Tout va à Volo

Nicolas Bros | Mardi 29 septembre 2015

Photo : © Anne Piégu


Si parfois les événements négatifs vous assomment, certains vous prescriront de vous planquer devant votre télé avec une batterie de « Feel Good Movies ». Ces pellicules renfermant des films qui fonctionnent tels des antidépresseurs et vous redonnent goût à la vie. Pour la musique, ça marche aussi. C'est un peu la recette qui fait le succès de Volo depuis dix ans : de jolis mots mis en musique de belle manière. Échappés de l'aventure Wriggles, les deux frères Volovitch décident à l'envolée de créer en 2001 un nouveau projet et en 2005 sort le premier album de cette nouvelle formule : Bien Zarbos. Depuis, le groupe évolu au fil de l'eau, année après année, privilégiant toujours le live au studio même si en dix années cinq disques auront connu le pressage. Le dernier en date - déjà daté puisque sorti en 2013... - est sobrement intitulé Sans rire. Même si avec cette épreuve, les Volo laissent au placard un peu de l'humour qui les caractérisait, ils gagnent en équilibre et en apaisement appuyant là où ça peut faire mal et montrant que tout va (un peu) à vau-l'eau. Portant avec lui une douce " saudade ", ce disque confirme de belle manière que ce petit groupe sait sincèrement partager ses émotions en toute simplicité. Deux ans après cet opus, Frédéric et Olivier reprennent la route pour fêter leur goûter d'anniversaire avec le public et tout ça en forme épurée. Un coup à se planquer dans la salle pour se redonner le sourire en évitant de prendre des cachetons. NB

Volo, vendredi 9 octobre à 20h30, Salle André Pinatel à Saint-Genest-Lerpt


Volo


Salle André Pinatel Rue Eugene Bonnardel Saint-Genest-Lerpt
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

2021 se déroulera sans Paroles & Musiques

Annulation festival | Comme en 2020, le festival stéphanois Paroles & Musiques est contraint de jeter l'éponge.

Nicolas Bros | Mercredi 28 avril 2021

2021 se déroulera sans Paroles & Musiques

Elle devait se dérouler du 17 au 23 mai mais il n'en sera rien. Malheureusement sans grande surprise, la 30e édition du festival Paroles & Musiques ne pourra pas se tenir ce printemps. L'organisation a décidé de ne pas prendre de risque. « Nous y avons cru longtemps, nous nous sommes adaptés aux préconisations gouvernementales en prévoyant des jauges assises et distanciées ainsi que toutes les mesures adaptées à la situation. Malheureusement, la sortie de crise est plus longue que prévue, et nous n'avons aucune visibilité sur une date de réouverture précise des lieux de spectacles à trois semaines de l'évènement », explique par communiqué le festival stéphanois, avant de donner rendez-vous du 16 au 22 mai 2022 pour la « 30e édition bis ». L'organisation a d'ailleurs précisé quelques points concernant cette édition 2022 : • La Nuit des Stéphanois est reportée au 2 octobre 2021 à 19h au Fil avec Broadway, Arpad Flynn, Doorsfall, Redbong, Radikale Junkypop, An'Om x Vayn et Felower • Le concert de Ben Mazué (+ Martin Luminet) est report

Continuer à lire

Tibert / Des routes à prendre

Portrait | Fondateur et directeur artistique du festival Les Oreilles en Pointe, depuis plus de trente ans Tibert défend vaille que vaille la chanson francophone. En cette fin d'année morose, le chanteur et guitariste sort contre vents et marées un sixième album, Tranche désir. Portrait entre terre et mer d'un homme qui possède six cordes à son arc.

