Robert Guédiguian : « Les idées des dominants sont clairement devenues dominantes »

Gloria Mundi | Une famille déchirée par l’argent, fléau social gangrenant âmes, cœurs et corps… Dans Gloria Mundi, Robert Guédiguian tend un miroir sans complaisance à sa génération, épuisée d’avoir combattu et à la suivante, aveuglée par les mirages. Mais ne s’avoue pas vaincu. Entretien exclusif.

Vincent Raymond | Mercredi 27 novembre 2019

Photo : ©Stephan Vanfleteren


Dans la mesure où vous travaillez en troupe, mais aussi où un lien très privilégié vous unit à Ariane Ascaride, comment avez vous reçu la Coupe Volpi qui lui a été remise à la Mostra de Venise ?

Robert Guediguian : Je crois que tous les gens qui travaillent ensemble depuis toujours, dont moi, ont pris ce prix pour eux, disons-le. Et l'on trouve juste et justifié ce rapport qui a été fait entre Ariane (qui est d'origine italienne), ses rôles dans le cinéma que je fais et les grandes références comme Anna Magnani. Un prix à Venise oblige à penser à tout le cinéma italien des années 1970 qu'on aime beaucoup et qui nous a grandement frappés : dans notre adolescence, c'était le plus fort du monde. On a plus de références avec le cinéma italien qu'avec le cinéma français ou américain. C'est un peu une transmission, un passage de témoin magnifique.

Gloria Mundi est un film sur les valeurs. Mais ce mot à des acceptions différentes selon les générations : pour les aînés, il s'agit de valeurs humaines alors que les enfants les considèrent sur le plan économique…

Je crois, oui. C'est ce qu'on appelle le consumérisme : les rapports marchands, l'argent comptant, l'égoïsme, comme le disait déjà Marx en 1848. Certes, cela existait depuis les années 1970 et les Trente glorieuses, mais je crois que c'est devenu un tsunami qui a submergé toutes les anciennes valeurs et les liens de convivialité, de fraternité, de solidarité, de classe, jusqu'à atteindre aujourd'hui les rapport familiaux, amoureux les plus intimes : sexuels. Tout est relié d'une manière ou d'une autre à 'argent. Jamais une société n'a atteint un tel niveau de marchandisation. C'est ce que le film voulait dénoncer. Même si la génération précédente — la mienne —, est à la fois très résignée parce que les luttes ont échoué et que les combats n'ont pas marché, elle a tendance à dire : « essayons de sauver ce qui reste, la dernière chose qui fasse société, le dernier rempart : la famille. ». Mais même la famille est atteinte ! De ce point de vue, le film est très noir.

Par ailleurs, vous montrez des personnages qui ne croient plus au combat syndical. Pour le spectateur, un tel discours dans film de Robert Guédiguian est pour le moins déstabilisant…

On le savait bien en le tournant (rire) C'est un film très noir, mais il ne l'a pas été dans sa fabrication : ça nous faisait rire ou sourire de nous moquer d'Ariane qui, pour la première fois, jouait une briseuse de grève !

En même temps, je crois que je suis toujours allé au bout des constats qu'il fallait faire : autant j'ai voulu dans certains films encourager en montrant de très belles actions, des possibilités de vivre ensemble dans une courette — pour prendre l'exemple le plus illustre qu'est Marius et Janette, autant j'ai voulu ferrailler dans La Ville est tranquille ou Lady Jane. Il ne faut pas avoir peur du constat dur. Nous, spectateurs, avons besoin quand nous allons au cinéma, d'être parfois encouragés. Mais aussi, parfois, réveillés. Il faut qu'on nous montre le réel autrement. C'est un peu le sens de Gérard, à la fin du film, quand il regarde le spectateur en disant : « mais vous pensez quoi de cette affaire ? »

La solution aux maux du film est en chacun de nous : il faut que l'on prenne notre destin en mains, que l'on se réorganise, qu'on descende dans la rue, qu'on refasse de la politique, du syndicalisme, du rapport de force pour essayer de respirer un peu.

Ce constat, vous l'aviez déjà opéré un peu dans La Villa, avec des parents qui préféraient mourir plutôt que de vivre avec l'argent de leur fils.

