80 ans de photos "made in Sainté"

Anniversaire Photo Club de Saint-Etienne | Le Photo Club de Saint-Etienne fête ce week-end ses 80 ans d'existence en forme de mini-festival avec expo, ateliers, soirée-concert et marathon photo. Il y en aura pour tous les objectifs du 30 juin au 2 juillet aux Ateliers MORSE (derrière la Cité du design) !

Nicolas Bros | Mercredi 28 juin 2017

Photo : © Photo-Club de Saint-Étienne


Les créateurs du PCSE (Photo Club de Saint-Etienne) n'avaient sûrement pas 80 années d'existence en ligne de mire. Pourtant, ce sont bien 8 décennies d'images stéphanoises que sa quarantaine d'adhérents actifs nous invite à fêter ce week-end aux Ateliers MORSE (derrière la Cité du design). Du 30 juin au 2 juillet, plusieurs activités vous seront proposées : un marathon photo (3 heures pour faire des photos non retouchées sur 2 thèmes), une expo, un atelier sténopé avec le photographe professionnel Jacques Prud'Homme, une soirée swing avec la Fanfare des Lendemains, un studio photo... Le programme complet est à retrouver sur cette page. À noter que le Photo Club de Saint-Étienne (dont les locaux sont rue Raisin dans le centre-ville de Saint-Étienne) propose toute l'année des ateliers, des rencontres avec des photographes professionnels, des "sorties argentiques" ou "numériques", des sessions en studio...


Vernissage d'exposition photo

Saint-Étienne, ses métiers, ses habitants, de 1937 à nos jours
Cité du design 3 rue Javelin Pagnon Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


La fanfare des lendemains

Concert swing
Cité du design 3 rue Javelin Pagnon Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Marathon photo

Cité du design 3 rue Javelin Pagnon Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Exposition libre

Rencotre avec l'équipe du PCSE
Cité du design 3 rue Javelin Pagnon Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Retour sur un confinement stéphanois

Album photos | Eric Viou, photographe et directeur de la publication du magazine stéphanois STEMP, s'est lancé dans un projet photographique inédit pendant le confinement (...)

Nicolas Bros | Jeudi 22 octobre 2020

Retour sur un confinement stéphanois

Eric Viou, photographe et directeur de la publication du magazine stéphanois STEMP, s'est lancé dans un projet photographique inédit pendant le confinement vécu de mars à mai dernier. Immortalisé « ce qui était impensable, inimaginable, iréel, devenait réalité. La France était confinée. » Le résultat de ce travail est d'abord un livre d'art, MAM (MarsAvrilMai2020) Saint-étienne confinée, condensé de 226 photos sur 196 pages sur lesquelles viennent s'ajouter les mots de plusieurs auteurs stéphanois : Martine Goubatian, Karine Guérit, Elsa Lorente, Caroline Puig Grenetier, Chloé Radix et Gilles Rossary-Lenglet. Une épreuve dans laquelle on peut découvrir l'oeil du graphiste et photographe sur la ville qui l'aime tant tout en percevant ici et là des références multiples à Richard Long, Buren, Villeglé ou encore les Beatles. Un livre donc, mais également une exposition à L'Art Demeure & J'ai 2 Amours visible jusqu'au 14 novembre. MAM (MarsAvrilMai2020) Saint-Etienne confinée par Eric Viou [STEMP éditions] livre en vente à la Librairie de Paris ou à commander sur : stempmagazine@icloud.com Exposition jusqu'au 14 novembre

Continuer à lire

Ils la jouent collectif

Photos | Un nouveau collectif de photographes vient de voir le jour à Saint-Étienne. Ce dernier s'appelle PARALLAX et regroupe quelques unes des meilleures (...)

