Une rentrée très gourmande chez Weiss

GUIDE URBAIN | La Maison Weiss vous réserve tout ce qu'il vous faut pour aborder la rentrée avec le sourire aux lèvres. Une gamme de tablettes de chocolat bio qui s'enrichit, de nouveaux produits gourmands et l'arrivée d'un tout nouveau bar à chocolat chaud. Qui a dit que la rentrée était rasoir ?

Article Partenaire | Mercredi 4 septembre 2019

La rentrée se fait sur les chapeaux de roues du côté de la Maison Weiss. Désireux d'apporter aux gourmandes et gourmands toujours le meilleur de son savoir-faire, les maîtres-chocolatiers ne dérogent pas à la règle avec l'arrivée de plusieurs petits nouveaux dans la gamme Weiss et l'ouverture en octobre d'un tout nouveau bar à chocolat chaud, au cœur des Ateliers Weiss.

La gamme bio s'enrichit

Image

Depuis 137 ans, la Maison Weiss concocte intégralement ses chocolats, pralinés et confiseries dans ses ateliers de fabrication à Saint-Etienne. Elle sélectionne les meilleures matières premières et choisit des listes d'ingrédients nobles pas de superflu, tous les chocolats sont 100% pur beurre de cacao, sans OGM, sans gluten et sans colorant artificiel et favorise des approvisionnements de proximité.

Soucieuse de travailler au plus près des producteurs, la Chocolaterie Weiss a noué des partenariats forts comme avec l'association Vietcacao au Vietnam, et a entamé un travail avec l'ONG Earthwrom pour améliorer la traçabilité de ses approvisionnements cacao.

Ces engagements se concrétisent notamment avec la tablette Ceïba 64% (chocolat noir pure origine République Dominicaine, bio et certifiée Fairtrade – Max Havelaar) lancée en 2011. Ce sont aujourd'hui deux nouvelles tablettes qui viennent s'ajouter à Ceïba 64%.

Les amateurs de chocolat au lait se réjouiront de l'apparition de Ceïba 42%. Ce chocolat au lait peu sucré, aux notes torréfiées, proche du café grillé, offre une belle longueur en bouche. Il doit son caractère aux fèves à partir duquel il a été élaboré. Des fèves de République Dominicaine collectées, fermentées et séchées par la coopérative locale Conacado.

Pour les papilles préférant le chocolat blanc, la tablette bio Ceïba 33% répondra à leurs attentes. Rondeur et crémeux, notes douces de confiture de lait et couleur légèrement dorée grâce au sucre roux... voilà le cocktail de saveurs réservé par ce chocolat blanc unique.

Une toute nouvelle recette pour les gourmands

La rentrée 2019 voit aussi l'arrivée d'une petite nouvelle : Oryola 30%. Né de l'assemblage des savoir-faire Weiss pralinier & chocolatier, ce nouveau chocolat blanc aux douces notes de noisettes et à la jolie couleur dorée fera le plaisir des petits et des grands gourmands. Décliné en tablette gourmande, associé à une délicieuse et exotique noix de coco râpée et à de croustillants éclats de pistache !

Image

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Y aura-t-il du (bon) chocolat à Noël ? (spoiler : oui)

Gourmandises | Crise sanitaire mondiale, afflux de rumeurs alarmistes sur la santé des cacaoyers, consommation en hausse… Aurait-on des raisons de redouter une pénurie de chocolat en cette fin 2020 ? Chez les grands chocolatiers de la région Pralus, Bonnat et Bernachon, aucune. Ouf…

Vincent Raymond | Lundi 7 décembre 2020

Y aura-t-il du (bon) chocolat à Noël ? (spoiler : oui)

Le cerveau malade ayant scénarisé l’année 2020 eût pu, en guise d’apothéose perverse et maléfique, imaginer non point la fin des haricots mais celle des fèves de cacao. Un Noël sans papillotes ni truffes, dépourvu d’orangettes, de bûches et de bouchées au chocolat ; bref, sans le divin réconfort de la théobromine, qui aurait plongé le monde dans la plus amère des afflictions. Pour ne pas dire dans un état de manque : chaque foyer hexagonal a en effet dévoré plus de 8 kg de chocolat en 2019*. Et il se peut fort qu’à la faveur des confinements, la consommation des Français ait sensiblement augmenté ces derniers mois. L’hypothèse n’avait rien de si ubuesque, car depuis quelques années, la situation de la filière est régulièrement sujette à des alertes. Premier péril annoncé, la problématique du réchauffement climatique : une hausse des températures de 2, 1°C prévue d’ici 2050 dans les pays équatoriaux fait courir un risque mortel aux cacaoyers ne pouvant se développer que

Continuer à lire

Bla bla bla

MUSIQUES | « L'éloquence est la source des richesses » dit le proverbe. Il semblerait que l'équipe du Fil à Saint-Étienne a bien compris cette maxime avec son (...)

Nicolas Bros | Mercredi 28 octobre 2020

Bla bla bla

« L'éloquence est la source des richesses » dit le proverbe. Il semblerait que l'équipe du Fil à Saint-Étienne a bien compris cette maxime avec son projet Baratin. Ce concours d'éloquence possède un caractère unique notamment grâce à deux caractéristiques saillantes. Tout d'abord son côté intergénérationnel mais aussi interculturel. Réunissant diverses structures (Centre social LOISO, Cré’Actifs, L’Horizon, Centre social La Rivière, Lycée Claude Lebois, Sauvegarde42, Sciences Porateur et bien entendu Le Fil), Baratin propose un travail pour les candidats accompagné par des artistes associés et des intervenants professionnels extérieurs afin de peaufiner l'art oratoire. « Outre la rencontre et la compréhension entre les générations, le projet vise également à favoriser l’accès à la culture que ce soit par l’écrit ou l’oral, précise Le Fil. Il s’agit aussi de valoriser la parole des habitants du territoire qui s’exprimeront autour de thèmes liés à leur quotidien. » La préparation se termine par 3 journées de répétition sur scène dans les conditions du concours qui mènent au concours en lui-même. La deuxième édition a débuté en févrie

Continuer à lire

Poke moi

Bar à salades | Le Youmi's a ouvert ses portes durant l'été du côté de la place Fourneyron. Ce nouveau bar à salades propose notamment des poke bowls, ces saladiers où se mélangent au choix crudités avec riz, quinoa ou viandes. Tour d'horizon de cette nouvelle adresse.

Nicolas Bros | Mercredi 9 septembre 2020

Poke moi

C'est un nouveau concept qui a ouvert ses portes en juillet du côté de la place Fourneyron à Saint-Étienne. Le Youmi's est un bar à salades qui propose des poke bowl - dérivés des pokes traditionnels hawaïens - où l'on retrouve des crudités, avec une base quinoa, salade ou riz sur laquelle viennent se déposer différents "toppings" pour viandards, végétariens ou végans selon les goûts. « Tout est fait maison, assure Kevin Dedieu, l'un des associés derrière ce nouveau projet. L'idée était de proposer une alternative aux Stéphanois pour un déjeuner rapide et sain, différent des kebabs, sandwichs ou de l'offre de supermarché. Nous militons pour que les gens changent leur mode de consommation. » Avec ses deux autres associés, Kevin a décidé de sourcer différemment ses produits bruts et de proposer des ingrédients issus de fournisseurs locaux. « Tous nos fruits et légumes proviennent par exemple de primeurs du coin, nous proposons aussi des packagings biodégradables et nous essayons de favoriser la récupération d'énergie. » Huit bowls différents à la carte Côté carte, on retrouve d'un côté huit recettes de bowls, cinq club sandwichs et

Continuer à lire

Bach to basics...

MUSIQUES | Après quelques tâtonnements, le festival Baroque en Forez revient en force, en puisant à la source de son ADN. Qui d'autre que le grand Jean-Sébastien pouvait (...)

Alain Koenig | Mercredi 9 septembre 2020

Bach to basics...

Après quelques tâtonnements, le festival Baroque en Forez revient en force, en puisant à la source de son ADN. Qui d'autre que le grand Jean-Sébastien pouvait venir en aide aux programmateurs de ce délicieux festival d'altitude ? En gage d'éternelle reconnaissance, Florent Mayet collectionnera les pépites, grand public (Passion selon Saint-Jean le 11 octobre ou Suites pour violoncelle par Emmanuelle Bertrand le 10 octobre à Saint-Bonnet-le-Château), ou plus intimes, dépouillées (Variations Goldberg le 5 octobre à Marols, Sonates pour violon et continuo le 5 octobre à Périgneux, Fantaisies et Partitas le 7 octobre à Margerie-Chantagret). L'érudition se mettra au service et à la portée d'un public toujours plus avide de sens, avec les interventions du très compétent et sympathique Julien Garde. Soli Deo Gloria... Festival Baroque en Forez, du 3 au 11 octobre dans divers lieux du Forez (Monbrison, Saint-Bonnet-le-Château) Plus d'infos sur www.baroque-en-forez.fr

Continuer à lire

Éric Barbier - Gaël Faye : « Le film est une autre façon d’écrire l’histoire »

Petit Pays | L’auteur du roman "Petit Pays" (Prix Goncourt des lycéens 2016) et le cinéaste qui l’a porté à l’écran conversent autour de l’adaptation et du ressenti d’une œuvre résonant avec l’Histoire… En sélection au festival d’Angoulême.

Vincent Raymond | Jeudi 3 septembre 2020

Éric Barbier - Gaël Faye : « Le film est une autre façon d’écrire l’histoire »

Avez-vous eu peur quand vous avez appris qu’on allait adapter votre roman ? Gaël Faye : Non, parce que c’est arrivé graduellement. La première fois où l’on m’a dit : « tiens, il y a producteur ou un réalisateur qui veut te rencontrer », je me suis dit « ah bon, tiens, mon roman plaît ». Ma plus grande crainte était de ne pas trouver la bonne personne. Ce que j’ai bien aimé, chez Éric [Barbier], c’est son côté beautiful looser : je lui ai demandé ce que je pouvais regarder après La Promesse de l’aube que j’avais vu en montage, et il m’a dit : « Non, ne regarde rien : je n’ai jamais réussi à faire vraiment ce que je voulais. » J’ai trouvé ça très honnête, intéressant, et donc du coup j’ai tout regardé. Il était la bonne personne, parce qu’il y avait déjà la claque que m’avait mis La Promesse : j’avais trouvé le jeu de Charlotte Gainsbourg époustouflant — il l’avait emmenée dans un registre que je n’attendais pas du tout. Et puis il y avait lien avec l’e

Continuer à lire

Marjane Satrapi : « L’art est une recherche de la vérité à travers le prisme de la beauté »

Radioactive | On ne peut s’empêcher de voir des similitudes entre la figure de Marie Curie et celle de Marjane Satrapi. La cinéaste bouscule l’image d’Épinal en signant un portrait non pas de la seule scientifique, mais également du rayonnement de ses découvertes. Entretien exclusif.

Vincent Raymond | Lundi 22 juin 2020

Marjane Satrapi : « L’art est une recherche de la vérité à travers le prisme de la beauté »

À l’instar de Flaubert parlant de Madame Bovary, pouvez vous dire que cette Madame Curie, c’est un peu vous ? Marjane Satrapi : C’est un génie auquel je ne peux me comparer, mais que je comprends très bien. On est arrivées à Paris au même âge pour pouvoir réaliser ce que l’on ne pouvait pas faire chez nous, je comprends donc sa difficulté d’être une immigrée parlant français avant de venir en France. Comme elle, aussi je ne cherche pas à plaire à tout le monde — je m’en fous, en fait. J’apprécie tout particulièrement ça chez elle, et le fait qu’elle ne soit pas quelqu’un de parfait. Je n’ai pas voulu en faire une héroïne, c’est-à-dire l’image parfaite de la femme merveilleuse, parce qu’elle n’était pas toujours commode. C’était un être humain avec ses imperfections ! Au-delà de l’album de Lauren Redniss, comment avez-vous déterminé ses contours ? Il y avait évidemment les biographies, les historiens, mais chacun donne son interprétation de l’histoire. Pour moi, on a la perception la plus corre

Continuer à lire

"Radioactive" : Brillante fusion

ECRANS | Evocation indirecte des lois de l’attraction et du magnétisme, "Radioactive" dépeint simultanément les atomes crochus entre Pierre et Marie Curie ainsi que les propriétés de ceux qu’ils mirent en évidence. De la science, des frictions et le regard de Marjane Satrapi.

Vincent Raymond | Mercredi 4 mars 2020

Paris, aube du XXe siècle. Jeunes scientifiques assoiffés de savoir, Marie Skłodowska et Pierre Curie s’allient au labo comme à la ville pour percer le mystère de la radioactivité. De cette union naîtront, outre deux enfants, d’inestimables découvertes, des Prix Nobel, ainsi qu’une certaine jalousie teintée de haine xénophobe et machiste, Marie étant polonaise… Aux premières images de Radioactive montrant Madame Curie au soir de sa vie s’effondrant et se remémorer son existence par flash-back façon Les Choses de la vie, on s’inquiète un peu. Marjane Satrapi aurait-elle succombé à cette facilité du biopic hagiographique, ces chromos animés surglorifiant des célébrités ? Heureusement, non : la Madame Curie dont elle tire ici le portrait en s’inspirant du roman graphique de Lauren Redniss va se révéler bien différente des images déjà connues : moins fofolle que celle vue par Jean-Noël Fenwick (Les Palmes de M. Schutz), plus nuancée que la Femme honorable de François Giroud ; bref, complexe et vivante, loin de la statufication. Têtue e

Continuer à lire

Jean-Claude Tavaud : Ness sort de son Bul

Portrait | Figure emblématique des nuits stéphanoises, il est sans doute davantage connu sous le surnom Ness du Bul, barman pendant près de trois décennies dans la plus ancienne boîte de nuit de la ville, aujourd'hui en vente. Désormais retiré des affaires, l'homme a retrouvé le grand air de la Haute-Loire. Rencontre.

Niko Rodamel | Mercredi 4 mars 2020

Jean-Claude Tavaud : Ness sort de son Bul

Jean-Claude nous reçoit à 14h dans son petit appartement douillet du centre de Monistrol-sur-Loire, rue de l'Evêché, à quelques mètres de l'église. Mais on le sait bien, l'adresse ne fait le moine ! Le café est prêt, la tarte aux pommes est servie... Avant de devenir barman, Jean-Claude avait d'abord travaillé en usine, à Saint-Étienne. Pendant sept ans il trime chez Calor, entre la mécanique générale et le service contrôle. Lorsque l'unité de production ferme ses portes, un ami lui propose de travailler au bar Le Kiosque, place Jean-Jaurès, où il restera trois ans. « Lorsque le patron a vendu la boutique, j'ai fait un essai à Paris mais le stress de la capitale c'était pas pour moi : quand tu es né sous le cul des vaches, c'est difficile d'en sortir ! » Le jeune homme part alors faire une saison à Sainte-Maxime, assurant le bar, le service et l'animation dans un village de vacances appartenant à la société Kodak. Après une expérience décevante à La Plagne, Ness retrouve la cité stéphanoise, évolue un temps au Nota Bene, puis enchaîne les boulots ici ou là. « J'ai assuré quelques remplacements dans des discothèques, jusqu'à ce que Franck et Gérard, les patr

Continuer à lire

Le premier beergarden stéphanois ouvre ses portes

Bar/Resto à bières | Ca va mousser place Jean-Jaurès ! Avec l'ouverture en avril du Beer Garden, en lieu et place du restaurant Chez Colette, Grégory Descot et Guillaume Tardy poursuivent leur investissement à Saint-Étienne en ouvrant le premier resto/bar hybride proposant des bières artisanales (craft beers) exclusivement françaises et locales mais également une cuisine "brassonomique".

Nicolas Bros | Vendredi 7 février 2020

Le premier beergarden stéphanois ouvre ses portes

Inspiré des Biergärten allemands, le Beer Garden a ouvert ses portes en lieu et place du restaurant Chez Colette. Les clients de ce nouvel établissement, lancé par Grégory Descot et Guillaume Tardy, trouveront de la bière artisanale française et locale avec 13 à 17 becs pression, mais également de la cuisine "brassonomique". « L’idée qui se cache dans ce nouveau concept c’est de créer un resto de forme hybride, expliquent les deux entrepreneurs, déjà à la tête du Slag Heaps, de Geek & Beers et du Hop Square, premier bar stéphanois 100% bières artisanales. Les clients pourront profiter d’une offre de restauration traditionnelle le midi et le soir découvrir un resto et un bar à bières en même temps. » Avec un investissement de 350 000 €, ce nouveau lieu de vie peut accueillir 110 couverts et 90 personnes en extérieur, sur une terrasse équipée d'un cabanon. Tournée générale de craft beer Avec la volonté farouche d'investir dans le centre-ville de Saint-Étienne, les deux amis d'enfance poursuivent leur aventure entrepre

Continuer à lire

"Tu mourras à 20 ans" : La vie et rien d’autre

ECRANS | De Amjad Abu Alala (Sou.-Fr.-Ég.-All.-Nor.-Qa., 1h45) avec Mustafa Shehata, Islam Mubarak, Mahmoud Elsaraj…

Vincent Raymond | Mercredi 12 février 2020

Soudan. Alors que se tient devant l’ensemble du village une cérémonie célébrant la naissance de Muzamil, le chef religieux prophétise que l’enfant succombera à 20 ans. Consterné, le père s’enfuit travailler à l’étranger et la mère élève Muzamil dans cette unique perspective funeste… Régulièrement dépeint sur nos écrans, le déterminisme social minant l’Occident possède un double maléfique dans les pays où la tradition/l’obscurantisme/la religion (rayez la mention inutile) fait sa loi. Cette fable moderne l’illustre, qui fait froid dans le dos par sa gravité réaliste. Et serre le cœur, à moins d’être totalement dépourvu d’empathie. Car Amjad Abu Alala montre les effets pervers de la malédiction inaugurale : un conditionnement généralisé biaisant toute destinée. Ainsi, sa mère porte le deuil de Muzamil dès le jour de sa naissance et lui interdit quasiment tout contact avec l’extérieur (incitant de fait les autres enfants à l’affubler du charmant sobriquet de Fils-de-la-Mort), ne lui laissant pour seules occupation que la fréquentation de l’école coranique où il pourra enfin bénéficier d’une attention positive après avoir appris par cœur tous les textes sacrés.

