Thierry Demaizière : « Pour faire un films sur Lourdes, il faut être athée »

Lourdes | Avec son alter ego Alban Teurlai, Thierry Demaizière s’est intéressé à une petite communes des Hautes-Pyrénées au prestige planétaire pour les chrétiens, depuis qu’une certaine Bernadette y a vu la Vierge. Regard d’un athée sur Lourdes, et propos rapportés des Rencontres du Sud d’Avignon…

Vincent Raymond | Jeudi 2 mai 2019

Photo : ©Agence Okarina


Lourdes est-il un film de commande ?

Thierry Demaizière : Non seulement ce n'est pas un film de commande, mais on n'était jamais allés à Lourdes ni Alban, ni moi. En plus, l'un est athée et l'autre agnostique ; moi j'avais bu de l'eau bénite pour mon bac parce que mes grands-parents allaient là-bas, pour vous dire notre rapport à Lourdes… L'histoire a commencé avec une amie, Sixtine Léon-Dufour, qui est créditée au générique Il s'est trouvé pendant une semaine que l'on n'arrivait pas à la joindre, et elle ne voulait pas nous dire où elle était, en croyant qu'on allait se moquer. Quand elle a dit qu'elle était hospitalière à Lourdes, on lui a demandé de raconter. Et on s'est dit qu'il y avait un truc génial à faire sur les pèlerins. Sur Internet, on voit qu'il y a des sujets de télévision sur le commerce de Lourdes, mais pas de documentaire sur les pèlerins au cinéma, je n'en revenais pas. Alors on est partis à Lourdes.

Comment avez-vous sélectionné vos personnages ?

De manière assez classique pour un documentaire : on a pris des enquêtrices pour bosser parce que c'est assez compliqué de trouver les personnages : les gens s'inscrivent tard au pèlerinage, on ne sait pas qui va venir ; il y a un problème technique. Après, c'est le bonheur du documentaire : certains on été trouvés sur place, en particulier le monsieur atteint de la maladie de Charcot qui était quelqu'un qui avait un profil qu'on recherchait. Une dame du rosaire m'a conseillé d'aller voir cet homme incroyable qui aurait peut-être envie de témoigner. Et ça s'est fait comme cela. Il fallait trouver des histoires un peu universelles dépassant un peu le catholicisme : on avait quand même comme ambition de faire un film qui ne touche pas que les catholiques, même si on sait bien que c'est la plus grande part du public. On a donc fait une douzaine de pèlerinages, il y a pas mal de personnages qui ne sont pas au montage.

Vos personnages ont-il manifesté de la réticence à quelque moment du tournage ?

Non, plutôt de la confiance : c'est tellement bienveillant ce qui se passe là-bas qu'à partir du moment où on a était acceptés, c'était à nous d'être a la hauteur de cette confiance. Il y a un côté voyeur à Lourdes, évidement, alors qu'il fallait que l'image soit à la hauteur pour que la pudeur soit respectée. On ne peut pas à la fois demander aux gens de nous montrer leurs vies, leurs handicaps et en même temps les filmer comme des barbares.

Avez-vous eu une rencontre officielle avec les autorités religieuses ?

C'est obligatoire. Ils étaient méfiants, au début, pour plusieurs raisons — entre autres, parce qu'on avait fait un film sur Rocco Siffredi juste avant, (rires). Après, ils ont décidé de nous faire confiance je dirais même un peu plus parce qu'on leur a vraiment bien expliqué la démarche. Notre caméra a d'ailleurs été la première à pouvoir filmer les piscines, on les en remercie.

Ont-ils vu le film ?

Non seulement ils ont vu, mais ils aiment beaucoup le film, ce qui est important pour nous aussi parce que c'est un public auquel on croit.…Et les diocèses vont organiser beaucoup d'avant-première en France.

Vous avez évoqué le film sur Rocco Siffredi ; auparavant vous en aviez fait Relève, sur la danse… ici encore, il y a, encore une fois, beaucoup de corps. Qu'est ce qui vous intéresse autant dans cette thématique pour que vous la suiviez sous des angles aussi différents ?

