Les Fatals Picards : « Le moule des maisons de disques ne nous correspondait pas  »

MUSIQUES | Après deux créations live en 2015 : un album (14.11.14) et un DVD, le groupe de rock humoristique Les Fatals Picards est en pleine élaboration de son huitième album studio. Avant de dévoiler ce nouvel opus en 2016, le groupe sera en concert au Fil, le 19 novembre prochain. Laurent Honel, guitariste du groupe, a accepté de répondre à nos questions en toute honnêteté et sans langue de bois. Propos recueillis par Marlène Thomas.

Marlène Thomas | Lundi 9 novembre 2015

Photo : © Les Fatals Picards Légende : Les quatre membres des Fatals Picards


Vous avez récemment sorti un DVD live entièrement financé par le crowdfunding. Pourquoi avoir privilégié ce financement ?
Laurent Honel :
C'est parti d'un constat relativement simple, nous avions décidé de ne plus avoir de maison de disque. Nous sommes devenus indépendants, mais qui dit indépendants ne dit pas forcément riches. Pour réaliser un DVD de qualité, il fallait un certain budget que nous n'étions pas capables de fournir par nous-mêmes. Nous avons souvent été boudés par les médias, les radios, les TV, mais notre public, lui, nous a toujours été très fidèle. Finalement, c'était une bonne manière de proposer quelque chose qui impliquerait les seules personnes sur lesquelles nous avons toujours pu compter. Le moule des maisons de disques ne nous correspondait pas, nous étions déjà notre propre tourneur depuis des années. Notre façon de travailler est très indépendante et notre timing ne correspondait jamais au leur. Ce n'est pas un reproche, mais un constat d'incompatibilité. Être indépendant nous permet de tout gérer à 100 %, c'est plutôt agréable. Pour notre prochain album, il y aura un distributeur, mais pour la production, nous sommes en train de relancer une campagne de crowdfunding. Pour nous, c'est le système idéal. J'ai également découvert qu'avec ce financement, nous sommes dans une position où nous nous sentons encore plus redevables vis-à-vis du public.

Vous avez pour projet de sortir un nouvel album en 2016. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur son contenu ?
Il devrait sortir entre avril, mai et juin, mais nous n'avons pas encore de date arrêtée. Le projet est encore en gestation. Disons que pour l'instant, ce qui se dessine est dans un esprit relativement rock. Quant aux sujets traités, ils sont un peu moins politiques et plus décalés. Il y aura sûrement aussi des sujets de société. Le fil rouge, chez les Fatals, c'est toujours le décalage et l'humour, c'est une constante chez nous et notre côté rock s'affirme de plus en plus avec les années. Nous avons la chance d'être un groupe qui marche avec sa propre identité, donc finalement les courants de mode, les obligations, nous n'en avons pas grand chose à faire. Pour le moment, nous n'avons pas défini de titre pour l'album. Nous allons commencer à en chercher un, mais cela dépendra certainement de son contenu. Le dernier album studio s'appelait Septième ciel, car c'était le septième au compteur et pas mal de chansons parlaient d'amour, de manière plus ou moins décalée. C'était donc légitime. Ce nouvel album s'appellera peut-être Les Fatals Picards contre les zombies, ou pas. (rires)

Le batteur de votre groupe, Jean-Marc Sauvagnargues, s'apprête à sortir un album solo de chansons d'amour. Ne craignez-vous pas que cela brise votre image de groupe rebelle ?
Non justement, c'est aussi ça la "rebellitude". J'aime beaucoup la littérature et je dis toujours que de nos jours, lire des livres, c'est une manière d'être punk quelque part, car c'est nager à contre-courant. J'ai écrit trois chansons dans l'album de Jean-Marc et je trouve cela génial de pouvoir vivre son rêve à fond. Les Fatals revendiquent totalement cet éclectisme. Je trouve cela sain, nous sommes quatre individus avec chacun des projets de vie très différents et nous nous retrouvons au sein des Fatals. De toute façon, la crédibilité, nous ne l'avons jamais eue pour les magazines comme Les Inrocks, Rock &Folk et compagnie. Ils considèrent que nous n'avons pas le droit de faire de l'humour dans le rock … Depuis quinze ans, nous avons donné plus de 1.200 concerts, les avis sont toujours constructifs, mais nous n'avons pas à prouver à qui que ce soit que nous faisons du rock, ou pas.

