Alan Menken : « Il fallait que je maintienne l'intégrité de mon bâtiment »

Aladdin | Compositeur historique des studios Disney, lauréat de huit Oscar — dont deux pour la version animée de Aladdin —, le toujours affable Alan Menken est venu converser (au piano) de son travail au long cours sur ses partitions…

Vincent Raymond | Mardi 21 mai 2019

Photo : ©DR


Quel a été votre processus d'écriture pour ce film ? S'agit-il d'une “réécriture” ?

A.M : Tout d'abord, écrire la musique pour un film animé est différent pour un film en prises de vues réelles : il faut trouver des moments plus intenses et d'autres plus courts, des thèmes qui musicaux qui reviennent encore et encore… Au début d'Aladdin, j'ai été inspiré par des gens comme Fats Waller. Ensuite, pour la comédie musicale Aladdin qui est sur scène depuis longtemps à Broadway mais n'a pas encore été jouée à Paris —, c'est encore très différent : j'ai dû écrire davantage de chansons et penser différemment… Et enfin, ça a évolué vers cette version en prises de vues réelles, qui a nécessité que je modifie la musique afin qu'elle colle mieux.

Écrire trois fois une partition, je l'avais déjà fait pour La Belle et La Bête. La clef pour vraiment y parvenir, c'est de connaître le réalisateur, d'être sur sa même longueur d'onde que lui : ça m'aide à écrire la musique la plus adaptée. Prenons l'exemple de Bill Condon qui a réalisé La Belle et La Bête : comme c'est un fan de comédie musicale, on a décidé de suivre cette approche. Idem avec Rob Marshall, lui aussi issu de cette tradition, sur la préparation de La Petite Sirène en prises de vues réelles. Mais avec Guy Ritchie, c'était différent. Dès le début de notre collaboration, il m'avait dit : « J'ai peur des jazz hands » Vous savez, ce sont ces frétillements de la main, paumes ouvertes, que l'on voit toujours dans les comédies musicales. Mais on a su trouver le juste milieu entre mon style et celui de Guy ! Comme il voulait une musique plus contemporaine, moderne, ça a donné lieu à plusieurs questions : faut-il changer les arrangements ? À quel endroit ouvrir les chansons ? Faut-il en ajouter de nouvelles ou bien changer les paroles? À l'instar de La Belle et La Bête, Guy Ritchie voulait rester assez fidèle aux chansons d'origine, si bien qu'on en a ajouté qu'une seule nouvelle chanson, Speechless, divisée en deux parties dans le film — bon, on a aussi créé la chanson La Lune du désert, un duo entre Aladdin et Jasmine, mais on a dû le couper parce qu'il était trop long pour la version finale. Enfin, on a aussi ajouté une reprise de Je vole. J'aime bien réarranger les morceaux ; cela donne de la fraîcheur, un nouveau contexte que j'apprécie en tant que compositeur. Je suis un peu comme un architecte : je réalise les dessins, je construis la maison… Mais ce sont d'autres personnes qui y vivent.

Pour composer Speechless, avez-vous eu besoin de réécouter la bande originale pour vous remettre dans le bain, ou bien êtes-vous parti au feeling ?

C'était quelque chose que je ressentais dans mes tripes, je voulais avoir dans le morceau une connexion avec le personnage de Jasmine. Si on y entend une tonalité provenant du Moyen-Orient, ce n'est pas un pastiche comme le morceau d'ouverture — qui évoque les films hollywoodiens des années 1930 —, c'est plus parce que la chanson vient du cœur.

Le fait que Will Smith soit interprète du film a-t-il changé votre approche ?

Non… Enfin, Will a changé de lui-même les chansons que j'ai écrites. Encore une fois, je suis l'architecte, ce sont eux qui habitent dans la maison.

Justement, un architecte au fur et à mesure de sa carrière peut évoluer — dans son goût pour les ornementations, notamment Ici, vous êtes à la fois l'architecte d'aujourd'hui et celui d'hier…

Oui, c'est vrai, absolument, et il fallait que je maintienne l'intégrité du bâtiment ! Mais, pour rester dans la métaphore, comme une famille plus grande devait s'installer dans la maison, il fallait plus de chambres. J'avais donc deux jobs : protéger ma musique d'origine, mais aussi l'adapter. Par exemple, dans le cas du génie joué par Will Smith, ça ne m'a pas vraiment atteint parce que les musiques n'ont pas changé. Mais, par rapport à Jasmine, on a “agrandi la maison“ parce que j'ai écrit un nouveau morceau.

Quel regard portez-vous sur cette franchise Aladdin depuis son origine ?

