Valeria Bruni Tedeschi, Pierre Arditi, Valeria Golino : « On est tous plein de blessures et de chagrins »

Les Estivants | Autour de leur partenaire et réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi, Pierre Arditi et Valeria Golino évoquent leur travail sur "Les Estivants", et de la manière dont la fiction télescope la réalité (et réciproquement) depuis le mouvement #MeToo…

Vincent Raymond | Mercredi 6 février 2019

Avez-vous eu les mêmes difficultés à convaincre la Commission d'avance sur recettes de financer votre film que votre personnage au début des Estivants ?

VBT : Elle n'a pas beaucoup de mal à monter son film, puisqu'elle le tourne à la fin — c'est génial avec une scène aussi catastrophique. En tout cas, je trouve que je n'ai pas trop de mal. Je fais des films avec pas trop d'argent : celui-là a coûté 3 millions d'euros, avec des acteurs peu payés, et très peu de jours de tournage, 7 semaines. Je ne suis pas contre le fait que ça soit un peu difficile de faire le film ; après ça serait bien d'avoir un tout petit peu plus de moyens…

Dans cette séquence, les membres de la commissions parlent des similitudes entre vos films. Les ressentez-vous ?

VBT: (rires) J'ai l'impression que je conte toujours un peu la même chose, mais ce n'est pas grave ! J'aime bien donner la parole aux gens qui me critiquent en me disant que c'est toujours la même chose ; à ceux qui me disent des choses un peu désagréables ; du coup ça devient drôle. Mais on travaille toujours avec ses obsessions. En tout cas, moi, j'ai l'impression qu'elles sont récurrentes : l'amour, le temps qui passe, la solitude, les rêves… Parfois, ça change, ça se transforme. Pour moi, ce n'est pas du tout le même film, mais je comprends qu'on le pense.

S'agit-il d'autoficition ?

VBT : Le terme ne me convient pas. On m'a parlé “d'autobiographie imaginaire“ et j'ai trouvé ça intéressant : ce sont deux mots qui ne vont tellement pas ensemble que leur collision réveille, on ne comprends plus rien. Et j'aime ça. Quand je dirige les acteurs, je les mets dans cette situation : « tu vas vite et lentement ». Tout d'un coup, ça fait une collision mentale qui réveille…

Qu'est-ce que cela fait d'être incorporé dans l'“autobiographie imaginaire“ de votre partenaire, à la fois actrice et réalisatrice ?

PA : Resnais disait qu'il y avait deux formes : la petit et la grande. L'acteur est responsable de la petite, le metteur en scène de la grande. Le metteur en scène, c'est elle. Donc je ne peux parler que du petit compartiment qui m'est réservé et qu'elle m'aide en remplir. Pour le reste, c'est elle qui voit ce qui fait partie de sa vie et ce qui s'en échappe.

C'est son autobiographie, pas la mienne. Je suis intégré dans un scénario avec ce que Valeria y met de personnel : une part de fiction et une part inspirée visiblement d'un certain réel qui est le sien. Mon métier est d'incarner cette partie qui m'est réservée, sans me préoccuper de savoir ce que je saurais de son existence à elle.

Le premier matériau d'un acteur, c'est la vie. Et la sienne, elle l'a met en scène en partie, pas complètement — le terme “autobiographie imaginaire“, c'est pas mal effectivement. Je me sers de moi depuis à peu près 50 ans ; je passe ma vie à jouer des morceaux de moi que je mets au service d'un autre qu'on me demande d'incarner et dont j'ignorerais tout — ce qui est totalement faux puisque d'une certaine manière, contrairement à ce qu'on pourrait penser, tous autant que nous sommes nous contenons des milliers de facettes tout à fait personnelles qu'on nous paye (plus ou moins cher) pour mettre en exergue, alors que la majeure partie de mes congénères s'ingénie à les enfouir pour ne pas savoir qu'ils les contiennent.

Je me suis intéressé à la caractérologie de celui qu'on m'a demandé d'incarner — et qui est un cousin germain de ce que je peux être parfois, soit pour la mauvais foi, soit dans quelque chose qui ne peut pas être sympathique. Ce n'est pas “Machin“ [le mari de la sœur de Valeria Bruni Tedeschi, NDR], c'est ce que j'imagine de ce que Valeria me demande d'incarner, et qu'elle dirige de main de maître, sans avoir à y toucher pour me guider, là où elle a envie qu'elle aille, et là où elle espère que j'aille.

