Le Sacre du Tympan

Niko Rodamel | Jeudi 24 juin 2021

En marge de sa programmation cinématographique (la nouvelle session de visionnage aligne une dizaine de films jusqu'au 4 juillet), le GRAN LUX propose une étonnante expérience sonore à vivre sans tarder. Constellé de 50 enceintes et de capteurs de présence, l'espace Studio reste a priori muet dans l'attente du visiteur (ou de la moindre petite mouche) qui réveille ainsi la machine-logiciel Game Player, laquelle se met aussitôt à jouer avec l'intrus, le hasard et bien sûr sa bibliothèque sonore. Installé dans une ancienne friche industrielle du XIXème siècle jadis occupée par la brasserie Mosser, le GRAN LUX est un espace à géométrie variable géré depuis 2004 par l'association Coxa Plana.

SAND HOUSE / Le Son des Choses, du 25 juin au 4 juillet au GRAN LUX, site Mosser, 11 bis rue de l'Égalerie à Saint-Étienne

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Pas de nom mais du bon son

Festival rock | Le N.N.Y. Fest. n'a toujours pas de nom (N.N.Y. signifie No Name Yet) mais propose une affiche indé de haut vol avec notamment Zëro, Mars Red Sky ou encore Phoenician Drive.

Nicolas Bros | Mardi 4 décembre 2018

Pas de nom mais du bon son

Avec la même volonté de fer, le N.N.Y. Fest. remet le couvert en ce début de mois de décembre. Avec toujours un large panel de ce que propose la scène rock indé (du stoner au black metal en passant par le noise ou le folk-expérimental), ce festival entièrement auto-financé tient par l'engagement d'une équipe de passionnés mais également par l'investissement des artistes présentés. « Les artistes comprennent que l'on fait de notre mieux et ils jouent le jeu » explique FX Lemaître, un des initiateurs de l'événement. Mais qui dit concessions sur les conditions d'organisation, ne signifie pas programmation ou concerts au rabais en matière de qualité. L'esprit Do It Yourself revendiqué par ce festival est, au contraire, un gage de tenue et garantit la venue de groupes qui ont l'intention de tout donner dans les salles atypiques que sont le Gran Lux, la Gueule Noire et Ursa Minor. Et cette année, la liste est belle mêlant du local à l'international. Cultes Zëro Parmi les noms qui font la programmation du N.N.Y. Fest #3, le premier qui saute aux yeux, c'est Zëro. Groupe lyonnais aussi culte que rare, le désormais trio a sorti un très efficace nouvel albu

Continuer à lire

Jean-Pierre Mocky à Saint-Étienne

Rencontre | Le réalisateur - mais aussi metteur en scène, interprète, scénariste, monteur, producteur et distributeur - Jean-Pierre Mocky sera à Saint-Étienne ce (...)

Nicolas Bros | Mercredi 19 septembre 2018

Jean-Pierre Mocky à Saint-Étienne

Le réalisateur - mais aussi metteur en scène, interprète, scénariste, monteur, producteur et distributeur - Jean-Pierre Mocky sera à Saint-Étienne ce week-end. Celui à qui nous devons des œuvres telles que Solo (1969), À mort l'arbitre (1984), Y a-t-il un Français dans la salle ? (1982) ou encore Bonsoir (1992), viendra au Gran Lux (site Mosser - quartier Bellevue) samedi 22 et dimanche 23 afin de présenter deux de ses films, L'Albatros (samedi 22 septembre à 22h00) et Votez pour moi (dimanche 23 septembre à 20h30), mais également La Loi de l'Albatros de Charles Schnaebele & Virgile Tyrode (samedi 22 septembre à 20h30) et L'ïle Nue de Kaneto Shindo( dimanche 23 septembre à 17h00). Il est également prévu une "conversation avec Jean-Pierre Mocky" samedi 22 septembre à 17h00. Un week-end avec Jean-Pierre Mocky, samedi 22 et dimanche 23 septembre au Gran Lux (site Mosser - Bellevue) Programmation complète disponible sur cette page

Continuer à lire

L'essence de l'underground

Festival | Pour sa deuxième édition, le NNY Fest. (pour No Name Yet Festival) continue à creuser le sillon de l'underground bien léchée avec la venue de groupes mythiques et le soutien de formations locales. Petite sélection avec beaucoup de "Belgitude" dedans.

Nicolas Bros | Mardi 28 novembre 2017

L'essence de l'underground

Rares et libres Telle une légende, les Angevins de Hint se font rares. Seuls quelques apparitions scéniques jalonnent les années qui filent en laissant intact le pouvoir sonore de ce groupe noise-rock assez unique en son genre. En creusant un peu dans notre mémoire vive, on peut se souvenir d'un concert intense, sous la yourte du festival Avataria déployée sur le parvis du Musée de la mine en 2003. Pour l'histoire plus récente, on gardera la prestation à Paroles & Musiques 2009 aux côtés d'Ez3kiel, après une résidence au FIL. Hormis ces dates-là, le groupe n'est pas revenu en terres stéphanoises. C'est dire l'importance de son retour en décembre. À ne pas louper sous peine de le regretter longtemps... Le 7/12 à Ursa Minor. Live de la Jungle Jim et Reggie ne font pas dans la dentelle. Les deux habitants de Mons en Belgique forment le groupe La Jungle. Et ce sobriquet leur va à merveille. Leur musique est un condensé sauvage de rock énervé, où les lianes sonores qu'ils vous tendent sont saturées de guitare et teintées d'une frén

Continuer à lire

Fiat Lux

ECRANS | Le Gran Lux s’offre une intense «session de visionnage» en septembre et s’invite au Méliès pour fêter les 30 ans du cinéma avec quatre films «mystère» qui célèbrent la résistance des fous de pelloche face à l’invasion numérique. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 30 août 2013

Fiat Lux

Quand le CD est apparu, quelques voix s’élevèrent pour affirmer que la musique ne pouvait s’écouter que sur des galettes vinyles. On les traita d’abord de dingues, mais au fur et à mesure où la digitalisation compressait et dégradait le son, ces résistants de la platine se firent plus nombreux. Le cinéma connaîtra-t-il un mouvement du même ordre ? Alors que les salles se sont équipées massivement en projecteurs numériques, envoyant à la casse leurs anciens projos 35 mm, certains tirent déjà la sonnette d’alarme, qui concernant la conservation des DCP et leur durée de vie, qui pour montrer la froideur d’une image certes «parfaite» mais ne retrouvant pas la vibration particulière des belles copies argentiques. Le Gran Lux fait partie de ses militants de la pellicule, et leur session de visionnage relève autant de la célébration du support que d’une politique de programmation basée sur ce qui y est inscrit. Ainsi, cette orgie cinématographique au long cours passe sans transition de la série Z (Anthropophagous de Joe D’Amato, ou «l’homme qui se mange lui-même» selon les affiches de l’époque) au classique absolu (Les Chasses du comte Zaroff, Nai

Continuer à lire