Florence Verney-Carron : "Il faut dialoguer avec les artistes"

Florence Verney-Carron | Depuis l'élection de Laurent Wauquiez à la tête de la Région en décembre dernier, le monde de la culture s'est inquiété, parfois offusqué, au minimum s'est posé des questions : d'une déclaration pour le moins malheureuse de son président sur les formations de clowns en pleine campagne, jusqu'au traitement du dossier de la Villa Gillet à Lyon, c'est peu dire que la vice-présidente en charge de la Culture est attendue. Florence Verney-Carron s'exprime ici pour la première fois sur l'ensemble de ces sujets. Propos recueillis par Sébastien Broquet

Sébastien Broquet | Mardi 3 mai 2016

Photo : © Gilles Reboisson


En janvier, après l'élection, vous demandiez du temps avant de dévoiler votre feuille de route concernant la culture. Aujourd'hui, pouvez-vous nous dire quels sont les points qui vont être privilégiés ?
C'est la première fois qu'une élection se déroulait en décembre. C'était très compliqué de nous atteler à ce budget 2016 en si peu de temps. Durant ces trois premiers mois, j'ai analysé pas mal de choses. On avait un certains nombre de principes, déjà évoqués par Laurent Wauquiez durant la campagne, notamment deux points très forts : d'abord, accompagner évidemment les créateurs culturels de premier plan. Ensuite, encourager l'émergence ; ce qui est l'essentiel pour une collectivité publique.
Ça nous a amené à tracer deux grands points de notre politique culturelle : avoir une offre de qualité partout, même dans les endroits les plus reculés du territoire et y apporter beaucoup d'attention : ce peut-être une librairie, un festival, un cinéma. Le second point, ce sera de respecter et d'encourager tous les lieux de création.
Ce qui est important pour nous, puisque nous arrivons au moment de la fusion des régions, c'est aussi de faire la convergence des politiques culturelles entre Rhône-Alpes et Auvergne. On a l'intention de marquer de façon visible l'action de la Région en matière culturelle. Je ne vais pas rentrer dans le détail, mais c'est contribuer dans le budget à préserver les aides aux réseaux régionaux les plus emblématiques, les scènes régionales, l'art contemporain, les festivals, les aides aux lieux de mémoires, aux entreprises culturelles, aux artistes. Il y a eu quelques baisses ou modifications, mais d'une façon générale on a encouragé et maintenu tout ça.

Ce qui est important pour nous, puisque nous arrivons au moment de la fusion des régions, c'est aussi de faire la convergence des politiques culturelles entre Rhône-Alpes et Auvergne.

C'est le premier budget culturel d'une Région élargie : quels ont été les arbitrages, certaines structures font-elles double emploi ?
On ne peut pas vraiment dire ça, mais on va effectivement demander des convergences, avec les FRAC par exemple. On a une réflexion sur les agences, puisqu'on en a trois. On a supprimé des dispositifs qui existaient dans une Région et ne correspondaient pas à l'autre. D'une façon générale, on a étendu beaucoup de choses : comme les appels à projets dans le spectacle vivant. On a aussi intégré dans notre réseau l'école des Beaux-Arts de Clermont, par exemple. On sait que ce budget 2016 est un budget de transition. Mais on a déjà essayé de tracer les grandes lignes culturelles auxquelles on va s'attacher. Ensuite, il y aura des manifestations plus emblématiques que l'on va suivre.

Quelles sont ces manifestations emblématiques ?
Nous sommes là depuis seulement trois mois… Mais nous avons beaucoup de réflexions en cours.

La Villa Gillet : vous avez d'ores et déjà modifié votre fonctionnement et supprimé le budget annuel, qui était de 1, 14 millions d'euros l'an dernier, pour désormais la subventionner au projet.
Quand nous sommes arrivés, nous avions sur nos tables le rapport définitif de la Chambre Régionale des Comptes. J'ai rencontré ensuite à plusieurs reprises, comme M. Wauquiez, Guy Walter le directeur et Michel Bataillon le président pour évoquer avec eux les différents points. Ce que l'on a décidé, c'est que les Assises du Roman devaient absolument se tenir. C'est leur dixième anniversaire. C'est la raison pour laquelle on a voté, ce qui ne vous a pas échappé, une subvention de 250 000 euros. Après, j'ai analysé les comptes et demandé à M. Walter de bien vouloir redéfinir et proposer un projet pour l'ensemble de la Villa Gillet. À partir de là, nous avons pris la décision de ne plus financer le fonctionnement de la Villa, mais de financer au projet. Nous ne nous sommes pas engagés sur des sommes précises : on a une réserve pour 2016, aucun engagement pour 2017.

