Un Stéphanois en finale d'un concours de création de jeux de société

Nicolas Bros | Mardi 11 mai 2021

Axel Deruyck a 26 ans et travaille dans un escape game stéphanois. Au-delà de son boulot, le jeune homme n'arrête pas de penser à créer des conditions de jeux pour autrui. La preuve avec sa création : un jeu de société où les couleurs se mélangent. Ce dernier s'appelle Méli Colors. Avec 4 autres finalistes, la création du Stéphanois a été retenue parmi les 110 jeux reçus pour le concours organisé par la maison d'édition Widyka dont le vainqueur verra sa proposition éditer. Si jamais, si le jeu d'Axel n'est pas choisi, il n'abandonnera pas pour autant.« S'ils ne choisissent pas mon jeu, explique-t-il, je ferai en sorte que ce projet voit le jour d'une manière ou d'une autre. »

Le public est appelé à voter avant le 12 mai à 11h sur ce site.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le jeu des rois et des autres

GUIDE URBAIN | Arrivé en Europe pendant la période médiévale, le jeu d'échecs a su s'imposer comme le jeu de tactique et de réflexion par excellence. Des générations de joueurs ont raffiné la théorie du jeu et ont parfait ses techniques et ses stratégies. La manière de pratiquer les échecs est désormais si codifiée que les observateurs extérieurs considèrent cette discipline comme trop complexe pour le commun des mortels. Et pourtant...

Antoine Desvoivre | Jeudi 27 juin 2019

Le jeu des rois et des autres

Le jeu d'échecs, reconnu comme une discipline sportive depuis janvier 2000, est basé sur un affrontement, de deux joueurs, qui s'écharpent par pièces interposées. La pratique est donc, par essence, empreinte d'un fort esprit de compétition. « Un club d'échecs n'est viable que tant qu'il fait de la compétition. Autrement les membres vont vite s'ennuyer. Il leur faut un challenge », explique François Trottet, président du club de Saint-Just Saint-Rambert. Ce challenge, certains l'ont cherché très tôt. C'est le cas de Laurent Cursoux : « ma première compétition je l'ai faite à 10 ans » raconte-t-il. « C'est quand même beaucoup l'envie de gagner qui motive à jouer. » Et depuis, de la "compète" il en a connu ! Il participe au championnat de France jeunes puis adultes, à des tournois internationaux et intègre l'équipe de France militaire. Pour autant, il ne perçoit pas le jeu comme étant élitiste. « Pas besoin d'être un génie pour jouer. La marche des pièces, elle s'apprend en cinq minutes » avance-t-il. Pour lui, il n'y a pas de secrets : « il y a des gens qui seront plus cartésiens, plus réfléchis et ils progresseront plus vite, ma

Continuer à lire