Je pourrais en parler pendant trente minutes ! Pour être honnête, là ou je me suis senti le plus en contrôle du projet, c'était vraiment au début quand on a signé les premiers morceaux avec mon partenaire de longue date, Howard Ashman, qui est malheureusement décédé durant l'écriture — j'ai fini avec Tim Rice en tant que parolier. Ensuite, c'est devenu un spectacle à Broadway et c'était une équipe beaucoup plus grande : il y avait un nouveau metteur en scène, un nouveau scénariste… À présent, avec le film en prise de vues réelles, l'équipe est devenue encore plus grande ! Alors c'est vrai que j'ai parfois du mal à être serein, mais je suis le mouvement. Ce que j'aime chez Disney, c'est qu'ils font vraiment tout ce qu'ils peuvent pour protéger les personnages centraux, ce qui veut dire qu'Aladdin va être Aladdin, que ce soit dans le dessin animé, le spectacle ou bien le film. Pareil avec Jasmine — peut-être qu'ici elle a des émotions plus profondes, mais le personnage est toujours le même. Il n' y a que Jafar qui est un peu différent.

Vous arrive-t-il d'exprimer une suggestion au metteur en scène ou au producteur ?

Bien sûr : je trouve que la meilleure façon d'avancer, c'est vraiment de faire partie de l'équipe et de garder un œil sur le but et avancer d'ensemble !


Aladdin

De Guy Ritchie (2019, ÉU) avec Mena Massoud, Naomi Scott...

De Guy Ritchie (2019, ÉU) avec Mena Massoud, Naomi Scott...

voir la fiche du film


Quand un charmant garçon des rues du nom d’Aladdin cherche à conquérir le cœur de la belle, énigmatique et fougueuse princesse Jasmine, il fait appel au tout puissant Génie, le seul qui puisse lui permettre de réaliser trois vœux.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Ang Lee : « Garder l’émotion en élargissant mon champ d’expérimentation »

Gemini Man | Avec Gemini Man, le plus polyvalent des cinéastes contemporains poursuit son insatiable exploration formelle et métaphysique avec un film d’action qui aurait beaucoup plus à Philip K. Dick. Rencontre.

Vincent Raymond | Mardi 1 octobre 2019

Ang Lee : « Garder l’émotion en élargissant mon champ d’expérimentation »

Pour mettre en scène Gemini Man dont le héros est un personnage existant simultanément à plusieurs âges de sa vie, vous êtes-vous reposé sur les différents réalisateurs que vous étiez par exemple à l’époque de Tigre et Dragon, de Hulk, de L’Odyssée de Pi et de Un jour dans la vie de Billy Lynn ? Ang Lee : Pour chacun de mes films, je veux à la fois suivre un fil, conserver les meilleurs côtés de mes réalisations et explorer de nouvelles directions. Tigre et Dragon marquait mes débuts dans l’action. Alors que j’avais commencé dans le drame, je suis passé peu à peu à une dimension plus visuelle — ce que vous, les Français, appelez le “cinéma pur“. À travers mes films j’essaie toujours de garder le même cœur, la même âme, la même émotion, tout élargissant mon champ d’expérimentation. Mais quand vous dirigez un film d’action comme Gemini Man, avez-vous l’impression de faire le même métier que lorsque vous réalisez un film plus intimiste tel Brokeback Mountain ? Dans les deux cas,

Continuer à lire

"Gemini Man" : Je est un autre moi-même

Smith & Wesson | Un exécuteur d’État est traqué par son clone rajeuni de 25 ans. Entre paradoxe temporel à la Chris Marker et cauchemar paranoïde façon Blade Runner, Ang Lee s’interroge sur l’essence de l’humanité et continue à repenser la forme cinématographique. De l’action cérébrale.

Vincent Raymond | Mardi 1 octobre 2019

Employé comme exécuteur par une officine gouvernementale, Henry Brogan découvre qu’on cherche à l’éliminer ainsi que les membres de son équipe. Partant en cavale avec Danny, une équipière, il constate que le tueur à leurs basques est son portrait craché… plus jeune de 25 ans. Le coup de l’agent bien noté considéré tout à coup comme une cible à abattre par ses anciens partenaires doit figurer en haut du classement des arguments-types pour films d’espionnage. À peu près au même niveau que le recours à un jumeau maléfique dans les polars ! Même s’il est justement ici question d’un combo chasse à l’homme/clones, on aurait tort de sous-estimer l’influence et les apports de Ang Lee sur Gemini Man. Un authentique auteur — au sens défini par Truffaut dans son article Ali Baba et la “Politique des Auteurs“ — qui, lorsqu’il s’empare d’une intrigue connue pour avoir été mille fois illustrée à l’écran, est capable d’en offrir une approche nouvelle et, surtout, singulière. DePalma en incarne un autre exemple sur le même thème avec Mission : Impossible.

