Les bouchées doubles

ARTS | Pour sa dix-huitième session, le programme d’expositions Local Line dévoile simultanément à Saint-Étienne et Firminy le travail de quatorze jeunes créateurs invités à produire des œuvres originales. Niko Rodamel

Niko Rodamel | Mardi 3 novembre 2015

Photo : © DR


Avec Local Line le Musée d'art moderne et contemporain met en lumière depuis déjà cinq ans de jeunes artistes, issus des régions Rhône-Alpes et Auvergne ou qui ont choisi pour un temps d'installer leur atelier sur ce territoire. La cuvée 2015 s'installe sur deux sites différents, le MAMC et le site Le Corbusier à Firminy, en résonance avec la Biennale d'art contemporain de Lyon. Parmi artistes exposés au MAMC, Anthony Jacquot-Boeykens présente trois tableaux sur lesquels il superpose des couches de peintures, créant une forme de tissage visuel où la matière épaisse conserve la trace du geste répétitif et de l'outil. L'installation de Baptiste Croze est constituée d'objets disposés le sol comme « une prairie où les herbes chatouillent les genoux des spectateurs ». Quant à Josselin Vidalenc, il présente La chambre d'amis, une installation dont les tubes d'acier jointés forment un étonnant quadrillage architectural sous lequel sont éparpillés divers objets. En marge de l'exposition, l'artiste habitera cet espace par les gestes de son corps lors d'une performance, le 12 novembre à 18h30, dans le cadre de la programmation Un Soir au Musée.

Les clés de Saint-Pierre…

Les œuvres installées à Firminy s'inscrivent pleinement dans leur lieu d'exposition, évoquant tour à tour l'architecture, l'urbanisme, le design ou le motif. Parmi ces créateurs, Laura Ben Haïba travaille à partir de chutes de matériaux qu'elle transforme en objets sculpturaux insolites. Grégoire Bergeret et Thomas Jeames proposent une structure quasi architecturale qui, pour le coup, se trouve en complète contradiction avec l'esprit de Le Corbusier. Ici les lignes sont obliques, la structure s'ouvre sur l'extérieur et le film qui tourne en boucle au cœur de l'installation fait apparaître la modernité comme incertaine. Tom Castinel fait se télescoper la sculpture, le dessin, l'écriture, la vidéo, la performance, le son et la musique, livrant des compositions sobres et épurées, faisant référence autant au Modulor de Le Corbusier qu'à la culture techno berlinoise des années quatre-vingts. Lee Ju Hyun et Ludovic Burel ont créé des meubles où la patte de Le Corbusier semble littéralement customisée à la mode coréenne, le tout baignant dans une bande son élaborée à partir d'une bibliothèque de sons traditionnels.

Local Line 18, jusqu'au 15 novembre au MAMC et jusqu'au 4 janvier 2016 sur le site Le Corbusier à Firminy


Local Line

Artistes : Baptiste Croze, Simon Feydieu, Anthony Jacquot-Boeykens, Charlie Vérot et Josselin Vidalenc; en résonance avec la 13e biennale de Lyon
Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Étienne Métropole Rue Fernand Léger Saint-Priest-en-Jarez
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Local Line 18

Artistes : Laura Ben Haïba, Grégoire Bergeret et Thomas Jeames, David Blasco, Tom Castinel, KVM - Ju Hyun Lee et Ludovic Burel, Thomas Malenfant et Octave Rimbert-Rivière
Maison de la Culture Le Corbusier Rue Saint-Just Malmont Firminy
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Statut : en couple

Donation | Le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne Métropole présente actuellement une nouvelle expo dédiée à la donation récente du couple de galeristes Durand-Dessert, qui entre en dialogue avec la collection du musée.

Cerise Rochet | Mardi 30 novembre 2021

Statut : en couple

Extraordinaire, et tout à la fois totalement cohérente. Reçue récemment, la donation du couple de galeristes parisiens et collectionneurs Liliane et Michel Durand-Dessert au MAMC+ est de celles qui s’expliquent tout à fait logiquement… Même si son envergure revêt un caractère assez exceptionnel : 180 œuvres et une cinquantaine d’éditions, qui reflètent le parcours fou de deux amoureux des Arts au sens large du terme. De la part des Durand-Dessert, dont l’activité parisienne s’est étirée de 1975 à 2004, le soutien au Musée d'Art Moderne et Contemporain n’est pas nouveau : déjà, dans les années 80, le couple offrait au musée Le Crâne, de Gerhard Richter et L’Œil de Dieu, de Luciano Fabro, par engagement au profit d’une reconnaissance de ces artistes et de leurs courants artistiques, alors très largement sous-évalués en France. Passerelles Rien d’étonnant, donc, à ce que cet Œil et ce Cr&ac

Continuer à lire

Quel art est-il ?

Outsiders | C’est un appel à décentrer le regard. Une volonté de déconstruire une certaine idée de l’art. Peut-être aussi, une envie d’exprimer son envie de voir la frénésie du (...)

Cerise Rochet | Vendredi 29 octobre 2021

Quel art est-il ?

C’est un appel à décentrer le regard. Une volonté de déconstruire une certaine idée de l’art. Peut-être aussi, une envie d’exprimer son envie de voir la frénésie du marché ralentir un peu. Avec l’Enigme Autodidacte, Charlotte Laubard, professeure à la HEAD-Genève et commissaire de cette exposition, propose de réfléchir à ce que l’art peut-être lorsqu’il ne s’apprend pas sur les bancs des écoles spécialisées. Peut-on mettre sur le même plan des œuvres « brutes », fruits d’ « outsiders », et des œuvres conceptualisées et créées par des professionnels, alors même que l’intention de départ n’est pas la même ? Ces œuvres brutes fascinent pourtant, au point de voir quelques fois leur cote et leur popularité s’envoler, et d'in fine faire oublier que leurs auteurs étaient souvent bien autre chose que des artistes avant que la passion ne devienne dévorante. Ben, Ferdinand Cheval, Christian Boltanski, Yves Klein… L’Enigme Autodidacte emmène le visiteur en balade, sur un chemin jalonné de 200 œuvres pour, finalement, nous rappeler que l’art ne peut exister que si nous acceptons de remettre sans cesse en cause la conception que nous en avons.

Continuer à lire

dé ou ré générescence du vivant

Expo | Pour sa toute dernière exposition, le Musée d’art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne Métropole a offert une carte blanche à Lionel Sabatté, qui propose une cinquantaine d’œuvres spécialement conçues pour l’occasion.

Cerise Rochet | Mardi 5 octobre 2021

dé ou ré générescence du vivant

Lorsqu’on lui a proposé de créer de toute pièce une exposition pour le MAMC, Lionel Sabatté s’est précipité pour découvrir Saint-Etienne et ses environs, en prendre le pouls, ressentir, jusqu’à faire naître son inspiration. Touché par l’importance de la forêt pour la ville, et dans la lignée de sa série d’œuvres intitulées Printemps, l’artiste, installé entre Paris et Los Angeles, a jeté son dévolu sur un ancien châtaigner du château de la Perrotière n’ayant pas survécu aux derniers épisodes de sécheresse. Au bout des branches mortes, Lionel Sabatté est alors venu déposer de jolies fleurs, reconstituées à partir de petites peaux de plantes de pieds, récupérées chez des podologues de la Loire : « Elles sont faites de rebus, de petits déchets, alors même que les fleurs sont peut-être ce qu’il y a de plus classieux au monde. Transformer quelque chose en son extrême inverse, ça m’intéresse beaucoup », souffle le plasticien tandis que l’arbre ainsi ressuscité est désormais installé dans le hall du musée, en préambule de l’exposition qui s’étire ensuite sur 5 salles. Le cycle du vivant Plus qu’une visite, Eclosion est un

Continuer à lire

Le Silence est d'or

Classique | "Silences épanouis" est la thématique choisie par Geneviève Dumas pour sa biennale de musique contemporaine Festyvocal. Elle mettra à l'honneur les élèves (...)

Alain Koenig | Mardi 7 septembre 2021

Le Silence est d'or

"Silences épanouis" est la thématique choisie par Geneviève Dumas pour sa biennale de musique contemporaine Festyvocal. Elle mettra à l'honneur les élèves de composition du Conservatoire Massenet: Emmanuelle Da Costa, Xavier Fontanier, Julien Gaudin ou Pablo Villebrun, et d'autres, issus d'horizons plus lointains: Thomas Nguyen, Hana Do ou Raphaël Terreau. De Londres, Madrid ou Firminy, l'interprète, tout comme l'auditeur, gagnera sa coquille Saint-Jacques en l’Église Saint-Pierre de Firminy. Il y recevra un peu de chaleur humaine, si caractéristique de cette étrange acoustique. Festyvocal, biennale de musique vocale contemporaine, du 6 au 14 novembre 2021, au site Le Corbusier de Firminy et au pôle culturel Miguel Estrella à Firminy

Continuer à lire

Le Corbusier Firminy ne sera pas le monument préféré des Français

ESCAPADES | C'est une déception. Un temps pressenti pour représenter la région Auvergne Rhône-Alpes lors du prochain concours du Monument préféré des Français, le site Le (...)

