Benjamin Lavernhe dans Le Discours : « J'aime bien causer… »

ECRANS | À l’écran, on l’a connu odieux (Le Sens de la fête), irrésistible de drôlerie (Mon inconnue), fuyant (Antoinette dans les Cévennes) mais à chaque fois impeccable. Benjamin Lavernhe — de la Comédie Française — poursuit sur sa lancée en tenant l’affiche (et le crachoir) du Discours, adaptation ô combien cinématographique de Fabcaro par Laurent Tirard.

Vincent Raymond | Mercredi 9 juin 2021

Photo : ©Les Films Sur Mesure - Christophe Brachet


Le Discours raconte une histoire des retrouvailles différées. Or le film, d'abord annoncé pour Cannes 2020, avait été repoussé en décembre, avant d'être à nouveau décalé pour le 9 juin. Il y a là comme une mise en abyme un peu ironique et cruelle, non ?

Benjamin Lavernhe : Oui, c'est vrai que c'est tragiquement drôle ; après, on peut se dire que notre personnage du « Discours » se plaint beaucoup, se complaît un peu ; qu'il est peut être un peu pénible… Nous, on a eu l'impression que notre plainte, elle était légitime ; on n'a pas envie qu'elle soit vue comme nombriliste et qu'elle finisse par agacer. Comme disait Jean-Michel Ribes sur les réseaux sociaux « la culture n'est pas au dessus du reste, mais elle existe ».

Aux yeux du public, votre personnage peut passer pour nombriliste ; en réalité, c'est quelqu'un en attente et en souffrance. Une souffrance qui dévore tout le reste, et que le film ne fait que retranscrire avec justesse…

Oui, c'est son caractère obsédant, sa névrose… C'est quelqu'un qui se débat, il est complètement obsédé par l'amour et la passion ; ça le brûle de l'intérieur et il n'y a pas d'issue. Il aurait peut être besoin de faire de la méditation (sourire). Même dans la scansion du film, il y a un éternel retour au dîner ; on s'en échappe en permanence par des fantasmes, par la projection dans le passé, par des souvenirs — quand on ouvre sont cerveau on a accès à quand même beaucoup de choses ! Ce personnage a du mal à être présent à table avec ses parents, et le fait qu'il soit absent crée de la comédie et de la dramaturgie dans un film très en saynètes, en idées, à tiroirs… Mais où les spectateur sont aussi heureux quand il y a une résolution, et de voir que notre personnage arrive au présent à avoir un regard, tendre, doux sur son beau-frère, sur sa sœur, sur son père qui radote… Mine de rien, il finit par évoluer en une heure et demie !

Le présent que constitue le dîner, et que montre le film n'existe pas réellement puisque les parents sont vissés dans un passé éternel (avec le père qui radote) et votre personnage se projette dans un futur idéal…

En effet. Il s'en échappe parce que le réel est insupportable. Je crois qu'il n'y a rien de plus terrible quand on a un grand chagrin d'amour que de revenir chez ses parents — quand on est adulte, en tout cas. Parce que tout nous horripile et c'est encore plus dur de se voir ramené à sa place d'éternel enfant, de stagner, de bloquer, de ne pas évoluer, d'être toujours un peu dans le passé, la nostalgie… Et parce que notre sœur ne retient toujours pas que c'est les poivrons et pas les concombres qu'on n'aime pas… À l'époque du tournage, j'étais content de sortir de table et d'arrêter de manger du gigot ou de la tarte poire-chocolat ! (rires)

Le Discours montre aussi qu'en 2021, une histoire d'amour reste avant tout une relation textuelle avant d'être une relation entre les corps : la communication écrite prime, que ce soit par SMS ou dans ces petits mots que certains glissent dans les arbres…

Oui, c'est vrai. Les gens communiquent par écrit, c'est à la fois rassurant… et ça ne l'est pas. Mon personnage a besoin d'un papier pour écrire dans ses premiers rendez vous, des idées…C'est le papier que je regrette parfois, le fait d'écrire des lettres… Toute correspondance est belle ! C'est quand on ne communique plus que c'est le plus inquiétant — comme un papier dans un arbre pour souhaiter une sodomie consentie (sourire) Ce qui est déprimant, c'est le manque de vocabulaire, les abréviations dans les textos…