Oui, c'est il y a seulement deux ans. Dans La Villa, qui était très différent, il y avait cette surprise de tous ces enfants qui allaient réveiller tous les vieux, pour aller vite (sourire). Dans Gloria Mundi, un personnage va rompre le cercle de la fatalité. Il y a un très beau geste à la fin, que je ne peux pas raconter.

Un geste libérateur pour le spectateur, et un message au gouvernement ?

Bien sûr.

Un autre personnage — celui campé par Grégoire Leprince-Ringuet — est très emblématique d'une mentalité actuelle ; il pourrait être une incarnation de la “macronie triomphante“…

Il prend pour argent comptant les idées le plus répandues aujourd'hui : « devenez tous patrons et pas salariés ; propriétaires et pas locataires ! » Comme si cela pouvait résoudre les choses, si tout le monde pouvait monter son entreprise, acheter une maison un bateau partir en voyage dans les Caraïbes ! Cette illusion de la liberté, que c'est possible pour tous… Cette vie-là, qui n'a pas d'intérêt particulier, n'est possible que pour quelques-uns à condition qu'ils acceptent d'exploiter les autres, de les écraser et de les pousser du pied et de l'épaule. C'est ça que le film critique de la manière la plus virulente : cet égoïsme absolu.

Et le fait que l'on fasse croire à un prolétariat surexploité qu'il pouvait accéder au patronat…

La chose la plus tragique, c'est que les idées des dominants sont clairement devenues dominantes, c'est-à-dire partagées par les dominés. Les gens les plus humbles croient à ce qu'on lui dit. On peut aujourd'hui rencontrer un smicard qui comprend qu'on n'augmente pas le smic parce que on lui a dit que sinon la société dans laquelle il travaille serait défaillante par rapport à la concurrence venue de Pologne ou de Chine, où les salaires sont plus bas. Ce discours là, même le smicards le tient. Il a adopté le discours de l'adversaire. Il n'a plus de conscience de classe, ni qu'il est exploité, il croit que son patron le sert le mieux possible — ce qui est un leurre total. Les idées du capitalisme son triomphantes, alors que dans la réalité, il est en crise au niveau international.

Avez-vous encore un espoir que l'on sorte de ce cauchemar par les voies légales que sont les urnes ?

Les urnes, je ne sais pas… Je n'ai jamais pensé que les urnes ne suffisaient : pour moi, l'espace démocratique, c'est aussi la rue. Donc, par les deux oui, mais il faut absolument qu'il y ait le lien entre les urnes et la rue. Pour l'instant, j'ai envie de dire que dans la rue, dans la société, le social il se passe des choses, mais ça n'a pas de traduction politique.

Je suis ému parce qu'il se passe à l'hôpital aujourd'hui : je trouve la résistance magnifique ; elle est unanime. Les grands “patrons“ en médecine comme l'on dit, sont dans la rue, ils n'ont jamais manifesté de leur vie. J'en ai vu sur des marchés qui distribuent des tracts, c'est très beau. Et à côté il y a des aides-soignantes des femmes de ménage de l'hôpital qui sont là, ils partagent le même combat, la même idée du service public. Il faut que ça trouve une traduction politique.

On vit un moment — transitoire, j'espère — où la politique a tellement déçu et surtout le parti socialiste qui, depuis 30 ans aurait dû être de gauche, ne l'est pas. Les gens n'y croient pas qu'il puisse y avoir une politique qui puisse aller dans leur sens d'une manière viable, qui respecte la parole donnée aux électeurs. Je pense qu'ils ont tort. Il faut croire à nouveau à la politique. La démocratie est le moins mauvais des systèmes qu'on connaisse, il faut bien qu'on vote pour quelqu'un qui assure la fabrication des lois, un exécutif qui aille dans le bon sens. Donc il faut que la rue manifeste et que tou ça aille dans le bon sens.

