Les yeux dans le jazz

Photos jazz | Pour son quarantième anniversaire, le Rhino Jazz(s) festival investit trois gares ligériennes avec les superbes photos live d’un amoureux de la petite note bleue, le photographe Roger Berthet.

Niko Rodamel | Mardi 2 octobre 2018

Photo : Ala.Ni © Roger Berthet



Roger Berthet

"40 an(s) de Jazz(s)", photos
Gare SNCF Châteaucreux Esplanade de France Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

​Gémeaux

Jazz | Le Rhino Jazz(s) invite les illustres frères Moutin (Louis à la batterie et François à la contrebasse) à réaliser une résidence en trois actes, déployant leur (...)

Niko Rodamel | Mardi 3 septembre 2019

​Gémeaux

Le Rhino Jazz(s) invite les illustres frères Moutin (Louis à la batterie et François à la contrebasse) à réaliser une résidence en trois actes, déployant leur rythmique fusionnelle et leur synchronicité innée sur pas moins de trois concerts, en quintet ou en quartet, puis en collaboration avec les Conservatoires de Saint-Chamond et Saint-Étienne. L'occasion de retrouver quelques pointures comme Christophe Monniot (saxophone), Manu Codjia (guitare), Paul Lay (piano), Franck Pilandon (tenor) ou Gaspard Baradel (alto). Moutin Factory 5tet, Moutin Blowing 4tet, Moutin’s Musical Workshop, les 8-12-13 octobre à Firminy et Rive-de-Gier dans le cadre du Rhino Jazz festival

Continuer à lire

Philippe Godeau & Omar Sy : " Le film parle d’un voyage, il en est aussi un pour moi"

YAO | En dédiant YAO à leurs pères respectifs, Philippe Godeau et Omar Sy insistent sur l’importance de la question de la transmission et des racines se trouvant au cœur du film. Retour sur ses origines en compagnie du scénariste-réalisateur et du comédien.

Vincent Raymond | Mercredi 23 janvier 2019

Philippe Godeau & Omar Sy :

Vous êtes tous deux coproducteurs. Autrement dit, votre implication est double puisqu’elle va au-delà de l’investissement artistique. Pourquoi spécifiquement sur ce film ? Philippe Godeau : Omar, c’est l’acteur numéro 1. En faisant un film en Afrique, au Sénégal, j’avais l’envie de partager une expérience, le voyage… Je savais en plus qu’il avait une envie de produire et je trouvais que c’était bien de faire ce voyage à deux. Comme je un vieux producteur et jeune metteur en scène ; qu’Omar est un acteur d’aujourd’hui et novice en production (sourire), je lui ai proposé… Omar Sy : Et j’ai accepté ! Le fait qu’il me laisse cette place, cette chance même, j’ai accepté parce que l’envie de partager quand on est producteur est rare. Avoir ce partage était intéressant : le film parle d’un voyage, il en est aussi un pour moi ainsi que l’aventure avec Philippe : c’est la première fois que j’ai participé à des discussions sur la manière dont on fait, on réfléchit un film, comment on le prépare, on le tourne, on le monte. Et le voyage n’e

Continuer à lire

"YAO" : Cahier d’un retour au pays des ancêtres

ECRANS | De Philippe Godeau (Fr.-Sen., 1h44) avec Omar Sy, Lionel Louis Basse, Fatoumata Diawara…

Vincent Raymond | Mercredi 23 janvier 2019

Petit Sénégalais de 13 ans, Yao vénère la star européenne Seydou Tall, au point de connaître son livre par cœur. Apprenant que l’idole est de passage à Dakar, Yao fait les 400km séparant son village pour le rencontrer. Touché (et poussé par le destin), Seydou décide de la ramener chez lui. Il s’agit là clairement d’un conte où le voyageur pensant maîtriser son cheminement se trouve “voyagé“, guidé par des forces de plus en plus pressantes à accomplir une mission initiatique à laquelle il n’était pas préparé. Dans ce récit, Yao n’est pas le héros mais le déclencheur inconscient, l’adjuvant à travers lequel le fatum va se manifester pour infléchir la trajectoire de Seydou ; un cicérone malgré lui tirant par ailleurs des leçons profitables de son escapade. Godeau et Sy ont tenté manifestement d’éviter le “folklorisme“ tout en préservant un certain réalisme dans la vision du pays. Toutefois, il ne faut pas non plus s’attendre à une vérité documentaire : la caméra ne reste pas assez longtemps pour cela, c’est l’histoire qui veut cela… e le genre road movie, qui lui aussi effe

Continuer à lire

Caraïbes

MUSIQUES | En voilà un qui a fait un sacré bout de chemin depuis sa première apparition scénique à la Havane à l’âge de quinze ans ! En vingt ans, le pianiste-prodige (...)