Le festival Mode d'Emploi en 2016 est menacé ?
C'est une question à poser à M. Walter, pas à moi. C'est à lui de conduire ce qu'il fait sur la Villa Gillet, ce n'est pas à moi de décider : on n'intervient pas dans la programmation des responsables culturels.

Vous avez dit qu'il y aurait désormais plus de contrôle.
J'ai dit que les comités de suivi se tiendraient, et que régulièrement on pourrait avoir des chiffres plus précis, rentrer dans le détail. C'est le choix de toutes les collectivités de l'État qui participent au financement de la Villa Gillet, je crois que tout le monde va se mobiliser à nouveau ou un peu plus pour suivre les projets.

Plus de contrôle, ça implique aussi de demander des comptes sur une fréquentation, sur une programmation qui attire plus de monde ?
C'est sur tout, en vrai. C'est s'intéresser au projet à la fois sur le volet culturel, sur les enjeux financiers. Sur la façon dont il est évalué. Sur tout ça. Et véritablement, suivre de manière extrêmement précise et formelle le dossier. C'est ce que je vais faire.

Avec un regard bienveillant sur ce qui a été fait en terme d'artistique ?
Bienveillant en terme artistique, sans aucun doute. Bienveillant en terme de gestion, probablement pas…

La pérennité du poste de Guy Walter est en danger ou pas ?
Ce n'est pas un sujet pour nous. Vous l'avez vu : à aucun moment nous n'avons pris position ou demandé le départ de M. Walter, ce n'est pas arrivé ni de la part de M. Wauquiez, ni de moi, ni de personne de l'équipe de la Région. Je vous le confirme.

Au sujet de l'aide à la mobilité internationale, Nuits Sonores à Barcelone, l'art contemporain en Corée du Sud, ce sont des projets que vous ne jugez pas intéressants pour les avoir retoqués, ou vous souhaitez utiliser cette aide différemment ?
Nous n'avons pas stigmatisé. Ce sont des projets tout à fait intéressants, mais ils n'étaient pas de notre choix. On a gardé le dispositif, et à l'intérieur du dispositif on va accompagner des artistes sur des projets avec un regard qui sera différent. Je vais regarder les 102 dossiers qui sont actuellement instruits par les services, à partir de là, effectivement, je déterminerais une politique.

Il y a un certain nombre de manifestations sur notre territoire pour lesquelles on donnera un vrai coup de pouce.

Les festivals, on leur coupe souvent les subventions parce qu'il n'y a plus d'argent dans les caisses. La Région a pourtant décidé de doubler la subvention de Jazz à Vienne : quelles en sont les raisons, pourquoi ce festival-là ?
C'est un festival emblématique, qui était financé à hauteur de 75 000 euros, c'est à dire moins qu'un certain nombre de manifestations. Ce qui est très intéressant dans le festival Jazz à Vienne, c'est que la subvention finance tout ce qui est hors marché commercial, tout ce qui est gratuit. Il y a un travail fait par ce festival toute l'année, très important pour les Rhône-Alpins. Il est majeur en France et nous avions envie, tout à fait, de l'encourager. Il y a un certain nombre de manifestations sur notre territoire pour lesquelles on donnera un vrai coup de pouce. Absolument. Des manifestations qui ont une vraie qualité en terme de programmation et de reconnaissance. Vous ne me direz pas le contraire sur la qualité de ce qui se passe à Vienne : c'est une très belle manifestation, avec une capacité à se renouveler. La journée avec Ibrahim Maalouf à destination des enfants sera encore un moment très émouvant cette année.

Avez-vous déjà décidé des autres manifestations emblématiques de la Région qui vont bénéficier d'un futur coup de pouce ?
Un certain nombre ont été identifiées sur l'ensemble de cette grande région qui va d'Aurillac à la Haute-Savoie. Mais il y a encore des arbitrages à faire avec Laurent Wauquiez.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Jazz à Vienne : les derniers noms

ACTUS | Bien décidé à se tenir à peu près normalement, à partir de fin juin Jazz à Vienne avait annoncé la majeure partie de sa programmation début avril. La voici désormais (...)

