Un film participatif tourné pendant la Biennale

Casting | Olivier Bosson, réalisateur, va recruter 300 figurantes et figurants bénévoles pour tourner le film participatif Dents de scie, notamment pendant la Biennale internationale design de Saint-Étienne. Plusieurs castings ouverts à toutes et tous sont organisés fin février.

Nicolas Bros | Mardi 14 février 2017

Photo : Olivier Bosson en casting pour le Forum des Rêves, avec Laurie Moreau © DR


De cinéma, il en sera beaucoup question pendant la Biennale internationale design (9 mars - 9 avril 2017). Notamment par le biais d'expos (Pop Corn au MAMC ou Zoom ! au Musée d'art et d'industrie). Mais le plus grand événement design de France sera également le théâtre du tournage d'un film participatif intitulé Dents de scie, qui traitera notamment des mutations du travail (thématique générale de la Biennale).
Le réalisateur Olivier Bosson, spécialiste de ce type de films, regroupant souvent de très nombreux acteurs et figurants, amateurs pour la plupart, tournera son œuvre pendant le mois d'avril à Saint-Étienne. Il se lance en cette fin de mois de février dans un grand casting qui se déroulera en plusieurs étapes. Les différentes sessions seront accessibles à un très grand nombre de personnes volontaires dès 12 ans. Vous trouverez ci-dessous l'ensemble des dates de castings ainsi que les conditions pour y participer.

Dates de castings

  1. Mercredi 22 février :
    9h/12h - Cinéma Le Méliès Jean Jaurès et 15h/18h au Méliès St François - 8, rue de la Valse
  2. Samedi 25 février :
    13h/17h - Cité du Design Salle de Séminaire 3 - Accès côté tramway - Arrêt Cité du Design
  3. Dimanche 26 février :
    14h/18h - Musée de la Mine 3, boulevard Franchet d'Esperey
  4. Lundi 27 février :
    12h/17h - Université Jean Monnet Site Tréfilerie - 10, rue Tréfilerie
  5. Mardi 28 février :
    16h/20h - Espace Sisley 9, rue Alfred Sisley à Saint-Etienne

À qui s'adressent les castings ?

Profil : ouvert à tous, avec ou sans expérience, à partir de 12 ans. 30, 40, 50... 100 ans sont les bienvenus / casting sans inscription
Profils spéciaux : cascadeurs/euses, entrepreneurs/euses, retraités, maquilleurs/euses, biznesseurs/euses, etc.
Tournage du 6 au 9 avril et du 15 au 23 avril.
La participation est bénévole.

Plus d'infos : facebook.com/dentsdescie
Contact : lefilm@citedudesign.com

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Marc Chassaubéné : « Nous avons tout fait pour éviter d'engager des frais à perte »

Biennale design | Le président de la Cité du design, vice-président de Saint-Etienne Métropole en charge du design et adjoint à la culture de la Ville de Saint-Etienne, Marc Chassaubéné, revient pour nous sur la décision de reporter la Biennale internationale design de Saint-Etienne d'une année.

Nicolas Bros | Mercredi 10 mars 2021

Marc Chassaubéné : « Nous avons tout fait pour éviter d'engager des frais à perte »

Décaler de quelques mois la tenue de la Biennale n'était pas envisageable ? Cela faisait partie des options qui étaient sur la table, mais il y a plusieurs difficultés. C'est le calendrier des expositions qui s'enchaînent à la rentrée dans les divers lieux de la Biennale, avec des questions de prêts d'œuvres, et des confrontations d'ordre technique. Le report d'un an offre une certaine sérénité par rapport aux conditions sanitaires, même si nous ne sommes plus sûrs de rien malheureusement... La Biennale internationale design de Saint-Etienne devait se dérouler sur 4 mois d'avril à août avec un investissement de 4 M€ et des retombées estimées à hauteur de 8, 5 M€ ? Nous avons donné ce chiffre-là car c'est celui qui était ressorti de l'étude menée à notre arrivée en 2014, avec plus des retombées se situant à plus de deux fois le budget investi dans l'événement. Ensuite, l'ambition de faire se tenir la Biennale sur toute la période estivale correspond à la volonté de donner une dynamique à tout le territoire dans une période de l'année où nous ne sommes pas identifiés jusqu'à aujourd'hui. Le fait d'aller jusqu'à la fin de l'

Continuer à lire

Le design domestiqué

Expo | André Wogenscky, Ludwig Mies Van Der Rohe, Jean Parthenay, Charles et Ray Eames, Maarten Baas, Pierre Guariche... Voilà (...)

