La chaleur brésilienne de Flavia Coelho

MUSIQUES | La chanteuse Flavia Coelho, née à Rio de Janeiro, sera sur la scène du Palais des Spectacles le vendredi 31 mai. L'occasion de partager sa joie de vivre et un peu de chaleur au cours d'un voyage entre rythmes brésiliens, reggae et raggamuffin. Nicolas Bros

Nicolas Bros | Mardi 23 avril 2013

Photo : DR


Elle a beau être installée dans la capitale française depuis sept ans, la brésilienne Flavia Coelho ne s'est pourtant pas imprégnée de la morosité ambiante parisienne. Bien au contraire... Lorsque vous avez la chance de la voir sur scène, votre visage se pare immédiatement d'un large sourire et d'une irrésistible envie de partager un peu de soleil avec elle. Il se dégage de cette ravissante Carioca une telle énergie que le public se fait vite emporté, sans qu'il s'en rende vraiment compte. Et l'on se retrouve emporté dans ce medley de rythmes reggae, raggamuffin et bossa nova.

Artiste infatigable, Flavia Coelho a sorti en 2011 son premier album Bossa'Muffin qu'elle présentera au public stéphanois lors d'une soirée partagée avec les groupes Volo et Tryo. Savoureux mélange, cet album est le fruit de sa collaboration avec deux musiciens lui ayant apporté chacun leurs sons complémentaires, à savoir le Camerounais Bika Biak Pierre et le compostieur-producteur français Victor Vagh. Parfait remède anti-morosité, cet opus est un passeport pour l'évasion musicale métissée. Ah oui, dernier petit conseil :privilégiez les places debout pour venir assister à ce concert car vous risqueriez d'avoir vite envie de remuer dès que les premières notes sortiront des enceintes.

Flavio Coelho + Volo + Tryo, vendredi 31 mai à 20h, Palais des Spectacles


Flavia Coelho + Volo + Tryo


Palais des Spectacles Boulevard Jules Janin - Plaine Achille Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les premiers noms du Foreztival 2020

Festival | 16e édition pour le Foreztival de Trelins qui se déroulera du 7 au 9 août 2020. À 200 jours de l'ouverture du festival, l'équipe a lâché sur son compte Facebook (...)

Nicolas Bros | Mardi 21 janvier 2020

Les premiers noms du Foreztival 2020

16e édition pour le Foreztival de Trelins qui se déroulera du 7 au 9 août 2020. À 200 jours de l'ouverture du festival, l'équipe a lâché sur son compte Facebook les cinq premiers noms de la programmation. Cette année, comme à l'accoutumée désormais, le festival forézien continue à voguer dans la cour des grands avec la venue d'Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra, Meute la fanfare techno allemande que tout le monde s'arrache, la venue exclusive d'Hugo TSR (du TSR Crew) qui se fait rare en festival, le rock enlevé de Skip The Use et les indéboulonnables Tryo. Cinq premiers groupes et artistes qui annoncent la couleur... Foreztival #16, du 7 au 9 août à Trelins Plus d'infos et billetterie sur ce site

Continuer à lire

Tout va à Volo

MUSIQUES | Si parfois les événements négatifs vous assomment, certains vous prescriront de vous planquer devant votre télé avec une batterie de « Feel Good (...)

Nicolas Bros | Mardi 29 septembre 2015

Tout va à Volo

Si parfois les événements négatifs vous assomment, certains vous prescriront de vous planquer devant votre télé avec une batterie de « Feel Good Movies ». Ces pellicules renfermant des films qui fonctionnent tels des antidépresseurs et vous redonnent goût à la vie. Pour la musique, ça marche aussi. C'est un peu la recette qui fait le succès de Volo depuis dix ans : de jolis mots mis en musique de belle manière. Échappés de l'aventure Wriggles, les deux frères Volovitch décident à l'envolée de créer en 2001 un nouveau projet et en 2005 sort le premier album de cette nouvelle formule : Bien Zarbos. Depuis, le groupe évolu au fil de l'eau, année après année, privilégiant toujours le live au studio même si en dix années cinq disques auront connu le pressage. Le dernier en date - déjà daté puisque sorti en 2013... - est sobrement intitulé Sans rire. Même si avec cette épreuve, les Volo laissent au placard un peu de l'humour qui les caractérisait, ils gagnent en équilibre et en apaisement appuyant là où ça peut faire mal et montrant que tout va (un peu) à vau-l'eau. Portant avec lui une douce " saudade ", ce disque confirme de belle manière que ce petit groupe sait s

Continuer à lire

Les Mômes en toute liberté

MUSIQUES | Voilà dix ans que l'association aurécoise Free-Mômes s'active afin de proposer des soirées-concerts dont les bénéfices sont reversés à des associations ou projets (...)

Nicolas Bros | Mardi 1 avril 2014

Les Mômes en toute liberté

Voilà dix ans que l'association aurécoise Free-Mômes s'active afin de proposer des soirées-concerts dont les bénéfices sont reversés à des associations ou projets humanitaires destinés à aider les enfants. Une belle initiative qui a vu se succéder nombre de formations sur scène tels N&SK, Les Ogres de Barback ou Shaman Tribu. Cette année, pour les dix bougies de Free-Mômes, l'équipe a misé sur deux soirées consécutives qui se dérouleront dans les murs du Firmament à Firminy. Au programme, le retour sur scène dans la Loire de Manu Chao, l'ancien leader de la Mano Negra, accompagné de son groupe La Ventura. Le lendemain, Tryo, dont Guizmo est parrain de l'association, proposera de découvrir leur nouvelle formule beaucoup plus intimiste qu'à l'accoutumé. Toujours engagés, les musiciens de Tryo se présenteront à quatre sur scène, avec trois guitares, un cajun, un unique microphone et une scène presque vierge de décors. Bref, on enlève les fioritures et on se concentre sur une musique redevenue organique. Un retour aux sources pour ce groupe qui se veut engagée. Free-Mômes fête ses dix ans : Manu Chao, vendredi 4 avril à

Continuer à lire

The Grand Budapest Hotel

ECRANS | Wes Anderson transporte son cinéma dans l’Europe des années 30 pour un hommage à Stefan Zweig déguisé en comédie euphorique. Un chef-d’œuvre génialement orchestré, aussi allègre qu’empreint d’une sourde inquiétude. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 25 février 2014

The Grand Budapest Hotel

The Grand Budapest Hotel, au départ, c’est un livre, lu par une jeune fille blonde sur un banc enneigé de la ville de Lutz, à côté de la statue de son auteur. Ce livre raconte l’histoire du Grand Budapest Hotel telle qu’elle fut rapportée à l’écrivain lors d’un séjour dans ses murs au cours des années 60 par le propriétaire de l’hôtel, Zéro Moustapha. Cette histoire est aussi celle de Mr Gustave, concierge du Grand Budapest du temps de sa splendeur dans les années 30, juste avant le début de la guerre, mentor et ami de Zéro. Le Grand Budapest Hotel était alors un bastion du luxe et du raffinement au cœur de l’Europe, dans la République de Zubrowka. À l’arrivée, The Grand Budapest Hotel est un film de Wes Anderson, autrement dit une pure création : rien de tout cela n’existe, tout a été réinventé par l’imaginaire du cinéaste. Mais ce monde fantaisiste laisse deviner en transparence la véritable Histoire européenne, du temps de ses heures les plus tragiques. Partition virtuose La narration en poupées russes qui lance le film — un récit à l’intérieur d’un récit à l’intérieur d’un récit —, redoublé par les constants changements de formats de l’ima

Continuer à lire