Forman à ses débuts

Nicolas Bros | Mercredi 8 janvier 2020

Milos Forman fait partie des génies du 7e Art. S'il est connu pour des oeuvres majeures telles que Vol au-dessus d'un nid de coucou, ou Amadeus, ses premiers films constituent des témoignages précieux d'une jeunesse tchécoslovaque commençant à montrer des vélléités de sortir du carcan soviétique. La cinémathèque stéphanoise ainsi que Le Méliès proposent de découvrir quatre pellicules qui permettent de plonger dans cet univers singulier : L'Audition, L'As de pique, Les Amours d'une blonde et Au feu les pompiers. Des oeuvres également en forme de prémisses des réalisations américaines à venir du cinéaste.

Infos et horaires sur le site de la cinémathèque et du cinéma le Méliès


L'as de pique

De Milos Forman, Tchécoslovaquie, 1963, 1h30

De Milos Forman, Tchécoslovaquie, 1963, 1h30

voir la fiche du film


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Que faire pendant le confinement ? Nos idées du 23 mars

Confinement Covid19 / Idées culture | Que faire pendant le confinement ? Régulièrement, nous essaierons, dans la mesure du possible, de vous fournir quelques idées pour vous divertir, apprendre ou partager de bons moments dans cette période compliquée.

Nicolas Bros | Lundi 23 mars 2020

Que faire pendant le confinement ? Nos idées du 23 mars

Plongée dans les archives et les bouquins La Ville de Saint-Étienne a ouvert en fin de semaine dernière l'ensemble du catalogue des films de la cinémathèque municipale mais également des livres numériques des médiathèques municipales. L'occasion de plonger dans l'ancien temps et de découvrir des pépites nichées dans les films possédés par cette institution qui fêtera en 2022 ses 100 ans d'existence. Plus d'infos sur(www.mediatheques.saint-etienne.fr et www.cinematheque.saint-etienne.fr Enquêter depuis chez soi Prends ta loupe, de quoi noter et file sur la page Facebook du 1909 Escape Game. L'établissement stéphanois lance aujourd’hui même un jeu interactif pour maintenir éveiller nos sens. L'histoire débute ainsi : « Une perle de pierre de lune vient d’être découverte sur la colline de Rochetaillée. Malheureusement, elle vient d’être volée lors de son transport entre Saint-Etienne et Sain

Continuer à lire

Cinémathèque 2.0

ECRANS | Vieille de près d'un siècle, la Cinémathèque de Saint-Étienne est remplie de trésors du septième art, sauvés de l'oubli par ses missions de sauvegarde et de (...)

Antoine Desvoivre | Jeudi 11 juillet 2019

Cinémathèque 2.0

Vieille de près d'un siècle, la Cinémathèque de Saint-Étienne est remplie de trésors du septième art, sauvés de l'oubli par ses missions de sauvegarde et de valorisation du patrimoine cinématographique. Grâce à elle, notre cité a reçu du ministère de la culture, le label « Bibliothèque Numérique de Référence ». Afin de partager ses contenus avec le plus grand nombre, la cinémathèque lance son site internet dédié. Celui-ci permet notamment le visionnage en ligne de plus d'une soixantaine de films. Site dédié à retrouver ici.

Continuer à lire

Lee Chang-dong : « Je voulais raconter la colère qui se forme chez les jeunes d’aujourd’hui »

Burning | Invité à ouvrir la saison de la Cinémathèque française (qui lui consacre une rétrospective), le cinéaste coréen y a présenté l’avant-première post-cannoise de son nouveau film, "Burning", adapté de Murakami et Faulkner. Conversation privée avec l’auteur de "Peppermint Candy".

Vincent Raymond | Vendredi 31 août 2018

Lee Chang-dong : « Je voulais raconter la colère qui se forme chez les jeunes d’aujourd’hui »

Burning usant volontiers d’une forme métaphorique, comment interpréter votre choix de faire de votre héros Jongsu un écrivain ayant du mal à écrire, sachant que justement vous avez débuté comme écrivain ? L C-d : Effectivement, Jongsu représente un aspirant écrivain, et je voulais montrer un caractère inhérent de ces jeunes gens, au moment où ils se posent beaucoup de questions sur ce qu’ils doivent absolument écrire. J’ai été écrivain. Il y a même un moment où je voulais écrire un roman : après avoir démissionné de mes fonctions ministérielles. Mais autour de moi, les gens étaient furieux, et me disaient de recommencer à faire des films. Alors j’ai abandonné. À présent, je suis un vieux cinéaste (sourire), mais dans mon for intérieur, je pense ne pas avoir trop changé. À chaque fois, je me demande comme un débutant quel film réaliser ; comment dialoguer avec les spectateurs… Cela traduit mes limites et mes faiblesses.

Continuer à lire

La médiathèque de Tarentaize fête l’Euro 2016

ECRANS | Si c’est dans les grands chaudrons que se mijotent les plus belles histoires de foot, imaginez celles que le Geoffroy-Guichard a à nous faire déguster ! (...)