Stéphane Duchêne | Lundi 10 mai 2021

Jazz à Vienne : les derniers noms

Bien décidé à se tenir à peu près normalement, à partir de fin juin Jazz à Vienne avait annoncé la majeure partie de sa programmation début avril. La voici désormais complète avec l'ajout de quelques noms et non des moindres, qui avancent le début des festivités au 23 juin. Le festival allobroge vient en effet d'annoncer la tenue de quatre nouvelles soirées au théâtre antique. Le 24 juin d'abord, une soirée New Generation en compagnie du Portico Quartet et du Tigran Hamasyan trio (plus les talents Adami Jazz Gauthier Toux et Nils Petter Molvaer). Le 26 juin ensuite pour une soirée Brésil avec deux amis de longue date Seu Jorge & Rogê, enfin sur scène ensemble, et une carte blanche à Lucas Santana. Le samedi 3 juillet sera lui consacré au fun

Continuer à lire

Jazz à Vienne dévoile sa programmation 2021, malgré les incertitudes

Festival | Et si le monde d'après commençait le 25 juin en l'antique théâtre de Vienne avec pour bande-son un peu (beaucoup) de jazz ? Alors que sonne la débandade au royaume des festivals estivaux, Jazz à Vienne veut y croire en dévoilant une programmation à l'ancienne avec de vrais musiciens à présenter à un public en chair et en os. Les promesses n'engageant que ceux qui y croient, eh bien on y croit. Un peu.

Stéphane Duchêne | Mardi 6 avril 2021

Jazz à Vienne dévoile sa programmation 2021, malgré les incertitudes

18 soirées, trois hommages, huit cartes blanches, voilà ce que nous promet Jazz à Vienne pour son édition 2021 placée sous le signe de la « relance », du « combat », et de la « générosité ». Il faudra au moins ça pour que le festival débute bien le 23 juin (prochain, pas 2022) et se termine comme une fleur le 10 juillet. Ça, de bonnes doses de vaccins et accessoirement de chance aussi. Car quand on dit « voilà ce que nous promet Jazz à Vienne », il faut bien admettre qu'il s'agit davantage d'un vœu pieu déguisé en promesse de la part d'un événement malgré tout conscient du caractère incertain de l'avenir quand on se trimballe un présent pareil. Mais enfin bon puisque programmation il y a, alors parlons de programmation sans nous attarder, ça nous changera, sur les moyens de la mettre sur scène cet été et devant un public avec ça. Tout commencerait donc le 23 juin avec une soirée qui commence à trouver le temps long puisque déjà prévue pour l'an

Continuer à lire

Jazz à Vienne 2021, le retour : les premiers noms

Festival | Armés de notre plus solide perche d'espoir (et bientôt peut-être d'un vaccin) sautons par dessus la crise sanitaire comme Armand Duplantis efface 6m à (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 8 décembre 2020

Jazz à Vienne 2021, le retour : les premiers noms

Armés de notre plus solide perche d'espoir (et bientôt peut-être d'un vaccin) sautons par dessus la crise sanitaire comme Armand Duplantis efface 6m à l'entraînement et projetons nous vers l'été prochain. C'est à cette date que Jazz à Vienne gonflé d'optimisme nous propose d'atterrir aux alentours du 23 juin en dévoilant, comme si de rien n'était (ou ne sera), les premiers noms de son édition 2021, sise du 23 juin, donc, au 10 juillet prochain. à commencer par l'ami Jamie Cullum qui se verra ce jour précédé sur scène par la batteuse et chef d'orchestre Anne Paceo. Deux jours plus tard, se tiendra une soirée délicieusement africanisante avec la légende Salif Keita, le prince (et Dorian Gray) du blu-funk Keziah Jones et la mezzo-soprano Julia Sarr qui viendra livrer un message de paix à l'occasion de Sénégal en Isère 2021. On continue les 28 juin et 05 juillet avec d'autres habitués de la scène allobroge parce que furieusement incontpurnables d'abord les trompettistes Ibrahim Maalouf et Erik Truffaz en un double plateau d'envergure, puis le contrebassiste

Continuer à lire

Loustal : Pour ceux qui aiment le jazz

CONNAITRE | Après Brüno en 2018, c’est lui qui donne des visages et des images au Festival Jazz à Vienne. Rencontre avec un illustrateur prolifique associant depuis plus de trente ans musiques et couleurs : Jacques de Loustal.

