Créez votre tablette personnalisée chez Weiss

GUIDE URBAIN | Passer une heure dans les ateliers Weiss avec un maître chocolatier et ressortir avec sa tablette de chocolat personnalisée, c'est désormais possible grâce à l'animation proposée par le chocolatier stéphanois tous les mercredis après-midi à 14h et 16h.

La rédaction | Mardi 16 octobre 2018

Design, contemporaine et délicieuse, la tablette personnalisée Weiss est déjà culte ! Imaginée lors de la 9e Biennale internationale du design de Saint-Étienne et lauréate d'une étoile de l'Observeur du Design 2018 (prix national de design français), cette pièce de gourmandise est un produit unique chez Weiss. Tous les mercredis elle change de saveur et de couleur selon les goûts et les choix de chaque participant aux ateliers de personnalisation qui se déroulent dans les Ateliers Weiss à Saint-Étienne.

La tablette personnalisée Weiss

Une tablette qui correspond à vos goûts

Le principe de ces ateliers est très simple. Une fois votre inscription à l'atelier tablette personnalisée, il vous suffit de vous présenter directement aux Ateliers Weiss, dans la zone du Pont de l'Âne. Un Maître Chocolatier vous attendra pour vous montrer comment mettre au point votre propre recette gourmande. Après avoir choisi entre une base de chocolat noir, lait ou blanc, vous pourrez ajouter plusieurs ingrédients afin d'apporter votre touche personnelle à votre tablette. Vous repartirez avec un produit unique, fruit de votre imagination. Un joli cadeau à offrir ou à s'offrir.

Mon image

Une animation au sein des Ateliers Weiss

Cette animation originale proposée par Weiss va dans le prolongement des propositions faites aux Ateliers Weiss depuis leur ouverture en octobre 2016. Lieu vivant et accessible, c'est dans cet espace que le savoir-faire incontournable du chocolatier Weiss se découvre et se partage. Avec la visite de la Passerelle de la Chocolaterie, son espace de restauration proposant des menus élaborés par le chef Christophe Roure (Meilleur Ouvrier de France et 2 étoiles Michelin) et sa boutique, les Ateliers Weiss sont un condensé de plaisirs gourmands. En venant créer votre propre tablette personnalisée Weiss, vous faites un pas de plus dans la découverte de la passion qui anime quotidiennement les équipes de la Maison Weiss.

Mon image

Animation « Jouez au Maître Chocolatier »
Laissez place à votre imagination et réalisez vous-même votre propre tablette de chocolat personnalisée dans les Ateliers accompagné d'un Maître Chocolatier, qui vous aidera à confectionner la tablette de vos rêves !
Animation de 1h. Limitée à 10 personnes. À partir de 7 ans
Tous les mercredis après-midis à 14h et 16h
À noter que pendant les vacances scolaires, des séances supplémentaires sont proposées les vendredis, et samedis après midis

Tarifs = enfant : 15€ / adulte : 20€

Adresse : Les Ateliers Weiss 1, rue Eugène Weiss à Saint-Étienne – 06 38 30 73 58

Inscriptions et informations en ligne sur cette page web


Rappel sur la chocolaterie Weiss :

Elle est née en 1882 à Saint-Étienne. Eugène Weiss, créateur et précurseur, découvre l'Art du Praliné et de l'Assem­blage et crée le Haut Chocolat®. Labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV), la Maison Weiss s'attache aux belles matières pour produire des chocolats et des pralinés de Haute Qualité à destination de tous les consommateurs gourmands et des professionnels des métiers de bouche du monde entier. Désireuse de partager son savoir-faire artisanal d'exception, la Chocolaterie a ouvert en octobre 2016 Les Ateliers Weiss, à Saint-Étienne, un lieu vivant et accessible avec des animations, une boutique et un espace de restauration.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Y aura-t-il du (bon) chocolat à Noël ? (spoiler : oui)

Gourmandises | Crise sanitaire mondiale, afflux de rumeurs alarmistes sur la santé des cacaoyers, consommation en hausse… Aurait-on des raisons de redouter une pénurie de chocolat en cette fin 2020 ? Chez les grands chocolatiers de la région Pralus, Bonnat et Bernachon, aucune. Ouf…

Vincent Raymond | Lundi 7 décembre 2020

Y aura-t-il du (bon) chocolat à Noël ? (spoiler : oui)