Finalement les courants de mode, les obligations, nous n'en avons pas grand chose à faire

Regrettez-vous votre participation à l'Eurovision en 2007 ?
Nous n'avons aucun regret. Au début, cela nous a permis d'être sous le feu des projecteurs, nous avons été invités à de nombreuses émissions de télévision, de radio que nous n'aurions jamais faites autrement. Pendant des années, le problème était que les personnes qui ne nous connaissaient pas avaient l'impression que nous n'avions fait que l'Eurovision, c'était le revers de la médaille. Mais cela a été globalement positif, plus les années passent, plus nous sommes fiers de l'avoir vécu. Cela a été une bonne expérience que peu d'artistes ont eu l'occasion de connaître. Pour un musicien, vivre l'Eurovision est très spécial, l'émission est vraiment organisée comme une compétition olympique.

A quoi doit s'attendre un spectateur qui n'est jamais venu à un de vos concerts ?
Aucune mise en scène n'est effectuée. Au niveau des éclairages, nous travaillons un minimum, c'est un vrai spectacle, nous ne prenons pas les choses à la légère. Mais, nous faisons de l'humour, donc cela suppose de l'interactivité, de la réactivité. L'énergie des chansons et le dialogue avec le public prévalent. Musicalement, nous avons tendance à jouer des morceaux des trois, quatre derniers albums. Le concert se divise en trois temps, un premier avec des chansons plutôt rock, puis, un passage acoustique qui nous permet de proposer des chansons plus calmes, comme Mon père était tellement de gauche et pour finir, une partie un peu plus énervée avec des chansons plus rock. Nous avons la chance, malgré une faible exposition médiatique, de bien remplir les salles. En quinze ans de carrière, j'apprécie toujours autant d'être sur scène et de jouer de la guitare. Même les moments pathétiques, quand nous nous retrouvons par exemple dans une station service pour la énième fois à nous demander quel sandwich triangle va égayer notre repas ou si la machine à café sera dégueulasse, infecte ou juste imbuvable, nous font plaisir en fait.

Quel souvenir gardez-vous de votre dernier concert à Saint-Etienne ?
Nous aimons beaucoup la salle du Fil : nous y sommes bien reçus et nous y mangeons bien ! Le public, je n'aime pas dire qu'il est meilleur qu'ailleurs, mais nous n'avons que de bons souvenirs avec lui. Ce que j'aime bien aussi, c'est l'after que nous faisons dans le bar. Nous pouvons toujours y passer du temps, ce n'est pas le genre de salle où le public est expulsé juste à la sortie du concert. C'est un principe chez nous, nous faisons des dédicaces depuis le début. Cela participe à l'esprit des Fatals. Ce qu'on trouve enrichissant, sans démagogie aucune, c'est dialoguer et partager. En fait, je pense que nous ferions des hommes politiques pas si mauvais que cela parce que nous finissons par avoir une bonne connaissance de la France, à force de fréquenter des riches, des pauvres, des gens de droite, des gens de gauche, des ouvriers, des profs, des punks, des sportifs, des flics, des voyous et des étudiantes (rires). Le Fil fait partie des salles, comme Le Transbordeur à Lyon, que nous apprécions bien. Et puis, Saint-Étienne est quand même la patrie de Bernard Lavilliers !

Les Fatals Picards, jeudi 19 novembre à 20h30, au Fil


Fatals Picards + Nordine le Nordec

Rock et humour
Le FIL 20 boulevard Thiers Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Drôles de plumes

Concours festival Arcomik x SACD | Le festival d'humour stéphanois, Arcomik, vient d'annoncer la création d'un concours national de textes d'humour en partenariat avec la SACD (Société des (...)

Nicolas Bros | Mardi 22 juin 2021

Drôles de plumes

Le festival d'humour stéphanois, Arcomik, vient d'annoncer la création d'un concours national de textes d'humour en partenariat avec la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques). Ce concours permettra de « mettre ces "créateurs de l'ombre" en lumière » selon les organisateurs. Les auteures et auteurs sont invités à travailler sur le thème de l'édition 2021 intitulé "Enjeux environnementaux... ou tard ?". Les textes peuvent être d'une forme libre et d'un format de 2 à 3 feuillets (5 000 à 7 000 signes, espaces compris). Pour participer, il suffit de se rendre sur cette page. Un jury de professionnels, présidé par Jean Dell, se réunira en septembre afin de sélectionner trois heureux gagnants qui seront invités à la soirée Talents Nouveaux du 25 octobre 2021 à la salle de spectacles de la Maison de l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne. À cette occasion, des élèves de l'Ecole de La Comédie de Saint-Etienne interpréteront ces écrits sur scène. L'un des trois auteurs sera récompensé par un prix de 1 000 euros suite à une sélection le soir-même par le jury

Continuer à lire

De haut en bas, que la colline est belle

Festival | Le festival des 7 Collines reprend sa place dans la métropole stéphanoise, proposant 15 jours de cirque, danse, musique et performances à redonner du souffle.

Cerise Rochet | Mercredi 9 juin 2021

De haut en bas, que la colline est belle

Il fait partie des festivals passés à la trappe en 2020, au grand dam de toutes celles et de tous ceux qui en ont fait un rendez-vous immanquable du début de l’été. Qu’on se rassure, après une année de disette, les 7 Collines reviennent plus en forme que jamais, avec une programmation festive - parce qu’il faut bien se remettre de ses émotions -, et audacieuse -parce qu’il faut bien aller de l’avant, quitte à se faire bousculer un peu. Avec près de 20 spectacles en 15 jours sur une grande partie de la métropole stéphanoise, l’événement retrouve ses marques, fidèle à son ambition de toujours : vulgariser la création contemporaine, et voir le cirque, la musique du monde, la danse et la performance provoquer sourires sur les lèvres et boum-boum dans les cœurs de tous les spectateurs. Du cirque de haute-volée Mesdames, messieurs approchez donc, au rayon cirque cette année, sans doute n’y aura-t-il pas de place pour tout le monde. Au milieu d’une multitude de pièces engagées, spectaculaires, ou parfois les deux à la fois, on optera sans trembler pour la compagnie française Cabas. Venue de région parisienne, celle-ci s’installera le temps d’une seule so

Continuer à lire

Juin sur le fil

MUSIQUES | Du côté du Fil de Saint-Etienne, en attendant l'arrivée d'une nouvelle direction et d'une nouvelle saison dès septembre, on ne s'en laisse pas pour (...)

Nicolas Bros | Mercredi 9 juin 2021

Juin sur le fil

Du côté du Fil de Saint-Etienne, en attendant l'arrivée d'une nouvelle direction et d'une nouvelle saison dès septembre, on ne s'en laisse pas pour autant conter. Plusieurs projets viennent marquer le retour aux affaires. D’abord, un livestream du duo basse/batterie noise-rock stéphanois Milkilo qui vient de sortir son nouvel album Abandon. Ensuite deux afterworks, un concert des Ladaniva pour les 7 Collines, la finale du concours d’éloquence Baratin mais aussi la venue en version rock du chroniqueur engagé de France Inter Guillaume Meurice. Ce dernier se présentera le 18 juin avec son groupe The Disruptives. Une date mêlant humour, politique et musique. Plus d’infos sur le-fil.com

Continuer à lire

Ca rocke encore en France

Bouquin | L'auteur stéphanois Pascal Pacaly revient avec le troisième volume de sa série La France est rock. Intitulé La France est (toujours) rock, cet opus (...)

Nicolas Bros | Mercredi 12 mai 2021

Ca rocke encore en France

L'auteur stéphanois Pascal Pacaly revient avec le troisième volume de sa série La France est rock. Intitulé La France est (toujours) rock, cet opus condense nouvelles biographiques et chroniques écrites par Pacaly après avoir collectionné de nombreuses interviews d'artistes au fil du temps. Au programme de ce tome troisième du nom : Loudblast, Magma, Miossec, Marcel et son Orchestre, Tagada Jones ou encore Debout sur le Zinc. La France est (toujours) rock, de Pascal Pacaly, aux éditions du Joyeux Pendu

Continuer à lire

L'éPOPée Verte, le docu

Scène stéphanoise | L'avenir de la musique pop française, c'est Saint-Etienne. Attention, ne voyez pas là l'adjectif "pop" comme un épitèthe péjoratif. À l'instar de ce qu'a pu (...)

Nicolas Bros | Mercredi 5 mai 2021

L'éPOPée Verte, le docu

L'avenir de la musique pop française, c'est Saint-Etienne. Attention, ne voyez pas là l'adjectif "pop" comme un épitèthe péjoratif. À l'instar de ce qu'a pu constituer Rennes pour le rock dans les années 80, Saint-Étienne est aujourd'hui le berceau d'une scène musicale d'où émergent de nombreux talents mêlant chanson, rap et électro. Parmi ceux-ci, Terrenoire, Zed Yun Pavarotti, La Belle Vie, Fils Cara et Coeur ont pris part à un projet destiné à mettre en avant cette effervescence créative stéphanoise : l'éPOPée Verte. Si le concert parisien réunissant tous ces artistes n'a pu se tenir pour cause de Covid, une soirée s'est déroulée au Fil de Saint-Etienne le 3 octobre 2020. Si ce live est passé, vous pouvez le revoir

Continuer à lire

Le réveil de la nuit

Soirée spéciale | 6 lieux, 11 artistes et 8 heures de lives & dj sets : voilà ce que nous promet la soirée Ultranuit de vendredi 16 avril. Initiative lancée par le Fil « (...)

Nicolas Bros | Mardi 13 avril 2021

Le réveil de la nuit

6 lieux, 11 artistes et 8 heures de lives & dj sets : voilà ce que nous promet la soirée Ultranuit de vendredi 16 avril. Initiative lancée par le Fil « en soutien aux dj's, lieux et organisateurs qui font les nuits stéphanoises », cet événement spécial vient "compenser" le manque de soirées en cette période de crise. Côté programmation, on retrouvera plusieurs artistes* du cru, proposés par les collectifs 1001 Bass, Poto Feu Events, T2O, Face B, Les Bugnes et Syndrome Odyssée. Les captations se font en livestream depuis Le Clapier, l'atelier de T2O, le Château du Rozier (à Feurs), le Disorder Club, le F2 et bien entendu Le Fil. Vous pourrez suivre gratuitement les sets sur cette page, vendredi 16 avril dès 18h. *Liste des artistes présents pour Ultranuit : T2O avec MLHF, SHK + 1001 Bass avec DJ Chuimix, Unspent + FACE B avec Jesza + Les Bugnes avec Unouzbeck + Syndrome Odyssée avec le S.O. CREW Peter Bakh, Pr. Young +

Continuer à lire

Un triumvirat assure l'intérim à la tête du Fil

Lieu | En attendant la désignation de la nouvelle directrice ou du nouveau directeur de la salle du Fil à Saint-Etienne, ce sont trois figures ligériennes du (...)

Nicolas Bros | Vendredi 9 avril 2021

Un triumvirat assure l'intérim à la tête du Fil

En attendant la désignation de la nouvelle directrice ou du nouveau directeur de la salle du Fil à Saint-Etienne, ce sont trois figures ligériennes du secteur musical qui assurent l'intérim après le départ début avril de Thierry Pilat pour la Halle Tony Garnier. David Rivaton (Pont Futur), Simon Javelle (Ckel Prod) et Clément Terrade (Château du Rozier de Feurs) prennent ainsi en main temporairement la destinée de la salle de musiques actuelles stéphanoise. Parallèlement, la date limite de dépôt des candidatures pour le poste de direction est fixée à dimanche soir. Si vous vous sentez l'envie de tenter votre chance, rendez-vous sur cette page.

Continuer à lire

Le festival Arcomik reporté en octobre

ACTUS | La décision est tombée et était attendue. Le festival stéphanois d'humour Arcomik, est contraint de reporter à nouveau les spectacles prévus en avril. "Nous (...)

Nicolas Bros | Lundi 29 mars 2021

Le festival Arcomik reporté en octobre

La décision est tombée et était attendue. Le festival stéphanois d'humour Arcomik, est contraint de reporter à nouveau les spectacles prévus en avril. "Nous avions déjà reporté une première fois cette édition, du 16 au 24 avril 2021, mais malheureusement nous ne pourrons pas maintenir ces dates. Nous pourrions purement et simplement annuler, mais nous avons fait un choix différent, explique l'organisation. Alors, comme nous ne voulons pas que vous passiez un automne monotone, nous avons décidé de déplacer exceptionnellement l'Arcomik Festival du 22 au 30 octobre 2021. " Pas de grand chamboulement à noter concernant la programmation. Seuls les spectacles de Guillermo Guiz, de Panayotis Pascot et Le Plateau 100% féminin seront reportés pour l'édition 2022, qui se déroulera du 17 au 25 février. Pour retrouver les nouveaux horaires, rendez-vous sur cette page. L'organisation précise aussi que "les spectateurs qui ont déjà acheté les billets pour les précédentes dates seront avertis des modalités de remboursements ou des nouvelles dispositions du report".

Continuer à lire

Occupation du Fil : intermittents, précaires et élèves en lutte pour leurs droits

ACTUS | Alors que tous les regards se tournent aujourd’hui vers une réouverture des salles, les intermittents du spectacle et de l’emploi, rejoints par les élèves de la Comédie de Saint-Etienne, réclament d’abord des mesures de soutien pour sécuriser leurs droits et leurs revenus.

Cerise Rochet | Jeudi 18 mars 2021

Occupation du Fil : intermittents, précaires et élèves en lutte pour leurs droits

Cela fait maintenant un peu plus d’une semaine, qu’ils occupent le Fil de Saint-Etienne. Une manière pour eux de rejoindre le mouvement de revendications lancé par les intermittents du spectacle au théâtre de l’Odéon parisien, et de tenter de se faire entendre du gouvernement. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire en n’y jetant qu’un œil, les membres du CIP42 (collectif des intermittents.tes et précaires de la Loire) réclament moins la réouverture des salles que des mesures de soutien face à leur précarité, présente ou à venir : « On demande la prolongation de l’année blanche, ainsi que son extension aux intermittents de l’emploi : tous ceux qui travaillent dans le secteur de l’événementiel, de la restauration… En bref, tous ceux qui sont empêchés de travailler à cause des fermetures administratives. Parce que rouvrir sans sécuriser nos emplois et nos revenus reviendrait à exclure de nombreux intermittents, puisque la vie ne reprendra que progressivement, et, de fait, les contrats aussi. Par ailleurs, nous considérons que nous ne sommes pas épidémiologistes. Ce n’est pas à nous, de dire si oui ou non, les salles sont des lieux potentiels de clusters. Ce que nous vo

Continuer à lire

Marc Chassaubéné : « Nous avons tout fait pour éviter d'engager des frais à perte »

Biennale design | Le président de la Cité du design, vice-président de Saint-Etienne Métropole en charge du design et adjoint à la culture de la Ville de Saint-Etienne, Marc Chassaubéné, revient pour nous sur la décision de reporter la Biennale internationale design de Saint-Etienne d'une année.

Nicolas Bros | Mercredi 10 mars 2021

Marc Chassaubéné : « Nous avons tout fait pour éviter d'engager des frais à perte »

Décaler de quelques mois la tenue de la Biennale n'était pas envisageable ? Cela faisait partie des options qui étaient sur la table, mais il y a plusieurs difficultés. C'est le calendrier des expositions qui s'enchaînent à la rentrée dans les divers lieux de la Biennale, avec des questions de prêts d'œuvres, et des confrontations d'ordre technique. Le report d'un an offre une certaine sérénité par rapport aux conditions sanitaires, même si nous ne sommes plus sûrs de rien malheureusement... La Biennale internationale design de Saint-Etienne devait se dérouler sur 4 mois d'avril à août avec un investissement de 4 M€ et des retombées estimées à hauteur de 8, 5 M€ ? Nous avons donné ce chiffre-là car c'est celui qui était ressorti de l'étude menée à notre arrivée en 2014, avec plus des retombées se situant à plus de deux fois le budget investi dans l'événement. Ensuite, l'ambition de faire se tenir la Biennale sur toute la période estivale correspond à la volonté de donner une dynamique à tout le territoire dans une période de l'année où nous ne sommes pas identifiés jusqu'à aujourd'hui. Le fait d'aller jusqu'à la fin de l'