Vous parlez de choses dont le cinéma français parle peu : la vieillesse et la sexualité d'une femme mûre…

VBT : C'est étrange, je ne comprends pas pourquoi ce n'est pas intéressant parce que moi, ça me passionne. Et puis il y a une vraie beauté à tout âge. J'ai co-réalisé un documentaire sur des gens qui ont Alzheimer dans un hôpital : il y avait des visages absolument magnifiques, j'ai eu un énorme plaisir, en me sentant dans le même bateau. Apparemment, le cinéma préfère la jeunesse. Là, j'avais envie d'autre chose que d'une femme de 30 ans.

Comment travaillez vous entre co-scénaristes ? C'est un dialogue ?

VBT :Oui, souvent j'écris des scènes ; Agnès et Noémie me donnent des retours. Après, je travaille souvent avec ou l'une, ou l'autre… Oh, je ne sais pas, c'est bizarre. Je sais qu'on travaille ensemble…

La maison est un personnage à part entière, avec sa répartition haute/basse, celle des maîtres et celle des serviteurs. Aviez-vous à l'esprit La Règle du jeu de Renoir parmi vos références ?

VBT : Évidemment, on l'a vu et revu. Après, il faut être à la fois insolent, modeste, libre et se dire que l'un des plus grands chefs-d'œuvres du cinéma s'est servi d'une même toile de fond ; cela n'empêche qu'on va faire notre film.

Il faut tuer ses idoles, comme Tchekhov ou Gorki dont est tirée la pièce homonyme avec des gens en vacances dans une propriété, et dont la première scène montre des employés parlant des propriétaires qui vont arriver. Elle impose tout de suite la présence primordiale des gens qui travaillent dans la maison. Mais on a fait nos Estivants à nous, en regardant l'érotisme entre les rapports de classe, ce qu'il se passe entre une cuisinier et une scénariste : est-ce que leur histoire d'amour a un futur, est-ce que le désir va être entravé par deux conditions différentes…

Lors d'une scène de repas, vous évoquez un traumatisme d'enfance de votre personnage : des attouchements que la mère n'a jamais considérés comme un viol. Cela prend une résonance particulière avec le mouvement #MeToo…

VBT On est tous plein de blessures et de chagrins, on avance avec plein de sac à dos… Je n'ai pas été influencée par #MeToo ; c'est tous les étés qu'on en parle, c'est l'un des sujets du 1er août… De très bonne foi, la mère dit que ce n'est pas vraiment un viol, mais seulement un doigt. Vraiment, elle pense que ce n'est pas si grave… Ce n'était pas de l'indifférence de la part des parents, mais de l'ignorance. Ils ne se rendaient pas compte du désastre que provoque un attouchement chez un enfant.

Je ferais une différence entre #MeToo et la pédophilie. Si on me parle de n'importe quel épisode pédophile, je perds immédiatement la tête. #MeToo, c'est autre chose. C'est intéressant, ça a libéré la parole de femmes qui ne font pas du cinéma, dans plein d'autres métiers dans le monde entier. Ça a été historiquement un mouvement très important, mais personnellement — peut-être parce que quand j'étais jeune je n'ai travaillé qu'avec des homosexuels — je ne me sens pas totalement désespérée quand je pense à une actrice qui monte dans une suite au Ritz. Je me dis si elle veut, elle peut aussi ne pas monter. Je me sens incorrecte quand je dis ça.

VG : #MeToo, c'est aussi être payée la même chose que les hommes, c'est une évidence que c'est plus facile à légaliser. Quant aux choses sexuelles, il est difficile de comprendre qui a eu tort etc. Chaque cas est différent. Mais d'autres choses sont structurelles.

PA: #MeToo avait plutôt une connotation sexuelles. Sur le conflit social, que les femmes soient moins payées que les hommes, cela continue d'être insupportable, inexplicable, intolérable… #MeToo, ça tape sur d'autres choses dont on peut discuter.

VBT : Une chose me tient à cœur : c'est absolument honteux comment nous tous, le monde ne rend pas hommage à Woody Allen en ce moment. A cause de #MeToo. SI un jour il meurt, on va avoir très, très honte de nous, . Alors que c'est quelqu'un qui nous a tellement accompagnés toute notre existence. Une fois par an, j'allais le mercredi à 14h voir ses films — c'est vraiment des médicaments. Là, on dirait qu'on ne peut rien faire pour changer une situation pour moi inacceptable.