Nicolas Bros | Mardi 8 décembre 2020

Le design domestiqué

André Wogenscky, Ludwig Mies Van Der Rohe, Jean Parthenay, Charles et Ray Eames, Maarten Baas, Pierre Guariche... Voilà quelques-uns des grands noms que l'on trouve dans l'exposition Déjà-vu. Le design dans notre quotidien. Avec sa sélection de 300 œuvres tirées des collections du Musée d'art moderne et contemporain, cette proposition nous embarque dans un parcours qui nous démontre la place que le design a eu sur les objets qui ont peuplé notre quotidien depuis le milieu du XXe siècle. Petit plus, l'expo ne se contente pas d'être un reflet du passé, mais permet, grâce à la mise en place d'ateliers au fil de la visite et d'un laboratoire de création en fin de parcours, de préparer le monde de demain, celui post-crise sanitaire. Tout un programme qui trouvera un écho avec la prochaine Biennale du design (28 avril au 22 août 2021) dont le thème annoncé est Bifurcations. Déjà-vu. Le design dans notre quotidien, du 16 décembre 2020 au 22 août 2021 au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole

Continuer à lire

Six expos principales pour la Biennale 2021

Biennale design | La 12e Biennale internationale design 2021 de Saint-Étienne qui se déroulera si tout va bien du 28 avril au 22 août 2021, proposera six expositions (...)

Nicolas Bros | Vendredi 2 octobre 2020

Six expos principales pour la Biennale 2021

La 12e Biennale internationale design 2021 de Saint-Étienne qui se déroulera si tout va bien du 28 avril au 22 août 2021, proposera six expositions principales destinées à « explorer les bifurcations ». "Bifurcations, choisir l’essentiel" étant le thème général de cette Biennale. Ces six expositions sont : Domesticité : vivre les bifurcations chez soi (commissariat : Catharine Rossi, Jana Scholze et Penny Sparke), Automobile : un objet qui questionne (commissariat : Olivier Peyricot), Afriques urbaines et rurales : un design d'influence sociale qui fait bifurquer les territoires (commissariat : Franck Houndégla), Dépliages : le design industriel pense les changements des objets corporels (commissariat : Florian Traullé), Pédagogies : expérimenter aujourd'hui pour apprendre demain (co-commissariat : Sophie Pène / co-commissariat et scénographie : étudiants et enseignants de l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne) et Les façons de produire (exposition-expérimentation proposée par le designer Ernesto Oroza). 12e Biennale du design, du 28 avril au 22 août 2021

Continuer à lire

On en sait plus sur la prochaine Biennale design

Biennale design 2021 | Événement incontournable de la vie culturelle et économique stéphanoise, la Biennale internationale design revient en 2021 pour sa douzième édition. Pour ce (...)

Nicolas Bros | Lundi 29 juin 2020

On en sait plus sur la prochaine Biennale design

Événement incontournable de la vie culturelle et économique stéphanoise, la Biennale internationale design revient en 2021 pour sa douzième édition. Pour ce nouveau cru, sa durée passe d'un mois en 2019 à trois mois en 2021. Elle se déroulera donc du 28 avril au 21 août de 'année prochaine. Concernant le thème, après Me You Nous - trouvons un terrain d'entente en 2019, ce sont les Bifurcations qui ont été retenues. 12e Biennale internationale design de Saint-Étienne, du 28 avril au 21 août 2021

Continuer à lire

Casting pour un tournage à Pont-Salomon avec Romain Duris

Ciné | Le prochain long-métrage de Martin Bourboulon, Eiffel, avec dans les rôles principaux Romain Duris et Emma Mackey, parlera de l'histoire secrète de la (...)

