Frédéric Legros : « On a travaillé deux fois plus vite pour être prêts »

ARTS | Comme beaucoup de responsables d’institutions culturelles, Frédéric Legros se souviendra du printemps 2020 comme d’une saison non en enfer, mais au purgatoire. Le directeur du Palais Idéal du facteur Cheval se projette néanmoins avec confiance dans l’avenir…

Vincent Raymond | Mardi 9 juin 2020

Photo : ©FLegros Courtesy Palais idéal du facteur © Frédéric Jouhanin


Comment s'est déroulée votre réouverture ?

Frédéric Legros : Pour tout vous dire, nous nous attendions à rouvrir en juin. Et au cours d'une conférence de presse, le préfet de la Drôme a annoncé qu'il invitait les musées et différentes structures du département à rouvrir au public, dont le Palais Idéal — seule structure nommément citée. On a donc accéléré le travail en cours sur le protocole de réouverture qui passait notamment par la mise en place d'une billetterie en ligne et d'un système de réservation, ce qui n'avait jamais existé au Palais. On l'avait prévu pour juin afin de gérer les flux, et au final on a travaillé deux fois plus vite pour être prêts. Mais c'était plutôt heureux d'avancer dans ce sens.

D'autant que ça été vécu vraiment comme une bonne nouvelle, et un très bon signe. La semaine dernière j'ai fait une réunion en visio avec les différents partenaires de la Communauté de commune — 39 communes entre l'Ardèche et la Drome — et tout le monde était hyper content d'apprendre la réouverture du Palais. Après deux mois de confinement à travailler sur l'ouverture, j'avais un peu oublié le monde autour, même si je pensais beaucoup aux restaurateurs de Hauterives. Et puis, après le week-end de l'Ascension, beaucoup de gens nous ont dit que ça leur faisait du bien de revoir du monde circuler dans la ville. Et des gens ont dit dans un article du Parisien qu'ils se sentaient en sécurité dans le site. Ça reprend son cours…

Concrètement, quelles sont les conséquences sur l'accueil du public outre la limitation horaire du nombre de visiteurs ?

Actuellement, on nous demande d'avoir des sens de circulation, ce qu'on a pu mettre en place au Palais et presque partout dans l'exposition Agnès Varda. Celle-ci est partiellement ouverte : la maison du facteur, la Villa Alicius, est trop petite et ne permet pas d'avoir de sortie. Pour les mêmes raisons, la galerie basse du Palais, est fermée : les normes que fixait la Préfecture étaient trop colossales. En attendant juin…

Parmi les autres conséquences immédiates, votre programmation estivale est directement touchée…

Après une hésitation et une longue discussion avec la mairie, on a choisi de tout reporter sur l'année prochaine. Normalement, tout devrait se faire — les dates ont été bloquées, on est en train de signer les contrats pour les renouveler. Ça n'a pas été la partie la plus enthousiasmante de ces deux mois. L'autre grosse conséquence, le report à 2021 de l'exposition que nous proposons au château de Hauterives chaque été, et qui était déjà bien avancée. On l'a décidé très vite, au tout début du confinement, avant même de décaler les concerts. Cette exposition est en effet consacrée à Claude Lévêque, l'un des très grands artistes français, qui autant travaillé sur la Pyramide du Louvre qu'à l'Opéra Garnier ou à la Bastille, entre autres grands bâtiments de Paris. C'était génial de l'avoir, on était super heureux de l'envergure de projet mais il demandait trop d'énergie et représentait un investissement risqué pour la Commune, surtout si on n'ouvrait qu'un mois. D'autant qu'on aurait été incapables de communiquer et d'accueillir du public au château avec les normes actuelles. C'était triste pour tout le monde, c'était triste pour nous, c'était triste pour l'artiste, mais quand on l'a appelé pour lui dire qu'on la repoussait d'un an, lui-même était soulagé.

Avez-vous pu mettre ces deux mois d'éclipse à profit ?