Niko Rodamel | Mardi 8 décembre 2020

Tibert / Des routes à prendre

Remontons le temps. Le petit Alain Rocher naît en 1961 à Saint-Étienne de parents lozériens et auvergnats. Comme souvent chez les musiciens, c'est de la fascination pour un instrument qui va naître une passion que les années ne pourront plus jamais taire. Vers l'âge de neuf ans, Tibert est confié à ses grands-parents le temps que ses oreillons cessent d'être contagieux pour ses deux frangins. « Comme il n'avait pas de jeux pour les gosses, mon grand-père était dépité. Un jour il a sorti sa mandoline et quelques vieilles partitions poussiéreuses puis, cassant une dent d'un peigne pour s'en faire un médiator, s'est mis à gratter les cordes. J'étais impressionné par ses gros doigts qui couraient sur les toutes petites cases de l'instrument ! » Tibert se souvient encore très distinctement de ce déclic, décrivant une véritable révélation pour la musique. Plus tard ce sera son père, professeur de lettres, qui lui fera découvrir la littérature... Tout en poursuivant des études littéraires jusqu'à la maîtrise, le jeune homme jongle entre cours de chant classique au conservatoire de Saint-Étienne et formation en guitare jazz à l'EMRA de Villeurbanne. Après quelques années à ense

Continuer à lire

Lerpt de rien

Festival photo | Organisé depuis onze ans déjà par l’association Maraudeurs d’images en partenariat avec la ville de Saint-Genest-Lerpt et le club Roche Photographie, (...)

Niko Rodamel | Jeudi 2 mai 2019

Lerpt de rien

Organisé depuis onze ans déjà par l’association Maraudeurs d’images en partenariat avec la ville de Saint-Genest-Lerpt et le club Roche Photographie, Photos dans Lerpt est un festival exigeant et populaire, s’employant à mettre en lumière les regards créatifs des photographes d’aujourd’hui. Ce sont chaque année dix jours d’expositions et de rencontres qui rapprochent amateurs éclairés et professionnels dans leur passion commune pour l’image fixe. Dans la sélection officielle qui regroupe vingt-six photographes issus de toute la France, on retrouve avec plaisir le travail de l’artiste stéphanoise Claire Malen. Photographe résolument militante, Claire poursuit son engagement et sa quête photographique au plus près des femmes en lutte pour leurs droits. Avec Portraits de femmes Tunisiennes (série qui a reçu le soutien de la bourse FIACRE International de la région Rhône-Alpes en 2015), l’artiste restitue des images emplies d’humanité, à la fois poignantes et porteuses d’un vrai espoir. La plupart des expositions sont à découvrir, à l’Espace polyvalent Louis Richard de Saint-Genest-Lerpt, du 11 au 19 mai.

Continuer à lire

Les arts prennent la rue à Saint-Genest

Nouveau festival | Le mois de septembre n'est pas seulement dédié à la reprise des saisons culturelles. C'est également l'occasion de découvrir de nouveaux événements. C'est le (...)

Nicolas Bros | Mardi 4 septembre 2018

Les arts prennent la rue à Saint-Genest

Le mois de septembre n'est pas seulement dédié à la reprise des saisons culturelles. C'est également l'occasion de découvrir de nouveaux événements. C'est le cas du premier festival des arts de la rue de Saint-Genest-Lerpt intitulé Là où va l'indien qui se déroulera les 22 et 23 septembre. Avec la volonté de faire de ce rendez-vous annuel un « laboratoire artistique urbain et de plein air », la municipalité accueille deux jours de formes artistes décalées et originales dont Carnage Productions ou encore la Cie des cieux galvanisés et leur duo mêlant mât chinois et accordéon, Des accords de Mât. Festival Là où va l'indien, les 22 et 23 septembre à Saint-Genest-Lerpt

Continuer à lire

Oh ouï

Chanson | Il est agaçant OUÏ, le dernier album de Camille sorti il y a quelques mois. Agaçant car la chanteuse semble donner raison à tous ses contempteurs, se (...)

Aurélien Martinez | Mardi 3 octobre 2017

Oh ouï

Il est agaçant OUÏ, le dernier album de Camille sorti il y a quelques mois. Agaçant car la chanteuse semble donner raison à tous ses contempteurs, se renfermant dans une sorte de musique trop intellectualisée et donneuse de leçons (notamment sur l’écologie). N’empêche, se glissent ici et là quelques morceaux magnifiques, comme le single Fontaine de lait à l’érotisme décalé ou le très beau Seeds tout en anglais, confirmant ainsi que Camille est bien la plus grande chanteuse française de ces dernières années. Et même qu’elle restera dans l’histoire de la chanson française – les draps avec lesquels elle joue en concert sur cette tournée moins.

