François Ozon : « Il n'y a pas une manière pour diriger les acteurs »

Été 85 | Retenu dans la sélection officielle du Festival de Cannes 2020, en compétition au Festival de San Sebastien, Été 85 séduit… Sans doute parce qu’il parle de séduction et renvoie à l’adolescence des spectateurs. En tout cas, à celle de son auteur, François Ozon. Rencontre.

Vincent Raymond | Mercredi 29 juillet 2020

Photo : ©2020_MANDARIN PRODUCTION_FOZ_France 2 CINÉMA_PLAYTIME PRODUCTION_SCOPE PICTURES


La réalisation de ce film a-t-elle été pour une manière d'exécuter un pacte que vous auriez contracté avec vous-même, lecteur de 17 ans découvrant le roman de Aidan Chambers?

François Ozon : Quand j'ai lu le livre, je n'étais pas encore cinéaste, c'est vrai, j'étais lycéen rêvant de faire du cinéma et je me suis dit que j'adorerais faire ce film, raconter cette histoire… En même temps, j'avais presque plus envie d'en être le spectateur. Peut-être que, déjà, je me sentais trop proche des personnages, je n'aurais pas été capable de raconter l'histoire. J'étais quasiment sûr d'ailleurs qu'un réalisateur comme Gus Van Sant, John Hughes ou Rob Reiner aurait pu s'en emparer et faire un teen movie à l'américaine. Mais ça c'est jamais fait. Quand j'en ai parlé à Aidan Chambers, qui a 85 ans aujourd'hui, il m'a dit que trois réalisateurs avaient essayé de l'adapter pendant toute cette période, sans succès.

Après Grâce à Dieu qui avait été un film un peu compliqué, vous vous doutez pourquoi — j'avais envie de revenir sur quelque chose de plus léger. Je suis retombé sur le bouquin, je l'ai lu et l'ai toujours autant aimé. Je me souvenais vraiment d'une histoire d'amour, mais avec le temps j'avais oublié le contexte familial, le contexte social, toute la réflexion sur l'écriture… Trente-cinq ans plus tard, je me suis dit qu'il était temps de se lancer dans une adaptation.

Il y a une dimension nostalgique mais pas mélancolique, c'est-à-dire que ce film reste solaire même s'il parle de la mort, et qu'il ne tombe jamais dans ce spleen accompagnant souvent les évocations du passé des auteurs…

Il y a quand même une nostalgie qui se crée, de par la situation actuelle, de par le Covid, de par le confinement… On voit tout à coup cette histoire comme une espèce de paradis perdu, vu que dans les années 1980, on avait le droit de faire plein de choses… Il faut se souvenir que les années 1980, c'est le sida, l'ultra-libéralisme, le monde du fric ; c'est pas des années extraordinaires. Mais c'est vrai que la patine du temps, en général, adoucit le passé.

Au début du film, le héros explique à son professeur qui lui demande si son devoir est documentaire ou une fiction, que c'est un mélange des deux. C'est aussi le cas pour vous ici ?

Oui, je pense que dans tout film il y a une part de soi. Après, quelle est la part de réalité… Ce film parle du pouvoir de la fiction, de la réinvention une histoire qu'on a vécue. À la fin, on comprend que toute l'histoire est racontée du point de vue d'Alex, et c'est plus ou moins le texte qu'il a écrit pour le juge et l'assistante sociale, et qu'il a revisité certaines choses.

Quels sont les éléments esthétiques permettant de recréer l'atmosphère des années 1980?

La première chose, c'est d'être en pellicule. C'est vraiment important.

Dès qu'on fait un film d'époque, la pellicule est plus adaptée. Frantz ou même Potiche ont été tournés en pellicule.

Je trouve que l'image est vraiment différente ; c'est plus doux, les couleurs sont plus saturées… Il y a quelque chose qui nous ramène dans le passé. On est tellement habitués aujourd'hui au numérique, au coté très clinique, très froid, uniforme de l'image, je trouve que la pellicule apporte un grain — même un peu du flou d'ailleurs. On avait un peu peur au début, parce que tous les plans larges nous paraissaient complètement flous, par rapport à l'image que l'on voit aujourd'hui en numérique, où tout a un magnifique piqué et une grande profondeur de champ. Ça nous a donc fait travailler l'image différemment, mais permis de mieux replonger dans l'époque. Et puis pour les poses, c'est sensuel : vous avez des textures de la peau, le grain… Vous voyez l'acteur qui rougit. En numérique, on le sent pas trop, en général…

C'est aussi lié au Super 16…

Oui, c'est vrai qu'aujourd'hui, on arrive presque à retrouver la texture du 35mm avec le numérique — pas complètement, mais en travaillant bien, en mettant de vieilles optiques, on y arrive à peu près. Mais le Super 16, c'est vraiment quelque chose qu'on ne peut pas faire en numérique.

Pourquoi avoir fait appel de Jean-Benoît Dunckel, de Air pour la musique ?