Il y a eu de petites phases de désarroi — liées d'annulations ou de reports de projets. Mais cela m'a aussi laissé beaucoup de temps pour faire des recherches que je n'avais jamais eu l'occasion de faire sur le facteur et les gens qui sont venus au Palais. Et nous avons fait de très belles découvertes qui vont sûrement donner lieu à de nouveaux projets. Pour cela, c'était très positif.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Correspondances : Les Pages d’Agnès

ARTS | Jeune photographe, Agnès Varda avait en 1955 visité et immortalisé par quelques clichés le Palais Idéal. Celui-ci lui rend son hommage en lui consacrant un triptyque d’expositions dont la première s’admire en ce moment, en toutes lettres…

Vincent Raymond | Mardi 9 juin 2020

Correspondances : Les Pages d’Agnès

Fécondes sont depuis toujours les noces entre les artistes et le Palais Idéal. En particulier ceux et celles dont l’originalité ne souffre pas de frontière ni ne conçoit rien d’impossible. Picasso, Breton, Lee Miller, Éluard, Max Ernst ou Neruda sont ainsi tombés sous le charme de l’étrange édifice quand une masse objectait encore des atrocités sur cette œuvre spontanée. Entre eux, les artistes se reconnaissent, s’inspirent et nouent naturellement d’osmotiques correspondances. Pour les développer, le Palais Idéal accueille depuis une quinzaine d’années dans son enceinte (où il dispose d’un espace muséographique flambant neuf, en sus de la Villa Alicius) ainsi que dans le Château de Hauterives, des expositions en résonance, vibration ou capillarité artistique avec l’univers du facteur. Inventive, fantasque et pluridisciplinaire, la regrettée photographe-cinéaste-plasticienne Agnès Varda a les honneurs des lieux pour non pas une, mais trois expositions, dont la première actuellement visible, porte avec justesse et sobriété le titre de Correspondances. Tournée géniale

Continuer à lire

Le Palais idéal du Facteur Cheval, le message au-delà de l’enveloppe

Visite | À 75km de Lyon, Grenoble et Saint-Étienne, se dresse à Hauterives dans la Drôme le Palais Idéal du Facteur Cheval, « unique exemple d’architecture naïve » selon André Malraux qui le fit classer Monument historique. Une destination elle aussi idéale pour renouer avec l’Art…

Vincent Raymond | Mardi 9 juin 2020

Le Palais idéal du Facteur Cheval, le message au-delà de l’enveloppe

Au premier abord, cela tiendrait presque de la provocation : pourquoi, après presque deux mois de confinement, sortir de chez soi pour se précipiter vers… une maison — pardon : un “palais” ? Atypique, certes, car bien loin du faste et de l’immensité généralement attachés à ce type de bâtiment : assez monumental pour être gravi ou traversé de part en part, mais trop réduit pour servir de demeure. “Idéal“, il l’est pourtant, puisqu’il constitue l’exceptionnelle matérialisation d’un rêve, offrant à tout un chacun la possibilité de le partager concrètement, d’en faire collectivement l’expérience physique. Nous sortons d’une période entre parenthèses qui nous a forcés à habiter différemment l’espace et reconsidérer les notions de domicile, de dedans, de dehors. Mais permis, aussi, de mieux percevoir l’importance structurante des méthodiques rituels quotidiens, quels qu’ils soient, ainsi que la valeur de l’obstination. Un contexte propice pour comprendre à quel point la fameuse sentence (attribuée à un peu tout le monde) « l’imagination est la folle du logis » prend son sens devant cet édifice, fruit du

Continuer à lire

Les cinés pourraient rouvrir début juillet

ACTUS | Le ministre de la Culture, Franck Riester a annoncé ce matin dans l'émission Télématin sur France 2 qu'était envisagé une réouverture des salles de ciné début (...)

Nicolas Bros | Mercredi 20 mai 2020

Les cinés pourraient rouvrir début juillet

Le ministre de la Culture, Franck Riester a annoncé ce matin dans l'émission Télématin sur France 2 qu'était envisagé une réouverture des salles de ciné début juillet. Une possibilité soumise bien évidemment à l'évolution de l'épidémie de coronavirus. Nous travaillons à une réouverture des salles de cinéma début juillet. Mais il est encore trop tôt pour prendre une décision définitive. Nous ferons le point sur l'évolution de l'épidémie et la prochaine phase de déconfinement à la fin du mois de mai. #Les4V pic.twitter.com/pE3Fk13Yi4 — Franck Riester (@franckriester) May 20, 2020

Continuer à lire

Vise un peu ça

Art urbain | L'artiste stéphanois ViZa, qui expose à la Galerie Pasqui, rue des Creuses, vient de réaliser sur les murs de cette galerie l'œuvre Aux armes, que vous (...)

Nicolas Bros | Mardi 12 mai 2020

Vise un peu ça

L'artiste stéphanois ViZa, qui expose à la Galerie Pasqui, rue des Creuses, vient de réaliser sur les murs de cette galerie l'œuvre Aux armes, que vous pouvez découvrir en illustration de cet article. L'artiste précise que « cette fresque n'est pas forcément un hommage aux soignants comme j'ai pu le voir sur différents post mais plutôt un marqueur de la période que nous sommes en train de traverser et qui a bouleversé nos vies. Après chacun est libre de se l'approprier comme il le souhaite...

