Sainté moderne

Nicolas Bros | Mercredi 4 décembre 2019

Photo : © M. Cizeron/MAMC+


Parmi les nouvelles expositions proposées au Musée d'art moderne et contemporain, il y en a une qui met en avant le travail et l'audace d'une personne grâce à qui Saint-Étienne est devenue une place-forte de l'art moderne en France : Maurice Allemand. Directeur du musée d'Art et d'Industrie de 1947 à 1966, il initia la belle trajectoire de la ville sur ce pan de l'art. Présentant 200 œuvres du 16e siècle aux années 1970, dont la moitié n'a pas été présentée depuis au moins 20 ans, l'exposition Maurice Allemand ou comment l'art moderne vint à Saint-Étienne s'impose.

Maurice Allemand ou comment l'art moderne vint à Saint-Étienne, jusqu'au 3 janvier 2021 au MAMC


Maurice Allemand, ou comment l'art moderne vint à Saint-Étienne (1947-1966)

Collections du MAMC+, plus de 200 œuvres
Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Étienne Métropole Rue Fernand Léger Saint-Priest-en-Jarez
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Couleur critique

Art contemporain | Après plus de six mois de fermeture, le Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole a réouvert ses portes à la mi-mai, proposant pas moins de quatre nouvelles expos à découvrir d’ici à la fin de l’été… Et gratuitement, s’il vous plaît. Tour d’horizon.

Cerise Rochet | Mercredi 9 juin 2021

Couleur critique

Frapper un grand coup, en présentant quatre expos temporaires pour sa réouverture. Frapper un deuxième grand coup, en proposant une visite libre gratuite pour tous les publics durant tout l’été. Frapper un troisième grand coup, en exposant des artistes aux œuvres remuantes, étonnantes, peut-être même, dérangeantes. À Saint-Étienne, le MAMC a repris du service avec la manière, ouvrant ses portes sur une lecture du monde contemporain en mutation, qui se révèle dans toute sa dureté et parfois même, son absurdité. Peu vue en Europe jusqu’ici, une rétrospective de l’œuvre foisonnante d’Hassan Sharif retrace ainsi en 150 œuvres le parcours engagé et critique de cet artiste émirati, devenu l’un des plus influents du monde arabe. Pionnier de l’art conceptuel au Moyen-Orient, né en Iran, formé à Londres avant de rentrer s’installer à Dubaï et d’y passer la plus longue partie de sa vie, Sharif, plasticien polyvalent, a développé durant quatre décennies un corpus d’œuvres ayant très fortement contribué à changer le paysage artistique de son pays. Hassan Sharif artiste dubaïote polyvalent et critique de la société de consommation L’exposition rétrospective,

Continuer à lire

Le design domestiqué

Expo | André Wogenscky, Ludwig Mies Van Der Rohe, Jean Parthenay, Charles et Ray Eames, Maarten Baas, Pierre Guariche... Voilà (...)

Nicolas Bros | Mardi 8 décembre 2020

Le design domestiqué

André Wogenscky, Ludwig Mies Van Der Rohe, Jean Parthenay, Charles et Ray Eames, Maarten Baas, Pierre Guariche... Voilà quelques-uns des grands noms que l'on trouve dans l'exposition Déjà-vu. Le design dans notre quotidien. Avec sa sélection de 300 œuvres tirées des collections du Musée d'art moderne et contemporain, cette proposition nous embarque dans un parcours qui nous démontre la place que le design a eu sur les objets qui ont peuplé notre quotidien depuis le milieu du XXe siècle. Petit plus, l'expo ne se contente pas d'être un reflet du passé, mais permet, grâce à la mise en place d'ateliers au fil de la visite et d'un laboratoire de création en fin de parcours, de préparer le monde de demain, celui post-crise sanitaire. Tout un programme qui trouvera un écho avec la prochaine Biennale du design (28 avril au 22 août 2021) dont le thème annoncé est Bifurcations. Déjà-vu. Le design dans notre quotidien, du 16 décembre 2020 au 22 août 2021 au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole

Continuer à lire

Ça matche !

ARTS | Approcher les œuvres du Musée d’art moderne et contemporain (MAMC+) de manière ludique, c'est le but du nouveau jeu mobile "Trouve ton œuvre sœur". Un bon moyen de découvrir les collections du musée de manière originale, qu'on soit petit ou grand.

La rédaction | Mercredi 21 octobre 2020

Ça matche !