Niko Rodamel | Mardi 2 octobre 2018

Caraïbes

En voilà un qui a fait un sacré bout de chemin depuis sa première apparition scénique à la Havane à l’âge de quinze ans ! En vingt ans, le pianiste-prodige cubain Roberto Fonseca a enchaîné huit albums solo tout en multipliant les collaborations aux côtés d’Ibrahim Ferrer, Omara Portuando ou encore Fatoumata Diawara, entre autres. Avec Abuc (acronyme inversé de Cuba), le musicien télescope brillamment les musiques qui ont accompagné l’histoire de son île natale, des années 40 à aujourd’hui. Roberto Fonseca III, lundi 22 octobre à 20h30, l’Opsis à Roche-la-Molière

Continuer à lire

Bowie revient

Jazz | Le Rhino Jazz(s) poursuit son exploration musicale de la planète Bowie avec deux nouvelles créations mondiales placées sous la direction artistique de (...)

Niko Rodamel | Mardi 4 septembre 2018

Bowie revient

Le Rhino Jazz(s) poursuit son exploration musicale de la planète Bowie avec deux nouvelles créations mondiales placées sous la direction artistique de Daniel Yvinec. Après un volet acoustique où l’on retrouvera notamment la chanteuse Sandra Nkaké (le 4 octobre au Fil), le volet symphonique rassemblera quant à lui un casting de luxe avec le pianiste Eric Legnini et le trompettiste Erik Truffaz, les chanteuses Ala.Ni et Krystle Warren, mais aussi l’ensemble OSE ! dirigé par Daniel Kawka. Énorme ! Bowie Symphonic, samedi 6 octobre à 20h, Opéra de Saint-Étienne, dans le cadre du Rhino Jazz(s)

Continuer à lire

Calme, luxe et volupté

Jazz | L’église de Villars sera l’écrin parfait, dimanche 15 octobre à 18h, pour accueillir le délicat duo que forment le violoncelliste globe-trotter Vincent Segal (...)

Niko Rodamel | Mardi 3 octobre 2017

Calme, luxe et volupté

L’église de Villars sera l’écrin parfait, dimanche 15 octobre à 18h, pour accueillir le délicat duo que forment le violoncelliste globe-trotter Vincent Segal et la nouvelle perle du jazz français, la trompettiste Airelle Besson. L’économie de notes du premier et le jeu aérien de la seconde promettent un concert d’exception.

Continuer à lire

Découvertes métissées

Jazz/Blues | Le Rhino Jazz(s) festival est sans conteste un monument incontournable dans le paysage culturel régional. Une de ses spécificités les plus intéressantes demeure son goût pour la découverte mais aussi les métissages. Dans la foisonnante programmation de cette trente-huitième édition, nous avons repéré quatre formations qui, par leur singularité, gagnent absolument à être connues de tous.

Niko Rodamel | Mardi 4 octobre 2016

Découvertes métissées

Du blues, du blues, du blues La nuit du blues donnera l'occasion de découvrir un duo assez étonnant, en ouverture de soirée, avant de retrouver les Mountain Men (cette fois-ci en quartet) et le chanteur-guitariste américain Zac Harmon Harmon. The Two est un duo plutôt atypique qui développe une musique métissée et envoûtante, un blues sincère et poignant, une sorte d’appel au voyage vers des destinations qui sentent bon la terre et le soleil quelque part entre les racines du Delta blues et, plus méconnu, le blues créole. Yannick Nannette, guitare acoustique et dreadlocks, martèle le tempo et donne de la voix ou du kazoo. Thierry Jaccard fait résonner le son métallique et plaintif de sa guitare dobro. Le premier est mauricien et l’autre suisse, mais la belle complicité musicale des deux musiciens gomme toutes les frontières du genre, rendant au blues sa simplicité authentique et son caractère intemporel. De l’Ile Maurice à la Suisse, il n’y a qu’un pont. The Two / la nuit du blues, le 8 octobre à 20h, salle Aristide Briand à Saint-Chamond En terre inconnue Bey.Ler.Bey c’est tout d’abord la r

Continuer à lire

Jazz : notre sélection de 5 concerts

Panorama 16/17 | Lady Dee Au cœur de l’éclectique et toujours aussi riche programmation du Rhino Jazz(s) festival, arrêtons-nous sur la venue de l’immense chanteuse Dee (...)