Le cerveau malade ayant scénarisé l’année 2020 eût pu, en guise d’apothéose perverse et maléfique, imaginer non point la fin des haricots mais celle des fèves de cacao. Un Noël sans papillotes ni truffes, dépourvu d’orangettes, de bûches et de bouchées au chocolat ; bref, sans le divin réconfort de la théobromine, qui aurait plongé le monde dans la plus amère des afflictions. Pour ne pas dire dans un état de manque : chaque foyer hexagonal a en effet dévoré plus de 8 kg de chocolat en 2019*. Et il se peut fort qu’à la faveur des confinements, la consommation des Français ait sensiblement augmenté ces derniers mois. L’hypothèse n’avait rien de si ubuesque, car depuis quelques années, la situation de la filière est régulièrement sujette à des alertes. Premier péril annoncé, la problématique du réchauffement climatique : une hausse des températures de 2, 1°C prévue d’ici 2050 dans les pays équatoriaux fait courir un risque mortel aux cacaoyers ne pouvant se développer que

Continuer à lire

Une biennale pour la jeune création à Saint-Étienne

Art contemporain | Saint-Étienne va accueillir en juin 2020 un nouveau rendez-vous national d'art contemporain avec une biennale dédiée à la jeune création. Organisée par (...)

La rédaction | Mercredi 8 janvier 2020

Une biennale pour la jeune création à Saint-Étienne

Saint-Étienne va accueillir en juin 2020 un nouveau rendez-vous national d'art contemporain avec une biennale dédiée à la jeune création. Organisée par l'ESADSE (École supérieure d'art et de design de Saint-Étienne), le MAMC (Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole) et Art Press (revue internationale de référence dans le monde de l'art actuel), l'événement s'intitule : Après l'école : biennale Art Press des jeunes artistes. Cette première édition réunira une quarantaine d'artistes dans deux lieux, le MAMC et le Campus Manufacture, et sera financée par Saint-Étienne Métropole, l'État (via la Direction générale de la création artistique au sein du ministère de la Culture) et la région Auvergne-Rhône-Alpes. Art Press sortira à cette occasion un numéro spécial qui tiendra lieu de catalogue. Niko Rodamel & Nicolas Bros Après l'école : biennale Art Press des jeunes artistes, juin 2020 à Saint-Étienne

Continuer à lire

"L'Audition" : Partitions

ECRANS | De Ina Weisse (All.-Fr., 1h35) avec Nina Hoss, Simon Abkarian, Serafin Gilles Mishiev…

Vincent Raymond | Mardi 5 novembre 2019

Au quotidien, Anna est l’incertitude faite femme. Mais tous au Conservatoire reconnaissent sa rigueur de professeure de violon. Alors, lorsqu’elle repère Alexander en audition, on lui laisse carte blanche. Se doute-elle que le préparer aux concours va chambouler jusqu’à sa vie familiale ? En apparence cousu de fil blanc — ou plutôt de ce noir épais tissant l’étoffe des drames —, ce portrait d’une femme entre deux âges, entre deux hommes, entre deux vies et finalement entre deux enfants, captive par son habileté à déjouer les clichés. Ina Weisse ne s’abandonne jamais à la facilité, ni à une démonstrativité superflue : il suffit de quelques plans, d’une poignées de mots et de regards pour mesurer les relations troubles entre Anna et son père… et comprendre l’origine probable de son exigence disproportionnée comme de son instabilité. Mais L’Audition est aussi un film sur le désir artistique maladif et la jalousie : accordant une attention toute maternelle à Alexander — avant d’être obsessionnelle —, Anna en néglige son propre fils Jonas, violoniste lui aussi. Un fils auquel, de surcroît, elle n’enseigne pas son art. La tension psycholo

Continuer à lire

PEC signe une collaboration haute en couleur avec Weiss

GUIDE URBAIN | L’artiste street art PEC, bien connu pour ses oiseaux colorés et stylisés, les Knar, signe une collection originale pour la Maison Weiss. Au programme, un calendrier de l’Avent, des Crock’ines et deux tablettes. Une gamme complète pour colorer la fin d’année !

Article Partenaire | Lundi 6 janvier 2020

PEC signe une collaboration haute en couleur avec Weiss

On se souvient de la très belle collaboration avec les papiers-peintres stéphanois Ella & Pitr, qui ont habillé de la plus belle des manières un des murs des Ateliers Weiss en 2018. Ils avaient alors peint un géant gourmand de 506 m² librement inspiré par les traits d’Eugène Weiss, fondateur de la chocolaterie. En 2019, la Maison Weiss poursuit sur sa lancée créative en ayant convié un autre street artiste, le Lyonnais PEC, à signer une collection inédite pour la fin de l’année. Une vraie rencontre humaine entre artisans et artistes qui débouche sur une gamme unique, composée de plusieurs créations gourmandes, stylisées par l’espièglerie de PEC et toutes en édition limitée. Le premier calendrier de l’Avent chez Weiss Tout d’abord, petits et grands se réjouiront de l’arrivée du tout premier calendrier de l’Avent proposé par la chocolaterie Weiss. Intitulé « PersPective », décliné en deux graphismes, ce calendrier est un condensé de plaisirs gustatifs et ludiques. Il comporte un jeu de personnages à assembler à l’infini pour recréer des histoires en famille.