Je cherchais quelqu'un qui fasse un son qui sonne un peu “années 1980”, et le groupe Air a été justement très influencé par cette époque — ils sont de la même génération que moi. Et je suis tombé sur une interview de Jean-Benoît Dunckel à qui l'on demandait le tube de son enfance. Il a dit cette chanson improbable, Star de la pub, en développant de manière très sérieuse sur le fait que ce morceau était bien produit. Tout à coup, ça a été un flash : je me suis souvenu de ce tube que j'écoutais et aimais aussi en tant qu'ado. Je l'ai donc contacté, on s'est très bien entendus et il a travaillé sur le film.

C'est diabolique, ce truc…

Stars de la pub ? Oui ! Les Russes en ont fait une version, que Félix m'a envoyée. Vous verrez sur YouTube, c'est très spécial…

Dans la bande-orginale, il y a d'autres époques convoquées avec Sailing de Rod Steward…

C'est les années 1970. En fait, je me suis raconté que c'était peut-être la musique du père de David, qui est mort ; qu'il écoutait peut-être ces morceaux. Et la chanson correspondait vraiment à l'histoire.

Et la chanson de The Cure, In Between Days, qui ouvre le film a indirectement donné son nom définitif au film ?

Il s'appelait Été 84 : c'était l'été de mes 17 ans, je trouvais que c'était plus sexy, 84 ; ça sonnait mieux, c'était plus rond. Et puis c'était une allusion à Un été 42, de Robert Mulligan. Au moment du montage, c'était évident que j'allais utiliser le morceau In Between Days, donc on l'a demandé. Robert Smith a dit : « j'aurais bien aimé vous le vendre, mais c'est impossible parce que le morceau est sorti en 85. » Donc là, grand drame, grande discussion avec les producteurs, et donc

j'écris une belle lettre à Robert Smith, en disant que j'étais fan depuis toujours, et que j'étais prêt à changer le titre du film s'il acceptait. On en a profité pour négocier le prix, et ça a marché (rires).

Il a répondu, il a dit ok, et donc le film s'appelle Été 85. 85, ça m'embêtait quand même un peu parce que c'est l'année de la mort de Rock Hudson et que le sida commençait à être vraiment médiatisé.

Félix Lefebre et Benjamin Voisin expliquent avoir effectué un travail de préparation durant trois à quatre mois avant le tournage. Comment intervenez-vous durant cette période : les laissez-vous libres ou leur donnez-vous des instructions de loin en loin?

Je pense qu'il n'y a pas une manière pour diriger les acteurs : il faut s'adapter à chacun. Entre Félix et Benjamin, c'était très différent. Félix, je pense, avait besoin d'être nourri. Je lui ai donc demandé de regarder des films, de lire L'Attrape-coeur de Salinger… Il avait besoin de se plonger dans cette époque. Il s'est donc plongé dans les tubes qu'écoutait sa mère dans les années 1980, c'est lui qui m'a reparlé de Sailing… Il voulait voir des films, donc je lui ai dit de voir ceux qu'il aurait pu voir à l'époque, La Boum par exemple, que Benjamin n'avait pas vu non plus. Je leur ai aussi dit de regarder Un été 42, Stand by me, My Own private Idaho — c'est des années 1990, mais pour la relation entre les deux garçons… Quant à Benjamin, il avait plus besoin de comprendre mes intentions, je pense. Il était davantage sur la mise en scène, sur la psychologie de David, sur comment il devait être, se comporter et développer cette emprise, créer ce charisme. Ça a aussi été un travail physique, car je lui ai demandé de faire du sport pour se développer un peu…

Vous retrouvez aussi Melvil Poupaud.

C'était aussi un clin d'oeil, après Grâce à Dieu, après le rôle qu'il a joué, il est ici un prof un peu ambigu. Il s'est beaucoup amusé à ça — c'était assez drôle, on a fait plusieurs versions des scènes, mais c'est assez sobre au finale. Ce qui m'intéressait, c'est d'avoir la transmission. Après, c'est vrai qu'il y a une part de séduction dans la transmission : on a tous eu des professeurs que l'on a particulièrement aimés, et avec qui il y a une attirance. Après il n'y a pas forcément le passage à l'acte. C'est de l'ordre du fantasme. Je pense que le désir est utile dans la transmission. Moi, j'avais une prof d'allemand très sexy, elle avait un truc, j'aimais bien l'écouter… J'aurais peut-être été moins bon si ça avait été un vieux ronchon (rires).

À quel moment avez-vous avez choisi les mères de vos personnages?

Isabelle Nanty, qui joue la mère d'Alex, j'ai quasiment pensé tout de suite à elle, c'était un peu évident. C'est une actrice que j'aime beaucoup, et je trouvais que ça pouvait marcher avec Félix, donc j'ai été ravi qu'elle accepte de jouer dans le film.

