"Le Mariage de Verida" : Gavissime

ECRANS | de Michela Occhipinti (It., 1h34) avec Sidi Mohamed Chinghaly, Verida Beitta Ahmed Deiche, Aichetou Abdallahi Najim…

Vincent Raymond | Mercredi 4 septembre 2019

Photo : ©Film Boutique


Mauritanie, de nos jours. L'existence de Verida tourne autour du salon de beauté de sa grand-mère et de ses deux amies. Ses parents ayant décidé de la marier, elle entame non sans renâcler un rite prénuptial destiné à la faire grossir : le gavage. Une coutume entre torture et hypocrisie…

Il n'est pas rare de voir des fictions à destination quasi exclusive du public des pays occidentaux vitupérer telle ou telle survivance d'une coutume archaïque, affirmant généralement la mainmise du patriarcat sur la population féminine : excision, obligation de se couvrir dès l'adolescence, mariages forcés etc. Misant beaucoup sur leur valeur documentaire, elles reproduisent en général la forme du film-dossier en respectant des standards cinématographiques schématiques.

Cette catégorie de films pointe évidemment l'odieuse différence de traitements entre hommes et femmes, mais aussi les petits arrangements avec la tradition ou la religion permettant d'accomplir toutes les entorses aux règles que l'on désire… tant qu'elles demeurent à l'abri des regards. Ici, les femmes ont souffert de leur “régime“, mais le perpétuent sur leurs filles sans fin, se faisant les complices objectives de la domination masculine séculaire. Devenues obèses pour se marier, elles peuvent alors divorcer pour conquérir une liberté, qui n'était pas leur état premier.

Si l'on comprend l'intention du message, inversons ne serait-ce qu'un instant le paradigme. Et imaginons ne serait-ce qu'un instant des cinéastes venus “de pays émergents“, s'intéressent aux étranges coutumes dont certains d'entre nous s'enorgueillissent : jarretière et pot-de-chambre lors des mariages, circoncisions pour les naissances, corridas pour les distractions… Tout le monde y gagnerait.


Le Mariage de Verida

De Michela Occhipinti (2019, It, 1h34) avec Verida Beitta Ahmed Deiche, Amal Saad Bouh Oumar...

De Michela Occhipinti (2019, It, 1h34) avec Verida Beitta Ahmed Deiche, Amal Saad Bouh Oumar...

voir la fiche du film


Verida est une jeune femme mauritanienne. Elle partage sa vie entre son travail d'esthéticienne dans un salon de beauté et les sorties avec ses amies. Un matin, sa mère lui annonce qu'elle lui a trouvé un mari.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

24 révoltes par seconde

Panorama ciné rentrée/septembre | Peu importe qu’il soit passé au tout numérique : lorsqu’il s’agit des colères du mondes, le 7e Art retrousse ses babines et retrouve les bobines. Au moins de celles et ceux qui les incarnent…

Vincent Raymond | Mardi 3 septembre 2019

24 révoltes par seconde

Le feuilleton de l’été ne se suivait pas sur les petits écrans (la saga estivale made in TF1, c’est tellement 1987), ni sur les tablettes (la saison 7 de Orange is the new black qui se fait la malle des serveurs de Netflix France, ce fail trop beau pour être vrai), mais dans les coulisses du cinéma hexagonal dont la plupart des représentants (membres de la SRF, étudiants de la Femis, indépendants…) ont accueilli avec des piques l’éventualité d’une nomination du producteur Dominique Boutonnat à la tête du CNC, l’instance suprême de la profession. Pas uniquement parce que celui-ci figurait parmi les premiers à avoir abondé au comité de soutien du candidat Macron (encore que…) ; plutôt pour le rapport que la Ministère de la Culture lui avait commandé, dans lequel il préconisait le financement privé du cinéma et de l’audiovisuel. Ni la mobilisatio

Continuer à lire