Let the Sunshine

MUSIQUES | A quarante-cinq printemps, la chanteuse d’origine coréenne Youn Sun Nah défendra à Rive-de-Gier son dernier album, Lento, avec un talent qui est loin de se démentir au fil des années, bien au contraire. Rendez-vous avec une artiste inclassable. Niko Rodamel

Niko Rodamel | Mercredi 30 avril 2014

Photo : Niko Rodamel


Avec un papa chef de chœur et une maman actrice de comédies musicales, on peut dire que les fées de la musique s'étaient déjà généreusement penchées sur le berceau de la petite séoulienne qui vint au monde au cœur de l'été 69. Youn Sun Nah fera donc ses armes dans sa Corée natale où elle entrera dans l'Orchestre National Symphonique à l'âge de vingt-trois ans. Mais rêvant en secret de venir chanter en France, elle s'inscrit en 1995 au conservatoire de jazz à Paris (le CIM) pour y étudier le jazz et la chanson. La chanteuse profitera de son séjour dans l'hexagone pour se produire dans les clubs de la capitale et se faire remarquer dans quelques grands festivals. Dix ans et quatre albums plus tard, elle est élue révélation de l'année à Juan-Les-Pins en 2005. Sorti l'an passé sur le label ACT, Lento est la huitième production de la diva.

Scat tout terrain
Le succès critique et populaire croissant qui fait désormais de Youn Sun Nah une référence du jazz vocal actuel doit tout à son remarquable talent d'interprète mais aussi de compositrice inclassable. La mezzo soprano fait preuve d'une virtuose maîtrise vocale doublée d'une grâce naturelle faisant oublier une technicité qui pourrait agacer et finalement lasser. Capable d'évoluer dans tous les registres, elle ose le grand écart entre Scriabine (compositeur russe de la fin du dix-neuvième siècle) et un titre du groupe métalo-américain Nine Inch Nails ! Sur scène, le répertoire va de suaves ballades (Never ending history, Dancing with you, My bye…) dont certaines tirent sur le blues (Moondog), à des thèmes coréens (Kangwondo Arirang) en passant bien sûr par quelques standards du jazz (My favorite things, Besame mucho…). Youn Sun Nah sert en français La chanson d'Hélène, que Romy Schneider interprétait en 1970 au cinéma en duo avec Michel Picoli pour le film de Claude Sautet, Les choses de la vie. Les fans du jazz-tango d'Astor Piazzola apprécieront le superbe Momento Magico, avec ce scat taillé au scalpel que l'on retrouve dans l'electro-oriental Breakfast in Baghdad et la même intensité déjà présente dans Inner Storm. Youn Sun Nah a longtemps été accompagnée du seul guitariste Ulf Walkenius (et quel guitariste !), qu'ont rejoint depuis l'accordéoniste Vincent Peirani et le contrebassiste Simon Tailleu.

Youn Sun Nah (première partie avec Kevin Suarez et Kevin Seddiki), samedi 17 mai à 20h30, salle Jean Dasté à Rive de Gier


Youn Sun Nah


Salle Jean Dasté 8 place du Général Valluy Rive-de-Gier
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Sunny weather

Jazz vocal | Artiste charismatique et chanteuse virtuose, Youn Sun Nah ouvrira la trente-neuvième édition du Rhino Jazz(s) festival au Grand (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 septembre 2017

Sunny weather

Artiste charismatique et chanteuse virtuose, Youn Sun Nah ouvrira la trente-neuvième édition du Rhino Jazz(s) festival au Grand Théâtre Massenet de l’Opéra de Saint-Étienne, écrin à la mesure de son talent. Sud-coréenne de naissance mais parisienne d’adoption depuis plus de vingt ans, la diva publie presque chaque année un nouvel album depuis 2001. Sorti en 2010, Same Girl (sur lequel figure le remarquable guitariste Ulf Wakenius avec qui la mezzo-soprano se produira plus tard en duo) fut sans doute celui qui installa la belle Asiatique au rang de référence incontournable du jazz actuel. Avec son tout nouvel opus, She moves on, la chanteuse apporte sa touche jazzy et si singulièrement groovy à des titres pop-folk américains empruntés aux song-writers Joni Mitchell, Paul Simon ou Lou Reed, que viennent embrasser de nouvelles compositions emplies d’une poésie délicatement intimiste. Youn Sun Nah sera accompagnée par un quarté gagnant de pointures new-yorkaises : Jamie Saft aux claviers, Brad Jones à la contrebasse, Clifton Hyde aux guitares et Ben Perowsky à la batterie. Un nouveau répertoire pour lequel la chanteuse semble une fois de plus se réinventer. Que d

Continuer à lire

Youn Sun Nah et un hommage à Bowie au Rhino

Festival jazz | Le Rhino Jazz(s) fête ses 39 ans cette année. Un premier nom, Youn Sun Nah et une série de concerts en hommage à Bowie ont été annoncés.

Nicolas Bros | Mercredi 10 mai 2017

Youn Sun Nah et un hommage à Bowie au Rhino

Comme chaque année, le Rhino Jazz(s) propose environ une cinquantaine de concerts, se répartissant de Saint-Étienne à Lyon, en passant par Vienne, Roanne ou encore Saint-Chamond... Pour sa 39e édition, Le Rhino Jazz(s) a d'ores et déjà lâché quelques noms dans sa programmation. Le premier n'est autre que la chanteuse sud-coréenne Youn Sun Nah, qui revient au festival 14 ans après son premier passage dans l'église de Pavezin. À l'époque, elle n'était encore qu'une jeune artiste émergente, une découverte pour qui le festival avait eu un coup de coeur et le nez creux. Aujourd'hui, c'est en star que la chanteuse reviendra faire vibrer ses cordes vocales à l'Opéra de Saint-Étienne le 5 octobre. Les "héros" du festival Un autre événement viendra rythmer le Rhino Jazz(s) cette année : la série de concerts We could be heroes consacrée à la musique du regretté David Bowie. Sous la houlette de Daniel Yvinec (ex-Orchestre national de jazz - ONJ) à la direction artistique, plusieurs événements ponctueront le mois d'octob

Continuer à lire