"Le Cristal magique" : Comme de l'eau de roche

ECRANS | De Nina Wels & Regina Welker (All.-Bel., 1h21) avec les voix (v.f.) de Audrey D'Hulstère, Arthur Dubois, Nathalie Stas…

Vincent Raymond | Mercredi 11 décembre 2019

Photo : ©Little KMBO


La sècheresse ayant gagné la forêt, Amy l'intrépide hérissonne part à la conquête du cristal magique censé pourvoir en eau l'ensemble du territoire, et que le roi des ours a dérobé. Pour l'aider dans son aventure, son seul ami, l'écureuil timoré Tom, ne sera pas de trop…

Surmontez sans hésiter “l'audace graphique“ à l'allemande de l'affiche — vous savez, ce mariage aventureux de polices massives et de dégradés WordArt qui appuient l'expression un peu figée des protagonistes — ; vos jeunes enfants vous remercieront, car le film vaut mieux que cette vitrine. Construit sur le classique principe du conte à quête initiatique, Le Cristal magique vante les vertus de l'entraide, de la complémentarité, du partage des biens communs plutôt que la concentration des richesses au profit des plus puissants, de l'intelligence contre la force physique. Non, il s'agit pas d'un métaphore crypto-marxiste, mais de l'illustration très concrète d'une question actuelle et pragmatique : l'accaparement de ressources vitales par des ploutocrates sans scrupules provoque bien l'extermination de leurs congénères dans un écosystème, fût-il notre biosphère. Transposez cette avidité pour l'eau aux forêts d'Amazonie, au palmier à huile d'Indonésie et de Malaisie, aux hydrocarbures un peu partout sur le globe et vous constaterez qu'il y a des leçon à tirer d'un film d'animation destiné aux plus de 3 ans…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter