Immersion chez les Impressionnistes

Nicolas Bros | Mercredi 8 juillet 2020

Dans l'Hôtel-Dieu du Puy-en-Velay réhabilité en 2011 par l'architecte Jean-Michel Wilmotte, les deux grandes salles d'expo du 4e étage vont accueillir Cézanne, Monet ou Van-Gogh dès mi-juillet. Devenu Hôtel des Lumières, le bâtiment proposera en ces deux espaces des scénographies immersives à 360 degrés. L'un propose une plongée au coeur de la Terre et l'autre dans le travail des Impressionnistes. L'occasion de découvrir sous d'autres angles entre autres Les nymphéas de Monet, La mer orageuse de Courbet ou Le Déjeuner des canotiers de Renoir.

Hôtel des Lumières, dès le 17 juillet au Puy-en-Velay (Haute-Loire)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Traditions modernes

Festival Interfolk | La réussite d'un festival dépend de la qualité de sa programmation. Mais cela ne suffit pas pour en faire un passage obligé. Si Interfolk est devenu au fil de (...)

Monique Bonnefond | Mardi 2 juillet 2019

Traditions modernes

La réussite d'un festival dépend de la qualité de sa programmation. Mais cela ne suffit pas pour en faire un passage obligé. Si Interfolk est devenu au fil de 55 années un rendez-vous incontournable, c'est parce que les vieilles rues pavées de la cité ponote et les villages environnants inventent un monde délicieux où la qualité de l'accueil égale l'exigence des choix artistiques. Piloté par une équipe de bénévoles passionnés et dévoués, le festival accueille cette année les cinq continents dont les îles Marquise, ce paradis qui évoque Gauguin et Jacques Brel qui s'étaient retirés dans cet éden époustouflant où le temps s'immobilise. Pour cette 55e édition, Interfolk, dans un souci de renouvellement, fait le pari de faire se rencontrer les danses classique, moderne et ethniques en réunissant des artistes internationaux et deux écoles de danse, classique et modern-jazz du Puy, dans une création en deux tableaux de Guillaume Julian. Ce dernier étant un talentueux chorégraphe stéphanois qui prouve que les danses traditionnelles peuvent dialoguer avec toutes les autres et inventer sans cesse de nouvelles formes. Pari tenu ! Festival Interfolk, du 15 au 21 juillet a

Continuer à lire

Le tour du monde en 7 jours

Interfolk (Haute-Loire) | La cuvée 2017 du festival Interfolk est un très grand cru qui exalte les valeurs de fraternité, d'échanges, d'ouverture aux cultures du monde en réaction à la tuerie de Nice malencontreusement survenue la veille du gala d'ouverture de l'édition 2016.

Monique Bonnefond | Mardi 4 juillet 2017

Le tour du monde en 7 jours

Les arts de la rue occupent l'espace public depuis des temps immémoriaux. Des mystères médiévaux au théâtre de rue moderne, des bateleurs de fêtes foraines au nouveau cirque, le spectacle vivant n'a cessé d'évoluer tout en s'appuyant sur la tradition. Cette année encore, Interfolk s'ouvre aux cultures de tous les continents et met l'accent sur la notion d'ethnies, mais accomplit aussi un gros travail de recherche pour présenter des groupes très variés, porteurs de modernité pour éviter l'uniformité. "La brûlante Afrique" côtoie "la langoureuse Asie" représentée par la Malaisie avec un ensemble de percussions qui avait participé aux J.O. de Pékin et révèle le rapport fusionnel et religieux avec le tambour, instrument sacré de l'appel des esprits. Simple exemple parmi le foisonnement artistique d'une programmation élaborée avec le souci de la diversité et de la création. Un festival fraternel ouvert à tous En étendant les festivités au-delà du Puy, dans tout le département rural de la Haute-Loire, le festival touche une population parfois éloignée de toute pratique culturelle et dynamise ainsi une démocratisation culturelle en allant, avec 350 danseurs et mus

Continuer à lire

Quoi de neuf dans les festivals ?

En bref | 1 - Un "absent" La nouvelle est tombée en décembre 2016 : pas de Foreztival en 2017 ! En apprenant cette information, nous avions (...)

Nicolas Bros | Mardi 4 juillet 2017

Quoi de neuf dans les festivals ?

1 - Un "absent" La nouvelle est tombée en décembre 2016 : pas de Foreztival en 2017 ! En apprenant cette information, nous avions eu très peur de ne jamais revoir le festival de musique de Trelins sur pied. Mais très vite, nos inquiétudes ont été balayées par les organisateurs qui nous ont assuré avoir mis le festival en « jachère » cette année pour mieux revenir les 3, 4 et 5 août 2018 avec la 14e édition. En attendant, il y a de quoi se réjouir avec tout d'abord le festival de rue qui, pour sa part, est maintenu le 5 août prochain. Suivront deux soirées en forme de warm-up du Foreztival 2018. Tout d'abord, le 22 septembre au Château du Rozier de Feurs puis le 2 décembre au Fil de Saint-Etienne. Les "line-up" de ces soirées nous sont encore inconnus à l'heure où nous écrivons ces lignes. 2 - Une ville en ébullition Le Puy-en-Velay s'apprête à vivre un très "gros" mois de juillet ! Tout d'abord parce que la préfecture de la Haute-Loire sera pendant 3 jours accaparée par le Tour de France (les 16, 17 et 18 juillet 2017) en étant ville-étape et en héritanti d'un jour de repos. Mais ce n'est pas tout. Depuis maintenant 3 ans, la ca

Continuer à lire

Nuits de feux

MUSIQUES | Lancées en grandes pompes en 2015, les Nuits de Saint-Jacques proposent une vision musicale intéressante, mêlant variété, chanson française et découvertes, en plein cœur du Puy-en-Velay. Cette année, outre les "grosses" têtes d'affiches, deux noms retiennent particulièrement notre attention.

Nicolas Bros | Mardi 5 juillet 2016

Nuits de feux

Comme un départ bienheureux sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, les Nuits de Saint-Jacques habillent le cœur du Puy-en-Velay de plusieurs couleurs musicales pour le week-end de fête nationale. Après avoir proposé lors de sa première édition, en 2015, une programmation marquée par les lives explosifs de Kavinsky ou Dj Pone, le festival affiche cette année, un line-up plus enjôleur et moins ravageur. Au-delà des sempiternels Louane ou Black M et des indissociables Voulzy et Souchon, deux noms qui prouvent l'orientation artistique de l'événement. Dans le coin gauche, on retrouvera le groupe de pop-rock d'origine marseillaise : Aline (ex-Young Michelin). Revenus plus forts en 2015 avec leurs album La Vie électrique, produit par Stephen Street, ingénieur du son des meilleures galettes des Smiths, les cinq membres du groupe ont réussi à se donner une véritable identité musicale affirmée et assumée. Cette dernière pourrait se qualifier tantôt de new wave frenchy, tantôt de pop typée 80's, le tout enjolivé par des textes dans la langue de Molière. La recette Aline fonctionne à merveille. Mélodiques et plus fournies que sur le premier opus de 2013 - Rega

Continuer à lire

Biennale 2015 : un bilan positif

ARTS | Moins d'une semaine après la fin de la Biennale 2015, l'heure est déjà venue du premier bilan. Et, sans surprise, le résultat est plus que positif. (...)

Nicolas Bros | Vendredi 17 avril 2015

Biennale 2015 : un bilan positif

Moins d'une semaine après la fin de la Biennale 2015, l'heure est déjà venue du premier bilan. Et, sans surprise, le résultat est plus que positif. Avec une durée allongée de 18 à 33 jours, la Biennale 2015 a accueilli plus de 208 000 visiteurs (dont 155 000 pour les expos IN et 53 000 pour les OFF) dans les 95 lieux d'expos à travers le territoire stéphanois et les diverses résonances régionales allant jusqu'à Lyon et Le Puy-en-Velay. Ce chiffre est en forte augmentation par rapport aux 140 000 visiteurs de la Biennale 2013 (soit + 50% de fréquentation). Autre bon point, l'attrait des Ligériens pour l'événement puisque ces derniers représentent 55% des visiteurs, là où 20% proviennent de Rhône-Alpes et 23% du reste du territoire français. On dénombre également près de 3 700 visiteurs étrangers (dont des délégations professionnelles venues par exemple du MAD de New-York, du Detroit Creative Corridor Center ou encore du Politecnico di Milano) et 408 journalistes s'étant pressés aux portes du plus grand événement culturel stéphanois. Parallèlement à l'annonce de ces chiffres et du

Continuer à lire