Depuis que je suis né, je n'ai jamais cessé d'appeler à l'union. Dès 1971, j'ai vécu le programme commun, j'ai pensé qu'il fallait unir les forces de gauche. Une force de gauche seule n'arrivera jamais et n'est jamais arrivée à rien dans ce pays, jamais I Si on est un peu historien, on le sait. Donc il faut une réunion des forces de gauche, émancipatrices. Il y en a. Mais pas qu'elles s'amusent les unes les autres et chacune leur tour à jouer « je suis le leader ». A bon entendeur, salut (rires) !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lucas Belvaux : « Il ne doit pas y avoir un plaisir malsain à regarder la violence »

Rencontre | Adapté du roman de Laurent Mauvignier, Des hommes rend justice à toutes ces victimes de la Guerre d’Algérie payant les intérêts de décisions “supérieures“ prises au nom des États. Et s’inscrit avec cohérence dans la filmographie du (toujours engagé) cinéaste Lucas Belvaux…

Vincent Raymond | Mercredi 19 mai 2021

Lucas Belvaux : « Il ne doit pas y avoir un plaisir malsain à regarder la violence »

Il y a un lien manifeste entre Chez Nous (2017) et ce film qui en constitue presque une préquelle… Lucas Belvaux. Il est un peu né du précédent, oui. J’avais lu le livre de Laurent Mauvigner à sa sortie en 2009, et à l’époque j’avais voulu prendre les droits et l’adapter. Mais Patrice Chéreau les avait déjà, et puis il est tombé malade et n’a pas eu le temps de le faire. J’avais laissé tombé et puis, avec le temps, ne voyant pas le film se faire, je m’y suis intéressé à nouveau. Surtout après Chez nous : il y avait une suite logique. J’ai relu le livre, je l’ai trouvé toujours aussi bon et mon envie de l’adapter était était intacte — ce qui est bon signe après 10 ans. Outre “l’actualité” de votre désir, il y a celle du sujet : on a l’impression qu’on ne fait que commencer avec le traitement de “liquidation“ de la Guerre

Continuer à lire

"Gloria Mundi" : Un monde immonde

ECRANS | Portrait d’une famille de la classe moyenne soumise au déclassement moyen dans la France contemporaine, où certains n’hésitent pas à se faire charognards pour ramasser les miettes du festin. Un drame noir et lucide. Coupe Volpi à Venise pour Ariane Ascaride.

Vincent Raymond | Mercredi 27 novembre 2019

Autour de Mathilda, qui vient d’accoucher d’une petite Gloria, le cercle de famille s’agrandit mais ne se réjouit pas trop : les jeunes parents peinent à joindre les deux bouts, le père de Mathilda (qu’elle connaît à peine) sort de prison ; quant à sa mère et son nouvel homme, ils ne roulent pas sur l’or. Seuls sa sœur et son compagnon s’en sortent grâce à une boutique de charognards… Est-ce ainsi que les Hommes vivent ? Citer Aragon, l’aède communiste par excellence, a quelque chose d’ironique accentuant la désespérance profonde dont ce film est imprégné. Gloria Mundi s’ouvre certes par une naissance, mais ne se reçoit-il pas comme un faire-part de décès dans l’ambiance mortifère d’un deuil, celui des illusions collectives et de la foi en l’avenir ? Triste est l’époque que Robert Guédiguian nous montre en miroir, où sa génération — celle des actifs usés, sur le point de partir en retraite, incarnés par l’épatant trio Meylan/Ascaride/Darroussin — ne peut plus transmettre le flambeau de la lutte ni des solidarités généreuses à sa progéniture. Cette dernière, hypnotisée par les chimères libérales, s’est muée en soldate

Continuer à lire

"Les Éblouis" : Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir

Un Christ d'horreur | De Sarah Suco (Fr., 1h39) avec Camille Cottin, Jean-Pierre Darroussin, Eric Caravaca…