Nicolas Bros | Jeudi 1 juillet 2021

Le Corbusier Firminy ne sera pas le monument préféré des Français

C'est une déception. Un temps pressenti pour représenter la région Auvergne Rhône-Alpes lors du prochain concours du Monument préféré des Français, le site Le Corbusier de Firminy n'a finalement pas passé le 1er tour. C'est la Rotonde ferroviaire de Chambéry qui représentera AuRA lors de l'émission qui sera diffusée lors des Journées européennes du patrimoine en septembre prochain.

Continuer à lire

Couleur critique

Art contemporain | Après plus de six mois de fermeture, le Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole a réouvert ses portes à la mi-mai, proposant pas moins de quatre nouvelles expos à découvrir d’ici à la fin de l’été… Et gratuitement, s’il vous plaît. Tour d’horizon.

Cerise Rochet | Mercredi 9 juin 2021

Couleur critique

Frapper un grand coup, en présentant quatre expos temporaires pour sa réouverture. Frapper un deuxième grand coup, en proposant une visite libre gratuite pour tous les publics durant tout l’été. Frapper un troisième grand coup, en exposant des artistes aux œuvres remuantes, étonnantes, peut-être même, dérangeantes. À Saint-Étienne, le MAMC a repris du service avec la manière, ouvrant ses portes sur une lecture du monde contemporain en mutation, qui se révèle dans toute sa dureté et parfois même, son absurdité. Peu vue en Europe jusqu’ici, une rétrospective de l’œuvre foisonnante d’Hassan Sharif retrace ainsi en 150 œuvres le parcours engagé et critique de cet artiste émirati, devenu l’un des plus influents du monde arabe. Pionnier de l’art conceptuel au Moyen-Orient, né en Iran, formé à Londres avant de rentrer s’installer à Dubaï et d’y passer la plus longue partie de sa vie, Sharif, plasticien polyvalent, a développé durant quatre décennies un corpus d’œuvres ayant très fortement contribué à changer le paysage artistique de son pays. Hassan Sharif artiste dubaïote polyvalent et critique de la société de consommation L’exposition rétrospective,

Continuer à lire

Le site Le Corbusier de Firminy en lice pour le monument préféré des Français

Concours | Et si le site Le Corbusier de Firminy représentait la région Auvergne-Rhône-Alpes lors du prochain concours télévisé du monument préféré des Français ? C'est une (...)

Nicolas Bros | Mardi 25 mai 2021

Le site Le Corbusier de Firminy en lice pour le monument préféré des Français

Et si le site Le Corbusier de Firminy représentait la région Auvergne-Rhône-Alpes lors du prochain concours télévisé du monument préféré des Français ? C'est une possibilité puisqu'il fait partie des trois lieux emblématiques régionaux encore en lice cette année. Aux côtés du Château de Menthon-Saint-Bernard (Haute-Savoie) et de la Rotonde ferroviaire de Chambéry, le site Le Corbusier a toutes ses chances de remporter la mise et ainsi être mis en avant par Stéphane Bern sur France 3 à l’occasion des 38e journées européennes du Patrimoine. Encore faut-il que les internautes votent pour lui. Vous pouvez d'ores et déjà aller donner votre voix pour Firminy sur cette page.

Continuer à lire

Tibert / Des routes à prendre

Portrait | Fondateur et directeur artistique du festival Les Oreilles en Pointe, depuis plus de trente ans Tibert défend vaille que vaille la chanson francophone. En cette fin d'année morose, le chanteur et guitariste sort contre vents et marées un sixième album, Tranche désir. Portrait entre terre et mer d'un homme qui possède six cordes à son arc.

Niko Rodamel | Mardi 8 décembre 2020

Tibert / Des routes à prendre

Remontons le temps. Le petit Alain Rocher naît en 1961 à Saint-Étienne de parents lozériens et auvergnats. Comme souvent chez les musiciens, c'est de la fascination pour un instrument qui va naître une passion que les années ne pourront plus jamais taire. Vers l'âge de neuf ans, Tibert est confié à ses grands-parents le temps que ses oreillons cessent d'être contagieux pour ses deux frangins. « Comme il n'avait pas de jeux pour les gosses, mon grand-père était dépité. Un jour il a sorti sa mandoline et quelques vieilles partitions poussiéreuses puis, cassant une dent d'un peigne pour s'en faire un médiator, s'est mis à gratter les cordes. J'étais impressionné par ses gros doigts qui couraient sur les toutes petites cases de l'instrument ! » Tibert se souvient encore très distinctement de ce déclic, décrivant une véritable révélation pour la musique. Plus tard ce sera son père, professeur de lettres, qui lui fera découvrir la littérature... Tout en poursuivant des études littéraires jusqu'à la maîtrise, le jeune homme jongle entre cours de chant classique au conservatoire de Saint-Étienne et formation en guitare jazz à l'EMRA de Villeurbanne. Après quelques années à ense

Continuer à lire

Le design domestiqué

Expo | André Wogenscky, Ludwig Mies Van Der Rohe, Jean Parthenay, Charles et Ray Eames, Maarten Baas, Pierre Guariche... Voilà (...)

Nicolas Bros | Mardi 8 décembre 2020

Le design domestiqué

André Wogenscky, Ludwig Mies Van Der Rohe, Jean Parthenay, Charles et Ray Eames, Maarten Baas, Pierre Guariche... Voilà quelques-uns des grands noms que l'on trouve dans l'exposition Déjà-vu. Le design dans notre quotidien. Avec sa sélection de 300 œuvres tirées des collections du Musée d'art moderne et contemporain, cette proposition nous embarque dans un parcours qui nous démontre la place que le design a eu sur les objets qui ont peuplé notre quotidien depuis le milieu du XXe siècle. Petit plus, l'expo ne se contente pas d'être un reflet du passé, mais permet, grâce à la mise en place d'ateliers au fil de la visite et d'un laboratoire de création en fin de parcours, de préparer le monde de demain, celui post-crise sanitaire. Tout un programme qui trouvera un écho avec la prochaine Biennale du design (28 avril au 22 août 2021) dont le thème annoncé est Bifurcations. Déjà-vu. Le design dans notre quotidien, du 16 décembre 2020 au 22 août 2021 au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole

Continuer à lire

Ça matche !

ARTS | Approcher les œuvres du Musée d’art moderne et contemporain (MAMC+) de manière ludique, c'est le but du nouveau jeu mobile "Trouve ton œuvre sœur". Un bon moyen de découvrir les collections du musée de manière originale, qu'on soit petit ou grand.

La rédaction | Mercredi 21 octobre 2020

Ça matche !

Développant des outils destinés à amener le plus grand nombre à découvrir ses collections, le MAMC propose un nouveau jeu mobile : "Trouve ton œuvre sœur" ! Ce dernier vient compléter l’appli mobile du musée disponible depuis 2017. Avec "Trouve ton œuvre sœur", on est invité à effectuer une visite de manière interactive en répondant à une quinzaine de questions qui permettent de définir notre profil, comme dans un test de personnalité. À la fin du questionnaire "Trouve ton œuvre sœur" nous fait matcher avec une œuvre présentée au MAMC+. Un indice visuel apparaît sur l'écran. À nous ensuite de nous promener dans les salles du musée pour retrouver notre œuvre sœur ! Créer le selfie le plus réussi Une fois l’œuvre retrouvée, le jeu nous donne la révélation, explique pourquoi ce tableau, cette sculpture ou cet objet nous correspond et nous propose ensuite de nous prendre en selfie avec elle. Un concours Instagram permet ensuite de désigner

Continuer à lire

Les jeunes prennent le pouvoir

Contemporain | C'est une première ! Sur plus de 2 400 m² répartis entre la Cité du design et le Musée d'art moderne et contemporain, Saint-Étienne accueille sa première Biennale dédiée à de jeunes artistes issus d'écoles d'art françaises. Son nom : Biennale artpress. Son programme : 36 artistes qui proposent des oeuvres singulières et dotées d'un parti pris certain. Un événement qui confirme la position forte de Saint-Étienne dans l'art contemporain français.