Continuer à lire

6 mai : Emmanuel Macron espère « un été apprenant et culturel »

État | Pas d’allocution classique, mais, depuis l’Elysée, une visioconférence avec plusieurs acteurs de la culture : le chef de l’État a ébauché mercredi quelques réponses à la situation de crise que traverse actuellement le secteur. Il a aussi émis des idées pour la suite. Des annonces dont nous avons parlé avec des acteurs culturels.

La rédaction | Vendredi 8 mai 2020

6 mai : Emmanuel Macron espère « un été apprenant et culturel »

L’idée d’une refondation et d’un pacte culturel « Moi aussi, j’attends beaucoup du monde culturel ». Emmanuel Macron l’a expliqué à la fin de l’échange avec les acteurs culturels : il compte notamment sur la participation des artistes aux activités périscolaires et se dit prêt à ce que l’État les rémunère. « Nous avons des écoles que l’on va rouvrir progressivement et devoir organiser complètement différemment. Maintenant et partout en France. Ce moment, jusqu’à juillet, est essentiel ». Le chef de l’État imagine ensuite « un été apprenant et culturel » et dit ainsi penser « aux millions de jeunes qui ne pourront pas partir loin en vacances : on ne pourra pas faire de festivals, mais rien n’interdit d’inventer autre chose, dans des formes plus petites : c’est une opportunité extraordinaire de chantiers de création ». Le président de la République dit aussi vouloir lancer « un grand programme de commandes publiques », auquel les milieux artistiques seraient associés, en faveur des jeunes créateurs (de moins de 30 ans) « à la sortie de l’école ou du conservatoire ». Enfin, à la rentrée, Emmanuel Macron parle d’inven

Continuer à lire

13 avril : ce qu'a dit Emmanuel Macron pour la culture

ACTUS | Un peu après 20h, le président de la République a annoncé que le confinement généralisé serait prolongé de quatre semaines, jusqu’au lundi 11 mai. Il a notamment fait quelques annonces importantes pour les acteurs du secteur culturel.

La rédaction | Mardi 14 avril 2020

13 avril : ce qu'a dit Emmanuel Macron pour la culture

État des lieux sanitaire et contexte général Le confinement « le plus strict » est prolongé jusqu’au 11 mai. En clair : les règles édictées jusqu’alors ne devraient donc pas être renforcées, mais pas non plus allégées. Du point de vue sanitaire, « l’espoir renaît », estime Emmanuel Macron. Le chef de l’État a toutefois indiqué que la tenue du nouveau délai « ne sera possible que si nous continuons d’être civiques, responsables, de respecter les règles, et que si la propagation du virus a effectivement continué à ralentir ». Le chef de l’Etat a en outre demandé « aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en condition de handicap sévère ou atteintes de maladies chroniques, de rester confinées, même après le 11 mai, tout au moins dans un premier temps ». Il a assuré que des masques « grand public » seraient disponibles pour tous les Français à partir du 11 mai. Emmanuel Macron a aussi parlé des tests de dépistage : ils seront « d’abord pratiqués sur nos aînés, nos soignants et les plus fragiles ». Le président de la République a assuré qu’après le 11 mai, « nous serons en capacité de

Continuer à lire

Arnaud Meunier : "Ne mettre personne sur la paille"

Point de vue | Le confinement touche l'activité du spectacle vivant de plein fouet. Notamment l'activité théâtrale et les créations. Arnaud Meunier, directeur de La Comédie, nous explique comment il tente de gérer la situation.

Nicolas Bros | Jeudi 2 avril 2020

Arnaud Meunier :

Y-a-t-il encore un peu d’activité à La Comédie, malgré le confinement ? Les activités administrative et comptable se poursuivent de manière numérique et digitale. Concernant l’École, nous avons trouvé un programme pédagogique qui fonctionne par Skype et Internet, donc les élèves sont maintenus au travail. En revanche, le reste de l’activité du Centre dramatique national est à l’arrêt, tout ce qui était répétitions, spectacles… Pour une institution telle que La Comédie de Saint-Étienne, qu’est-ce que cette crise va changer ? Ce que j’espère, c’est qu’il y aura un avant et un après. Cette épreuve mondiale est inédite et elle nous amène à nous poser des questions sur ce qu’est une société et sur ce qui nous paraît essentiel et important. Par rapport à La Comédie, nous avons écrit une lettre aux spectateurs pour les tenir informés de ce qu’il se passait et nous avons eu de nombreux retours et c’est très émouvant. Il est beau de se rendre compte qu’un théâtre est un endroit où l’on se regroupe avant tout. Dans une période de mise à distance sociale, c’est vraiment ce qu’il nous manque finalement. Le théâtre a

Continuer à lire

Le ministère de la Culture ouvre une plateforme qui regroupe ses contenus gratuits

Confinement Covid-19 | Pour que le temps passe plus vite dans cette période de confinement, ministère de la Culture ouvre une plateforme avec de nombreux contenus disponibles. L'initiative s'appelle #Culturecheznous.

