Xavier Giannoli : « Illusions perdues a été comme un coeur battant depuis mes vingt ans »

ECRANS | Rêvée pendant 30 ans, l’adaptation par Xavier Giannoli du roman d’apprentissage de Balzac voit enfin le jour. Une fresque au souffle épique qu’il qualifie cependant à raison « d’intime », tendant un miroir stupéfiant à notre époque. Du cinéma à grand spectacle par un cinéaste possédé. Rencontre.

Vincent Raymond | Mercredi 20 octobre 2021

Photo : ©Shanna Besson


On a l'impression qu'Illusions perdues est un film-somme pour vous : on y trouve des supercheries, des impostures, des déceptions… Bref, des thématiques traversant tout votre cinéma…

Xavier Giannoli : J'en ai bien peur… [sourire] Pour remettre les choses à l'endroit, j'ai lu le roman quand j'avais l'âge du héros, à 19 ans, et ç'avait été une expérience totalement bouleversante. J'ai été touché par sa vie, ses épreuves. Je me sentais moins seul face au monde — on a tous vécu ça. Ce roman est devenu obsessionnel pour moi, à l'époque. Je faisais des études de littérature et j'ai eu la chance d'avoir un prof vraiment extraordinaire qui m'a éveillé aux secrets de l'œuvre, à ses résonances contemporaines qui lui faisaient penser à ce que Fellini disait de l'irruption de la télévision dans la civilisation occidentale. Il arrivait à avoir une vue ample sur les questions de basculement de civilisation et très sensible sur le personnage, l'histoire d'amour, les déceptions, les échecs, les trahisons… Tout ce qui fait la vie sociale.

Ce film a donc été comme un cœur battant depuis mes vingt ans : j'ai toujours espéré pouvoir en faire une adaptation ; je n'ai jamais arrêté d'y travailler. Et comme j'écris mes films, je pense que ça a pu les influencer. Dans Marguerite, toutes les scènes scènes dans les coulisses des théâtres, le claqueur, le fait que journaliste s'appelle Lucien, c'était là. Dans L'Apparition, il y a aussi une illusion perdue pour le personnage de Lindon. Et j'en viens à m'interroger sur le fait que je n'arrive à m'intéresser qu'à des projets où un homme va mentir et son mensonge l'amène à la rencontre de la vérité du monde — c'est ça, À l'origine. Illusions perdues était comme le cœur qui faisait circuler du sang dans mes autres films.

Qui tous, d'ailleurs pourraient s'appeler Illusions perdues

Mais quasiment tous les films pourraient s'appeler comme ça ! C'est une espèce de titre générique, tout simplement parce que ça a une vérité humaine, incontournable… C'est ce qu'il y a dans la phrase de la fin : « je pense à ceux qui doivent trouver en eux quelque chose après le désenchantement ». Tout le monde ressent cette vérité humaine incontournable.

Et, pour boucler la boucle, le désenchantement était également présent dans votre court métrage Palme d'Or, L'Interview

C'est une illusion perdue, L'Interview. D'ailleurs, je ne sais pas si vous l'avez vu, mais Arte m'avait demandé de rendre hommage à Martin Scorsese dans Blow Up. J'en avais fait un film très important pour moi qui dure 6 ou 8 minutes et où je raconte quelque chose qui m'est vraiment arrivé sur le tournage de Casino, et qui a à voir avec L'Interview.

L'écriture balzacienne se prête-t-elle aisément à la transposition cinématographique ?

En fait, c'est déjà du cinéma ! Le roman balzacien est organiquement cinématographique — je n'irais pas vous dire ça de Proust, de Flaubert ni de Nathalie Sarraute. Quand je lisais Balzac, je pensais à Orson Welles, à Ophüls, à une énergie visuelle délirante, généreuse, puissante, drôle, cruelle, méchante… Et d'ailleurs, il a été énormément adapté au cinéma depuis le muet, avec plus ou moins de bonheur.

Je savais que ce film serait long et je voulais que ce soit un torrent d'énergie, d'émotions et d'informations. Parce que moi, comme spectateur, j'aime vivre une espèce de immersion. Après, ça ne m'intéressait pas de colorier les images d'un classique de la littérature ; ç'aurait été serait lamentable comme projet de mise en scène. J'ai donc essayé de trouver dans ma lecture, dans ce que j'avais ressenti du livre, un élan, une force, un mouvement. Et ce qui m'a beaucoup libéré, c'est la musique — c'est pour ça qu'il y en a autant, qui sont assez souvent des musiques rares et étranges. L'idée du spectacle me hantait : mais le spectacle cinématographique et le spectacle de la vie, le jeu des faux-semblants de l'hypocrisie et de la tricherie. C'est pour ça que rendre hommage au génie balzacien avec le cinéma, qui est l'art le plus impur et le plus dépendant de l'argent, à quelque chose de très cohérent.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Xavier Giannoli : ”Un appel vers le mystère“

ECRANS | Après Marguerite, Xavier Giannoli revient avec L’Apparition. Vincent Lindon y campe un journaliste envoyé par le Vatican dans les Alpes, où une jeune fille affirme avoir eu une apparition de la Vierge. L’enquête est ouverte… Propos recueillis par Vincent Raymond & Aliénor Vinçotte

Vincent Raymond | Mardi 6 février 2018

Xavier Giannoli : ”Un appel vers le mystère“

Qu’est-ce qui vous a mené sur ce chemin de la foi ? X. G. : Je ne crois pas que L’Apparition soit un film sur le chemin de la foi. J’ai lu un fait divers où il était question d’une enquête canonique — c’est-à-dire une enquête diligentée par un évêque pour essayer de faire la lumière sur un fait surnaturel, “apparitionnaire”. J’ai tout de suite compris que c’était un sujet de film, de cinéma très romanesque et très intéressant. J’ai été baptisé, j’ai reçu une éducation chrétienne, mais je ne suis pas pratiquant et je pense comme tout le monde que cette question du religieux, de la foi, de l’existence ou de l’absence de Dieu est une question essentielle de nos vies. J’avais l’intuition que l’enquête était une proposition cinématographiquement forte et originale. Si ce n’est pas un film sur la foi, alors qu’en est-il ? C’est un film sur le doute. Des films sur la foi j’en ai vus. Là, ce qui m’intéressait, c’est d’avoir le point de vue d’un sceptique sur un mystère. J’

Continuer à lire

"L'Apparition" : En présence d’un doute

ECRANS | de Xavier Giannoli (Fr., 2h21) avec Vincent Lindon, Galatea Bellugi, Patrick d’Assumçao…

Vincent Raymond | Mardi 6 février 2018

Encore blessé et traumatisé par la mort d’un confrère sur le terrain, un reporter de guerre accepte de sortir de sa prostration quand un évêque du Vatican lui demande de participer à une enquête canonique : une jeune fille prétend que la Vierge lui est apparue, mais rien n’est moins sûr… Xavier Giannoli traite ici, comme dans nombre de ses réalisations précédentes — ses courts métrages y compris —, d’une fascination pour une forme d’aura inexplicable ; la grâce mystique prenant dans L’Apparition le relai de la notoriété (Superstar), du charisme (Quand j’étais chanteur) ou du (non-)talent artistique (Marguerite). À cette note fondamentale, il ajoute un autre thème récurrent et souvent complémentaire : la dissimulation et l’usurpation de qualité. Pour les figures centrales de ses films, l’inadéquation entre l’image que celles-ci renvoient et la vérité fabrique le récit, à travers un conflit moral ou la construction d’une “réalité alternative”— pour reprendre un terme à la mode. Et, chose étonnante, le mensonge de l’

Continuer à lire