Développant des outils destinés à amener le plus grand nombre à découvrir ses collections, le MAMC propose un nouveau jeu mobile : "Trouve ton œuvre sœur" ! Ce dernier vient compléter l’appli mobile du musée disponible depuis 2017. Avec "Trouve ton œuvre sœur", on est invité à effectuer une visite de manière interactive en répondant à une quinzaine de questions qui permettent de définir notre profil, comme dans un test de personnalité. À la fin du questionnaire "Trouve ton œuvre sœur" nous fait matcher avec une œuvre présentée au MAMC+. Un indice visuel apparaît sur l'écran. À nous ensuite de nous promener dans les salles du musée pour retrouver notre œuvre sœur ! Créer le selfie le plus réussi Une fois l’œuvre retrouvée, le jeu nous donne la révélation, explique pourquoi ce tableau, cette sculpture ou cet objet nous correspond et nous propose ensuite de nous prendre en selfie avec elle. Un concours Instagram permet ensuite de désigner

Continuer à lire

Les jeunes prennent le pouvoir

Contemporain | C'est une première ! Sur plus de 2 400 m² répartis entre la Cité du design et le Musée d'art moderne et contemporain, Saint-Étienne accueille sa première Biennale dédiée à de jeunes artistes issus d'écoles d'art françaises. Son nom : Biennale artpress. Son programme : 36 artistes qui proposent des oeuvres singulières et dotées d'un parti pris certain. Un événement qui confirme la position forte de Saint-Étienne dans l'art contemporain français.

Nicolas Bros | Mardi 6 octobre 2020

Les jeunes prennent le pouvoir

C'est un choix osé que nous proposent la Cité du design et le MAMC - Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne en partenariat avec le magazine artpress : construire une biennale destinée à promouvoir le travail de jeunes artistes, fraîchement diplômés et déjà engagés dans une voie pro. Le résultat s'appelle Après l'école - Biennale artpress des jeunes artistes et la 1ere édition vient d'ouvrir ses portes et dure jusqu'au 22 novembre. Au programme, 36 artistes formant la relève de l'art français qui, avec un parti pris certain, proposent des oeuvres de techniques très diverses, formant une sorte d'état de la création d'une scène de créateurs en perpétuel renouvellement. Pas un panorama, mais une sélection Si cette biennale réunit bon nombre de jeunes talents fraîchement émoulus de différentes écoles d'art françaises, les deux commissaires de l'événement, Étienne Hatt et Romain Mathieu, tiennent à préciser un point. « Ce n'est pas le panorama d'une génération d'artistes, mais bien une sélection », expliquent-ils. Un comité présidé par le curateur Robert Storr (directeur de la Biennale de Venise en 2007 et conservateur en chef du d

Continuer à lire

Robert Morris, ou la transgression de soi-même

Art contemporain | Alors qu’il réouvre ses portes après 3 mois et demi de fermeture, le Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne présente une nouvelle expo dédiée à l’artiste américain Robert Morris, coorganisée avec le Mudam Luxembourg. "The Perceiving body", une véritable expérience immersive.

Cerise Rochet | Mercredi 8 juillet 2020

Robert Morris, ou la transgression de soi-même

Deux décennies, 14 œuvres, sept espaces, pour une constellation plutôt qu’une rétrospective. Puiser dans l’œuvre colossale de Morris, et exposer les exemples les plus éclairants de son travail sur la perception, et le rapport entre le corps et l’art. Pas de cheminement chronologique donc, mais une déambulation à travers le parcours intellectuel de l’artiste durant les années 60 et 70, ses certitudes, ses doutes, ses remises en question… Ses nouvelles certitudes. Neutralité et permutation Première salle, première création, comme un point de départ. Ici, Morris déboulonne les principes même de l’art sculptural, et s’inscrit avec force dans le courant minimaliste. Œuvre composée de trois formes en L identiques, faites de contreplaqué et peintes en grises, Untitled (3Ls) expérimente le concept de répétition modulaire, et celui de permutation. Morris, lui, n’a fait que les dessiner, avant de déléguer leur réalisation, sur le modèle industriel. Le L, pensé comme la forme la plus simple et la plus neutre possible, annule de fait la notion de composition, au profit d’une duplication et d’une disposition en station « couché », « assis », debout ». Il invite

Continuer à lire

Le MAMC en visite privée

Art moderne virtuel | Suivre une visite de 30 minutes du Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne en compagnie de sa directrice Aurélie Voltz et de son (...)

Nicolas Bros | Jeudi 14 mai 2020

Le MAMC en visite privée

Suivre une visite de 30 minutes du Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne en compagnie de sa directrice Aurélie Voltz et de son responsable du département scientifique Alexandre Quoi. C'est possible en vidéo ce soir à 18h sur la page Facebook et Instagram du musée. Cette initiative fait partie du Tour de France des lieux culturels confinés, mené par le Club Innovation & Culture CLIC France. Cette série vidéo propose de découvrir chaque jour, du lundi au vendredi, « un lieu de culture artistique, historique et scientifique », en visite privée. 13 musées, monuments et lieux de science ont répondu à l'appel, dont le musée stéphanois qui est le deuxième sur la liste de programmation. Une belle occasion de découvrir ou revoir les expositions Maurice Allemand ou comment l'art moderne vint à Saint-Etienne, Entrare nell'opera - Entrer dans l'œuvre et Firenze Lai. Pour découvrir cette visite virtuelle, rendez-vous sur cette page à 18h.