Nicolas Bros | Mardi 6 octobre 2020

Les jeunes prennent le pouvoir

C'est un choix osé que nous proposent la Cité du design et le MAMC - Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne en partenariat avec le magazine artpress : construire une biennale destinée à promouvoir le travail de jeunes artistes, fraîchement diplômés et déjà engagés dans une voie pro. Le résultat s'appelle Après l'école - Biennale artpress des jeunes artistes et la 1ere édition vient d'ouvrir ses portes et dure jusqu'au 22 novembre. Au programme, 36 artistes formant la relève de l'art français qui, avec un parti pris certain, proposent des oeuvres de techniques très diverses, formant une sorte d'état de la création d'une scène de créateurs en perpétuel renouvellement. Pas un panorama, mais une sélection Si cette biennale réunit bon nombre de jeunes talents fraîchement émoulus de différentes écoles d'art françaises, les deux commissaires de l'événement, Étienne Hatt et Romain Mathieu, tiennent à préciser un point. « Ce n'est pas le panorama d'une génération d'artistes, mais bien une sélection », expliquent-ils. Un comité présidé par le curateur Robert Storr (directeur de la Biennale de Venise en 2007 et conservateur en chef du d

Continuer à lire

Firminy annule ses journées du patrimoine et le Hall Blues Club reporte des concerts

ACTUS | Après le passage en rouge du département de la Loire, les annonces d'annulation d'événements continuent de tomber.

Nicolas Bros | Mardi 15 septembre 2020

Firminy annule ses journées du patrimoine et le Hall Blues Club reporte des concerts

Alors que la Loire est passée en zone rouge, signifiant que le département subit une circulation active de la Covid-19 et que Firminy fait partie des communes dans lesquelles le port du masque va devenir obligatoire dès demain, la Ville de Firminy a décidé d'annuler la tenue des Journées européennes du patrimoine sur son sol. « Du fait du contexte sanitaire local, avec une circulation active du virus dans la Loire (classée en rouge depuis le 11 septembre) et dans notre ville, l’équipe municipale a décidé d’annuler les évènements proposés à Firminy dans le cadre des Journées du Patrimoine ​» explique la municipalité sur son site internet. Le Site Le Corbusier reste cependant ouvert aux horaires habituels : samedi et dimanche de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h. Parallèlement, le Hall Blues Club de Pélussin vient également d'annoncer l'annulation des concerts qu'il devait accueillir entre aujourd'h

Continuer à lire

Ici la Terre

Expo | C'est un peu comme un retour à la maison pour les céramistes Arlette et Marc Simon. Installés depuis 2002 au Chambon-sur-Lignon (43) où ils ont créé l'Espace (...)

Nicolas Bros | Mercredi 8 juillet 2020

Ici la Terre

C'est un peu comme un retour à la maison pour les céramistes Arlette et Marc Simon. Installés depuis 2002 au Chambon-sur-Lignon (43) où ils ont créé l'Espace d’Art Contemporain Les Roches, ces deux Stéphanois ont découvert la pratique de la céramique à Firminy, au coeur de la Maison de la culture en 1971. Marqués par le rapport à l'espace, aux lignes épurées ou encore au dialogue intérieur/extérieur, les Simon ont entrepris un chemin côte à côte avec la création artistique au coeur des arts plastiques. Avec l'exposition Pas de deux qui se tient jusqu'en novembre dans l'architecture unique de l'église Saint-Pierre de Firminy, le duo nous donne à voir un joli panel de leurs oeuvres. « Nous avons ressenti le besoin de retrouver nos pièces anciennes et l’envie de vous les montrer. Ces travaux plus anciens associés à nos pièces récentes, représentent le chemin parcouru » expliquent Arlette et Marc Simon. Un parcours de 18 oeuvres jalonne les travées de l'église Le Corbusier de Firminy, avec des oeuvres hypnotiques, poétiques et sincères mais toujours en dialogue avec cette architecture unique. Pas de deux d'Arlette et Marc Simon, à l'églis

Continuer à lire

Robert Morris, ou la transgression de soi-même

Art contemporain | Alors qu’il réouvre ses portes après 3 mois et demi de fermeture, le Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne présente une nouvelle expo dédiée à l’artiste américain Robert Morris, coorganisée avec le Mudam Luxembourg. "The Perceiving body", une véritable expérience immersive.

Cerise Rochet | Mercredi 8 juillet 2020

Robert Morris, ou la transgression de soi-même

Deux décennies, 14 œuvres, sept espaces, pour une constellation plutôt qu’une rétrospective. Puiser dans l’œuvre colossale de Morris, et exposer les exemples les plus éclairants de son travail sur la perception, et le rapport entre le corps et l’art. Pas de cheminement chronologique donc, mais une déambulation à travers le parcours intellectuel de l’artiste durant les années 60 et 70, ses certitudes, ses doutes, ses remises en question… Ses nouvelles certitudes. Neutralité et permutation Première salle, première création, comme un point de départ. Ici, Morris déboulonne les principes même de l’art sculptural, et s’inscrit avec force dans le courant minimaliste. Œuvre composée de trois formes en L identiques, faites de contreplaqué et peintes en grises, Untitled (3Ls) expérimente le concept de répétition modulaire, et celui de permutation. Morris, lui, n’a fait que les dessiner, avant de déléguer leur réalisation, sur le modèle industriel. Le L, pensé comme la forme la plus simple et la plus neutre possible, annule de fait la notion de composition, au profit d’une duplication et d’une disposition en station « couché », « assis », debout ». Il invite

Continuer à lire

Le MAMC en visite privée

Art moderne virtuel | Suivre une visite de 30 minutes du Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne en compagnie de sa directrice Aurélie Voltz et de son (...)

Nicolas Bros | Jeudi 14 mai 2020

Le MAMC en visite privée

Suivre une visite de 30 minutes du Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne en compagnie de sa directrice Aurélie Voltz et de son responsable du département scientifique Alexandre Quoi. C'est possible en vidéo ce soir à 18h sur la page Facebook et Instagram du musée. Cette initiative fait partie du Tour de France des lieux culturels confinés, mené par le Club Innovation & Culture CLIC France. Cette série vidéo propose de découvrir chaque jour, du lundi au vendredi, « un lieu de culture artistique, historique et scientifique », en visite privée. 13 musées, monuments et lieux de science ont répondu à l'appel, dont le musée stéphanois qui est le deuxième sur la liste de programmation. Une belle occasion de découvrir ou revoir les expositions Maurice Allemand ou comment l'art moderne vint à Saint-Etienne, Entrare nell'opera - Entrer dans l'œuvre et Firenze Lai. Pour découvrir cette visite virtuelle, rendez-vous sur cette page à 18h.

Continuer à lire

Contact

Cirque | La compagnie catalane Eia nous emmène dans le monde du cirque toujours très présent dans l'imaginaire collectif, pour aller cueillir l'humanité et nous (...)

Monique Bonnefond | Mercredi 5 février 2020

Contact

La compagnie catalane Eia nous emmène dans le monde du cirque toujours très présent dans l'imaginaire collectif, pour aller cueillir l'humanité et nous plonger dans un univers en constante transformation fait de In Tarsi, mot d'artisan utilisé en marqueterie pour désigner l'art délicat d'assembler de minuscules fragments. Fragments de vie, avec ses rencontres, ses contacts, ses incompréhensions, ses complicités et ses moments de solitude, qui renvoient à une expérience humaine connue de tous. Sur une piste circulaire et multigéométrique, 13 praticables en bois, un mât chinois, une corde à sauter, autant d'agrès pour construire, transformer, aligner, superposer, basculer. Quatre circassiens à l'énergie débordante, se livrent, à un rythme endiablé, à un exercice de haute voltige où cirque et danse se mêlent à un humour plein de tendresse. De portés acrobatiques en sauts sur trampoline et escalades de mât chinois, ils créent un cirque en perpétuel mouvement qui les rassemble, les disperse, les réunit à nouveau, composant une mosaïque d'exploits comme le ferait un kaléidoscope mettant en lumière la grandeur de la rencontre et la constante transformation des sentiments et de

Continuer à lire

Monumental

Photo | Après un premier volet dans la nef de l’église Saint-Pierre, le cycle d’expositions Regard sur l’architecture poursuit le calendrier annoncé avec (...)

Niko Rodamel | Mercredi 5 février 2020

Monumental

Après un premier volet dans la nef de l’église Saint-Pierre, le cycle d’expositions Regard sur l’architecture poursuit le calendrier annoncé avec sa seconde partie, cette fois-ci dans la partie basse du bâtiment iconique de Le Corbusier, autour du patrimoine sacré. Au fil d'une soixantaine de tirages, Pascal Lemaître s'attache à montrer toute la diversité du patrimoine religieux hexagonal des XXe et XXIe siècles. Inscrivant sa démarche dans la pluralité des cultes, le photographe a parcouru toute la France pour dresser un riche panorama des édifices religieux contemporains, attentif aux gestes architecturaux qui selon lui sont autant de laboratoires de nouvelles idées. Parmi les trois mille bâtiments à vocation religieuse édifiés dans tout le pays depuis le début du siècle dernier, le photographe a ainsi pris le parti de mettre en évidence l'inventivité de leurs bâtisseurs inspirés. Des matériaux modernes et de la lumière qui les traverse, Lemaître extrait des photographies tirées au cordeau, traduisant le plus fidèlement l'histoire qu'a souhaité raconter chaque architecte. Des visites guidées de l’exposition (et bien sûr de l’église) sont proposées chaque dimanche jusq

Continuer à lire

Une biennale pour la jeune création à Saint-Étienne

Art contemporain | Saint-Étienne va accueillir en juin 2020 un nouveau rendez-vous national d'art contemporain avec une biennale dédiée à la jeune création. Organisée par (...)