Continuer à lire

Camille dit "OUÏ" à Saint-Étienne

MUSIQUES | La chanteuse Camille, qui vient de sortir son nouvel album OUÏ le 2 juin dernier, est annoncée en concert au Fil le jeudi 12 octobre à 20h30 au Fil. Les (...)

Nicolas Bros | Vendredi 9 juin 2017

Camille dit

La chanteuse Camille, qui vient de sortir son nouvel album OUÏ le 2 juin dernier, est annoncée en concert au Fil le jeudi 12 octobre à 20h30 au Fil. Les places sont d'ores et déjà en vente.

Continuer à lire

Au théâtre citoyen

Théâtre | Vous n’êtes pas fatigués des rassemblements politiques version "Nuit Debout" ? Offrez-vous la version théâtre de rue ! 1789 secondes, c’est la Révolution (...)

Houda El Boudrari | Mardi 6 juin 2017

Au théâtre citoyen

Vous n’êtes pas fatigués des rassemblements politiques version "Nuit Debout" ? Offrez-vous la version théâtre de rue ! 1789 secondes, c’est la Révolution française plantée au beau milieu du quotidien du XXIe siècle. Le public citoyen est précipité dans ces années de lumières, d’obscurité et de passion. On se questionne sur les droits de l’homme... et de la femme ! L’abolition des privilèges, l’esprit de résistance... Une rue pour une arène, une piste, un terrain de jeu. Une traversée menée à trois cents à l’heure, où les événements de l’époque résonnent de manière espiègle avec ceux d’aujourd’hui. Liberté, Egalité, Fraternité ont-ils encore de beaux jours devant eux ? « Aller à la rencontre des publics, avec une pratique théâtrale populaire », c’est le crédo de la Compagnie Internationale Alligator (CIA). La troupe montpelliéraine pratique le théâtre de rue depuis plus de 35 ans. Le spectacle créé en 2009, reprend un coup de jeune et trouve une résonance particulière dans ce contexte d’élections législatives. À suivre à Saint-Genest-Lerpt le vendredi 9 juin à 20h30.

Continuer à lire

Chansons en pagaille

Festival | Comme chaque début d'année, Montbrison se transforme en bastion de la chanson française pendant près d'un mois avec le festival Poly'Sons. Cette 14e édition, marquée par le départ de son créateur Dominique Camard, proposera plusieurs plateaux aussi riches que passionnants. Sélection par la pléthore d'artistes présents.

Nicolas Bros | Mercredi 4 janvier 2017

Chansons en pagaille

Voir la vie en rose À 29 ans, Sarah Mikovski n'est pas un "perdreau de l'année". Après avoir suivi des enseignements avec la Maîtrise de la Loire à Montbrison, en musicologie à la fac de Saint-Étienne puis un double cursus (chant lyrique et jazz) au Conservatoire de Lyon, elle s'est lancée dans la composition. Entre humour, pétillance et malice, Sarah Mikovski croque un univers joyeux, constellé de chansons "poptimistes". En 2015, elle sort un premier EP, Ressuscitée puis récidive fin 2016 avec Ma Vie en rose. Elle revient une nouvelle fois aux Poly'Sons, armée de ses nouvelles chansons qui devraient séduire par leurs joyeuses envolées. Sarah Mikovski, jeudi 12 janvier à 20h30, salle Aristide Briand à Saint-Marcellin-en-Forez Les naufragés rescapés Voilà la réunion trsè classe de deux artistes autour d'un répertoire de chansons françaises oubliés. D'un côté Cyril Mokaeish, chanteur engagé, qui remue la scène de la chanson depuis 2011 en solo avec lasortie de son album Du rouge et des passions. De l'autre bord, un pianiste jazz d'exception, Giovanni Mirabassi. En reprenant des titres injusteme

Continuer à lire

Anti-héros de l'espérance

MUSIQUES | Affranchi de toute "ronchonchonerie", Alexis HK a su conserver toute la classe du poète "moderne-cool" qu'il persiste à être depuis 1997 et ses débuts (...)