Continuer à lire

Une biennale pour la jeune création à Saint-Étienne

Art contemporain | Saint-Étienne va accueillir en juin 2020 un nouveau rendez-vous national d'art contemporain avec une biennale dédiée à la jeune création. Organisée par (...)

La rédaction | Mercredi 8 janvier 2020

Une biennale pour la jeune création à Saint-Étienne

Saint-Étienne va accueillir en juin 2020 un nouveau rendez-vous national d'art contemporain avec une biennale dédiée à la jeune création. Organisée par l'ESADSE (École supérieure d'art et de design de Saint-Étienne), le MAMC (Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole) et Art Press (revue internationale de référence dans le monde de l'art actuel), l'événement s'intitule : Après l'école : biennale Art Press des jeunes artistes. Cette première édition réunira une quarantaine d'artistes dans deux lieux, le MAMC et le Campus Manufacture, et sera financée par Saint-Étienne Métropole, l'État (via la Direction générale de la création artistique au sein du ministère de la Culture) et la région Auvergne-Rhône-Alpes. Art Press sortira à cette occasion un numéro spécial qui tiendra lieu de catalogue. Niko Rodamel & Nicolas Bros Après l'école : biennale Art Press des jeunes artistes, juin 2020 à Saint-Étienne

Continuer à lire

Aurélie Voltz, Madame la commissaire en chef

Portrait | Un peu plus de deux ans après après son arrivée à la direction du Musée d'Art Moderne et Contemporain de Saint-Étienne Métropole, Aurélie Voltz a résolument pris ses nouvelles marques, loin de Paris, sa ville-racine. Rencontre avec une femme de conviction qui, riche d'un parcours sans faute de goût, entend bien faire bouger les lignes. Texte et photo Niko Rodamel

Niko Rodamel | Mercredi 8 janvier 2020

Aurélie Voltz, Madame la commissaire en chef

Alors qu'en 1973 disparaissent de la scène artistique deux illustres Pablo, Neruda et Picasso, naît à Paname la petite Aurélie, au sein d'une famille baignée de culture. Maman est journaliste pour le magazine Connaissance des arts, papa est graphiste. « Dès l'âge de quatre ans mes parents m'ont régulièrement emmenée au Centre Georges-Pompidou qui venait d'ouvrir. Nous allions aussi au marché aux puces, ce qui a sans doute développé chez moi un certain intérêt pour tous types d'arts, jusqu'à l'artisanat. » Aurélie grandit ainsi à Paris dans un appartement peuplé d'objets issus de différentes cultures et de différentes époques. Elle est pourtant davantage portée vers les lettres, le français... Elle entreprend ainsi des études littéraires au cours desquelles elle est très tôt attirée par le XIXᵉ siècle. L'adolescente nourrit notamment une réelle passion pour le mouvement anglais des préraphaélites. C'est peut-être même un tableau en particulier, Ophélia, peint par John Everett Millais en 1851, qui sera un des éléments déclencheurs d'une vocation sous-jacente. « C'est une oeuvre qui m'a vraiment impressionnée et touchée, avant même que je ne com

Continuer à lire

Du lourd

ARTS | Aucun rapport avec Fernand. Excepté le fait qu'Alexandre Léger va exposer rue Fernand Léger, au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 septembre 2019

Du lourd

Aucun rapport avec Fernand. Excepté le fait qu'Alexandre Léger va exposer rue Fernand Léger, au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole (MAMC) à partir de novembre. Une première exposition dans un musée pour ce jeune artiste né en 1977 et qui a obtenu le Prix des partenaires du MAMC en avril dernier. Diplômé en 2003 de l'École des Beaux-Arts de Paris, il créé des oeuvres mêlant texte et image et proposera La chronique d'une chute inexorable, une série d'une centaine de pièces en forme de « récit fantastique d’un monde en perdition, d’une espèce humaine en mutation. » Alexandre Léger, du 30 novembre 2019 au 17 mai 2020 au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole

Continuer à lire

Culture sèche

Musée | Branle-bas de combat au Musée d'Art Moderne et Contemporain ! La semaine denrière, des infiltrations d'eau ont été constatées à l’intérieur du bâtiment. En (...)