La rédaction | Mercredi 8 janvier 2020

Une biennale pour la jeune création à Saint-Étienne

Saint-Étienne va accueillir en juin 2020 un nouveau rendez-vous national d'art contemporain avec une biennale dédiée à la jeune création. Organisée par l'ESADSE (École supérieure d'art et de design de Saint-Étienne), le MAMC (Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole) et Art Press (revue internationale de référence dans le monde de l'art actuel), l'événement s'intitule : Après l'école : biennale Art Press des jeunes artistes. Cette première édition réunira une quarantaine d'artistes dans deux lieux, le MAMC et le Campus Manufacture, et sera financée par Saint-Étienne Métropole, l'État (via la Direction générale de la création artistique au sein du ministère de la Culture) et la région Auvergne-Rhône-Alpes. Art Press sortira à cette occasion un numéro spécial qui tiendra lieu de catalogue. Niko Rodamel & Nicolas Bros Après l'école : biennale Art Press des jeunes artistes, juin 2020 à Saint-Étienne

Continuer à lire

Aurélie Voltz, Madame la commissaire en chef

Portrait | Un peu plus de deux ans après après son arrivée à la direction du Musée d'Art Moderne et Contemporain de Saint-Étienne Métropole, Aurélie Voltz a résolument pris ses nouvelles marques, loin de Paris, sa ville-racine. Rencontre avec une femme de conviction qui, riche d'un parcours sans faute de goût, entend bien faire bouger les lignes. Texte et photo Niko Rodamel

Niko Rodamel | Mercredi 8 janvier 2020

Aurélie Voltz, Madame la commissaire en chef

Alors qu'en 1973 disparaissent de la scène artistique deux illustres Pablo, Neruda et Picasso, naît à Paname la petite Aurélie, au sein d'une famille baignée de culture. Maman est journaliste pour le magazine Connaissance des arts, papa est graphiste. « Dès l'âge de quatre ans mes parents m'ont régulièrement emmenée au Centre Georges-Pompidou qui venait d'ouvrir. Nous allions aussi au marché aux puces, ce qui a sans doute développé chez moi un certain intérêt pour tous types d'arts, jusqu'à l'artisanat. » Aurélie grandit ainsi à Paris dans un appartement peuplé d'objets issus de différentes cultures et de différentes époques. Elle est pourtant davantage portée vers les lettres, le français... Elle entreprend ainsi des études littéraires au cours desquelles elle est très tôt attirée par le XIXᵉ siècle. L'adolescente nourrit notamment une réelle passion pour le mouvement anglais des préraphaélites. C'est peut-être même un tableau en particulier, Ophélia, peint par John Everett Millais en 1851, qui sera un des éléments déclencheurs d'une vocation sous-jacente. « C'est une oeuvre qui m'a vraiment impressionnée et touchée, avant même que je ne com

Continuer à lire

Sainté moderne

Art moderne | Parmi les nouvelles expositions proposées au Musée d'art moderne et contemporain, il y en a une qui met en avant le travail et l'audace d'une personne grâce (...)

Nicolas Bros | Mercredi 4 décembre 2019

Sainté moderne

Parmi les nouvelles expositions proposées au Musée d'art moderne et contemporain, il y en a une qui met en avant le travail et l'audace d'une personne grâce à qui Saint-Étienne est devenue une place-forte de l'art moderne en France : Maurice Allemand. Directeur du musée d'Art et d'Industrie de 1947 à 1966, il initia la belle trajectoire de la ville sur ce pan de l'art. Présentant 200 œuvres du 16e siècle aux années 1970, dont la moitié n'a pas été présentée depuis au moins 20 ans, l'exposition Maurice Allemand ou comment l'art moderne vint à Saint-Étienne s'impose. Maurice Allemand ou comment l'art moderne vint à Saint-Étienne, jusqu'au 3 janvier 2021 au MAMC

Continuer à lire

Miossec, ce rescapé

MUSIQUES | 11e album pour le Brestois Christophe Miossec avec Les Rescapés. Moins égo-centré que ces prédécesseurs, cet album s'ouvre sur des thématiques d'actualité (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 novembre 2019

Miossec, ce rescapé

11e album pour le Brestois Christophe Miossec avec Les Rescapés. Moins égo-centré que ces prédécesseurs, cet album s'ouvre sur des thématiques d'actualité brûlante : changements climatiques, crises migratoires... Mais avec ce disque, Miossec explique avoir sorti l'épreuve la plus personnelle musicalement, depuis Boire (1995). Construit sur trois périodes distinctes de mai 2017 à avril 2018, entre le Finistère et Paris, Les Rescapés est abrupte, organique et vivace. Un disque où on trouve un Christophe Miossec tel qu'il est finalement resté contre vents et marées, légèrement en marge mais toujours juste. Miossec + Dimoné & Kursed, samedi 16 novembre 2019 au Firmament à Firminy

Continuer à lire

Du lourd

ARTS | Aucun rapport avec Fernand. Excepté le fait qu'Alexandre Léger va exposer rue Fernand Léger, au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 septembre 2019

Du lourd

Aucun rapport avec Fernand. Excepté le fait qu'Alexandre Léger va exposer rue Fernand Léger, au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole (MAMC) à partir de novembre. Une première exposition dans un musée pour ce jeune artiste né en 1977 et qui a obtenu le Prix des partenaires du MAMC en avril dernier. Diplômé en 2003 de l'École des Beaux-Arts de Paris, il créé des oeuvres mêlant texte et image et proposera La chronique d'une chute inexorable, une série d'une centaine de pièces en forme de « récit fantastique d’un monde en perdition, d’une espèce humaine en mutation. » Alexandre Léger, du 30 novembre 2019 au 17 mai 2020 au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole

Continuer à lire

We can do it !

SCENES | Avec Revolte, l'auteur britanique Alice Birch soulève une vision du féminisme radicale, presque violente, transgressant d'ailleurs son concept même en le (...)

Cerise Rochet | Mardi 3 septembre 2019

We can do it !

Avec Revolte, l'auteur britanique Alice Birch soulève une vision du féminisme radicale, presque violente, transgressant d'ailleurs son concept même en le questionnant. La pièce, non narrative, met en scène une multitude de saynètes qui interrogent les relations hommes-femmes. Incisive et drôle, l'auteure s'attaque ici à tous les couplets archaïques décrétés par les hommes pour les hommes, qui jusqu'à présent régissent les relations entre les deux sexes, de l'intimité au monde professionnel, en passant par le porno ou la politique. Ca décoiffe de modernité. Revolte, jeudi 28 novembre à 20h30 à la Maison de la culture à Firminy et mardi 10 mars 2020 à 20h30 à La Buire à L'Horme

Continuer à lire

Culture sèche

Musée | Branle-bas de combat au Musée d'Art Moderne et Contemporain ! La semaine denrière, des infiltrations d'eau ont été constatées à l’intérieur du bâtiment. En (...)

Antoine Desvoivre | Lundi 1 juillet 2019

Culture sèche

Branle-bas de combat au Musée d'Art Moderne et Contemporain ! La semaine denrière, des infiltrations d'eau ont été constatées à l’intérieur du bâtiment. En cause : une toiture grandement endommagée par l'orage de grêle du 15 juin dernier. Heureusement, le personnel s'est mobilisé aussi sec et aucune œuvre n'a été dégradée. Toutefois, certaines salles restent fermées au public et une partie de l'exposition est placée en "cale sèche" pour des raisons de sécurité et de conservation. Des interventions d'urgence sur la toiture sont prévues pour retrouver des conditions normales d'accueil du public dans les plus brefs délais. Une période de fermeture totale du musée est prévue du 23 au 29 septembre, pour une phase de travaux consacrés à la reprise complète de l'étanchéité. L'occasion pour le MAMC+ de renouveler intégralement sa collection.

Continuer à lire

Des Oreilles affûtées

Festival chanson | Depuis 1991, le festival Les Oreilles en Pointe fait vibrer dans la vallée de l'Ondaine - mais pas seulement - les sonorités francophones d'où qu'elles viennent. L'édition 2019 du festival se recentre sur cinq soirées hautes en couleurs !