Dans l'histoire, tous ces questionnement sur les « est-ce que je mets un point ou pas ? », ça crée de la comédie, mais je me demandais comme ça allait “résister” au cinéma : filmer un téléphone, être avec un personnage aux toilettes qui demande conseil… Heureusement, il y a des regards camera dans ces moments-là, et c'est proche du journal intime. Je n'avais pas trop réfléchi au fait que c'est très textuel. D'ailleurs, c'est un film où j'avais beaucoup de texte à ingurgiter.

Beaucoup de texte, mais aussi beaucoup de présence : vous êtes quasiment de tous les plans. Et quand vous n'êtes pas physiquement présent, votre voix l'est. Comment s'inscrit-on dans un film avec autant de “présences” différentes, physiques et vocales ?

C'est très réjouissant et on s'inquiète aussi de cette responsabilité du récit. On se dit : « pourvu que les gens ne fassent pas une overdose ». Bon, Laurent Tirard m'a choisi, donc je dois en être capable. Et puis moi, j'aime bien causer, prendre la parole… Mais c'est quand même une grosse responsabilité et beaucoup de travail pour que le film se raconte : il tellement déstructuré chronologiquement que j'avais aussi envie qu'il y ait une trame et un peu d'émotion ; que ce ne soit pas juste un film à sketches. J'ai eu un peu le trac et redouté que le concept de face-caméra ne tienne pas la route sur la longueur, que ça s'épuise, mais Laurent Tirard m'a très vite dit « Ça sera un film assez court ». Bon, il fait quand même une heure et demie mais moi quand je jouais, je parlais à la caméra, et j'avais vraiment le souci que les gens m'écoutent. Dès le générique de début — qu'on a tourné le dernier jour, ça n'était pas prévu — on casse le quatrième mur et on parle aux gens. Il fallait que j'intéresse les gens avec mon histoire de texto et de discours que je n'ai pas envie de faire. Après tout, Fabcaro disait que pour le proposer à son éditeur, il avait dit : « c'est un livre qui parle de rien, un livre sur un type qui attends un texto et qui a pas envie de faire un discours ». Mais quand on met les doigts dedans, ça aborde mille choses, mille thématiques sur la famille, sur les non-dits, sur les chagrins d'amour… Apres, il fallait aussi en faire du cinéma et être ingénieux dans une manière ludique de le raconter.

Et je trouve que la seconde partie du film rend tout très cohérent, finalement : il y a une évolution du personnage, une mélancolie et une tendresse qui font qu'on est mieux. On a eu l'impression de vivre une aventure avec lui, dans ces scènes de retour en arrière et de fantasme.

Vous redoutiez l'effet sketch, on perçoit au contraire une construction évoquant Buñuel ou Resnais dans la manière d'explorer l'inconscient, le subconscient, la dimension onirique ; bref jouant avec tout ce que le cinéma peut apporter à l'illustration des univers mentaux…

Ah c'est un beau compliment ! C'est pas naturaliste ni très réaliste, c'est même parfois presque théâtral — sauf que là, on ne peut pas parler fort comme sur scène. D'habitude, le cinéma amène du naturalisme dans l'inventivité et en se décollant du réel. Là, on voit un décor et on n'y croit pas tout à fait, il représente l'espace mental du personnage — on l'a tourné en studio, à Bry-sur-Marne et il est fait pour que les gens puissent s'identifier. Souvent dans les comédies françaises, on est dans des appartements luxueux, immenses ; là il s'agissait d'une famille moyenne, à la hauteur de notre personnage pour que les gens puissent se dire : « Ah oui, cette famille c'est la mienne ». Bon, on pourrait commenter le gout de la déco… (rires)

Y a-t-il eu un échange entre Laurent Tirard, Fabcaro et vous sur la définition du personnage et la manière dont il allait devenir “vivant” au delà du livre?

