A la (re)conquête des publics

Dossier : analyse | Au centre des réflexions durant la crise sanitaire, la question de l’accessibilité de la culture pour les publics éloignés se fond aujourd’hui dans un enjeu encore plus large.

Cerise Rochet | Mardi 5 octobre 2021

Photo : ©Cerise Rochet


C'était dans le courant de l'hiver, il y a bientôt un an. Lucides quant à la situation, sentant que l'été 2021 ne serait pas un été « comme avant », les organisateurs du Foreztival décidaient d'annuler leur événement plutôt que d'en proposer un au rabais… Et de le remplacer par une manifestation culturelle sans précédent, susceptible de fédérer tous types de publics, y compris ceux que l'on appelle parfois les « éloignés ». Cet été, la bande d'acharnés a donc élaboré 64 propositions culturelles, en 49 jours d'affilée, dans plus de 60 communes du territoire de l'agglomération Loire-Forez*… Le tout, en formule gratuite. « La base du projet, c'était de proposer des choses à des gens qui n'ont pas forcément accès facilement et régulièrement à la culture live, souligne Marion Berthet, l'une des organisatrices. A l'arrivée, on a touché plus de 10 000 spectateurs. Ça prouve que quand tu vas à la porte des gens, ils ne demandent qu'à participer. »

La culture hors de ses murs

Alors que, durant la longue pause qui les a coupés de leur public, de nombreux acteurs culturels ont pu prendre le temps de penser en profondeur la question de la culture pour tous , certains avaient semble-t-il pris un peu d'avance. A Saint-Etienne, Farid Bouabdellah, directeur artistique du festival Arcomik et artisan du « aller vers » emmène en effet régulièrement des artistes hors des scènes habituelles : écoles, MJC, centres sociaux, maisons d'arrêt… Ou comment faire du décloisonnement un mot simple. « Tout le monde est intéressé par la culture. Celui qui va au théâtre deux fois par semaine, ceux qui écoutent de la musique sur une plateforme, ceux qui regardent les films du dimanche soir sur TF1... Malgré ça, certains ne mettent pas les pieds au spectacle, pour des raisons très diverses : ce n'est pas dans leurs habitudes, ils n'ont pas les moyens, c'est loin de chez eux, ils ne peuvent pas se déplacer… C'est donc à nous, d'apporter la culture jusqu'à eux ».

Collaborer pour séduire, accompagner pour rassurer

Et, si le hors-les-murs est sans aucun doute l'une des solutions pour toucher d'autres publics, c'est bien la collaboration qui peut permettre aux initiatives de porter leurs fruits. Structures d'éducation populaire, d'insertion voire de réinsertion, économiques, institutionnelles, sont ainsi devenues autant de partenaires sur lesquels s'appuyer pour diffuser la culture dans les grandes largeurs… « Eux, ont la possibilité de guider les publics jusqu'à nous, ce qu'on ne sait pas forcément faire », glissent les principaux concernés.

Guider les publics jusqu'au spectacle vivant, les accompagner… Voilà une formule qui résume à elle seule l'idée que le directeur de la Comédie de Saint-Etienne Benoît Lambert se fait de l'accessibilité à la culture
- question qu'il tient d'ailleurs à dédramatiser : « Pour certains, aller au théâtre, c'est compliqué. Notre rôle est donc de les accompagner, pour qu'ils rentrent dans une salle et voient un spectacle. Après ça, ils feront leur choix. Soit, ils ne reviendront pas, parce qu'ils se seront rendu compte que ce n'est pas leur truc. Soit, ils reviendront parce qu'ils ont aimé ça. Soit, ils auront envie de revenir mais devront de nouveau être accompagnés jusqu'à ce qu'ils soient suffisamment rassurés pour venir seuls. Mais l'art et la culture ne sont pas les seuls domaines qui nécessitent cet accompagnement… Par exemple, moi, je ne suis pas du tout un footeux. Mais comme je viens de m'installer à Saint-Etienne, je veux aller à Geoffroy-Guichard… Sauf que je ne me sens pas d'y aller seul, je n'ai pas les codes, je ne saurais pas où m'installer, quoi faire. Donc, j'ai moi aussi parfois besoin d'être accompagné… »

Ajuster ses propositions

Dans cette démarche rassembleuse, les méthodes employées ne sauraient cependant faire oublier le principal : pour séduire le public, quel qu'il soit, encore faut-il lui proposer des choses auxquelles il aura envie de participer. Ainsi les programmations sont-elles aujourd'hui pensées, millimétrées, calibrées pour que chacun puisse trouver sa place. Au théâtre des Pénitents de Montbrison, le directeur Henri Dalem, qui pratique le hors-les-murs collaboratif depuis déjà longtemps, n'hésite ainsi jamais à bouleverser l'idée que l'on se fait parfois de ce qu'est le spectacle vivant, quitte à briser les codes… Et surtout, à désacraliser les lieux de culture : « Il faut être capable de se diversifier pour ceux qui ne viennent pas parce qu'ils ont l'impression que ce n'est pas fait pour eux. Pour la rentrée des Pénitents par exemple, on a proposé une chasse au trésor. Et on a vu débarquer 160 personnes au théâtre, dont la majorité n'y avait jamais mis les pieds… ça, c'est déjà une première victoire. »

Reste qu'à l'heure où la plupart des acteurs culturels ont depuis plus ou moins longtemps déployé de bonnes doses d'énergie et de créativité pour fabriquer une culture à destination de tous, l'impact de la crise sanitaire pourrait très vite exiger d'eux qu'ils redoublent d'efforts pour capter l'attention des gens... y compris de leurs publics traditionnels. Après 18 mois de restrictions, sans doute la conquête d'hier est-elle en effet sur le point de se transformer aujourd'hui en une reconquête des spectateurs, tenus éloignés des activités culturelles durant si longtemps qu'ils en auraient perdu l'habitude. « Cet épisode va pousser tout le monde à se remettre en question, souligne la nouvelle directrice du Fil Ludivine Ducrot. Bien sûr, il faut se poser la question : "qui ne vient pas ?" et, en cela, l'étude des publics que nous allons mener à l'échelle de la SMAC va nous apporter des réponses. Mais il va sans doute aussi falloir nous demander "qui ne vient plus, pourquoi, et comment remédier à cela ?" En ce sens, tout ce qui a déjà été mis en place en direction de l'accessibilité doit être une source d'inspiration ».

*Réduite du fait des restrictions sanitaires, la manifestation devait initialement se concrétiser par 87 propositions culturelles en 87 jours dans les 87 communes de l'agglo Loire Forez.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Soutien !

ACTUS | Empathie et impatience… Durant de longs mois, le public s’est globalement montré très concerné par la fermeture des lieux de culture, pressé de retrouver (...)

Cerise Rochet | Mardi 5 octobre 2021

Soutien !

Empathie et impatience… Durant de longs mois, le public s’est globalement montré très concerné par la fermeture des lieux de culture, pressé de retrouver l’obscurité des salles, ou simplement touché d’évoluer dans une société privée de ces espaces vitaux. Ô combien bienvenu, cet engagement citoyen s’est très rapidement mué en un profond réconfort pour tous les acteurs culturels dépossédés de leurs principaux moyens d’expression. Aujourd’hui, les semaines ont passé, les mornes fermetures semblent définitivement derrière nous, les organisations d’événements reprennent, les portes ont rouvert… Mais la culture ne « reprendra » véritablement que lorsque les publics les franchiront de nouveau. Tandis que les saisons n’ont sans doute jamais été aussi denses que celle qui démarre, que les propositions n’ont jamais été si diverses, que tous les goûts, toutes les humeurs et toutes les bourses ont devant eux des chaussures conçues spécialement pour leurs pieds… Soutenons !

Continuer à lire

Programmations : le casse-tête pour éviter le casse-pipe

dossier : embouteillage | Ce n'est un secret pour personne : le monde de la culture a subi de plein fouet la crise du Covid 19 dans une confusion générale des plus frustrantes. Pour un coup d’œil dans le rétroviseur sans quitter la route des yeux, revenons avec quelques professionnels du milieu sur l’imbroglio des programmations qui complique la donne.

Niko Rodamel | Mardi 5 octobre 2021

Programmations : le casse-tête pour éviter le casse-pipe

Programmateurs, producteurs, gérants de salles, collectivités locales, techniciens, artistes, tous ont vécu avec les mêmes sueurs froides les déprogrammations en cascades, les annulations et les reports, les vrais et les faux espoirs. Responsable du développement des publics à la Comédie de Saint-Étienne, Julien Devillers dresse le bilan. « Nous avons dû annuler 14 spectacles sur la saison passée, soit 57 représentations non jouées. Seulement 4 d’entre eux ont pu être reportés sur la saison 21/22. Lors de notre réouverture en juin dernier, 10 spectacles ont pu être joués, soit 32 représentations sauvées. 60% de notre public a fait don à La Comédie des places perdues, déclinant notre proposition de remboursement. C’est un geste très fort. » Au Centre Culturel de la Ricamarie, 10 spectacles ont été annulés sur les deux dernières saisons, dont 6 seront reprogrammés cette année. Cécile Moulin précise : « L'idée est de ne pas abandonner les créations de la saison dernière, tout en évitant d’impacter celles à venir. Pour cette nouvelle saison, nous avons augmenté le nombre de spectacles et le nombre de représentations, grâce notamment a

Continuer à lire

Sur la scène classique, continuer, autant que possible…

Dossier : classique | Tout au long de ces presque 18 mois, l'absence de public a impacté fortement la psychologie des chanteurs et instrumentistes du monde classique et (...)

Alain Koenig | Mardi 5 octobre 2021

Sur la scène classique, continuer, autant que possible…

Tout au long de ces presque 18 mois, l'absence de public a impacté fortement la psychologie des chanteurs et instrumentistes du monde classique et lyrique : ainsi ont-ils eu 1 an et demi pour se lancer dans l'introspection méditative, au point qu’une petite minorité d'entre eux a opéré de spectaculaires revirements vers les métiers de bouche, la mécanique, les transports ferroviaires... A Saint-Étienne néanmoins, les structures professionnelles comme l'Opéra ont continué, chaque fois que cela a été possible, à dérouler leur saison, malgré ce trop long silence... national. En cette rentrée scolaire, les saisons symphoniques et lyriques reprennent donc presque normalement, malgré l'inévitable sacrifice sur l'autel du Covid de quelques productions... Le SyLF, ensemble professionnel, effectue sa rentrée lui aussi, et entame une saison quasi normale. Du côté des grosses structures professionnelles, les dispositifs « antichoc » mis en place par Pôle emploi ont non seulement permis aux intermittents de ne pas avoir à recalculer les heures reconduisant leurs droits au plus fort de la crise, mais également à de nouveaux professionnels d'entrer dans l'intermittence. L'éligibilit

Continuer à lire

« La galère des intermittents n’est pas encore terminée »

Dossier - Interview | Des contrats annulés, de l’incertitude, des vides juridiques, une précarité des statuts… Depuis le début de la crise, les travailleurs des métiers du spectacle ont vécu un ascenseur émotionnel et financier très fort… Qu’ils ont tenté de surmonter en se serrant les coudes. Rencontre avec Fred, Angeline et Bastien, trois membres du Collectif des Intermittents et Précaires de la Loire, pour un retour sur ces 18 mois de combat.

Cerise Rochet | Mardi 5 octobre 2021

« La galère des intermittents n’est pas encore terminée »

A l’heure de « la reprise », comment allez-vous ? Fred et Bastien : On sent que les techniciens qui ont recommencé à travailler sont vraiment heureux, ça fait un bien fou de se retrouver, d’être ensemble, de sortir de l’isolement dans lequel on s’est retrouvé. Cela dit, la reprise ne sera effective que lorsque les gens reviendront au spectacle. Angeline : On créé, on joue ou on monte des spectacles pour le partage avec le public. Sans cela, ça n’a pas de sens. Et puis, si je dois parler de mon cas, la reprise n’est pas encore là. Cela fait un an que je n’ai pas joué, et je ne rejouerai pas tout de suite, puisque de nombreuses dates ont été décalées à 2022, pour davantage de sécurité au cas où la situation se redégraderait cet automne. Pour ma part, je ressens donc encore beaucoup d’usure et de fatigue. Malgré tout, ces derniers mois, les salles ont réouvert, les événements ont repris, et l’année blanche a été prolongée jusqu’en décembre. Est-ce que cela signifie que cette rentrée signe la fin de la crise pour les intermittents du spectacle ? Là encore, la réponse n’est pas si simple : oui, la prolongatio

Continuer à lire

Je t’aime moi non plus

Romance -ou pas- | La séparation, ou la mort. Voici comment se terminent toutes les histoires d’amour. De leur première nuit à leur dernière, Adélaïde et René se sont aimés. 34 ans passés (...)

Cerise Rochet | Mardi 5 octobre 2021

Je t’aime moi non plus

La séparation, ou la mort. Voici comment se terminent toutes les histoires d’amour. De leur première nuit à leur dernière, Adélaïde et René se sont aimés. 34 ans passés à s’enticher, se caliner, se projeter, s’engueuler, se recaliner… Du premier emménagement aux tromperies, de la naissance des enfants à ce dernier moment partagé, Alexis Jebeile donne à voir 68 étapes de l’aventure tendre de ce couple du XXIe siècle, d’un équilibre fragile, d’un quotidien mouvementé… Un huis clos dans lequel, sans doute, chacun se retrouvera un peu. Adélaïde et René, par la compagnie Le Boétien, du mar 19 au vend 22 octobre à La Comédie de Saint-Etienne

Continuer à lire

Le Saint-Etienne du rire

Humour | A Saint-Etienne, les vacances de la Toussaint seront placées sous le signe de l'humour, grâce au festival Arcomik...

Cerise Rochet | Mardi 5 octobre 2021

Le Saint-Etienne du rire

C’est une édition pour laquelle il aura fallu patienter un bon moment. Initialement prévue en février comme à son habitude, la 18e du festival d’humour Arcomik (anciennement Arts Burlesques) avait tout d’abord été reportée en avril, avant d’être finalement décalée au mois d’octobre, en pleines vacances de la Toussaint. Une attente qui a occasionné quelques réaménagements de plateaux, sans néanmoins altérer la qualité du menu proposé : forte d’avoir glané au passage une notoriété nationale, cette édition sera pour le festival du rire stéphanois celle de la maturité… Offrant ses différentes scènes à quelques un(e)s des humoristes les plus en vue du moment. Humour grinçant cache tendresse Au programme de cette semaine de poilade, on retrouvera ainsi l’un des plus grands agitateurs des ondes, bien aimé des auditeurs de Nova, attaché aux personnages de beaufs auxquels il fait débiter un bon gros paquet de cochonneries… Et néanmoins élu humoriste le plus drôle de France en 2020 par le mainstream GQ. Au volant de son spectacle Le Dernier Relais, Benjamin Tranié campera ici tous les personnages d’un restaurant autoroutier

Continuer à lire

AaRON, toujours dans la lumière

Pop/electro | D’organique à synthétique, la distinction est parfois très ténue. La preuve avec le duo AaRON, qui sortait il y a tout juste un an son quatrième album, Anatomy (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 octobre 2021

AaRON, toujours dans la lumière

D’organique à synthétique, la distinction est parfois très ténue. La preuve avec le duo AaRON, qui sortait il y a tout juste un an son quatrième album, Anatomy of Light. Si Simon Buret et Olivier Coursier ont vu en 2006 leur titre U Turn (Lili), BO du film Je vais bien, ne t’en fais pas, les propulser sur le devant de la scène, ils n’ont cependant pas perdu de leur superbe avec le temps. Et si la dose d’électro dans leurs chansons a progressivement monté, ils gardent également de l’émotion et une poésie forte. Ce nouvel opus confirme la teneur du projet et de ses créations, lumineuses et toutes en liberté. Si vous ajoutez à cela une scénographie concoctée par Victorien Cayzeele, qui s’occupe entre autres des habillages scéniques de Vitalic ou Etienne Daho, cela donne un ensemble d’ingrédients prometteurs pour le retour du groupe en terres stéphanoises. AaRON + Bleu Tonnerre, vendredi 15 octobre à 20h30 au Fil

Continuer à lire

Le retour de la bamboche

ACTUS | En 2021, la rentrée culturelle sera festive, ou ne sera pas… Pour mêler théâtre, musique et pampille, rendez-vous ce vendredi soir, à la Comédie de Saint-Etienne.

La rédaction | Jeudi 16 septembre 2021

Le retour de la bamboche

Cela fait partie des traditions qui avaient dû être abandonnées l’an passé, et que tout le monde est bien content de retrouver. Ce vendredi soir, sur le parvis de la Comédie, cap sur une soirée de fête et de retrouvailles, ouverte à tous ceux qui n'ont d'autres prétentions que celle de passer un bon moment. Dès 18 heures en accès libre, il sera possible d’assister à la projection d’un court-métrage, et également à une exposition de costumes. 30 minutes plus tard, cap sur une succession de spectacles, de la lecture musicale proposée par la promotion 31 de l’Ecole, au concert des Semelles Funky, en passant par deux spectacles tout publics mêlant humour et poésie, ainsi que par le désormais célèbre swing made in New Orléans des Po’Boys. Et, pour que la bamboche soit totale… Deux Food trucks, ainsi que le restaurant la Compagnie serviront les ravitaillements. Option bonus : il est aussi possible de venir avec son pique-nique. On dirait bien que le rideau se lève de nouveau… Vendredi 17 septembre dès 18 heures à la Comédie de Saint-Etienne. Entrée libre.

Continuer à lire

Que la fête continue (ou reprenne) !

Edito | C’est une rentrée presque normale. Les saisons culturelles sont présentées à tour de rôle, les concerts reprennent, les terrasses sont encore ouvertes… Certes, (...)

Nicolas Bros | Mardi 7 septembre 2021

Que la fête continue (ou reprenne) !