Nicolas Bros | Jeudi 13 juin 2019

Casting pour un tournage à Pont-Salomon avec Romain Duris

Le prochain long-métrage de Martin Bourboulon, Eiffel, avec dans les rôles principaux Romain Duris et Emma Mackey, parlera de l'histoire secrète de la création de la Tour Eiffel née d'une passion amoureuse entre le créateur et Adrienne Bourgès... La production (VVZ Production/L’Insensé Films) recherche des hommes en figuration (possédant une expérience de fonderie ou de chaudronnerie) et âgés entre 18 & 65 ans ayant des moustaches, barbes, favoris ou rouflaquettes (si ces personnes n'ont ni barbe, moustache ou favoris, il faudrait qu'elles acceptent de les faire pousser dès maintenant). Le tournage aura lieu en septembre à Pont-Salomon (Haute-Loire). Les personnes intéressées peuvent envoyer une photo récente ou selfie par mail à : uninventeurcasting@gmail.com avec comme référence PONT-SALOMON.

Continuer à lire

Des expos à la Cité du design

ARTS | Systems, not Stuff Dans un avenir de plus en plus dématérialisé, les systèmes deviendront plus importants que les choses (stuff). Lisa White (...)

Article Partenaire | Mardi 19 mars 2019

Des expos à la Cité du design

Systems, not Stuff Dans un avenir de plus en plus dématérialisé, les systèmes deviendront plus importants que les choses (stuff). Lisa White invite à explorer les terrains communs entre industrie, technologie, nature et design à travers le prisme de l’humain et de son action sur son environnement. Elle propose une réflexion sur les systèmes de production, sur les nouvelles collaborations et les solutions aux grandes questions de société à travers le design, où l’objet n’existe jamais seul, car lié aux systèmes d’esthétique, de fonction, de fabrication ou encore de distribution. Commissariat : Lisa White - Scénographie : François Dumas Resurrecting the Sublime / Humer le passé, ressentir nos actions Pourrions-nous encore sentir le parfum des fleurs exterminées par l’homme ? L’exposition immersive Resurrecting the Sublime (Ressusciter le sublime), proposée par l’artiste Alexandra Daisy Ginsberg, nous invite à sentir les effluves de deux fleurs éteintes, perdues à cause de l’activité coloniale. L’Hibiscadelphus wilderianus se trouvait dans les anciens champs de lave du versant sud du mont Haleakala,

Continuer à lire

Design-moi l’inclusion

Biennale design 2019 | La 11e Biennale Design se tiendra cette année du 21 mars au 22 avril à Saint-Étienne. Après le thème des mutations du travail lors de la précédente édition, place cette fois-ci à l’empathie et à la compassion avec "Me, You Nous - Créons un terrain d'entente".

Cerise Rochet | Mardi 5 mars 2019

Design-moi l’inclusion

Design : anglicisme. Mot masculin un poil galvaudé désignant bien autre chose que ce que l’on croit parfois. Fréquemment entendu dans l’expression « c’est design », qui ne veut finalement pas dire grand-chose; très souvent confondu avec le mot concept, mais aussi avec l’art contemporain... Loin d’être élitiste et réservé à une poignée d’initiés qui préféreraient discuter entre eux, le design est aujourd’hui absolument partout… Et pas seulement dans les expos. D’ailleurs, le design était déjà partout bien avant que l’on décide d’en faire des expos. Le pupitre d’écolier conçu en 1889 par l’ébéniste du coin ? Designé pour que les petits puissent facilement ranger livres et cahiers en soulevant le plateau, sans que l’encrier ne finisse sur le plancher. Le toboggan sur lequel vous glissiez quand vous étiez gamin ? Designé pour vous protéger de la chute de côté grâce aux rambardes de sécurité. Le siège conducteur de votre première auto ? Désigné pour épouser le plus parfaitement possible la forme de votre dos, et vous éviter le lumbago. Et demain ? Demain, le design continuera de remodeler vos objets du quotidien pour les rendre plus pratiques ou p

Continuer à lire

Quand les habitants se réapproprient la ville

Human Cities | Avec 11 partenaires européens, la Cité du design travaille depuis 2014 sur le projet Human Cities_ Challenging the City Scale, destiné à questionner l'échelle urbaine en menant de multiples expériences afin de contribuer au développement d'un quartier et améliorer la qualité des espaces publics. Pendant la Biennale, plusieurs expérimentations sont présentées.