Continuer à lire

Thierry Pilat, nouveau directeur de la Halle Tony Garnier

Mercato | L'actuel directeur du Fil, Thierry Pilat, va succéder à Thierry Téodori à la tête de la Halle Tony Garnier de Lyon. Lyonnais d'origine, il fait son retour sur sa terre natale en prenant en main l'avenir de cette grande salle du Rhône, dans un contexte difficile nourrissant plusieurs questions.

Sébastien Broquet | Jeudi 21 janvier 2021

Thierry Pilat, nouveau directeur de la Halle Tony Garnier

Elle aura pris son temps, la nouvelle municipalité lyonnaise, pour acter le choix de son candidat. Ou du moins multiplié les étapes. Il faut dire que l'enjeu est de taille : cette Halle Tony Garnier est régulièrement revendiquée comme étant le naviral amiral de la flotte des salles de l'agglomération lyonnaise. Et, bonus, elle rapporte de l'argent à la Ville. Entre 200 000€ et 400 000€ par an, selon les années. Bon, bien sûr, beaucoup moins en 2020 : et cette crise sanitaire qui a plombé les finances et vidé la salle de ses concerts et salons divers, a en plus sérieusement questionné le modèle, déjà interrogé préalablement par l'évolution du secteur du divertissement (la précédente équipe municipale se posait presque les mêmes questions il y a deux ans) : quid de la concurrence de l'Arena ? Quand reprendront les grosses tournées, avec quels artistes ? Auront-elles encore lieu si le pouvoir d'achat baisse suite à la crise économique, si la lutte contre le réchauffement climatique impose moins de mouvements de stars accompagnées de plusieurs semi-re

Continuer à lire

Djemin se met sur le toit du Corbu'

Rap local en live | Le Fil a lancé en août dernier une initiative plutôt intéressante : se faire produire des artistes sur différents toits de Saint-Etienne. Après l'électro chantée (...)

Nicolas Bros | Vendredi 4 décembre 2020

Djemin se met sur le toit du Corbu'

Le Fil a lancé en août dernier une initiative plutôt intéressante : se faire produire des artistes sur différents toits de Saint-Etienne. Après l'électro chantée de Claustinto sur le sommet du Fil, la pop-folk inclassable d'Ulysse Von Ecstasy sur un balcon dominant la ville, c'est au tour du jeune rappeur stéphanois Djemin de se frotter à l'exercice. Ce coup-ci, on sort de Saint-Étienne intra-muros pour se diriger sur le toit d'un immeuble icônique de la région : l’unité d’habitation Le Corbusier à Firminy.

Continuer à lire

Bla bla bla

MUSIQUES | « L'éloquence est la source des richesses » dit le proverbe. Il semblerait que l'équipe du Fil à Saint-Étienne a bien compris cette maxime avec son (...)

Nicolas Bros | Mercredi 28 octobre 2020

Bla bla bla

« L'éloquence est la source des richesses » dit le proverbe. Il semblerait que l'équipe du Fil à Saint-Étienne a bien compris cette maxime avec son projet Baratin. Ce concours d'éloquence possède un caractère unique notamment grâce à deux caractéristiques saillantes. Tout d'abord son côté intergénérationnel mais aussi interculturel. Réunissant diverses structures (Centre social LOISO, Cré’Actifs, L’Horizon, Centre social La Rivière, Lycée Claude Lebois, Sauvegarde42, Sciences Porateur et bien entendu Le Fil), Baratin propose un travail pour les candidats accompagné par des artistes associés et des intervenants professionnels extérieurs afin de peaufiner l'art oratoire. « Outre la rencontre et la compréhension entre les générations, le projet vise également à favoriser l’accès à la culture que ce soit par l’écrit ou l’oral, précise Le Fil. Il s’agit aussi de valoriser la parole des habitants du territoire qui s’exprimeront autour de thèmes liés à leur quotidien. » La préparation se termine par 3 journées de répétition sur scène dans les conditions du concours qui mènent au concours en lui-même. La deuxième édition a débuté en févrie