Continuer à lire

Arménie

Sono mondiale | Durablement installée dans le paysage culturel hexagonal et international, la compagnie Canticum Novum joue conjointement plusieurs de ses (...)

Niko Rodamel | Mercredi 5 février 2020

Arménie

Durablement installée dans le paysage culturel hexagonal et international, la compagnie Canticum Novum joue conjointement plusieurs de ses programmes, faisant ainsi fructifier un important travail de création sans cesse renouvelé. En ce début d'année 2020, la compagnie du chanteur Emmanuel Bardon s'apprête notamment à donner un grand nombre de représentations jeune public de Tapanak, son extraordinaire épopée musicale et imagée faisant appel, une fois n'est pas coutume, à la vidéo. Pour les plus grands, l'occasion est donnée de (re)découvrir Ararat, programme qui propose de renouer le dialogue interculturel entre la France et l'Arménie du XIIIè siècle. Au programme : musiques religieuses et mélodies populaires des deux pays, odes liturgiques, danses de cour et chants d'exil, autant de pièces qui toutes évoquent la paix et le respect de l’autre. Le chant fusionne par magie avec les instruments traditionnels, nyckelharpa, kamânsheh, kanun, oud, duduk et autres percussions. Ararat s'inscrit au cœur des musiques anciennes dans la mission fondatrice que s'est donné Canticum Novum : tisser des liens entre la musique d'Europe occidentale et le répertoire du b

Continuer à lire

Singulièrement plurielle

RDV | La Biennale des Arts Singuliers et Innovants is coming back, élargissant son territoire avec trente lieux emblématiques ou surprenants. Parmi les (...)

Niko Rodamel | Mercredi 5 février 2020

Singulièrement plurielle

La Biennale des Arts Singuliers et Innovants is coming back, élargissant son territoire avec trente lieux emblématiques ou surprenants. Parmi les quatre-vingt-dix univers à explorer, découvrez le Baron Toto Pissaco ou encore les Semeurs de Rêves, collectif d’artistes de réputation nationale spécialement invité pour cette 7ème édition franchement prometteuse. Biennale des Arts Singuliers et Innovants, du 21 février au 21 mars, à Saint-Étienne, Rochetaillée, Firminy, La Ricamarie, Saint-Priest-en-Jarez et Saint-Paul-en-Cornillon

Continuer à lire

Merveilles à Montfermeil : Corbeille et somme

ECRANS | De et avec Jeanne Balibar (Fr., 1h49) avec également Emmanuelle Béart, Ramzy Bedia…

Vincent Raymond | Mardi 14 janvier 2020

Merveilles à Montfermeil : Corbeille et somme

Fraîchement séparés, Joëlle et Kamel se côtoient tous les jours au sein de l’équipe la Maire de Montfermeil, une illuminée rêvant, entre autres excentricités années 1980, d’implanter une école de langues démesurée dans cette cité de banlieue. Cela n’arrangera pas leurs relations… Intrigante et prometteuse, la séquence d’ouverture montrant le couple Balibar/Bedia se disputant en arabe devant une juge des divorces abasourdie aurait pu — dû ? — constituer l’alpha et l’oméga de cette pseudo comédie politique, mais authentique catastrophe artisanale. Première réalisation solo de la comédienne-chanteuse intello (récemment enrubannée d’un hochet républicain, dans la même promotion que le patron de BlackRock), ce “machin“ a faux sur toute la ligne. La forme, tout d’abord : écrit et joué en dépit du bon sens, il offre à une troupe de bobos hors sol vêtu arty sexy l’occasion de glapir du cri primal dans un simulacre pathétique de Rendez-vous en terre inconnue. Le fond, ensuite. Prêchant

Continuer à lire

Kora corps

Sono mondiale | Selon la légende, la première kora fut l'instrument d'une femme-génie qui squattaient les grottes de Missirikoro, charmant petit patelin du sud (...)

Niko Rodamel | Mercredi 8 janvier 2020

Kora corps

Selon la légende, la première kora fut l'instrument d'une femme-génie qui squattaient les grottes de Missirikoro, charmant petit patelin du sud Mali. Mais un grand chef de guerre eut l'idée saugrenue de lui subtiliser l'objet magique pour la refourguer à un griot qui lui-même l'a transmise à sa descendance. Depuis, si les cavités gréseuses de Missirikoro sont devenues un lieu de culte où se recueillent musulmans, animistes et chauve-souris, la kora et ses répliques n'ont jamais cessé de traverser les âges, passant de mains en mains, mais toujours de père en fils, parce qu'autant de cordes (de ving et une à trente-deux suivant les modèles) à jouer avec seulement quelques doigts, ça rigole pas, c'est une affaire d'hommes, pas touche minouche ! Autant dire que dans cette tradition masculine qui perdure depuis sept siècles, Sona Jobarteh fait figure de pionnière avec son statut de première femme virtuose derrière un instrument jusqu'ici dominé par les gars. Originaire de Gambie où la culture mandingue est reine et issue d'une famille de griots, son talent d'instrumentiste, de chanteuse, de compositrice mais aussi de conférencière fait désormais l'unanimité sur la scène i

Continuer à lire

Un bar à chats va ouvrir à Saint-Étienne

Insolite | C'est une mode très répandue mais qui n'avait pas encore touché Saint-Étienne. La cité ligérienne va bientôt posséder son propre bar à chats : La Patte de Velours, qui (...)

Nicolas Bros | Mardi 19 novembre 2019

Un bar à chats va ouvrir à Saint-Étienne

C'est une mode très répandue mais qui n'avait pas encore touché Saint-Étienne. La cité ligérienne va bientôt posséder son propre bar à chats : La Patte de Velours, qui ouvre ses portes mercredi 4 mars 2020 au 7 rue de la république à Saint-Étienne. « Un bar à chats suit le principe d'un salon de thé classique mais avec la possibilité de venir caresser des chats, exclusivement des femelles, dans un cadre chaleureux et cosy, explique Bénédicte Marabita, instigatrice du projet. Il y aura entre 6 et 8 chats "référents" dans le bar afin qu'il y ait tout le temps des chats à venir caresser. Mais on pourra également faire connaissance avec des chatons, des chats européens et même en adopter. » Ce dernier point est particulièrement important pour la gérante qui a passé un partenariat avec une association-refuge, Lou Chi & Co à Périgneux, qui laissera dans le bar des chats cherchant une nouvelle famille d'adoption. L'occasion de lier l'utile à l'agréable ! La Patte de Velours, 7 rue de la république à Saint-Étienne Ouverture mercredi 4 mars 2020 à 11h30 Plus d'infos sur

Continuer à lire

"L'Audition" : Partitions

ECRANS | De Ina Weisse (All.-Fr., 1h35) avec Nina Hoss, Simon Abkarian, Serafin Gilles Mishiev…

Vincent Raymond | Mardi 5 novembre 2019

Au quotidien, Anna est l’incertitude faite femme. Mais tous au Conservatoire reconnaissent sa rigueur de professeure de violon. Alors, lorsqu’elle repère Alexander en audition, on lui laisse carte blanche. Se doute-elle que le préparer aux concours va chambouler jusqu’à sa vie familiale ? En apparence cousu de fil blanc — ou plutôt de ce noir épais tissant l’étoffe des drames —, ce portrait d’une femme entre deux âges, entre deux hommes, entre deux vies et finalement entre deux enfants, captive par son habileté à déjouer les clichés. Ina Weisse ne s’abandonne jamais à la facilité, ni à une démonstrativité superflue : il suffit de quelques plans, d’une poignées de mots et de regards pour mesurer les relations troubles entre Anna et son père… et comprendre l’origine probable de son exigence disproportionnée comme de son instabilité. Mais L’Audition est aussi un film sur le désir artistique maladif et la jalousie : accordant une attention toute maternelle à Alexander — avant d’être obsessionnelle —, Anna en néglige son propre fils Jonas, violoniste lui aussi. Un fils auquel, de surcroît, elle n’enseigne pas son art. La tension psycholo

Continuer à lire

PEC signe une collaboration haute en couleur avec Weiss

GUIDE URBAIN | L’artiste street art PEC, bien connu pour ses oiseaux colorés et stylisés, les Knar, signe une collection originale pour la Maison Weiss. Au programme, un calendrier de l’Avent, des Crock’ines et deux tablettes. Une gamme complète pour colorer la fin d’année !

