Terril en la demeure

ARTS | L’artiste berlinois Clemens Behr investit les trois cents mètres carrés d’une friche industrielle stéphanoise, créant in situ une œuvre protéiforme et étonnante. Niko Rodamel

Niko Rodamel | Mardi 5 avril 2016

Photo : © Niko Rodamel


Gérée par l'artiste-jardinier Emmanuel Louisgrand, Greenhouse est l'une des trois associations installées au cœur de la friche Mosser, dans le quartier Bellevue à Saint-Étienne. Y sont promus l'art contemporain, le design ou encore l'architecture, à travers des expositions régulières. Invité par l'association, Clemens Behr a créé une structure complexe en suivant une ligne directrice qui lui est propre depuis dix ans : Behr récupère et amasse pour assembler, plier, déchirer, visser, coller, construire et déconstruire une installation singulière qui s'inscrit pleinement dans l'esprit du lieu. Les perspectives se font cubistes dans un univers graphique demeurant pour autant très contemporain. A son arrivée à Saint- Étienne, Clemens Behr a fait acheter de la peinture et du bois, mais il a également prélevé des matériaux à l'étage supérieur du local, où sont stockés toutes sortes d'objets rescapés des précédentes expositions.

Kaléidoscopique

Des tasseaux servent d'ossature pour l'assemblage de larges plaques blanches. Des tubes néons blancs ou orangés balisent une possible déambulation au cœur de l'œuvre. Des tôles translucides ou métalliques ajoutent un jeu de transparences et de reflets, déformés par des miroirs. L'installation est parsemée de mottes de mousse végétale apportant une touche verte à l'ensemble. Les câbles des néons serpentent au gré de l'immense structure kaléidoscopique qui semble comme en équilibre sur des pilotis inégaux. La forme de l'œuvre qui s'élève jusqu'au plafond, les planches de soutènement et les néons qui éclairent le tout de façon aléatoire seraient presque un clin d'oeil au passé minier stéphanois, entre galeries complexes sous-terre et terrils en surface, entre matières végétales et constructions de guingois. Malgré l'absence, l'espace inscrit en creux la présence de l'Humain, qui ne tient qu'au passage de visiteurs…

Exposition in situ de Clemens Behr, jusqu'au 17 avril, Association Greenhouse, 11 rue de l'Égalerie (portail bleu) à Saint-Étienne


Clemens Behr

Installations
Association Greenhouse 11 rue de l'Égalerie Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

CARBONE, bis repetita

ARTS | Porté par la galerie associative Les Limbes, le projet CARBONE 20 propose de repenser la diffusion de l’art actuel et contemporain par les structures (...)

Niko Rodamel | Mercredi 21 octobre 2020

CARBONE, bis repetita

Porté par la galerie associative Les Limbes, le projet CARBONE 20 propose de repenser la diffusion de l’art actuel et contemporain par les structures qui œuvrent au quotidien au sein de leur territoire. Sous la direction de Akim Pasquet, Léa Cotart-Blanco et Linda Roux, la seconde édition de cette Biennale de collectifs et lieux d'artistes met ainsi en lumière comme en résonance des plasticiens et des réseaux qui conservent un lien étroit avec leur quartier, leur ville, leur région et les habitants qui y vivent. Qu’elles soient internationales, nationales ou régionales, les structures invitées forment une communauté d'esprit dans laquelle, chacune à leur manière, toutes s'engagent avec force en faveur des arts plastiques. Le programme promet un riche télescopage d'expositions, des performances et des conférences, un peu partout dans la ville : galeries, librairies, magasins en stand by ou encore dans l’espace urbain. Dix jours de rencontres et d'aventures artistiques hors normes qui forment le précieux reflet d'une création prospective nationale et internationale, à la fois exigeante et populaire. Parmi la trentaine de propositions, le run-space Greenhouse accueillera

Continuer à lire

Empreinte Carbone

Art contemporain | Né d'une volonté commune d'artistes et de structures d'art de la ville, CARBONE 18 place la création contemporaine au cœur de Saint-Étienne, du 27 avril au 6 mai, avec un généreux maillage d’expositions dans une vingtaine de lieux. Dix jours de manifestation qui s’annoncent intenses, avec la fraîcheur d’une première édition.

Niko Rodamel | Mercredi 4 avril 2018

Empreinte Carbone

Née dans le giron de la faculté d'arts plastiques de l’Université Jean Monnet à Saint-Étienne, l’association Céphalopode s’était fixée pour but d’offrir aux étudiants un lieu d'exposition de qualité professionnelle, afin de mettre en valeur et de partager leurs travaux dans de meilleures conditions que les habituelles friches industrielles et autres locaux plus ou moins roots. Depuis l’hiver 2012, la galerie Les Limbes (située au 7 de la rue Henri Barbusse) propose régulièrement des expositions qui visent à promouvoir et à diffuser des œuvres actuelles ou contemporaines. L’équipe ne manque pas d’idées, d’envies ou d’ambition. La galerie est rapidement devenue un lieu d’échange, un véritable laboratoire d’expérimentation pluridisciplinaire accueillant expositions individuelles et collectives, résidences ponctuelles et workshops. Portée par cette dynamique, l'association déploie ses ailes et Les Limbes - Céphalopode met les petits plats dans les grands en proposant CARBONE 18, un événement d'art contemporain qui tissera sa toile en vingt différents points de la ville. Pluralité et exigence artistique Autour de Linda Roux, L

Continuer à lire