C’est une rentrée presque normale. Les saisons culturelles sont présentées à tour de rôle, les concerts reprennent, les terrasses sont encore ouvertes… Certes, il faut son pass sanitaire mais l’offre est bel(le) et bien là. L’éclaircie semble de mise – après un été bien pourri, c’est appréciable. Et elle doit avant tout nous rappeler combien il est plaisant de pouvoir profiter d’un ensemble de propositions aussi diverses et variées que celles que vous trouverez dans ce numéro 97, guide panoramique de votre saison culturelle. Un numéro qui marque également un changement dans les rangs du Petit Bulletin stéphanois, avec l’arrivée d’une nouvelle rédac’chef. C’est Cerise Rochet, que vous lisiez déjà dans nos colonnes, qui reprend le flambeau de ce beau mensuel. Bonne lecture, et bonne rentrée à tous !

Continuer à lire

Le Fil investit le Puits Couriot pour sa soirée de lancement

MUSIQUES | Les vacances sont finies, mais voici une date à bien marquer dans votre agenda tout neuf : le coup d’envoi de la nouvelle saison du Fil, ce jeudi à Saint-Etienne. Zoom sur l'un des derniers événements de l'été, ou, si l’on préfère, l’un des premiers de la rentrée.

Léa Dusson | Lundi 6 septembre 2021

Le Fil investit le Puits Couriot pour sa soirée de lancement

Ce jeudi, inutile de vous rendre sur le Boulevard Thiers puisque c’est un Hors-les-Murs, que vous propose la Scène de musiques actuelles stéphanoise. Direction le parc aux pieds du Musée de la Mine, à l’entrée de la ville, où le Fil s’associe en effet à la Guinguette de Couriot pour son premier événement de l’année. Au programme de cette soirée de fête : animations en plein air, concerts, buvette… Autrement dit, tous les ingrédients pour lancer cette saison 2021 / 2022, dont l’ambiance sera garantie par LISA, (Ligue d’improvisation Stéphanoise Amateur). La troupe proposera des animations décalées et familiales tout au long de cette soirée, tandis que celles et ceux qui voudraient pousser la chansonnette devront se rendre du côté de la Caravane Karaoké, toujours dans le parc. Là-bas, on trouvera un piano, qui accompagnera les meilleures reprises. La Belle Vie en ouverture Mais les vrais acteurs de cette soirée, ce sont eux : deux groupes de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui vont se succéder sur la scène installée aux pieds du chevalement. C’est La Belle Vie qui ouvrira le bal. Composé de Simon-Gaspard et Julie, l’ancien quintet stéphanois, deven

Continuer à lire

Benoît Lambert, Artisan de la scène

SCENES | Fraîchement nommé à la tête de la Comédie de Saint-Etienne, Benoît Lambert y portera un projet collectif, mené en synergie avec plusieurs artistes. Portrait d’un penseur, devenu un homme de théâtre d’expérience.

Cerise Rochet | Mardi 7 septembre 2021

Benoît Lambert, 
Artisan de la scène

Un jeudi matin de la fin du mois d’août, dans les méandres des bureaux de la Comédie de Saint-Etienne. A peine rentré de vacances et déjà au charbon, Benoît Lambert nous accueille, avenant, au sortir d’une réunion avec ses équipes. Tandis qu’en préambule de l’entretien qu’il nous accorde, se pose la question de la photo qui illustrera son portrait, l’homme tranche, un sourire un brin résigné aux lèvres : « De toute manière, les appareils photos ne m’aiment pas ». Auto-flagellation ? Non, du tout. Juste que son « narcissisme n’est pas là ». Nouveau directeur de la Comédie de Saint-Etienne, Benoît Lambert est de ceux qui préfèrent regarder qu’être vus… Spectateur, pas comédien. Rien d’étonnant, donc, à ce que son goût pour le théâtre se soit d’abord concrétisé par la mise en scène. Lui qui, gamin puis ado, éprouvait une certaine fascination pour les acteurs, est devenu « un spectateur qui fabrique lui-même les spectacles qu’il a envie de voir ». Jamais rassasié par Molière, l’ancien directeur du Théâtre Dijon Bourgogne présentera ainsi en janvier prochain son Avare, après avoir déjà monté Les Fourberies de Scapin en 1995, Le Misanthrope en 2006

Continuer à lire

AaRON dans la lumière

Electro-pop | Simon Buret et Olivier Coursier, le duo formant AaRON révélé en 2006 avec le titre U-Turn (Lili), BO du film Je vais bien, ne t’en fais pas, ont (...)

Nicolas Bros | Mardi 7 septembre 2021

AaRON dans la lumière

Simon Buret et Olivier Coursier, le duo formant AaRON révélé en 2006 avec le titre U-Turn (Lili), BO du film Je vais bien, ne t’en fais pas, ont attendu cinq ans pour sortir une nouvelle épreuve. Anatomy of Light flirte volontiers dans les méandres de la pop électronique. Davantage encore que We Cut The Night, leur précédent opus déjà bien marqué par un côté hypnotique et dansant. Si vous ajoutez à cela une scénographie conçue par Victorien Cayzeele (Daho, Vitalic), cela donne un cocktail détonnant sur scène. AaRON + Bleu Tonnerre, vendredi 15 octobre au Fil (Saint-Etienne)

Continuer à lire

Monte dans la Mustang

Rock | Les Clermontois de Mustang ont commis Memento Mori, un quatrième album qui s’est fait attendre – sept ans tout de même – et un album tout en (...)

Nicolas Bros | Mardi 7 septembre 2021

Monte dans la Mustang

Les Clermontois de Mustang ont commis Memento Mori, un quatrième album qui s’est fait attendre – sept ans tout de même – et un album tout en subversion et provocation. Mais surtout une originalité forte, marque de fabrique de cette formation malheureusement bien trop méconnue. Avec ce disque, le trio met le riff là où ça fait mal en pointant avec humour les travers de notre société, mais toujours avec un sens de la rythmique et une harmonie entêtante. Bref, encore un disque qui fait mouche et qui fera mouche sur scène, à n’en pas douter. Mustang, le 3 décembre 2021 au Fil (Saint-Etienne) et le 11 février 2022 au Château du Rozier de Feurs (dans le cadre du festival Poly’Sons)

Continuer à lire

Chienne d’époque

théâtre | Elle s’appelle Lola, elle a 8 ans et demi. Il s’appelle Thélonius, il est un chien sans collier, sans domicile, il chante et parle plusieurs langues. (...)

Cerise Rochet | Mardi 7 septembre 2021

Chienne d’époque

Elle s’appelle Lola, elle a 8 ans et demi. Il s’appelle Thélonius, il est un chien sans collier, sans domicile, il chante et parle plusieurs langues. Bientôt, Thélonius va courir un grand danger : une nouvelle loi vient d’être votée, et tous les chiens sans collier vont être expulsés… Peut-être la jeune Lola, gourmande de discussions et éprise de liberté, pourra-t-elle l’aider ? Avec sa mise en scène du texte de Serge Kribus, Zabou Breitman signe une pièce drôle, touchante, et pleine d’espoir quant à ce qui peut se passer lorsqu’on cherche à être ensemble plutôt que divisés. Thélonius et Lola, du 24 au 26 novembre à la Comédie de Saint-Etienne

Continuer à lire

Enquête amoureuse

Adaptation | Une histoire d’amour homosexuelle, intense, sensuelle mais violente, dans la province des années 80. Une histoire racontée avec pudeur, nostalgie et (...)

Cerise Rochet | Mardi 7 septembre 2021

Enquête amoureuse

Une histoire d’amour homosexuelle, intense, sensuelle mais violente, dans la province des années 80. Une histoire racontée avec pudeur, nostalgie et mélancolie. Une histoire gardée secrète durant près de 30 ans, avant de devenir le roman le plus autobiographique de l’écrivain à succès Philippe Besson. Une histoire aujourd’hui adaptée à la scène par Angélique Clairand et Eric Massé, avec audace, justesse et brio. Un spectacle tout en émotions contenues, prêtes à nous exploser à la figure, à tout moment. Arrête avec tes mensonges, le 22 octobre à la Comédie de Saint-Etienne

Continuer à lire

Ludivine Ducrot : « Faire du Fil un véritable lieu de vie et pas seulement un lieu de diffusion »

Grand entretien | Elle a pris ses nouvelles fonctions le 1er septembre. Ludivine Ducrot est la nouvelle directrice du Fil, la salle de musiques actuelles de Saint-Etienne, après le départ de Thierry Pilat pour Lyon et la Halle Tony Garnier. Née en Haute-Savoie, cette acharnée de travail connaît déjà bien le Fil et ses équipes. Elle aura la difficile tâche de faire revenir le public dans la salle stéphanoise tout en essayant d'attirer encore plus de curieux.