Article Partenaire | Lundi 6 janvier 2020

PEC signe une collaboration haute en couleur avec Weiss

On se souvient de la très belle collaboration avec les papiers-peintres stéphanois Ella & Pitr, qui ont habillé de la plus belle des manières un des murs des Ateliers Weiss en 2018. Ils avaient alors peint un géant gourmand de 506 m² librement inspiré par les traits d’Eugène Weiss, fondateur de la chocolaterie. En 2019, la Maison Weiss poursuit sur sa lancée créative en ayant convié un autre street artiste, le Lyonnais PEC, à signer une collection inédite pour la fin de l’année. Une vraie rencontre humaine entre artisans et artistes qui débouche sur une gamme unique, composée de plusieurs créations gourmandes, stylisées par l’espièglerie de PEC et toutes en édition limitée. Le premier calendrier de l’Avent chez Weiss Tout d’abord, petits et grands se réjouiront de l’arrivée du tout premier calendrier de l’Avent proposé par la chocolaterie Weiss. Intitulé « PersPective », décliné en deux graphismes, ce calendrier est un condensé de plaisirs gustatifs et ludiques. Il comporte un jeu de personnages à assembler à l’infini pour recréer des histoires en famille.

Continuer à lire

Weiss sort ses PEC

Art urbain | La marque de chocolat stéphanoise Weiss, après avoir collaboré avec les artistes stéphanois Ella & Pitr pour la réalisation d'une fresque directement sur un (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 novembre 2019

Weiss sort ses PEC

La marque de chocolat stéphanoise Weiss, après avoir collaboré avec les artistes stéphanois Ella & Pitr pour la réalisation d'une fresque directement sur un mur de la Maison Weiss (située dans le quartier du Pont de l'Âne, vers Monthieu), s'est tournée vers un autre "street artiste" régional, PEC, pour créer une nouvelle gamme de produits. Le Lyonnais connu pour ses oiseaux caractéristiques (le Knar), colorés et amusants, signe une collection « capsule régressive et un brin espiègle pour Noël 2019 » selon le communiqué de presse. Le résultat correspond à un calendrier de l'Avent "PersPectives" (le premier chez Weiss) décliné en deux graphismes, un coffret Crock'ines (langues de chat revisitées) et deux tablettes (une au pain d'épices et billes de riz soufflé au chocolat au lait et une nouvelle recette Santarem gingembre 65%). L'artiste sera présent le samedi 16 novembre dans les Ateliers Weiss pour dédicacer et échanger avec les visiteurs. PEC en dédicaces aux Ateliers Weiss, samedi 16 novembre à 10h, entrée libre

Continuer à lire

Barcella : "Je suis né dans la chanson"

Chanson | Il est rayonnant comme le nom de son dernier album "Soleil". L'auteur-compositeur-interprète rémois Barcella est assurément un des artistes de chanson française parmi les plus dynamiques. La preuve avec ses multiples casquettes et toute l'énergie qu'il déploie à chaque spectacle. Rencontre avec un artiste généreux.

Nicolas Bros | Mardi 5 novembre 2019

Barcella :

Tu as mis deux ans pour composer ton dernier album Soleil. Pourquoi ce travail a-t-il pris autant de temps ? Nous sommes tout d'abord partis un an avec Tournepouce, un spectacle jeune public. Étant sur les routes pour cette « parenthèse » différente de ce que j'ai l'habitude de faire, j'ai pas pu me consacrer pleinement à la composition. Ensuite, j'ai eu besoin d'une réflexion assez longue car c'est mon quatrième album. Passé un cycle de trois albums, se réinventer devient moins évident qu'auparavant. Sur les trois premiers albums, tout fuse assez naturellement car il suffit de piocher les sujets qui tombent. On se rend assez vite compte sur un quatrième ou un cinquième album, que l'on va garder globalement les mêmes sujets tels que le temps, la solitude, l'espoir, l'amour, l'onirique, le rêve... mais on va les traiter différemment. Le regard évolue par rapport à ces sujets. Par exemple, concernant le thème de l'enfance, sur mon premier album, je le traitais avec les yeux nostalgiques de quelqu'un qui l'avait quittée il y a finalement peu de temps. Un album plus tard, j'imaginais les enfants que j'aurais. Maintenant, je parle des enfa

Continuer à lire

Trouver ses voix

Festival classique | Les voix tiennent une place de choix dans la musique renaissance. La preuve en sera donnée cette année à travers la programmation du festival Baroque en (...)

Nicolas Bros | Mardi 1 octobre 2019

Trouver ses voix

Les voix tiennent une place de choix dans la musique renaissance. La preuve en sera donnée cette année à travers la programmation du festival Baroque en Forez, un rendez-vous qui prend une ampleur grandissante au fil de ses éditions. Après avoir accueilli plus de 1 400 festivaliers en 2018 (soi 2, 5 fois plus qu'en 2017), Florent Mayet son directeur artistique, et son équipe, nous propose de plonger dans un voyage dans l'Europe à l'époque baroque. Allemagne, Italie, Angleterre, Espagne et bien entendu France, la programmation de Baroque en Forez s'étale sur 10 jours de festivités entre Saint-Bonnet-le-Château, Usson-en-Forez ou encore Apinac. Parmi les moments saillants, retenons la venue de l'ensemble lyonnais Les Reflets qui propose les Motets à double choeur de Jean-Sébastien Bach (vendredi 11 octobre à Saint-Jean-Soleymieux) ou encore l'ensemble Philomèle qui s'aventure dans la musique vocale italienne autour de l'oeuvre de Maurizio Cazzati (samedi 12 octobre à Montarcher). Festival Baroque en Forez, du 5 au 13 octobre

Continuer à lire

Barcella rayonne

Chanson | Le Rémois Barcella est un exemple de générosité scénique. À chaque prestation il emmène le public avec lui. Enfants, adultes... tout le monde y passe ! Si vous (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 septembre 2019

Barcella rayonne

Le Rémois Barcella est un exemple de générosité scénique. À chaque prestation il emmène le public avec lui. Enfants, adultes... tout le monde y passe ! Si vous ajoutez à cela la qualité de ses mélodies et de ses textes, tout en sensibilité et douceur, Barcella constitue véritablement un artiste complet qui représente fièrement la chanson française sans faux-semblants. On est ici en face d'un art honnête et sensible, à l'instar de son dernier album Soleil. Et ça fait vraiment du bien ! Barcella, mardi 12 novembre à 20h30 au Centre Culturel L'Opsis de Roche-la-Molière, dans le cadre des Oreilles en Pointe

Continuer à lire

Hugo a franchi la ligne jaune

Folk | Il est Stéphanois mais a été découvert dans les couloirs du métro parisien. L'histoire d'Hugo Barriol est atypique. Si son apparence laisse croire à un énième (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 septembre 2019

Hugo a franchi la ligne jaune

Il est Stéphanois mais a été découvert dans les couloirs du métro parisien. L'histoire d'Hugo Barriol est atypique. Si son apparence laisse croire à un énième "folkeux à barbe", sa musique offre un univers bien plus riche que les simples apparences. Avec son premier album Yellow, Hugo Barriol a passé un cap et fait espérer le meilleur pour la suite. Après un passage au dernier festival Saint-Étienne Live, il revient dans le Forez pour enchanter le Château du Rozier de Feurs. Hugo Barriol, samedi 14 décembre à 20h30 au Château du Rozier

Continuer à lire

Toujours plus grand

SCENES | "L'effet domino", cette particularité qu'ont les dominos à pouvoir tomber en chaîne linéaire, interroge chacun sur sa responsabilité dans la chaîne. Un seul (...)

Monique Bonnefond | Mardi 3 septembre 2019

Toujours plus grand

"L'effet domino", cette particularité qu'ont les dominos à pouvoir tomber en chaîne linéaire, interroge chacun sur sa responsabilité dans la chaîne. Un seul domino pouvant engendrer le meilleur ou le pire, comme le monstre de plastique qui dérive dans le Pacifique. Très préoccupée par l'état de la planète, Virginie Barjonet, danseuse, spécialiste de danse voltige et chorégraphe, propose un spectacle qui évolue entre la terre et l'air, tout de légèreté et de poésie, de doux envols, qui veut mener à la réflexion sur un monde qui déraille. MonDomino, vendredi 4 octobre au Théâtre du Parc à Andrézieux-Bouthéon

Continuer à lire

"Bacurau" : Qui s’y frotte…

ECRANS | Après Aquarius, Kleber Mendonça Filho s’associe à Juliano Dornelles pour livrer une fable picaresque futuriste, entre "Les Chasses du Comte Zaroff" et "Les Aventures d’Astérix" version brésilienne. Corrosif, sanglant et… visionnaire ? Prix du Jury à Cannes 2019.

