Marion Cotillard - Flore Vasseur : « On arrive à un point où on engage le processus vital. »

Bigger Than Us | Produit par Marion Cotillard, réalisé par Flore Vasseur, Bigger Than Us empile les témoignages de jeunes adultes porteurs d’initiatives citoyennes et/ou environnementales partout sur le globe. Un documentaire un peu trop lisse qui cependant donne l’occasion de s’emparer d’un sujet hélas brûlant : l’urgence d’agir. Rencontre.

Vincent Raymond | Lundi 20 septembre 2021

Photo : ©Jeanne Claudel


Le titre de votre documentaire est porteur d'une intéressante ambivalence : Bigger than us évoque à la fois la dimension tétanisante d'une entreprise dont l'immensité peut (ou doit) justement dynamiser, galvaniser le spectateur…

Flore Vasseur : C'est relativement assumé. D'habitude, j'ai toujours du mal à trouver les titres, et plutôt à la fin. Là, il nous est tombé dessus avant même le début. Je tournais autour des concepts de bigger than life — ces personnages, souvent américains comme Martin Luther King, qui font des choses plus grandes que la vie. J'avais envie de parler du nous, pas d'être dans une dimension individualiste. C'était important aujourd'hui de montrer qu'on est “un seul”. Le titre est sorti, et je suis arrivé assez timidement devant Marion et Denis Carot [le coproducteur du film] et on a tout de suite cliqué en assumant le fait que ça voulait dire plein de choses différentes. C'est la magie d'un bon, d'un vrai titre, pour moi.

Et vous avez raison, le premier entendement, est que l'on est dans un constat d'impuissance face à des choses bien plus grandes que nous, avec le sentiment qu'on ne pourra rien faire. Mais il y a aussi cette idée d'une génération plus petite en âge maus plus grande en maturité ou en sagesse et qui a compris, qui des clefs. Et puis — et je pourrais dérouler beaucoup — il y a cette idée que, quand la vraie raison pour laquelle on s'engage dans une action ou une cause, c'est que l'on répond à un appel plus grand que soi, qui vous dépasse totalement. C'est une dimension presque spirituelle qui nous anime. On est très content que les gens s'interrogent sur ce titre. Qu'on se pose une question, c'est déjà pas mal !

Le film est une collection de “je” qui se dissolvent dans ce fameux “nous“ au profit du collectif. Comment parvient-on à renoncer au soi ?

Marion Cotillard : Je ne crois pas qu'on oublie d'être soi. On découvre quelque chose qui est du domaine de de la connexion de nous, à nous, de nous aux autres, de nous à n'importe quelle forme de vivant, d'organique, de minéral. Et qu'à travers cette connexion, on se rapproche encore plus de soi.

FV : C'est d'ailleurs pour ça que chacune des personnes du film a démarré autour de 12 ans. Certains ont 25 ans aujourd'hui : ils ont passé la moitié, voire les deux-tiers de leur vie dans leur lutte. Ce sont des personnes dans un rapport au monde très très clivant. Il n'y a pas de dissolution de l'individu, il y a l'affirmation d'un rapport au monde très ancré, très personnel.

Chacun des protagonistes s'est trouve un outil pour agir. Dans la mesure où ce film est né d'une interpellation de votre fils de 7 ans, peut-on dire vous êtes, Flore, l'outil de votre fils ?

FV : (sourire) Je ne sais pas si je suis l'outil de mon fils, mais je suis contente de ne pas être l'outil d'un algorithme — donc tant mieux si il m'a utilisée, c'est bien à cela que les parents servent.

Comment cette connexion entre vous s'est-elle faite ?

MC : Ce sont le mystères de l'amour et du coup de foudre. On s'est rencontrées autour d'un homme qui s'appelle Satish Kumar — un philosophe, écrivain, activiste et humaniste qui faisait des ateliers et qui, à la suite de ces ateliers, donnait une conférence le temps d'un week-end. Je ne saurais même pas expliquer aujourd'hui ce qui a fait que, quand j'ai vu Flore, Il y a eu quelque chose d'évident : avant même qu'on s'adresse la parole, il y a une connexion profonde. On s'est rencontrées à un niveau au-delà de de l'intellect.