Nicolas Bros | Mardi 7 septembre 2021

Ludivine Ducrot : « Faire du Fil un véritable lieu de vie et pas seulement un lieu de diffusion »

Quel est votre parcours professionnel ? Je suis originaire du village d’Habère-Poche en Haute-Savoie et j’ai 41 ans. J’ai fait mes études supérieures en sociologie à Chambéry et info-com Lyon. Pendant mes études à Lyon, j’ai fait un stage de 6 mois à la Nacre, l’agence régionale du spectacle vivant puis au Toboggan à Décines-Charpieu dans le Rhône. J’ai ensuite enchaîné les expériences dans des structures de production dans la coordination puis j’ai travaillé au Centre de musique traditionnelle à Saint-Fons, à la Biennale du Fort de Bron, etc. En 2010, je suis revenue à la Nacre en tant que conseillère juridique pendant huit ans. Enfin, en 2018, j’ai pris la direction de Grand Bureau, le réseau régional des musiques actuelles. Le défi était relevé car il fallait structurer ce dernier. Puis avec l’arrivée du Covid, il a fallu être proche des différents acteurs du secteur et des pouvoirs publics. Parallèlement, depuis que j’ai 14 ans, j’interviens pour le festival Rock’n’Poche dans mon village. Bénévole jusqu’en 2005, j’ai travaillé ensuite à mi-temps pour cet événement, à la coordination puis la direction. Avec votre arrivée au Fil, al

Continuer à lire

Le Tour du Forez jette l'éponge

ACTUS | C'est une immense déception. Alors que le festival Le Tour du Forez affichait il y a seulement quelques jours de très beaux résultats de fréquentation à (...)

Nicolas Bros | Jeudi 15 juillet 2021

Le Tour du Forez jette l'éponge

C'est une immense déception. Alors que le festival Le Tour du Forez affichait il y a seulement quelques jours de très beaux résultats de fréquentation à mi-parcours, le voilà contraint de stopper l'aventure. « Suite aux annonces d'Emmanuel Macron du lundi 12 juillet, nous sommes démunis, atterrés, épuisés, écœurés... explique par communiqué l'association FZL, organisatrice de l'événement. Ce lundi 12 juillet, on nous laisse 9 jours pour modifier toute la philosophie d'un projet que nous avons construit depuis 9 mois. On nous laisse 9 jours pour réussir l'impossible. Comment pouvons-nous imaginer qu'en 9 jours nous puissions réunir la force humaine, financière et logistique pour la mise en œuvre de ces conditions inadaptées et incohérentes... » L'équipe rappelle également que le festival est porté notamment grâce à un investissement en fonds propres de l'association à

Continuer à lire

5 400 spectateurs à mi-parcours pour Le Tour du Forez

SCENES | L'équipe du Foreztival est ravie et pour cause. L'association est en passe de réussir son pari : faire du Tour du Forez un événement réussi avec ses 87 dates (...)

Nicolas Bros | Jeudi 8 juillet 2021

5 400 spectateurs à mi-parcours pour Le Tour du Forez

L'équipe du Foreztival est ravie et pour cause. L'association est en passe de réussir son pari : faire du Tour du Forez un événement réussi avec ses 87 dates dans les 87 communes de Loire Forez Agglomération. Avec, à mi-parcours, 5 400 spectateurs accueillis sur 48 événements, la machine est bien engagée. Pour les retardataires, il reste encore des spectacles afin de participer à la fête, qui tiennent à le rappeller les membres de l'association FZL, « n'est pas seulement le projet de l'association mais celui de tout un territoire. » Le Tour du Forez, jusqu'au 8 août, dans les 87 communes de Loire Forez agglomération. Plus d'infos et programmation complète sur

Continuer à lire

Sous le masque, un grand souBuire

Lieu | Ces dernières semaines, la structure l’hormoise a rouvert ses portes au grand public, et surtout, aux, scolaires… Non sans euphorie.

Cerise Rochet | Mercredi 23 juin 2021

Sous le masque, un grand souBuire

C’était le mercredi 19 mai, en début d’après-midi. Alors que dans les centres-villes, les terrasses commençaient à se remplir de leurs clients impatients, à l’Horme, dans les bureaux de l’Espace culturel La Buire, on poursuivait le travail consciencieusement. Ici, malgré la non présence du grand-public, l’activité ne s’était jamais vraiment arrêtée… Et le moral avait toujours été plutôt au beau fixe. « On n’a jamais flanché », soufflait alors Caroline Agher, responsable des affaires culturelles de la ville, dont on devinait facilement le sourire sous le masque. Forte d’un « climat politique permettant de travailler sereinement » - entendons par là, une augmentation du budget alloué par la municipalité à la culture -, la structure a ainsi accueilli, plus de six mois durant, des résidences de toutes sortes, y compris certaines choses… « Surprenantes », dont la responsable avait alors envie de se faire l’écho. « Des décors et des costumes » « Nous nous sommes ouverts à des esthétiques très différentes, poursuivait-elle. A La Buire, l’accueil en résidence n’est pas nécessairement conditionné par le fait de devoi

Continuer à lire

Drôles de plumes

Concours festival Arcomik x SACD | Le festival d'humour stéphanois, Arcomik, vient d'annoncer la création d'un concours national de textes d'humour en partenariat avec la SACD (Société des (...)

Nicolas Bros | Mardi 22 juin 2021

Drôles de plumes

Le festival d'humour stéphanois, Arcomik, vient d'annoncer la création d'un concours national de textes d'humour en partenariat avec la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques). Ce concours permettra de « mettre ces "créateurs de l'ombre" en lumière » selon les organisateurs. Les auteures et auteurs sont invités à travailler sur le thème de l'édition 2021 intitulé "Enjeux environnementaux... ou tard ?". Les textes peuvent être d'une forme libre et d'un format de 2 à 3 feuillets (5 000 à 7 000 signes, espaces compris). Pour participer, il suffit de se rendre sur cette page. Un jury de professionnels, présidé par Jean Dell, se réunira en septembre afin de sélectionner trois heureux gagnants qui seront invités à la soirée Talents Nouveaux du 25 octobre 2021 à la salle de spectacles de la Maison de l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne. À cette occasion, des élèves de l'Ecole de La Comédie de Saint-Etienne interpréteront ces écrits sur scène. L'un des trois auteurs sera récompensé par un prix de 1 000 euros suite à une sélection le soir-même par le jury

Continuer à lire

Le planétarium en version 4K

Vers l'infini et au-delà | Le Planétarium de Saint-Etienne vient de voir son matériel de projection entièrement revu à la hausse, parallèlement à la mise en place d'un contrat de location-maintenance entre la Ville de Saint-Etienne et RSA Cosmos, entreprise située à Sorbiers et spécialisée dans les technologies de projections pour planétariums.

Nicolas Bros | Mardi 22 juin 2021

Le planétarium en version 4K

Une image qui a gagné en luminosité, en colorimétrie et en résolution. Au Planétarium de Saint-Etienne, ce sont six nouveaux projecteurs laser 4K qui ont pris place derrière l'écran, rendant l'expérience visuelle beaucoup plus immersive - avec une qualité d'image estimée à 7 fois supérieure à avant. Après le dernier investissement dans la 3D qui datait de 2011, la Ville a décidé de donner un nouveau souffle à l'un des outils culturels scientifiques incontournables de Saint-Etienne. « Nous avons passé un contrat location-maintenance avec RSA Cosmos afin de bénéficier d'un matériel à jour et en bon état de fonctionnement, explique Marc Chassaubéné, adjoint à la culture de la municipalité stéphanoise. Le planétarium de Saint-Etienne va constituer un véritable showroom, un démonstrateur pour l'entreprise de Sorbiers. » Avec ce nouveau dispositif de projection, l'infrastructure stéphanoise élimine par la même occasion certaines contraintes techniques. Désormais, les consommables comme les lampes ont disparu et le matériel chauffe beaucoup moins. Ce nouveau matériel de projection a nécessité un investissement compris en 700 000 et 900 000 euros - sans compt

Continuer à lire

Une tranche de galaxie

Culture scientifique | Par le médiateur scientifique du Planétarium.

La rédaction | Mercredi 9 juin 2021

Une tranche de galaxie

NGC4565 est une galaxie connue sous le nom de galaxie de l'Aiguille en raison de son apparence effilée. Cette image a été prise avec le télescope de 3, 6m du CFHT (Canada France Hawaï Telescope) situé à 4 200m d'altitude au sommet du volcan Mauna Kea. Cette galaxie, située dans la constellation de la Chevelure de Bérénice, présente un noyau central bombé très lumineux et des bandes sombres de poussières qui obscurcissent son plan. Il s'agit cependant d'une galaxie spirale mais vue par la tranche. Située à 40 millions d'années-lumière, NGC 4565 s'étend sur 100 000 années-lumière de diamètre (dimension semblable à notre propre galaxie). On notera à l'arrière-plan la présence de très nombreuses autres galaxies de différents types.

Continuer à lire

De haut en bas, que la colline est belle

Festival | Le festival des 7 Collines reprend sa place dans la métropole stéphanoise, proposant 15 jours de cirque, danse, musique et performances à redonner du souffle.

