Musiques du monde : le cinq majeur

Niko Rodamel | Mardi 1 septembre 2015

Photo : Naâman © Matthew Henry


Alors on transe
Avec sur scène dix musiciens et un VJ, Urban Shaman propose une expérience unique, tant visuelle qu'auditive, portée par une musique sauvage qui prône « l'ouverture au monde, l'ensemencement de terres inconnues et la fertilisation des terroirs du futur », rien de moins ! Véritable performance d'improvisation collective, Urban Shaman invite à la transe, une transe urbaine aux accents actuels et immémoriaux, joyeuse et féroce à la fois. Irrésistible. Niko Rodamel
Urban Shaman, jeudi 29 octobre à 19h30, le Fil à Saint-Étienne

Mise à flow
Étoile montante du reggae français, Naâman s'est taillé la part du lion à vitesse grand V sur la scène internationale. Il cristallise presqu'à lui seul une jeune génération qui ouvre de nouvelles pistes sans oublier les racines du genre. Mêlant avec un talent bluffant hip-hop et sonorités jamaïcaines, l'énergie et la musicalité de Naâman servent avec un élan nouveau des messages de paix, d'amour et de liberté, délivrés dans un flow efficace et généreux. NR
Naâman, vendredi 6 novembre à 20h30, le Fil

Fais tourner le calumet !
Chanteuse de sang mêlé, Pura Fé est issue de la communauté iroquoise Tuscarora. Sa musique marie blues, folk song et musique traditionnelle indienne quand sa voix pleine d'émotion transmet le message ancestral d'un monde indigène qui s'évanouit. Avec son dernier LP Sacred Seed, Pura Fé continue de revisiter ses racines amérindiennes et américaines avec d'excellents musiciens dont Eric Longsworth (violoncelle) et Mathis Haug (guitare). NR
Pura Fé, dimanche 8 novembre à 20h30, au Quarto à Unieux

Le Brésil pour vingt balles
La chanteuse-guitariste brésilienne Flavia Coelho a définitivement charmé le public français avec ses prestations exubérantes et son savant cocktail de samba, de bossa-nova, de reggae et de ragamuffin. « La princesse du dancehall » bâtit de nouvelles textures sonores enrichies par une culture musicale sans frontières, avec des titres littéralement boostés en live par une présence scénique phénoménale ! Un appel à la danse et un ode à tous les métissages. NR
Flavia Coehlo, samedi 14 novembre à 20h30, le Fil

La belle ébène
Comédienne, danseuse, chanteuse et guitariste malienne, Fatoumata Diawara s'est révélée tardivement à la musique. Abordant dans ses textes tous les combats de la femme africaine, Fatoumata a bien des choses à dire. Sa musique se décline en mélopées wassoulous, balades bluesy, folk minimal et rythmes plus enlevés. Le chant est envoûtant et Fatou est impériale, sa présence illumine la scène, son sourire vous attrape et son regard perçant vous touche au cœur. NR
Fatoumata Diawara, samedi 6 février à 20h30, au Sou à La Talaudière


Pura Fé + Le Cercle métissé

Folk, blues
Théâtre Quarto 5 rue Jean Jaurès Unieux
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Naâman + Sara Lugo

Reggae
Le FIL 20 boulevard Thiers Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Flavia Coehlo + Forro de Rebeca & Maga Bo

Le FIL 20 boulevard Thiers Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Philippe Godeau & Omar Sy : " Le film parle d’un voyage, il en est aussi un pour moi"

YAO | En dédiant YAO à leurs pères respectifs, Philippe Godeau et Omar Sy insistent sur l’importance de la question de la transmission et des racines se trouvant au cœur du film. Retour sur ses origines en compagnie du scénariste-réalisateur et du comédien.

Vincent Raymond | Mercredi 23 janvier 2019

Philippe Godeau & Omar Sy :

Vous êtes tous deux coproducteurs. Autrement dit, votre implication est double puisqu’elle va au-delà de l’investissement artistique. Pourquoi spécifiquement sur ce film ? Philippe Godeau : Omar, c’est l’acteur numéro 1. En faisant un film en Afrique, au Sénégal, j’avais l’envie de partager une expérience, le voyage… Je savais en plus qu’il avait une envie de produire et je trouvais que c’était bien de faire ce voyage à deux. Comme je un vieux producteur et jeune metteur en scène ; qu’Omar est un acteur d’aujourd’hui et novice en production (sourire), je lui ai proposé… Omar Sy : Et j’ai accepté ! Le fait qu’il me laisse cette place, cette chance même, j’ai accepté parce que l’envie de partager quand on est producteur est rare. Avoir ce partage était intéressant : le film parle d’un voyage, il en est aussi un pour moi ainsi que l’aventure avec Philippe : c’est la première fois que j’ai participé à des discussions sur la manière dont on fait, on réfléchit un film, comment on le prépare, on le tourne, on le monte. Et le voyage n’e