Nicolas Bros | Vendredi 10 mars 2017

Quand les habitants se réapproprient la ville

Investie depuis 2005 sur le lien entre le design et l'innovation sociale, la Cité du design a toujours été une tête de proue dans le travail destiné à l'amélioration de l'espace public. Marquée notamment lors de la Biennale 2008 (Ecocity Lab), cette orientation s'est encore davantage concrétisée lorsque les équipes de la Cité se sont lancées dans le projet européen Human Cities_Challenging the City Scale en 2014. Basé sur un concept lancé par le studio de design belge Pro Materia, Human Cities s'inscrit dans les prérogatives d'amélioration de la vie en ville, à travers une collaboration étroite entre plusieurs acteurs locaux à l'échelle européenne. Repenser l'échelle urbaine Après avoir participé à une première expérience en 2010, la Cité s'est lancée dans une candidature plus lourde en devenant leader d'un nouveau projet Human Cities avec onze partenaires européens (Politecnico di Milano, Urban Planning Institute of the Republic of Slovenia, Clear Village London...). Autour de la question de l'échelle urbaine (Challenging the City Scale), cette action de 4 ans a permis de lancer plusieurs expérimentations avec les habitants. « Dans le cadre de

Continuer à lire

Olivier Peyricot : « Le design est un acteur de poids dans la société »

3 questions à... | Directeur Scientifique de la Biennale Internationale Design Saint-Étienne 2017, Olivier Peyricot est également directeur du pôle Recherche de la Cité du design. Il revient pour nous sur la thématique et les orientations de cette 10ème édition entre mutation du design objet vers un design d'usage et la volonté de mettre en lumière l'expérimentation.

Nicolas Bros | Jeudi 9 mars 2017

Olivier Peyricot : « Le design est un acteur de poids dans la société »

Pourquoi avoir choisi la thématique des mutations du travail ? La question du travail est un sujet en tension dans la société. Il est affleurant un peu partout. Avoir un travail pour avoir une présence sociale, cela compte beaucoup dans notre mode de vie. Il y a également de nombreuses tensions économiques et politiques autour du travail. L'actualité est très forte autour de ce sujet. Il suffit de se tourner vers la loi El Khomri et d'observer tout ce que ce changement cristallise. Il y a aussi une différence à entrevoir entre "travail" et "emploi". Ce n'est pas forcément fait dans les médias ou par les politiques. L'emploi, tel qu'on l'a connu, disparaît. Ce qui n'est pas le cas pour le travail. Ce dernier est en train de muter avec l'arrivée du numérique ou de nouvelles organisations sociales et innovantes... Les choses changent et c'est ce que nous allons essayer de pointer durant la Biennale. Sachant que le design change également. « Le design est sous influence des usages.» Nous passons d'un design d'objet à un design d'usage ? Le design est sous influence des usages. Il y a eu

Continuer à lire

Le directeur de la Cité du design quitte ses fonctions

Tête de culture | Selon nos confrères d'Acteurs de l'économie-La Tribune, Ludovic Noël, directeur général de l'EPCC Cité du design, va quitter ses fonctions pour rejoindre le (...)

Nicolas Bros | Vendredi 6 janvier 2017

Le directeur de la Cité du design quitte ses fonctions

Selon nos confrères d'Acteurs de l'économie-La Tribune, Ludovic Noël, directeur général de l'EPCC Cité du design, va quitter ses fonctions pour rejoindre le groupe de communication Altavia. À seulement quelques mois du début de la prochaine Biennale design (9 mars au 9 avril 2017), ce départ est un coup dur pour l'établissement et l'événement. La recherche d'un successeur devrait débuter dès la semaine prochaine.

Continuer à lire

Silence, ça tourne !

Nouveau lieu | Quel est le point commun entre Le Juge Fayard dit Le Shériff d'Yves Boisset, Noce Blanche de Jean-Claude Brisseau, Géronimo de Tony Gatlif et Qui c’est (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 janvier 2017

Silence, ça tourne !