Continuer à lire

Weiss sort ses PEC

Art urbain | La marque de chocolat stéphanoise Weiss, après avoir collaboré avec les artistes stéphanois Ella & Pitr pour la réalisation d'une fresque directement sur un (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 novembre 2019

Weiss sort ses PEC

La marque de chocolat stéphanoise Weiss, après avoir collaboré avec les artistes stéphanois Ella & Pitr pour la réalisation d'une fresque directement sur un mur de la Maison Weiss (située dans le quartier du Pont de l'Âne, vers Monthieu), s'est tournée vers un autre "street artiste" régional, PEC, pour créer une nouvelle gamme de produits. Le Lyonnais connu pour ses oiseaux caractéristiques (le Knar), colorés et amusants, signe une collection « capsule régressive et un brin espiègle pour Noël 2019 » selon le communiqué de presse. Le résultat correspond à un calendrier de l'Avent "PersPectives" (le premier chez Weiss) décliné en deux graphismes, un coffret Crock'ines (langues de chat revisitées) et deux tablettes (une au pain d'épices et billes de riz soufflé au chocolat au lait et une nouvelle recette Santarem gingembre 65%). L'artiste sera présent le samedi 16 novembre dans les Ateliers Weiss pour dédicacer et échanger avec les visiteurs. PEC en dédicaces aux Ateliers Weiss, samedi 16 novembre à 10h, entrée libre

Continuer à lire

Tout est chaos…

Théâtre / Création | En adaptant Candide sur la scène de la Comédie de Saint-Etienne, Arnaud Meunier convoque une nouvelle fois un Grand Texte de la littérature française au profit d'un discours des plus contemporains.

Cerise Rochet | Mardi 1 octobre 2019

Tout est chaos…

Candide, ou l'histoire d'une désillusion. Candide, ou l’œuvre des Lumières la plus lue dans le monde, celle que l’on découvre adolescent, sur les bancs du lycée. Celle qui sert d’appui à la formation de notre esprit critique. Candide, ou le moyen choisi par Voltaire pour toucher le grand public, et pas seulement les élites de la société. Ambition partagée aujourd’hui par Arnaud Meunier, qui adapte ce mois-ci le conte philosophique sur les planches de la Comédie de Saint-Etienne. Avec ce projet de troupe - on retrouve sur scène une dizaine de comédiens - le metteur en scène invite les spectateurs à se départir de la bienséance et des bonnes mœurs, de l’ordre établi et de leurs propres croyances. Un conte plus que jamais d'actualité Un résumé, s’il en est besoin ? Candide, à qui l’on a raconté avec vigueur que le monde créé par Dieu ne peut être que parfait, va bien vite déchanter. Chassé du château du baron de Thunder-ten-tronckh, où il a été élevé, le jeune homme va découvrir la guerre, l’atrocité et la bêtise humaine, l’égoïsme des hommes. Lui aurait-on menti ? « Si c’est ici le meilleur des mondes possibles, que sont donc l

Continuer à lire

Une rentrée très gourmande chez Weiss

GUIDE URBAIN | La Maison Weiss vous réserve tout ce qu'il vous faut pour aborder la rentrée avec le sourire aux lèvres. Une gamme de tablettes de chocolat bio qui s'enrichit, de nouveaux produits gourmands et l'arrivée d'un tout nouveau bar à chocolat chaud. Qui a dit que la rentrée était rasoir ?

Article Partenaire | Mercredi 4 septembre 2019

Une rentrée très gourmande chez Weiss

La rentrée se fait sur les chapeaux de roues du côté de la Maison Weiss. Désireux d'apporter aux gourmandes et gourmands toujours le meilleur de son savoir-faire, les maîtres-chocolatiers ne dérogent pas à la règle avec l'arrivée de plusieurs petits nouveaux dans la gamme Weiss et l'ouverture en octobre d'un tout nouveau bar à chocolat chaud, au cœur des Ateliers Weiss. La gamme bio s'enrichit Depuis 137 ans, la Maison Weiss concocte intégralement ses chocolats, pralinés et confiseries dans ses ateliers de fabrication à Saint-Etienne. Elle sélectionne les meilleures matières premières et choisit des listes d’ingrédients nobles – pas de superflu, tous les chocolats sont 100% pur beurre de cacao, sans OGM, sans gluten et sans colorant artificiel – et favorise des approvisionnements de proximité. Soucieuse de travailler au plus près des producteurs, la Chocolaterie Weiss a noué des partenariats forts comme avec l’association Vietcacao au Vietnam, et a entamé un travail avec l’ONG Earthwrom pour

Continuer à lire

Un été chaud-colaté

ACTUS | L'enseigne stéphanoise Weiss prépare un été fort chocolaté ! Pour se rafraîchir en cette période estivale, elle a convié La Fabrique (...)

