Hais ta soeur : " Tous les dieux du ciel "

ECRANS | De Quarxx (FR, 1h 42) avec Jean-Luc Couchard, Mélanie Gaydos, Thierry Frémont…

Élise Lemelle | Mercredi 15 mai 2019

Photo : ©To Be Continued


Simon et Estelle jouent à la roulette russe, jeu pervers qui coûtera son visage à la petite fille. Vingt ans plus tard, Estelle dépend toute entière de son frère, incarnation, violente, d'une culpabilité qui trouve refuge dans des croyances ésotériques, celle de tous les dieux du ciel, alimentées par ses délires paranoïaque.

Le réalisateur Quarxx fusionne les genres, du drame familiale au thriller campagnard en passant par la science-fiction, pour dépeindre une tension fraternelle des plus efficaces. Simon favorise l'assujettissement de sa soeur, qui ne se réduit plus qu'à une enveloppe charnelle, alors qu'il ne désire que son salut. La mise en scène crée un climat anxiogène, reflet d'une France profonde sinistre poussant ses habitants dans leurs plus sombres retranchements. Quarxx multiplie, rapidement, les sous-intrigues perdant le spectateur dans un dédale de questions irrationnelles, l'amenant lui même à une forme de démence jusqu'à un épilogue onirique, où Mélanie Gaydos (Estelle) excelle.

Illustration fantastique des conséquences d'une vie marginalisée guidée par une quête de rédemption, Tous les dieux du ciel multiplie les péripéties trash, à l'esthétique horrifiquement soignée, au point qu'il est compliqué de comprendre le message que le réalisateur souhaite véhiculer.


Tous les dieux du ciel

De Quarxx (2018, Fr, 1h02) avec Jean-Luc Couchard, Thierry Frémont...

De Quarxx (2018, Fr, 1h02) avec Jean-Luc Couchard, Thierry Frémont...

voir la fiche du film


Simon vit dans une ferme isolée avec sa sœur Estelle, alitée dans un état végétatif, sous le joug des séquelles motrices d'un accident survenu durant leur enfance. Suite à son licenciement, Simon rompt encore plus le ban avec la société et se replie sur ses obsessions paranoïaques...


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Bandes à part

Panorama ciné mai 2019 | Contrairement aux plateformes vidéo destinées à un usage domestique souvent solitaire, le cinéma se partage — et en très grand format. Autant en profiter avec des films de troupes…

Vincent Raymond | Mardi 30 avril 2019

Bandes à part

Mai équivaut à un supplice de Tantale pour l’amateur de cinéma : pendant dix jours, on lui distille des images de la quintessence d’une production mondiale dont l’écrasante majorité sera invisible jusqu’à l’automne ou l’hiver. Alors, pour tromper son attente, et pendant que la masse des Élus gravite autour de la Croisette, le commun du public pourra toujours faire foule dans les salles en allant voir des films de bandes, particulièrement représentées. Premier (et plus attendu) de ceux-ci, la suite de la “comédie générationnelle“ de Guillaume Canet Les Petits Mouchoirs, Nous finirons ensemble (1er mai) Même distribution (avec l’ajout bienvenu de Clémentine Baert et celui, hélas inutile, de José Garcia), même concept (faire fermenter dans une résidence de nabab texan un groupe “d’amis“ aux égos hypertrophiés se mesurant la longueur du portefeuille pour savoir qui sera le nouveau mâle alpha de la cohorte), même succession de séquences culminant en crise, même longueurs et même succès à prévoir si le principe d’adoration des dominants est, comme toujours,

Continuer à lire