Nicolas Bros | Lundi 24 juin 2019

Des Oreilles affûtées

Il en existe de nombreux festivals destinés à la chanson en France. Parmi ceux-là, Les Oreilles en Pointe possèdent une saveur un peu particulière. Est-ce sa configuration étendue sur la vallée de l'Ondaine et au-delà ? Serait-ce à cause des choix artistiques orientés chanson francophone très large – notamment vers des régions souvent peu mises en valeur dans l'Hexagone telles que l'Acadie... ? Difficile à dire mais toujours est-il que le festival existe désormais depuis 1991 et donne chaque année à écouter des découvertes et des valeurs sûres s'enchaînant dans un mois de novembre où la tendance va plutôt au confinement à domicile... Miossec, Barcella mais aussi les premières nations du Grand Nord Canadien Comme chaque année, le festival propose sa liste de jolis noms et de têtes d'affiches. Cette année, citons le retour du Breton Christophe Miossec (qui a sorti son onzième album studio en 2018 intitulé Les Rescapés), le poète sautillant Barcella et l'éternel Renan Luce. Au rayon des découvertes, Alexandre Castillon (lauréat du tremplin des Polysons de Montbrison en 2018) et la "folkeuse" suissesse Meimuna devraient régaler les spectateurs.

Continuer à lire

La Nuit au musée

Grande fête | Les chiffres sont impressionnants et parlent d'eux mêmes. En 2018, plus de deux millions de visiteurs européens avaient profité de l’ouverture nocturne de 3200 musées. En France, 1800 musées avaient ouvert leurs portes. Le succès de la Nuit européenne des musées n'est pas à démentir. Dans la Loire, les musées participants sont nombreux. Nous vous proposons ici une petite sélection d'événements qui ont retenu notre attention.

Nicolas Bros | Jeudi 2 mai 2019

La Nuit au musée

- La Bâtie d'Urfé : Le château de Saint-Étienne-le-Molard n'accueillera pas cette année d'Estival. Alors il serait dommage de passer à côté de la Nuit des Musées qui proposera des visites libres de ce château Renaissance aux influences italiennes unique en France. Les trésors du lieu sont nombreux comme sa salle Rocaille, seule grotte artificielle du XVIème siècle conservée encore aujourd'hui en France ou encore la galerie de douze colonnes remarquables. Seront également proposés lors de cette nuit exceptionnelle un bal Renaissance par la troupe Marazula et une chasse ludique pour tous. - L'Atelier-Musée du Chapeau de Chazelles-sur-Lyon : L'occasion de venir découvrir la nouvelle exposition temporaire consacrée aux créations des Meilleurs Ouvriers de France modistes (créateurs de chapeaux). Une quarantaine de pièces seront disposées dans une ambiance d'atelier. Une exposition qui devrait ravir les férus de feutre et de melon mais pas seulement. - Puits Couriot / Parc-musée de la mine : Outre des visites libres du musée et de ses expositions, l'établissement propose entre autre Lights Contacts, une installation interactive

Continuer à lire

Lux Æterna

Musée | Avec "Habiter la lumière" et "La Luce", le Site Le Corbusier de Firminy accueille simultanément deux expositions temporaires qui replacent la lumière au centre de la pensée corbuséenne et présente des créations de sa consœur Charlotte Perriand.

Niko Rodamel | Jeudi 2 mai 2019

Lux Æterna

Architecte de génie, urbaniste et designer, théoricien de la beauté formelle et père de l’habitat moderne, Charles-Edouard Jeanneret dit Le Corbusier fut assurément un artiste visionnaire autant qu’un personnage complexe et paradoxal. L’ensemble de son œuvre témoigne de l’invention d’un nouveau langage architectural en rupture avec le passé. La lumière tient dans cette œuvre immense une place prépondérante. Le Corbusier affirmait lui-même que « l’architecture est le jeu, savant, correct et magnifique des volumes sous la lumière ». C’est là l’objet de l’exposition Habiter la lumière, dans l’aile nord de la Maison de la Culture : montrer à quel point la lumière est un matériau brut qui participe pleinement à la conception de l’espace architecturé. Par son jeu d’échelles ou d’ombres et son intensité changeante au fil des heures, la lumière habite l’espace, le révèle, jusqu’à lui insuffler une épaisseur émotionnelle que la pierre seule ne saurait garantir. Et la lumière fut La Luce (exposition itinérante conçue par Nemo Lighting) présente quant à elle, à l’église Saint-Pierre, le travail de recherche et de cr

Continuer à lire

Alexandre Léger, lauréat du prix des partenaires du MAMC+

Art contemporain | Après Maxime Duveau (2018), Jérémy Demester (2017) ou Agathe Pitié (2014), c'est Alexandre Léger qui obtient le Prix des partenaires du Musée d'art moderne et (...)

Nicolas Bros | Lundi 1 avril 2019

Alexandre Léger, lauréat du prix des partenaires du MAMC+

Après Maxime Duveau (2018), Jérémy Demester (2017) ou Agathe Pitié (2014), c'est Alexandre Léger qui obtient le Prix des partenaires du Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole. Né en 1977, l'artiste est sorti diplômé en 2003 de l'École des Beaux-Arts de Paris. Il a exposé à Paris, Montpellier, Sarajevo et aux Pays-Bas. Il créé des dessins-poèmes, en petits formats « nous incitant à considérer non seulement l'aritculation entre texte et image, mais aussi l'idée du tecte en tant qu'image. » Ses oeuvres seront présentées en septembre 2019 au MAMC.

Continuer à lire

Entre les murs

SCENES | Il est applaudi partout où il passe, rafle des Molières en veux-tu, en voilà, et revient par chez nous dans quelques jours pour présenter son nouveau (...)

Cerise Rochet | Mercredi 27 mars 2019

Entre les murs

Il est applaudi partout où il passe, rafle des Molières en veux-tu, en voilà, et revient par chez nous dans quelques jours pour présenter son nouveau spectacle, Intra Muros. Avec cette dernière création, le populaire Alexis Michalik entraîne le public dans l’univers carcéral, pour un voyage à travers des récits tous plus bouleversants les uns que les autres. Richard, un metteur en scène sur le retour, vient animer un atelier de théâtre en prison accompagné de sa comédienne d’ex-femme, et d’une assistante sociale inexpérimentée. Pour mettre un peu de beurre dans les épinards plus que par conviction. Il faudrait qu’il marche bien, cet atelier, pour que son contrat soit prolongé et que ses épinards gagnent encore un peu plus en onctuosité. Malheureusement pour lui, il n’attire que deux participants… Qui vont devoir petit à petit se mettre à nue, livrant, en creux, une réflexion sur la délinquance et l’emprisonnement. Intra Muros, vendredi 12 avril à 20h30 au Majestic à Firminy

Continuer à lire

Hôtel California

Art contemporain | À l’occasion de sa toute première exposition au MAMC+, Maxime Duveau dévoile un univers singulier en noir et blanc, à la croisée de la photographie et du (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 février 2019

Hôtel California

À l’occasion de sa toute première exposition au MAMC+, Maxime Duveau dévoile un univers singulier en noir et blanc, à la croisée de la photographie et du dessin. Le dessinateur emploie indifféremment le fusain, le tampon à encre de Chine et la sérigraphie, jouant avec l’altération des images répétées, grattant ou froissant le papier pour faire jouer la matière et ses textures. Dans un long travelling façon polar, il nous embarque sur les avenues des grandes cités californiennes que l’on redécouvre à travers son regard, comme autant de décors curieusement inhabités. C’est lors d’un séjour sur la côte ouest des USA, photographiant tous azimuts son pèlerinage sur les terres du rock des sixties, que Duveau s’est constitué une banque d’images à partir de laquelle il travaille depuis près de quatre ans. L’artiste cite volontiers les Beach Boys, Frank Zappa ou Jim Morrison et l’on retrouve dans l’exposition des clins d’œil au groupe Jefferson Airplane comme au guitariste Johnny Ramone. Une année de travail aura été nécessaire pour préparer cette exposition qui ne présente que des oeuvres inédites. RingoleV.io Cosmique de Maxime Duveau, jusqu’au 24 février 201

Continuer à lire

En pleine lumière

Vitraux | Henri Guérin et Le Corbusier ont eu en commun le fait d’avoir placé l’un comme l’autre la lumière au centre de leurs préoccupations artistiques. La (...)

Niko Rodamel | Mardi 4 décembre 2018

En pleine lumière

Henri Guérin et Le Corbusier ont eu en commun le fait d’avoir placé l’un comme l’autre la lumière au centre de leurs préoccupations artistiques. La Ville de Firminy avec le Site Le Corbusier ainsi que le village de Sainte-Croix-en-Jarez rendent hommage, dix ans après sa disparition, au prolifique créateur que fut le peintre-verrier. Henri Guérin a en effet laissé derrière lui une œuvre riche de plusieurs centaines de vitraux, de nombreux dessins à la gouache ou à l’encre de Chine, de tapisseries ou encore de textes. L’exposition Lumière(s) se joue en trois temps et trois lieux. Une double-exposition vient prolonger le premier volet que fut Le chemin de croix, mettant en avant les différents chemins esthétiques empruntés par l’artiste. Les salles basses de l’Église Saint-Pierre abritent le programme Patience de la main, tandis que la troisième partie du triptyque, Paysages notre berceau, prend place au sein même de la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez. Visites guidées, projections et ateliers sont proposés jusqu’au 3 mars aux visiteurs pour qui l’accès libre aux expositions ne suffirait pas. Henri Guérin, Lumière(s)

Continuer à lire

Étoiles, étoiles

Festival musique contemporaine | Le télescope magique du Corbusier offre à la deuxième biennale de musique vocale contemporaine - Festyvocal - son écrin naturel. Geneviève Dumas, parrainée par Daniel Kawka, a pour la constellation d’Orion les yeux de Chimène.