Antoine Desvoivre | Vendredi 5 juillet 2019

Un été chaud-colaté

L'enseigne stéphanoise Weiss prépare un été fort chocolaté ! Pour se rafraîchir en cette période estivale, elle a convié La Fabrique Givrée dans ses ateliers. Les deux maisons réitèrent cette association saisonnière pour la deuxième année consécutive (une union célébrée par la co-création de nouvelles coupes glacées). Mais les magnats du chocolat ont plus d'une tablette à leur arc ! Pour satisfaire les gourmands à l'esprit créatif, ils organisent un atelier"apprenti chocolatier". Sous la tutelle d'un professionnel, les visiteurs pourront élaborer, leur en-cas personnalisé. On n'est jamais mieux servi... Tous les mercredi à 14H et 16H au 1 rue Eugène Weiss

Continuer à lire

Faites fondre votre Maman pour la Fête des Mères

GUIDE URBAIN | La Maison Weiss vous propose de délicieux cadeaux chocolatés pour montrer à votre mère combien vous l'aimez. Avec les bisous chocolat, le pochon coeur et autres tablettes "Rouge Baiser" au packaging signé Ella & Pitr, marquez un grand coup pour la Fête des Mères 2019 !

La rédaction | Vendredi 17 mai 2019

Faites fondre votre Maman pour la Fête des Mères

Une Maman, on n'en a qu'une seule. C'est pourquoi la Fête des Mères revêt une saveur particulière du côté des Chocolats Weiss. Pour la gâter et lui montrer votre affection ce dimanche 26 mai, les chefs chocolatiers de la Maison Weiss ont concocté pour vous une sélection de produits raffinés et à la hauteur de l'événement. Donner son coeur en chocolat dans un pochon 100% made in France Parmi les dernières créations de la Maison Weiss, le Pochon Coeur fait partie des privilégiés. Issu d'une collaboration entre Weiss et l'entreprise Etna située dans l'Ain, cet écrin arbore un look très "frenchy" avec sa marinière et contient un assortiment de 3 coeurs pliés qui vont ravir les palets de vos Mamans. Au programme des gourmandises précieusement gardées : du chocolat noir 67% aux notes de fruits rouges pour la fraîcheur, du chocolat au lait fleur de sel de Guérande pour le côté gourmand et du chocolat au lait 37% doux et vanillé pour l'onctuosité. Avec ce Pochon Coeur, c'est un peu de vous que vous offrirez à votre Maman pour la Fête des Mères.

Continuer à lire

Faites le plein de moments féeriques et chocolatés

GUIDE URBAIN | Les Fêtes de fin d'année 2018 ont fière allure du côté des Ateliers Weiss. Goûter gourmand, animations spéciales mais également créations pâtissières viennent donner une touche unique à votre mois de décembre.

La rédaction | Mercredi 12 décembre 2018

Faites le plein de moments féeriques et chocolatés

La gourmandise, l'imagination et le plaisir se font une bonne place dans les Ateliers Weiss en ce mois de fêtes. Plusieurs animations se succèdent afin de vous faire profiter des douceurs chocolatées et du savoir-faire de la Maison Weiss. Un goûter gourmand et sa farandole de douceurs Dimanche 16 décembre, les Ateliers revêtissent leurs habits de fêtes pour accueillir petits et grands. Au programme, un goûter gourmand orchestré par deux chefs pâtissiers et chocolatiers de renom : Arnaud Montrobert, ancien Chef Pâtissier de la Maison Troisgros et Émilien Deygas, de la Maison Weiss. Une petite pause sucrée et un moment convivial où vous pourrez également profiter d'une formule goûter spéciale. Cette dernière se compose d'un café ou d'un thé gourmand accompagnés de 3 créations : chou rouge « baiser », tube de chocolat Li Chu 64% garni d'une crème de marron et de poire avec chips de gingembre, de poire et de patate douce sur le dessus, ainsi qu'un dim sum passion & noisette. Mais vous pourrez également choisir à la carte parmi ces gourmandises : madeleine sans gluten avec son cœur coulant au caramel, cake au chocolat et noix de coco ou encore pa

Continuer à lire

Ella & Pitr dans le chocolat

Street art | Le duo de papiers-peintres stéphanois Ella & Pitr vient de commettre une nouvelle oeuvre sur le territoire stéphanois. Cette fois-ci, c'est du côté (...)

