Fado sans fadaises

MUSIQUES | Sans doute parmi les plus avant-gardistes et charismatiques chanteuses de fado de notre époque, Misia est de passage à Firminy pour défendre son nouvel album, «Senhora da Noite», accompagnée de quatre musiciens du cru dans un récital suffisamment rare pour ne pas le manquer. Niko Rodamel

Niko Rodamel | Mardi 22 janvier 2013

Photo : MISIA credit B.Aragoa


On connaît du fado ses origines portugaises, quelque part entre Lisbonne et Coimbra, son chant mélancolique mettant en mots et en musiques la si joliment nommée saudade, variante ibérique du spleen baudelairien et du blues de Monsieur Hooker. Mais si le mot fado tire sa signification du latin fatum, le destin est perçu ici avant tout comme un fardeau quotidien, une nostalgie indéfectible qui pleure l'amour inaccompli, le chagrin ou parfois même l'exil. Empruntant à ses origines quelques ingrédients aux musiques brésiliennes du XVIIIe siècle, le fado n'a depuis jamais cessé de voyager et de s'enrichir au fil de l'Histoire… Très injustement moins connue du grand public que la regrettée Cesaria Evora (la diva aux pieds nus ayant quant à elle popularisé un style cousin avec la morna capverdienne), Misia connaît pourtant depuis deux décennies déjà un parcours d'une étonnante richesse, marqué d'une volonté évidente d'être autant une créatrice à part entière qu'une simple interprète.

Un esprit libre

Après un début de carrière dans les cabarets kitsch de Barcelone puis à Madrid où naissent ses premiers vrais spectacles et se forge le personnage (avec cette frange immédiatement identifiable), Misia reviendra vite au pays, rattrapée par la révélation qu'avait été pour elle le fado dès l'adolescence. C'est à Lisbonne qu'elle s'installera alors avec une ambition affirmée : chanter SON fado. En dix albums et plus de vingt de carrière, Misia a joué dans le monde entier et a récolté moult récompenses et autres titres honorifiques dans toute l'Europe. Car la chanteuse est assurément une pionnière, un esprit libre. Elle s'approprie les fados traditionnels mais commande des textes nouveaux aux poètes contemporains, elle renouvelle les arrangements en mêlant le violon et l'accordéon au piano, à la guitare et à la viole portugaise. C'est un véritable lifting esthétique qu'elle fait subir au fado de son enfance, tant dans la forme que dans le fond, le faisant parfois flirter avec le tango ou le boléro. Si son dernier album semble marquer un retour au fado traditionnel, Misia met dans sa voix et dans sa présence scénique tous les trésors glanés sur son chemin depuis vingt ans, interprétant des textes écrits spécialement pour sa voix.

Misia « Senhora da Noite », Le Majestic, 1 place Voltaire à Firminy, jeudi 21 février 2013, 20h30


Misia

Album Fado "Senhora da Noite”
Le Majestic 1 place Voltaire Firminy
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Quand l'Estival (s')emballe

CONNAITRE | L'Estival de la Bâtie marquera sa sixième édition cette année, du 30 juin au 23 juillet, avec un programme équilibré et intéressant entre musique classique, jazz, sono mondiale et spectacle vivant. Revue de spectacles. NB

Nicolas Bros | Vendredi 29 avril 2016

Quand l'Estival (s')emballe

Avec des résultats 2015 encourageants (13 000 spectateurs accueillis au cours d'une cinquantaine de spectacles pour un taux de remplissage de 92%), l'Estival de la Bâtie a véritablement pris sa place dans le paysage festivalier ligérien. Boosté par le Département de la Loire, cet événement prenant place principalement dans la cour et les jardins du château de la Bâtie d'Urfé à Saint-Étienne-le-Molard - mais pas seulement - voit cette année sa programmation continuer sur sa lancée. De la musique classique, du jazz, de la variété, du nouveau cirque, du jeune public, ... bref il y en a réellement pour tout le monde dans ce festival aux allures de rencontres familiales estivales, en décontraction et sérénité. Car c'est bien cela qui se dégage de ce festival se déroulant au mois de juillet, une bouffée de fraîcheur lorsque le soleil est au zénith. Une programmation qui se tient Avec un équilibre entre les différentes disciplines, nous retiendrons pourtant quelques noms qui marqueront cette sixième édition. En premier lieu, un couple d'habitués des représentations dans le département : la violoncelliste Emmanuelle Bertrand - née dans la Loire - et son acolyte de

Continuer à lire