Alain Koenig | Mardi 2 octobre 2018

Étoiles, étoiles

Le maître-mot de l'édition 2018 est assurément la création chorale. Après les célestes Poèmes étoilés de Pascal Descamps en 2016, le poème Télescopes versifiés du jeune poète-musicien Jean Massard, endosse la lourde responsabilité d'inspirer les postulants au concours de composition, organisé pour cette deuxième édition. Pierre Badol, corniste de métier, et vainqueur de l'épreuve, ouvrira donc le bal, avec sa mise en musique du superbe texte. Les autres candidats auront également l’honneur d'être incarnés vocalement par le choeur d'application du festival, composé du Choeur Ondaine, de choristes indépendants et d'étudiants. Artmilles, phalange féminine d’exception, proposera, en miroir, une autre création mondiale avec Nos étoiles mêlées de Nicolas Allemand. Professionnels "en béton" Reprenant son souffle après cette luxueuse première, Festyvocal invite trois chœurs de professionnels aguerris : le très "contemporain" New London Chamber Choir, avec la création de Julien Le Hérissier Tes yeux - tes monts - ton âme, le groupe Alter Écho présentant une autre version des Télescopes versifiés, composée par Luis Ernesto

Continuer à lire

Nomade

MUSIQUES | On ne se lassera sans doute jamais de retrouver Rokia Traoré, tant sa singulière africanité fait mouche à chaque fois. Malienne de sang mais nomade dans l’âme (...)

Niko Rodamel | Mardi 4 septembre 2018

Nomade

On ne se lassera sans doute jamais de retrouver Rokia Traoré, tant sa singulière africanité fait mouche à chaque fois. Malienne de sang mais nomade dans l’âme (papa était diplomate, autant dire "goal volant"), la belle ébène tisse un habile maillage musical entre les sonorités traditionnelles mandingues et ­celles du monde occidental, régulièrement accompagnée de musiciens et vocalistes issus de la fondation Passerelle qu’elle a elle-même créée à Bamako il y a bientôt dix ans. Rokia Traoré, vendredi 8 mars à 20h30, Le Firmament à Firminy

Continuer à lire

Immersions colorées

Photo | Le Site Le Corbusier de Firminy nous convie à un cycle d'expositions sur la photographie avec notamment la présentation d'une série de clichés signés Frédéric Laban, lequel joue avec les couleurs et les lumières des rues intérieures des quatre Unités d'habitation françaises réalisées par l'architecte franco-suisse.

Nicolas Bros | Mercredi 2 mai 2018

Immersions colorées

« L'architecture est le jeu savant, correct et magnifique des volumes assemblés sous la lumière » assurait l'architecte Le Corbusier. Cette sentence du créateur franco-suisse se reflète brillamment dans le travail du photographe Frédéric Laban, présenté sur les murs de l'église Saint-Pierre de Firminy mais également en grands formats sur les pilotis soutenant l'Unité d'habitation appelouse. À travers ses images allant de la figuration à l'abstraction, l'artiste présente son regard sur les rues intérieures des immeubles monumentaux construits en France par Le Corbusier (Firminy, Marseille, Rezé-les-Nantes, Briey-en-Forêt). Cette collection de vues floues, réalisées en déambulant dans ces espaces pensés volontairement assez sombres, nous amène à porter un regard nouveau sur ces bâtiments. Jouant sur la luminosité et les quatre teintes privilégiées par l'architecte (bleu, rouge, jaune et vert), l'oeuvre de Laban s'apparente à un parcours à la progression fuyante dans cet univers géométrique, fondu dans les courbes et les lignes. On se laisse happer par l'image, dans le prolongement de ces couloirs semblant sans fin. Minimalisme et réalisme En ayant

Continuer à lire

Plus de 30 000 visiteurs pour Anish Kapoor

Art moderne et contemporain | L'exposition du Britannique Anish Kapoor au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole, dans le cadre des 30 ans de l'établissement (...)

Nicolas Bros | Jeudi 22 mars 2018

Plus de 30 000 visiteurs pour Anish Kapoor

L'exposition du Britannique Anish Kapoor au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole, dans le cadre des 30 ans de l'établissement stéphanois, a fait le plein. Plus de 30 000 visiteurs se sont pressés au MAMC+ depuis novembre 2017 pour découvrir les œuvres de My Red Homeland. Pour celles et ceux que cette présentation intéresserait, il leur faudra se presser avant le dimanche 8 avril et la fermeture de cette expo-événement pour le démontage et la préparation de nouvelles expositions, notamment de la photographe Valérie Jouve (dès le 19 mai) et de l'artiste sculpteur d’origine stéphanoise, internationalement reconnu, Jean-Michel Othoniel (dès le 26 mai). Parallèlement, l'exposition des collections Considérer le monde restera accessible au public à tarif réduit pendant cette période d'installation.

Continuer à lire

Dualité-Dualitas

Danse | Largement illustré, par exemple avec le célèbre Dr Jekyll et mister Hyde ou Janus le "Dieu à double visage", le thème du double ne cesse de fasciner les (...)

Monique Bonnefond | Mardi 31 octobre 2017

Dualité-Dualitas

Largement illustré, par exemple avec le célèbre Dr Jekyll et mister Hyde ou Janus le "Dieu à double visage", le thème du double ne cesse de fasciner les créateurs. C'est ce qui inspire Nono Battesti dont l'ombre se matérialise sous la forme de son double : Dyna B, danseuse et chanteuse soul. Cela engendre un spectacle envoûtant, mêlant hip-hop et danse contemporaine, le tout mâtiné de musique soul. Double, jeudi 16 nov à 20h30, à la Maison de la Culture Le Corbusier à Firminy.

Continuer à lire

Aurélie Voltz est la nouvelle directrice du MAMC

Tête de culture | À 44 ans, Aurélie Voltz vient d'être nommée directrice générale du Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole. Elle prendra ses fonctions dès le (...)

Nicolas Bros | Jeudi 14 septembre 2017

Aurélie Voltz est la nouvelle directrice du MAMC

À 44 ans, Aurélie Voltz vient d'être nommée directrice générale du Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole. Elle prendra ses fonctions dès le 1er octobre et succédera à Martine Dancer, directrice par intérim de l'institution depuis le mois de janvier 2017. LA nouvelle directrice générale a notamment été directrice des Musées de Montbéliard (Doubs/région Bourgogne-Franche-Comté), commissaire indépendante à Berlin, assistante d'exposition à l'ARC-Musée d'art moderne de la Ville de Paris, "chief curator" au Palais de Tokyo à Paris jusqu'en 2004 et responsable de la programmation de ce même établissement jusqu'en 2006. En arrivant à Saint-Étienne, elle s'appuiera sur Martine Dancer et Agnès Lepicard (nouvelle conservatrice du patrimoine en charge du département des collections et arrivée en juillet 2017 à ce poste) afin de mettre en place l'ensemble des expositions et événements qui vont jalonner l'année du trentième anniversaire de l'institution muséale dès le mois de novembre.

Continuer à lire

Anish Kapoor pour les 30 ans du MAMC

Art | En 2018, le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole fête ses 30 ans. À cette occasion, c'est une année riche en expos et événements que les équipes de l'institution muséale ont concoctée, avec notamment la venue du célèbre Anish Kapoor mais également l'occasion de forger une exposition très dense, en s'appuyant sur l'ampleur colossale des collections de ce "musée référence".

Nicolas Bros | Jeudi 7 septembre 2017

Anish Kapoor pour les 30 ans du MAMC

Le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne va avoir 30 ans. Édifiée sur les plans de l'architecte Didier Guichard et sous l'impulsion de François Dubanchet (maire de Saint-Étienne entre 1983 et 1994), l'institution muséale fut inaugurée le 10 décembre 1987. Sur ses quelques 3 000 m² de surface d'exposition, le musée aura vu défiler les oeuvres des plus grands noms de l'art et se sera enrichi au fil des années d'une collection de plus de 20 000 pièces. Afin de fêter dignement ces trois décennies, c'est une programmation inédite qui est prévue dès le 10 novembre 2017 et s'étirant jusqu'à la fin de l'année 2018. Pour débuter, c'est une "star" de l'art contemporain qui viendra proposer son travail aux yeux des Stéphanois. Du 10 novembre au printemps 2018, l'artiste plasticien britannique Anish Kapoor aura carte blanche dans la grande salle centrale du bâtiment et proposera la découverte de son installation My Red Homeland ainsi que des oeuvres inédites, encore jamais montrées. Cette première exposition a été rendue possible notamment grâce aux bonnes relations qu'entretiennent Lorand Hegyi, directeur du MAMC jusqu'en 2016, et l'artiste anglais.