Vincent Raymond | Mardi 31 mai 2016

La médiathèque de Tarentaize fête l’Euro 2016

Si c’est dans les grands chaudrons que se mijotent les plus belles histoires de foot, imaginez celles que le Geoffroy-Guichard a à nous faire déguster ! Pour son dernier rendez-vous de la saison, la Cinémathèque se plonge dans les archives pour une évocation de l’antre des Stéphanois. Stade parmi les plus mythiques de l’Hexagone, dont ceux qui ignorent les règles du hors-jeu connaissent cependant le nom, le repaire des Verts a connu bien des métamorphoses depuis sa construction par Thierry Meyer et Michael Saidoun en 1930. Rénové pour chaque grande échéance internationale (l’Euro 1984, la Coupe du monde 1998 et enfin l’Euro 2016), il a vu en 85 ans sa capacité multipliée par 23 pour atteindre aujourd’hui… 42 000 spectateurs — 42 ? ce n’est certainement pas un hasard ! Les grandes étapes ayant été filmées, Grégory Charbonnier des Archives municipales et Philippe Gastal du Musée des Verts n’ont eu que l’embarras du choix pour composer le montage d’archives d’une heure qu’ils commenteront. Ah, et on a vérifié : il n’y aura pas de match en même temps : ce n’est que le lendemain à 15h que les 8e de finales opposant le 2e du groupe A au 2e du groupe C

Continuer à lire

La cinémathèque

CONNAITRE | Créée en 1922 sous le nom d'Office du Cinéma Éducateur, la Cinémathèque de Saint-Étienne est une des seules en France à être municipale. Situé depuis 1993 à côté de la (...)

Nicolas Bros | Mercredi 20 avril 2016

La cinémathèque

Créée en 1922 sous le nom d'Office du Cinéma Éducateur, la Cinémathèque de Saint-Étienne est une des seules en France à être municipale. Situé depuis 1993 à côté de la Médiathèque du quartier de Tarentaize, l'établissement est caractérisé par son gigantesque fonds d'archives. Ce dernier est constitué de films pédagogiques, amateurs, publicitaires et de répertoires (7800 titres) ainsi que de 2 800 ouvrages et 120 titres de revue de cinéma de 1924 à nos jours. Une collection de matériel est également conservée avec notamment des projecteurs ou des appareils photo. Enfin, elle accueille également jusqu'à 110 spectateurs dans sa salle de projection. NB Cinémathèque de Saint-Étienne, 24 rue Jo Gouttebarge

Continuer à lire

Qu’as-tu vu à la guerre, Johnny ?

ECRANS | Si la question de la mort choisie fait l’objet en ce moment d’une mise en lumière particulière grâce au film de Pascale Pouzadoux La Dernière Leçon (04/11), (...)

Vincent Raymond | Mardi 3 novembre 2015

Qu’as-tu vu à la guerre, Johnny ?

Si la question de la mort choisie fait l’objet en ce moment d’une mise en lumière particulière grâce au film de Pascale Pouzadoux La Dernière Leçon (04/11), adapté du livre de Noëlle Châtelet, elle traverse le cinéma depuis des années, avec des œuvres ayant contribué à porter à la connaissance du grand public cette problématique douloureuse. La Cinémathèque de Saint-Étienne en projette une significative jeudi 12 novembre à 18h dans le cadre de l’événement « Une ville en partage » : Johnny got his gun (Johnny s’en va-t-en guerre, 1971). Unique réalisation de Dalton Trumbo — l’un des « 10 d’Hollywood » à avoir été blacklistés par le Macchartysme —, il s’agit à la fois d’une leçon de cinéma et d’humanisme : on y suit en effet en « vision » subjective le ressenti d’un soldat étasunien de la Grande Guerre gravement mutilé au front — il ne reste de lui qu’un tronc et un fragment de visage. Privé de l’ouïe, de la vue, Johnny vit dans ses souvenirs (sa jeunesse, sa famille, l’ivresse du départ, ses étreintes avec sa fiancée…) et tente de faire comprendre à son entourage qu’il est encore, malgré tout, conscient

Continuer à lire

L’art subtil de passerelle

ECRANS | La Cinémathèque de Saint-Étienne s’inscrit comme indispensable : un point de rencontre dans la Cité ; un lieu où convergent les idées, les époques mais (...)

Vincent Raymond | Mardi 29 septembre 2015

L’art subtil de passerelle

La Cinémathèque de Saint-Étienne s’inscrit comme indispensable : un point de rencontre dans la Cité ; un lieu où convergent les idées, les époques mais aussi les talents. On le constatera par exemple avec la venue de l’immense Catherine Hiegiel (faisant partie aux côtés de Didier Bezace notamment de la distribution réunie par Arnaud Meunier pour sa création de Retour au désert de Koltès à la Comédie de Saint-Étienne), à l’occasion de la projection du film de Dominique Cabrera, L’autre côté de la mer (1996) en présence de la comédienne le vendredi 9 octobre à 14h30. Toujours d’actualité, cette œuvre racontant la confrontation, faite d’incompréhensions et d’amitié, entre un pied-noir resté en Algérie et un Français issu de l’immigration algérienne, vaut la (re)découverte. Autres rendez-vous notables, deux dates dans le cadre de l’événement « Une ville en partage » dédié à la question de l’accessibilité et du handicap. Le documentaire Quelque chose en plus (2014) de Sophie Robert, consacré à la relation entre des enfants autistes et leurs éducateurs — donc à l’importance de la transmission — bénéficiera

Continuer à lire