Nicolas Bros | Mardi 28 avril 2020

Ils la jouent collectif

Un nouveau collectif de photographes vient de voir le jour à Saint-Étienne. Ce dernier s'appelle PARALLAX et regroupe quelques unes des meilleures gachettes de Sainté. Après avoir connu un vif succès lors de leur exposition New York Wanderings l'hiver dernier sur les murs de la galerie Garnier des Arts à Saint-Étienne, Kamir Meridja, Maxime Pronchéry, Bernard Toselli et Niko Rodamel, ont décidé d'inscrire dans la durée leur collaboration. Cédric Daya, Alexandra Dinca, Jérémi Durand, Sam Meridja ont décidé de rejoindre l'aventure. « Depuis un long mois déjà, les idées foisonnent, entre le désir de faire voyager l'exposition fondatrice et l'envie de produire la prochaine, explique Niko Rodamel. Beaucoup d'images s'échangent sur le groupe WhatsApp de l'équipe. Une nouvelle habitude est même prise : chaque semaine, chacun des photographes passe en revue ses disques durs pour répondre au thème hebdomadaire. Dans un souci de partage, chaque jour un des photographes prend son tour pour publier un triptyque répondant au thème en cours, sur le

Continuer à lire

Pin-pon !

Expo photos | Le Club de la presse lance sa saison d'expos photos avec une présentation d'une quarantaine d'images réalisées par la cellule photo-vidéo des sapeurs-pompiers de la Loire.

Nicolas Bros | Jeudi 13 février 2020

Pin-pon !

« Cette année, nous lançons une saison d'expositions photos dans nos locaux en centre-ville, explique Eric Laisne, président du Club de la presse de la Loire. L'idée est de mettre en avant le travail de photographes amateurs et professionnels, en lien avec les métiers de la presse et de la communication. » Pour la première exposition, ce sont les sapeurs-pompiers photographes de la Loire qui sont mis à l'honneur avec une quarantaine de clichés proposés. Ces derniers montrent les coulisses du métier des pompiers à travers l'objectif de la cellule photo-vidéo du SDIS 42, répartis dans différentes casernes du département. Vous pouvez retrouver l'ensemble de leurs reportages photos à cette adresse. On y découvre les exercices, les entraînements et les manœuvres que sont amenés à effectuer les sapeurs-pompiers. Rappelons que le Club de la presse avait récompensé Sébastien Perrier, sapeur-pompier photographe, lors des derniers Trophées du Club de la presse de novembre 2019 avec le prix de la meilleure photo.

Continuer à lire

Lerpt de rien

Festival photo | Organisé depuis onze ans déjà par l’association Maraudeurs d’images en partenariat avec la ville de Saint-Genest-Lerpt et le club Roche Photographie, (...)

Niko Rodamel | Jeudi 2 mai 2019

Lerpt de rien

Organisé depuis onze ans déjà par l’association Maraudeurs d’images en partenariat avec la ville de Saint-Genest-Lerpt et le club Roche Photographie, Photos dans Lerpt est un festival exigeant et populaire, s’employant à mettre en lumière les regards créatifs des photographes d’aujourd’hui. Ce sont chaque année dix jours d’expositions et de rencontres qui rapprochent amateurs éclairés et professionnels dans leur passion commune pour l’image fixe. Dans la sélection officielle qui regroupe vingt-six photographes issus de toute la France, on retrouve avec plaisir le travail de l’artiste stéphanoise Claire Malen. Photographe résolument militante, Claire poursuit son engagement et sa quête photographique au plus près des femmes en lutte pour leurs droits. Avec Portraits de femmes Tunisiennes (série qui a reçu le soutien de la bourse FIACRE International de la région Rhône-Alpes en 2015), l’artiste restitue des images emplies d’humanité, à la fois poignantes et porteuses d’un vrai espoir. La plupart des expositions sont à découvrir, à l’Espace polyvalent Louis Richard de Saint-Genest-Lerpt, du 11 au 19 mai.

Continuer à lire

Ed Alcock shoote ses #Stéphanoisfiers

Expo photos | Le photographe anglais Ed Alcock possède un lien particulier avec Saint-Étienne. À travers sa série #Stéphanoisfiers, créée suite à la polémique liée à la publication en 2014 de l'article À Saint-Etienne, le centre-ville miné par la pauvreté par Le Monde, il propose des portraits de Stéphanoises et Stéphanois au cœur de leur ville. Après avoir été utilisé sur les supports de communication de la Comédie de Saint-Etienne, une expo d'une cinquantaine de photos vient d'être installée dans l'espace public pour marquer l'ouverture des nouveaux bâtiments du Centre dramatique national, créé par Jean Dasté.