C'est vraiment inconscient, on s'en est rendu compte qu'après. Je ne sais pas quoi répondre à ça… On est des portraitistes, on se définit comme ça avec Alban, l'intime se lie par la parole et par le corps — et bientôt, on va faire un film sur le hip hop, donc on continue à travailler sur le corps. D'un point de vue cinématographique, pour qu'un film documentaire ait une qualité, le corps est essentiel. Dans ce film, on a des visages : la jeune fille rousse a une gueule de cinéma, Le documentaire doit aller chercher des visages, des corps, des voix intéressantes…

Ici, avant d'ouvrir avec des corps, vous ouvrez avec un ballet de mains…

Alors, la main, c'est deux choses. D'abord, pour être honnête c'est esthétique et hypnotisant : vous vous asseyez devant la grotte quand vous n'êtes pas croyants, vous voyez des mains de gitanes, de vieux, de jeunes, les mains qui caressent la, la pierre qui est lustrée, qui brille — d'un point de vue cinématographique c'est très beau. Et puis d'un point de vue symbolique, avec cette main, en une image, on a du sacré. D'ailleurs, on l'a prise comme affiche : c'est un choix à la fois beau et ça dit out.

Est-ce que votre athéisme et votre agnosticisme vous ont été utiles ?

Oui, oui, je pense même que pour faire un film sur Lourdes, il faut être athée. Parce que si on suit un prisme catholique ou religieux, on peut être influencé. Les catholiques qui me parlent du film, me disent : « C'est bien que t'aies montré ça de nous car on ne le voit plus ; on voit d'autres choses que tu n'as pas vues »

Si par miracle un diffuseur vous proposait de faire à partir de Lourdes une série, comme jadis Arte l'avait fait avec Corpus Christi…

Ouais, mais non : on a bien exploité le sujet. Je suis ravi d'avoir fait ce film, mais c'est un film dur à faire, en fait…

Vous n'avez jamais eu de frustration par rapport à la matière que vous n'avez pas exploitée ?

Si, si bien sûr ! On a dû perdre des personnages, on les regrette encore.

Le miracle, justement, vous l'évoquez à peine : vous en parlez au début, puis plus du tout…

Il y a un clin d'œil, une apparition, un petit miracle : celui qui ne parle pas dit « Je vous aime ». On savait qu'il y a trois ans, il avait parlé, il avait dit une phrase, mais plus un mot depuis trois ans — il a fait deux tentatives de suicides très, très importantes et depuis il a un problème de corde vocale. Mais pour répondre à votre question, le miracle, bizarrement, n'est pas central à Lourdes. Les catholiques vous disent « les miracles, c'est toutes les heures ; l'enfant qui sourit est le premier miracle de Lourdes » Ils ont pas tout ä fait tort : dans le film, celui qui n'a plus qu'a espérer un miracle c'est celui qui atteint de la maladie de Charcot. Mais il dit qu'il n'ose pas demander… La demande des miracles à Lourdes est très compliquée : il y a tellement pire à côté de soi que devant cette foule de condamnés à mort, on n'ose plus demander pour soi.

Et vous, croyez-vous au miracle ?

C'est une bonne question. On a peut-être besoin dans la vie de “l'idée“ du miracle. Donc je crois à l'idée de miracle.


Lourdes

De Thierry Demaizière, Alban Teurlai (2019, Fr)

De Thierry Demaizière, Alban Teurlai (2019, Fr)

voir la fiche du film


Le rocher de la grotte de Lourdes est caressé par des dizaines de millions de personnes qui y ont laissé l’empreinte de leurs rêves, leurs attentes, leurs espoirs et leurs peines. A Lourdes convergent toutes les fragilités, toutes les pauvretés


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Olivier Coussemacq : « La poésie est pour moi un art sublime, suprême »

Nomades | Le cinéma n’a pas de frontière. Le réalisateur français Olivier Coussemacq le prouve en signant un film on ne peut plus marocain. Rencontre (logique) à l’occasion des Rencontres du Sud…

Vincent Raymond | Mardi 20 août 2019

Olivier Coussemacq : « La poésie est pour moi un art sublime, suprême »

Habituellement, les films traitant des questions de migration du point de vue du Sud sont produits ou réalisés par des Marocains. Quel est votre rapport au Maroc ? Olivier Coussemacq : Cela a été une des difficultés du projet, en effet… Quand j’ai présenté le film à Tanger, en avant-première marocaine dans le cadre du festival du cinéma marocain, on n’a pas reconnu au film son identité marocaine. Quand je suis en France avec ce film, on me dit « Mais c’est un film avec des inconnus en langue arabe ! » J’ai un rapport ancien avec le Maroc, un rapport d’amour surtout, comme pour un certain nombre de pays et des liens anciens avec le Maghreb, ainsi qu’un intérêt pour ce qui n’est pas “nous“. J’ai envie d’aller voir ailleurs pour éviter de trop parler de nous — d’autres le font très bien. Enfin, j’ai eu quelques difficultés dans le passé, à titre intime, avec ma mère que je ne développerai pas et les mères du Maghreb en règle générale, sont des femmes qui m’émeuvent par leurs capacités de résistance, leur générosité. Un caractère de mère

Continuer à lire

Claire Devers : « Le naturel au cinéma n’existe pas »

Pauvre Georges ! | C’est aux Rencontres d’Avignon que la rare Claire Devers avait réservé la primeur de son nouveau long métrage, "Pauvre Georges !", un film cachant son soufre satirique derrière l’apparente impassibilité de son héros-titre campé par l’impeccable Grégory Gadebois.