Vincent Raymond | Mercredi 19 juin 2019

Loustal : Pour ceux qui aiment le jazz

Droit comme un i, vêtu avec une élégance non ostentatoire, il saute prestement de sa bicyclette, semblant surgir d’un album de ses confrères Dupuy & Berbérian. Quelques volées d’escalier plus haut, on pénètre dans son atelier d’artiste ; les murs confirment sans l’ombre d’une hésitation son identité. Outre quelques peintures accrochés ici ou là, et quelques travaux en cours, une bibliothèque chargée jusqu’à la gueule d’albums et d’ouvrages mêlant jazz, cinéma, littérature et illustration, voisine avec des piles de CD. L’atmosphère studieuse de cet antre du XIXe arrondissement parisien ne la rend pas moins accueillante : le canapé, guère éloigné de la table à dessin, ne semble pas avoir pour seule vocation de décorer les lieux. Jacques de Loustal s’y octroie une poignée de minutes de sieste chaque jour, dit-on. On raconte aussi qu’il aurait un autre studio dans les Monts d’Or quand il se déplace en région lyonnaise. Car l’homme aime les voyages, autant qu’il est passionné de musique. La faute à ses grands-frères, qui l’ont initié au jazz, au blues et ensuite au rock : « j’ai eu la chance d’avoir 20 ans en 1976, à une époque où sortaie

Continuer à lire

Les festivals musicaux se dévoilent

Programmation festival | Les jolis noms affluent pour les festivals musicaux ligériens et extra-ligériens au printemps-été. Sélection.

Nicolas Bros | Mardi 2 avril 2019

Les festivals musicaux se dévoilent

Les différentes programmations des festivals d'été se dévoilent au fur et à mesure. Du côté du Foreztival de Trelins, on prépare une grosse édition du 2 au 4 août 2019. Se succéderont sur scène pendant le week-end Ska-P, Thérapie Taxi, Vald, Goran Bregovic, Feu ! Chatterton, Tiken Jah Fakoly, Raggasonic, Calypso Rose, The Inspector Cluzo et autres Zoufris Maracas. À Saint-Chamond, le festival La Rue des Artistes prévoit du 14 au 16 juin une édition teintée de reggae avec notamment Groundation et Broussaï, mais également Sinsemilia, les locaux Tit'Nassels ou encore l'artiste de hip hop Tracy de Sá. Le même week-end, à Saint-Étienne, le nouveau format de Paroles & Musiques, désormais intitulé

Continuer à lire

Magma (en) fusion

Jazz à Vienne (Isère) | Avec Magma, Christian Vander a opéré dès la fin des années 60 une petite révolution musicale dont beaucoup ne se sont jamais remis et dont lui-même n'est jamais sorti. Toujours au front, le légendaire batteur aux étranges glossolalies sera à Vienne pour opérer la fusion du Théâtre Antique

Stéphane Duchêne | Mardi 3 juillet 2018

Magma (en) fusion

À ce jour, en quasiment 50 ans de carrière, Magma a enregistré plus de live que d'albums studio et de fait, il est peu de personnes qui, pour s'être trouvées un jour à un concert de Magma, toutes époques confondues, n'en ont pas gardé de sérieuses séquelles, plaçant là le groupe parmi les expériences musicales les plus intenses qui puissent exister. Les plus sérieusement vrillées aussi car comme "venues d'ailleurs" : un concert de Magma ne ressemble, encore aujourd'hui, à aucun autre. Sans doute parce que Magma ne ressemble à personne. C'est que son fondateur Christian Vander a été à bonne école, grandissant, grâce à un père musicien, dans le giron direct de grands batteurs tels qu'Elvin Jones (frappeur de Coltrane)et Kenny Clarke, des amis de la famille à l'esprit libre comme l'air. Et quand on se fait offrir sa première batterie par le maverick de la trompette Chet Baker, c'est que l'on est promis à un destin particulier. Plus grand que la vie et au-delà du raisonnable, c'est ainsi qu'ont toujours résonné les projets de Vander, dont l'influence principale reste le free jazz – la liberté toujours – de John Coltrane.