Nicolas Bros | Mardi 30 juin 2015

Anti-héros de l'espérance

Affranchi de toute "ronchonchonerie", Alexis HK a su conserver toute la classe du poète "moderne-cool" qu'il persiste à être depuis 1997 et ses débuts musicaux. Maniant les mots aussi bien que les notes sur ses compositions sautillantes, Alexis Djoshkounian est un peu à part sur l'éternel nouvelle scène de chanson française. Aussi à l'aise dans ses propres créations - un superbe dernier album Le Dernier Présent attend d'ailleurs son successeur avec impatience - que pour rendre hommage - le dernier avec une tournée rendant grâce à Georges Brassens - Alexis HK plaît en général à toutes et tous. Unanimité légitimée par son pouvoir d'enchanteur scénique sûrement. Anti-héros notoire, , Alexis HK s'est imposé année après année sans tapage ni usurpation comme une valeur sûre, un maître des mots bien pensés, incitant tantôt au rire, aux larmes ou au bonheur simple. « Où que j'aille souvent j'entends battre le cœur / De ceux qui m'ont aimé et m'ont rendu meilleur / De ceux qui m'ont aidé à garder toutes mes espérances » chante-t-il sur Je reviendrai. Ses espérances qu'il viendra partager tout en douceur, comme à son habitude, au Festiv

Continuer à lire

The Grand Budapest Hotel

ECRANS | Wes Anderson transporte son cinéma dans l’Europe des années 30 pour un hommage à Stefan Zweig déguisé en comédie euphorique. Un chef-d’œuvre génialement orchestré, aussi allègre qu’empreint d’une sourde inquiétude. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 25 février 2014

The Grand Budapest Hotel

The Grand Budapest Hotel, au départ, c’est un livre, lu par une jeune fille blonde sur un banc enneigé de la ville de Lutz, à côté de la statue de son auteur. Ce livre raconte l’histoire du Grand Budapest Hotel telle qu’elle fut rapportée à l’écrivain lors d’un séjour dans ses murs au cours des années 60 par le propriétaire de l’hôtel, Zéro Moustapha. Cette histoire est aussi celle de Mr Gustave, concierge du Grand Budapest du temps de sa splendeur dans les années 30, juste avant le début de la guerre, mentor et ami de Zéro. Le Grand Budapest Hotel était alors un bastion du luxe et du raffinement au cœur de l’Europe, dans la République de Zubrowka. À l’arrivée, The Grand Budapest Hotel est un film de Wes Anderson, autrement dit une pure création : rien de tout cela n’existe, tout a été réinventé par l’imaginaire du cinéaste. Mais ce monde fantaisiste laisse deviner en transparence la véritable Histoire européenne, du temps de ses heures les plus tragiques. Partition virtuose La narration en poupées russes qui lance le film — un récit à l’intérieur d’un récit à l’intérieur d’un récit —, redoublé par les constants changements de formats de l’ima

Continuer à lire

Sur les épaules d'un Homme

MUSIQUES | Auteur-compositeur ou accompagnateur des plus grands depuis plus de quinze ans, Albin de la Simone n'en reste pas moins un interprète de talent. Avec ses textes finement ciselés, il décrit les écorchures de la vie mais aussi ses petits bonheurs. Il sera sur la scène des Pénitents à Montbrison le 28 janvier pour délivrer les titres délicats de son dernier album "Un Homme". Nicolas Bros

Nicolas Bros | Mercredi 18 décembre 2013

Sur les épaules d'un Homme

Albin de la Simone, c'est avant tout un auteur-compositeur de talent ayant séduit de nombreux artistes. Parmi ceux-ci se trouvent des Souchon, Arthur H, -M-, Le Forestier… Mais Albin de la Simone est également un chanteur qui a éclos au début des années 2000 avec Boogaerts, Bénabar ou Da Silva. Autant l'avouer d'emblée, nous n'avons pas toujours été séduits par les propres productions du monsieur. À l'image de sa présence scénique d'alors, ses chansons étaient un peu statiques, peut-être à cause d'un côté doux pas encore assumé pleinement, n'incitant chez nous que peu d'allant. Nous avions l'image d'un artiste plus enclin à évoquer la déprime qu'autre chose. Mais lors de la sortie en février 2013 de son quatrième album studio Un Homme, un nouvel Albin de la Simone naquit dans nos tympans. Une claque auditive. Délicat, complet et enjôleur, ce disque réussit le pari d'évoquer les tracas et les déconvenues de nos vies tout en apportant un brin de légèreté. Accompagné tantôt par la sublime Islandaise Emiliana Torrini, le pianiste classique Alexandre Tharaud ou par le leader des Innocents JP Nataf, le «nouvel Homme» a allègrement fait chauffer not

