À poil !

Niko Rodamel | Mardi 31 octobre 2017

Photo : Foxy © Hesse & RomierLes Yeux Décousus © Hesse & RomierTalons épluchés © Hesse & Romier


Férus d'art contemporain, Anthony et Marcelline Roux accueillent une nouvelle exposition dans leur cabinet de tatouage, Karavan Tattoo, installé au premier étage de La Martre de France, bâtiment qui doit son nom au magasin de fourrure qu'il occupa jadis. Et sur ce point on peut dire que les artistes Hesse & Romier sont tombés pile-poil au bon endroit ! Cécile Hesse et Gaël Romier vivent et travaillent ensemble depuis 1998, entre Suisse et Auvergne, exposant régulièrement leurs photographies, installations et objets. Avec Barbarians, les deux artistes explorent la frontière étroite entre humanité et animalité dans des mises en scènes minutieuses. Fourrures, velours, ceintures de cuir, escarpins, perruques et coquillages suggèrent une forme de barbarie silencieuse dans un étonnant bestiaire des corps, donnant à voir des images muettes dont le silence est finalement assourdissant, comme un hurlement contenu. Hesse & Romier cultivent un esthétisme qui suture mystère et humour grinçant dans un univers un poil provoc mais toujours classieux, où la mise en scène des matières et des objets est taillée au scalpel, sans bavure ni hasard.

Barbarians de Hesse & Romier, jusqu'au 9 décembre chez Karavan Tattoo, 2 Rue des Martyrs de Vingré à Saint-Étienne


HESSE & ROMIER

« Barbarians »
Karavan Tatoo 2 Rue des Martyrs de Vingré Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Serial colleur

Collage | Le tatoueur et plasticien Anthony Roux ouvrira l’année 2018 sur le MUR stéphanois avec l’explosion de couleurs d’une nouvelle création originale.

Niko Rodamel | Mercredi 3 janvier 2018

Serial colleur

Depuis l'ouverture en 2016 de Karavan Tatoo, son atypique salon de tatouage, Anthony Roux s'est très vite fait un nom et une réputation dans le milieu des tatoueurs régionaux. Mais avant de dessiner sous l'épiderme de ses clients, ce solide gaillard était d'abord un plasticien aussi doué que prolifique. Cette passion pour l'art contemporain, il la partage d'ailleurs avec sa femme Marcelline, avec qui il invite d'autres artistes à venir exposer au 2 rue des Martyrs de Vingré, au premier étage de cette étonnante bâtisse, on dirait du Gaudi, La Martre de France. Et bien que son salon ne désemplisse pas, le tatoueur parvient à garder un peu de temps pour cette autre corde à son arc : collecter, redessiner, découper, assembler, composer puis coller les ingrédients savamment choisis qui peuplent au final ses créations chamarrées. L'univers d'Anthony se faufile entre street art, BD, réclames façon pop art, avec une patte bien à lui, dans une tendance pop-flashy-underground autoproclamée, puisant une partie de son inspiration dans ses voyages ou séjours en Amérique du Sud, Inde et Afrique. A bientôt quarante balais, l'artiste s'émerveille encore des couleurs du monde, sa

Continuer à lire