Continuer à lire

Revivez l'éPOPée Verte en vidéo

Rembobine ! | Avec l'éPOPée Verte qui s'est déroulée samedi 3 octobre au Fil à Saint-Étienne, c'est tout un pan de la nouvelle "scène stéphanoise" qui s'est produite en live, chez (...)

Nicolas Bros | Lundi 19 octobre 2020

Revivez l'éPOPée Verte en vidéo

Avec l'éPOPée Verte qui s'est déroulée samedi 3 octobre au Fil à Saint-Étienne, c'est tout un pan de la nouvelle "scène stéphanoise" qui s'est produite en live, chez elle ! Au programme : Terrenoire, Zed Yun Pavarotti, La Belle Vie, Fils Cara et Coeur, sur scène et en interview (grâce à nos confrères de Radio Dio). Le tout a été enregistré en vidéo par les équipes de la salle stéphanoise et est désormais en ligne. Bande de veinards.

Continuer à lire

L'Amérique sacrée d'Holy Bones

Americana & folk-rock | Porté par des mélodies habitées et une production somptueuse qui fleure bon l'americana, le trio folk-rock grenoblois Holy Bones mené par François Magnol a (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 6 octobre 2020

L'Amérique sacrée d'Holy Bones

Porté par des mélodies habitées et une production somptueuse qui fleure bon l'americana, le trio folk-rock grenoblois Holy Bones mené par François Magnol a livré un premier album en 2019, Silent Scream, qui n'est pas passé inaperçu. Sans doute H-Burns est-il le chef de file (si tant est qu'elle existe en tant que telle) d'une école musicale qui abriterait également, chacun dans leur genre, Quintana, Jose & the Wastemen et Picky Banshees. Mais il conviendra d'ajouter Holy Bones qui, depuis huit ans, fait ses griffes folk-rock, s'affirmant comme l'un des plus solides éléments de cette esthétique qui n'a d'yeux que pour le rêve américain, ses mythes, ses clichés, sa culture. Holy Bones, vendredi 16 octobre au Château de Saint-Victor-sur-Loire

Continuer à lire

Arts Burlesques ? Arcomik !

SCENES | Le festival d'humour stéphanois, les Arts Burlesques, change de nom et devient Arcomik. Une modification d'identité qui s'accompagne d'une annonce de (...)

Nicolas Bros | Mardi 6 octobre 2020

Arts Burlesques ? Arcomik !

Le festival d'humour stéphanois, les Arts Burlesques, change de nom et devient Arcomik. Une modification d'identité qui s'accompagne d'une annonce de programmation - comme d'habitude - très enlevée. Outre la présence en ouverture d'une soirée spéciale concoctée avec le groupe France TV, orchestrée par Alex Vizorek (en présence de Michel Boujenah, Anne Roumanoff, Elodie Poux, Pablo Mira ou encore les désopilants Blønd and Blond and Blónd), le RDV de l'humour stéphanois aborde sa majorité (c'est la 18e édition) sous ses plus beaux atouts. Pour preuve, lâchons seulement quelques noms : Guillermo Guiz, Benjamin Tranié, Charles Nouveau, Baptiste Lecaplain, Tom Villa, Panayotis Pascot... Bref, comme toujours, le festival Arcomik propose un joli panel de jeunes talents et de valeurs sûres. Festival Arcomik, du 10 au 20 février 2021

Continuer à lire

Jacques Weber : « C’est la culture qui fait de nous des Hommes »

Entretien | Début novembre, Jacques Weber propose de redécouvrir Victor Hugo, à Saint-Just Saint-Rambert. Rencontre avec l’un des plus grands hommes de théâtre de son temps… Et peut-être même plus.