Vincent Raymond | Mardi 3 septembre 2019

Nordeste brésilien, dans un futur proche. De retour à Bacurau pour enterrer sa grand-mère, Teresa remarque que le village est de plus en plus enclavé, comme coupé du monde. Les choses vont s’aggraver en présence de bien curieux étrangers. Mais Bacurau n’a pas dit son dernier mot ! Il y a trois ans, Kleber Mendonça Filho nous assénait une claque cuisante qui, à bien des égards prophétisait métaphoriquement les prémices du populisme bolsonarien : on assistait en effet dans Aquarius à la déliquescence d’une société où le bon droit valait tripette face au poids des intérêts privés (et à leur omnipotence acquise par la corruption) ; où la maison Brésil semblait dévorée de l’intérieur, ses fondations menaçant de rompre à tout moment. Comme s’il souhaitait mettre entre parenthèses le temps présent, le cinéaste — en duo ici avec Juliano Dornelles — en propose avec Bacurau une manière d’extrapolation, histoire d’en mesurer les conséquences. Et de se montrer encore plus critique avec le pouvoir en place, sans (trop) avoir l’air d’y toucher. Légitime défonce À la fois chronique et saga, Bacurau

Continuer à lire

​Gémeaux

Jazz | Le Rhino Jazz(s) invite les illustres frères Moutin (Louis à la batterie et François à la contrebasse) à réaliser une résidence en trois actes, déployant leur (...)

Niko Rodamel | Mardi 3 septembre 2019

​Gémeaux

Le Rhino Jazz(s) invite les illustres frères Moutin (Louis à la batterie et François à la contrebasse) à réaliser une résidence en trois actes, déployant leur rythmique fusionnelle et leur synchronicité innée sur pas moins de trois concerts, en quintet ou en quartet, puis en collaboration avec les Conservatoires de Saint-Chamond et Saint-Étienne. L'occasion de retrouver quelques pointures comme Christophe Monniot (saxophone), Manu Codjia (guitare), Paul Lay (piano), Franck Pilandon (tenor) ou Gaspard Baradel (alto). Moutin Factory 5tet, Moutin Blowing 4tet, Moutin’s Musical Workshop, les 8-12-13 octobre à Firminy et Rive-de-Gier dans le cadre du Rhino Jazz festival

Continuer à lire

Forez moire

Festival classique | Désormais marqué de l’imprimatur de Florent Mayet, le célèbre festival Baroque en Forez continue de frayer son sillon sur les balcons de la plaine éponyme. (...)

Alain Koenig | Mardi 3 septembre 2019

Forez moire

Désormais marqué de l’imprimatur de Florent Mayet, le célèbre festival Baroque en Forez continue de frayer son sillon sur les balcons de la plaine éponyme. Jouant la carte décomplexée du talent local et des synergies rhodano-ligériennes, le thème de cette édition est la voix : des Motets de Jean-Sébastien Bach, des Grands Motets de Cassanéa de Mondonville, ou des œuvres de la Renaissance espagnole seront exécutés par le Petit Choeur de Musicologie de Saint-Étienne, la Maîtrise de la Loire ou encore l’Ensemble Les Reflets de Lyon. Festival Baroque en Forez, du 5 au 13 octobre.

Continuer à lire

Un été chaud-colaté

ACTUS | L'enseigne stéphanoise Weiss prépare un été fort chocolaté ! Pour se rafraîchir en cette période estivale, elle a convié La Fabrique (...)

Antoine Desvoivre | Vendredi 5 juillet 2019

Un été chaud-colaté

L'enseigne stéphanoise Weiss prépare un été fort chocolaté ! Pour se rafraîchir en cette période estivale, elle a convié La Fabrique Givrée dans ses ateliers. Les deux maisons réitèrent cette association saisonnière pour la deuxième année consécutive (une union célébrée par la co-création de nouvelles coupes glacées). Mais les magnats du chocolat ont plus d'une tablette à leur arc ! Pour satisfaire les gourmands à l'esprit créatif, ils organisent un atelier"apprenti chocolatier". Sous la tutelle d'un professionnel, les visiteurs pourront élaborer, leur en-cas personnalisé. On n'est jamais mieux servi... Tous les mercredi à 14H et 16H au 1 rue Eugène Weiss

Continuer à lire

Ni selle, ni maître

Nuits de Fourvière | Sans cavalier, les chevaux s'emparent de la piste. Ils sont les acteurs, les comédiens et les danseurs d'Ex Anima. Les dresseurs, eux, (...)

Antoine Desvoivre | Mardi 2 juillet 2019

Ni selle, ni maître

Sans cavalier, les chevaux s'emparent de la piste. Ils sont les acteurs, les comédiens et les danseurs d'Ex Anima. Les dresseurs, eux, s'effacent et laissent les animaux seuls maîtres à bord. En rupture avec la tradition des spectacles de Bartabas, ici, pas de voltige, pas d'acrobatie mais une interprétation libre des chevaux, qui enchaînent une suite de tableaux en harmonie et sans aucune interférence humaine. Il ne s'agit pas d'une performance de dressage ; le miracle à l'œuvre est tout autre. Au lieu de s'appuyer sur un conditionnement de l'animal, le spectacle rend hommage aux comportements instinctifs des équidés. C'est un véritable théâtre équestre et ses protagonistes se laissent régulièrement aller à l'improvisation. Et quand la star décide de ne pas suivre le script, c'est la régie son et lumière qui s'adapte. Une belle mise en valeur de la part de la troupe de Bartabas pour les chevaux qui travaillent fidèlement pour eux depuis tant d'années. Ex-Anima du Théâtre Équestre Zingaro, Jusqu'au 24 juillet dans le chapiteau du Parc de Parilly à Bron (Rhône)

Continuer à lire

"Vif-Argent" : Corps et âme

ECRANS | de Stéphane Batut (Fr., 1h44) avec Thimotée Robart, Judith Chemla, Djolof Mbengue…

Vincent Raymond | Mercredi 4 septembre 2019

Juste n’est plus vraiment de ce monde : invisible aux vivants, il a négocié avec las “autorités” de l’au-delà pour accompagner les défunts de l’autre côté, en leur faisant raconter un souvenir. Il croise un jour Agathe, bien vivante, qui le voit et le reconnaît. La mécanique serait-elle enrayée ? De tous les films ayant fréquentés la Croisette cette année et qu’il nous ait été donné l’occasion de voir pour l’instant, celui-ci qui figurait dans la sélection de l’ACID est sans doute celui déployant la plus grande ambition poétique… tout en demeurant d’une exquise et discrète sensibilité. Déjà auréolé du Prix Jean-Vigo, Vif-Argent mérite qu’on lui consacre de l’attention. Juste apparaît (comme le titre le laisse entendre) pareil au messager des dieux mercurial, et doit rendre des compte à la redoutable Dr Kramartz — autrement dit, “la doctoresse de la substance“). Ni vivant ni trépassé, il se trouve de fait prisonnier d’une zone intermédiaire qui n’est pas sans évoquer celle jadis conçue par Cocteau pour sa transposition du mythe d’Orphée, dont ce film cons

Continuer à lire

"Acusada" : Sans autre forme de procès

ECRANS | de Gonzalo Tobal (Arg.-Mex., 1h48) avec Lali Espósito, Gael García Bernal, Leonardo Sbaraglia…

Vincent Raymond | Mardi 20 août 2019

Dolorès, 21 ans, est accusée du meurtre de Camilla, sa meilleure amie survenu 30 mois plus tôt à l’issue d’une soirée entre ados très arrosée. Alors que va se tenir le procès, la jeune fille vit recluse chez elle, l’opinion publique l’ayant déjà jugée. De très rares amis lui sont restés fidèles… En justice, le doute doit toujours profiter à l’accusé·e. Et sa charge d’incertitude permet des verdicts que le cinéma a du mal à accepter pleinement : un film étant censé s’achever par la résolution pleine et entière de tous les intrigues, le doute constitue alors le prétexte à un ressort dramatique tel qu’une révélation de dernière minute. Acusada se distingue de la foule des films de prétoire par son absence de résolution : l’affaire du meurtre n’est pas bouclée et, d’un point de vue strictement théorique, c’est une bonne chose puisque la perception des faits par Dolorès constitue le cœur de l’histoire. Comment elle vit un sentiment de culpabilité consécutif au trépas de Camilla, aux conséquences sur ses parents (on comprend que le scandale, en plus de les rui

Continuer à lire

Faites fondre votre Maman pour la Fête des Mères

GUIDE URBAIN | La Maison Weiss vous propose de délicieux cadeaux chocolatés pour montrer à votre mère combien vous l'aimez. Avec les bisous chocolat, le pochon coeur et autres tablettes "Rouge Baiser" au packaging signé Ella & Pitr, marquez un grand coup pour la Fête des Mères 2019 !

La rédaction | Vendredi 17 mai 2019

Faites fondre votre Maman pour la Fête des Mères

Une Maman, on n'en a qu'une seule. C'est pourquoi la Fête des Mères revêt une saveur particulière du côté des Chocolats Weiss. Pour la gâter et lui montrer votre affection ce dimanche 26 mai, les chefs chocolatiers de la Maison Weiss ont concocté pour vous une sélection de produits raffinés et à la hauteur de l'événement. Donner son coeur en chocolat dans un pochon 100% made in France Parmi les dernières créations de la Maison Weiss, le Pochon Coeur fait partie des privilégiés. Issu d'une collaboration entre Weiss et l'entreprise Etna située dans l'Ain, cet écrin arbore un look très "frenchy" avec sa marinière et contient un assortiment de 3 coeurs pliés qui vont ravir les palets de vos Mamans. Au programme des gourmandises précieusement gardées : du chocolat noir 67% aux notes de fruits rouges pour la fraîcheur, du chocolat au lait fleur de sel de Guérande pour le côté gourmand et du chocolat au lait 37% doux et vanillé pour l'onctuosité. Avec ce Pochon Coeur, c'est un peu de vous que vous offrirez à votre Maman pour la Fête des Mères.