Vincent Raymond | Mercredi 27 novembre 2019

Depuis que sa famille a rejoint la communauté chrétienne de Luc-Marie, Camille a vu sa mère sortir de son apathie dépressive. Mais les règles et les rites qui lui sont imposés, ainsi qu’à ses frères, l’étouffent. Camille sent bien l’anormalité de cette aliénation souriante, au nom de la foi… Dans une semaine faste en films d’épouvante, Les Éblouis ne dépare pas. S’inspirant de ses souvenirs personnels, la comédienne Sarah Suco signe un premier long métrage d’autant plus effrayant qu’il se passe d’effets en décrivant au jours le jour et à travers les yeux d’une adolescente, les conséquences du mécanisme d’embrigadement sectaire. Comment un loup aux allures débonnaires se déguise en berger pour attirer à lui les proies qu’il a flairées fragiles — en l’occurence, la mère de Camille, dépressive et flétrie dans son existence. Et parvient à tout obtenir d’eux grâce à un conditionnement culpabilisateur. Se revendiquant du christianisme et pratiquant une lecture très personnelle des Écritures, la “communauté“ déviante de Luc-Marie est l’un de ces trop nombreux cercles de fêlés prétendant détenir la Vérité en droite

Continuer à lire

"Martin Eden" : London, Italie

ECRANS | De Pietro Marcello (It.-Fr., 2h08) avec Luca Marinelli, Jessica Cressy, Carlo Cecchi…

Vincent Raymond | Mercredi 16 octobre 2019

L’Italie, dans une vague première moitié du XXe siècle. Pour avoir défendu un bourgeois dans une bagarre, le jeune marin Martin Eden est introduit dans sa famille. Fasciné par la fille de la maison, il cherche à se cultiver pour s’élever. Mais peut-on impunément quitter sa classe d’origine ? Pietro Marcello effectue ici une transposition libre et engagée du roman de Jack London, où les interférences avec l’histoire politique transalpine trouvent un écho dans la forme même du film. L’époque composite dans laquelle les faits se déroulent évoque autant le début du XXe voyant la coagulation du mouvement prolétaire autour de la doctrine marxiste, l’entre-deux-guerre (voyant l’avénement du fascisme), les années soixante dans les bas quartiers napolitains que (de manière fugace) le temps contemporain, où des réfugiés échouent sur les plages italiennes. Un flou volontaire faisant de Martin Eden un personnage somme et atemporel ; une figure symbolique, éternelle voix du peuple arrachée à sa condition par l’éducation et la culture, dont l’élite ne

Continuer à lire

Bravo Virtuose : Le roi du pipeau

Pruneaux d'Arménie | de Levon Minasian (Arm.-Fr.-Bel., 1h30) avec Samuel Tadevosian, Maria Akhmetzyanova…

Vincent Raymond | Jeudi 15 février 2018

Bravo Virtuose : Le roi du pipeau

À la suite d’un quiproquo, Alik, un jeune clarinettiste récupère le portable, les contrats et l’argent d’un tueur à gages. La manne tombe à pic, car il cherche à financer l’orchestre de son grand-père lâché par son mécène. Seul hic : Alik doit exécuter les cibles désignées par le commanditaire… À quoi reconnaît-on un polar arménien ? Aux plans sur le mont Ararat, équivalant à ceux sur la Tour Eiffel dans une production française ? Au fait que l’un des méchants — en l’occurrence un bureaucrate corrompu — vante la qualité des loukoums stambouliotes dont il se gave à longueur de journée ? Plutôt à l’évocation des anciens combattants du Haut-Karabagh, où sont morts les parents du héros, et dont certains sont devenus des mafieux. Hors cela, ce premier long métrage promenant une élégante indécision entre comédie sentimentale, burlesque et thriller, s’aventure aussi dans le semi-expérimental, en matérialisant les images mentales et oniriques d’Alik, caverne d’Ali-Baba fantasmatique où circule la silhouette de la séduisante Lara. Levon Minasian donne l’impression d’abattre toutes ses car

Continuer à lire

"La Villa" : Une calanque en hiver

ECRANS | Page arrachée à son journal intime collectif, le nouveau Robert Guédiguian capte les ultimes soubresauts de jeunesse de ses alter ego, chronique le monde tel qu’il est et croit encore à la poésie et à la fraternité, le tout du haut d’un balcon sur la Méditerranée. De l’utopie vraie.