Quel est le point commun entre Le Juge Fayard dit Le Shériff d'Yves Boisset, Noce Blanche de Jean-Claude Brisseau, Géronimo de Tony Gatlif et Qui c’est les plus forts ? de Charlotte de Turckheim ? Ces longs métrages ont tous été tournés en partie à Saint-Étienne et ses alentours. Afin de multiplier les initiatives de tournages professionnels dans notre région, une association vient de voir le jour. Son nom : B.A.T. pour Bureau d’Accueil des Tournages de la Loire. À l'instar de la quarantaine d’associations identiques en France, cette nouvelle structure a pour objectif de mettre en avant les atouts du territoire ligérien auprès des équipes de production extérieures au département. Le B.A.T. a également pour mission de recenser d'une part tous les professionnels du secteur mais également les lieux de tournage potentiels (qui peuvent être votre maison d'habitation si vous le souhaitez) ou les établissements d'hébergement et de restauration. Bureau d'Accueil des Tournages de la Loire, 15 rue Henri Gonnard à Saint-Étienne Plus d'infos sur batloire.fr

Continuer à lire

Detroit, ville invitée d'honneur de la prochaine Biennale design

ARTS | On connaît désormais le nom de la ville invitée d'honneur pour la Biennale internationale design 2017 : ce sera Detroit. La ville du Michigan, surnommée la (...)

Nicolas Bros | Mercredi 20 juillet 2016

Detroit, ville invitée d'honneur de la prochaine Biennale design

On connaît désormais le nom de la ville invitée d'honneur pour la Biennale internationale design 2017 : ce sera Detroit. La ville du Michigan, surnommée la Motor City (à cause de sa forte implication dans l'industrie automobile), a été le berceau de nombreux styles musicaux tels que la techno et a notamment abrité le siège de la célèbre maison de disques Motown. Elle est également la première ville américaine à avoir été labellisée "Ville créative : design" par l'UNESCO dans la "promo" 2015 (avec Kaunas en Lituanie, Budapest en Hongrie, Bandung en Indonésie, Puebla au Mexique et Singapour). Pour rappel, la dixième édition de la Biennale aura lieu du 9 mars 2017 au 9 avril 2017 et aura pour thème : Les mutations du travail. NB

Continuer à lire

Émergences #4 : Atelier Regards

Série vidéos "Émergences" | En partenariat avec la Ville de Saint-Étienne, le Petit Bulletin vous présente "Émergences", l'émission web qui présente les talents locaux qui feront parler d'eux demain. Quatrième volet avec les designers de l'Atelier Regards. NB

Nicolas Bros | Jeudi 7 juillet 2016

Émergences #4 : Atelier Regards

Émergences, l'émission web du Petit Bulletin Saint-Étienne, en partenariat avec la Ville de Saint-Étienne, met en avant les jeunes pousses de la culture stéphanoise. Pour le quatrième épisode de cette série, nous avons donné rendez-vous aux designers Lucile Schrenzel et Guillaume Buisson, de l'Atelier Regards, au sein de La Serre. Très actifs dans le milieu du design stéphanois, ces deux jeunes artistes proposent de décloisonner et d'ouvrir le design au plus grand nombre, notamment grâce à des activités ouvertes à toutes et tous. C'est d'ailleurs justement dans l'espace d'exposition de l'émergence stéphanoise de La Serre (ancienne École des Beaux-Arts) que le duo avait proposé une mini-chaîne de production lors de la dernière Biennale design internationale de Saint-Étienne. Rencontre avec des designers stéphanois très prometteurs, soutenus par la Ville dans le cadre de son programme Émergences.

Continuer à lire

Un nouveau studio cinéma à Saint-Étienne

ECRANS | Clément Faure, un jeune Stéphanois de 25 ans, vient de lancer avec son équipe de l'association Voluntas, un studio de tournage au 38 de la rue Michelet à (...)

Nicolas Bros | Mercredi 25 novembre 2015

Un nouveau studio cinéma à Saint-Étienne

Clément Faure, un jeune Stéphanois de 25 ans, vient de lancer avec son équipe de l'association Voluntas, un studio de tournage au 38 de la rue Michelet à Saint-Étienne. S'étalant sur près de 400 m² (200 m² de stockage et 200 m² de studio à proprement parler avec régie, banc de montage, salle de maquillage, ...), ce nouvel espace poursuit l'idée de donner les moyens à des réalisateurs de produire dans de bonnes conditions leurs bobines. « Nous souhaitons que n'importe quel réalisateur motivé, avec de bonnes idées, puisse être encadré dans la réalisation de son film, explique Clément Faure. Les thématiques abordées peuvent être assez larges. » Composée de quinze maillons forts et d'une quarantaine de personnes gravitant autour de l'association, l'équipe de Voluntas comprend presque tous les profils professionnels du cinéma, permettant ainsi au réalisateur de s'appuyer sur différents savoir-faire depuis la composition de l'image jusqu'à la postproduction. Le studio proposera également diverses formations pour les collèges, lycées mais également pour les adultes. Enfin, comme l'explique Clément Faure, l'association ne souhaite pas seulement œuvrer dan