On s'est reconnues, je crois. À ce moment-là, on ne savait pas qu'on allait se lancer dans cette aventure ensemble, mais au bout de ces deux jours, je suis repartie avec en moi une rencontre très puissante avec Flore. Je savais qu'on allait faire un bout de chemin ensemble ; j'ignorais comment, mais je savais qu'elle allait faire partie de ma vie et que j'allais faire partie de la sienne.

Marion, cela fait pratiquement vingt ans que vous évoquez publiquement les questions environnementales. Aujourd'hui, alors que le sujet est omniprésent et que le temps manque presque, avez-vous encore une once d'espoir pour que le sujet puisse progresser ?

MC : Oui, c'est vrai que la conscience humaine a besoin de temps pour grandir. Je rêve quelque part d'un saut quantique qui ferait que tout le monde prendrait conscience de l'urgence et se mettrait en action… Tous les humains qui ont eu ces questionnements, ces peurs, cette conscience, savent qu'on ne peut plus reculer devant la réalité, devant le constat de notre responsabilité, de notre impact. À un moment donné, on sera poussé à prendre nos responsabilités. Il y a tant d'alertes ont été sonnées ! Comme ce livre de Fairfield Osborne, La Planète au pillage, qui moi m'a bouleversée et terrifiée en fait en même temps. À la fin des années 1940, il décrit la situation dans laquelle on est aujourd'hui. Ça a un côté vraiment terrifiant parce cette conscience était là, même si elle concernait un tout petit groupe d'hommes et de femmes.

Aujourd'hui, par rapport à l'urgence, je me suis détendue. C'est-à-dire que j'ai une confiance en l'humain même si des choses me font vraiment, vraiment peur. Je sens quand même qu'il y a une conscience qui s'élève sur les sujets environnementaux et sociaux : la révolution qu'on a vécue depuis quelques années, qui a pris ce nom de “mouvement #MeToo“ et qui s'est diffusée à d'autres groupes de gens ; cette révolution féminine, humaine, de la jeunesse… Il y a vraiment quelque chose qui se passe. On arrive à un point où si l'équilibre est vraiment totalement rompu, on engage le processus vital. Et on a quand même un instinct de survie fondamental. Maintenant, est-ce qu'on va prendre les bonnes décisions ? On verra…

FV : Mais est-ce qu'on va laisser cet instinct de survie prendre le dessus ?

MC On ne pourra pas s'appuyer sur la technologie et la science. On le peut pour beaucoup de choses, mais je pense qu'on a le devoir de regarder la nature dont on fait partie. Et de ne plus se séparer d'elle. Et que en tout cas, si à un moment donné on arrive, avec la technologie et la science, à survivre sur cette planète sans sans s'être remis à notre place dans la nature, je sais pas si j'ai très envie de vivre dans un monde d'intelligence artificielle et de transhumanisme. Quand on est enfant, on a plus envie de courir dans un jardin que de regarder des arbres artificiels et de respirer dans une bulle. Maintenant, j'ai confiance et je me dis que cette connexion, on peut la retrouver.

Beaucoup de cinéastes se mobilisent ce moment pour inciter à une prise de conscience citoyenne globale sur le sujet ; votre film a fait partie d'une sélection cannoise éphémère sur l'environnement. Ne faudrait-il pas une sélection permanente pour maintenir la pression ?

MC : La forme de l'imaginaire, c'est quelque chose de tellement puissant ! Effectivement, que les cinéastes s'emparent de cette histoire-là, d'écrire une histoire qui montrerait un monde dont on peut rêver, dans lequel on peut vivre en harmonie, ça peut être cinématographique parce que de toute façon cette dualité est en nous. Il y aura toujours un équilibre à trouver. On voit bien aujourd'hui à l'échelle de la planète qu'un très petit nombre de gens est totalement heureux, et totalement libres. Ça crée un vrai déséquilibre planétaire et humain. La force du cinéma, c'est aussi de de faire rêver.