Pas du tout ! Je pensais qu'il serait beaucoup plus sensible comme les auteurs à qui on parle de leur œuvre ; en vrai il était très détaché — non pas qu'il s'en foutait, mais il avait le grand respect de dire « je fais confiance, ça ne m'appartient plus, je lâche le bébé », il était très curieux de savoir ce que ça allait devenir, et flatté, heureux qu'on s'empare de son histoire. En même temps, il était assez étonné, sceptique — c'est un peu pessimiste pour nous — car il nous a souhaité bonne chance !

Il était déjà venu sur le tournage — un peu comme un môme parce qu'il n'était jamais venu sur un plateau de cinéma — au moment de la scène du fantasme discours qui cartonne. On s'est bien amusés, il était très détendu, très bienveillant. Et quand il est venu voir le film, à la fin, il était hyper ému et il s'en étonnait en disant : « Ah mais je pensais pas que.. » De voir les personnages incarnés, ça ne l'a pas du tout traumatisé — je sais pas si il était poli, mais il avait l'air sincèrement heureux et il a réussi très vite à être spectateur et a ne pas être dans l'analyse ni la critique. Quand on lui a demandé dans une interview s'il était content des choix, il a répondu « bah oui, ça me paraît évident ». Et c'était sincère.

Il n'a pas travaillé à l'adaptation avec Laurent Tirard, qui a librement fait des coupes, remanié l'ordre des scènes. Par exemple, celle du début se situe au milieu du roman — parce que le roman est encore plus décousu que le film et que Laurent voulait recréer une courbe dramaturgique.

Le Discours aurait dû être à Cannes en 2020. En juillet dernier, Thierry Frémaux a annoncé que les films possédant le label Cannes 2020 recevraient une invitation officielle à monter les marches en 2021. Préparerez-vous un discours pour l'occasion ?

C'est terrible : à tous les coups je vais le préparer et je n'aurai pas l'occasion de prendre la parole, ça m'étonnerait qu'ils me laissent parler et ils auraient bien raison !

Et si vous recevez un César l'an prochain ?

J'ai été nommé deux fois, j'avais tout préparé, et le plus triste la dedans, c'est qu'on ne peut pas dire ce qu'on a écrit pour remercier les autres, on se réjouit tellement de dire : « Ah, merci untel, merci untel » et je crois que c'est la seule fois de sa vie où on écrit quelque chose et où on est pas sûr de le dire, mais ou on écrit vraiment comme si on allait le dire.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Le Discours" de Laurent Tirard : Tu parles ? Tu parles !

ECRANS | C’est l’histoire d’un énième repas de famille auquel Adrien assiste alors que son esprit divague. Car la seule chose comptant pour lui à ce moment précis, (...)

Vincent Raymond | Mercredi 9 juin 2021

C’est l’histoire d’un énième repas de famille auquel Adrien assiste alors que son esprit divague. Car la seule chose comptant pour lui à ce moment précis, c’est que Sonia réponde à son SMS. Et voilà que son futur beau-frère lui demande de faire un discours pendant la noce… Le Discours n’est pas un film, c’est du cinéma. En tout cas, une de ces propositions cinématographiques, pour reprendre le mot de Godard, qui s’amusent avec les possibilités du médium ; qui considèrent le 7e art comme la somme, la résultante, l’aboutissement ou l’évolution des précédents et surtout ne se prennent pas au sérieux. Ce qui ne les empêche pas de triturer la structure avec intelligence pour fabriquer de l’espace avec des mots et du temps avec des images ; bref créer comme Resnais un spectacle ludique superposé à un film mental. Tirard réussit son adaptation de Fabcaro comme on transforme un essai au rugby : il transpose cette obsession anxiogène de la répétition traversant l’œuvre de l’auteur (et bédéiste) en l’accommodant de variations oulipiennes donnant à Benja

Continuer à lire

"Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" : Gavalda remix

ECRANS | De Arnaud Viard (Fr., 1h29) avec Jean-Paul Rouve, Alice Taglioni, Benjamin Lavernhe…

