Sur un nuage

Fierté locale | En recevant le très prestigieux prix de littérature jeunesse Astrid Lindgren, l’auteur ligérien Jean-Claude Mourlevat vient de décrocher le Graal et la timbale du même coup. Une magnifique reconnaissance qui vient couronner l’œuvre de cet homme prolifique qui cultive pour autant la simplicité et la discrétion. Réaction.

Niko Rodamel | Mardi 13 avril 2021

Photo : Jean-Claude Mourlevat © Patrick Box


Vos nombreux romans ont été salués par près d'une centaine de prix. Avez-vous conscience qu'en recevant l'ALMA (Astrid Lindgren Memorial Award), vous jouez aujourd'hui dans la cour des très grands ?

C'est en effet une vraie dinguerie qui m'arrive là ! En matière de littérature jeunesse il y a des prix de toutes sortes, mais au niveau international il n'y en a que deux. J'avais raté de très peu le prix danois Hans-Christian-Andersen et j'étais dans la shortlist de l'ALMA depuis une dizaine d'années, je m'étais donc fait une raison, me disant que ma chance était sans doute passée. Cette année, nous étions 262 nominés issus de 68 pays. Ma stupéfaction n'en a été que plus grande lorsque j'ai appris la bonne nouvelle !

Comment avez-vous été prévenu et quand allez-vous recevoir votre trophée ?

Pour dire la vérité, j'avais complètement oublié le jour de la proclamation du palmarès ! J'étais à un enterrement dans mon petit village familial, Job, près d'Ambert où je suis né. Je venais de perdre ma tante, qui était également ma marraine, une personne que j'aimais vraiment beaucoup. C'est lorsque j'ai checké mes mails au retour du cimetière, que j'ai compris que mon éditeur, Gallimard, me pressait de rappeler les gens du prix Astrid Lindgren qui cherchaient désespérément à me joindre ! J'ai donc eu la présidente du jury qui, en anglais au bout du fil, m'a annoncé que j'étais le lauréat de l'Astrid Lindgren Memorial Award 2021. J'ai fébrilement répondu deux ou trois choses dont I can't believe it, mais en bon français j'étais littéralement scié ! La remise du prix prévue pour le 31 mai se fera malheureusement en distanciel, avec Baek Heena, la lauréate sud-coréenne de l'édition 2020. Je n'aurai donc pas l'occasion d'aller faire la bise à la Princesse de Suède comme l'ont fait mes prédécesseurs. Mais ce petit séjour dans la capitale suédoise n'est que partie remise. Je serai sans doute invité à la Stockholm Book Fair qui se tiendra en septembre prochain.

Le ministère de la Culture s'est fendu d'un communiqué vous félicitant au nom de Roselyne Bachelot. À quelles retombées vous attendez-vous ?

L'effervescence a débuté dès l'annonce du prix, pas mal de médias suédois, allemands et bien sûr français se sont manifestés très tôt, certains voulant des choses tout de suite et très très vite. Le téléphone sonnant en continu toute la journée, j'ai dû finir par l'éteindre car je ne pouvais plus rien faire du tout ! Certains vont simplement chercher des infos sur internet au risque d'écrire des bêtises, m'attribuant par exemple l'écriture d'un nouveau roman qui n'existe pas, qui n'est en fait qu'un texte de deux pages écrit gracieusement pour une association ! Mais comme c'est écrit sur Wikipédia, bien entendu l'info est reprise, c'est un vrai gag ! En ce moment je multiplie les interviews pour les médias nationaux qui souhaitent aller un peu plus en profondeur. Localement, c'est curieusement beaucoup plus calme, alors que je suis installé à Saint-Just Saint-Rambert depuis vingt-six ans. Mais si les médias ligériens n'ont pour l'instant presque pas réagi, dans ma région natale les journaux locaux se sont en revanche assez vite emballés, évoquant le natif, l'Ambertois, le Puydômois, titrant sur le couronnement d'un Auvergnat ou encore la reconnaissance planétaire pour la littérature auvergnate. Ils sont au taquet, c'est drôle !

L'effervescence a débuté dès l'annonce du prix, pas mal de médias suédois, allemands et bien sûr français se sont manifestés très tôt, certains voulant des choses tout de suite et très très vite. Le téléphone sonnant en continu toute la journée, j'ai dû finir par l'éteindre car je ne pouvais plus rien faire du tout !

Vous êtes largement traduit dans le monde entier, du Brésil au Japon. Qu'en est-il de la Suède ?

Mes romans ont été traduits jusqu'à aujourd'hui dans 29 langues, c'est une grande fierté. Et je viens d'être contacté par une traductrice suédoise pour me féliciter et m'avouer qu'elle avait traduit plusieurs de mes romans pour le jury du prix Astrid Lindgren, lequel lisait jusque-là mes livres dans leur version anglaise. Je vais donc certainement être publié en suédois et atteindre ainsi la trentaine de langues dans lesquelles on peut lire mes écrits.

Et après ? Cette reconnaissance internationale va-t-elle changer quelque chose pour vous ? Vous attendez-vous par exemple à de nouvelles sollicitations de la part des maisons d'édition ?

Même si toute cette agitation fait forcément plaisir sur le moment, je compte bien rester tranquille dans mon coin. De toute façon, il est clair que cette fois-ci je ne pourrai pas gagner de prix plus prestigieux, je n'aurai rien de plus, ça n'existe pas ! Le plus important c'est qu'il me reste encore des romans à écrire. Mes éditeurs parisiens, Gallimard et Fleuve, me traitent bien. Je n'ai pas l'intention de changer quoi que ce soit, je vais rester bien calé comme ça et mon objectif reste le même, essayer d'écrire des bons bouquins, cela me suffit tout à fait. Actuellement je suis en train de boucler la suite de Jefferson, mon dernier roman jeunesse.