Cerise Rochet | Mercredi 9 juin 2021

De haut en bas, que la colline est belle

Il fait partie des festivals passés à la trappe en 2020, au grand dam de toutes celles et de tous ceux qui en ont fait un rendez-vous immanquable du début de l’été. Qu’on se rassure, après une année de disette, les 7 Collines reviennent plus en forme que jamais, avec une programmation festive - parce qu’il faut bien se remettre de ses émotions -, et audacieuse -parce qu’il faut bien aller de l’avant, quitte à se faire bousculer un peu. Avec près de 20 spectacles en 15 jours sur une grande partie de la métropole stéphanoise, l’événement retrouve ses marques, fidèle à son ambition de toujours : vulgariser la création contemporaine, et voir le cirque, la musique du monde, la danse et la performance provoquer sourires sur les lèvres et boum-boum dans les cœurs de tous les spectateurs. Du cirque de haute-volée Mesdames, messieurs approchez donc, au rayon cirque cette année, sans doute n’y aura-t-il pas de place pour tout le monde. Au milieu d’une multitude de pièces engagées, spectaculaires, ou parfois les deux à la fois, on optera sans trembler pour la compagnie française Cabas. Venue de région parisienne, celle-ci s’installera le temps d’une seule so

Continuer à lire

Juin sur le fil

MUSIQUES | Du côté du Fil de Saint-Etienne, en attendant l'arrivée d'une nouvelle direction et d'une nouvelle saison dès septembre, on ne s'en laisse pas pour (...)

Nicolas Bros | Mercredi 9 juin 2021

Juin sur le fil

Du côté du Fil de Saint-Etienne, en attendant l'arrivée d'une nouvelle direction et d'une nouvelle saison dès septembre, on ne s'en laisse pas pour autant conter. Plusieurs projets viennent marquer le retour aux affaires. D’abord, un livestream du duo basse/batterie noise-rock stéphanois Milkilo qui vient de sortir son nouvel album Abandon. Ensuite deux afterworks, un concert des Ladaniva pour les 7 Collines, la finale du concours d’éloquence Baratin mais aussi la venue en version rock du chroniqueur engagé de France Inter Guillaume Meurice. Ce dernier se présentera le 18 juin avec son groupe The Disruptives. Une date mêlant humour, politique et musique. Plus d’infos sur le-fil.com

Continuer à lire

Ludivine Ducrot est la nouvelle directrice du Fil

Nouvelle tête | Après le départ de Thierry Pilat pour prendre la direction de la Halle Tony Garnier, la salle de musiques actuelles de Saint-Etienne était dirigé (...)

Nicolas Bros | Mardi 29 juin 2021

Ludivine Ducrot est la nouvelle directrice du Fil

Après le départ de Thierry Pilat pour prendre la direction de la Halle Tony Garnier, la salle de musiques actuelles de Saint-Etienne était dirigé temporairement par un triumvirat composé de Simon Javelle, David Rivaton et Clément Terrade. Cet intérim va bientôt prendre fin avec l'arrivée fin juillet de Ludivine Ducrot à la tête de la structure stéphanoise. Depuis mars 2007, elle est directrice du festival Rock'n Poche (qui se déroule en Haute-Savoie, à Habère-Poche) et depuis septembre 2018 elle officiait à Lyon en dirigeant le réseau des musiques actuelles d'Auvergne-Rhône-Alpes : Grand Bureau. Son profil a séduit le jury parmi une vingtaine de candidatures reçues pour le poste de direction de la salle de musiques stéphanoise.

Continuer à lire

87 fois plutôt qu’une

Festival ambulant | Pas de Foreztival en 2021, mais une virée dans chaque commune de Loire Forez agglomération ! Ça s’appelle Le Tour du Forez et c’est un projet unique avec 87 propositions culturelles gratuites, initié par l’équipe du fameux festival d’été de Trelins. On vous explique.

Nicolas Bros | Mercredi 9 juin 2021

87 fois plutôt qu’une

Après avoir dû annuler le Foreztival en 2020, puis avoir pris les devants en annonçant dès décembre 2020 que l’édition 2021 n’aurait pas lieu, les organisateurs du plus gros festival ligérien ne resteront pas pour autant dans l’ombre cet été. Bien au contraire, puisqu’ils se sont lancés dans un pari un peu fou, à l’instar de ce qu’a pu être le projet initial du Foreztival transformé depuis en véritable réussite locale. Cette année, l’équipe a décidé d’aller animer les 87 communes que compte Loire Forez agglomération en organisant pas moins de 87 événements du 2 juin au 8 août. « Nous sommes très attachés à notre territoire, annonce Laure Pardon, directrice de l’association FZL, organisatrice du Foreztival. Nous avons donc réfléchi à un projet afin d’amener les habitants à mieux connaître les communes de Loire Forez. » Mettant en avant la culture sous toutes ses formes, ce projet intitulé Le Tour du Forez proposera des concerts, des spectacles, des apéro-mix, des expos, des ateliers artistiques mais aussi des expériences plus ins

Continuer à lire

L'éPOPée Verte, le docu

Scène stéphanoise | L'avenir de la musique pop française, c'est Saint-Etienne. Attention, ne voyez pas là l'adjectif "pop" comme un épitèthe péjoratif. À l'instar de ce qu'a pu (...)

Nicolas Bros | Mercredi 5 mai 2021

L'éPOPée Verte, le docu

L'avenir de la musique pop française, c'est Saint-Etienne. Attention, ne voyez pas là l'adjectif "pop" comme un épitèthe péjoratif. À l'instar de ce qu'a pu constituer Rennes pour le rock dans les années 80, Saint-Étienne est aujourd'hui le berceau d'une scène musicale d'où émergent de nombreux talents mêlant chanson, rap et électro. Parmi ceux-ci, Terrenoire, Zed Yun Pavarotti, La Belle Vie, Fils Cara et Coeur ont pris part à un projet destiné à mettre en avant cette effervescence créative stéphanoise : l'éPOPée Verte. Si le concert parisien réunissant tous ces artistes n'a pu se tenir pour cause de Covid, une soirée s'est déroulée au Fil de Saint-Etienne le 3 octobre 2020. Si ce live est passé, vous pouvez le revoir

Continuer à lire

À la Talaudière, le centre culturel Le Sou mise sur l’an prochain

Lieu | Désabusé et lassé des multiples reports et annulations des spectacles programmés depuis un an, Gaël Gaborit, le responsable du Sou, préfère regarder devant lui. A 15 jours d’une réouverture, lui s’impatiente surtout de la saison prochaine, qui s’annonce riche et bien fournie.

Cerise Rochet | Mardi 4 mai 2021

À la Talaudière, le centre culturel Le Sou mise sur l’an prochain

Fin avril, à la Talaudière, un soir de pluie. Désespérément seul dans son bureau, Gaël Gaborit, responsable du centre culturel Le Sou, se languit… Et ce ne sont pas les annonces du président Macron, quelques heures auparavant, qui semblent le consoler. Oui, la réouverture des salles de spectacles semble se dessiner. Mais trop d’inconnues restent encore à éclaircir. Quid des jauges, et de la territorialisation ? La Loire sera-t-elle réellement en capacité d’accueillir prochainement du public, compte tenu de sa situation sanitaire ? « Non, je ne suis pas rassuré, d’autant qu’en plus, on a eu l’habitude des revirements de dernière minute, donc rien n’est encore fait ! », souffle-t-il avec lassitude. Malgré tout, pas mal de choses sont d’ores et déjà arrêtées concernant la programmation du Sou pour ces prochains mois. Le dernier spectacle de la saison, qui devait se tenir fin mai, a finalement été annulé. La salle accueillera une date du festival des 7 Collines, le dimanche 4 juillet à 18 heures. « En fait, la réouverture concernera essentiellement le cinéma, peut-être sur le vendredi soir, samedi et dimanche, ainsi que pendant les vacances scolaires. On sera

Continuer à lire

Le réveil de la nuit

Soirée spéciale | 6 lieux, 11 artistes et 8 heures de lives & dj sets : voilà ce que nous promet la soirée Ultranuit de vendredi 16 avril. Initiative lancée par le Fil « (...)

Nicolas Bros | Mardi 13 avril 2021

Le réveil de la nuit

6 lieux, 11 artistes et 8 heures de lives & dj sets : voilà ce que nous promet la soirée Ultranuit de vendredi 16 avril. Initiative lancée par le Fil « en soutien aux dj's, lieux et organisateurs qui font les nuits stéphanoises », cet événement spécial vient "compenser" le manque de soirées en cette période de crise. Côté programmation, on retrouvera plusieurs artistes* du cru, proposés par les collectifs 1001 Bass, Poto Feu Events, T2O, Face B, Les Bugnes et Syndrome Odyssée. Les captations se font en livestream depuis Le Clapier, l'atelier de T2O, le Château du Rozier (à Feurs), le Disorder Club, le F2 et bien entendu Le Fil. Vous pourrez suivre gratuitement les sets sur cette page, vendredi 16 avril dès 18h. *Liste des artistes présents pour Ultranuit : T2O avec MLHF, SHK + 1001 Bass avec DJ Chuimix, Unspent + FACE B avec Jesza + Les Bugnes avec Unouzbeck + Syndrome Odyssée avec le S.O. CREW Peter Bakh, Pr. Young +

Continuer à lire

Un triumvirat assure l'intérim à la tête du Fil

Lieu | En attendant la désignation de la nouvelle directrice ou du nouveau directeur de la salle du Fil à Saint-Etienne, ce sont trois figures ligériennes du (...)

