"Jeune Juliette" : Gros câlins

ECRANS | De Anne Émond (Qué., 1h37) avec Alexane Jamieson, Léanne Désilets, Robin Aubert…

Vincent Raymond | Mercredi 11 décembre 2019

Photo : ©Ligne 7


Précoce et obèse, Juliette souffre d'une vie qu'elle juge médiocre, banale et quasi solitaire, malgré un père aimant et un grand frère vaguement protecteur. L'approche des vacances d'été exacerbant les sentiments, des déclarations d'amour vont éclore en tous sens. Parfois inattendues.

Si vous êtes familier du journal Spirou, vous connaissez sans doute les BD Tamara (dont l'héroïne est en surpoids) et surtout Les Nombrils du duo québécois Dubuc & Delaf narrant le quotidien de lycéennes ; Jeune Juliette s'inscrit précisément à l'intersection de ces deux séries en jetant sur l'âge des possibles un regard certes bienveillant mais dénué de complaisance ou d'hypocrisie.

Anne Émond filme davantage que son excellente comédienne Alexane Jamieson : elle capte l'absence d'une mère carriériste et le manque qui en découle, la naissance du désir ou l'angoisse de ne pas être désiré·e, mais aussi les instants de solitude ainsi que les blessures narcissiques propres à l'adolescence. Sans donner l'impression de faire catalogue ni un film à thèse, la cinéaste aborde nombre de situations d'exclusion liées à une singularité personnelle (orientation sexuelle, apparence physique, handicap social etc.) auxquelles l'entourage et l'intelligence apportent des résolutions. « Il faut que le cœur se brise ou se bronze » disait Chamfort ; celui de Juliette a le temps de connaître les deux. Une chance ? Une marque supplémentaire de sa précocité, en tout cas.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Décembre : On casse la baraque ?

Panorama ciné | Alors que se profile Noël, fête familiale par excellence, une foule de films dont les protagonistes ressemblent à des escargots hors de leur coquille sort sur les écrans. Un choix pour le moins singulier, quand on connaît le destin des escargots en période de réveillon(s)…

Vincent Raymond | Mercredi 4 décembre 2019

Décembre : On casse la baraque ?

Qu’est-ce qui caractérise une famille ? Figée pendant des décennies (voire des siècles), la définition a connu ces dernières années moult révisions liées à la naturelle évolution des mœurs et de la société. Il demeure toutefois un paramètre central dans la qualification de la cellule familiale, fût-elle éclatée : le fait que des individus partagent un toit, en plus d’un patrimoine affectif et/ou génétique. Leur façon d’appréhender leur logis commun, et la manière dont les cinéastes les représentent, en disent souvent long sur les relations de ceux qui les occupent. Prenez La Famille Addams (4 décembre) : certes ils habitent une bâtisse plus que pourrie, mais leur cohésion s'avère totale face à l’adversité, incarnée par une sorte de Stéphane Plaza blonde et diabolique. En dépit d’un script dépourvu de la moindre originalité, cette énième résurrection de la pacifique tribu de morts-vivants (ici en version animée et signée par Conrad Vernon & Greg Tiernan) se laisse plutôt regarder, et même entendre en français : Kev Adams, voix de Gomez, se met au service de son personnage sans en faire d

Continuer à lire