plus d'elle. Dans notre métier c'est compliqué, parce que la poésie est la seule chose que l'on vend, finalement ; la seule pour laquelle tu peux avoir une valeur. Et si l'industrie te fait entrer dans un cycle qui ne lui donne plus le loisir de s'exprimer, tu ne fais plus ton métier. Tu réitères. Et Panoramix réitère, en faisant la même chose — très bien, d'ailleurs, sans être surclassé depuis quarante ou cinquante ans. Mais pour prouver qu'il était encore le meilleur, je l'ai placé face à un antagoniste super doué qui n'a rien perdre, qui improvise, qui a l'habitude de gruger, de contourner les choses. Il fallait que Panoramix fasse ici la preuve de son talent, avec ce qu'il avait sur lui et dans sa façon de gagner.

C'est une héroïne, la petite Pectine, qui lui permet de vaincre et donc de rassembler le village. Même si vous n'aimez pas les jeux de mots, l'avez-vous nommée ainsi parce qu'elle favorise la liaison par la cuisson (de la potion) ?

Ah, moi je trouvais ça vitaminé, pommesque et acide (rires) ! Quant à l'aspect “héroïne“, j'ai un peu de mal avec le fait qu'on puisse le voir comme en écho un discours actuel. Je fais gaffe de ne pas l'être, d'habitude. J'ai mis les druides de la forêt des Carnutes dans une situation d'immobilisme complet, avec leurs traditions, dans l'absence de femmes… Ils ont tous les pieds dans le plâtre, d'une certaine manière. C'est pour cela que leur antagoniste Sulfurix est si libre. Pour moi, il y avait une manière de m'attendrir sur mes propres filles, comme tous les papas de filles dans un monde qui leur est inégal, où l'éducation vis-à-vis des filles n'est pas bien faite. Du coup, ça te fait faire des films qui renversent un peu la vapeur. Ce n'est pas une fierté particulière, mais je ne suis pas les mouvements. Je reprends toujours la phrase de Desproges : « si on faisait une manif pour sauver mes gosses, j'irais pas ». Je le crois vraiment. Je soutiendrais, hein, mais dès qu'on est plus de quatre, je n'y arrive pas. C'est un truc qui me stresse.

Dans l'album Le Ciel lui tombe sur la tête, Uderzo avait achoppé en introduisant des robots qui semblent a contrario tout à fait à leur place dans votre univers. Est-ce une question de différence de générations ?

Il est clair qu'on écrit tous avec nos fantasmes d'enfant. Ils sont le réel matériau que l'on utilise. Les miens sont certainement piochés chez L'Ïle aux enfants et Récré A2. Et quand je parle de Goldorak, pour moi c'est un grand héros, qui a compté pour moi. Aujourd'hui je peux mettre des mots sur l'ésotérisme dans sa façon de se diriger vers sa machine avec sa trappe, sa crémaillère… Mais quand j'étais gamin, c'était un monde entier qui se passait même d'être logique et qui me transportait vraiment. Du coup, si je veux écrire un truc bien, il faut que je mette dedans des choses auxquelles je tiens. Si je mets du Goldorak, c'est par affection, par amour. C'est un truc précieux que je donne ; je ne déconne pas avec ça. Pour moi, la scène de fin avec les robots est touchante ; elle marche sur moi — et j'espère sur d'autres.