Vincent Raymond | Mardi 28 novembre 2017

Depuis un drame intime, Angèle n’était jamais revenue voir son père ni ses frères. Après l’AVC du patriarche, elle redescend pourtant un jour d’hiver dans la calanque familiale. Histoire de régler le présent, solder le passé et peut-être se reconstruire un futur. « J’ai l’impression de faire une espèce de feuilleton depuis trente ans. Sans personnage récurrent, mais avec des acteurs récurrents. Et je joue avec cette ambiguïté. » La confidence de Robert Guédiguian prend d’autant plus de sens ici où le cinéaste convoque un extrait de son film Ki Lo Sa (1985) pour illustrer un flash-back — procédé auquel il avait déjà eu recours dans La Ville est tranquille (2001), agrémenté d’un fragment de Dernier été (1981). « Je serais tenté de le faire souvent, mais ce serait une facilité. Là, par rapport au sujet, ça se prêtait bien », confirme le cinéaste. Bercée par la musique de Bob Dylan, cette réactivation d’une archive ensoleillée du lieu et des protagonistes confère à La Villa

Continuer à lire

Ariane Ascaride : « Les films de Robert Guédiguian fonctionnent à plusieurs niveaux »

"La Villa" | Bienveillante, passionnée, Ariane Ascaride demeure l’incontournable muse et visage du cinéma de Robert Guédiguian. Dans La Villa, elle incarne Angèle, une actrice de retour dans sa fratrie…

Vincent Raymond | Mardi 28 novembre 2017

Ariane Ascaride : « Les films de Robert Guédiguian fonctionnent à plusieurs niveaux »

À quoi pense-t-on quand on endosse un rôle d’actrice ? Je ne pense jamais à ce que je fais quand je joue : je le fais, je le suis. Je pense avant ; peut-être après. Si vous pensez, vous ne jouez pas ; c’est une drôle d’alchimie. Je suis toujours fascinée quand j’entends des acteurs dire qu’ils sont allés en usine une semaine pour travailler à la chaine. Je ne le ferais jamais, car je ne serai jamais aussi crédible que quelqu’un qui travaille à la chaîne. Qu’est-ce que le personnage d’Angèle a de vous ? Mon corps, mes yeux, ma voix… Elle a joué La Bonne âme de Setchouan de Brecht. Ça a à voir avec moi : je suis entrée au Conservatoire à Paris avec cette pièce, je l’adore. C’est l’histoire d’une fille tellement gentille qu’elle est obligée de se déguiser en garçon pour parfois ne pas être gentille. C’est une parabole extrêmement violente et juste : il est difficile d’être bon. Ce personnage m’a toujours accompagnée dans ma vie. Tous les gens qui me connaissent le savent. Robert me vole tout le temps de

Continuer à lire

Le Cœur des hommes 3

ECRANS | De Marc Esposito (Fr, 1h53) avec Marc Lavoine, Jean-Pierre Darroussin, Bernard Campan, Eric Elmosnino…

Christophe Chabert | Mardi 22 octobre 2013

Le Cœur des hommes 3

Le deuxième volet était déjà atroce, mais ce troisième épisode le surclasse encore dans l’infamie. Le cœur des hommes, ici, c’est plutôt leurs «couilles», terme généreusement employé tout au long de dialogues d’une absolue vulgarité, à l’avenant de la beaufitude satisfaite de ses quatre personnages. Qui, non contents d’accueillir chaleureusement le spectateur par une charge anti-fonctionnaires sur l’air du «on les paie à rien foutre avec nos impôts», vont ensuite s’employer à démontrer, dans un chorus de phallocrates rigolards, que les femmes ne serviraient à rien s’il n’y avait pas les hommes pour donner un sens à leur vie. La preuve : quand elles font chier, la meilleure chose à faire est de les virer — du pieu ou de leur boulot — ou de leur donner une bonne petite leçon en allant voir ailleurs. Et, bien sûr, tout cela se conclut par un éloge du mariage… Décomplexé politiquement, Le Cœur des hommes 3 l’est aussi, et c’est bien le pire, vis-à-vis de la forme télévisuelle, qu’il repique sans aucune mauvaise conscience : ouvertures de séquences avec le même panoramique sur les toits de Paris, mise

Continuer à lire