Je me souviens quand j'était petit que j'avais vu 2001, j'avais trouvé complètement hallucinant de pouvoir se parler à distance en se regardant. Aujourd'hui, mes enfants sont nés avec Facetime, ils attrapent des portables et savent mieux les manipuler que nous. Il y a un pouvoir de l'image pour alimenter l'imaginaire extrêmement puissant. C'est tout le discours de notre ami Cyril Dion. De proposer un récit différent.

L'image peut servir à captiver, mais aussi et à libérer…

MC : C'est plus que l'image, c'est aussi une philosophie, véhiculer une émotion et un questionnement philosophique,

FV : Et ça a toujours été le rôle du cinéma, et de la littérature, qui est plus mon milieu d'origine, de tenter de décrire, d'alerter, de révéler… Ce qui extraordinaire avec le cinéma c'est que l'émotion est décuplée. Tout est au service d'un propos, c'est parfait comme art. Aujourd'hui, et Cyril l'a très bien montré, toutes les solutions pour qu'on sorte de la situation dans laquelle on est existent. La raison pour laquelle on n'est pas en route est culturelle. Le cinéma peut aider à poser une nouvelle représentation. Et nous, on est dans le métier des représentations culturelles. Si avec un, deux ou dix films, on arrive à faire bouger sur « qu'est-ce que c'est s'engager? Qu'est ce que c'est vivre sa vie, qu'est ce que c'est être utile? Qu'est-ce qui est important? » Alors on pose des fondamentaux de société qui sont de l'ordre de la valeur et de la projection — pas sur l'écran mais, dans le dans la vie immédiate.

Il y a pas beaucoup d'arts qui arrivent à émouvoir autant que le cinéma qui fassent appel à autant de sens. En plus, le fait de partager un film sur un grand écran dans une salle, il y a des choses qui se passent : émouvoir pour mouvoir… Honnêtement, je ne comprend pas beaucoup qu'on ne soit pas tous à traiter ce genre de sujets aujourd'hui — déjà, nous, ça nous rend heureux de le faire. Et quand quelque chose vous rend profondément heureux, c'est communicatif.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

“Annette” de Leos Carax : Noces de son

Ouverture Cannes 2021 | Espéré depuis un an — son titre est d’ailleurs une quasi anagramme d’“attente” —, le nouveau Carax tient davantage de la captation d’un projet scénique que de ses habituelles transes cinématographiques. Vraisemblablement nourrie de son histoire intime, cette mise en abyme du vampirisme trouble entre artistes, artistes et modèles, artistes et environnement familial dépose presque toute fragilité en multipliant les oripeaux chic, glamour et trendy. Parfait pour le tapis rouge de l’ouverture de Cannes ; moins pour l’émotion…

Vincent Raymond | Mercredi 7 juillet 2021

“Annette” de Leos Carax : Noces de son

Figurer en ouverture sur la Croisette n’est pas forcément une bonne nouvelle pour un film. A fortiori cette année, après deux ans de disette. Car ce que le Festival attend de sa première montée des marches, c’est qu’elle amorce la pompe à coup de stars, de strass et de flashs fédérateurs. L’œuvre qui abrite ces premiers de cordée se trouve souvent reléguée à l’enveloppe de luxe et elle encourt surtout le risque d’être vite oblitérée d’abord par le reste de la sélection, puis par le tamis temps — on n’aura pas la cruauté de rappeler quelques pétards mouillés du passé… Cochant les cases de la notoriété grand public et auteur, Annette souscrit également — on le verra — à d’autres paramètres prisés par les festivals : une dénonciation à travers la comédie musicale cinématographie de l’égotisme des gens de la “société du spectacle”, à l’instar du All That Jazz