On a certainement cette différence Uderzo et moi : il considère ce monde-là comme envahissant, c'est ce qu'il essaie de dire. Lui a tapé un peu dans Marvel et un peu dans les manga, si je ne m'abuse. C'est son opinion de très grand dessinateur d'une autre école, je la respecte. Mais j'ai plutôt l'impression qu'il parle d'un problème industriel. Moi j'adore naturellement le manga, que je trouve souvent plus créatif, à beaucoup d'égards, J'ai un peu largué les Marvel parce que pour moi, les super-héros sont toujours solitaires et un peu seuls face au monde. En ce moment, on les met à des tables de réunion ; on mélange des dieux nordiques, des mec en slibard et un mec qui a fait un robot (sourire), je ne comprends plus ce qu'il foutent là ! Ce que j'aimais chez Hulk, c'est qu'il marchait le long de la rue et qu'il faisait du stop parce qu'il savait qu'avec son problème de mauvaise gestion de la colère, il était voué à une vie errante. Alors maintenant, s'il fait partie d'une équipe et qu'il se transforme à loisir… Donc je ne suis plus du tout là-dedans, je suis vraiment dans les manga et je ne suis pas super d'accord avec Le Ciel lui tombe sur la tête

Vous n'avez pas caché avoir eu des frictions d'ordre créatif durant la réalisation avec votre co-auteur Louis Clichy. Mais n'était-ce pas utile d'avoir un antagonisme de cette nature qui ressemble, en définitive, à celui entre Astérix et Obélix ?

À présent, j'aime beaucoup cet antagonisme. J'ai eu d'autres frites avec des gens qui voulaient présenter le film comme ci, dévoiler ça, sans parler de changer des choses sur le script. Là, ce sont des conflits, et je suis extrêmement teigneux avec ça, — et ça ne s'arrange pas avec l'âge, je ne laisse absolument rien passer de ce côté-là ! Mais quand je respecte artistiquement la personne avec qui je fais le truc, voire que j'ai de l'admiration pour elle, quand les postes sont aussi clairement définis, toutes les frites sont acceptées. Quand des parents s'engueulent pour l'avenir de leur gamin, finalement c'est sain : pendant ce temps, tout le monde s'inquiète de l'avenir du gamin. L'un a tort, l'autre non ou pas, mais c'est sur fond de : “qu'est-ce qu'on peut faire de bien pour lui“ ? Sur le film, à chaque fois que ça fritait, c'était parce qu'on était de deux écoles différentes, et qu'on les tenait fort, entre les grammaires animée, parlée, de jeu, de situation, d'action… J'ai beaucoup appris, et je crois que Louis aussi. Je suis sûr que je ne réaliserai pas d'autres choses de la même manière maintenant.

Ce genre de conflit fait naitre de la vraie complicité. Là, on est un peu fatigués parce qu'on vient de sortir un truc, mais Louis fait partie des très rares personnes avec lesquelles je pourrais retravailler. Parce que je sais que tout ce qu'il fait, il le fait pour ce qu'on fait. Et lui pareil dans l'autre sens. On mesure l'importance des choses qui sont dans le film à la dose d'énergie que l'autre met à faire en sorte qu'elles ne soient pas remises en question. À cause, souvent, de problématiques triviales de budget, de temps… La contrainte nous oblige à prendre des décisions. C'est sans arrêt une histoire de balance, c'est zarbi…

Contrairement aux Astérix produits il y a une quinzaine d'années, il ne fait pas fauché…

Il y a des possibilités, il y a le temps du film, pas très long… 80 minutes, c'est très dur à écrire. Parfois on atteint des densités dramatiques, et l'on a besoin d'une petite pause, mais l'on ne peut pas trop la faire. Heureusement, on a des leviers. Par exemple, en créant un dessin animé 2D à l'intérieur du film. Au-delà du fait qu'on aime le faire, c'est une économie qui compte et permet de s'offrir plus de choses par la suite. Et puis la contrainte elle est longtemps créative : tu tranches, tu enlèves… Le problème que j'ai, c'est que j'aime les situations qui parlent pour ne rien dire, qui s'enlisent… C'est du temps, ça ! Au cinéma, ça ne coûte rien : les caméra tournent (sourire). Ici, c'est de l'image…

Il reste une séquence “astierisque“ autour de la barbe des druides…

Elle est là (rires) ! Et ça marche bien, d'ailleurs…

Une note musicale pour finir. Dans Le Domaine des Dieux, les cornes des soldats trompétaient le jingle de RTL composé par Michel Legrand. Ici, il y a une auto-référence au générique de Kaamelott. Faut-il y entendre une réminiscence de la série ou le teasing d'un futur film ?