J'ai lu une critique qui disait : « Ozon est plus inspiré par Les Tuche que par Jeanne Dielman», tout ça parce qu'à un moment, je faitséplucher des pommes de terre à Isabelle Nanty… Sauf que moi, j'ai jamais vu Les Tuche !

J'ai fait une référence aux Tuche sans le vouloir, pourquoi pas ? Et puis Valeria Bruni Tedeschi, il fallait une actrice un peu dingue, et elle était parfaite pour jouer le rôle, parce qu'elle peut être à la fois très drôle et en même temps tragique, elle a toutes ces facettes. Et puis elle était parfaite pour jouer cette ambiguïté de mère un peu incestueuse. Félix a été un peu perturbé par cette scène ou elle lui baisse le pantalon (rires)

Et pour l'interprète de Kate, la jeune fille au pair anglaise décisive pour le récit ?

Dans le bouquin, qui est anglais, elle était norvégienne. Je l'ai voulue anglaise parce qu'à cette époque, on était très focalisés sur la culture anglaise. Il y avait quelque chose de très exotique : on allait en week-end à Londres en bateau, j'écoutais beaucoup de New Wave anglaise et puis il y avait ce fantasme de la petite anglaise plus dégourdie que la petite française. On a envoyé des scènes à plusieurs écoles de théâtre à Londres, et Philippine Velge (qui est en fait américano-belge-anglaise) m'a envoyé une scène. Elle parlait bien français et était charmante. Je ne l'imaginais pas forcément comme ça au départ, mais j'ai aimé ce côté un peu Jean Seberg, avec les cheveux courts.

Été 85 traite de l'homosexualité, mais sur un mode plus léger que certains films récents tels que Call me by your Name…

Si le livre m'avait plu à l'époque, c'est que justement c'était pas problématisé. C'est une histoire d'amour universelle, finalement, que ce soit deux garçons, un garçon et une fille ou deux filles, n'aurait pas changé grand-chose. C'est ça que j'ai aimé, il y a quelque chose de très naturel, de très pur dans cette histoire d'amour.

Quand je réfléchis aux représentations de l'homosexualité de l'époque, les films que je voyais c'était L'Homme blessé de Patrice Chéreau, Querelle, Maurice de James Ivory, Another Country et bon Les Nuits fauves, c'est après… C'était toujours de très beaux films, mais des films qui liaient toujours l'homosexualité à la transgression, à la douleur, à quelque chose de compliqué, qui correspondait à l'état de la société à l'époque. Et puis après, il y a eu le sida, et la vision s'est encore obscurcie. J'avais donc envie d'en parler de manière beaucoup plus légère. Mais c'est vrai que

les jeunes gays d'aujourd'hui ont beaucoup plus de représentations positives que ce que nous pouvions avoir à l'époque, souvent liées au malheur et à la transgression.

Une robe d'été, je l'avais fait un peu comme ce film : en réaction à l'époque. Parce que c'était dans les années 1990, où la communauté gay était extrêmement touchée par le sida, par la mort, et j'avais envie de montrer des relations sexuelles de manière très légère, protégées, puisqu'il y avait des préservatifs. et montrer que c'était toujours possible d'avoir une vie amoureuse et sexuelle libre. Donc c'était aussi en réaction à l'époque.

Une robe d'été parlait plus d'un éveil à la sexualité. Là, je dirais que c'est plus un éveil à l'amour, aux sentiments. Le film est vraiment raconté du point de vue d'Alex, qui est dans une vision très romantique de l'amour — ça m'a plus cette histoire racontant la confrontation de deux conceptions de l'amour. Dans la scène de rupture, qui est pour moi une très belle scène que j'ai presque gardée telle qu'elle vient du livre, il y a la conception amoureuse passionnelle d'Alex qui idéalise l'autre, et celle de David, beaucoup plus mûre, qui a déjà compris, qui a déjà vécu, qui est peut-être dans une vision un peu plus cynique de la relation amoureuse — en tout cas, de liberté. Le film est plus raconté du point de vue des sentiments que de la sexualité.

Ce n'est pas par hasard si ici je reste derrière la porte quand ils ont leur première nuit d'amour. Dans Une robe d'été, je passe la porte, on voit tout. Ce sont deux optiques différentes.

Là c'était important de raconter le film du point de vue de cet adolescent, avec ce côté un peu naïf et même innocent qu'il peut avoir sur les sentiments. J'ai vraiment fait le film en pensant à l'adolescent que j'étais à 17 ans, à quel film j'aurais voulu voir à cette époque ; je sais pas si les adolescents d'aujourd'hui vont être touchés, on va voir… Je pense que c'est aussi un film sur l'adolescence. Quand l'on est jeune, quand on a notre première fois, on est dans une forme d'idéalisation. On a été éduqués — surtout les jeunes filles — avec l'idée d'un prince charmant ou d'une princesse charmante. Mais quand on est confrontés au réel, on se rend compte que les choses sont un peu plus compliquées…

Avez-vous déjà au moins un autre projet ?