Vincent Raymond | Mardi 21 janvier 2020

Jean-Pierre, qui s’est jadis rêvé comédien, a depuis rejoint avec succès le négoce des vins. Aîné d’une fratrie comptant Juliette (une prof démangée par l’écriture et tout juste enceinte), Mathieu, employé timide et Margaux, photographe en galère, il traverse une phase difficile… En transposant à l’écran l’ouvrage homonyme d’Anna Gavalda, Arnaud Viard s’est attelé à un double défi. D’abord, d’unifier les nouvelles du recueil en une seule trame narrative sur le modèle de ce qu’avait accompli Robert Altman à partir de Neuf histoires et un poème de Carver pour bâtir son Short Cuts. Ensuite, de prendre le risque de décevoir les millions (oui oui) de lecteurs — voire adulateurs — de l’autrice qui avaient pu se forger du recueil leurs propres images. On ne contestera pas l’option choisie, évitant le morcellement du film à sketches, ni le choix de la distribution (les comédiennes et comédiens sont globalement bien trouvés, en particulier Rouve et Taglioni, quand la douleur les traverse comme un fantôme puis les habite). Mais quelle plaie de devoir, encore et toujours, subir ces destins de familles parisiennes pseudo normales, c’est

Continuer à lire

Les premiers noms des Arts Burlesques 2020

Festival humour | Les premiers noms de la programmation du prochain festival des Arts Burlesques qui se déroulera du 27 février au 8 mars 2020 viennent d'être dévoilés. Au (...)

Nicolas Bros | Lundi 3 juin 2019

Les premiers noms des Arts Burlesques 2020

Les premiers noms de la programmation du prochain festival des Arts Burlesques qui se déroulera du 27 février au 8 mars 2020 viennent d'être dévoilés. Au programme, le désopilant Roman Frayssinet (connu notamment pour ses chroniques dans l'émission Clique de Mouloud Achour), Nora Hamzawi, Kyan Khojandi (Bref), Élodie Poux, Tania Dutel et Tanguy Pastureau. Festival des Arts Burlesques, du 27 février au 8 mars 2020 Plus d'infos sur ce site

Continuer à lire

"Curiosa" : Chambre avec vues

ECRANS | De Lou Jeunet (Fr., 1h47, avec avert.) avec Noémie Merlant, Niels Schneider, Benjamin Lavernhe…

Vincent Raymond | Mardi 2 avril 2019

Paris, fin XIXe. Pour sauver les finances familiales, Marie de Héredia est “cédée“ par son poète de père au fortuné Henri de Régnier, alors qu’elle aime son meilleur, le sulfureux Pierre Louÿs. Tous deux entretiendront malgré tout une liaison suivie, émaillée de photographies érotiques… Quand une chambre (noire) peut être le lieu de toute les passions… Lou Jeunet donne une vigueur nouvelle et réciproque à l’expression “taquiner la muse“ en animant son élégant trio — lequel ne restera pas longtemps prisonnier de sa relation triangulaire. La relation entre Pierre et Marie (où Henri fait figure d’électron satellite, ou d’observateur consentant) admet plus ou moins volontiers d’autres partenaires et inspire, outre des clichés porno/photographiques, une abondante correspondance ainsi qu’une féconde production littéraire chez les deux amants — sans parler d’un rejeton adultérin. Aussi paradoxal que cela paraisse, c’est le voyeurisme de l’érotomane Louÿs qui permettra l’émancipation de Marie : en découvrant l’exultation des corps, la jeune femme va trouver les ressources pour

Continuer à lire

"Mon inconnue" : Je t’aime, je t’aime

ECRANS | De Hugo Gélin (Fr.-Bel, 1h58) avec François Civil, Joséphine Japy, Benjamin Lavernhe…

Vincent Raymond | Mardi 2 avril 2019

Dix ans après leur coup de foudre, Raphaël et Olivia vivent ensemble. Lui est devenu auteur à succès, elle a remisé ses rêves de concertiste. Un matin, Raphaël s’éveille dans un monde alternatif où ils n’ont jamais fait connaissance. Il doit la séduire pour espérer reprendre sa vie d’avant… Plutôt enclin aux comédies de potes et d’enfants malades ruisselant de bons sentiments, Hugo Gélin aurait-il atteint avec ce troisième long métrage le fatidique “film de la maturité“ ? Il s’inscrit ici en tout cas dans le sillage plutôt recommandable de Richard Curtis (et son charmant About time, 2013), voire d'Harold Ramis (pour l’indispensable Un jour sans fin, 1993), maître de cette spécialité anglo-saxonne qu’est la comédie fantastico-sentimentale se lovant dans les replis du temps — n’assumant qu’à moitié le fantastique et le côté “décalque“ de Coppola, Camille redouble (2012) de Noémie Lvovsky n’en fait évidemment pas partie. À la fois léger comme l’exige la romance et dense du point de vue narratif (saluons au