Continuer à lire

Jazz à Vienne... à Val Thorens

Festival | En attendant l'été, et pour la première fois, Jazz à Vienne a décidé de prendre du 10 au 12 avril ses quartiers de printemps là où l'hiver dure un peu (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 15 février 2018

Jazz à Vienne... à Val Thorens

En attendant l'été, et pour la première fois, Jazz à Vienne a décidé de prendre du 10 au 12 avril ses quartiers de printemps là où l'hiver dure un peu plus longtemps qu'ailleurs : à Val Thorens à 2300 m d'altitude. Le forfait, très éclectique, comprendra non seulement apéro-jazz, JazzMix, conférence, projection, spectacle jeune public, exposition 10 ans de photos de Jazz à Vienne mais aussi concerts jusqu'en bas des pistes, sis entre 13h et 2h du matin. Avec au programme ; des étoiles telles que le Kyle Eastwood Quintet, China Moses, Foehn trio, le trio funk lyonnais Da Break, Dowdelin et DJ Harry Cover... Et très logiquement, ça s'appelle Jazz à Val Thorens.

Continuer à lire

Sting de retour à Vienne

Rock | L'ex-leader de The Police est de retour dans la région. Le lundi 16 juillet 2018, il sera sur la scène du Théâtre Antique de Vienne (Isère - 38), trois ans (...)

Nicolas Bros | Vendredi 15 décembre 2017

Sting de retour à Vienne

L'ex-leader de The Police est de retour dans la région. Le lundi 16 juillet 2018, il sera sur la scène du Théâtre Antique de Vienne (Isère - 38), trois ans après s'y être déjà produit dans le cadre du festival Jazz à Vienne. Pour plus d'infos, rendez-vous sur cette page.

Continuer à lire

Le nom du lauréat RéZZo FOCAL Jazz à Vienne dévoilé

Jazz | Afin de mettre sur le devant de la scène les nouveaux talents du jazz, le festival Jazz à Vienne propose le tremplin RéZZo FOCAL Jazz à Vienne (...)

Nicolas Bros | Jeudi 6 juillet 2017

Le nom du lauréat RéZZo FOCAL Jazz à Vienne dévoilé

Afin de mettre sur le devant de la scène les nouveaux talents du jazz, le festival Jazz à Vienne propose le tremplin RéZZo FOCAL Jazz à Vienne depuis 13 ans. Cette année, neuf groupes se sont présentés devant le jury composé de Laurent Courthaliac (président du jury, musicien), Ashley Kahn (journaliste, conférencier et écrivain) et Gérard Chrétien (ex-directeur général de Focal). Ces derniers ont décerné le prix à Gauthier Toux Trio. Accompagné sur scène par le contrebassiste danois enneth Dahl Knudsen (Jaleel Shaw, Gilad Hekselman, Jonhatan Blaque...) et le batteur français Maxence Sibille (Erik Truffaz, Flavio Boltro, Matthieu Michel...), le pianiste français Gauthier Toux explore le jazz et sa diversité. Formé à la Haute École de Musique de Lausanne, il a sorti un deuxième album avec son trio en 2016. Intitulé Unexpected Things, ce disque a été remarqué pour sa qualité.

Continuer à lire

Jazz : ils re-Vienne

MUSIQUES | Quel est le comble pour un festival de jazz ? De faire du classique. Ce pourrait être une blague récurrente du côté du Théâtre antique de la cité allobroge, mais c'est aussi la formule qui fait de Jazz à Vienne un incontournable de l'été. Où, en sus, il reste toujours quelque chose à découvrir.

Stéphane Duchêne | Mardi 5 juillet 2016

Jazz : ils re-Vienne

Toi aussi joue chaque année avec Jazz à Vienne au bingo des noms — c'est un peu comme compter les ponts ou les Peugeot rouge sur l'autoroute avec papa et maman lors des départs en vacances. Qui est venu ? Qui revient ? Quand l'a-t-on vu pour la dernière fois ? Qui opère son baptême du feu ? Et toi, dis, quand reviendras-tu ? Reste qu'un festival qui parvient à ce point à fidéliser ses invités ne peut être qu'un événement où l'on a envie de revenir, y compris en tant que spectateur. Il y a ce travail de défrichage de l'ombre avec les scènes dites annexes, depuis tant d'années, qui laisse aux jeunes pousses le temps de fleurir et de revenir en tête d'affiche (on pourrait appeler cela la jurisprudence Cecile McLorin Salvant / Chromb / Gregory Porter). Il faudra donc compter cette année, outre les précités, sur les présences de Diana Krall, l'immense guitariste John McLaughlin, l'incontournable Erik Truffaz, la désormais pop star internationale Ibrahim Maalouf, invité dans les plus grands raouts planétaires (cf. Cannes),

Continuer à lire

Cinq bonnes raisons d’aller à Jazz à Vienne

MUSIQUES | Les festivals s'effeuillent en cette fin d'hiver : au tour de Jazz à Vienne de présenter son programme, relevé et concentré sur les valeurs sûres. Voici notre top 5 (et la programmation complète en bas d'article).