Oui, il y en a un. Il n'y a toujours qu'un seul projet ; je ne fais pas deux films à la fois. J'ai besoin d'en terminer un pour partir sur autre chose. Je peux dire qu'il y a un petit lien avec ce film, puisque l'actrice qui jouera est plus ou moins citée : c'est Sophie Marceau — [Tout s'est bien passé, adaptation du récit d'Emmanuèle Bernheim, NDLR]

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

André Dussollier - François Ozon : « J’aime les défis, les choses un peu extrêmes »

Tout s’est bien passé | Comme toujours impressionnant dans le rôle d’un vieil homme diminué par un AVC demandant à sa fille de l’aider à mourir (et odieux), André Dussollier est au centre du nouveau film de François Ozon. Tout sauf mortifère, ce voyage au cœur d’une pure névrose familiale traversé d’éclats franchement burlesques, est adapté du récit d’une ancienne coscénariste du cinéaste, Emmanuèle Berhneim. Rencontre avec le réalisateur et son acteur.

Vincent Raymond | Mercredi 22 septembre 2021

André Dussollier - François Ozon : « J’aime les défis, les choses un peu extrêmes »

Vous avez hésité avant d’adapter le livre d’Emmanuèle Bernheim… François Ozon : En 2013, elle m’avait envoyé les épreuves de son livre en me demandant si ça m’intéressait, parce que plusieurs réalisateurs voulaient l’adapter. Je l'ai lu et l’ai trouvé très beau — elle m’avait raconté un peu l’histoire de son père. Mais je lui avais dit que je ne me sentais pas capable de raconter son histoire : c’était tellement personnel, tellement intime… Et la connaissant, je ne voyais pas trop où trouver ma place. J’ai passé mon tour. Là-dessus, Alain Cavalier a voulu faire un film avec elle (comme Pater avec Vincent Lindon) où elle jouait son propre rôle, elle a dit OK. Mais elle a développé un cancer assez fulgurant dont elle est décédée. Le film de Cavalier s’est alors transformé en documentaire, Être vivant et le savoir. Après sa mort, j’ai relu le livre et tout d’un coup, je n’ai plus vu ce qui m’avait fait peur en 2013 — le sujet, la fin de vie, le suicide assisté — mais autre chose : la famille, son rapport à son père, la responsabilité

Continuer à lire

"Miss" : Pas celle que vous croyez

ECRANS | ★★☆☆☆ De Ruben Alves (Fr., 1h47) avec Alexandre Wetter, Pascale Arbillot, Isabelle Nanty…

Vincent Raymond | Mercredi 21 octobre 2020

Passer de l’exception à l’acceptation : telle est la situation d’Alex dans Miss, où un jeune homme à demi-marginalisé recherche un épanouissement libérateur en mentant sur son identité et en participant au concours Miss France… Signée Ruben Alves, cette comédie grand public aux accents de feel good movie devrait contribuer à dégetthoïser la situation des personnes transgenres — d’autant qu’elle est tournée avec la transparente complicité du Comité Miss France (qui s’achète ici une image de modernité, alors même que ses statuts poussiéreux prouvent régulièrement leur inadéquation avec la société contemporaine) et de comédiens hyper-populaires, comme Isabelle Nanty ou Thibaut de Montalembert en trav’…ailleuse du sexe au Bois. Mais ce film, qui tient beaucoup du conte d’Andersen, ne tiendrait pas sans la personne ni la personnalité d’Alexandre Wetter, qui fait exister le personnage à travers son parcours initiati

Continuer à lire

"Eté 85" : Cherchez le garçon

Drame | Généalogie d’une histoire d’amour entre deux garçons à l’été 85 qui débouchera sur un crime. François Ozon voyage dans ses souvenirs et lectures d’ado et signe son Temps retrouvé. Sélection officielle Cannes 2020.

Vincent Raymond | Mercredi 8 juillet 2020

Normandie, été 1985. David sauve Alexis d’un naufrage. Très vite, une amitié profonde se noue entre les deux adolescents, qui se mue en romance passionnée. Mais les amours d’été sont souvent éphémères et celle-ci débouchera sur un drame ainsi que sur un crime… Nul ne guérit jamais de son enfance — et encore moins de son adolescence. L’une comme l’autre laissent une marque indélébile et invisible sous la peau adulte, pareille une scarification intérieure. D’aucuns apprennent à apprivoiser leurs cicatrices en les caressant quand d’autres les torturent en les creusant ; tous les conservent néanmoins à portée de main. Ou d’inspiration lorsqu’il s’agit d’artistes. François Ozon ne fait évidemment pas exception. En adaptant La Danse du coucou, un roman découvert en 1985 alors qu’il avait peu ou prou l’âge des protagonistes, le cinéaste effectue une sorte “d’autobiographie divergée”. Non qu’il s’agisse ici de raconter au premier degré son propre vécu d’ado, mais plutôt d’user du substrat de l’intrigue écrite par Aidan Chambers pour concaténer et agréger l’essence de l’époque, p