Nicolas Bros | Lundi 9 octobre 2017

Ed Alcock shoote ses #Stéphanoisfiers

Vous avez peut-être vu des panneaux avec des photos étonnantes fleurir entre la place Carnot et les locaux de la nouvelle Comédie de Saint-Étienne (sise désormais entre le Fil et le Zénith). Ces clichés présentent des Stéphanoises et des Stéphanois anonymes ayant été captés par l'objectif du photographe anglais Ed Alcock, dans le cadre d'une série de 108 portraits intitulée #StéphanoisFiers. D'abord publiées dans les objets de communication du Centre dramatique national de Saint-Etienne, une cinquantaine de ces photographies viennent d'être installées dans l'espace public pour marquer l'ouverture de la nouvelle Comédie. « J'ai eu l'idée du projet #Stéphanoisfiers suite à la publication fin 2014 de l'article du journal Le Monde qui a tant fait parler de lui, explique le photographe. J'en ai longuement discuté avec Arnaud Meunier et nous avons décidé de monter ce projet pour la plaquette de la saison 2016/2017 de la Comédie. Le projet a également été commandé par l'EPASE qui s'est demandé comment utiliser ce travail. L'idée d'exposer dans l'espace public me plaisait bien car n'importe qui peut y accéder et non pas seulement les gens qui sont "branchés culture". »

Continuer à lire

Les enfants du rock

Expo photos | L’hommage du Rhino Jazz(s) à David Bowie ne s’arrêtera pas à cette chouette brochette de concerts que nous promet le festival à deux cornes. La Médiathèque Louise (...)

Niko Rodamel | Mardi 3 octobre 2017

Les enfants du rock

L’hommage du Rhino Jazz(s) à David Bowie ne s’arrêtera pas à cette chouette brochette de concerts que nous promet le festival à deux cornes. La Médiathèque Louise Labé de Saint-Chamond accueille une collection unique d’images saisies par le photographe Philippe Auliac, une exposition qui donne à voir l’univers du rock dans lequel ont baigné Bowie et ses amis. Auliac est un habile chasseur d’images, journaliste, conférencier, réalisateur et compagnon de route de Bowie. On redécouvre ici les plus grandes figures du genre, sur une quarantaine de clichés dont beaucoup sont inédits : Mick Jagger, Paul, McCartney, Iggy Pop, Lou Reed ou Bob Dylan aux côtés de l’icône aux yeux vairons. Autant de grandes gueules qui en plus d’avoir marqué de leur empreinte le paysage culturel mondial par leur génie musical, ont été aussi, pour la plupart, des catalyseurs de changement de la société, par leur implication voire leur engagement dans les mouvements qui ont agité leur époque. L’exposition de Philippe Auliac a voyagé de Milan et à Londres en passant par Paris et Marseille, c’est donc une chance de pouvoir la parcourir près chez nous. Let’s go ! Bowie & Friends de

Continuer à lire

La Comédie lance un appel aux Stéphanois

ACTUS | Après avoir photographié les ouvriers du chantier de la nouvelle Comédie de Saint-Étienne pour la campagne de communication 2015/2016 de cette dernière, le (...)

Nicolas Bros | Mercredi 13 janvier 2016

La Comédie lance un appel aux Stéphanois

Après avoir photographié les ouvriers du chantier de la nouvelle Comédie de Saint-Étienne pour la campagne de communication 2015/2016 de cette dernière, le photographe britannique Ed Alcock s'attaque ce coup-ci aux Stéphanoises et Stéphanois... En effet, La Comédie vient de lancer un appel à participation afin de sélectionner une cinquantaine de Stéphanois fiers de leur ville et souhaitant être pris en photo dans le cadre de la communication de la structure pour la saison 2016/2017. Le projet est ouvert à toutes et tous. Les conditions de participation sont les suivantes : envoyer à l'adresse mail stephanoisfiers@edalcock.com une photo de soi, ses coordonnées (nom, prénom, adresse, adresse mail et téléphone) ainsi qu'une courte présentation. Le tout est à faire parvenir avant le 24 janvier 2016.