PA : On avait gueulé Emmanuelle Devos et moi il y a quelque moi là-dessus. C'est pas possible d'être traité comme ça. À un moment, le politiquement correct devient très incorrect. C'est un monde dans lequel je ne peux pas vivre, je suis trop vieux, ça doit être pour ça : j'ai vécu dans un monde plus libre, plus intelligent, plus imaginatif. Je ne peux pas…


Les Estivants

De Valeria Bruni Tedeschi (Fr, 2h08) avec Valeria Bruni Tedeschi, Pierre Arditi...

De Valeria Bruni Tedeschi (Fr, 2h08) avec Valeria Bruni Tedeschi, Pierre Arditi...

voir la fiche du film


Une grande et belle propriété sur la Côte d’Azur. Un endroit qui semble hors du temps et protégé du monde. Anna arrive avec sa fille pour quelques jours de vacances. Au milieu de sa famille, de leurs amis, et des employés, Anna doit gérer sa rupture toute fraîche et l’écriture de son prochain film. Derrière les rires, les colères, les secrets, naissent des rapports de dominations, des peurs et des désirs. Chacun se bouche les oreilles aux bruits du monde et doit se débrouiller avec le mystère de sa propre existence.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Vincent Lindon : « On fait ce métier pour s’oublier »

Dernier Amour | Passionné comme toujours et comme toujours passionnant, Vincent Lindon évoque sa nouvelle collaboration avec l’un de ses metteurs en scène fétiche. De l’approche d’un rôle historique et de la philosophie de l’interprétation des personnages…

Vincent Raymond | Jeudi 21 mars 2019

Vincent Lindon : « On fait ce métier pour s’oublier »

Comment avez-vous convaincu Benoît Jacquot, avec qui vous avez une longue complicité, de vous confier ce rôle de Casanova ? Vincent Lindon : Au départ, je venais le chercher pour déjeuner, il était dans son bureau et il parlait de son prochain film avec ses producteurs. Il m’a annoncé : « Je vais faire Casanova » Et j’ai aussitôt répondu : « Non, c’est moi qui vais faire Casanova. — Non, il a 26 ans, c’est l’histoire d’un jeune Casanova avec une dame plus âgée. — Ben, c’est plus ça. Il y a bien un moment où il est vieux ? — Tu plaisantes ? — Non, non, je suis très sérieux. — Fais attention, Vincent : si je te prends au mot, tu vas être bien embêté — Pas du tout : prends-moi au mot ! — Il y a bien un épisode avec la Charpillon… » Et ils ont bifurqué sur cette histoire. Qu’est-ce qui vous a séduit à ce point dans ce personnage ? Casanova, quand même ! Il n’y a pas beaucoup de personnages de cette dimension. J’ai fait Rodin, le professeur Charcot.

Continuer à lire

"Dernier Amour" : Plaire, aimer, éconduire vite

ECRANS | De Benoît Jacquot (Fr., 1h38) avec Vincent Lindon, Stacy Martin, Valeria Golino…

Vincent Raymond | Jeudi 21 mars 2019

Au soir de sa vie, Casanova évoque à une confidente un épisode de sa vie aventureuse se déroulant à Londres, où il vivait alors en exil ; un souvenir douloureux lié à une femme dont il s’est épris, qui jamais n’a cédé à sa cour : la Charpillon, une courtisane au corps et à l’esprit bien faits… Comment diable éprouver de l’empathie pour la personne de Casanova, l’aventurier qui épousa le XVIIIe siècle en triomphant des geôles, des duels et des revers de fortune ; l’infaillible séducteur que sa réputation en tout lieues précédait et qui, de surcroît taquina la muse pour composer en sus de ses mémoires, quelques ouvrages réputés ? En le dépeignant dépourvu de ses talents et mérites, chevalier à la triste figure confronté au doute, à l’échec et à la déchéance. En rendant, en fait, à ce héros hors normes sa qualité d’humain. Le Casanova façonné par Benoît Jacquot pour Vincent Lindon (et réciproquement) apparaît ainsi comme une montagne de fragilité et de doute, au moment où la certitude de son prestige commence à s’effilocher, où de l’adret son charme verse dans l’ubac. Da