Vincent Raymond | Mardi 20 août 2019

Claire Devers : « Le naturel au cinéma n’existe pas »

Avez-vous avez modifié des éléments dans la configuration sociale ou professionnelle du roman de Paula Fox que vous avez adapté ? Claire Devers : Un peu, oui : il date des années 1960, presque 1970, et il était censé se passer dans une banlieue new-yorkaise dans un milieu de profs, d’artistes. C’est moi qui ai inventé la production audiovisuelle mais c’était quand même le même milieu socio-culturel. Et quand j’ai fait mes recherches de décor sur Google Map, très vite j’ai été intéressée par les Laurentides ; j’ai repéré visuellement Saint-Adèle et Saint-Jerôme et je me suis rendue compte que le milieu socio-culturel que je traitais vivait effectivement là-bas. J’avais été au bout d’une recherche assez cohérente entre les décors, la nature, les choix de vie… En fait, ce qui m’intéressait, c’était des bobos ; des gens de gauche, bien-pesants… Tous ces gens qui ont voté Hollande ou Macron dans les Yvelines. Le lieu a donc une place prépondérante dans ce film… En tant que mette

Continuer à lire

Bandes à part

Panorama ciné mai 2019 | Contrairement aux plateformes vidéo destinées à un usage domestique souvent solitaire, le cinéma se partage — et en très grand format. Autant en profiter avec des films de troupes…

Vincent Raymond | Mardi 30 avril 2019

Bandes à part

Mai équivaut à un supplice de Tantale pour l’amateur de cinéma : pendant dix jours, on lui distille des images de la quintessence d’une production mondiale dont l’écrasante majorité sera invisible jusqu’à l’automne ou l’hiver. Alors, pour tromper son attente, et pendant que la masse des Élus gravite autour de la Croisette, le commun du public pourra toujours faire foule dans les salles en allant voir des films de bandes, particulièrement représentées. Premier (et plus attendu) de ceux-ci, la suite de la “comédie générationnelle“ de Guillaume Canet Les Petits Mouchoirs, Nous finirons ensemble (1er mai) Même distribution (avec l’ajout bienvenu de Clémentine Baert et celui, hélas inutile, de José Garcia), même concept (faire fermenter dans une résidence de nabab texan un groupe “d’amis“ aux égos hypertrophiés se mesurant la longueur du portefeuille pour savoir qui sera le nouveau mâle alpha de la cohorte), même succession de séquences culminant en crise, même longueurs et même succès à prévoir si le principe d’adoration des dominants est, comme toujours,

Continuer à lire

Benoît Magimel : « Guillaume me connaît et sait que je suis un gentil garçon »

"Nous finirons ensemble" | Personnage pivot des Petits mouchoirs, Vincent est à nouveau interprété par Benoît Magimel. Conversation avec un comédien sur la manière d’appréhender un rôle et son métier à l’occasion des Rencontres du Sud d’Avignon…

Vincent Raymond | Jeudi 2 mai 2019

Benoît Magimel : « Guillaume me connaît et sait que je suis un gentil garçon »

Figuriez-vous parmi les comédiens les plus heureux de retrouver leur personnage ? Benoit Magimel : Le plus heureux, je ne sais pas, , mais lorsque Guillaume me l’a proposé j’ai tout de suite dit oui, bien sûr. C’est une chance si rare de pouvoir retrouver un personnage au cinéma dix ans plus tard, de vieillir avec lui ; forcément, c’est une expérience assez unique. Retrouver Vincent, sa voix, était une évidence. J’étais ravi. Sa situation, son statut et ses rapports avec les personnages, cela l’était-il également ? Oui, bien sûr. À partir de 40 ans, j’ai l’impression que plus les années passent, plus on accepte de vivre un peu plus pour soi, un peu moins pour les autres. La façade, le masque tombent, on s’accepte un peu plus, on se connaît mieux. Ce personnage est très hésitant, ses sentiments assez contradictoires : l’attirance qu’il avait pour Max dans le premier était de l’ordre d’une amitié forte : il considérait qu’il était plus heureux avec lui qu’avec sa femme ; ce n’est pas par hasard