Nicolas Bros | Mercredi 18 mars 2020

Le ministère de la Culture ouvre une plateforme qui regroupe ses contenus gratuits

« Une seule règle, un seul message : restez chez vous ! » C'est le mot d'ordre pour toutes et tous et c'est ce que rappelle le ministère de la Culture via communiqué. Mais pour faire face à l'ennui ou à l'isolement, de nombreuses initiatives se mettent en place et ce ministère n'est pas en reste. La preuve avec l'initiative #Culturecheznous, une plateforme initiée par Franck Riester et ses équipes, qui recensera « toutes les offres culturelles numériques gratuites. » Au programme, visites virtuelles de musées et d'expos, podcasts, concerts en ligne, jeux, contenus éducatifs pour les enfants... Le site est d'ores et déjà en ligne à cette adresse : https://www.culture.gouv.fr/Culturecheznous

Continuer à lire

Que faire pendant le confinement ? Nos idées du 18 mars

Confinement Covid19 / Idées culture | Que faire pendant le confinement ? Chaque jour, nous essaierons, dans la mesure du possible, de vous fournir quelques idées pour vous divertir, apprendre ou partager de bons moments dans cette période compliquée.

Nicolas Bros | Mercredi 18 mars 2020

Que faire pendant le confinement ? Nos idées du 18 mars

Vous retrouverez également sur notre page Facebook du contenu complémentaire. N'hésitez pas également à nous donner vos conseils culture sur cette même page Facebook : Le Petit Bulletin Saint-Étienne. Le challenge #KinoConfiné ! Vous connaissez peut-être déjà le concept des Kino. Non ? Ce mouvement, né au Québec à la fin des années 90, est un laboratoire de création de courts métrages sur une durée déterminée. Par exemple, on se réunit une semaine et on crée des films avec pas ou peu de budget, souvent sur un thème donné.. Tout le monde peut participer et créer des films. Le résultat est souvent étonnant, parfois décevant mais cela peut faire éclore de jolis pépites. À Saint-Étienne, une des cellules Kino s'appelle Kino3000 et le collectif vient de lancer un challenge pour cette période de confinement. Ca s'appelle #KinoConfiné. L'idée est donc de créer un film chez soi, en famille, seul(e), entre colocs, avec une mise en scène de « son mobilier, des légumes dans votre frigo, des montagnes de roule

Continuer à lire

Les annulations et reports de spectacles à Saint-Étienne et dans la Loire

Covid-19 | Les annulations et reports s'accumulent dans presque toutes les structures culturelles, impactant durement tout un écosystème déjà fragile. Voici ce qui nous a été communiqué. Nous mettrons cet article à jour au fur et à mesure (dernière mise à jour : 31/03/2020)

La rédaction | Mardi 17 mars 2020

Les annulations et reports de spectacles à Saint-Étienne et dans la Loire

Depuis le samedi 14 mars, dès minuit, tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays » ont fermé leurs portes : restaurants, discothèques, bars, salles de spectacles, théâtres, musées, cinémas, commerce non indispensables... Voici également les quelques informations concernant les festivals, concerts, spectacles et leurs potentiels reports que nous possédons. Le Zénith de Saint-Étienne a donné plusieurs dates de reports de ses spectacles et demande aux spectateurs de conserver leurs billets : Le Lac des Cygnes le samedi 14 mars 2020 reporté au samedi 17 octobre 2020 The Australian Pink Floyd Show le dimanche 15 mars 2020 au mardi 2 juin 2020 Irish Celtic le mercredi 18 mars 2020 reporté au vendredi 22 janvier 2021 Salon de l'immobilier du 20 au 22 mars 2020 reporté du 05 au 07 juin 2020 Jean-Louis Aubert le 31 mars 2020 reporté au 16 janvier 2021 Christophe Maé le samedi 4 avril 2020 reporté au mercredi 9 septembre 2020 5ème Colloque en soins infirmiers le jeudi 16 avril 2020 reporté au jeudi 1 octobre 20

Continuer à lire