Continuer à lire

Se mange sans faim

MUSIQUES | À l'heure où se posent de plus en plus de questions à propos de ce qu'il y a dans nos assiettes, il est bon de retrouver les mixtures des M.O.F. de (...)

Nicolas Bros | Mardi 31 mars 2015

Se mange sans faim

À l'heure où se posent de plus en plus de questions à propos de ce qu'il y a dans nos assiettes, il est bon de retrouver les mixtures des M.O.F. de l'électro et du beatmaking à la française, La Fine Équipe. Distribuant les tartes sonores dans la tronche à chaque nouvelle prod', Chomsk’, oOgo, Blanka et Gib en feraient pâlir d'envie un Noël Godin en pleine forme. Mais attention, ce ne sont pas de tartes à la crème dont on traite ici, mais bien de gimmicks ravageurs et d'ondes sonores de grande classe entre samples de qualité et technique irréprochable aux platines, sans indigestions de superflus inutiles. Initiateurs du tryptique de galettes 100% "purs sons ravageurs" dénommée la Boulangerie, La Fine Équipe continue de "digger" les ingrédients afin de concocter les meilleures recettes musicales et de nous les servir à température idéale. Et là où ils se distinguent avec leurs projets parallèles (Hoosky et Jukebox Champions), les quatre fantastiques en imposent davantage encore en quatuor, s'affichant clairement comme les dignes représentants d'un mouvement rendu populaire par C2C et dont ils sont définitivement les plus intéressants, évoluant avec classe et subtilité. NB

Continuer à lire

J’ai testé pour vous…l’essence du goût !

ARTS | Pendant près de six mois, des étudiants de l’ESADSE et des étudiants de l’Institut Paul Bocuse ont travaillé ensemble sur la scénographie du restaurant éphémère de (...)

Niko Rodamel | Vendredi 27 mars 2015

J’ai testé pour vous…l’essence du goût !

Pendant près de six mois, des étudiants de l’ESADSE et des étudiants de l’Institut Paul Bocuse ont travaillé ensemble sur la scénographie du restaurant éphémère de la Biennale. L'essence du goût est une performance gastronomique pour douze invités (en deux services) et quatorze serveurs, une chorégraphie culinaire mettant en éveil presque tous les sens des convives. Expérience sensible d’un service sans repas pour laquelle je me retrouve sur la guest-list. Les invités sont introduits dans une pièce les yeux bandés, on leur chuchote des bribes de phrases à l’oreille tandis qu’ils sont guidés par un bras invisible dans un espace incertain, déambulant parmi bruits et odeurs de cuisine. Perte des repères, l’espace devient élastique, confiance aveugle en cet hôte qui me promène à sa guise. On nous retire enfin le bandeau. Je découvre une immense table en U couverte de nappes blanches, à laquelle on m’assoit sans un mot. Des micro-performances s’enchaînent alors sous la direction autoritaire d’un maître d’hôtel impassible. Échanges de regards interrogatifs avec les cinq autres convives. Nous nous retrouvons au cœur d’un étrange balai où les serveurs se font danseurs, où tout est fait

Continuer à lire

B. Loyauté : " Le design est un langage qui se transforme avec le temps"

ARTS | Designer, enseignant, consultant, auteur ou commissaire d’expositions, Benjamin Loyauté était déjà présent sur la Biennale 2010 avec l’exposition Prédiction. Sollicité depuis sur de grands événements design à Pékin, Shanghaï ou au Luxembourg, il revient à Saint-Etienne en tant que co-commissaire général de la Biennale Internationale Design Saint-Etienne, aux côtés d’Elsa Francès. Rencontre avec un happy designer overbooké. Propos recueillis par Niko Rodamel

