Swing et jazz à tous les étages

MUSIQUES | Une fois n'est pas coutume, la scène jazz de la fête de la musique à Saint-Étienne sera installée cette année sur la place Jacquard où se succèderont le jeudi 21 juin trois formations Rhônalpines. Niko Rodamel

Niko Rodamel | Samedi 19 mai 2012

Photo : Niko Rodamel


L'habitude avait été prise depuis plusieurs années de retrouver la programmation jazz sur la place Dorian. Il faudra marcher quelques minutes de plus pour gagner la nouvelle place Jacquard où se produiront Rue des 2 amis, Third Roam et Bocca Quartet, sous la houlette de la décidemment très active association GagaJazz. Si le quartet manouche Rue Des Deux Amis a donné en quelques années une bonne centaine de concerts aux six coins de l'hexagone, sa composition a évolué au fil du temps et sa musique s'est enrichie au gré des musiciens qui l'ont nourrie. Bruno Decerle et David Caillet (guitares), Rémy Jacquet (saxophone) et Jéremy Magand (contrebasse) jouent un répertoire issu du jazz swing américain des années 30, de la musique « guinguette » française des années 40, avec en bonus quelques influences tziganes. Entre valses, swings et ballades, le trio livre une musique imprégnée d'émotions, tour à tour intimiste ou festive et qui, sous l'influence indéniable de Django Reinhardt, laisse la part belle à l'improvisation et à l'interaction entre les quatre musiciens.

Un trio pas banal

Le point de départ du groupe Third Roam est la rencontre de trois musiciens au sein du collectif Polycarpe. Parmi les jazzmen les plus actifs de la région lyonnaise, Julien Bertrand (trompette et bugle), Sébastien Joulie (guitare) et Florent Nisse (qui depuis a cédé la contrebasse à Brice Berrerd) se sont longtemps côtoyés au gré de différents projets et de diverses formations (Julien Bertrand Quintet, Boogaloo, Jazz Surround Quartet…). De ces expériences multiples est née l'envie de mettre en place un trio dont la composition est quelque peu inhabituelle par les temps qui courent, mêlant la trompette à la guitare avec une contrebasse pour toute section rythmique. Cette formation instrumentale particulière caractérisée par l'absence de batterie permet la mise en place d'une musique souple, intimiste et acoustique, qui ne rejette ni l'héritage du trompettiste Chet Baker, ni les influences d'un jazz plus actuel. Le répertoire du trio est constitué principalement de standards soigneusement choisis parmi les thèmes qui ont marqué l'histoire du jazz, mais également des morceaux plus rares, voire parfois tombés dans l'oubli. La mélodie joue alors un rôle central dans un subtil dialogue à trois qui met en évidence le lyrisme de chaque musicien. Avis aux jazzophiles : la note bleue est ici à portée d'oreilles…


Rue des deux amis, Third Roam et Bocca Quartet
Sur la place Jacquard de Saint-Etienne
Jeudi 21 juin

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Swingmen

Jazz | Entre swing US des années 30, guinguette frenchy des années 40 et sonorités tziganes de l'Europe de l'Est, le quartet ligérien Rue Des Deux Amis fait honneur à (...)

Niko Rodamel | Mardi 4 juin 2019

Swingmen

Entre swing US des années 30, guinguette frenchy des années 40 et sonorités tziganes de l'Europe de l'Est, le quartet ligérien Rue Des Deux Amis fait honneur à l'esprit du grand Django Reinhardt autant qu'au répertoire du jazz américain. Des musiciens-équilibristes qui servent brillamment une musique de haute volée. Rue Des Deux Amis, mercredi 19 juin à 20h30, Hall Blues Club de Pélussin

Continuer à lire

À bout de souffle

Jazz | Le 13 mai 1988 la planète jazz perdait l'un de ses plus brillants soleils : Chesney Henry Baker Junior dit Chet Baker s'éteignait à Amsterdam, laissant (...)

Niko Rodamel | Mercredi 5 avril 2017

À bout de souffle

Le 13 mai 1988 la planète jazz perdait l'un de ses plus brillants soleils : Chesney Henry Baker Junior dit Chet Baker s'éteignait à Amsterdam, laissant derrière lui une œuvre discographique aussi riche que précieuse au terme d'une vie pour le moins chaotique. Mi-ange mi-démon au style délicat et mélancolique, Chet Baker nous a laissé des standards définitifs comme l'emblématique My Funny Valentine sur lequel, suivant les versions, le timbre de la trompette et celui de la voix ne sont que deux fleuves d'un même lit. L'équipe du Château du Rozier (Feurs) propose le vendredi 7 avril à 20h30 une double soirée autour de cet immense trompettiste, bugliste et chanteur de jazz américain. Au programme, projection du biopic Born to be blue (film de Robert Budreau sorti en janvier dernier) et concert du trio Third Roam, en hommage à Chet, avec Julien Bertrand (trompette), Hugo Reydet (contrebasse) et Sébastien Joulie (guitare). L'occasion pour le groupe d'évoquer quelques éléments significatifs de l'écriture du maître. Ecoutez I fall in love too easily : tout est dit.

Continuer à lire