Continuer à lire

"Euforia" : Placebo la vie

Mélo | De Valeria Golino (It., 1h55) avec Riccardo Scamarcio, Valerio Mastandrea, Isabella Ferrari…

Vincent Raymond | Mercredi 20 février 2019

Entrepreneur fortuné évoluant dans le milieu de l’art, Matteo mène une existence de plaisirs loin de son village d’origine. Lorsqu’il apprend que son frère est condamné par la maladie, il le fait venir chez lui et lui fait croire à un traitement miracle. Mais pour adoucir le moral de qui ? Préparez vos mouchoirs : voici un mélodrame d’amour. Mais d’un genre inhabituel, puisque le lien unissant les protagonistes est fraternel, au sens propre — au reste dans un mélo, il y a toujours un regard empli de désir émanant du ou de la cinéaste sur ses interprètes ; il suffit de se remémorer Sirk et Hudson. À l’instar de son premier long métrage Miele, Valeria Golino se saisit de la maladie et de la mort pour, en creux, exalter l’intensité de la vie ; ses films agissent un peu comme des vanités, à l’envers ou à l’endroit. Ici, le personnage de Matteo va prendre conscience de son égoïsme de jouisseur en considérant ceux qu’il perd et auxquels il survit. Il faudra que son frère meure pour qu’il apprenne à vivre. Douloureuse leçon de philosophie, un peu trop démonstra

Continuer à lire

"Les Estivants" : Congés rayés

ECRANS | De & avec Valeria Bruni Tedeschi (Fr.-It., 2h08) avec également Pierre Arditi, Valeria Golino, Riccardo Scamarcio…

Vincent Raymond | Mercredi 6 février 2019

Son compagnon venant de la quitter, Anna se trouve fragilisée. Pas les meilleures dispositions pour écrire son nouveau film, ni pour passer des vacances dans la villa de sa richissime famille, entre souvenirs, fantômes et vieux différends. Et si du chaos naissait pourtant un nouvel ordre ? Sur le papier, ce film cumule les handicaps : quel intérêt pourrait-on éprouver à suivre, après Il est plus facile pour un chameau et Un château en Italie, une énième variation sur les désarrois intimes et les relations compliquées de la cinéaste avec sa fameuse sœur et le non moins célèbre époux de celle-ci, de surcroît dans leur lieu de villégiature ? Ne nous permettrait-elle pas là de satisfaire un trivial goût pour l’indiscrétion, comme si l’on feuilletait une version respectable (et autorisée) d’un magazine people ? Et cependant, on est vite gagné par cet effet de dédoublement et de distance qu’elle s’impose. Par l’emboitement des mises en abyme et des échos rebondissant de film en film, également, d’une grande complexité théoriq

Continuer à lire

"Silvio et les autres" : L’Italie à sa botte

Bunga-Bunga | de Paolo Sorrentino (It.-Fr., 2h38) avec Toni Servillo, Elena Sofia Ricci, Riccardo Scamarcio…

Vincent Raymond | Mercredi 31 octobre 2018

Sergio, petit escroc provincial cherche à s’attirer les faveurs de Berlusconi afin de monter en gamme dans le bizness. S’il dispose des atouts nécessaires (de jeunes femmes) il lui faut trouver la connexion idoine. Au même moment, dans sa villa, l’ex Cavaliere se prépare à revenir au pouvoir. La première séquence montre un agneau innocent entrant par mégarde dans la demeure de Berlusconi. Fatale erreur : fasciné par la télévision diffusant un jeu quelconque, il s’écroule raide, traîtreusement pétrifié par la climatisation glaciale, aussi sûrement que par une œillade de Méduse. Malheur à tous ces Icare et Sémélé ayant désiré approcher leur divinité : leur chute sera à la hauteur de leur orgueil. Cette ouverture en forme de parabole résume tellement bien le propos du film qu’on se demande, un peu inquiet, si ce qui suit peut être du même niveau. Même si Sorrentino fait une proposition intéressante en abordant Berlusconi par une périphérie canaille et envieuse, en retardant son apparition au deuxième voir troisième acte à la façon du Tartuffe de Molière et en faisant en sorte que p

