Fakear en lévitation

Nicolas Bros | Mardi 1 juillet 2014

Photo : Laurène Berchoteau


A seulement 23 ans, Théo Le Vigoureux alias Fakear est devenu la coqueluche de la presse spécialisée et du public avec une musique contemplative, située aux confins d'un trip hop onirique et inspirée par une musique world toujours en finesse. Avec seulement trois mini-albums dont le sublime Sauvage, cet ami de longue date du dj Superpoze, lui aussi originaire de Caen, convainc autant par ses productions que par ses performances scénique. Après moultes premières parties de Wax Tailor, Fakear a pris son envol afin d'offrir son maximum au public et de façonner une approche différente du studio. «Pour moi, le live est un exercice complémentaire à l'enregistrement studio, explique-t-il. Sur scène, je veux montrer quelque chose au spectateur. Sans dénigrer la pratique d'un dj derrière ses platines qui fait un métier différent, j'ai une autre culture. C'est pourquoi, je montre mes deux boîtes à rythmes sur scène et je vais jusqu'à travailler un personnage.» Accompagné par la chanteuse O'Kobbo, Fakear viendra prendre possession avec ses deux MPC de la cour du château de Goutelas, dans la plaine du Forez, le 4 juillet pour la seconde édition des soirées Carte Blanche.

Carte Blanche
Château de Goutelas - Loire
4 Juillet


Fakear + Ladybug and The Wolf + Mondogift + Bloc

Electro, trip hop, folk, afro-hip hop, visuels, ...
Centre culturel de Goutelas Château de Goutelas Marcoux
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Carte blanche à l'humain

Danse | Contorsionniste, comédienne, chorégraphe et metteur en scène, Raphaëlle Boitel est une artiste aux multiples facettes. Elle nous offre, fin avril, une soirée atypique, conviviale et pleine de petites surprises, placée sous le signe de l'humain.

Monique Bonnefond | Mercredi 4 avril 2018

Carte blanche à l'humain

Est-ce avec James Thierrée que Raphaëlle Boitel a acquis un tel sens de l'espace et du regard ? Sa création in situ, Carte blanche, mélange très personnel de danse, de cirque et de théâtre sans paroles, va répandre un puissant souffle de vie sur le Théâtre du Parc où, justement, elle utilise ingénieusement l'espace, le théâtre et le parc. La soirée, inédite, se déroulera en trois temps ponctués par quelques petites surprises comme le mini concert donné par le compositeur pop-folk Arthur Bison. Une vraie pépite à découvrir. Mais d'autres découvertes nous attendent avec deux formes courtes : La Bête Noire, solo de danse et performance acrobatique et Consolations ou interdiction de passer par-dessus bord, pièce de théâtre circassienne créée pour trois jeunes virtuoses de l'Académie Fratellini. L'amour, la vie, le partage de notre humanité Pour Raphaëlle Boitel, qui a appris à la dure école de la vie « qu'il fallait toujours persévérer », l'école de la scène est aussi l'école de la vie. « C'est le reflet du quotidien, de la vie, de ce que l'on est » dit-elle. On y trouve les mêmes plaisirs, souffrances, part

Continuer à lire

Lâchez les fauves

MUSIQUES | Après une décade dignement fêtée à l'été 2014, le Foreztival frappe toujours aussi fort en 2015 avec une programmation voguant entre valeurs sûres et découvertes. La cuvée 2015 du festival trelinois s'annonce plutôt bouillante sur les scènes d'un des rendez-vous les plus funs de la saison estivale. Nicolas Bros

Nicolas Bros | Mardi 30 juin 2015

Lâchez les fauves

Après avoir marqué un grand coup avec la venue d'IAM en août 2014 dans le petit village de Trelins, l'équipe du Foreztival devait maintenir un cap. Et malgré les difficultés récurrentes et chroniques pour le maintien en vie d'un tel festival, la programmation 2015 tient ses promesses. Parmi les jolis noms s'alignant bien sagement sur le ciel étoilé de l'affiche se trouve tout d'abord un véritable phénomène générationnel, spontané et insolent : le collectif Fauve. Après avoir marqué l'année 2013, au moyen d'un bouche à oreille des plus efficaces, le son de Fauve s'est répandu tel une tâche d'huile auditive et visuelle sur le net et dans les salles de concerts, propulsant ses membres jusqu'aux scènes des Zénith français. Une trajectoire exponentielle que le groupe de potes rompu à l'exercice de la frénésie parolière désabusée (faisant passer Cioran pour un plaisantin), a gérée comme il a pu. Si bien qu'une impression de descente d'euphorie un peu lourde s'est faite sentir lors de la sortie de leur album en deux parties Vieux Frères. Car le plus intéressant fut, il faut bien l'avouer, Blizzard, premier EP de Fauve en forme de gigantesque claque mu

Continuer à lire