Continuer à lire

"Lourdes" : Et le miracle ne fut pas

Document†aire | De Thierry Demaizière & Alban Teurlai (Fr., 1h35)…

Vincent Raymond | Jeudi 2 mai 2019

Une semaine au cœur de Lourdes, en compagnie de différents groupes de pèlerins, d’hospitaliers bénévoles assurant leur accueil, devant et derrière les autels, dans les processions. Des paroles, des espoirs, des regards, de la compassion, de la foi… On avait beaucoup apprécié le regard (et le travail) de la paire Demaizière/Teurlai sur l’édification d’un spectacle chorégraphique par Benjamin Millepied dans Relève : histoire d’une création. En prenant le temps de se focaliser sur cette question, les deux documentaristes révélaient par incidence toutes les coulisses de l’Opéra de Paris en maintenant un suspense au couteau — de la très belle ouvrage. Quelle déception, alors, de les voir s’égarer dans la contemplation vaine et désorientée de leur nouveau sujet selon l’adage tristement connu “qui trop embrasse mal étreint“. Lourdes tiendrait plutôt de la galerie d’illuminés ou de malheureux aux existenc

Continuer à lire

Léa Frédeval : « Ma génération doit s’enlever de l’individualisme »

Les Affamés | Léa Frédeval raconte la genèse du film adapté de son livre qu’elle avait présenté en primeur au Rencontres du Sud d’Avignon. Elle confie également ses futurs projets…

Vincent Raymond | Mercredi 5 septembre 2018

Léa Frédeval : « Ma génération doit s’enlever de l’individualisme »

Votre aventure est partie d’un roman ? LF : Oui, Les Affamés a été publié en 2014. Ce sont les édition Bayard qui m’ont commandé le livre… Je n’avais pas prévu d’écrire du tout. J’étais à ma troisième année de fac dans ma troisième fac, moi-même en errance, je n’avais aucune piste. J’essayais des choses en faisant de grands écarts universitaires assez fous. Et puis fin de ma troisième année, frustrée par un mauvais résultat, je lance un blog. Pas pour être connue : il y a 15 ans j’aurais ouvert un journal intime. J’ai pris mon ordi et 3 semaines plus tard j’ai reçu un email des éditions Bayard me disant être tombé sur mon blog par hasard et me demandant de faire dans un livre le constat de ma génération. Donc je l’ai fait, il n’y avait rien de plus sympa. Un an et demi après, on m’a appelé pour l’adapter au cinéma. Comment avez-vous abordé cette première expérience cinématographique ? Il n’y a rien de plus cool à faire dans la vie ; je ne vois pas ce que je pourrai

Continuer à lire

Samuel Collardey : « Je m’inspire de tranches de vie pour fabriquer des histoires »

Une année polaire | Grand écart climatique pour Samuel Collardey, qui a présenté en primeur aux Rencontres du Sud d’Avignon son nouveau film tourné aux confins de l’hémisphère boréal, Une année polaire. Une expérience inuite et inouïe.

Vincent Raymond | Jeudi 31 mai 2018

Samuel Collardey : « Je m’inspire de tranches de vie pour fabriquer des histoires »

Une année polaire s’achève avec une phrase précisant qu’Anders est toujours instituteur au Groenland. Ce que l’on a vu tient donc davantage du documentaire que de la fiction ? Pour aller très vite, le film a été écrit : le scénario est très documenté, tout vient de témoignages que j’ai reçus d’anciens instituteurs ou de choses que moi-même j’ai vécues, ou que Anders a vécues ; je n’ai rien inventé. Tout ce qui est dans le film est documentaire, mais il est effectivement mis en scène comme une fiction. C’est-à-dire que tout le monde joue son propre rôle. Cela donne en effet un registre un peu hybride entre le documentaire et la fiction. Mais c’est un petit peu ma façon de faire — la question s’était déjà posée sur L’Apprenti, Tempête. J’aime travailler avec des non-professionnels sur des effets de réel très forts, et je m’inspire de leurs tranches de vie pour fabriquer des histoires. Est-ce que ce cela vous complexifie ou vous simplifie le travail de procéder ainsi ? Je ne s

Continuer à lire

Julien Hallard : « Ce qui m’intéresse, c’est que le message passe »