Continuer à lire

"Petra" : Cœur de pierre

ECRANS | De Jaime Rosales (Es.-Fr.-Dan., 1h47) avec Bárbara Lennie, Alex Brendemühl, Joan Botey…

Vincent Raymond | Jeudi 2 mai 2019

Jeune artiste peintre, Petra vient effectuer une résidence auprès de Jaume, un plasticien réputé au caractère entier, dominateur et volontiers arrogant. Si elle se lie d’amitié avec le fils de celui-ci, Lucas, elle empêche que les choses aillent plus loin. Car Petra cache un secret… Depuis La Soledad (2008) et Un tir dans la tête (2009), c’est toujours un plaisir de retrouver Jaime Rosales : il fait partie de ces auteurs qui n’usent pas en vain de leur art, et dont chaque film procure ce double plaisir de la découverte : quelle est l’histoire ; comment Rosales choisit de la raconter. En bon théoricien, la forme interroge toujours le fond et lui répond. Ici, le récit est chapitré à la manière d’un roman, mais son ordre chronologique est contrarié. Une perturbation qui permet d’occulter des franges du passé, de présenter des conséquences avant certaines causes, d’induire également dans l’esprit du spectateur des hypothèses quant à la raison de ces ellipses. Cette construction n’est pas non plus sans évoquer le processus artistiqu

Continuer à lire

Pierre-Emmanuel tout cru

Humour | Pierre-Emmanuel Barré fait partie des humoristes crus, radicaux, sans concession. Souvent nécessaires, souvent décriés mais aussi adulés. Avec son dernier (...)

Nicolas Bros | Jeudi 2 mai 2019

Pierre-Emmanuel tout cru

Pierre-Emmanuel Barré fait partie des humoristes crus, radicaux, sans concession. Souvent nécessaires, souvent décriés mais aussi adulés. Avec son dernier spectacle, sobrement intitulé Nouveau spectacle, qu'il a déjà joué en janvier dernier à Saint-Étienne et qu'il redonne ce mois à la salle Jeanne d'Arc, ce type franc du collier continue d'explorer et de décortiquer l'actu avec corrosion. Ca décape ! Pierre-Emmanuel Barré, Nouveau spectacle, samedi 18 mai à 20h30 à la salle Jeanne d'Arc

Continuer à lire

Pierre Jolivet : « Mon luxe ? Je ne fréquente pas de cons »

Victor et Célia | Aux Rencontres d’Avignon, puis à celles de Gérardmer, Pierre Jolivet a présenté son nouveau couple de cinéma, Victor et Célia. Deux jeunes gens d’aujourd’hui combatifs, épris l’un de l’autre autant que de leur liberté. Il en a aussi profité pour parler de l’état de la production hexagonale à l’heure de Netflix…

Vincent Raymond | Mercredi 24 avril 2019

Pierre Jolivet : « Mon luxe ? Je ne fréquente pas de cons »

Est-il plus difficile de faire un film ou d’ouvrir un salon de coiffure ? Pierre Jolivet : Je ne sais pas… Il y a de l’entrepreneuriat dans les deux. Faire un film, c’est aussi monter une petite entreprise de plusieurs millions en deux-trois ans. Je n’ai jamais ouvert un salon de coiffure ! À la différence des deux petits coiffeurs qui m’ont inspiré le film. Au départ, j’étais allé me faire couper les cheveux dans un petit salon du XVe, là où j’habite. Ils étaient stressés parce que j’étais leur premier client, et ils m’ont raconté leur histoire. Qu’ils ne dormaient plus, qu’ils s’étaient endettés, qu’ils souffraient et étaient exaltés en même temps par la liberté qu’ils avaient. C'est ce mélange, cette vibration très particulière du passage à l’acte que j’ai essayé d’attraper. La thématique des petites entreprises vous tient à cœur… Celle des chômeurs aussi, beaucoup…J’ai grandi dans une banlieue populaire où il y avait plein de petites entreprises qui, maintenant on disparu. Si no

Continuer à lire

"Victor et Célia" : Et si on passait au salon ?

ECRANS | De Pierre Jolivet (Fr., 1h31) avec Arthur Dupont, Alice Belaïdi, Bruno Bénabar…

Vincent Raymond | Mercredi 24 avril 2019

Même si l’affaire n’est pas bouclée à 100%, c’est sûr : Victor et Ben vont ouvrir le salon de coiffure de leurs rêves. Hélas, Ben meurt brutalement et Victor part en quête de l’associé·e idéal·e. Tout le dirige vers Célia, son ancienne *partenaire* de l’école de coiffure. Il reste encore à la convaincre… De l’entreprise à l’artisanat, Pierre Jolivet se sera penché sur toutes les formes de sociétés ou de commerces à périmètre humain. Car justement, ce sont les transactions entre les individus qui l’intéressent, davantage que les affaires de négoce génératrices de profit. Le cinéaste excelle dans la description de ces entraves susceptible de contrarier l’épanouissement personnel, qu’il s’agisse d’obstacles administratifs, de fâcheux, de fatalité voire d’une romance — ce dernier point (également connu sous le dicton “no zob in job“) étant à nuancer : on ne divulgâchera rien en sous-entendant que Victor et Célia vont être tendrement de mèche. C’est d’ailleurs leur relation amoureuse un brin contrariée par leur scrupules mutuels (elle est en couple, lui trop bon camarade pour l’entrep

Continuer à lire

En PCV

Festival de chanson | Encore une belle initiative à Saint-Étienne. Quand vous avez trois salles qui se réunissent pour proposer un joli petit festival de chanson, que faire si (...)

Nicolas Bros | Mardi 2 avril 2019

En PCV

Encore une belle initiative à Saint-Étienne. Quand vous avez trois salles qui se réunissent pour proposer un joli petit festival de chanson, que faire si ce n'est encourager la démarche. C'est ce que Le Pax, le Chok Théâtre et le Verso font en ce début de mois en créant un nouveau rendez-vous : le festival PCV (pour Pax, Chok, Verso). Au programme trois concerts qui mettront les artistes locaux en avant. Notons la présence de la pétillante Sarah Mikovski (passée par la Maîtrise de la Loire et la fac de musicologie de Jean Monnet), Tom Bird (ex-Ladybug and The Wolf), Monsieur Fred (face claire d'Enzo Ferrara que l'on connaît aussi pour son côté rock déjanté au sein du groupe Baron's). Festival PCV, du 4 au 7 avril au Pax, Chok et Verso à Saint-Étienne

Continuer à lire

Avancer ensemble

Danse | Etape difficile que celle de l'adolescence où un jeune être en devenir éprouve paradoxalement le besoin de se couler dans un moule connu et le désir d'être (...)

Monique Bonnefond | Mardi 5 février 2019

Avancer ensemble

Etape difficile que celle de l'adolescence où un jeune être en devenir éprouve paradoxalement le besoin de se couler dans un moule connu et le désir d'être soi-même, d'affirmer son individualité. C'est à ce voyage dans l'adolescence que nous invitent les jeunes danseurs de la compagnie Les orteils de sable qui, conduits par Mireille Barlet, figure de proue tutélaire, nous emmènent sur un chemin extraordinaire. Les trois parties du spectacle éclairent les phases du cheminement de ces jeunes vers un monde où, solidaires, on peut avancer ensemble mais où chacun, pourtant, tient un rôle singulier. Au départ, les danseurs forment un groupe homogène, répètent les mêmes mouvements sur la musique hypnotique du Boléro de Ravel. Puis, dans la deuxième partie, les danseurs passent "De l'autre côté du miroir" et basculent dans un univers fantastique où apparaissent des personnages atypiques, singuliers, étranges, différents de l'ordre établi. La dernière partie marque le retour à la réalité. Ces jeunes danseurs préparent demain avec leur passion et apportent un battement d'espérance aux battements de cœur du monde. Sur un chemin extraordinaire, v

Continuer à lire

"Dragons 3 : Le monde caché" : La flamme de sa vie

Suite et fin ? | De Dean DeBlois (É.-U., 1h34) avec les voix (v.o.) de Jay Baruchel, America Ferrara, F. Murray Abraham, Cate Blanchett…

Vincent Raymond | Mercredi 6 février 2019

Mâle alpha et donc roi des dragons, Krokmou n’est plus tout à fait le seul survivant de son espèce : une femelle Furie Éclair existe et elle entre les mains de Grimmel, un féroce exterminateur de dragons. Harold et Astrid vont devoir faire feu de tout bois pour le sauver, ainsi que leur village… Cela devait arriver. Non pas qu’un troisième volet de la franchise méga-rentable voie le jour, mais que Krokmou fasse des petits. Encore faut-il qu’il déclare au préalable sa flamme à sa dulcinée, ce qui donne lieu à une réjouissante parade où l’animal, mélange indéfinissable de félin et de saurien, balance entre le grotesque et le touchant de l’ado faisant sa cour. Harold et Astrid en étant au même stade (avec des roucoulades moins dandinantes, il est vrai), cet opus printanier exhale une fragrance saison des amours, soutenue par la thématique secondaire du film : la question du détachement, doublement métaphorisée. Car si les appariements entre jeunes entraînent le départ du nid familial, la découverte d’un nouveau monde perdu où les dragons peuvent vivent en paix implique la fin de leu

Continuer à lire

Jazz de ville

Festival jazz | La neuvième édition des Jazzeries d’Hiver arrive à grands pas avec son lot de belles promesses. Parmi les têtes d’affiches, la triplette Charlier-Sourisse-Winsberg, le retour de Joel Forrester et le nouveau projet du saxophoniste Eric Séva.