Nicolas Bros | Mardi 4 septembre 2018

Ella & Pitr dans le chocolat

Le duo de papiers-peintres stéphanois Ella & Pitr vient de commettre une nouvelle oeuvre sur le territoire stéphanois. Cette fois-ci, c'est du côté de la zone du Pont de l'Âne, plus précisément sur les murs du chocolatier Weiss, que le couple a fait courir ses pinceaux. Le résultat est un géant gourmand de 506 m², trempant le bout de ses doigts dans le chocolat. Le personnage est librement inspiré par Eugène Weiss, fondateur de la marque en 1882. Une oeuvre visible depuis la rue et que vous pouvez admirer librement. « Nous voulions une oeuvre artistique pouvant interpeller le public et l'invister à visiter nos ateliers » précise Julie Pobel, directrice marketing & innovation de la maison Weiss. C'est à l'occasion du deuxième anniversaire des Ateliers Weiss, espace mêlant une boutique, un espace de restauration et des animations comme la création de tablettes personnalisées, que cette fresquee a été commandée au couple d'artistes stéphanois. « Cette oeuvre perpétue l'Art d'Eugène Weiss en rendant accessibles à tou

Continuer à lire

Sans péridurale

Théâtre | Avec humour et justesse, Gilles Granouillet se penche sur les berceaux d’une maternité, scène de théâtre par excellence où l’excès d’hormones hystérise les comportements.

Houda El Boudrari | Mercredi 4 avril 2018

Sans péridurale

Il n’y a pas que les bébés qui naissent dans les maternités, il y aussi des femmes qui accouchent… de leur propre histoire, des hommes qui livrent leurs doutes et leurs angoisses à la machine à café, des âmes torturées qui rôdent dans les couloirs, et la mort…jamais bien loin pour rappeler le fil ténu qui nous suspend à la vie. Ce concentré d’humanité, le dramaturge stéphanois, Gilles Granouillet, nous le livre sans fard. La palme du politiquement incorrect étant cette quadra désabusée qui refuse de mimer la mère comblée par l’arrivée d’un quatrième enfant, qui ne veut plus répondre à cette assignation sociale du bonheur de l’enfantement. Comme un déclic qui fait tomber un masque lisse, porté de longues années, d’une vie de famille où le désir s’est effacé derrière le devoir, où l’être a été noyé dans le paraître. Un désarroi bien plus profond qu’un "baby-blues" passager, subtilement communiqué par l’actrice Nathalie-Rachel Legros, qui joue aussi, sur un registre bien moins subtil, le rôle d’une "cougar" hilarante, mettant au monde le fruit de son idylle adultérine avec un jeune jockey dépassé par les événements. La scène de l’accouchement sans péridurale où la trop vieille prim

Continuer à lire

La Fête est finie : Paire et manque

ECRANS | de Marie Garel-Weiss (Fr., 1h33) avec Zita Hanrot, Clémence Boisnard, Michel Muller…

Vincent Raymond | Mercredi 28 février 2018

La Fête est finie : Paire et manque

La cure de désintox’, c’est l’ultime chance pour Sihem et Céleste, deux jeunes femmes ayant déjà trop usé (et abusé) des psychotropes. Chacune a besoin de soutien, chacune trouve dans l’autre l’appui nécessaire, surtout quand après une bêtise de trop, elle se font renvoyer du centre… Deux boiteuses peuvent-elles réapprendre marcher droit en se reposant l’une sur l’autre ? Grandement inspiré du propre parcours de la réalisatrice (qui n’en fait pas mystère) La Fête est finie semble vouloir le démontrer par l’image, en détaillant la lente expulsion de la béquille chimique, les immanquables chutes et les douleurs qu’elles provoquent. Si fête il y eut jadis, elle fut illusoire et fort brève. Par son approche réaliste, et la nature complexe du lien de dépendance mutuelle unissant les héroïnes, ce premier film rappelle à bien des égards le destin cabossé des comparses en galère dans La Vie rêvée des anges (1998), tiraillées entre phases de complicité absolue et rivalité forcenée. Marie Garel-Weiss creuse leur toxicomanie jusqu’à l’ori

Continuer à lire

Trois femmes explosives

SCENES | En incarnant sur la même scène trois femmes que tout oppose et que le destin réunit funestement dans un attentat, Rachida Brakni brouille les frontières entre les camps du Mal et du Bien. Un théâtre tout en nuances qui nous fait froid dans le dos.