Continuer à lire

"Ma fille" : Mater dolorosa

Drame | de Laura Bispuri (All.-It.-Sui., 1h37) avec Valeria Golino, Alba Rohrwacher, Udo Kier…

Vincent Raymond | Mercredi 4 juillet 2018

Fillette sarde de 10 ans, Vittoria découvre Angelica et sa vie dépenaillée d’Angelica, à mille lieues de l’existence modeste mais rangée dans laquelle Tina, sa mère, veut l’élever. Sauf que la délurée Angelica est sa génitrice biologique. Vittoria va se rapprocher d’elle, au grand dam de Tina… Valeria Golino semble s’être fait une spécialité des emplois de mère courage, usant sa plénitude quadragénaire et son regard triste dans des histoires familles à problèmes majuscules avec une grâce jamais entamée ; Ma fille le prouve à nouveau, même si la comédienne occupe ici, à égalité avec Alba Rohrwacher (ici, dans le rôle de la serpillère, mère du sang mais pas de cœur) un rôle secondaire. Car la réalisatrice Laura Bispuri place réellement l’enfant au centre du récit, adoptant le plus souvent son point de vue afin que l’on perçoive son dilemme, ses (dés)espoirs, ses chagrins. Cela, sans un mot de sa part ou presque. Pour rendre compte de cette écartèlement permanent, qui se retrouve dans la rousseur de Vittoria, entre la brune Tina et la blonde Angelica, le fi

Continuer à lire

Miele

ECRANS | De Valeria Golino (It-Fr, 1h36) avec Jasmine Trinca, Carlo Cecchi…

Christophe Chabert | Lundi 23 septembre 2013

Miele

L’entrée en matière de Miele est intrigante et réussie : on suit une jeune femme fébrile et sur la brèche, entre l’Italie, l’Amérique et le Mexique, accrochée à ses écouteurs, sans savoir exactement ce qu’elle cherche. Junkie ? Dealeuse ? La révélation est plus inattendue : sous le pseudonyme de Miele, Irène pratique illégalement des suicides assistés. La scène où on découvre son activité est forte, décrivant avec précision ce protocole qui doit prendre en compte les victimes tout en dissimulant les preuves de ce qui reste un délit. Jasmine Trinca est d’ailleurs au diapason de ce mélange de froideur et d’empathie, vraiment formidable. Mais Valeria Golino choisit ensuite de centrer son film autour de la relation entre Miele et un homme misanthrope et blasé qui décide de mourir par affliction. La cinéaste s’embourbe alors dans une ode au retour à la vie qui confond sensibilité et sensiblerie, mais surtout vient entériner sans le vouloir l’idée que le suicide assisté n’est pas forcément légitime médicalement. Cela reste latent, car Golino insiste surtout sur la métamorphose de Miele, qui à son tour s’ouvre au monde et cesse d’être une passeuse — de mort, de sexe ou

Continuer à lire

Gibraltar

ECRANS | De Julien Leclercq (Fr, 1h53) avec Gilles Lellouche, Tahar Rahim, Riccardo Scamarcio…

Christophe Chabert | Mardi 10 septembre 2013

Gibraltar

Avec à son passif un film de SF épouvantable (Chrysalis) et un tract de propagande pour le GIGN (L’Assaut), il y avait de quoi redouter le troisième long-métrage de Julien Leclercq. D’autant plus qu’il s’est associé avec Abdel Raouf Dafri, scénariste surcoté de Mesrine et de la saison 2 de Braquo. La (relativement) bonne surprise de Gibraltar, c’est que tous deux optent pour un traitement sobre et rigoureux de leur sujet : la descente aux enfers d’un patron de bar criblé de dettes qui accepte de jouer les indics pour les douanes françaises sur le rocher de Gibraltar, plaque tournante du trafic de drogue. Pas d’«enculé» à toutes les répliques, ni de découpage frénétique de l’action, mais un film dossier qui tente de raconter simplement cette histoire vraie et de dénoncer au passage l’hypocrisie et la lâcheté du pouvoir. On se croirait face à un vieil Yves Boisset ou à un Verneuil période 70 passé au tamis de la dramaturgie Olivier Marchal : enfonçage de portes ouvertes et héros dépressif dès le premier plan, ce qui n’est pas le plus simple quand on veut ensuite montrer sa dégringolade. Le film pêche gravement dans sa ca

Continuer à lire