Nicolas Bros | Vendredi 9 avril 2021

Un triumvirat assure l'intérim à la tête du Fil

En attendant la désignation de la nouvelle directrice ou du nouveau directeur de la salle du Fil à Saint-Etienne, ce sont trois figures ligériennes du secteur musical qui assurent l'intérim après le départ début avril de Thierry Pilat pour la Halle Tony Garnier. David Rivaton (Pont Futur), Simon Javelle (Ckel Prod) et Clément Terrade (Château du Rozier de Feurs) prennent ainsi en main temporairement la destinée de la salle de musiques actuelles stéphanoise. Parallèlement, la date limite de dépôt des candidatures pour le poste de direction est fixée à dimanche soir. Si vous vous sentez l'envie de tenter votre chance, rendez-vous sur cette page.

Continuer à lire

Le festival Arcomik reporté en octobre

ACTUS | La décision est tombée et était attendue. Le festival stéphanois d'humour Arcomik, est contraint de reporter à nouveau les spectacles prévus en avril. "Nous (...)

Nicolas Bros | Lundi 29 mars 2021

Le festival Arcomik reporté en octobre

La décision est tombée et était attendue. Le festival stéphanois d'humour Arcomik, est contraint de reporter à nouveau les spectacles prévus en avril. "Nous avions déjà reporté une première fois cette édition, du 16 au 24 avril 2021, mais malheureusement nous ne pourrons pas maintenir ces dates. Nous pourrions purement et simplement annuler, mais nous avons fait un choix différent, explique l'organisation. Alors, comme nous ne voulons pas que vous passiez un automne monotone, nous avons décidé de déplacer exceptionnellement l'Arcomik Festival du 22 au 30 octobre 2021. " Pas de grand chamboulement à noter concernant la programmation. Seuls les spectacles de Guillermo Guiz, de Panayotis Pascot et Le Plateau 100% féminin seront reportés pour l'édition 2022, qui se déroulera du 17 au 25 février. Pour retrouver les nouveaux horaires, rendez-vous sur cette page. L'organisation précise aussi que "les spectateurs qui ont déjà acheté les billets pour les précédentes dates seront avertis des modalités de remboursements ou des nouvelles dispositions du report".

Continuer à lire

Saint-Etienne en short-list

Réouverture lieux culturels | Lors du point presse d'avant-conseil municipal de lundi dernier, le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau a confirmé l'information à IF Saint-Etienne : (...)

Nicolas Bros | Mercredi 24 mars 2021

Saint-Etienne en short-list

Lors du point presse d'avant-conseil municipal de lundi dernier, le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau a confirmé l'information à IF Saint-Etienne : Saint-Etienne a été sélectionnée parmi les trois villes désignées par la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, pour tester le protocole sanitaire de réouverture au public des lieux culturels. « Nous sommes prêts, a précisé Gaël Perdriau. Comme nous l’avons été pour avancer sur les tests puis la vaccination. » Pour le moment, les conditions et les dates de ces tests, ne sont pas connues.

Continuer à lire

Occupation du Fil : intermittents, précaires et élèves en lutte pour leurs droits

ACTUS | Alors que tous les regards se tournent aujourd’hui vers une réouverture des salles, les intermittents du spectacle et de l’emploi, rejoints par les élèves de la Comédie de Saint-Etienne, réclament d’abord des mesures de soutien pour sécuriser leurs droits et leurs revenus.

Cerise Rochet | Jeudi 18 mars 2021

Occupation du Fil : intermittents, précaires et élèves en lutte pour leurs droits

Cela fait maintenant un peu plus d’une semaine, qu’ils occupent le Fil de Saint-Etienne. Une manière pour eux de rejoindre le mouvement de revendications lancé par les intermittents du spectacle au théâtre de l’Odéon parisien, et de tenter de se faire entendre du gouvernement. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire en n’y jetant qu’un œil, les membres du CIP42 (collectif des intermittents.tes et précaires de la Loire) réclament moins la réouverture des salles que des mesures de soutien face à leur précarité, présente ou à venir : « On demande la prolongation de l’année blanche, ainsi que son extension aux intermittents de l’emploi : tous ceux qui travaillent dans le secteur de l’événementiel, de la restauration… En bref, tous ceux qui sont empêchés de travailler à cause des fermetures administratives. Parce que rouvrir sans sécuriser nos emplois et nos revenus reviendrait à exclure de nombreux intermittents, puisque la vie ne reprendra que progressivement, et, de fait, les contrats aussi. Par ailleurs, nous considérons que nous ne sommes pas épidémiologistes. Ce n’est pas à nous, de dire si oui ou non, les salles sont des lieux potentiels de clusters. Ce que nous vo

Continuer à lire

Pas de Biennale en 2021

Report | Longtemps espéré, le maintien de la Biennale internationale design de Saint-Etienne en 2021 ne sera pas. L'événement est reporté d'un an.

Nicolas Bros | Lundi 8 mars 2021

Pas de Biennale en 2021

Le crise sanitaire aura finalement eu raison de la Biennale du design. Nous avons longtemps espéré que cet événement culturel stéphanois majeur puisse se tenir cette année du 28 avril au 28 août. Marc Chassaubéné, président de la Cité du design et Thierry Mandon, directeur de la Cité du design, viennent de doucher ces minces espoirs. « Les incertitudes sanitaires persistantes, portant sur l’ouverture des équipements culturels et l’organisation d’événements réunissant des publics en présentiel, nous conduisent à reporter la Biennale Internationale Design Saint-Étienne d’un an » , indiquent-ils via un communiqué. Avant de donner les dates de report : « La Biennale Internationale Design Saint-Étienne 2022 se déroulera du mercredi 6 avril au dimanche 31 juillet 2022. » Une période qui selon les deux décideurs pourrait permettre de maximiser l'impact de l'événement sur le territoire et « lui assurer une forte fréquentation locale, régionale, nationale et internationale ». L'événement conservera sa

Continuer à lire

La culture se met en marche

ACTUS | Un an après le début des restrictions et fermetures liées à la crise sanitaire, les acteurs du secteur culturel se mobilisent une nouvelle fois en organisant des marches un peu partout en France. A Saint-Etienne, le départ sera donné jeudi 4 mars à 10h devant le Zénith.

Nicolas Bros | Mercredi 3 mars 2021

La culture se met en marche

Après s'être rassemblés le 17 décembre 2020, ils marcheront pour « ne pas se faire enterrer ». Les acteurs du secteur culturel "fêteront" l'anniversaire du début des restrictions liées à la Covid-19 par des marches intitulées "CULTURE EN DANGER " un peu de partout en France. Saint-Étienne ne dérogera pas à la règle et le départ d'un rassemblement s'effectuera demain jeudi 4 mars à 10h, sur le parvis du Zénith de Saint-Etienne. Le cortège passera devant La Comédie, le Fil, le Méliès et finira sa route devant la préfecture. Parallèlement, une tribune a été signée par de nombreuses structures telles que les syndicats et fédérations professionnelles du secteur. Elle est à découvrir sur ce site.

Continuer à lire

Benoît Lambert : « Saint-Étienne, une ville qui possède une histoire forte avec le théâtre »

Rencontre | Benoît Lambert vient d'être nommé directeur de La Comédie de Saint-Étienne et de son école attenante. Nous nous sommes entretenus avec lui pour en savoir davantage sur la vision qu'il porte sur Saint-Étienne mais également sur ses projets à venir pour le Centre dramatique stéphanois. Échanges.

Nicolas Bros | Mardi 2 février 2021

Benoît Lambert : « Saint-Étienne, une ville qui possède une histoire forte avec le théâtre »

Pourquoi avoir fait le choix de candidater pour la direction de La Comédie de Saint-Étienne ? J’ai candidaté à Saint-Étienne, c’est important de le dire. Ce n’est pas un hasard. Je dirige actuellement le théâtre de Dijon pour lequel j’avais candidaté il y a 8 ans pour des raisons très précises. C’est la même situation avec Saint-Étienne. D’abord, La Comédie de Saint-Étienne est une maison que je connais pour l’avoir fréquentée. Arnaud Meunier m’avait demandé d’être le parrain de la promo 25, la première qu’il avait recrutée à son arrivée. Cela m’a permis de travailler à La Comédie, avec les élèves… Mes spectacles y ont également été accueillis. J’ai passé du temps dans la ville, une ville que j’apprécie beaucoup. Donc la question de cette candidature n’était pas simplement de venir travailler mais de venir vivre à Saint-Étienne, ce qui correspond à un enjeu important pour moi. Ce théâtre a également un tel essor sous l’impulsion d’Arnaud Meunier, qu’il est devenu un des plus beaux théâtres de France. Ce n’est pas de la flagornerie. Ce nouveau bâtiment, le développement de l’école, … c’est un rêve. Et je dois dire aussi que je suis un héritier idéologiq

Continuer à lire

Benoît Lambert est le nouveau directeur de la Comédie

Mercato | Suite au départ d'Arnaud Meunier de la direction de La Comédie de Saint-Étienne en ce début d'année, c'est Benoît Lambert qui vient d'être désigné pour sa (...)