Houda El Boudrari | Mercredi 4 janvier 2017

Trois femmes explosives

Un cube et trois portes. Une seule actrice pour incarner trois femmes. Et les mots de Stefano Massini qui sonnent terriblement juste pour animer ce décor spartiate et nous projeter dans la tête, dans les tripes de ces trois femmes puissantes. Eden Golan est une professeure d’histoire juive. Elle a 50 ans et fait partie des milieux de la gauche israélienne. Shirin Akhras est une étudiante à l’Université de Gaza, palestinienne. Elle a 20 ans et cherche à devenir une martyre d’AlQassam. Mina Wilkinson est une militaire américaine. Elle a 40 ans. Elle fait partie des troupes américaines qui prêtent main forte à l’armée israélienne dans les opérations anti-terroristes. Dans la peau d’une terroriste Pour incarner avec la même justesse la passion brûlante de la jeune martyre palestinienne, la conscience fissurée par la peur de l’intellectuelle israélienne, et le cynisme effaré de la GI américaine, Arnaud Meunier a choisi la fougueuse Rachida Brakni. « Une personnalité forte et une femme engagée avec laquelle je partage les mêmes convictions politiques » justifie le metteur en scène qui tenait aussi à ce que le rôle soit interprété par une actrice issue de

Continuer à lire

Le line-up final dévoilé

Gourmandises Party | Les Gourmandises Party sont un concept de soirées un peu particulier. Une succession de Djs de tous poils se retrouvent au milieu d'un ring installé au (...)

Nicolas Bros | Vendredi 23 décembre 2016

Le line-up final dévoilé

Les Gourmandises Party sont un concept de soirées un peu particulier. Une succession de Djs de tous poils se retrouvent au milieu d'un ring installé au coeur de la fosse de la salle du Fil. Le meilleur Dj Set est alors sélectionné pour se rendre en finale. Cette dernière se déroulera le 28 janvier toujours dans la salle stéphanoise. Organisées par le Bugnes Crew, ces soirées d'un genre unique ont été un franc succès et la finale ne devrait pas déroger à la règle. Le 28, en plus des six vainqueurs des différentes Gourmandises Party (Little Big Man, Mambo Chick, Evil Jesus, Captain XXI, Marek Vuiton et DRK), sont annoncés deux têtes d'affiches. Après avoir programmé entre autres The Herbaliser, Kill Emil ou encore Guts, ce seront le Barcelonais Dj K-Sets, qui comme son nom l'indique ne travaille qu'avec des bandes magnétiques, mais aussi Alo Wala, un groupe de bass music qui évoque MIA ou Die Antwoord. Tonus et survitamine assurés.

Continuer à lire

Schubert in jazz

MUSIQUES | Entre jazz, rock et Schubert, Edelweiss Quartet revisite d'une façon sensible, romantique et énergique à la fois la partition originale du compositeur (...)

Niko Rodamel | Mercredi 30 novembre 2016

Schubert in jazz

Entre jazz, rock et Schubert, Edelweiss Quartet revisite d'une façon sensible, romantique et énergique à la fois la partition originale du compositeur autrichien, que viennent entrecouper des savantes compositions des quatre jazzmen. Le quartet joue une musique qui prend son temps. Le temps d'installer un climat. Le temps de laisser s'exprimer chaque instrument, séparément puis ensemble. Le temps de faire monter la tension pour mieux la retenir, la mettre en suspension pour quelques mesures, avant de lâcher à nouveau les notes, les rythmes, les solos, toutes les couleurs de sa palette et de nous prendre aux tripes quand on s'y attend le moins. À la manière de Schubert lui-même, Thomas Koenig au sax, J.J. Burred au piano, Grégoire Carpentier à la basse et Romain Bessin à la batterie semblent cheminer de façon consentie et volontaire dans une quête d'un ailleurs sans cesse poursuivi et jamais atteint. Ils poursuivront cette exploration musicale le dimanche 11 décembre 2016 à 18h au Fil à Saint-Étienne

Continuer à lire

Jazz : notre sélection de 5 concerts

Panorama 16/17 | Lady Dee Au cœur de l’éclectique et toujours aussi riche programmation du Rhino Jazz(s) festival, arrêtons-nous sur la venue de l’immense chanteuse Dee (...)