Continuer à lire

"Aladdin" : Super calife agile !

Disney | De Guy Ritchie (É.-U., 2h09) avec Mena Massoud, Naomi Scott, Will Smith…

Vincent Raymond | Mardi 21 mai 2019

Se livrant à ses activités délictuelles dans la cité d’Agrabah, le jeune tire-laine Aladdin sauve de la princesse Jasmine qu’il prend pour une servante et en tombe amoureux. Grâce aux pouvoirs d’une lampe magique (et de son génie), il deviendra prince et sauvera le royaume du félon vizir… Même s’il se montre ici singulièrement calme — oubliez le surmontage rehaussé de ralentis et d’effets de variation de vitesse de défilement dont il est d’habitude si friand — le frénétique Guy Ritchie a d’emblée le mérite de remettre le minaret au centre du village, c’est-à-dire de renvoyer au cimetière du carton-pâte le pitre franchouillard piètre simulacre d’Aladdin en jouant la carte de la superproduction à l’ancienne, avec danseurs par milliers, éléphants et costumes chamarrés pour tout le monde. Bien sûr, il y a du numérique, mais il ne remplace pas les immenses plans d’ensemble où les chorégraphies prennent vie. Will Smith n’étonne guère dans la peau (bleue) du génie : sur le papier, il était évident qu’un showman de sa trempe glisserait aisément ses pieds dans les babouches de Robin Willi

Continuer à lire

Diversion

ECRANS | John Requa et Glenn Ficarra revisitent le film d’arnaque dans une comédie pop fluide et élégante portée par le couple glamour Will Smith / Margot Robbie. Divertissement longtemps irrésistible, "Diversion" rate de peu sa sortie. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 23 mars 2015

Diversion

Fondre en un seul geste la forme et le fond pour distraire le spectateur : c’est un programme de cinéma mais aussi une méthode d’arnaque éprouvée. Diversion en a conscience et c’est un beau tour de passe-passe qu’orchestrent le duo John Requa et Glenn Ficarra, ici un cran au-dessus de leurs deux premiers films — I Love You Philip Morris et Crazy Stupid Love. Le titre original, Focus, plus que son équivalent français, marque d’ailleurs cette parenté entre la mise en scène (du film) et les coups montés par Nicky avec sa bande et sa nouvelle partenaire — et amante — Jess : il s’agit de déplacer la focale et d’orienter le regard pour mieux tromper la victime-spectateur. Cela nécessite souplesse, charme et élégance ; il faut donc avant tout un couple glamour au possible : ici, Will Smith, dans un exercice sobre d’underplaying appris chez Shyamalan, et Margot Robbie, qui confirme après Le Loup de Wall Street qu’elle a un tempérament en plus d’avoir un sex-appeal. Leur rencontre a des airs de comédie

Continuer à lire

After earth

ECRANS | Étrange sensation face à cette rencontre entre la dynastie Smith et l’ex-prodige déchu Shyamalan, celle d’assister à un film dont la simplicité le tire à la fois vers la beauté et vers l’ennui, à une œuvre coincée entre l’épure et l’esbroufe, la sincérité et les arrières pensées. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 5 juin 2013

After earth

La première surprise d’After Earth, c’est qu’il n’y a à proprement parler aucune surprise. Comprenez : pas de twist spectaculaire, pas de grands morceaux de bravoure, pas de 3D débordante. Même les décors, soigneusement choisis pour représenter une terre revenue à l’état sauvage après une catastrophe écologique ayant obligé l’humanité à la déserter, ne sont jamais regardés comme des éléments d’exotisme rétro-futuriste, mais dans l’ordinaire d’une nature ayant repris ses droits ancestraux. Ça, c’est pour le versant M. Night Shyamalan, et on peut voir After earth comme un autodafé de son horrible Dernier maître de l’air : là où hier, la surenchère était de mise pour tenter de retrouver le crédit des studios, c’est un principe déflationniste qui s’applique ici, mais qui conduit paradoxalement à retrouver l’éclat de ses premières œuvres. Même lenteur calculée, mêmes dialogues chuchotés comme si les personnages se réveillaient d’un accident en état de choc, et surtout refus d’un découpage frénétique au profit de plans qui prennent le temps d’installer un climat, reposant sur d’habiles mais di

Continuer à lire