Continuer à lire

"Nous finirons ensemble" : Encore un peu plus à l’ouest

ECRANS | De Guillaume Canet (Fr., 2h15) avec François Cluzet, Marion Cotillard, Gilles Lellouche…

Vincent Raymond | Jeudi 2 mai 2019

Dix ans après l’été maudit qui vit périr l’un des leurs, le groupe d’amis du Cap Ferret s’est disloqué. Sous l’impulsion d’Éric, ils se retrouvent tous pour célébrer les 60 ans de Max. Or celui-ci, sur le point de vendre sa maison, goûte guère la surprise… On prend les mêmes et on continue en suivant la recette : faire fermenter dans une résidence de nabab émirati ou de milliardaire texan un groupe “d’amis“ aux égos hypertrophiés se mesurant la longueur du portefeuille pour savoir qui sera le nouveau mâle alpha de la bande. Fatalement, il faut s’attendre à du combat de coqs. Quand ils en ont le temps, certain·es de ces quadra adulescents pensent (un peu) aux autres. Pas forcément à leurs enfants — ces boulets d’arrière-plan décoratif conservés en cas de nécessité dramatique — ; plutôt à la planète le temps d’un couplet fédérateur dans l’air du temps. Ces personnages seraient faits pour être raillés, on souscrirait volontiers. Mais non : il faut les aimer pour leurs “blessures“, conséquences de leur égoïsme et de leur arrogance aveugle. Des liens profonds unissant Canet à son ment

Continuer à lire

"Gueule d’ange" : Seule et soûle

Gueule de bois | Quelque part, dans le sud. Mère célibataire d’Elli, qu’elle appelle Gueule d’ange, Marlène tient pour prioritaires sa vie de jeune femme et ses sorties. Un (...)

Vincent Raymond | Jeudi 31 mai 2018

Quelque part, dans le sud. Mère célibataire d’Elli, qu’elle appelle Gueule d’ange, Marlène tient pour prioritaires sa vie de jeune femme et ses sorties. Un soir, elle prolonge la fête avec un type et laisse sa gamine de 8 ans seule, pour une durée indéterminée. Elli dissimule son absence. Et boit. Gueule d’ange est l’exemple parfait du film avec lequel on peut jouer au bingo : sur la foi de l’affiche et du synopsis, le public peut préparer un carton et cocher les clichés dès qu’ils traversent le champ. Rôle social “de composition“ avec mèches blondes et tenue de cagole, taillé pour un festival/une nomination au César : bingo, Cotillard. Référent masculin revêche au premier abord, cachant sa tendresse sous une (et même plusieurs blessures intimes) et vivant dans une caravane : gagné, Alban Lenoir ! Gamine-à-z’yeux-bleus-pleine-de-bravitude-grave-dévastée-à-l’intérieur-alors-elle-picole : meilleur espoir pour Ayline Aksoy-Etaix. Décor de station balnéaire avec fête foraine intégrée (pour le côté “ces adultes qui n’ont jamais grandi“) : carton plein ! En su

Continuer à lire

"Juste la fin du monde" : Dolan au début d’un nouveau cycle ?

ECRANS | Ébauche de renouveau pour Xavier Dolan qui adapte ici une pièce de Lagarce, où un homme vient annoncer son trépas prochain à sa famille dysfonctionnelle qu’il a fuie depuis une décennie. Du maniérisme en sourdine et une découverte : Marion Cotillard, en comédienne.