Niko Rodamel | Mardi 6 septembre 2016

Jazz : notre sélection de 5 concerts

Lady Dee Au cœur de l’éclectique et toujours aussi riche programmation du Rhino Jazz(s) festival, arrêtons-nous sur la venue de l’immense chanteuse Dee Dee Bridgewater, à Saint-Chamond le 7 octobre. Dans la foulée de son dernier album en date (Dee Dee Feathers), la diva revient en force avec un projet qui rend hommage à la Nouvelle-Orléans, autant à la ville elle-même qu’au jazz qui lui est propre. Elle sera accompagnée sur scène par la formation du jeune trompettiste Théo Croker. Niko Rodamel Dee Dee Bridgewater, vendredi 7 octobre à 21h, salle Aristide Briand à Saint-Chamond, dans le cadre du Rhino Jazz(s) Festival Pour quelques pennies Remarquée en 2014 par le titre sorti de nulle part Suddenly, Ala.ni enfonçait le clou l’année suivante avec Cherry Blossom. Petite-nièce d'une ancienne vedette du music-hall anglais (Leslie Hutchinson), la chanteuse avait pourtant commencé par le mannequinat avant de devenir choriste puis oser graver ses propres compositions sous la houlette de Damon Albarn. L’artiste fera planer son style vocal rétro, hérité du jazz et de la comédie musicale, le 16 oct

Continuer à lire

Chocolat

ECRANS | Avec quatre réalisations en dix ans — dont trois depuis juin 2011 — on va finir par oublier que Roschdy Zem a commencé comme comédien. Il aurait intérêt à ralentir la cadence : son parcours de cinéaste ressemble à une course forcenée vers une forme de reconnaissance faisant défaut à l’acteur… Vincent Raymond

Vincent Raymond | Mercredi 3 février 2016

Chocolat

Rien de tel, pour un réalisateur désireux de s’assurer un consensus tranquille, qu’un bon vieux film-dossier des familles ou la biographie d’une victime de l’Histoire. Qu’importe le résultat artistique : il sera toujours considéré comme une entreprise morale nécessaire visant à rétablir une injustice et réduit à sa (bonne) intention de départ, si naïve qu’elle soit — on l’a vu il y a peu avec le documentaire mou du genou Demain de Cyril Dion & Mélanie Laurent, encensé pour les vérités premières qu’il énonce, malgré sa médiocrité formelle et sa construction scolaire. Chocolat est de ces hyper téléfilms néo-qualité française qui embaument la reconstitution académique et s’appuient sur une distribution comptant le ban et l’arrière-ban du cinéma, figée dans un jeu "concerné", dans l’attente de séquences tire-larmes. La bande originale de Gabriel Yared, étonnamment proche des mélodies de Georges Delerue — mais ce doit être un hasard, Yared étant plutôt connu pour ses “hommages” à John Williams — incitant fortement à l’usage du mouchoir. Un

Continuer à lire

Arbres sous toutes les couleurs

CONNAITRE | Né en décembre 2014, le projet Auprès de nos arbres, s'inspire du yarn bombing (ou tricot graffiti ou tricot urbain) qui s'est développé aux États-Unis à partir de (...)

Nicolas Bros | Jeudi 12 novembre 2015

Arbres sous toutes les couleurs

Né en décembre 2014, le projet Auprès de nos arbres, s'inspire du yarn bombing (ou tricot graffiti ou tricot urbain) qui s'est développé aux États-Unis à partir de 2005. L'idée de cette opération lancée par plusieurs personnalités et structures stéphanoises (telles l'association Tatout Juste ou l'artiste Florence Bruyas) est de décorer les arbres qui jalonnent les rues et parcs de Saint-Étienne. C'est donc pour cela que vous apercevrez aujourd'hui et jusqu'à la fin du mois plus de 65 lieux à travers la ville où les arbres (retrouvez la carte des arbres décorés ici) sont décorés de tricots, de dentelles, ou d'autres matériaux récupérés. "L'idée de ce projet est de transmettre la passion des arbres et de reconnecter les gens à la nature à travers un travail textile sur les arbres" explique Laure Dieulouard, coordinatrice du projet ainsi que du festival Curieux Voyageurs et du salon Tatou Juste (dont la dixième édition se déroulera les 28 et 29 novembre prochains avec pour thématique Nature dans la ville). Ayant nécessité près de sept

Continuer à lire

Ghislaine Ducerf : «Enchanter notre public»

SCENES | Surplombant la scène du Théâtre Libre, un atelier de 300m², abritant près de dix mille costumes et accessoires de toutes époques, enrichit depuis 1999 pièces de théâtre, films et spectacles. Pour ce deuxième portrait de l'"Envers du décor" des métiers du spectacle, rencontre avec la chef costumière et créatrice de ce lieu unique, Ghislaine Ducerf. Propos recueillis par Marlène Thomas.