Continuer à lire

"La Dernière Vie de Simon" : Des débuts prometteurs

ECRANS | De Léo Karmann (Fr., 1h43) avec Benjamin Voisin, Camille Claris, Martin Karmann…

Vincent Raymond | Mardi 11 février 2020

À part Thomas et Madeleine, personne ne connaît le secret de Simon, petit orphelin capable de prendre l’apparence de ceux qu’il touche. Quand Thomas est victime d’un accident, Simon le remplace sans prévenir qui que soit. Dix ans plus tard, Simon va “ressurgir“… Du fantastique à la française ! C’est-à-dire héritier de la (bonne) littérature de la fin du XIXe siècle, du Horla de Maupassant, de L’Homme à l’oreille cassée d’About, de La Cafetière de Gautier — tous ces romans et nouvelles ayant profité du mouvement positivo-scientiste pour entrouvrir les volets du paranormal, pendant que Jules Verne conservait une rigueur tout cartésienne. Ici, point de pyrotechnie ni de super-héros en cape et collants, mais l’instillation perpétuelle du doute et de l’inquiétude : sur les visages, dans les regards, et même dans la douceur fluide des mouvements de caméra. Conte fantastique, La Dernière Vie de Simon tient également de l’habile réflexion identitaire, métaphorisant la dualité intérieure que peut ressentir un enfant adopté — même si l’amour qu’il reçoit de sa famille d’accueil lui permet de développer ave

Continuer à lire

Benjamin Parent : « J’avais envie de rendre un peu extraordinaire le quotidien »

Un vrai bonhomme | Pour son premier long métrage, Benjamin Parent s’aventure dans un registre peu coutumier en France : le “coming at age movie“ — une sorte de film d’apprentissage adolescent. Une jolie réussite dont il dévoile quelques secrets. Attention, un mini spoiler s’y dissimule…

Vincent Raymond | Mardi 14 janvier 2020

Benjamin Parent : « J’avais envie de rendre un peu extraordinaire le quotidien »

Un thème commun se dégage de votre film Un vrai bonhomme et de Mon inconnue que vous avez co-écrit avec Hugo Gélin : l’uchronie, ou l’idée de permettre à des personnage d’accomplir des destinées alternatives. Est-ce délibéré ? Benjamin Parent : Pas du tout. Dans Mon Inconnu, l’idée d’uchronie vient d’Hugo ; je l’ai développée et essayé de développer la dramaturgie sur l’uchronie “la plus intéressante“. Je trouve que l’uchronie permet de raconter l’histoire d’une manière extrêmement drastique, avec ce truc d’inversion absolue des choses : “et si“ on pouvait rencontrer ses parents et qu’on se rendait compte que son père était un blaireau et que sa mère voulait nous choper, qu’est-ce qu’on ferait? L’uchronie, finalement, c’est un pitch radical, qui permet plein de possibilités et un déploiement de l’imaginaire. Un vrai bonhomme, où le personnage de Léo est une extension de celui de Tom, permet également le déploiement de l’imaginaire. Donc du vôtre à travers eux… Effectivement. Mais plus qu’une uchronie, cela joue sur le principe de ce que l’on mont

Continuer à lire

"Un vrai bonhomme" : Je mets les pas dans les pas de mon frère

Comédrame | Un adolescent solitaire s’appuie sur le fantôme de son aîné pour s’affirmer aux yeux de ses camarades, de la fille qu’il convoite et de son père qui l’ignorait, perdu dans le deuil de son fils préféré. Une brillante première réalisation signée par le coscénariste de Mon Inconnue.

Vincent Raymond | Mercredi 8 janvier 2020

Ado introverti ayant toujours subi l’aura solaire de son frère Léo, Tom fait sa rentrée dans un nouveau lycée. Heureusement, Léo est là pour lui prodiguer encouragements et conseils. Sauf que depuis un accident de la route fatal à Léo, celui-ci n’existe plus que dans la tête de Tom… On ne divulgâche rien en dévoilant d’entrée le fait que Léo est ici un personnage imaginaire, puisque Benjamin Parent s’arrange pour lever toute ambiguïté à ce sujet dès la minute 18. Tout l’enjeu de son film n’est pas de fabriquer un mystère à la Shayamalan pour le public, mais d’inclure ce dernier dans la névrose de son héros ; de lui faire partager les affects d’un adolescent mal remis d'un traumatisme et croyant trouver par cet expédient le chemin de la résilience. Mon frère, ce halo Comédie, drame ? Disons dramédie bien tempérée, ce qui constitue un tour de force : rares sont en effet les films hexagonaux capables d’aborder la question adolescente sans s’abandonner à des récits d’amourettes (La Boum), à des pitretries pathétiques (