Niko Rodamel | Mardi 6 septembre 2016

Jazz : notre sélection de 5 concerts

Lady Dee Au cœur de l’éclectique et toujours aussi riche programmation du Rhino Jazz(s) festival, arrêtons-nous sur la venue de l’immense chanteuse Dee Dee Bridgewater, à Saint-Chamond le 7 octobre. Dans la foulée de son dernier album en date (Dee Dee Feathers), la diva revient en force avec un projet qui rend hommage à la Nouvelle-Orléans, autant à la ville elle-même qu’au jazz qui lui est propre. Elle sera accompagnée sur scène par la formation du jeune trompettiste Théo Croker. Niko Rodamel Dee Dee Bridgewater, vendredi 7 octobre à 21h, salle Aristide Briand à Saint-Chamond, dans le cadre du Rhino Jazz(s) Festival Pour quelques pennies Remarquée en 2014 par le titre sorti de nulle part Suddenly, Ala.ni enfonçait le clou l’année suivante avec Cherry Blossom. Petite-nièce d'une ancienne vedette du music-hall anglais (Leslie Hutchinson), la chanteuse avait pourtant commencé par le mannequinat avant de devenir choriste puis oser graver ses propres compositions sous la houlette de Damon Albarn. L’artiste fera planer son style vocal rétro, hérité du jazz et de la comédie musicale, le 16 oct

Continuer à lire

Un doigt de jazz sous les pommiers

MUSIQUES | Christian-Pierre et Adrien La Marca (frangins respectivement violoncelliste et altiste), assurent la direction artistique de la quatrième édition des (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 juillet 2016

Un doigt de jazz sous les pommiers

Christian-Pierre et Adrien La Marca (frangins respectivement violoncelliste et altiste), assurent la direction artistique de la quatrième édition des Musicales de Pommiers. L’église romane et le prieuré du douzième siècle sont un écrin de choix pour apprécier les étoiles montantes du classique mais le festival fait aussi la part belle au jazz avec cet été deux invités de marque. Le 6 août dans le cloître du prieuré, Yaron Herman donnera conférence-conversation autour de L'Art du Jazz, jouant et commentant avec l’humour qu’on lui connaît des extraits couvrant les différentes facettes du genre. Pianiste israélien installé à Paris, le musicien qui s’était fait remarquer par ses reprises de Radiohead ou de Britney Spears a enregistré sept albums faisant de lui un vrai phénomène de la scène jazz internationale. Le même soir, le clarinettiste Michel Portal dirigera son quintette pour clarinettes et cordes avant de retrouver Herman pour une carte blanche en duo. Musicales de Pommiers, du 5 au 14 août, à Pommiers-en-Forez

Continuer à lire

Lignon de haute lignée

MUSIQUES | Niché sur le plateau du Mézenc, le Festival sur Lignon est éclectique par nature puisque son ambition première est de provoquer la rencontre entre un pays, (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 juillet 2016

Lignon de haute lignée

Niché sur le plateau du Mézenc, le Festival sur Lignon est éclectique par nature puisque son ambition première est de provoquer la rencontre entre un pays, ses habitants, son patrimoine et la parole artistique. Pour sa dix-huitième édition sur la commune de Fay-sur-Lignon, le festival propose durant quatre jours une programmation alliant lectures, chanson française, jazz, musique du monde, spectacle jeune-public mais aussi randonnée, dégustations et siestes sonores ! Parmi les différentes formations au programme, Jazz before Jazz réunira deux grands musiciens autour d’un répertoire des plus originaux. Le pianiste Mario Stantchev et le saxophoniste Lionel Martin mettront en lumière quelques perles du répertoire de Louis Moreau Gottschalk, génial et prolifique compositeur natif de La Nouvelle Orléans, véritable extraterrestre au XIXème siècle puisque précurseur du ragtime en pleine époque romantique. Bien entendu, Mario Stanchev et Lionel Martin interprètent à leur sauce harmonique la musique de Gottschalk, empreinte de rythmes caribéens, louisianais et brésiliens. Un voyage aux sources insoupçonnées du jazz. Festival sur Ligno

Continuer à lire

Les 3 premiers noms du Rhino Jazz 2016

MUSIQUES | Dee Dee Bridgewater, le Ray Anderson Pocket Brass Band et A.J. Croce sont les trois premiers noms qui viennent d'être dévoilés par l'équipe de programmation (...)