Continuer à lire

"YAO" : Cahier d’un retour au pays des ancêtres

ECRANS | De Philippe Godeau (Fr.-Sen., 1h44) avec Omar Sy, Lionel Louis Basse, Fatoumata Diawara…

Vincent Raymond | Mercredi 23 janvier 2019

Petit Sénégalais de 13 ans, Yao vénère la star européenne Seydou Tall, au point de connaître son livre par cœur. Apprenant que l’idole est de passage à Dakar, Yao fait les 400km séparant son village pour le rencontrer. Touché (et poussé par le destin), Seydou décide de la ramener chez lui. Il s’agit là clairement d’un conte où le voyageur pensant maîtriser son cheminement se trouve “voyagé“, guidé par des forces de plus en plus pressantes à accomplir une mission initiatique à laquelle il n’était pas préparé. Dans ce récit, Yao n’est pas le héros mais le déclencheur inconscient, l’adjuvant à travers lequel le fatum va se manifester pour infléchir la trajectoire de Seydou ; un cicérone malgré lui tirant par ailleurs des leçons profitables de son escapade. Godeau et Sy ont tenté manifestement d’éviter le “folklorisme“ tout en préservant un certain réalisme dans la vision du pays. Toutefois, il ne faut pas non plus s’attendre à une vérité documentaire : la caméra ne reste pas assez longtemps pour cela, c’est l’histoire qui veut cela… e le genre road movie, qui lui aussi effe

Continuer à lire

Caraïbes

MUSIQUES | En voilà un qui a fait un sacré bout de chemin depuis sa première apparition scénique à la Havane à l’âge de quinze ans ! En vingt ans, le pianiste-prodige (...)

Niko Rodamel | Mardi 2 octobre 2018

Caraïbes

En voilà un qui a fait un sacré bout de chemin depuis sa première apparition scénique à la Havane à l’âge de quinze ans ! En vingt ans, le pianiste-prodige cubain Roberto Fonseca a enchaîné huit albums solo tout en multipliant les collaborations aux côtés d’Ibrahim Ferrer, Omara Portuando ou encore Fatoumata Diawara, entre autres. Avec Abuc (acronyme inversé de Cuba), le musicien télescope brillamment les musiques qui ont accompagné l’histoire de son île natale, des années 40 à aujourd’hui. Roberto Fonseca III, lundi 22 octobre à 20h30, l’Opsis à Roche-la-Molière

Continuer à lire

Les yeux dans le jazz

Photos jazz | Pour son quarantième anniversaire, le Rhino Jazz(s) festival investit trois gares ligériennes avec les superbes photos live d’un amoureux de la petite note bleue, le photographe Roger Berthet.

Niko Rodamel | Mardi 2 octobre 2018

Les yeux dans le jazz

Photographier le jazz n'est pas chose facile. Le photographe manque souvent de lumière. Il s'agit alors d'ouvrir grand le diaphragme de l'objectif et bien souvent de flirter avec les hautes sensibilités, qu'elles s'expriment en ASA argentiques ou en ISO numériques. Il faut observer la gestuelle des musiciens, trouver le bon angle, doser la profondeur de champ et déclencher au bon moment, bref, être au rendez-vous du fameux instant décisif cher à Henri Cartier-Bresson. Roger Berthet est de ces photographes discrets qui rôdent à pas de velours au pied des scènes de jazz de la région, de Vienne à Montbrison, en passant bien sûr par le Rhino Jazz(s) qu'il suit depuis ses débuts, autant dire depuis des lustres. Comme bien d'autres de ses confrères, Roger a suivi l'évolution du matériel, délaissant peu à peu la pellicule au profit du capteur, avec ses atouts et ses faiblesses, préférant au simples Jpeg les lourds fichiers RAW qu'il retravaille ensuite patiemment, à œil reposé, sur son écran. Le train sifflera trois fois En partenariat avec la SNCF et avec la bienveillance du Rhino Jazz(s), Roger Berthet présente pas moins de trente-deux clichés en grand format,

Continuer à lire

Les noms présents au Foreztival 2016

MUSIQUES | Synapson, Thylacine, DJ Vadim & Big Red, Degiheugi, Naâman, Dj Pone (avec son nouveau live organique/machines et un album où l'on retrouve Sage, (...)

Nicolas Bros | Jeudi 19 mai 2016

Les noms présents au Foreztival 2016

Synapson, Thylacine, DJ Vadim & Big Red, Degiheugi, Naâman, Dj Pone (avec son nouveau live organique/machines et un album où l'on retrouve Sage, Louisahhh et Superpoze à la réalisation), Scratch Bandits Crew et Manudigital viennent grossir l'affiche du Foreztival 2016. Ces artistes étoffent la line-up composée également par Doc Gynéco, Scarecrow, Che Sudaka, Khoe-Wa Dub System, Massilia Sound System, Deluxe et Legal Shot Sound System. Le festival se tiendra du 12 au 14 août à Trelins dans le Forez. NB

Continuer à lire

Thérapie scénique

MUSIQUES | Est-il vraiment utile de présenter encore cette immense artiste qu’est Fatoumata Diawara ? Véritable touche-à-tout à la personnalité bien trempée, la (...)