Niko Rodamel | Mercredi 9 janvier 2019

Jazz de ville

Concocté par la team Gaga Jazz, le festival hivernal se veut cette année encore le plus éclectique possible, couvrant différents styles de la note bleue et tentant ainsi de satisfaire tous les publics. Quelques nouveautés s’annoncent avec notamment deux temps forts en direction des plus jeunes, autour du spectacle Chut Oscar (le 1er février) et d’un très prometteur ciné-concert au cours duquel le flegmatique pianiste américain Joel Forrester improvisera sur les images du film Monte là-dessus, dont la mythique scène où Harold Lloyd est suspendu dans le vide aux aiguilles d’une horloge (le 8). La soirée blues combinera la projection du tout nouveau biopic sur Eric Clapton (Life in 12 bars) avec le concert d’un trio acoustico-bluesy issu du groupe Devil Jo and The Backdoormen (le 10). La soirée Big Bands devrait quant à elle envoyer du lourd (le 13). En tête de gondole, nous retiendrons la date du 15, avec le vibrant hommage à Michael Brecker rendu par le trio de haute volée Charlier-Sourisse-Winsberg. Joueurs de blues S’il est une soirée à ne manquer sous aucun prétexte, ce serait sans doute celle du samedi 9 févrie

Continuer à lire

Des anges passent

Sono mondiale | Les compositions du groupe TheAngelcy, formé par Rotem Bar Or et quelques amis en 2011, recèle une belle idée de la beauté. Une musique douce (...)

Nicolas Bros | Mardi 8 janvier 2019

Des anges passent

Les compositions du groupe TheAngelcy, formé par Rotem Bar Or et quelques amis en 2011, recèle une belle idée de la beauté. Une musique douce et entraînante à la fois, une envolée céleste à chaque nouveau titre tout en traitant de sujets délicats et propres aux questionnements de la jeunesse du monde entier : échec/réussite, amour/solitude... Après un très réussi premier album Exit Inside en 2014, les revoilà en ce début 2019 avec leur nouvelle aventure sonore : nodyssey. TheAngelcy [+ Logar], jeudi 24 janvier à 20h30 au Fil Rotem Bar Or : « J'essaie de parler de toutes les choses qui me touchent ou me dérangent » Quelle est l'origine du groupe ? Rotem Bar Or : Je voyageais énormément avec ma guitare et j'ai écrit de nombreuses chansons. Je souhaitais créer un groupe. J'ai fait la rencontre de Dov (le premier batteur du groupe) et il a commencé à amener de nouvelles personnes autour. Puis d'autres sont arrivés jusqu'à que nous formions un vrai groupe. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour sortir un nouvel album ? Nous n'

Continuer à lire

Cru(el) Pierre-Emmanuel

Humour | L’humoriste Pierre-Emmanuel Barré présentera son nouveau spectacle à Saint-Étienne fin janvier. Rencontre avec un type franc du collier, à la ville comme à la scène.

Cerise Rochet | Mardi 8 janvier 2019

Cru(el) Pierre-Emmanuel

Votre nouveau spectacle s’intitule juste Nouveau spectacle. Un petit coup de flemme ? C’est vrai que je ne me suis pas trop fait chier sur ce coup ! En fait, très souvent, quand je donne un titre, je finis par le regretter. Là, il n’y a pas de limite si je veux le transformer et le faire évoluer. Et du coup, ça donne quoi ce Nouveau spectacle ? C’est de l’actu-bite. Je parle de politique, d’actualité et de bite, dans la même veine que les chroniques que j’ai pu faire sur Inter par exemple. Je modifie la trame du spectacle en fonction de l’actu. J’étais justement en train de lire les confidences de Benalla à Médiapart. Sur ces thématiques, on ne manque jamais de sujets… Avec l’actualité politique chargée du moment, l’exercice de la chronique ne vous manque-t-il pas un peu ? Si, ça manque ! C’est d’ailleurs pour ça que je recommence à en faire, sur le Net, ça s’appelle Semaine de merde. Ceci dit, c’est vrai qu’en ce moment, il est assez frustrant de ne pas pouvoir réagir instantanément au climat ambiant. Je crois que j’aurais aimé pouvoir en tacler certains tout d

Continuer à lire

Faites le plein de moments féeriques et chocolatés

GUIDE URBAIN | Les Fêtes de fin d'année 2018 ont fière allure du côté des Ateliers Weiss. Goûter gourmand, animations spéciales mais également créations pâtissières viennent donner une touche unique à votre mois de décembre.

La rédaction | Mercredi 12 décembre 2018

Faites le plein de moments féeriques et chocolatés

La gourmandise, l'imagination et le plaisir se font une bonne place dans les Ateliers Weiss en ce mois de fêtes. Plusieurs animations se succèdent afin de vous faire profiter des douceurs chocolatées et du savoir-faire de la Maison Weiss. Un goûter gourmand et sa farandole de douceurs Dimanche 16 décembre, les Ateliers revêtissent leurs habits de fêtes pour accueillir petits et grands. Au programme, un goûter gourmand orchestré par deux chefs pâtissiers et chocolatiers de renom : Arnaud Montrobert, ancien Chef Pâtissier de la Maison Troisgros et Émilien Deygas, de la Maison Weiss. Une petite pause sucrée et un moment convivial où vous pourrez également profiter d'une formule goûter spéciale. Cette dernière se compose d'un café ou d'un thé gourmand accompagnés de 3 créations : chou rouge « baiser », tube de chocolat Li Chu 64% garni d'une crème de marron et de poire avec chips de gingembre, de poire et de patate douce sur le dessus, ainsi qu'un dim sum passion & noisette. Mais vous pourrez également choisir à la carte parmi ces gourmandises : madeleine sans gluten avec son cœur coulant au caramel, cake au chocolat et noix de coco ou encore pa

Continuer à lire

Agir pour la transition énergétique en investissant dans un parc solaire

ACTUS | Pionnier français des énergies renouvelables, VALOREM propose aux citoyens d’investir dans le futur parc solaire de La Barbarade (situé sur la commune de Billom près de Clermont-Ferrand) via la plateforme Lumo, spécialiste du financement participatif dédié à la transition énergétique.

La rédaction | Mardi 4 décembre 2018

Agir pour la transition énergétique en investissant dans un parc solaire

Dans le cadre des appels d’offres nationaux pour le solaire, VALOREM s’est engagé à ouvrir le financement du futur parc photovoltaïque de Billom à la participation citoyenne. Seules les personnes demeurant autour du projet peuvent y prendre part : les habitants de la Loire, en tant que département limitrophe du Puy-de-Dôme, sont concernés. Après avoir créé un compte sur la plateforme Lumo, ils peuvent investir dans le projet, à partir de 50 €, sur une durée de 4 ans. Outre l’opportunité de participer activement à la transition énergétique sur leur territoire, c’est l’occasion pour les particuliers d’épargner dans un projet concret et de bénéficier de ses retombées économiques. Tout en contribuant au développement d’une énergie propre sur leur territoire, les habitants peuvent profiter des retombées économiques de la transition énergétique. Jean-Yves Grandidier, président de VALOREM, explique « A l’occasion de l’ouverture du chantier, VALOREM a souhaité ou

Continuer à lire

"La Permission" : Hors jeu

ECRANS | de Soheil Beiraghi (Irn., 1h28) avec Baran Kosari, Amir Jadidi, Sahar Dowlatshahi…

Vincent Raymond | Mercredi 28 novembre 2018

Capitaine de l’équipe féminine iranienne de futsal, Afrooz doit disputer une compétition internationale en Malaisie lorsqu’elle découvre que son époux a révoqué son autorisation de sortie du territoire. Entre stupeur et colère, elle lutte quasi seule pour changer les choses… Voici un film étrangement en phase avec l’actualité. Bref rappel : le 10 novembre dernier à Téhéran, pour la première fois depuis 1979, des femmes ont eu la possibilité d’assister à un match de football dans un stade largement occupé par des hommes, à l’occasion de la finale de la Ligue des champions asiatique. Un spectaculaire contraste avec l’histoire d’Afrooz, qui se déroulait “en vrai“ quelques mois plus tôt. Comme souvent dans le cinéma iranien contemporain — dont on ne cesse de signaler l’audace politique autant que formelle — la construction est dialectique : face à une problème administratif ou une énigme, la complexité des faits se déploie progressivement, révélant de nombreuses ramifications au fil d’un dialogue incisif, mais jamais pesant. Nul manichéisme dans le traitement des personnages : chacun

Continuer à lire

Pupille de la passion

Opéra bouffe | Quintessence de l'opéra-bouffe, assurance-vie des billetteries, "Le Barbier de Séville", inspiré de l'irrévérencieux Beaumarchais et de sa "Folle Journée", revient griser, par la légèreté de ses fines bulles, l'esprit festif des abonnés de l'Opéra.