Nicolas Bros | Mercredi 4 mai 2016

Les 3 premiers noms du Rhino Jazz 2016

Dee Dee Bridgewater, le Ray Anderson Pocket Brass Band et A.J. Croce sont les trois premiers noms qui viennent d'être dévoilés par l'équipe de programmation du Rhino Jazz(s) Festival. La diva franco-américaine, native de Memphis, revient avec un projet en hommage à la Nouvelle-Orléans, Dee Dee's Feathers. Le second, tromboniste de grand talent natif de Chicago, se présentera accompagné de son Brass Band de poche. Une belle occasion de (re)découvrir ce talent brut. Enfin, A.J. Croce, né quant à lui en Pennsylvanie, c'est une voix, celle du swing qui fait revivre les 70's. NB Dee Dee Bridgewater, le 7 octobre à la salle Aristide Briand de Saint-Chamond Ray Anderson Pocket Brass Band, le 12 octobre à L'Opsis de Roche-la-Molière A.J. Croce, le 4 octobre au Majestic de Firminy

Continuer à lire

Thérapie scénique

MUSIQUES | Est-il vraiment utile de présenter encore cette immense artiste qu’est Fatoumata Diawara ? Véritable touche-à-tout à la personnalité bien trempée, la (...)

Niko Rodamel | Mardi 2 février 2016

Thérapie scénique

Est-il vraiment utile de présenter encore cette immense artiste qu’est Fatoumata Diawara ? Véritable touche-à-tout à la personnalité bien trempée, la trentenaire s’illustre aussi bien (et toujours avec brio) dans la chant, la danse, la pratique instrumentale, la comédie musicale, le cinéma ou le théâtre… rien que ça ! Ses nombreuses collaborations l’ont fait parcourir le monde entier, comme une fuite en avant. Partout elle a pu faire éclater son talent, s’appuyant bien sûr sur ses racines africaines, aux côtés des chanteuses Oumou Sangaré, Dee Dee Bridgewater et Mamani Keita, auprès d’Herbie Hancock et, plus récemment, en tournée avec le pianiste cubain Roberto Fonseca. Sur scène, la chanteuse-guitariste livre un véritable ode à l’Afrique. Des ballades d’une grande sensualité, un folk-blues à l'africaine inspiré par la harpe wassalou. Les textes interpellent en dénonçant l’excision, le mariage forcé ou l'éducation des enfants par d'autres parents. Mais Fatoumata chante, en filigrane, sa propre histoire : les souffrances d’une enfance déchirée entre Côte d’Ivoire et Mali, avant la fugue à Paris. Pour échapper aux griffes de la société ouest-africaine qui aurait p

Continuer à lire

Musiques du monde : le cinq majeur

MUSIQUES | Alors on transe Avec sur scène dix musiciens et un VJ, Urban Shaman propose une expérience unique, tant visuelle qu’auditive, portée par une musique (...)

Niko Rodamel | Mardi 1 septembre 2015

Musiques du monde : le cinq majeur

Alors on transe Avec sur scène dix musiciens et un VJ, Urban Shaman propose une expérience unique, tant visuelle qu’auditive, portée par une musique sauvage qui prône « l’ouverture au monde, l’ensemencement de terres inconnues et la fertilisation des terroirs du futur », rien de moins ! Véritable performance d’improvisation collective, Urban Shaman invite à la transe, une transe urbaine aux accents actuels et immémoriaux, joyeuse et féroce à la fois. Irrésistible. Niko Rodamel Urban Shaman, jeudi 29 octobre à 19h30, le Fil à Saint-Étienne Mise à flow Étoile montante du reggae français, Naâman s’est taillé la part du lion à vitesse grand V sur la scène internationale. Il cristallise presqu’à lui seul une jeune génération qui ouvre de nouvelles pistes sans oublier les racines du genre. Mêlant avec un talent bluffant hip-hop et sonorités jamaïcaines, l’énergie et la musicalité de Naâman servent avec un élan nouveau des messages de paix, d’amour et de liberté, délivrés dans un flow efficace et généreux. NR Naâman, vendredi 6 novembre à 20h30, le Fil

Continuer à lire

Rhino féroce et frappadingue

MUSIQUES | A l’image du nouveau visuel imaginé par le graphiste stéphanois Alex Mikaël (clin d’œil au célèbre test des tâches de Rorschach), le Rhino Jazz(s) cuvée 2012 s’affiche comme l’année de toutes les folies avec une programmation tous azimuts. NR