Continuer à lire

Melvil Poupaud : « J’ai toujours visé le long terme plutôt que le succès immédiat »

Grâce à Dieu | Dans le film d’Ozon, il incarne celui grâce auquel le scandale éclate enfin. Riche d’une carrière de plus de trente ans dans le cinéma (mais pas seulement), Melvil Poupaud enchaîne les partitions exigeantes et variées sans jamais se diluer. Conversation avec un comédien si précieux qu’il en devient indispensable…

Vincent Raymond | Lundi 25 février 2019

Melvil Poupaud : « J’ai toujours visé le long terme plutôt que le succès immédiat »

Dans Grâce à Dieu, François Ozon a fait appel à vous pour la troisième fois. À chaque fois, c’est dans ses drames les plus réalistes. Est-ce le fait du hasard, ou bien discutez-vous ensemble de la manière dont il vous emploie ? MP : Je ne sais pas, je serai effectivement curieux de savoir pourquoi il pense à moi pour des rôles toujours assez dramatiques. Dans ma carrière, je n’ai pas fait énormément de franches comédies — plutôt des comédies romantiques. Peut-être qu’il sent en moi un potentiel de tragédien. Mais je ne peux pas plaindre : ce sont des rôles qui ont toujours marqué. Le Refuge était plus petit, mais Le Temps qui reste ou celui-ci marquent ma filmographie et mon expérience d’acteur. Je ne vais pas lui demander de changer de registre (sourire), ça me réussit plutôt pas mal. À tous les deux, d’ailleurs. Votre liberté dans le cinéma français est très singulière : vous épousez des rôles forts (prêtre suborneur chez Ramos, victime combative chez Ozon, personne intergenre quête

Continuer à lire

"Grâce à Dieu" : La voix est libre

Biopic | D’une affaire sordide saignant encore l’actualité de ses blessures, Ozon tire l’un de ses films les plus sobres et justes, explorant la douleur comme le mal sous des jours inattendus. Réalisation au cordeau, interprétation à l’avenant. En compétition à la Berlinale 2019.

Vincent Raymond | Mardi 5 février 2019

Lyon, années 2010. Fervent chrétien de quarante ans, Alexandre découvre qu’un prêtre ayant abusé de lui lorsqu’il était jeune scout est encore au contact de mineurs. Il saisit donc la hiérarchie épiscopale et Mgr Barbarin afin que le religieux soit écarté. Un long combat contre l’hypocrisie, l’inertie et le secret s’engage, révélant publiquement un scandale moral de plusieurs décennies… Il faut en général une raison impérieuse pour qu’un cinéaste inscrive à sa filmographie une œuvre résonant avec l’histoire immédiate. Surtout si l’originalité de son style, sa fantaisie naturelle et ses inspirations coutumières ont peu à voir avec la rigueur d’une thématique politique, sociétale ou judiciaire. De même que Guédiguian avait fait abstraction de son cosmos marseillais pour Le Promeneur du Champ de Mars, François Ozon pose son bagage onirique pour affronter un comportement pervers non imaginaire dans un film filant comme une évidence dès la première image du trauma à la révélation. A-t-on déjà vu en France pareille écriture scénaristique, à la fois méthodique et limpide, dans l’adaptation d’un f

Continuer à lire

"Les Tuche 3" : Idiocratie à la française

ECRANS | de Olivier Baroux (Fr., 1h32) avec Jean-Paul Rouve, Isabelle Nanty, Claire Nadeau…

Vincent Raymond | Mercredi 31 janvier 2018

Voir un candidat au programme étique accéder à la magistrature suprême après que son adversaire s’est ridiculisé lors du débat d’entre-deux tours n’a aujourd’hui plus rien d’absurde. Pas plus que d’imaginer le dernier des clampins gouverner une super-puissance. La démocratie est cette chose prodigieuse qui donne parfois au peuple le pouvoir de faire n’importe quoi de sa voix. Prenons le cas des Tuche (2010). Gentil succès dans les salles, son audience record lors de sa diffusion télévisée a commandé la mise en chantier d’une suite désespérante…. mais triomphale au box-office. Un solide argument pour légitimer ce troisième opus — celui de la maturité ? Ah non, on ne parle pas de musique. Ici, Jeff Tuche devient donc président de la République, ce qui contrarie sa vocation de fainéant professionnel. Son épouse Cathy martyrise les cuisiniers de l’Elysée pour arriver à la frite parfaite et leur fille se fait manipuler par un écrivaillon de salon. Bref, c’est le chaos au Château… Baroux et sa troupe ne parviennent toujours pas à trancher entre la comédie épa

Continuer à lire

L’Amant double : Maux comptent double

ECRANS | Une jeune femme perturbée découvre que son ancien psy et actuel compagnon mène une double vie. Entre fantômes et fantasmes, le nouveau François Ozon transforme ses spectateurs en voyeurs d’une œuvre de synthèse.