Alain Koenig | Mardi 4 décembre 2018

Pupille de la passion

La première à Rome fut un four retentissant, un bide prodigieux, attisés par une double cabale. 20 février 1816, Théâtre Argentina de Rome : tous les ingrédients du scandale sont réunis pour cette création, écrite selon la légende, "en quatorze jours". Les francs-tireurs du camp du vieux maître Paisiello sont venus en découdre avec le freluquet prétendant égaler le génie insurpassable du vieux maître ; le livret, le 18 janvier, n’est toujours pas écrit ; une rivalité tenace fait rage entre deux théâtres romains ; enfin, le ténor "superstar" de l’histoire de l’opéra, Manuel Garcia, père de "la" Malibran et Pauline Viardot, est engagé dans le rôle d’Almaviva. Les airs sont sifflés, les chanteurs hués. Rossini se tournant vers la salle tente de les soutenir, attisant les flammèches embrasées. Manuel Garcia, merveilleux ténor, mais piètre compositeur, ajoute une pataude sérénade de son cru, durant laquelle il ne cesse de ré-accorder sa guitare, tandis qu’un chat égaré, apeuré, erre sur la scène… Un four, vous dis-je. Pour un triomphe « di qualità » Le happy ending suivra pourtant ce vacarme originel. Aujourd’hui au top du box office mond

Continuer à lire

Créez votre tablette personnalisée chez Weiss

GUIDE URBAIN | Passer une heure dans les ateliers Weiss avec un maître chocolatier et ressortir avec sa tablette de chocolat personnalisée, c'est désormais possible grâce à l'animation proposée par le chocolatier stéphanois tous les mercredis après-midi à 14h et 16h.

La rédaction | Mardi 16 octobre 2018

Créez votre tablette personnalisée chez Weiss

Design, contemporaine et délicieuse, la tablette personnalisée Weiss est déjà culte ! Imaginée lors de la 9e Biennale internationale du design de Saint-Étienne et lauréate d'une étoile de l'Observeur du Design 2018 (prix national de design français), cette pièce de gourmandise est un produit unique chez Weiss. Tous les mercredis elle change de saveur et de couleur selon les goûts et les choix de chaque participant aux ateliers de personnalisation qui se déroulent dans les Ateliers Weiss à Saint-Étienne. Une tablette qui correspond à vos goûts Le principe de ces ateliers est très simple. Une fois votre inscription à l'atelier tablette personnalisée, il vous suffit de vous présenter directement aux Ateliers Weiss, dans la zone du Pont de l'Âne. Un Maître Chocolatier vous attendra pour vous montrer comment mettre au point votre propre recette gourmande. Après avoir choisi entre une base

Continuer à lire

"Domingo" : Le début de la fin

Chronique | de Fellipe Barbosa & Clara Linhart (Bré., 1h28) avec Itala Nandi, Camila Morgado, Augusto Madeira…

Vincent Raymond | Jeudi 11 octobre 2018

Dimanche 1er janvier 2003. La vieille et acariâtre Laura rejoint les siens dans la demeure familiale pour célébrer la nouvelle année. Pendant que cette bourgeoisie fin de race festoie, les employés de maison suivent dans les coulisses l’investiture du nouveau président élu par le peuple, Lula… Domingo ressemble à une version contemporaine et brésilienne de La Règle du jeu ou de Gosford Park : une peinture corrosive de ces “grandes familles“ vivant dans l’aveuglement de leur propre déliquescence, à l’approche d’un changement de société majeur. Si les notables n’en ont aucune perception, endormis qu’ils sont par les reliquats de leurs privilèges féodaux, le nez dans la drogue et le pantalon en bas des chevilles, au royaume des domestiques en revanche, tout indique qu’une révolution se prépare. Mais aura-t-elle vraiment lieu ? On pardonnera à Linhart et Barbosa leur petite entorse à la vérité historique — le 1er janvier 2003 était un mercredi et non un dimanche — mais la tentation éta

Continuer à lire

Le concert de l'Orchestre National de Barbès déplacé au Fil

MUSIQUES | On vous en parlait dans cet article : l'Orchestre National de Barbès se produira le samedi 29 septembre à 20h en concert gratuit à Saint-Étienne, avec en (...)

Nicolas Bros | Lundi 24 septembre 2018

Le concert de l'Orchestre National de Barbès déplacé au Fil

On vous en parlait dans cet article : l'Orchestre National de Barbès se produira le samedi 29 septembre à 20h en concert gratuit à Saint-Étienne, avec en première partie le groupe Velvet in the Bled. Prévu initialement au Parc de l'Europe, cet événement est déplacé au Fil pour des raisons de sécurité. Le concert reste gratuit, mais sur réservation directmeent au Fil ou sur cette page Internet. Par communiqué le Nouveau Théatre de Beaulieu détaille : « Les mesures de sécurité imposées actuellement pour les spectacles en plein air (barriérage du parc de l'Europe, blocage des rues, sécurisation par la police nationale, augmentation des effectifs de sécurité privée) sont lourdes et coûteuses. [...] Des bus vont êtres organisés pour les habitants des quartiers Sud Est de Saint-Étienne. Le Nouveau Théâtre Beaulieu remercie les Services "Événementiel" et "Police-Sécurité Civile" de la Ville de Saint-Étienne pour l'aide technique qu'ils lui ont apportée. » Orchestre National de Barbès,

Continuer à lire

Brexit annulé

Festival classique | N’incombe-t-il pas aux artistes d’infléchir le destin des peuples ? C’est assurément le pari de Florent Mayet, nouveau directeur artistique du (...)

Alain Koenig | Mardi 2 octobre 2018

Brexit annulé

N’incombe-t-il pas aux artistes d’infléchir le destin des peuples ? C’est assurément le pari de Florent Mayet, nouveau directeur artistique du festival Baroque en Forez. La thématique de la belle, et pas si perfide Albion, sonne comme une voluptueuse promesse de raffinement. Terre d’accueil des plus grands compositeurs, elle a aussi vu naître son propre Parnasse. Purcell, Blow, Locke, Simpson ou Haendel prendront possession des églises, médiathèques et cafés de la région. Entre masterclasses, répétitions publiques, concerts pédagogiques, le festivalier aura de l’orge à moudre pour mériter sa pinte : un voyage de l’Ensemble Unisoni sur les terres anglaises des 17e et 18e siècles, un hymne du soir avec Purcell, par le contre-ténor Paulin Bündgen et l’Ensemble Céladon. En clôture, le merveilleux et si poétiquement patriotique opéra King Arthur de Purcell, devrait nous épargner une vague de froid (!) grâce à sa brillante distribution. Quatre concerts découvertes feront figure de gravy sur le plat : Sonates anglaises pour violon, l’Esprit Bristish des Lumières, la musique de Hume, Coperario et Ward à deux violes égales, ou enc

Continuer à lire

Barriol, Logar, Erotic Market et les autres

Salle | Le Pax (90 places) a continué sa mue cet été en aménageant des places PMR, mais également en installant de nouvelles loges. Cette salle de spectacles (...)

Nicolas Bros | Mercredi 19 septembre 2018

Barriol, Logar, Erotic Market et les autres

Le Pax (90 places) a continué sa mue cet été en aménageant des places PMR, mais également en installant de nouvelles loges. Cette salle de spectacles stéphanoise, située entre le Palais de Justice et l'Hôtel de Ville, rue Élisée Reclus, propose chaque année une programmation faisant une large place aux découvertes. Avec ses concerts du dimanche à 17h, un format qui détonne dans le paysage stéphanois, la salle offre une belle vitrine à des artistes locaux ou émergents. Pour la fin de l'année 2018, nous avons retenu quelques noms qui devraient attirer votre attention : le Stéphanois Hugo Barriol (dimanche 7 octobre), qui s'est fait remarqué dans les couloirs du métro parisien; l'incontournable Yvan Marc (dimanche 4 novembre), proche notamment de Mickey 3D, qui, après quinze ans de scène et six albums, continue d'écumer les salles de concert ; la troisième édition du festival Femme(s) du 7 au 11 novembre, avec notamment la présence du désormais solo

Continuer à lire