Continuer à lire

Yvan Marc : «Retourner à un esprit chanson folk»

MUSIQUES | Yvan Marc fait partie de ces chanteurs passionnés et libres. Proche de Mickey 3D et connu pour son titre "Propaganda", ce natif d'Ecotay l'Olme, à côté de Montbrison, revient au printemps 2013 avec son cinquième album "L'équilibre", toujours dans un esprit rock mais plus intimiste. Il se présentera ce jeudi en première partie de Thomas Fersen sur la scène du FIL. Propos recueillis par Nicolas Bros

Nicolas Bros | Mardi 10 décembre 2013

Yvan Marc : «Retourner à un esprit chanson folk»

Yvan Marc, pourriez-vous revenir sur votre parcours ? Cela fait dix ans que je tourne sous mon prénom Yvan Marc. Mais je fais de la musique depuis trente ans. Mon premier album La Cuisine est sorti en 2002. J'avais alors suivi les Mickey 3D lors de la tournée de l'album Tu vas pas mourir de rire. Depuis j'ai sorti trois albums dont Des chiens, des humains en 2005. Quelle est la teneur de ce nouvel opus ?J'ai essayé d'écrire des textes plus intimistes avec des thématiques tournant autour du temps qui passe, de la vie de couple, de ce qui nous pousse à avancer, … C'est un album plus personnel, moins engagé que les autres. Mon dernier album A bout de bras en 2010, était beaucoup plus «produit» avec un son assez gros, bien rock avec notamment un quatuor à cordes. Je souhaitais retourner à l'ambiance musicale de mes débuts, dans un esprit chanson folk. Ça reste rock mais avec plus d'instruments acoustiques : du banjo, de l'accordéon diatonique, du violon, … Il y a deux chansons un peu plus engagées ?Oui, il y a la C(e)rise qui un titre év

Continuer à lire

Pachyderme que ça !

MUSIQUES | Leur nom pourrait faire plutôt penser à une vitesse réduite. Mais pourtant ces deux-là n'arrêtent pas de courir depuis quelques temps. Lisa et François, les deux (...)

Nicolas Bros | Mercredi 21 août 2013

Pachyderme que ça !

Leur nom pourrait faire plutôt penser à une vitesse réduite. Mais pourtant ces deux-là n'arrêtent pas de courir depuis quelques temps. Lisa et François, les deux artistes du duo Eléphant fondé en 2009, ont réussi à se faire une belle place cette année dans la jungle de talents dont regorge la chanson française. Notamment grâce à leur titre Collective mon amour qui a fait partie des sempiternels "méga tubes de l'été" de la bande FM française. Mais au-delà de ce succès somme toute mérité, les deux artistes ayant réuni leur prénom afin de trouver un nom de groupe (L et Fran), se considèrent toujours comme des outsiders. Repérés et soutenus par Benjamin Biolay, The Dø ou encore Vannessa Paradis, Eléphant ne révolutionne pas le schmilblick en traitant dans son album principalement d'un thème vieux comme Hérode, j'ai nommé l'Amour. Mais avec sa fougue, sa générosité sans faille et une "non-prise de tête" assumée, le groupe arrive à nous faire oublier sa formule finalement assez peu innovante en laissant sur nos visages une large banane et, en nous faisant nous trémousser. Bref, Elephant ne nous trompe pas sur la marchandise ! Alors pour attraper une grande dose de bonne

Continuer à lire

Cascadeur ou la fragilité derrière le masque

MUSIQUES | Cascadeur, c'est un mec sous un casque de moto blanc orné d'une étoile ou un masque de nacho libre et parfois-même affublé d'un magnifique peignoir de boxeur. (...)