Sébastien Broquet | Mardi 29 mars 2016

Cinq bonnes raisons d’aller à Jazz à Vienne

Chic feat. Nile Rodgers Le retour en force du génial Nile Rodgers initié par sa collaboration avec Daft Punk et Pharrell Williams sur Get Lucky entraîne évidemment le come-back de Chic (ou ce qu'il en reste, c'est à dire Nile) sur les grandes scènes de festivals. Revue de tubes en approche : des pépites disco composées avec son acolyte Bernard Edwards (disparu en 1996) à celles concoctées pour d’autres (Sister Sledge, Diana Ross remise en selle par Upside Down, le Let’s Dance de Bowie…), le théâtre va onduler du bodjo, sévèrement. Plaisir pur. Au Théâtre Antique le samedi 2 juillet Ibrahim Maalouf Le génial trompettiste d’origine libanaise s’est imposé durablement sur la scène jazz et au delà, depuis son premier album Diasporas en 2007. Réussissant à se frayer un chemin original et à défricher des pistes inexplorées, si ce n’est parfois par Jon Hassell, Ibrahim Maalouf mêle sonorités orientales et jazz, parfois saupoudrées d’une fine influence hip hop ou électronique.

Continuer à lire

Jazz à tous les temps

MUSIQUES | Entre éternels retours et renouvellement forcenés des talents, Jazz à Vienne continue pour sa 35e édition de puiser aux sources du jazz tout en se posant en laboratoire de la musique de demain. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 30 juin 2015

Jazz à tous les temps

On pourrait dire cela de chacune des éditions de Jazz à Vienne, mais c'est particulièrement vrai pour celle-ci : elle marque un retour aux sources, et même plusieurs. D'abord avec une ouverture en forme d'hommage et de déclaration d'amour à la ville-mère du jazz, La Nouvelle-Orléans. Où l'on croisera entre autres Dee Dee Bridgewater, mais aussi la fascinante Leyla McCalla, et dont le point d'orgue sera la présence, peu commune, du pianiste, chanteur, auteur-compositeur et surtout producteur de R'n'B originel Allen Toussaint. Comme chaque année, c'est un retour aux sources en chaîne qui s'opère derrière. Retour un peu permanent avec l'éternel comeback de figures comme George Benson ou Didier Lockwood, mais aussi de genres oubliés, avec le légendaire Golden Gate Quartet, qui prêche le gospel depuis 80 ans, et Gilberto Gil et Caetano Veloso, ce couple inspiré qui mit le feux aux poudres de la musique brésilienne (et de la musique tout court) à la fin des années 60 pour accoucher d'un mouvement qu'on appela "tropicalisme". Dans le genre

Continuer à lire

Le coup du chapeau de Pharrell Williams

MUSIQUES | Producteur branché devenu star mondiale au gré d'une ascension exponentielle, Pharrell Williams est aujourd'hui le nouveau roi de la pop. Et en plus, il a un chapeau à poser sur un éventuel melon.

Stéphane Duchêne | Lundi 22 juin 2015

Le coup du chapeau de Pharrell Williams

« L'homme est un animal à chapeau mou qui attend l'autobus 27 au coin de la rue de la Glacière » écrivait Alexandre Vialatte qui n'avait sans doute pas tort sur toute la ligne – en tout cas pas sur la ligne 27. Mais la maxime de l'inoubliable chroniqueur du journal La Montagne, il faut bien le reconnaître, ne s'applique guère au cas de Pharrell Williams, accueilli comme un pharaon en concert spécial pré-Jazz à Vienne. Le natif de Virginia Beach a beau arborer comme un symbole de la marque qu'il est devenu la mère de tous les chapeaux mous – ce fameux galure Vivienne Westwood "Petit Prince-style" et hors de prix qui a tant fait parler – il n'a pas attendu longtemps l'autobus du succès, ni même que celui-ci l'emmène sur une autoroute de la gloire tapissée de dollars. L'ascension fut progressive mais a semblé aller en s'accélérant de manière exponentielle : des productions R'n'B recherchées (à tous les sens du terme) du duo Neptunes au succès intergalactique de l'album GIRL stratosphérisé par le tube Happy, mascotte musicale de Moi, Moche et Méchant 2

Continuer à lire