Marlène Thomas | Vendredi 17 juillet 2015

Ghislaine Ducerf : «Enchanter notre public»

Quel parcours professionnel avez-vous suivi ? Ghislaine Ducerf : J’ai un parcours d’autodidacte qui a commencé en 1979 à Paris. C’est par le fait d'un pur hasard que j’ai rencontré le costume. J’étais très attirée par l’art théâtral et par chance, j’ai intégré l'équipe d'un théâtre en tant que costumière. Depuis, je n’ai jamais arrêté. Je vivais dans un milieu qui ne me prédestinait pas à connaître ce monde-là. J’ai eu la chance de rencontrer Jean Dasté lorsque j’étais jeune fille, cela a été un émerveillement absolu. En 1998, avec Maurice Galland, nous avons créé le Théâtre Libre pour redonner ce que nous avons nous-mêmes reçu, avec la même exigence. Avant cela, nous étions à Paris où je travaillais ponctuellement pour des créations, aussi bien pour Aix-en-Provence, que pour l’Opéra ou des théâtres parisiens comme celui du Campagnol. En 1999, j’ai fondé cet atelier permanent avec le Théâtre Libre. Trois personnes travaillent avec moi, dont deux à temps plein. Quelles sont vos différentes missions ? Avec qui travaillez-vous ? Mon travail principal est de me mettre à la disposition d’un metteur en scène et de réaliser les

Continuer à lire

Salade de fruit jolie, jolie

ARTS | Le marché de la création est un vent frais à l’initiative de l'association des habitants de Jacquard Préfecture qui affichent leur ambition de créer un véritable (...)

Marlène Thomas | Mercredi 25 avril 2012

Salade de fruit jolie, jolie

Le marché de la création est un vent frais à l’initiative de l'association des habitants de Jacquard Préfecture qui affichent leur ambition de créer un véritable lieu de rencontre et de partage. Suite à son inauguration au mois de décembre, et après avoir fait peau neuve grâce aux travaux engagés d'après les recherches de l'Epase (l’Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne), la Place Jacquard s'animera autour des créateurs. Pour cette première année de manifestation, l'association, relai indispensable à la poursuite de la restauration de l'espace public, organise l'exposition d'œuvres d'amateurs comme de professionnels, une manière d'ouvrir un bel espace d'échange entre le public et les artistes ou artisans. Ils seront peintres, sculpteurs, céramistes, modistes, créateurs de bijoux, de vêtements… Nous retrouveront entre-autres Créa textile, les idées d'Hélène dont le concept réside dans l'animation et l'aménagement d'espaces d'air de jeux éphémères pour enfants, les Bijoux fantaisies d'Elisabeth Rochette, la présence illusioniste de bébé réalistes, ou la gamme d'accessoires de mode très colorés de Makondo 100% faits main. L'Amicale laique de Chapelon préc

Continuer à lire

Notre-Dame du Questionnement

MUSIQUES | Daniel Kawka nous invite le 22 mai à 20h30 à fêter les vingt printemps de l’Ensemble Orchestral Contemporain. L’occasion pour cette phalange et son chef résolument proactif, de donner quatre créations mondiales dans un lieu de questionnements architecturaux, acoustiques, philosophiques et spirituels : l’église Saint-Pierre de Firminy. ALAIN KOENIG

Alain Koenig | Vendredi 20 avril 2012

Notre-Dame du Questionnement

Il en est des églises comme des êtres humains, certaines enchantent le monde, d’autres le dominent. L’église Saint Pierre de Firminy, quant à elle “déroute“, au sens littéral. Elle contraint à prendre la tangente, à nous détourner de la voie tracée, à reconsidérer le cercle, le carré, la verticalité, la résonance, le cosmos. De son «toit télescope», on rejoint les étoiles. Bien qu’autoproclamé athée, Le Corbusier semble vouloir nous inviter à goûter une spiritualité où l’infiniment grand rejoint l’infiniment petit, où la lumière rejoint les ténèbres, où la vibration sonore s’élève vers la constellation d’Orion. Merveilleux héritage architectural, symbolique et assurément spirituel d’un homme qui aura toute sa vie questionné la société, la place de l’homme sur la terre, de la pierre, du béton, de la cité, du bonheur…de l’ordre ?  On pourrait imaginer que le “Grand Saint-Étienne“, doté d’un édifice aussi emblématique, en ferait la “pierre angulaire“ de sa politique culturelle… Daniel Kawka, dans notre numéro de mars, s’autorisait à rêver à haute voix de projets fédérateurs et structurants, dans cet espace Le Corbusier, hautement chargé de symbolisme, doté d’une propensio

Continuer à lire