Nicolas Bros | Mercredi 21 septembre 2016

La parentèle recuite dans sa rancœur d’un côté ; de l’autre le fils prodigue… C’est une bien belle collection de menteurs et de névrosés qui défile. De lâches, aussi. Ensemble ou séparément, ils ne parviennent pas à extérioriser ni leur amour, ni leur haine. Dans la présence des corps, c’est l’absence des mots qui les foudroie. La pièce de Lagarde dont Dolan s’est emparée est un de ces psychodrames familiaux à la Festen, où jamais les traumas originels n’arrivent à s’exprimer, ni les abcès à se vider. Personne n’a le luxe de respirer dans cette succession de têtes à têtes : à la canicule s’ajoute l’oppression de gros plans implacables entravant jusqu’au mouvement de la pensée. Comment peut-on être aussi seul en coexistant à plusieurs, aussi éloignés en ayant tant en commun ? Cotillard, épure et pure Avouons que l’on redoutait la surenchère de têtes d’affiches ; on la craignait comme un artifice obscène, un signe extérieur de richesse vulgaire, un mesquin coupe-file pour la Croisette… Oubliant qu’une réunion de comédiens de renom dans un quasi huis clos les condamne à se mesurer les uns aux autres ; accent

Continuer à lire

Deux jours, une nuit

ECRANS | Nouvel uppercut des frères Dardenne, qui emprunte les voies du thriller social pour raconter comment une ouvrière tente de sauver son travail en persuadant ses collègues de renoncer à une prime, et interroger ce qui reste de solidarité dans la société actuelle. Magnifique. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 21 mai 2014

Deux jours, une nuit

Lève toi et marche. Au premier plan de Deux jours, une nuit, Sandra (Marion Cotillard, formidable, se fond génialement dans l’univers des frères Dardenne, comme Cécile De France auparavant dans Le Gamin au vélo) émerge d’un sommeil médicamenteux et sort de son lit pour répondre au téléphone. C’est le film qui l’arrache de cette dépression dont on ne connaîtra jamais le motif profond et qui est devenue la source de son malheur actuel : juste avant son retour de congé maladie, elle apprend qu’elle va perdre son emploi, le patron de l’entreprise de panneaux solaires ayant choisi d’accorder une prime aux autres ouvriers contre le "départ" d’une des leurs. Décision cruelle à laquelle Sandra refuse de se plier ; avec son mari Manu (Fabrizio Rongione), elle va aller à leur rencontre, tentant de les convaincre un par un de revenir sur leur vote. Les frères Dardenne suivent donc à la trace leur héroïne, toujours en mouvement ; elle encaisse les coups durs, trébuche, tombe, se relève, repart à l’assaut et se charge des quelques rayons de solidarité qui lui donnent le courage de continuer. Une femme en colère Si le scénario paraît de prime abord

Continuer à lire

The Immigrant

ECRANS | Les premiers plans de The Immigrant mettent l’Amérique au cœur de son sujet : la statue de la liberté, Ellis Island, une file d’immigrants européens (...)

Christophe Chabert | Lundi 25 novembre 2013

The Immigrant

Les premiers plans de The Immigrant mettent l’Amérique au cœur de son sujet : la statue de la liberté, Ellis Island, une file d’immigrants européens attendant leur visa… C’est aussi une image forte venue du cinéma américain, celle qui ouvrait Le Parrain II. En se transportant au début du XXe siècle, James Gray semble promettre une grande fresque en costumes, éminemment romanesque, qui le placerait en descendant naturel de Coppola. Mais une fois ses rôles principaux distribués — d’un côté, Ewa, Polonaise prête à tout pour retrouver sa sœur, restée en quarantaine sur l’île, et de l’autre, Bruno, souteneur qui lui promet de l’aider si elle accepte de rejoindre sa «famille» —, le film se jouera avant tout en intérieurs : un théâtre burlesque, des bains publics ou l’appartement de Bruno Weiss, qui devient une nouvelle prison pour Ewa. En cela, The Immigrant tient plus du roman russe que de la reconstitution hollywoodienne, et la mise en scène de Gray, somptueuse, d’une sidérante fluidité, préfère l’intimisme à la démesure. Chaque miroir, chaque vitre est à la fois un cadre enserrant Ewa à l’intérieur du cadre, mais aussi une paroi sale ou r

Continuer à lire