Nicolas Bros | Jeudi 22 août 2013

Cascadeur ou la fragilité derrière le masque

Cascadeur, c'est un mec sous un casque de moto blanc orné d'une étoile ou un masque de nacho libre et parfois-même affublé d'un magnifique peignoir de boxeur. Vu sous cet angle, cette description peut vous faire penser à un artiste très bizarre voire carrément barré... Mais Cascadeur, c'est beaucoup plus que cela. Avec son approche sonore unique démontrée lors de la sortie du titre Walker en 2010, Cascadeur continue à délivrer une délicatesse et une vulnérabilité qui transpirent de sa musique féerique. Alexandre Longo, de son vrai nom, avait marqué les esprits en 2011 avec son premier album intitulé The Human Octopus, allant jusqu'à se retrouver dans la liste des dix artistes révélations du Prix Constantin cette année-là. En cette rentrée 2013, le musicien originaire de Metz revient dans les bacs avec un second opus intitulé Ghost Surfer. Un peu moins minimaliste que son premier album, ce disque est un poil plus joyeux et pop que son prédécesseur mais en conserve néanmoins la formule gagnante. Avec sa voix d'une grande finesse souvent comparée à celle de Jónsi de Sigur Ros ou encore à Antony Hegarty d'Antony & The Johnsons, Cascadeur est un artiste

Continuer à lire

Les Tropiques clairs-obscurs de Maissiat

MUSIQUES | Attention, concert garanti cent pour cent chargé en émotions. Maissiat, auteur-compositeur-interprète originaire de Lyon, a convaincu en ce début d'année avec (...)

Nicolas Bros | Jeudi 22 août 2013

Les Tropiques clairs-obscurs de Maissiat

Attention, concert garanti cent pour cent chargé en émotions. Maissiat, auteur-compositeur-interprète originaire de Lyon, a convaincu en ce début d'année avec son premier album solo Tropiques, contenant dix plages de haute volée. Mettant en mots fins et délicats nos petites vies fragiles et leurs tourments, Maissiat se charge de nous transporter avec elle dans de voyages oniriques, en délivrant ses œuvres issues de multiples inspirations. Accompagnée de son piano, elle n'hésite pas à aborder des thèmes tels que la séparation (dans le titre Trésor), les regrets (Jour de Chance) et même des questions aussi dures que la mort (Le Départ). On pense ainsi facilement à des artistes tels que Bashung faisant partie de ses références éclairées et assumées. Côté musical, Amandine Maissiat a bien évolué depuis ses débuts. En effet, elle se place désormais à des années lumières du côté rock qu'elle avait laissé s'exprimer avec les autres filles de son ancien groupe Subway. Aujourd'hui, elle s'exprime seule et sublime ses textes au moyen d'arrangements pouvant parfois rappeler le travail de compositeurs de musique classique. Elle aime d'ailleurs rappeler l'

Continuer à lire

La chaleur brésilienne de Flavia Coelho

MUSIQUES | La chanteuse Flavia Coelho, née à Rio de Janeiro, sera sur la scène du Palais des Spectacles le vendredi 31 mai. L'occasion de partager sa joie de vivre et un peu de chaleur au cours d'un voyage entre rythmes brésiliens, reggae et raggamuffin. Nicolas Bros

Nicolas Bros | Mardi 23 avril 2013

La chaleur brésilienne de Flavia Coelho

Elle a beau être installée dans la capitale française depuis sept ans, la brésilienne Flavia Coelho ne s'est pourtant pas imprégnée de la morosité ambiante parisienne. Bien au contraire... Lorsque vous avez la chance de la voir sur scène, votre visage se pare immédiatement d'un large sourire et d'une irrésistible envie de partager un peu de soleil avec elle. Il se dégage de cette ravissante Carioca une telle énergie que le public se fait vite emporté, sans qu'il s'en rende vraiment compte. Et l'on se retrouve emporté dans ce medley de rythmes reggae, raggamuffin et bossa nova. Artiste infatigable, Flavia Coelho a sorti en 2011 son premier album Bossa'Muffin qu'elle présentera au public stéphanois lors d'une soirée partagée avec les groupes Volo et Tryo. Savoureux mélange, cet album est le fruit de sa collaboration avec deux musiciens lui ayant apporté chacun leurs sons complémentaires, à savoir le Camerounais Bika Biak Pierre et le compostieur-p

Continuer à lire