Nicolas Bros | Vendredi 29 janvier 2021

Benoît Lambert est le nouveau directeur de la Comédie

Suite au départ d'Arnaud Meunier de la direction de La Comédie de Saint-Étienne en ce début d'année, c'est Benoît Lambert qui vient d'être désigné pour sa succession. Ce metteur en scène est directeur du Théâtre Dijon Bourgogne depuis janvier 2013. Il a été élève à l'École Normale Supérieure avant de suivre des cours de théâtre avec Pierre Debauche au début des années 90. Du côté de la scène, il a notamment créé trois pièces de François Bégaudeau : La Grande Histoire en 2014, La Devise  en 2015 et La Bonne Nouvelle en 2016. Il a toujours la volonté de mettre la jeunesse en avant comme le prouve sa mise en scène de Le Jeu de l'amour et du hasard de Marivaux en 2017, où il dirige quatre jeunes acteurs en contrat de professionnalisation. Enfin, Saint-Étienne n'est pas

Continuer à lire

Une table ronde pour parler culture & création émergente

Evenement | L'association stéphanoise Phénomène, « laboratoire créatif qui promeut l'accompagnement et la diffusion de la création émergente dans la culture et les médias », (...)

Nicolas Bros | Mercredi 27 janvier 2021

Une table ronde pour parler culture & création émergente

L'association stéphanoise Phénomène, « laboratoire créatif qui promeut l'accompagnement et la diffusion de la création émergente dans la culture et les médias », organise une table ronde ce mercredi à 18h30. Cette dernière permettra à divers acteurs de débattre sur la place de la création émergente dans les politiques culturelles, leur avenir et l'impact de la crise que nous traversons. Cette rencontre réunira Baptiste Thévelin, fondateur de Maze, Médianes et Pays et ex-président d'Animafac, Pierre Triollier, festival du Film Jeune de Lyon, Fanny Chateau, du projet Pluri'elles au sein de l'association Neodémos,

Continuer à lire

Thierry Pilat, nouveau directeur de la Halle Tony Garnier

Mercato | L'actuel directeur du Fil, Thierry Pilat, va succéder à Thierry Téodori à la tête de la Halle Tony Garnier de Lyon. Lyonnais d'origine, il fait son retour sur sa terre natale en prenant en main l'avenir de cette grande salle du Rhône, dans un contexte difficile nourrissant plusieurs questions.

Sébastien Broquet | Jeudi 21 janvier 2021

Thierry Pilat, nouveau directeur de la Halle Tony Garnier

Elle aura pris son temps, la nouvelle municipalité lyonnaise, pour acter le choix de son candidat. Ou du moins multiplié les étapes. Il faut dire que l'enjeu est de taille : cette Halle Tony Garnier est régulièrement revendiquée comme étant le naviral amiral de la flotte des salles de l'agglomération lyonnaise. Et, bonus, elle rapporte de l'argent à la Ville. Entre 200 000€ et 400 000€ par an, selon les années. Bon, bien sûr, beaucoup moins en 2020 : et cette crise sanitaire qui a plombé les finances et vidé la salle de ses concerts et salons divers, a en plus sérieusement questionné le modèle, déjà interrogé préalablement par l'évolution du secteur du divertissement (la précédente équipe municipale se posait presque les mêmes questions il y a deux ans) : quid de la concurrence de l'Arena ? Quand reprendront les grosses tournées, avec quels artistes ? Auront-elles encore lieu si le pouvoir d'achat baisse suite à la crise économique, si la lutte contre le réchauffement climatique impose moins de mouvements de stars accompagnées de plusieurs semi-re

Continuer à lire

Le Foreztival 2021 annulé

Mauvaise nouvelle | Le festival ligérien ne se tiendra pas en 2021. Une décision annoncée aujourd'hui par l'équipe organisatrice du festival.

Nicolas Bros | Lundi 14 décembre 2020

Le Foreztival 2021 annulé

« Nous préférons ne pas organiser le Foreztival en 2021 et être présents les 10 prochaines années. » Le message est clair et limpide. Pour préserver l'existence du plus grand festival musical ligérien qui se déroule chaque été du côté de Trelins, dans le Forez, l'équipe organisatrice du Foreztival a tranché. « Nous aurions pu organiser le festival comme nous le faisons depuis plus de 15 ans en espérant un retour à la normale. Nous espérons tous que nous pourrons avoir un été festif et retrouver nos libertés, cependant nous ne pouvons pas parier l’avenir de notre association sur cette possibilité au vu du contexte actuel. » Rappelant que l'association FZL, derrière cet événement, compte 7 salariés, et s'appuie sur 50 bénévoles à l'année et plus de 600 pendant le week-end de tenue du festival, il semblait plus raisonnable de ne pas trop s'avancer pour l'édition 2021. « En tant que festival indépendant, autofinancé à 95% nous ne pouvons pas nous permettre de jouer l’avenir de notre structure sur un coup de poker. » L'équipe explique également avoir pensé « proposer un Foreztival adapté (jauge réduite, masques, restructuration du site pour le respect d

Continuer à lire

Djemin se met sur le toit du Corbu'

Rap local en live | Le Fil a lancé en août dernier une initiative plutôt intéressante : se faire produire des artistes sur différents toits de Saint-Etienne. Après l'électro chantée (...)

Nicolas Bros | Vendredi 4 décembre 2020

Djemin se met sur le toit du Corbu'

Le Fil a lancé en août dernier une initiative plutôt intéressante : se faire produire des artistes sur différents toits de Saint-Etienne. Après l'électro chantée de Claustinto sur le sommet du Fil, la pop-folk inclassable d'Ulysse Von Ecstasy sur un balcon dominant la ville, c'est au tour du jeune rappeur stéphanois Djemin de se frotter à l'exercice. Ce coup-ci, on sort de Saint-Étienne intra-muros pour se diriger sur le toit d'un immeuble icônique de la région : l’unité d’habitation Le Corbusier à Firminy.

Continuer à lire

Mielleux et mélodieux

Coffret CD | Force tranquille connecté à la vraie vie, aux forêts du Meygal, et aux notes de sa guitare, l’artiste ponot Yvan Marc propose des coffrets sucrés pour les (...)

Cerise Rochet | Lundi 14 décembre 2020

Mielleux et mélodieux

Force tranquille connecté à la vraie vie, aux forêts du Meygal, et aux notes de sa guitare, l’artiste ponot Yvan Marc propose des coffrets sucrés pour les oreilles… Et les papilles. Grâce à la collaboration de deux artisans locaux, le chanteur a mis au point 5 paniers api-culturels, qui contiennent son dernier album, L’ancien Soleil, sorti en septembre, et des produits à base de miel. En pot, en bonbon, en sucette, en nougat… Pour écouter en dégustant. Dispo sur www.yvanmarc-officiel.com, rubrique « boutique »

Continuer à lire

Bla bla bla

MUSIQUES | « L'éloquence est la source des richesses » dit le proverbe. Il semblerait que l'équipe du Fil à Saint-Étienne a bien compris cette maxime avec son (...)

Nicolas Bros | Mercredi 28 octobre 2020

Bla bla bla

« L'éloquence est la source des richesses » dit le proverbe. Il semblerait que l'équipe du Fil à Saint-Étienne a bien compris cette maxime avec son projet Baratin. Ce concours d'éloquence possède un caractère unique notamment grâce à deux caractéristiques saillantes. Tout d'abord son côté intergénérationnel mais aussi interculturel. Réunissant diverses structures (Centre social LOISO, Cré’Actifs, L’Horizon, Centre social La Rivière, Lycée Claude Lebois, Sauvegarde42, Sciences Porateur et bien entendu Le Fil), Baratin propose un travail pour les candidats accompagné par des artistes associés et des intervenants professionnels extérieurs afin de peaufiner l'art oratoire. « Outre la rencontre et la compréhension entre les générations, le projet vise également à favoriser l’accès à la culture que ce soit par l’écrit ou l’oral, précise Le Fil. Il s’agit aussi de valoriser la parole des habitants du territoire qui s’exprimeront autour de thèmes liés à leur quotidien. » La préparation se termine par 3 journées de répétition sur scène dans les conditions du concours qui mènent au concours en lui-même. La deuxième édition a débuté en févrie

Continuer à lire

Revivez l'éPOPée Verte en vidéo

Rembobine ! | Avec l'éPOPée Verte qui s'est déroulée samedi 3 octobre au Fil à Saint-Étienne, c'est tout un pan de la nouvelle "scène stéphanoise" qui s'est produite en live, chez (...)

Nicolas Bros | Lundi 19 octobre 2020

Revivez l'éPOPée Verte en vidéo

Avec l'éPOPée Verte qui s'est déroulée samedi 3 octobre au Fil à Saint-Étienne, c'est tout un pan de la nouvelle "scène stéphanoise" qui s'est produite en live, chez elle ! Au programme : Terrenoire, Zed Yun Pavarotti, La Belle Vie, Fils Cara et Coeur, sur scène et en interview (grâce à nos confrères de Radio Dio). Le tout a été enregistré en vidéo par les équipes de la salle stéphanoise et est désormais en ligne. Bande de veinards.