Comme des garçons | S’il n’a tourné aucune image de son film inspiré de l’équipe de foot féminine de Reims dans la ville de ses exploits, Julien Hallard est bien allé à Avignon pour parler aux Rencontres du Sud de Comme des garçons…

Vincent Raymond | Jeudi 26 avril 2018

Julien Hallard : « Ce qui m’intéresse, c’est que le message passe »

Y a-t-il a un lien entre le foot et votre mère, à qui vous avez dédié ce film ? J.H. : C’est une dédicace affective avant tout. S'il y en avait un, ce serait sur la cause féministe — ma mère était très engagée. Et comme elle aimait le cinéma, je me devais de lui dédier mon premier film. Quel est votre propre rapport au foot ? J’ai joué dans le Calvados chez les poussins, j’aime ça depuis l’enfance. Et je m’intéresse vraiment au football féminin, ce n’est pas un truc opportuniste : je suivais Lyon et l’équipe de France, ça joue bien. Au moment où les hommes plongeaient en 2010, les filles faisaient une bonne coupe du monde, ça m’a inspiré. Elles vont trouver leur place dans ce sport majeur, avec beaucoup d’argent. Et si elles arrivent à s’imposer, elle s’imposeront dans le sport le plus populaire sur la planète. Donc j’aimerais bien que ça arrive. À partir de quand la fiction prend-elle ici le pas sur l’histoire authentique ?

Continuer à lire

Elsa Diringer : « Je pense que la violence peut aussi venir d’une femme »

Luna | De passage en quasi voisine aux Rencontres du Sud d’Avignon, la Montpelliéraine Elsa Diringer a présenté son premier long métrage, Luna. Le portrait d’une jeunesse bouillonnante qu’elle a su approcher, voire apprivoiser. En douceur.

Vincent Raymond | Mercredi 4 avril 2018

Elsa Diringer : « Je pense que la violence peut aussi venir d’une femme »

Comment vous en êtes venue à la réalisation ? E.D. : Un peu par hasard. Au départ, je ne voulais pas du tout faire de cinéma. J’ai rencontré un copain dans une salle d’escalade qui m’a emmené sur un tournage et à l’époque, comme j’étais un peu perdue, je me suis dis « bah voilà, je vais faire ça ». Mais je savais pas encore exactement quoi. Donc je me suis inscrire à la fac et je me suis dit qu’il fallait apprendre un métier technique pour gagner ma vie. J’ai découvert la perche et j’ai bien aimé parce que c’était physique. Ensuite, j’ai fait de l’assistanat, ce qui m’a permis de fréquenter de chouettes plateaux comme ceux de Nicole Garcia, René Féret ou Alain Resnais à la fin. En même temps, j’ai écrit des courts métrages qui ont été plus ou moins financés. Au bout d’un moment, je me suis dis « arrête de te raconter que tu vas être perchman parce que ce n’est pas vrai, ce n’est pas un métier pour toi ». Et j’ai commencé à écrire mon long métrage. Mais c’était assez tard. Vers 27 ans. Qu’est-ce qui a déterminé le choix d

Continuer à lire

Carine Tardieu : « Pleurer ou rire, c’est une manière d’être vivante »

Interview | Avant d’aller à Cannes à la Quinzaine de Réalisateurs, Carine Tardieu était passée aux Rencontres du Sud pour présenter son film tourné en Bretagne. Rencontre avec une voyageuse…

Vincent Raymond | Vendredi 8 septembre 2017

Carine Tardieu : « Pleurer ou rire, c’est une manière d’être vivante »

Vous abordez ici thème du secret de famille, très fécond au cinéma… CT : Au fur et à mesure de l’écriture de cette histoire, je me suis rendu compte qu’il y avait énormément de famille dans lesquelles il y avait des secrets — beaucoup autour de la paternité, car on sait qui est la mère d’un enfant. On en entend davantage parler depuis que les tests ADN existent. Des gens m’ont raconté leur histoire : certains ont eu envie de chercher leur père biologique, d’autres n’ont jamais voulu savoir… Paradoxalement, découvrir que son père n’est pas son père biologique permet à votre héros de mieux le connaître le premier… CT : Absolument. J’ai eu moi-même la sensation de rencontrer mon père assez tard, alors que mon père je le connais depuis toujours. Parfois, la rencontre se fait à un moment précis de la vie : quand on devient soi-même père ou mère, on se demande quel homme et quelle femme nos parents ont été. On projette des choses sur eux, qui sont juste une petite partie de leur réa

Continuer à lire