Niko Rodamel | Jeudi 5 mars 2015

B. Loyauté :

Vous partagez votre temps entre de nombreuses activités. Comment vous présenter ? Benjamin Loyauté : Me présenter d’une telle manière ou d’une autre serait assez réducteur. Les jeunes créateurs ou jeunes commissaires d’aujourd’hui sont assez polyvalents, ils peuvent avoir plusieurs fonctions et c’est précisément ce qui m’anime : je peux être à la fois designer expérimental ou designer sémantique lorsque je manie les mots, parfois je suis commissaire d’exposition, parfois je suis auteur, je peux parfois être expert… C’est un savant mélange entre l’aspect commercial du design et un aspect plus intellectuel et universitaire. Mon parcours est autant lié à la créativité qu’à l’histoire de l’art, celle des arts décoratifs et du design. Mais je peux avoir un bagage important sur le XIXème siècle et travailler en même temps avec des designers qui font des expériences au MIT ou travaillent en association avec la NASA ! Comment avez-vous appréhendé votre rôle de co-commissaire ? Devenir co-commissaire général d’une biennale à 35 ans est d’abord une belle surprise, mais c’est très vite un investissement et un

Continuer à lire

Beau dans tous les sens du thème

ARTS | Seule ville française à faire partie du réseau des villes créatives UNESCO de design, Saint-Étienne vivra tambour battant la neuvième Biennale Internationale Design, du 12 mars au 12 avril 2015. Forte d’un succès grandissant, la Biennale prend possession de façon tentaculaire le territoire stéphanois et même au-delà. Expositions, colloques, conférences, forums, tables rondes, ateliers et soirées rythmeront un mois tous azimuts pour tous les publics et toutes les sensibilités. Niko Rodamel

Niko Rodamel | Mardi 3 mars 2015

Beau dans tous les sens du thème

Thématique de la Biennale 2015, Les Sens du Beau, interroge l’importance des formes et les sens que celles-ci donnent aux fonctions, aux usages ou à la qualité de vie. L’enjeu de cette Biennale est de montrer que d’autres voies sont possibles que celles, monotones et répétitives, produites par la globalisation. Pour Yann Fabès, directeur de l’Ecole Supérieure d’Art et Design de Saint-Étienne, Les Sens du beau suivi d’un point d’interrogation est «Une proposition que l’on pourrait retrouver dans l’épreuve écrite d’un concours d’entrée en école d’art. Mais au-delà des jeux homophoniques qui permettent des déclinaisons à volonté (l’essence du beau, le beau et ses sens, censé être beau…), cette question agit dès que le design pose son analyse par les formes sur ce qui nous environne.» Benjamin Loyauté, co-commissaire général de la Biennale, rappelle que le beau n’est pas unique. «Le beau naturel serait universel en opposition au beau culturel qui lui est construit. Tout le monde a un avis sur le beau même si la perception que l’on en a n’est pas la même à Singapour ou à Saint-Étienne

Continuer à lire

Focus sur 2 expos de la Biennale IN

ARTS | Hypervital (commissariat : Benjamin Loyauté) Cité du design - Platine Co-commissaire général de la Biennale 2015 aux côtés d’Elsa Francès, Benjamin (...)

Niko Rodamel | Mardi 3 mars 2015

Focus sur 2 expos de la Biennale IN

Hypervital (commissariat : Benjamin Loyauté) Cité du design - Platine Co-commissaire général de la Biennale 2015 aux côtés d’Elsa Francès, Benjamin Loyauté présente également l’exposition Hypervital. Rencontré à la Cité du design le mois dernier, il nous confiait : «C’est une sorte de reconnaissance de la nature au même titre que l’homme. Il s’agit de remettre en cause ce symptôme qui fait que l’homme aurait tout pouvoir sur la nature. Le message que je veux délivrer vise à rétablir la légalité naturelle des choses. L’exposition se veut avant tout une zone de débat pour éveiller la curiosité des visiteurs et générer chez eux de l’affect, leur faire vivre une expérience pour générer une réflexion. J’essaie toujours de mettre en avant à la fois le côté pragmatique et le côté émotionnel des choses. C’est une sorte de puzzle ou de fable qui raconte une histoire en s’appuyant sur un fait réel.» A voir, entre autres, les œuvres de Massoud Hassani, Dan Watson, Susana Soares ou de Dominic Schlögel.

Continuer à lire