C'est Clichy qui a voulu les mettre. Je lui ai dit : « T'es sûr ? Les gens vont dire que c'est moi qui me parle à moi même.Non, c'est sympa comme truc — OK. » Mais dans un fond de ma tête, je me suis dit, ouais, peut-être que des gens le prendront comme quelque chose à venir. Bah, très bien… (sourire qui en dit long)


Astérix - Le secret de la potion magique

De Louis Clichy et Alexandre Astier (Fr, 1h25) animation

De Louis Clichy et Alexandre Astier (Fr, 1h25) animation

voir la fiche du film


À la suite d’une chute lors de la cueillette du gui, le druide Panoramix décide qu’il est temps d’assurer l’avenir du village. Accompagné d’Astérix et Obélix, il entreprend de parcourir le monde gaulois à la recherche d’un jeune druide talentueux à qui transmettre le Secret de la Potion Magique…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

“Kaamelott – Premier Volet“ de et avec Alexandre Astier : Le Retour du Roi

ECRANS | À la fois prologue et poursuite de la série télévisée, film d’épée et de fantasy, épopée dramatique teintée de notes burlesques et d’éclats symphoniques, Kaamelott – Premier Volet marque le retour attendu de l’inclassable saga arthurienne comme celui du réalisateur Alexandre Astier. Une concrétisation artistique ouvrant sur une prometteuse trilogie.

Vincent Raymond | Jeudi 15 juillet 2021

“Kaamelott – Premier Volet“ de et avec Alexandre Astier : Le Retour du Roi

Deux tailles, deux ambiances… La porosité est faible entre le petit et le grand écran. S’il arrive qu’un succès au cinéma trouve des prolongations en feuilletonnant à la télévision en version longue des sagas (Le Parrain, Jean de Florette/Manon des Sources) ou en donnant naissance à une déclinaison/spin off (M*A*S*H, Fame, L’Arme Fatale, Star Wars : Clone Wars, The Mandalorian…), plus rares sont les séries TV à atteindre les salles. Et encore : sous forme de reboot semi-nostagique, comme en témoignent Chapeau melon et bottes de cuir (1998), The Wild Wild West (1999), Starsky et Hutch (2004) ou The Man from U.N.C.L.E. (2015). Rares exceptions à ce jour, Espace détente (long métrage autour de Caméra café, 2005), Sex and the City (2008) ou Downtown Abbey (2019) ont poursuivi dans la foulée de leur diffusi

Continuer à lire

Alexandre Astier : « J’avais envie de dire aux gens : “vous croyiez connaître Arthur“… »

Kaamelott - Premier Volet | Attention spoilers !!!! Alors que sort le mercredi 21 juillet le film plus attendu de l’année, Alexandre Astier revient sur la genèse et le tournage de Kaamelott - Premier Volet. Écriture, personnages, musique, image, distribution… L’auteur-réalisateur-compositeur-interprète aborde tous les postes et ouvre des perspectives. Quitte à se répéter : attention, spoilers !!! Viendrez pas nous dire qu’on vous aura pas prévenus !