Niko Rodamel | Lundi 17 septembre 2012

Rhino féroce et frappadingue

La palette annoncée est en effet follement riche : de l’Europe aux Amériques avec des escales au Maroc, au Mali et au Moyen Orient, jazz, blues, world, funk, soul, swing, New Orleans, fusion et nu jazz, il y en aura assurément pour tous les goûts ! Au programme notamment, une longue nuit du blues le 6 octobre à St Chamond et quatre soli d’exception avec l’accordéoniste Nano, le guitariste Ulf Wakenius, l’étonnant «one man band» Philippe Ménard et le très méditerranéen contrebassiste Renaud Garcia Fons. Sont bien sûr attendues quelques somptueuses têtes d’affiche comme le bluesman Otis Taylor, la malienne Rokia Traoré ou le légendaire « bass master » Marcus Miller, qui électrisera la Bourse du Travail à Lyon le 26 octobre. Mais 2012 sera aussi, incontestablement, l’année des « tributes »… Mes hommages, madame… Et pour commencer, le monumental Ray Charles sera à l’honneur le 2 octobre à l’Opéra-Théâtre de Saint-Etienne, avec le pianiste-vocaliste Davell Crawford et son fabulous band. Le show s’annonce des plus explosifs tant « le petit prince de la nouvelle Orléans » est dores et déjà reconnu pour être un performer capable d’enflammer une salle à lui tout seul (c

Continuer à lire

Retour aux sources

MUSIQUES | La songwriter malienne Rokia Traore sera une des plus belles tetes d’affiches du Rhino Jazz(s) avec un tout nouveau projet, « Roots », veritable hommage a l'Afrique plurielle. NR

Niko Rodamel | Lundi 17 septembre 2012

Retour aux sources

Après une Victoire de la Musique remportée en 2009 pour son quatrième album « Tchamantché » dans la rubrique musiques du monde, Rokia Traoré s’est offert une parenthèse théâtrale en collaborant avec la romancière Toni Morrison (prix Nobel de littérature) et le metteur en scène américain Peter Sellars, dans la pièce Desdemona pour laquelle elle a composé la musique et en a été l’interprète. L’occasion pour la chanteuse de s’entourer de choristes et d’instrumentistes sélectionnés par la fondation « Passerelle » qu’elle a fondée à Bamako en 2008 pour former des techniciens du son et de la lumière et venir en aide aux jeunes musiciens. C’est avec cette même formation qu’est né le nouveau spectacle de Rokia Traoré, « Roots », véritable ré-création empruntant à Fela, Miriam Makeba, Bob Marley et même Jacques Brel avec une reprise inattendue de « Ces gens-là ». Sur scène, la belle Rokia (chant et guitare) est donc accompagnée de trois choristes (Naba Aminata Traoré, Fatim Kouyaté et Bintou Soumbounou), d’un joueur de ngoni (Mamah Diabaté), d’un joueur de kora (Mamadyba Camara) et d’un joueur de bolon (Habib Sangaré). En rendant cet hommage à l’Afrique plurielle, Traoré renoue avec ses

Continuer à lire

Un Rhino en pleine(s) forme(s)

MUSIQUES | Après son depart de Rive de Gier en 2009, le festival semblait avoir quelque peu reduit la voilure, contraint de dégraisser le rhino pour mieux digérer la pilule. Mais en à peine trois ans, l’animal est bel et bien sur ses quatre pattes et semble avoir repris son poids de forme avec une programmation digne des plus belles annees. Rencontre avec Ludovic Paulet-Chazalon, programmateur du festival. Niko Rodamel

Niko Rodamel | Lundi 17 septembre 2012

Un Rhino en pleine(s) forme(s)

Comment construit-on une programmation comme celle du Rhino Jazz(s) ?Pendant six ou sept mois de l’année, je me déplace beaucoup sur Paris mais aussi en régions pour aller écouter toutes les tendances actuelles du jazz. En quinze ans d’expérience dans le domaine de la programmation, je bénéficie désormais d’un solide réseau de lieux, d'agents, de tourneurs et bien sur de musiciens. Le S rajouté entre parenthèses à la fin du mot jazz annonçait-il un virage pour le festival ?Lorsque l'on a quitté Rive de Gier il a presque fallu réinventer notre projet. On s'est dit que c'était l'occasion d'ouvrir encore davantage notre programmation aux musiques cousines du jazz, en se tournant notamment vers l’Afrique ou même vers des musiques plus rock. Depuis, on a pu vérifier que le public est en effet assez réceptif aux sonorités africaines. Il y a vingt ans, lorsque Jean-Paul Chazalon programmait Cheb Khaled lors de sa première venue en France, ça paraissait franchement borderline pour un festival de jazz ! Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui avec tous les métissages que l’on connaît. Il m’arrive également d’avoir des envies, je vais que

Continuer à lire