Antoine Desvoivre | Lundi 1 juillet 2019

Culture sèche

Branle-bas de combat au Musée d'Art Moderne et Contemporain ! La semaine denrière, des infiltrations d'eau ont été constatées à l’intérieur du bâtiment. En cause : une toiture grandement endommagée par l'orage de grêle du 15 juin dernier. Heureusement, le personnel s'est mobilisé aussi sec et aucune œuvre n'a été dégradée. Toutefois, certaines salles restent fermées au public et une partie de l'exposition est placée en "cale sèche" pour des raisons de sécurité et de conservation. Des interventions d'urgence sur la toiture sont prévues pour retrouver des conditions normales d'accueil du public dans les plus brefs délais. Une période de fermeture totale du musée est prévue du 23 au 29 septembre, pour une phase de travaux consacrés à la reprise complète de l'étanchéité. L'occasion pour le MAMC+ de renouveler intégralement sa collection.

Continuer à lire

La Nuit au musée

Grande fête | Les chiffres sont impressionnants et parlent d'eux mêmes. En 2018, plus de deux millions de visiteurs européens avaient profité de l’ouverture nocturne de 3200 musées. En France, 1800 musées avaient ouvert leurs portes. Le succès de la Nuit européenne des musées n'est pas à démentir. Dans la Loire, les musées participants sont nombreux. Nous vous proposons ici une petite sélection d'événements qui ont retenu notre attention.

Nicolas Bros | Jeudi 2 mai 2019

La Nuit au musée

- La Bâtie d'Urfé : Le château de Saint-Étienne-le-Molard n'accueillera pas cette année d'Estival. Alors il serait dommage de passer à côté de la Nuit des Musées qui proposera des visites libres de ce château Renaissance aux influences italiennes unique en France. Les trésors du lieu sont nombreux comme sa salle Rocaille, seule grotte artificielle du XVIème siècle conservée encore aujourd'hui en France ou encore la galerie de douze colonnes remarquables. Seront également proposés lors de cette nuit exceptionnelle un bal Renaissance par la troupe Marazula et une chasse ludique pour tous. - L'Atelier-Musée du Chapeau de Chazelles-sur-Lyon : L'occasion de venir découvrir la nouvelle exposition temporaire consacrée aux créations des Meilleurs Ouvriers de France modistes (créateurs de chapeaux). Une quarantaine de pièces seront disposées dans une ambiance d'atelier. Une exposition qui devrait ravir les férus de feutre et de melon mais pas seulement. - Puits Couriot / Parc-musée de la mine : Outre des visites libres du musée et de ses expositions, l'établissement propose entre autre Lights Contacts, une installation interactive

Continuer à lire

Alexandre Léger, lauréat du prix des partenaires du MAMC+

Art contemporain | Après Maxime Duveau (2018), Jérémy Demester (2017) ou Agathe Pitié (2014), c'est Alexandre Léger qui obtient le Prix des partenaires du Musée d'art moderne et (...)

Nicolas Bros | Lundi 1 avril 2019

Alexandre Léger, lauréat du prix des partenaires du MAMC+

Après Maxime Duveau (2018), Jérémy Demester (2017) ou Agathe Pitié (2014), c'est Alexandre Léger qui obtient le Prix des partenaires du Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole. Né en 1977, l'artiste est sorti diplômé en 2003 de l'École des Beaux-Arts de Paris. Il a exposé à Paris, Montpellier, Sarajevo et aux Pays-Bas. Il créé des dessins-poèmes, en petits formats « nous incitant à considérer non seulement l'aritculation entre texte et image, mais aussi l'idée du tecte en tant qu'image. » Ses oeuvres seront présentées en septembre 2019 au MAMC.

Continuer à lire

Hôtel California

Art contemporain | À l’occasion de sa toute première exposition au MAMC+, Maxime Duveau dévoile un univers singulier en noir et blanc, à la croisée de la photographie et du (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 février 2019

Hôtel California

À l’occasion de sa toute première exposition au MAMC+, Maxime Duveau dévoile un univers singulier en noir et blanc, à la croisée de la photographie et du dessin. Le dessinateur emploie indifféremment le fusain, le tampon à encre de Chine et la sérigraphie, jouant avec l’altération des images répétées, grattant ou froissant le papier pour faire jouer la matière et ses textures. Dans un long travelling façon polar, il nous embarque sur les avenues des grandes cités californiennes que l’on redécouvre à travers son regard, comme autant de décors curieusement inhabités. C’est lors d’un séjour sur la côte ouest des USA, photographiant tous azimuts son pèlerinage sur les terres du rock des sixties, que Duveau s’est constitué une banque d’images à partir de laquelle il travaille depuis près de quatre ans. L’artiste cite volontiers les Beach Boys, Frank Zappa ou Jim Morrison et l’on retrouve dans l’exposition des clins d’œil au groupe Jefferson Airplane comme au guitariste Johnny Ramone. Une année de travail aura été nécessaire pour préparer cette exposition qui ne présente que des oeuvres inédites. RingoleV.io Cosmique de Maxime Duveau, jusqu’au 24 février 201

Continuer à lire

Plus de 30 000 visiteurs pour Anish Kapoor

Art moderne et contemporain | L'exposition du Britannique Anish Kapoor au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole, dans le cadre des 30 ans de l'établissement (...)