Vincent Raymond | Mardi 30 mai 2017

L’Amant double : Maux comptent double

Conseillée par sa gynécologue, Chloé, une jeune femme perturbée, entame une psychanalyse auprès de Paul Meyer. Mais après plusieurs séances, la patiente et le thérapeute s’avouent leur attirance mutuelle. Le temps passe et ils s’installent ensemble. C’est alors que Chloé découvre que Paul cache d’étranges secrets intimes, dont une identité inconnue… L’an dernier sur la Croisette, c’est Elle de Verhoeven qui avait suscité une indignation demi-molle en sondant les méandres obscurs du désir féminin et en démontant sa machinerie fantasmatique — sans pleinement convaincre, pour X ou Y raison. Au tour de François Ozon de s’y employer, dans le même registre élégamment sulfureux et chico-provocateur. Car l’on sait, à force, que le réalisateur adore frayer avec les tabous, s’amusant à les titiller sans jamais outrepasser les frontières de la bienséance : courtiser le scandale est à bien des égards plus excitant (et moins compromettant) que d’accepter de baiser sa rouge bouche offerte. Voyons voir C’est dans

Continuer à lire

Les Tuche 2 - Le Rêve américain

ECRANS | De Olivier Baroux (Fr, 1h34) avec Jean-Paul Rouve, Isabelle Nanty, Claire Nadeau…

Vincent Raymond | Mercredi 3 février 2016

Les Tuche 2 - Le Rêve américain

Et si le prolifique Olivier Baroux, à travers le fatras profus de sa production annuelle, cherchait à nous faire comprendre la théorie de la relativité générale ? Les Tuche 2 peut en effet se recevoir comme une illustration de la maxime « quand on le contemple, on se désole ; quand on le compare, on se console… ». Considérée isolément, cette comédie filmée à la truelle est un terrain de jeu pour acteurs de qualité aimant cabotiner et surtout peu regardants question stéréotypes. Mise en perspective — tout à coup, les mots font peur — cette suite indolore est moins calamiteuse que certaines séquelles obscènes, voire que le précédent Baroux, Entre amis. Si elle s’enlise dans un nonsense poussif, au moins s’essaie-t-elle à un registre qui n’est ni du bout-à-bout parodique paresseux, ni de l’anachronisme systématique façon Mille-et-une nuits boutonneuse. L’indifférence flasque est garantie, pas le fou-rire inextinguible. VR

Continuer à lire

Une nouvelle amie

ECRANS | De François Ozon (Fr, 1h47) avec Romain Duris, Anaïs Demoustier, Raphaël Personnaz…

Christophe Chabert | Mercredi 12 novembre 2014

Une nouvelle amie

Argument de vente déjà bien calé en Une des magazines, la transformation de Romain Duris en femme dans le nouveau film de François Ozon est son attraction principale. Il faut prendre le mot "attraction" au pied de la lettre : non seulement un phénomène freak plutôt réussi — Duris a souvent joué sur son côté féminin, mais le film se plaît à mettre en scène ce grand saut d’abord comme un apprentissage maladroit, puis comme une évidence naturelle — mais aussi le centre d’une névrose obsessionnelle qui saisit Claire — formidable Anaïs Demoustier, aussi sinon plus troublante que son partenaire — lorsqu’elle découvre que le mari de sa meilleure amie choisit de se travestir après le décès de son épouse. Embarrassée, troublée et finalement séduite, elle accompagne sa mue tout en la guidant pour des motifs opaques — voit-elle en lui une «nouvelle amie» prenant la place de la précédente ou un pur objet de désir ? Autant de pistes formidables qu’Ozon ne fait qu’ébaucher, préférant jouer à l’auteur démiurge épuisant les possibles de son scénario. On passe ainsi sans transition de Vertigo à La Cage aux folles, de Chabrol à Mocky, de la peinture ironique à

Continuer à lire

«L’essence d’un réalisateur est d’être un voyeur»

ECRANS | François Ozon, réalisateur de Jeune & Jolie, quatorzième long-métrage d’une œuvre qui se réinvente sans cesse, inégale mais toujours surprenante. Propos recueillis par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 15 juillet 2013

«L’essence d’un réalisateur est d’être un voyeur»

Dans vos derniers films, vous vous aventuriez vers des choses inédites chez vous. Dans Jeune & Jolie, vous reprenez les choses là où vous les avez laissées avec 5X2 : un concept très fort, la question du désir qui redevient centrale…François Ozon : L’envie première était de reparler de l’adolescence. Je me suis rendu compte que je n’avais pas parlé de l’adolescence depuis Sous le sable, qui est un film important car c’est là que j’ai rencontré Charlotte Rampling. J’ai ensuite fait beaucoup de films avec des personnages nettement plus matures, et le fait de travailler avec les deux jeunes acteurs de Dans la maison m’a donné envie de retourner vers l’adolescence. Je ne pense pas tellement à mes films d’avant, mais disons que ça me ramenait à mes premiers courts-métrages. Je pouvais reparler de l’adolescence et du désir adolescent mais avec mon regard d’aujourd’hui, une distance que je n’avais pas à l’époque. Chaque film est un peu une expérimentation, je vo