Même si toute cette agitation fait forcément plaisir sur le moment, je compte bien rester tranquille dans mon coin.

L'ALMA s'accompagne de la coquette somme de 550 000 euros, on vous imagine davantage construire une maison dans les arbres plutôt que de craquer sur une voiture de sport…

Je pense en effet que l'on va se faire un petit plaisir familial, pourquoi pas trouver un petit pied-à-terre à Paris, qui pourrait aussi profiter aux amis, aux proches… Mais une fois la récompense dépensée, on pourra tout à fait continuer à vivre comme avant et c'est très bien comme ça.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Jean-Claude Mourlevat : le bonheur simple des mots

Portrait | Premier récipiendaire français du prestigieux Astrid Lindgren Memorial Award récompensant chaque année un auteur d'enfance et de jeunesse, Jean-Claude Mourlevat voit ainsi couronnées vingt-trois années d’écriture. L’occasion de revenir avec lui sur son parcours d’homme, une vie plurielle faite de rebondissements inattendus et de beaux succès.

Niko Rodamel | Mercredi 9 juin 2021

Jean-Claude Mourlevat : le bonheur simple des mots

Jean-Claude Mourlevat est né au printemps de l’année 1952 à Ambert, en Auvergne. Il se souvient d’une enfance heureuse, au Moulin de la Cour, un lieu-dit situé tout près du village de Job. « Mon père était meunier, il allait chercher le grain dans les fermes et il en faisait de la farine qu'il livrait ensuite aux boulangers. Mais chez nous, c'était aussi une ferme, nous avions des vaches, des cochons, des lapins et des poules. Ma mère s'occupait de ses six enfants, dont les trois aînés sont nés à la maison. Cinquième de la fratrie, j’ai trois frères et deux sœurs. » Jusqu’à ses 10 ans, le petit Jean-Claude fréquente l'école communale du village. Mais en septembre 1962, il doit rejoindre ses frères à l'internat du lycée Blaise Pascal, à Ambert. « La première année s'est très mal passée. » Une autre page se tourne quelques années plus tard, lorsque le paternel est contraint de fermer son moulin. « Notre Moulin de la Cour s'est peuplé de dizaines, puis de centaines de porcs grognant et hurlant. Je n'ai pas aimé ça. » Bac en poche, Jean-Claude prend la poudre d'escampette et poursuit ses études à Strasbourg, Toulouse, Stuttgart,

Continuer à lire

Hôtel California

Art contemporain | À l’occasion de sa toute première exposition au MAMC+, Maxime Duveau dévoile un univers singulier en noir et blanc, à la croisée de la photographie et du (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 février 2019

Hôtel California

À l’occasion de sa toute première exposition au MAMC+, Maxime Duveau dévoile un univers singulier en noir et blanc, à la croisée de la photographie et du dessin. Le dessinateur emploie indifféremment le fusain, le tampon à encre de Chine et la sérigraphie, jouant avec l’altération des images répétées, grattant ou froissant le papier pour faire jouer la matière et ses textures. Dans un long travelling façon polar, il nous embarque sur les avenues des grandes cités californiennes que l’on redécouvre à travers son regard, comme autant de décors curieusement inhabités. C’est lors d’un séjour sur la côte ouest des USA, photographiant tous azimuts son pèlerinage sur les terres du rock des sixties, que Duveau s’est constitué une banque d’images à partir de laquelle il travaille depuis près de quatre ans. L’artiste cite volontiers les Beach Boys, Frank Zappa ou Jim Morrison et l’on retrouve dans l’exposition des clins d’œil au groupe Jefferson Airplane comme au guitariste Johnny Ramone. Une année de travail aura été nécessaire pour préparer cette exposition qui ne présente que des oeuvres inédites. RingoleV.io Cosmique de Maxime Duveau, jusqu’au 24 février 201

Continuer à lire

"Fleuve noir" : Fugue en ado mineur

Polar | de Erick Zonca (Fr., 1h54) avec Vincent Cassel, Romain Duris, Sandrine Kiberlain…

Vincent Raymond | Mercredi 5 septembre 2018

Flic lessivé et alcoolo, le capitaine Visconti enquête la disparition de Dany. Très vite, il éprouve une vive sympathie pour la mère éplorée de l’ado, ainsi qu’une méfiance viscérale pour Bellaile, voisin empressé, professeur de lettres et apprenti écrivain ayant donné des cours privés à Dany… Des Rivières pourpres à Fleuve noir… Vincent Cassel a un sens aigu de la continuité : les deux films sont on ne peut plus indépendants, mais l’on peut imaginer que son personnage de jeune flic chien fou chez Kassovitz a, avec le temps, pris de la bouteille (n’oubliant pas de la téter au passage) pour devenir l’épave chiffonnée de Quasimodo au cheveu gras et hirsute louvoyant chez Zonca. Cette silhouette qui, entre deux gorgeons, manifeste encore un soupçon de flair et des intuitions à la Columbo ; ce fantôme hanté par ses spectres. Terrible dans sa déchéance et désarmant dans son obstination à réparer ailleurs ce qu’il a saccagé dans son propre foyer, ce personnage est un caviar pour un comédien prêt à l’investir physiquement. C’est le cas de Cassel, qui n’avait pas eu à hab

Continuer à lire