Nicolas Bros | Jeudi 22 mars 2018

Plus de 30 000 visiteurs pour Anish Kapoor

L'exposition du Britannique Anish Kapoor au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole, dans le cadre des 30 ans de l'établissement stéphanois, a fait le plein. Plus de 30 000 visiteurs se sont pressés au MAMC+ depuis novembre 2017 pour découvrir les œuvres de My Red Homeland. Pour celles et ceux que cette présentation intéresserait, il leur faudra se presser avant le dimanche 8 avril et la fermeture de cette expo-événement pour le démontage et la préparation de nouvelles expositions, notamment de la photographe Valérie Jouve (dès le 19 mai) et de l'artiste sculpteur d’origine stéphanoise, internationalement reconnu, Jean-Michel Othoniel (dès le 26 mai). Parallèlement, l'exposition des collections Considérer le monde restera accessible au public à tarif réduit pendant cette période d'installation.

Continuer à lire

Aurélie Voltz est la nouvelle directrice du MAMC

Tête de culture | À 44 ans, Aurélie Voltz vient d'être nommée directrice générale du Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole. Elle prendra ses fonctions dès le (...)

Nicolas Bros | Jeudi 14 septembre 2017

Aurélie Voltz est la nouvelle directrice du MAMC

À 44 ans, Aurélie Voltz vient d'être nommée directrice générale du Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole. Elle prendra ses fonctions dès le 1er octobre et succédera à Martine Dancer, directrice par intérim de l'institution depuis le mois de janvier 2017. LA nouvelle directrice générale a notamment été directrice des Musées de Montbéliard (Doubs/région Bourgogne-Franche-Comté), commissaire indépendante à Berlin, assistante d'exposition à l'ARC-Musée d'art moderne de la Ville de Paris, "chief curator" au Palais de Tokyo à Paris jusqu'en 2004 et responsable de la programmation de ce même établissement jusqu'en 2006. En arrivant à Saint-Étienne, elle s'appuiera sur Martine Dancer et Agnès Lepicard (nouvelle conservatrice du patrimoine en charge du département des collections et arrivée en juillet 2017 à ce poste) afin de mettre en place l'ensemble des expositions et événements qui vont jalonner l'année du trentième anniversaire de l'institution muséale dès le mois de novembre.

Continuer à lire

Anish Kapoor pour les 30 ans du MAMC

Art | En 2018, le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole fête ses 30 ans. À cette occasion, c'est une année riche en expos et événements que les équipes de l'institution muséale ont concoctée, avec notamment la venue du célèbre Anish Kapoor mais également l'occasion de forger une exposition très dense, en s'appuyant sur l'ampleur colossale des collections de ce "musée référence".

Nicolas Bros | Jeudi 7 septembre 2017

Anish Kapoor pour les 30 ans du MAMC

Le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne va avoir 30 ans. Édifiée sur les plans de l'architecte Didier Guichard et sous l'impulsion de François Dubanchet (maire de Saint-Étienne entre 1983 et 1994), l'institution muséale fut inaugurée le 10 décembre 1987. Sur ses quelques 3 000 m² de surface d'exposition, le musée aura vu défiler les oeuvres des plus grands noms de l'art et se sera enrichi au fil des années d'une collection de plus de 20 000 pièces. Afin de fêter dignement ces trois décennies, c'est une programmation inédite qui est prévue dès le 10 novembre 2017 et s'étirant jusqu'à la fin de l'année 2018. Pour débuter, c'est une "star" de l'art contemporain qui viendra proposer son travail aux yeux des Stéphanois. Du 10 novembre au printemps 2018, l'artiste plasticien britannique Anish Kapoor aura carte blanche dans la grande salle centrale du bâtiment et proposera la découverte de son installation My Red Homeland ainsi que des oeuvres inédites, encore jamais montrées. Cette première exposition a été rendue possible notamment grâce aux bonnes relations qu'entretiennent Lorand Hegyi, directeur du MAMC jusqu'en 2016, et l'artiste anglais.

Continuer à lire

Le MAMC prépare son anniversaire

ACTUS | Une fois les Journées européennes du patrimoine passées (16 et 17 septembre 2017), le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole fermera ses (...)

Nicolas Bros | Mardi 22 août 2017

Le MAMC prépare son anniversaire

Une fois les Journées européennes du patrimoine passées (16 et 17 septembre 2017), le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole fermera ses portes jusqu'au 10 novembre. Cette période permettra à l'institution muséale de préparer un nouveau cycle d'expositions exceptionnelles pour fêter ses 30 années d'existence, et qui se déclinera tout au long de l'année 2018. Signalons que l'accueil et la bibliothèque Jean Laude du Musée resteront ouverts au public pendant les horaires habituels (lundi au vendredi de 10h à 18h).