Continuer à lire

Le MAMC prépare son anniversaire

ACTUS | Une fois les Journées européennes du patrimoine passées (16 et 17 septembre 2017), le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole fermera ses (...)

Nicolas Bros | Mardi 22 août 2017

Le MAMC prépare son anniversaire

Une fois les Journées européennes du patrimoine passées (16 et 17 septembre 2017), le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole fermera ses portes jusqu'au 10 novembre. Cette période permettra à l'institution muséale de préparer un nouveau cycle d'expositions exceptionnelles pour fêter ses 30 années d'existence, et qui se déclinera tout au long de l'année 2018. Signalons que l'accueil et la bibliothèque Jean Laude du Musée resteront ouverts au public pendant les horaires habituels (lundi au vendredi de 10h à 18h).

Continuer à lire

Le Musée d'Art Moderne et Contemporain s’exporte en Chine

International | Pour fêter les 30 ans du MAMC (Musée d'Art Moderne et Contemporain) de Saint-Étienne et l’ouverture récente au public du Musée d’art de l’Université de Tsinghua à Pékin, les deux institutions s’associent dans le cadre de l’exposition "De Monet à Soulages : chemins de la modernité (1800-1980)".

La rédaction | Jeudi 18 mai 2017

Le Musée d'Art Moderne et Contemporain s’exporte en Chine

51 œuvres de la collection d’art ancien, moderne et contemporain du MAMC de Saint-Étienne ont embarqué début mai en direction du Musée d’art de l’Université de Tsinghua à Pékin en Chine, pour y séjourner du 6 mai au 31 août. Ces œuvres de Picasso, Monet et Dubuffet, longtemps dissimulées dans les énormes réserves du MAMC, prennent place dans une exposition hors-les-murs inédite : De Monet à Soulages : chemins de la modernité (1800-1980). Montée dans le cadre du 12e festival Croisements voué à mettre en avant les collaborations artistiques franco-chinoises, cet événement retrace l’histoire de la peinture française à travers les mouvements qui l’ont marquée depuis le XVIIIe siècle. Tous les courants principaux ou presque y sont représentés : impressionnisme, cubisme, surréalisme... Ces musées offrent ainsi une chance aux Chinois de s'ouvrir à la culture française, qui n'est pas forcément bien véhiculée dans leur pays. Cette exposition devrait par la suite s’installer dans différentes villes de Chine, pour enfin, être présentée à Saint-Étienne au cours de l’année 2018.

Continuer à lire

Ce sont des gens dans des chemises...

Art moderne et contemporain | L'artiste danois Peter Martesen présente à Saint-Étienne sa première exposition personnelle dans un musée français. Son œuvre, particulièrement troublante, sonde notre condition post-moderne et quelques énigmes atemporelles.

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 1 mars 2017

Ce sont des gens dans des chemises...

« C’est un grand terrain de nulle part / A la lunette d’un microscope / On regarde, on regarde, on regarde dedans / On voit de toutes petites choses qui luisent / Ce sont des gens dans des chemises... » chantent Gérard Manset, et Alain Bashung... Écrit par Manset, « Comme un légo » dit la mélancolie d'une époque où les individus font masse, où les villes et les hommes deviennent interchangeables, et où les microscopes et les statistiques scrutent et gouvernent les âmes... L'auditeur est alors partagé entre une compassion émue pour notre condition dérisoire et un grand dégoût face à tant d'objectivité, de calcul, de fonctions comptables... Rarement morceau de musique aura résonné aussi bien avec l’œuvre (peinte ou dessinée) d'un artiste, celle du danois Peter Martensen en l'occurrence. Même s'il se défend d'être un peintre d'histoire, et s'il rappelle qu' « [il] peint d'abord et réfléchit après », Peter Martensen se réclame d'un "réalisme mental" : soit une plongée dans la psyché humaine contemporaine, psyché qui ne peut être abstraite de son environnement social. Ses figures dédoublées, apathiques, absentes à elles-mêmes et aux autres, se présentent c

Continuer à lire

Une nouvelle directrice pour le Musée d'art moderne et contemporain

Tête de culture | Le MAMC (ou Musée d'art moderne et contemporain) change de direction. Le Hongrois Lóránd Hegyi, directeur général de l'établissement depuis 2003, prend sa (...)

Nicolas Bros | Mardi 17 janvier 2017

Une nouvelle directrice pour le Musée d'art moderne et contemporain

Le MAMC (ou Musée d'art moderne et contemporain) change de direction. Le Hongrois Lóránd Hegyi, directeur général de l'établissement depuis 2003, prend sa retraite. Martine Dancer-Mourès, conservateur du patrimoine et présente au musée stéphanois depuis 1986 prend la place vacante par interim en attendant l'arrivée d'un nouveau directeur général. À noter que le MAMC va fêter ses trente ans d'existence avec plusieurs festivités dès décembre 2017 et abritera une exposition entre art, design et cinéma intitulée Popcorn lors de la prochaine Biennale design (exposition du 9 mars à septembre 2017).

Continuer à lire

Divas

Sono mondiale | Audacieux pari, la chanteuse tunisienne Dorsaf Hamdani fait cohabiter sur scène le répertoire de deux grandes voix qu’a priori rien ne rapproche (...)

Niko Rodamel | Jeudi 12 janvier 2017

Divas

Audacieux pari, la chanteuse tunisienne Dorsaf Hamdani fait cohabiter sur scène le répertoire de deux grandes voix qu’a priori rien ne rapproche : celle de Fairouz, artiste libanaise considérée comme l’une des plus grandes chanteuses du monde arabe et celle de Barbara, la singulière et mystérieuse interprète parisienne (Göttingen, L’aigle noir, Ma plus histoire d’amour…) disparue il y a trente ans déjà. Ce sont sans doute les arrangements de l’accordéoniste Daniel Mille qui parviennent à connecter des mélodies libanaises et françaises. Entre Occident et Orient, l’accordéon, la guitare, le violon, les percussions et les deux ouds participent ensemble à l’alchimie qui opère autour de la voix de la chanteuse. Dorsaf Hamdani poursuit un long tour de champ depuis la sortie en 2013 de l’album sobrement intitulé Barbara-Fairouz et réalise un vrai tour de force, parvenant à jeter des ponts entre le spleen de la première et le romantisme oriental de la seconde. Une parenthèse musicale à savourer le vendredi 27 janvier au Majestic, à Firminy.

Continuer à lire

Les voix lactées du Corbusier

MUSIQUES | Sous la houlette de la directrice artistique Geneviève Dumas et le parrainage du chef Daniel Kawka, Festyvocal, la première biennale de musique vocale contemporaine, investira du 8 au 12 novembre l’église Saint-Pierre de Firminy, avec notamment une nouvelle création du compositeur Pascal Descamps.

Niko Rodamel | Mercredi 2 novembre 2016

Les voix lactées du Corbusier

Fondée en 2015, l’association FestyVocal porte cette ambitieuse initiative : créer un festival unique dans un site unique, avec pas moins de six concerts sous la voûte de l’église Saint-Pierre. Plusieurs ensembles vocaux de la région se partageront le programme : le Choeur Ondaine Firminy que dirige Geneviève Dumas, l’Ensemble Vocal de Saint-Étienne (dir. Alexis Gipoulou), le Petit Choeur de Musicologie de l’Université Jean Monnet (dir. Julien Garde) avec la mezzo-soprano Catherine Séon, Ubi Cantus (dir. Florent Mayet), le chœur Artmilles (dir. Cécile Mathevet-Bouchet) avec une création d’Éric Arletti, le choeur de chambre SINFONIETTA (dir. Yannick Berne) et enfin le chœur Britten qui clôturera le festival sous la baguette de Nicole Corti. Le challenge est bel et bien de placer le public dans une aventure sonore personnelle et collective, au centre de la mise en résonnance de l’église Saint-Pierre, donnant à entendre l’écriture vocale contemporaine sous un nouveau jour. Sont également programmés un concert-lecture avec Florence Badol Bertrand, des mini-concerts, une exposition picturale de Michel Roche et des visites sur les différents sites Le Corbusier. La tête dans

Continuer à lire

Expos : notre sélection

Panorama 16/17 | Emulsions D’origine espagnole, née à Paris et installée à Lyon, Esperanza Peña a toujours dessiné puis s’est très vite intéressée à la peinture et enfin à la (...)