Niko Rodamel | Mardi 2 février 2016

Thérapie scénique

Est-il vraiment utile de présenter encore cette immense artiste qu’est Fatoumata Diawara ? Véritable touche-à-tout à la personnalité bien trempée, la trentenaire s’illustre aussi bien (et toujours avec brio) dans la chant, la danse, la pratique instrumentale, la comédie musicale, le cinéma ou le théâtre… rien que ça ! Ses nombreuses collaborations l’ont fait parcourir le monde entier, comme une fuite en avant. Partout elle a pu faire éclater son talent, s’appuyant bien sûr sur ses racines africaines, aux côtés des chanteuses Oumou Sangaré, Dee Dee Bridgewater et Mamani Keita, auprès d’Herbie Hancock et, plus récemment, en tournée avec le pianiste cubain Roberto Fonseca. Sur scène, la chanteuse-guitariste livre un véritable ode à l’Afrique. Des ballades d’une grande sensualité, un folk-blues à l'africaine inspiré par la harpe wassalou. Les textes interpellent en dénonçant l’excision, le mariage forcé ou l'éducation des enfants par d'autres parents. Mais Fatoumata chante, en filigrane, sa propre histoire : les souffrances d’une enfance déchirée entre Côte d’Ivoire et Mali, avant la fugue à Paris. Pour échapper aux griffes de la société ouest-africaine qui aurait p

Continuer à lire

Fais tourner le calumet !

MUSIQUES | Chanteuse de sang mêlé, Pura Fé est issue de la communauté iroquoise Tuscarora. Sa musique marie blues, folk song et musique traditionnelle indienne quand (...)

Niko Rodamel | Jeudi 5 novembre 2015

Fais tourner le calumet !

Chanteuse de sang mêlé, Pura Fé est issue de la communauté iroquoise Tuscarora. Sa musique marie blues, folk song et musique traditionnelle indienne quand sa voix pleine d’émotion transmet le message ancestral d’un monde indigène qui s’évanouit. Avec son dernier LP Sacred Seed, Pura Fé continue de revisiter ses racines amérindiennes et américaines avec d’excellents musiciens dont Eric Longsworth (violoncelle) et Mathis Haug (guitare). NR Pura Fé, dimanche 8 novembre à 20h30, au Quarto à Unieux

Continuer à lire

Mise à flow

MUSIQUES | Étoile montante du reggae français, Naâman s’est taillé la part du lion à vitesse grand V sur la scène internationale. Il cristallise presqu’à lui seul une jeune (...)

Niko Rodamel | Jeudi 5 novembre 2015

Mise à flow

Étoile montante du reggae français, Naâman s’est taillé la part du lion à vitesse grand V sur la scène internationale. Il cristallise presqu’à lui seul une jeune génération qui ouvre de nouvelles pistes sans oublier les racines du genre. Mêlant avec un talent bluffant hip-hop et sonorités jamaïcaines, l’énergie et la musicalité de Naâman servent avec un élan nouveau des messages de paix, d’amour et de liberté, délivrés dans un flow efficace et généreux. Niko Rodamel Naâman, vendredi 6 novembre à 20h30, le Fil

Continuer à lire

Nina again

MUSIQUES | Brésilienne de sang mais niçoise d’adoption, Nina Papa a fait ses armes dès l’adolescence dans son pays natal, puis dans les Caraïbes, avant de venir se faire (...)

Niko Rodamel | Mardi 29 septembre 2015

Nina again

Brésilienne de sang mais niçoise d’adoption, Nina Papa a fait ses armes dès l’adolescence dans son pays natal, puis dans les Caraïbes, avant de venir se faire un nom dans les prestigieux établissements de la Côte d’Azur. La chanteuse se fera notamment remarquer au sein du Jobim Project de Jean-Marc Jafet (bassiste du Trio Sud aux côtés de Sylvain Luc et "Dédé" Ceccarelli) avec lequel elle enchaînera moult festivals de jazz aux six coins de l’hexagone. Avec son quintet, Nina Papa donnera un premier concert à Tartaras le 16 octobre puis un second le 17 à Veauche. Aller simple pour le Brésil ! Si les origines de la bossa nova restent floues (Henri Salvador en a longtemps revendiqué la paternité), les musiciens qui lui ont donné ses lettres de noblesse sont sans conteste tous Brésiliens : de Antonio Carlos Jobim à Chico Buarque en passant par Joao Bosco, Gilberto Gil ou encore Caetano Veloso. C’est ce répertoire que Nina Papa revisite sur scène, sans s’interdire quelques incursions plus jazzy, reprenant par exemple des titres de Billie Holliday. Et la belle Nina, assurément, n’a vocalement rien à envier aux interprètes qui l’ont précédée. Lorsqu’elle s’attaque par e

Continuer à lire