Continuer à lire

Le Musée d'Art Moderne et Contemporain s’exporte en Chine

International | Pour fêter les 30 ans du MAMC (Musée d'Art Moderne et Contemporain) de Saint-Étienne et l’ouverture récente au public du Musée d’art de l’Université de Tsinghua à Pékin, les deux institutions s’associent dans le cadre de l’exposition "De Monet à Soulages : chemins de la modernité (1800-1980)".

La rédaction | Jeudi 18 mai 2017

Le Musée d'Art Moderne et Contemporain s’exporte en Chine

51 œuvres de la collection d’art ancien, moderne et contemporain du MAMC de Saint-Étienne ont embarqué début mai en direction du Musée d’art de l’Université de Tsinghua à Pékin en Chine, pour y séjourner du 6 mai au 31 août. Ces œuvres de Picasso, Monet et Dubuffet, longtemps dissimulées dans les énormes réserves du MAMC, prennent place dans une exposition hors-les-murs inédite : De Monet à Soulages : chemins de la modernité (1800-1980). Montée dans le cadre du 12e festival Croisements voué à mettre en avant les collaborations artistiques franco-chinoises, cet événement retrace l’histoire de la peinture française à travers les mouvements qui l’ont marquée depuis le XVIIIe siècle. Tous les courants principaux ou presque y sont représentés : impressionnisme, cubisme, surréalisme... Ces musées offrent ainsi une chance aux Chinois de s'ouvrir à la culture française, qui n'est pas forcément bien véhiculée dans leur pays. Cette exposition devrait par la suite s’installer dans différentes villes de Chine, pour enfin, être présentée à Saint-Étienne au cours de l’année 2018.

Continuer à lire

Ce sont des gens dans des chemises...

Art moderne et contemporain | L'artiste danois Peter Martesen présente à Saint-Étienne sa première exposition personnelle dans un musée français. Son œuvre, particulièrement troublante, sonde notre condition post-moderne et quelques énigmes atemporelles.

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 1 mars 2017

Ce sont des gens dans des chemises...

« C’est un grand terrain de nulle part / A la lunette d’un microscope / On regarde, on regarde, on regarde dedans / On voit de toutes petites choses qui luisent / Ce sont des gens dans des chemises... » chantent Gérard Manset, et Alain Bashung... Écrit par Manset, « Comme un légo » dit la mélancolie d'une époque où les individus font masse, où les villes et les hommes deviennent interchangeables, et où les microscopes et les statistiques scrutent et gouvernent les âmes... L'auditeur est alors partagé entre une compassion émue pour notre condition dérisoire et un grand dégoût face à tant d'objectivité, de calcul, de fonctions comptables... Rarement morceau de musique aura résonné aussi bien avec l’œuvre (peinte ou dessinée) d'un artiste, celle du danois Peter Martensen en l'occurrence. Même s'il se défend d'être un peintre d'histoire, et s'il rappelle qu' « [il] peint d'abord et réfléchit après », Peter Martensen se réclame d'un "réalisme mental" : soit une plongée dans la psyché humaine contemporaine, psyché qui ne peut être abstraite de son environnement social. Ses figures dédoublées, apathiques, absentes à elles-mêmes et aux autres, se présentent c

Continuer à lire

Une nouvelle directrice pour le Musée d'art moderne et contemporain

Tête de culture | Le MAMC (ou Musée d'art moderne et contemporain) change de direction. Le Hongrois Lóránd Hegyi, directeur général de l'établissement depuis 2003, prend sa (...)

Nicolas Bros | Mardi 17 janvier 2017

Une nouvelle directrice pour le Musée d'art moderne et contemporain

Le MAMC (ou Musée d'art moderne et contemporain) change de direction. Le Hongrois Lóránd Hegyi, directeur général de l'établissement depuis 2003, prend sa retraite. Martine Dancer-Mourès, conservateur du patrimoine et présente au musée stéphanois depuis 1986 prend la place vacante par interim en attendant l'arrivée d'un nouveau directeur général. À noter que le MAMC va fêter ses trente ans d'existence avec plusieurs festivités dès décembre 2017 et abritera une exposition entre art, design et cinéma intitulée Popcorn lors de la prochaine Biennale design (exposition du 9 mars à septembre 2017).

Continuer à lire

Expos : notre sélection

Panorama 16/17 | Emulsions D’origine espagnole, née à Paris et installée à Lyon, Esperanza Peña a toujours dessiné puis s’est très vite intéressée à la peinture et enfin à la (...)