Vincent Raymond | Jeudi 15 juillet 2021

Alexandre Astier : « J’avais envie de dire aux gens : “vous croyiez connaître Arthur“… »

Dix ans se sont écoulés entre la fin du Livre VI de la série télévisée et Kaamelott - Premier Volet. La même durée dans la fiction pour les personnages (donc l’équipe) que pour le public… Néanmoins, vous avez vécu à la fois avec et sans Arthur durant tout ce temps puisqu’il a été celui de la préparation du film… Alexandre Astier : Il y a déjà un avantage à cet arrêt : la série se termine sur un mec lui-même à l’arrêt, plus du tout concerné par ce qui se passe dans une Bretagne sur laquelle il n’a plus aucun impact, et qui erre à Rome comme un clochard. Le royaume de Logres, aux prises avec ses anciens camarades, est devenu un état dictatorial mené par un taré, dans un bain de collaboration et de résistance. Du point de vue d’Arthur, comme ça ne le concerne plus, ça aurait pu durer vingt ou trente ans. Dire « je pars ; non, je déconne, en fait je reviens », ça ne peut pas marcher ! Il faut justement que celui qui ne voudrait pas revenir soit obligé de revenir sur une seule patte. L’autre avantage concerne l’écriture. À p

Continuer à lire

"Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ?" : Et nous donc…

ECRANS | De Philippe de Chauveron (Fr., 1h39) avec Christian Clavier, Chantal Lauby, Pascal NZonzi…

Vincent Raymond | Mercredi 30 janvier 2019

La suite d’un succès du box-office est au cinéma ce qu’une pub pour du parfum est à une star à la mode : inévitable, mais souvent dispensable. Sans surprise donc, Philippe de Chauveron prolonge ici les tribulations de sa famille surcomposée, les Verneuil, dont le patriarche survolté (Clavier, évidemment) doit à présent convaincre ses gendres de ne pas quitter le merveilleux Hexagone, où ceux-ci se sentent brimés et discriminés… Comment dire ? À part une pique à destination de cette kyrielle d’enfants gâtés (on leur suggère le SMIC, pour rigoler), moqués par papa-Verneuil parce qu’ils ont tous voté Macron, ce qui en dit finalement long sur leur sociologie, on reste dans une vraie-fausse dénonciation des racismes et communautarismes. Chauveron semble recaser au passage des “gags“ invendus de À bras ouverts (2017), en intégrant (sans passeport) dans l’histoire un réfugié afghan, brave bouc émissaire sur lequel se défouler — pas de Rrom disponible ? — et ajoute un mariage lesbien. Du pur style pathétique bourgeois éclairé téléfilm.

Continuer à lire

Transmission réussie : "Astérix - Le Secret de la Potion Magique"

Animation | Un film de Louis Clichy & Alexandre Astier (Fr, 1h25) avec les voix de Christian Clavier, Guillaume Briat, Alex Lutz…

Vincent Raymond | Mercredi 5 décembre 2018

Transmission réussie :

L’accident idiot : une branche qui rompt fait choir le druide Panoramix. Lequel y voit un signe des Dieux : penser à sa postérité et transmettre le secret de sa potion magique. Il part alors en quête d’un jeune successeur. Las ! Un confrère jaloux, le fourbe Sulfurix, a des vues sur la recette… Tombé dans la potion magique des mages Uderzo et Goscinny dès son plus jeune âge, Alexandre Astier en a gardé quelques séquelles — d’aucuns diraient même que les effets en sont permanents sur lui. Aussi n’avait-il eu guère de peine à enfiler les braies de ses aînés pour signer l’adaptation du Domaine des Dieux, où déjà affleuraient quelques velléités d’émancipation : tout en respectant le principe d’une histoire “astérixienne“, la langue et les attitudes évoluaient vers “l’astierisquien”. Entièrement original dans l’écriture, ce nouvel épisode inscrit la transgression dans son cahier des charges. Oh, il s’a

Continuer à lire

"Guy" : Guy Lutz

Documenteur | de et avec Alex Lutz (Fr., 1h41) avec également Tom Dingler, Pascale Arbillot…

