"Je vois rouge" : Brassée façon bulgare

Documentaire | De et avec Bojina Panayotova (Fr., 1h23)…

Vincent Raymond | Mercredi 24 avril 2019

Photo : ©JHR Films


Son père sculpteur et sa mère professeure ayant émigré de Bulgarie dans les années 1970, Bojina Panayotova a grandi en France. La récente ouverture des archives de son pays d'origine la pousse à partir enquêter sur sa famille, contre l'avis de celle-ci. Elle y découvrira d'inattendues collusions avec le régime communiste…

Documentaire en voix-je comme son titre l'indique, ce film-enquête inscrit un récit familial dans la grande Histoire avec un mixte d'ingénuité et d'exhibitionnisme : Bojina Panayotova semble indifférente aux remarques embarrassées de ses proches lorsqu'elle leur annonce vouloir fouiller ce passé, pas plus qu'elle ne prend la peine de les prévenir qu'elle les filme ou enregistre leurs conversation à leur insu — à sa décharge, ce comportement à la hussarde ne traduit pas une intention malveillante de sa part ; il est en revanche assez emblématique des Millennials autocentrés. En découlent des crispations et des crises entre la fille et ses parents, faisant apparaître un psycho-drame extime comme second motif dans le documentaire, aux enjeux dramatiques si puissants — le tournage devient la cause d'une brouille — qu'il prend presque le pas sur le mystère originel.

Par ce film, la cinéaste semble vouloir faire la démonstration que toute vérité est bonne à découvrir, quitte à ce que l'inventeur·trice de ladite vérité en paye le prix. En l'occurrence, c'est toute la famille Panayotov qui ramasse à l'écran — Bojina compris : ses tendances voyeuristes et son indiscrétion apparaissent grâce à l'honnêteté du montage qui conserve également certains propos violents décochés par ses parents exaspérés. À sa manière, ce portrait est donc autant sincère et édifiant que maladroit et agaçant.


Je vois rouge

de Bojina Panayotova (Fr-Bul, 1h23) documentaire

de Bojina Panayotova (Fr-Bul, 1h23) documentaire

voir la fiche du film


Après 25 ans passés en France, Bojina retourne en Bulgarie avec un soupçon vertigineux : et si sa famille avait collaboré aux services secrets du régime communiste ?


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Intérieurs

Panorama ciné avril 2019 | L’esprit de contradiction, vous connaissez ? C’est cette pulsion bizarre qui, par exemple, vous incite à vous enfermer dans les salles obscures au moment où les beaux jours reviennent…

Vincent Raymond | Mardi 2 avril 2019

Intérieurs

Quitte à se replier sur soi-même, autant le faire jusqu’au bout en balayant le spectre des films explorant les mondes reclus et clos : ils poussent mieux que des champignons en ce mois d’avril — l’effet des giboulées de mars ? Commençons par les territoires les plus vastes : les zones entièrement fermées, ces “pays frères“ de l’époque du Rideau de fer, dont tout un chacun aspirait justement à s’échapper. Dans Le Vent de la liberté (10 avril) Michael Bully Herbig retrace la rocambolesque évasion aérienne grâce à un aérostat artisanal d’une famille d’Est-Allemands coursée par les limiers de la Stasi. Traitée comme un thriller, mais d’un classicisme à l’américaine, cette reconstitution limite ostalgique change des évasions par tunnel et devrait enfin valoir à son réalisateur, le champion de la comédie allemande, son billet pour Hollywood. Plus profond et dramatique se révèle Je vois rouge (24 avril), documentaire où Bojina Panayotova, dont les parents ont émigré de Bulgarie dans les années 1970, enquête sur sa famille après l’ouverture des archives du pays. Et découvre d’inattendues collusions avec le ré

Continuer à lire