Continuer à lire

"Sugarland" : Le sucre, notre poison quotidien

ECRANS | Pour prouver la nocivité du sucre, un Australien s’impose le régime moyen de ses compatriotes et observe les résultats sur son organisme. Une plongée terrifiante dans nos assiettes donnant envie de gourmander nos dirigeants. Sans aucune douceur.

Vincent Raymond | Mardi 23 janvier 2018

Après avoir découvert ce documentaire, le moindre hydrate de carbone d’extraction industrielle vous semblera plus pathogène qu’un virus Ebola fourré au cyanure ; même l’écoute d’un titre de Sixto Rodriguez vous incitera à tester votre glycémie à jeun et d’expier par précaution avec une heure de step. Sortant sur les écrans en pleine période de détox, Sugarland aura-t-il une influence sur le consommation des crêpes au sucre durant la Chandeleur d’ici moins de dix jours ? Peu de chances, en tout cas, de le voir programmé dans des salles vendant du pop-corn : il y a des limites au masochisme. Le réalisateur australien Damon Gameau, lui, l’est tout de même un brin. Suivant le principe de Supersize Me! (2004), il s’inflige devant la caméra pendant deux mois le régime “normal” d’un de ses compatriotes comptant 40 cuillers à café de sucres quotidiennes (!) Des sucres cachés, présents dans l’alimentation transformée en apparence saine et/ou bio, qu’il ingurgite donc sans même recourir à la junk food. Évidemment catastrophiques, les résultats sur son organisme révè

Continuer à lire

Hubert Charuel : « Une manière de dire au revoir à la ferme familiale »

LE RÉALISATEUR DE PETIT PAYSAN | Petit Paysan deviendra-t-il grand cinéaste ? C’est bien parti pour Hubert Charuel, qui signe un premier long métrage troublant. Entretien cartes sur étable.

Vincent Raymond | Jeudi 31 août 2017

Hubert Charuel : « Une manière de dire au revoir à la ferme familiale »

De quelle(s) épidémie(s) vous êtes-vous inspiré ? HC La maladie du film est fictive : elle présente plusieurs symptômes de maladies réelles, mais qui se soignent. J’ai grandi pendant la période de vaches folles et de fièvre aphteuse. On était dans cet esprit de paranoïa : l’angoisse de mes parents, de ma familles, des amis aux alentours était totale, personne ne comprenait ce qui se passait. Les vétérinaires ne savaient pas ce qu’était Creutzfeld-Jacob, n’avaient pas les résultats… Ça a vraiment choqué beaucoup de monde. Les abattages, c’est horrible : les gens arrivaient, on tuait tous les animaux, on creusait une fosse au milieu de la ferme, on brûlait les animaux sur place. Un traumatisme pour les éleveurs et les vétérinaires. Certains ne s’en sont pas remis de faire des abattages totaux à la chaîne. D’autres ne s’en pas remis financièrement. Quand on dit à l’éleveur qu’il va toucher des indemnités, c’est plus complexe que ça. Elles viennent parfois un an, deux ans après ou jamais. En attendant, il y a un crédit à rembourser, des emprunts pou

Continuer à lire

"Petit Paysan" : De mal en pis

ECRANS | Un petit éleveur bovin tente de dissimuler l’épidémie qui a gagné son cheptel. Ce faisant, il s’enferre dans des combines et glisse peu à peu dans une autarcie paranoïaque et délirante. Une vacherie de bon premier film à voir d’une traite.