Continuer à lire

Jeune & jolie

ECRANS | Avec ce portrait d’une adolescente qui découvre le désir et brave les interdits, François Ozon prouve sa maîtrise actuelle de la mise en scène, mais ne parvient jamais à dépasser le regard moralisateur qu’il porte sur son héroïne. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 15 juillet 2013

Jeune & jolie

Jeune & jolie : un titre qui est autant une référence au magazine pour adolescentes qu’une mise au point de la part de François Ozon. Il ferme ainsi sa longue parenthèse d’actrices vieillissantes et revient à la jeunesse érotisée de ses premières œuvres, courtes ou longues. L’introduction tient lieu d’énorme clin d’œil : sur une plage déserte, Isabelle, seize ans — prometteuse Marine Vacth, sorte de Laetitia Casta en moins voluptueuse —, retire le haut de son maillot de bain, se pensant à l’abri des regards. En fait, la scène est vue depuis les jumelles de son petit frère et en deux plans, trois mouvements,  Ozon s’offre un digest de son premier âge de cinéaste : la plage comme lieu de fantasmes, ses alentours comme repaire des désirs troubles. Clin d’œil donc, mais trompe-l’œil aussi : ce voyeurisme-là n’est qu’une fausse piste et même si par la suite tous les regards se tourneront vers Isabelle pour percer son inexpliquée conversion à la prostitution, Ozon ne cherche jamais à créer de suspens malsain autour de ses activités : au contraire, c’est l’éviden

Continuer à lire

Dans la maison

ECRANS | De François Ozon (Fr, 1h45) avec Fabrice Luchini, Kristin Scott-Thomas, Emmanuelle Seigner…

Christophe Chabert | Lundi 8 octobre 2012

Dans la maison

Germain Germain (bonjour Nabokov !) est un prof de français désespéré par la nullité de ses élèves. Alors qu’il lit leurs médiocres rédactions à sa femme qui, elle, tient une galerie d’art contemporain sur le thème sexe et pouvoir (bonjour Sade !), l’une d’entre elles sort du lot. L’élève y raconte son envie de s’introduire dans la maison d’un de ses camarades pour s’approcher de cette vie bourgeoise, avec une mère archétypale des «femmes de la classe moyenne» (bonjour Flaubert !). Germain pense qu’il y a là un talent à canaliser, sans savoir qu’il met le doigt dans un dispositif dangereux : celui qui brouille la frontière entre la réalité et la fiction, mais aussi celui de François Ozon, qui déroule ici une mécanique ludique où l’on ne sait jamais si ce que l’on nous raconte est le fruit d’une narration objective, si celle-ci a été influencée par les conseils de Germain ou encore si elle n’est que le reflet de l’imagination de son élève. Le voyeurisme littéraire de l’un rencontre le voyeurisme réel de l’autre, et tout le monde finit par vivre son fantasme (d’auteur frustré, d’adolescent orphelin, de femme délaissée) par procuration. Ozon s’amuse manifestement — et on s’amuse av

Continuer à lire

Début octobre dans la maison Ozon

ECRANS | Pendant longtemps, François Ozon se méfiait de la presse, des interviews et de la nécessité d’expliquer ses films. Depuis Potiche, on le sent plus détendu, plus sûr de lui et prêt à rentrer dans les méandres de son œuvre avec humour et malice. La preuve avec cet entretien. Propos recueillis par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 8 octobre 2012

Début octobre dans la maison Ozon

On se dit en voyant Dans la maison que c’est le film où vous répondez le plus ouvertement aux reproches adressés à votre cinéma mais aussi où vous le définissez par rapport à la littérature, comme une théorie de votre pratique…François Ozon : Au départ, c’est une pièce de théâtre, ce n’est pas moi qui l’ai écrite. Mais quand on fait une adaptation, c’est qu’on s’y retrouve, qu’il y a des choses qui vous plaisent. Ce qui m’a plus, c’est la relation prof-élève et que ce ne soit pas dans un seul sens, qu’il y ait une interactivité, que le gamin apporte autant au prof que le prof au gamin, cette idée de la transmission. Quant à répondre exactement à ce qu’on me reproche, c’est vous qui le dites, je ne l’ai pas théorisé. Il y a quand même des dialogues qui évoquent le fait d’aimer ses personnages ou de les regarder de haut…Ah ! Ce qui m’amusait dans tous ces trucs théoriques que dit le prof, c’est que ça me rappelait ces gens qui veulent donner des cours sur le scénario, ces théoriciens venus des Etats-Unis. Je lis ça et je n’arrive jamais à rentrer dans ce moule, cette méthode. Je sais que ce sont des co

Continuer à lire