Continuer à lire

Arts Burlesques ? Arcomik !

SCENES | Le festival d'humour stéphanois, les Arts Burlesques, change de nom et devient Arcomik. Une modification d'identité qui s'accompagne d'une annonce de (...)

Nicolas Bros | Mardi 6 octobre 2020

Arts Burlesques ? Arcomik !

Le festival d'humour stéphanois, les Arts Burlesques, change de nom et devient Arcomik. Une modification d'identité qui s'accompagne d'une annonce de programmation - comme d'habitude - très enlevée. Outre la présence en ouverture d'une soirée spéciale concoctée avec le groupe France TV, orchestrée par Alex Vizorek (en présence de Michel Boujenah, Anne Roumanoff, Elodie Poux, Pablo Mira ou encore les désopilants Blønd and Blond and Blónd), le RDV de l'humour stéphanois aborde sa majorité (c'est la 18e édition) sous ses plus beaux atouts. Pour preuve, lâchons seulement quelques noms : Guillermo Guiz, Benjamin Tranié, Charles Nouveau, Baptiste Lecaplain, Tom Villa, Panayotis Pascot... Bref, comme toujours, le festival Arcomik propose un joli panel de jeunes talents et de valeurs sûres. Festival Arcomik, du 10 au 20 février 2021

Continuer à lire

Boule à paillettes

Théâtre | En la voyant posée sur le bureau de tonton Gilbert, on a toujours trouvé ça très moche. Tantôt utilisée comme presse-papier, tantôt comme objet de décoration ou comme (...)

Cerise Rochet | Mardi 6 octobre 2020

Boule à paillettes

En la voyant posée sur le bureau de tonton Gilbert, on a toujours trouvé ça très moche. Tantôt utilisée comme presse-papier, tantôt comme objet de décoration ou comme gadget pour amuser les enfants, la boule à neige est bien souvent considérée comme le comble du mauvais goût… Mais si l’on s’accorde généralement sur son côté kitsch, que se cache-t-il, derrière ceux et celles qui les collectionnent ? Boule d’histoires Exposées aux yeux de tous sur une étagère au milieu du salon, ou secrètement gardées dans une malle du grenier, les boules à neige renferment un tas d’aventures, des voyages, des récits. La légende d’un artisan-verrier qui aurait conçu la toute première pour conquérir sa douce. L’histoire de l’exposition universelle de 1878, où les maîtres-verriers étaient mis à l’honneur. Celle de la deuxième exposition universelle de Paris, en 1889, où ceux qui étaient venus admirer la grande tour Eiffel repartirent avec une miniature enflaconnée. Celle du Front populaire, qui vit naître de l’instauration des congés payés une déferlante de boules, que chacun ramenait alors en souvenir comme pour dire « regarde où j’étais cet été ! » Et puis… Celle de

Continuer à lire

Les 7 Collines proposent une prog d'automne

Festival | Le festival des 7 Collines, rendez-vous pluridisciplinaire stéphanois du début d'été, n'a pas pu avoir lieu du 23 juin au 7 juillet (...)

Nicolas Bros | Vendredi 25 septembre 2020

Les 7 Collines proposent une prog d'automne

Le festival des 7 Collines, rendez-vous pluridisciplinaire stéphanois du début d'été, n'a pas pu avoir lieu du 23 juin au 7 juillet 2020. Pour autant, l'équipe organisatrice ne s'est pas laissée abattre et a décidé de programmer des spectacles cet automne. L'occasion de découvrir plusieurs pièces de cirque entre le 7 novembre et le 10 décembre. On retrouvera la Cie Allégorie avec le spectacle cOLLiSion du côté de la salle Aristide Briand de Saint-Chamond le 7 novembre, une Nuit du Cirque le 14 novembre à la Maison de l'Université avec les compagnies Puéril Puéril et Kiaï (une soirée en collaboration avec l'école de cirque Les Kipouni's), les Anglais Nikki & JD présenteront Knot le 18 novembre à la salle Jeanne d'Arc puis Sencirk, compagnie sénégalaise, proposera Man Fan Laa le 10 décembre au Fil. [Mise à jour du 20/10/2020] L'ogranisation a mis à jour les horaires de ces spectacles : Le spectacle Collision du samedi 7 novembre à Saint-Chamond à 18 h est maintenu à l'heure prév

Continuer à lire

Marc Chassaubéné : « Les artistes ont une hauteur de point de vue dont nous avons tous besoin »

Politique | À la suite de la réélection en juin dernier de Gaël Perdriau à la mairie de Saint-Étienne puis à la présidence de Saint-Étienne Métropole, Marc Chassaubéné a été conforté en tant qu’adjoint à la culture de la Ville de Saint-Étienne et vice-président de Saint-Étienne Métropole en charge du design et du numérique. En cette rentrée, nous avons voulu en savoir davantage sur les orientations de la politique culturelle stéphanoise pour les mois et années à venir.

Nicolas Bros | Mercredi 9 septembre 2020

Marc Chassaubéné : « Les artistes ont une hauteur de point de vue dont nous avons tous besoin »

À la vue de la situation sanitaire actuelle, où en êtes-vous concernant les structures culturelles municipales et métropolitaines ? Si vous m'aviez posé la question hier [l’entretien a été réalisé le 3 septembre dernier, NDLR], je n’aurais pas été aussi positif. Mais ce matin, je le suis particulièrement car nous avons ouvert hier la billetterie pour les abonnés à l’Opéra et il y avait une file d’attente énorme, qui s’étirait jusqu’au parking. C’était incroyable et nous ne nous attendions pas à cela. On ressent une attente du public alors que jusqu’à présent nous étions inquiets sur ce point. Je ne crois pas que ce soit dû à l’annonce gouvernementale de la fin des distanciations, mais je vois plutôt un besoin de retrouver un lien avec la culture et le monde extérieur. Je crois qu’à force que tout le monde ait un point de vue sur le masque, une potentielle seconde vague, sur le monde d’après… les gens sont un peu fatigués de tout cela et sont par contre prêts à se confronter à des interrogations plus poussées, avec une certaine hauteur. Ce que peuvent porter les artistes. J’y crois beaucoup. Les artistes ont une réaction moins directe et brutale, avec u

Continuer à lire

Coup de blues

Blues | En 2014, le chanteur et musicien scandinave Bror Gunnar Jansson sortait en France un premier album plutôt prometteur (auréolé d’un "coup de cœur blues" de (...)

Niko Rodamel | Mercredi 9 septembre 2020

Coup de blues

En 2014, le chanteur et musicien scandinave Bror Gunnar Jansson sortait en France un premier album plutôt prometteur (auréolé d’un "coup de cœur blues" de l’Académie Charles-Cros), enchaînant les concerts en solo dans tout l’Hexagone. Il lui faudra attendre 2017, enfonçant le clou avec un nouvel opus, pour enfin attirer l’attention de sa Suède natale, avant d’enchaîner deux ans plus tard avec une troisième galette, They Found My Body In A Bag, cette fois-ci en trio. Dans les pas des pionniers du genre, l’artiste joue un blues mélancolique et rageur à la fois, parfois teinté de rock. Mais Bror Gunnar Jansson c’est aussi un physique : avec ses faux airs de Chet Baker (époque jeune et clean), l’homme aurait presque une trop belle gueule pour un bluesman ! Pour autant, l’univers musical de Jansson fait mouche. Le grain de la voix, le son nasillant de la guitare et le son brut de la batterie, tout ici est savamment travaillé pour être cra-cra-comme-il-faut… En première partie de soirée, J.Aubertin, le plus américanophile et sans doute le plus gracile des songwriters auvergnats, livrera les titres si délicats de son deuxième EP, Whispers In The Wind. Bref, voilà de

Continuer à lire

Danse avec les loops

Kids | Avec la révolution numérique, le monde de la musique a vu ses cartes complètement redistribuées en quelques décennies. L’apparition d’instruments de (...)

Niko Rodamel | Mardi 8 septembre 2020

Danse avec les loops

Avec la révolution numérique, le monde de la musique a vu ses cartes complètement redistribuées en quelques décennies. L’apparition d’instruments de modélisation et le développement du home-studio ont largement bouleversé les modes de création ou d’enregistrement. En écoutant Lomepal, Jain, Drake, Kungs ou encore Zed Yun Pavarotti, les ados du troisième millénaire baignent dans ce jus digital sans même y penser, consommant et partageant des fichiers tous azimuts sur le world wild web. Spécialement pensée pour eux l’équipe du fil lance le programme Looping, une première formation de septembre à juin pour un groupe d’élèves de onze à quinze ans. Sous la houlette de spécialistes et du coordinateur pédagogique Maxime Lavieville, les jeunes participants se familiariseront notamment avec le séquenceur Ableton Live et ses périphériques pour aborder les techniques de composition, de synthèse sonore, de sampling, de beatmaking, de prise de son et de mixage. En marge de sa programmation de concert et de l’accompagnement de groupes pros, la SMAC stéphanoise intensifie sa mission d’éducation artistique et culturelle, se positionnant ainsi en école des musiques d’aujourd’hui.

Continuer à lire