Nicolas Bros | Mardi 6 septembre 2016

Expos : notre sélection

Emulsions D’origine espagnole, née à Paris et installée à Lyon, Esperanza Peña a toujours dessiné puis s’est très vite intéressée à la peinture et enfin à la photographie, avec un attrait prononcé pour le mouvement. Les images qu’elle présentera du 17 septembre au 1er octobre à la galerie Une Image… sont le fruit d’un travail de recherches universitaires, représentant différents états du corps en conjuguant dessin, peinture et photographie en pose longue. Un univers visuel hybride à découvrir. Niko Rodamel Esperanza Peña, du 17 septembre au 1er octobre à la galerie Une Image... Féroces L’illustratrice Amélie Fontaine accrochera aux murs de la galerie Beluga une nouvelle série d’images dessinées à la plume et à l'encre de chine, ainsi que plusieurs sérigraphies. Du 7 octobre au 10 novembre, l’exposition Carnivores mettra en scène des animaux et des personnages évoluant dans une relation ambiguë, entre amour et peur, désir et répulsion. Tigres, guépards, loups, serpents… autant de bêtes sauvages à la beauté dangereuse qu'il faut éviter d'approcher de trop près. Niko Rodamel Amélie Fo

Continuer à lire

Firminy enfin reconnue

ESCAPADES | Après avoir vu sa candidature à l'inscription au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 2011, Firminy a pu savourer en juillet dernier l'inscription de la (...)

Nicolas Bros | Vendredi 2 septembre 2016

Firminy enfin reconnue

Après avoir vu sa candidature à l'inscription au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 2011, Firminy a pu savourer en juillet dernier l'inscription de la Maison de la Culture conçue par Le Corbusier, lors de la 40e session du Comité, qui s'est tenue à Istanbul en juillet dernier. La candidature validée par l'UNESCO regroupait dix-sept sites Le Corbusier, répartis sur sept pays (France, Suisse, Allemagne, Belgique, Inde, Japon, Argentine). Cette reconnaissance, tant attendue par les pouvoir politiques locaux, devrait augmenter le nombre de visiteurs en terres appelouses, si l'on en croit les chiffres avancés par Saint-Étienne Métropole, qui annonce une augmentation moyenne de 30% du nombre de touristes lors d'une inscritption au patrimoine mondial de l'UNESCO. L'objectif affiché est de passer de 25 000 visiteurs actuels à 50 000 en 2017 puis 80 000 à 100 000 à long terme. Pour fêter cette inscription, des festivités ont été programmées en septembre, dont voici le programme : - 10 et 11 septembre : Street art à l'honneur avec concert de Prise II Conscience, atleiers créatifs par Romain Minotti, performances par six artistes - 17 et 18 s

Continuer à lire

L'insoutenable fragilité du monde

ARTS | À travers une quarantaine d’œuvres, le Musée d'art moderne et contemporain retrace le parcours artistique atypique d'Anne et Patrick Poirier. Une rétrospective placée sous le signe de la fragilité et de la poésie des choses... Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 6 septembre 2016

L'insoutenable fragilité du monde

Artistes aux semelles de vent, Anne et Patrick Poirier vivent et travaillent ensemble depuis une cinquantaine d'années, après s'être rencontrés au Louvre devant le tableau Et in Arcadia ego de Nicolas Poussin... Passionnés de psychanalyse, de littérature, d'archéologie et d'architecture, ils travaillent pourtant sans méthode ni théorie a priori. « Quand nous visitons des villes ou des sites archéologiques, déclarent les artistes dans un entretien pour le catalogue de leur exposition, chacun suit son chemin, le plus souvent armé d'un appareil photo et de papier pour écrire. Le soir, quand nous nous retrouvons, nous échangeons nos impressions, nos sentiments, nos réflexions, enfin tout ce que nous avons noté en chemin. » Ensuite, lentement, de ces échanges, naîtront des installations réalisées à quatre mains et souvent de grande dimension. La fragilité de l'être est le fil rouge de l’œuvre des Poirier et se décline en plusieurs thématiques comme « la fragilité de la culture, de la mémoire culturelle, des choses, de la nature et des êtres vivants, mais aussi le désir de mieux comprendre les mécanismes de la mémoire, non comme un phénoménologue ou un n

Continuer à lire

Firminy, une candidature bétonnée

ESCAPADES | Passionnant parcours au cœur de l’architecture du XXe siècle, le site Le Corbusier de Firminy, le plus important d'Europe du maître franco-suisse, est depuis le 17 juillet inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO avec seize autres réalisations. Description des enjeux de ce changement de statut. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 5 juillet 2016

Firminy, une candidature bétonnée

Depuis le 17 juillet, à l'issue d'un vote à main levée, Firminy se trouve aux côtés de Rome, Grenade, New York ou Jérusalem dans la liste des villes abritant un site culturel classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO. En Rhône-Alpes, la cité a rejoint le site historique de Lyon, la Grotte Chauvet (et le Puy-en-Velay, compris dans le Chemin de Saint-Jacques-de Compostelle). Le sort a en été décidé à Istanbul, lors de la quarantième session du Comité de cette prestigieuse émanation de l'ONU. Retoqué en 2011, le dossier avait cette fois-ci de très fortes chances d'être accepté. En effet, si comme la première fois, Firminy ne se présente pas seule devant les jurés, elle a su s'entourer cette année d'un allié de choc : la ville de Chandigarh, qui abrite la plus grande étendue réalisée au monde par Le Corbusier. Et, comme le relève Marc Petit, maire communiste de Firminy, « puisque l'UNESCO considère qu'aujourd'hui trop de biens culturels sont situés dans les pays occidentaux, la venue de l'Inde est un atout de taille ». Jusque-là, cette ville se heurtait au gouvernement indien qui craignait les règles strictes de protection qui nécessitent les ouvrages classés.

Continuer à lire

Manu Dibango, le baron du ténor

Fête de la Musique 2016 | L'infatigable créateur de Soul Makossa, ancien chef d'orchestre de Nino Ferrer, compagnon de route de la Fania All-Stars, continue de parcourir les scènes pour donner sa version d'un jazz imprégné de teintes africaines.

Sébastien Broquet | Mardi 21 juin 2016

Manu Dibango, le baron du ténor

Il n'est pas l'homme d'un seul tube. Si Soul Makossa l'a fait roi en pleine ère early disco, il est bon de rappeler que Manu Dibango est venu à la musique par le jazz, qu'il découvrît peu après son arrivée en France, où il était venu poursuivre ses études muni de Trois kilos de café qui devaient lui permettre de payer ses frais avec l'argent de la revente et donnèrent bien des années plus tard son titre à une autobiographie fascinante tant le Camerounais a voyagé, innové, rencontré, symbolisant à merveille la délicieuce époque des indépendances africaines, quand l'espoir faisait briller les yeux d'une jeunesse pétrie de talent. Politique (le panafricanisme emmené par Kwame Nkrumah), photographie (l'immense Malick Sidibé, récemment décédé), mode, et bien sûr musique (la rumba zaïroise !)... Les swinging sixties ne se cantonnaient pas à Londres ou San Francisco, mais essaimaient aussi à Bamako, Kinshasa et Addis-Abeba. Manu Dibango, lui, découvre d'abord le jazz et ne l'abandonnera plus jamais. Nous sommes dans les années 50 et il côtoie Francis Bebey, qui l'initie et lui apprend les fondamentaux du genre venu des États-Unis.

Continuer à lire

Œuvres de traverse

ARTS | L'idée de croiser des oeuvres d'art contemporain avec les édifices et les formes créées par Charles-Edouard Jeanneret (plus connu sous le no mde Le (...)

Nicolas Bros | Mardi 31 mai 2016

Œuvres de traverse

L'idée de croiser des oeuvres d'art contemporain avec les édifices et les formes créées par Charles-Edouard Jeanneret (plus connu sous le no mde Le Corbusier) est une idée qui revêt tout son sens. C'est ce que démontre assez aisément l'exposition Traverses actuellement présentée dans l'église Saint-Pierre de Firminy. Jacques Beauffet, ancien directeur du Musée d'art moderne de Saint-Étienne et commissaire de cette exposition, met en avant sept oeuvres d'artistes internationaux de différentes générations allant d'Anish Kapoor à Anne-Valérie Gasc en passant par Wang Du. Ces oeuvres, non pas réalisées en rapport direct avec le travail de Le Corbusier, viennent recouper les questionnements et les fondements de l'architecte suisse. Depuis les colonnes de Toni Grand appuyant sur le jeu des matériaux, rappelant l'importance de l'orientation des bâtiments de Le Corbusier alternant ainsi de manière harmonieuse obscurité et lumière jusqu'aux formes irrégulières et biomorphiques de l'oeuvre de Kapoor rappelant celles de l'église de Firminy, cette expo est cohérente dans sa sélection et remplit son rôle de reflet artistique de la pensée d'un homme à la pensée controversée mais inco

Continuer à lire