Continuer à lire

Promenade en forêt

ARTS | Parmi les trois nouvelles expositions du Musée d'art moderne et contemporain, notre coup de cœur va au photographe coréen Bae Bien-U. Ses paysages sont tout simplement somptueux, tant sur le plan sensible que sur le plan formel. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 29 septembre 2015

Promenade en forêt

Quelles sont ces ombres longilignes qui glissent parmi la brume, ploient légèrement sous des halos de lumière, fantômes fragiles et puissants à la fois ? Ce pourrait être, au fond, des traits de peinture à la Franz Kline, des griffures d'espace pictural à la Hans Hartung ou des rythmes syncopés de plans à la Barnett Newman. Mais en l’occurrence il s'agit de troncs de pins photographiés par Bae Bien-U (né en 1950 en Corée), artiste pratiquant la photographie depuis les années 1970 et qui se concentre essentiellement sur le motif des forêts de pins depuis 1985. Notre questionnement un peu forcé, hésitant entre image vivante et peinture abstraite, correspond pourtant bel et bien à la tension présente dans les photographies (souvent de très grand format horizontal) de Bae Bien-U : une tension entre nature et abstraction, entre expérience phénoménologique et émotion esthétique plus distanciée, entre incarnation et fiction imaginaire. Pour parvenir à ces fins, le photographe distord son propre médium et déconstruit la perspective qui lui est, techniquement, inhérente : l'horizon est supprimé, le cadrage effectué à hauteur d'homme et resserré annule toute possibilité d

Continuer à lire

T’as voulu voir Berlin

ARTS | Pour sa toute nouvelle exposition, le photographe Bernard Pharabet présente une série d’images réalisées au cours de deux séjours à Berlin, en juin 2013 et mars (...)

Niko Rodamel | Jeudi 3 septembre 2015

T’as voulu voir Berlin

Pour sa toute nouvelle exposition, le photographe Bernard Pharabet présente une série d’images réalisées au cours de deux séjours à Berlin, en juin 2013 et mars 2014. Grandement imprégné de son histoire personnelle consciente ou inconsciente, familiale et professionnelle, l’artiste a ressenti une forme d’intranquillité qui s’avérera étonnement motrice pour réaliser, sélectionner puis partager les photographies de ce BERLIN on LINE. Il décortique ainsi la cité allemande en fin observateur avec une sensibilité aussi sincère que personnelle : « La ville de Berlin est un très vaste espace vert taillé de lignes qui s’entrechoquent horizontalement et verticalement dans un concert de grues et de chantiers permanents, cicatrices de l’histoire, vestiges, traces, monuments, pistes d’atterrissages sans avion, zones vierges, collines artificielles, fleuves, lacs… Des lignes interconnectées avec un réseau de communications, de métros, trains, bus, routes et pistes cyclables... Ce qui m’a frappé, non pas les restes du mur que l’on sait aujourd’hui, surmonté et franchi, mais la présence d’une vitalité instantanée dans ces fragments du quotidien qui m’ont fait prendre

Continuer à lire

La mine de Félix

ARTS | À personnage unique, exposition unique. Témoin privilégié de la révolution industrielle, le photographe Félix Thiollier a capté, entre 1891 et 1893, le paysage (...)

Nicolas Bros | Mercredi 2 septembre 2015

La mine de Félix

À personnage unique, exposition unique. Témoin privilégié de la révolution industrielle, le photographe Félix Thiollier a capté, entre 1891 et 1893, le paysage stéphanois en pleine transformation. Le résultat : près de sept cent plaques photos laissant entrevoir les profonds changements qu'a connus le "Pays Noir" à l'aube du XXème siècle. Tel un peintre, les compositions de Félix Thiollier n'apparaissent pas comme de simples photographies de paysages mais sont les images d'un territoire en mouvement et surtout de l'évolution de la vie stéphanoise. Après une première grande exposition rétrospective au Musée d'Orsay à Paris en 2013, c'est au Parc-musée de la mine, en tant que première exposition temporaire depuis l'inauguration des nouvelles salles, que cette partie singulière de l'oeuvre de cet humaniste nous est proposée de découvrir. Cette exposition nous apporte ainis une vision claire sur la place de l'humain dans l'histoire pas si lointaine d'une région minière et industrielle. Un travail incomparable qui mérite une attention toute particulière de notre part. NB Félix Thiollier, la mine, le monde Du 10 juillet 2015 au 31 ma

Continuer à lire