Vincent Raymond | Mardi 22 août 2017

Difficile d’être plus en phase avec l’actualité qu’Hubert Charuel. Au moment où l’on s’interroge sur la pérennité des aides à l’agriculture biologique, et où l’on peine à mesurer les premières conséquences du n-ième scandale agro-industriel, son film nous met le nez dans la bouse d’une réalité alternative : celle des petits paysans. Ceux qui n’ont pas encore succombé, rongés par l’ingratitude de leur métier et les marges arrières de la grande distribution, ni été aspirés par leurs voisins, gros propriétaires fonciers ou de fermes automatisées — on en voit ici. Sans foin ni loi Pierre est un petit paysan à la tête d’un domaine raisonnable — c’est-à-dire qu’il la gère tout seul, mais en lui consacrant tout son temps. Lorsqu'il détecte dans son troupeau des animaux malades d’une mystérieuse fièvre hémorragique, il redoute le pire : l’abattage de la totalité de ses bêtes. La dissimulation lui offre une illusion de répit, mais les conséquences ne font qu’aggraver le problème. Hubert Charuel signe un portrait “empathique” de ce prolétaire rural, a

Continuer à lire

Rosalie Blum

ECRANS | Critique du film Rosalie Blum de Julien Rappeneau (Fr, 1h35) avec Noémie Lvovsky, Kyan Khojandi, Alice Isaaz, Anémone…

Vincent Raymond | Mercredi 23 mars 2016

Rosalie Blum

On se réjouissait de voir portée à l’écran une BD parmi les plus originales de cette dernière décennie. Dommage que pour son premier film en tant que réalisateur, le scénariste Julien Rappeneau ait manqué le coche en signant cette adaptation de l’œuvre de Camille Jourdy. A-t-il été trop fidèle à l’original ? Pas assez rigoureux sur la direction d’acteurs ? Seul le décor urbain d’une province insipide (pardon pour la ville de tournage) semble ne pas souffrir de la transposition. Ce n’est pas le cas de certains personnages. Si Kyan Khojandi offre une neutralité bienveillante au sien, Noémie Lvovsky, dans le rôle-titre, surjoue l’effacement chuchoté avec une affection calamiteuse. Révélée dans des emplois pétulants, à l’aise lorsqu’il s’agit de faire passer force ou menace, la réalisatrice-actrice se montre beaucoup moins convaincante dans les minauderies. On se console ici avec des comédiens égaux à eux-mêmes (au point qu’ils doivent être inquiétants dans la vie quotidienne), Anémone et Philippe Rebbot. VR

Continuer à lire

Astérix et Obélix : au service de sa Majesté

ECRANS | Passant après le calamiteux épisode Langmann, Laurent Tirard redonne un peu de lustre à une franchise inégale en misant sur un scénario solide et un casting soigné. Mais la direction artistique (affreuse) et la mise en scène (bancale) prouvent que le blockbuster à la française se cherche encore un modèle. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 17 octobre 2012

Astérix et Obélix : au service de sa Majesté

Dans quel âge se trouve le blockbuster français ? Économiquement, sans parler d’âge d’or, on peut dire que l’affaire roule ; même une chose laborieuse comme Les Seigneurs remplit sans souci les salles. Artistiquement, en revanche, on est encore à l’âge de pierre. La franchise Astérix en est le meilleur exemple : après le navet ruineux de Thomas Langmann, c’est Laurent Tirard, fort du succès glané avec son Petit Nicolas, qui a récupéré la patate chaude. Avec un budget quasiment divisé par deux (61 millions quand même !), il n’avait guère le choix : finies les courses de char dispendieuses et les packages de stars ; retour aux fondamentaux. Tirard et son co-auteur Grégoire Vigneron prennent ainsi deux décisions payantes : remettre le couple Astérix et Obélix au centre du film (ainsi que les comédiens qui les incarnent, Baer et Depardieu, excellents), et soigner un casting pour lequel chaque personnage semble avoir été écrit sur mesure. Il y a dans Au service de sa Majesté un petit charme très français du second rôle savoureux, plus digeste que la pratique éculée de la guest écrasante. Guillaume Gallienne, Vincent Lacoste, Valérie Lemercier, Catherine Den

Continuer à lire