Vincent Raymond | Vendredi 31 août 2018

Pour approcher Guy Jamet, vieille gloire de la musique depuis l’époque yéyé dont sa mère lui a révélé qu’il était son père, Gauthier a entrepris de tourner un documentaire dans l’intimité du chanteur. Mais plus il filme, plus il repousse le moment de révéler son secret à star déclinante… Pour sa deuxième réalisation, Alex Lutz s’est essayé au format toujours plaisant du documenteur, empruntant l’apparence du documentaire pour servir un propos totalement imaginaire. Filmé en caméra subjective (et à la manière de ces séries télé s’accrochant aux basques d’une célébrité pour en divulguer les jardins secrets), Guy est entrelardé de séquences “d’archives” forcément bidons retraçant un demi-siècle de sa carrière fictive. C’est sur ce point que Lutz se montre le plus efficace — sans doute sa pratique de la pastille-pastiche n’y est-elle pas étrangère — : ses contrefaçons de tubes années 1960, 1970 et 1980 avec mises en images à l’appui s’avèrent crédibles et drôles au premier degré. Nul besoin d’en rajouter quand les costumes ou les play-backs sont à la base approximatifs.

Continuer à lire

"Les Aventures de Spirou et Fantasio" : Il leur manque des cases

BD BRADÉE | de Alexandre Coffre (Fr., 1h29) avec Thomas Solivérès, Alex Lutz, Ramzy Bedia…

Vincent Raymond | Mercredi 28 février 2018

Un rat d’hôtel roux déguisé en groom et un journaliste frustré en quête de scoop partent à la recherche d’un inventeur de génie enlevé par un atrabilaire maléfique, désireux de dominer le moooonde. Et voilà comment déboulent des bulles Spirou, Fantasio, Champignac et Zorglub… Réussir l’adaptation d’une bédé au cinéma tient de l’exploit, surtout lorsqu’il s’agit de l’école franco-belge : seul Alain Chabat s’en est tiré sans trop de dégâts (et encore, au risque de défriser la doxa, avec plus de réussite dans Le Marsupilami que dans Mission Cléopâtre). Les raisons expliquant qu’Alexandre Coffre achoppe sont obvies à la vision de ce film d’aventures bon marché. Par exemple, gratifier ses personnages principaux d’un air ahuri permanent et faire jouer à Alex Lutz — qui avait quelque chose à défendre physiquement en Fantasio — un faire-valoir façon Jar Jar Binks de théâtre de boulevard, c’est peut-être bon pour un public de 6 ans (et encore), mais destructeur pour le reste de l’assistance. Spielberg et Chabat (encore lui) pensent touj

Continuer à lire

Paris-Willouby

ECRANS | De Quentin Reynaud & Arthur Delaire (Fr., 1h23) avec Isabelle Carré, Stéphane De Groodt, Alex Lutz…

Vincent Raymond | Mardi 19 janvier 2016

Paris-Willouby

Collectionner des talents sur une affiche n’a jamais été gage de réussite artistique : si grandes soient leurs qualités, ils ne parviennent jamais à masquer ni compenser les défauts d’un film, et surtout pas ceux d’un scénario cacochyme. Constat à nouveau opéré avec ce poussif décalque de Little Miss Sunshine, qui oublie cependant de s’inspirer du rythme et de la transgression du modèle. Au lieu de singer des comédies “indépendantes” étasuniennes formatées, les jeunes auteurs français devraient lorgner du côté du vétéran Rappeneau et son Belles Familles : ils gagneraient en causticité, finesse et profondeur… Vincent Raymond

Continuer à lire

Astérix – Le Domaine des Dieux

ECRANS | Vivifiée par la verve et la rigueur de l’écriture d’Alexandre Astier et par un beau travail graphique de Louis Clichy, cette version animée des aventures d’Astérix et Obélix fait oublier les faux-pas des récentes adaptations live. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 25 novembre 2014