Nicolas Bros | Mardi 6 septembre 2016

Expos : notre sélection

Emulsions D’origine espagnole, née à Paris et installée à Lyon, Esperanza Peña a toujours dessiné puis s’est très vite intéressée à la peinture et enfin à la photographie, avec un attrait prononcé pour le mouvement. Les images qu’elle présentera du 17 septembre au 1er octobre à la galerie Une Image… sont le fruit d’un travail de recherches universitaires, représentant différents états du corps en conjuguant dessin, peinture et photographie en pose longue. Un univers visuel hybride à découvrir. Niko Rodamel Esperanza Peña, du 17 septembre au 1er octobre à la galerie Une Image... Féroces L’illustratrice Amélie Fontaine accrochera aux murs de la galerie Beluga une nouvelle série d’images dessinées à la plume et à l'encre de chine, ainsi que plusieurs sérigraphies. Du 7 octobre au 10 novembre, l’exposition Carnivores mettra en scène des animaux et des personnages évoluant dans une relation ambiguë, entre amour et peur, désir et répulsion. Tigres, guépards, loups, serpents… autant de bêtes sauvages à la beauté dangereuse qu'il faut éviter d'approcher de trop près. Niko Rodamel Amélie Fo

Continuer à lire

L'insoutenable fragilité du monde

ARTS | À travers une quarantaine d’œuvres, le Musée d'art moderne et contemporain retrace le parcours artistique atypique d'Anne et Patrick Poirier. Une rétrospective placée sous le signe de la fragilité et de la poésie des choses... Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 6 septembre 2016

L'insoutenable fragilité du monde

Artistes aux semelles de vent, Anne et Patrick Poirier vivent et travaillent ensemble depuis une cinquantaine d'années, après s'être rencontrés au Louvre devant le tableau Et in Arcadia ego de Nicolas Poussin... Passionnés de psychanalyse, de littérature, d'archéologie et d'architecture, ils travaillent pourtant sans méthode ni théorie a priori. « Quand nous visitons des villes ou des sites archéologiques, déclarent les artistes dans un entretien pour le catalogue de leur exposition, chacun suit son chemin, le plus souvent armé d'un appareil photo et de papier pour écrire. Le soir, quand nous nous retrouvons, nous échangeons nos impressions, nos sentiments, nos réflexions, enfin tout ce que nous avons noté en chemin. » Ensuite, lentement, de ces échanges, naîtront des installations réalisées à quatre mains et souvent de grande dimension. La fragilité de l'être est le fil rouge de l’œuvre des Poirier et se décline en plusieurs thématiques comme « la fragilité de la culture, de la mémoire culturelle, des choses, de la nature et des êtres vivants, mais aussi le désir de mieux comprendre les mécanismes de la mémoire, non comme un phénoménologue ou un n

Continuer à lire

Les collections du MAMC

GUIDE URBAIN | Si Archéologie du Présent, l'exposition passionnante en place actuellement au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne, présente quelques 150 (...)

Nicolas Bros | Jeudi 14 avril 2016

Les collections du MAMC

Si Archéologie du Présent, l'exposition passionnante en place actuellement au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne, présente quelques 150 oeuvres issues des collections de l'établissement muséal, ce n'est qu'une infime partie des créations composant ce fonds artistique hors normes. En effet, ce sont plus de 19 000 oeuvres ou ensembles monographiques uniques qui sont inscrits dans les registres du MAMC. Il y a notamment des ensembles dans la photographie, l'abstraction américaine, la peinture allemande... C'est tout simplement la deuxième plus grande collection publique en France d'art moderne après celle du Musée National d'Art Moderne ou Centre Georges Pompidou de Paris. Musée d'art moderne et contemporain, rue Fernand Léger à Saint-Priest-en-Jarez (www.mamc-st-etienne.fr)

Continuer à lire

Focus sur une œuvre : Yves Tanguy, Mains et gants, 1946

ARTS | Yves Tanguy (1900-1955) ne cesse, dans ses toiles, d'ouvrir les portes de l'imaginaire et de nous faire frémir avec ses représentations (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 1 mars 2016

Focus sur une œuvre : Yves Tanguy, Mains et gants, 1946

Yves Tanguy (1900-1955) ne cesse, dans ses toiles, d'ouvrir les portes de l'imaginaire et de nous faire frémir avec ses représentations « réalistes » (ombres portées, perspective classique...) d'un mode rêvé, ou du moins totalement inconnu. Son tableau Mains et gants, composé en 1946 et présenté à la galerie Maeght à Paris en 1947 lors de la dernière grande exposition surréaliste, fut acheté par le Musée d'art moderne et contemporain en 1988. C'est la « Joconde » du Musée nous dit avec humour Sébastien Delot, et c'est, sans conteste, l'un des chefs-d’œuvre de cet artiste si mystérieux qui allait jusqu'à faire de ses titres de tableaux autant d'énigmes. Difficile ici de reconnaître des mains et des gants (motifs importants chez les Surréalistes). Mais peut-être ce titre évoque-t-il un corps et ce qui l'enveloppe et le double, une peau et une seconde peau-objet... ? Peut-être la toile est-elle l'évocation d'une conscience « laiteuse » et fluide du monde où espace mental et espace physique se confondraient. Où les frontières entre l'oeil, la main et l'objet seraient brisées... JED

Continuer à lire

Les artistes et l'objet

ARTS | Le Musée d'art moderne et contemporain, bientôt trentenaire, ouvre simultanément plusieurs expositions. Parmi elles : un projet inédit de Jacques Villeglé, et "Archéologie du présent", nouvelle présentation de ses collections qui fait la part belle à l'objet. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 1 mars 2016

Les artistes et l'objet

L'importante exposition Archéologie du présent rassemble cent cinquante œuvres pour la plupart issues des collections du Musée d'art moderne et contemporain. Des collections exceptionnelles, rappelons-le, comptant environ dix neuf mille œuvres et des ensembles importants concernant la photographie, l'abstraction américaine, la peinture allemande, ou encore des artistes comme Soulages ou Dubuffet... Sébastien Delot, commissaire de l'exposition, a pensé sa sélection en fonction de trois objectifs : un parcours historique des collections (de Picasso et ses œuvres cubistes à Claude Lévêque qui propose au Musée une installation inédite), une contextualisation des artistes exposés en parallèle (Jacques Villeglé et bientôt Anne & Patrick Poirier), un rappel de quelques-unes des grandes thématiques de l'art récent. L'une des thématiques fortes d'Archéologie du présent a trait notamment à ce curieux et essentiel "personnage" de l'art moderne et contemporain : l'objet. Le retour de l'objet En 1912, dans sa Nature morte à la chaise cannée, Picasso utilise un morceau de toile cirée dans son tableau. Et le Cubisme en génér

Continuer à lire

Les bouchées doubles

ARTS | Pour sa dix-huitième session, le programme d’expositions Local Line dévoile simultanément à Saint-Étienne et Firminy le travail de quatorze jeunes créateurs invités à produire des œuvres originales. Niko Rodamel

Niko Rodamel | Mardi 3 novembre 2015

Les bouchées doubles

Avec Local Line le Musée d’art moderne et contemporain met en lumière depuis déjà cinq ans de jeunes artistes, issus des régions Rhône-Alpes et Auvergne ou qui ont choisi pour un temps d’installer leur atelier sur ce territoire. La cuvée 2015 s’installe sur deux sites différents, le MAMC et le site Le Corbusier à Firminy, en résonance avec la Biennale d’art contemporain de Lyon. Parmi artistes exposés au MAMC, Anthony Jacquot-Boeykens présente trois tableaux sur lesquels il superpose des couches de peintures, créant une forme de tissage visuel où la matière épaisse conserve la trace du geste répétitif et de l’outil. L’installation de Baptiste Croze est constituée d’objets disposés le sol comme « une prairie où les herbes chatouillent les genoux des spectateurs ». Quant à Josselin Vidalenc, il présente La chambre d’amis, une installation dont les tubes d’acier jointés forment un étonnant quadrillage architectural sous lequel sont éparpillés divers objets. En marge de l’exposition, l’artiste habitera cet espace par les gestes de son corps lors d’une performance, le 12 novembre à 18h30, dans le cadre de la program

Continuer à lire

Giovanni Anselmo, un pavé dans la mare du modernisme

ARTS | Le MAMC de Saint-Étienne accueille l'artiste italien Giovanni Anselmo et son "art pauvre", mettant sans dessus dessous, ou plutôt sous tension, bien des idées reçues, des identités officielles et des totalités trop lisses pour être honnêtes. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 1 juillet 2015

Giovanni Anselmo, un pavé dans la mare du modernisme

Ça y est, les vacances approchent et c'est l'heure du tri. L'heure de jeter les vieilles amours, les vieilles idoles, les vieilles valeurs avant d'aller brûler au soleil. Les amoureux de l'art iront, pour cela, au MAMC se défaire du mauvais romantisme, du mauvais modernisme et des insipidités d'un certain post-modernisme. Ces fadaises qui voudraient respectivement faire de l'art une religion, un formalisme, ou le dissoudre dans l'eau polluée de la vie quotidienne. Bref, qui voudraient qu'il tienne dans le cercle asphyxiant et rassurant d'un "tout" bien lisse et homogène, qu'il vienne boucher nos angoisses, décorer nos fissures, adoucir nos luttes... Giovanni Anselmo (né en 1934 vers Turin) lance sur ces idées ses gros blocs de béton dispersés, projette à même le visiteur un "détail" d'humilité lumineuse, redonne des auras colorées à des monochromes gris et laisse filer en douce cette idée que, dans le fragment, il y aurait à la fois la possibilité et l'impossibilité de reconstruire un "tout". Qu'on pourrait à partir de quelques détails ou de quelques images égarées prendre conscience de quelque chose de plus universel, de plus "grand", mais qui jamais ne tournerait en

Continuer à lire