Astérix – Le Domaine des Dieux

C’est presque un effet de signature : discutant avec des sénateurs, Jules César se lance dans des métaphores animalières qu’aucun d’entre eux ne parvient à suivre. Les amateurs de Kaamelott apprécieront de retrouver dès la première séquence le goût d’Alexandre Astier pour les malentendus et les problèmes de communication qui ont fait sa marque. Le légionnaire à qui il prête sa voix doit d’ailleurs faire face à des frondes diverses où ses ordres sont constamment remis en question par la masse qui lui fait face, que ce soit ses propres troupes ou les esclaves et leur chef, très doué pour la rhétorique — géniale inversion des clichés. L’apport d’Astier — dont la quasi-acronymie avec le héros est troublante — à cette adaptation animée dont il est à la fois le scénariste et le co-réalisateur ne s’en tient pas là ; on sent chez lui un réel amour pour l’univers des irréductibles Gaulois, un plaisir enfantin à rester fidèle à l’esprit d’Uderzo et Goscinny. Cela suffit à faire la différence avec les deux derniers volets live qui couraient après un modèle de blockbuster hexagonal voué à la laideur et à la surenchère. Le Domaine des Dieux, modestement, cherche à r

Continuer à lire

Lutz souriant

SCENES | Alex Lutz est un comédien. Un vrai qui compose. Qui taille ses personnages dans un jeu très subtil et très riche. C’est un transformiste, le Fantômas des (...)

Florence Barnola | Mardi 4 mars 2014

Lutz souriant

Alex Lutz est un comédien. Un vrai qui compose. Qui taille ses personnages dans un jeu très subtil et très riche. C’est un transformiste, le Fantômas des humoristes. Avec maestria et une incroyable légèreté, il campe une galerie de personnages (inventés ou existants) très divers. Comme tout bon talentueux comédien, Lutz observe ses congénères et capte les caractères, tout en autodérision. Pour vérifier mes allégations, je vous invite à le voir et le revoir sur petit et grand écran. Retenons sa participation dans OSS 117 ou bien la légendaire Catherine de la Revue de Presse du Petit Journal de Canal… Son spectacle tourne depuis deux ans et s’enrichit au fur et à mesure de personnages, de nouveaux sketchs. Les caricatures que donne à voir et à entendre l’humoriste sont très justes et finement dessinées. On notera le directeur de casting désagréable au possible, complètement stressé au bord du burn out, la vendeuse merveilleusement bien croquée et à pleurer de rire, le vieillard sincèrement interprété sans trémolo discount dans la voix… Et puis, mention spéciale à son Karl Lagerfeld, plus austère et cassant que nature, avec la bonne dose (à peine audible)

Continuer à lire

Astier : Back to Bach

SCENES | Entretien avec Alexandre Astier, à l’occasion de son nouveau spectacle, "Que ma joie demeure !", présenté à l’Opéra Théâtre de Saint-Étienne le 31 décembre. Propos recueillis par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 28 novembre 2012

Astier : Back to Bach

Cela fait plus de dix ans que nous avons entamé un long et fructueux dialogue journalistique puis artistique avec Alexandre Astier. Précisément à la création du Jour du Froment en 2002 au Théâtre de la Croix-Rousse de Lyon, suivi par l’odyssée triomphale de sa série Kaamelott et enfin le long parcours du combattant de son premier long-métrage, David et Madame Hansen. Aujourd’hui, il revient sur les planches avec Que ma joie demeure !, un solo où il s’est distribué le rôle de Jean-Sébastien Bach, donnant une leçon au cours d’une journée portes ouvertes tout en réparant un orgue et en pleurant la mort d’un de ses enfants. Un spectacle magistral, virtuose, sincère, drôle et émouvant, celui d’un auteur et d’un comédien à la liberté retrouvée. Que ma joie demeure marque ton retour au théâtre, dix ans après Le Jour du froment. Est-ce que ta vision a changé du fait d’être passé par la télévision et le cinéma ?Alexandre Astier : Oui, car quand j’ai fait Que ma joie demeure !, j’avais conscience d’avoir d’autres terrains de jeu et de pouvoir bénéficier de leur spécificité : un s

Continuer à lire