Cerise Rochet | Mardi 6 octobre 2020

Jacques Weber : « C’est la culture qui fait de nous des Hommes »

Avec ce spectacle, vous mêlez un peu toutes les facettes de Victor Hugo, en proposant des lectures de ses textes, lettres, discours, poèmes, romans… Qu’est ce qui vous en a donné envie ? Tout a démarré en 2017, pendant la campagne présidentielle. J’ai constaté que de nombreux candidats citaient Hugo, et j’ai essayé de comprendre pourquoi. Le style épique d’Hugo, son lyrisme, ont ceci d’extraordinaire qu’ils parviennent à faire passer toutes ses idées, et condamnent de fait celui qui écoute à la réflexion. Et puis… J’avais aussi envie de dépiédestaliser cet homme, de le mettre à la portée de n’importe quelle oreille. Donc, je l’ai emmené dans ces endroits pleins d’humanité que sont les bistrots. Des endroits où l’on commente, où l’on s’amuse, où l’on discute. Emmener Hugo au bistrot, c’est aussi permettre à des tas de gens qui ne vont pas au théâtre de le redécouvrir… Il ne faut pas avoir de prétention là-dessus, en se disant qu’on va voir des foules se déplacer. Je crois qu’en France, 1% de la population seulement va au théâtre… Mais oui, d’une certaine manière, on peut malgré tout continuer à espérer que cette prop

Continuer à lire

Monde absurde, drôle de monde

Décapant | L’humoriste Thomas VDB, griffé service public, présente actuellement un nouveau spectacle, dans lequel il chronique son angoisse du monde qui l’entoure.

Cerise Rochet | Mardi 6 octobre 2020

Monde absurde, drôle de monde

31 août, sur les ondes de France Inter. De « retour au travail », Thomas VDB profite de sa première chronique acide de la rentrée pour rire de sa situation un poil cocasse : « En cette rentrée, moi je lance mon nouveau spectacle. Parce que c’est une idée que j’ai eu l’an dernier, je me suis dit " septembre 2020, ça va être top pour lancer un nouveau spectacle, c’est la meilleure période" … Et je me dis aujourd’hui que, si j’étais quelqu’un d’autre et que je me regardais, j’aurais de la peine pour moi ! » Un mois plus tard, son sens aigu de l’autodérision semble être récompensé : après avoir joué deux fois à Poitiers, l’humoriste avoue être soulagé : « L’an dernier, on vivait encore à long terme, et c’est vrai que depuis, tout a changé. Mais retrouver la scène a finalement été un immense bonheur. J’étais un peu anxieux à l’idée de jouer devant un public masqué, parce qu’on ne voit pas les rires, et qu’on les entend moins. Mais je me

Continuer à lire

Terrenoire, la plénitude poétique à la Stéphanoise

Entretien pop | Il existe des moments d’exception et de plénitude que seuls la culture et l’art peuvent apporter. Le premier album du duo Terrenoire est de ceux-là. Raphaël et Théo Herrerias sont une fierté pour notre territoire stéphanois. De véritables artisans de la subtilité, d’une poésie où la sensibilité et la plénitude ont une place à part. Avec Les Forces Contraires, Terrenoire a envoyé un disque en orbite et tout un pan de vie avec. Rencontre avec des frangins entiers et généreux dans leur art. À l'image des Stéphanois en somme.

Nicolas Bros | Jeudi 1 octobre 2020

Terrenoire, la plénitude poétique à la Stéphanoise

Vous avez reçu un bel accueil médiatique sur votre premier album. Quelle sensation cela vous apporte ? Raphaël : Nous sommes étonnement calmes et sereins. Ce disque était vraiment un gros morceau à sortir d’un point de vue émotionnel mais également en terme de travail, avec des mois et des mois de concentration sur la création. Nous avons éprouvé une certaine fébrilité et une excitation avant la sortie. Les retours que nous avons ne sont que du bonheur, sans vouloir être cliché. Ce sont des moments qui permettent de se souvenir ce pourquoi on fait autant d’efforts pour faire de la musique. On a reçu des mots qui nous font du bien et on s’en souviendra. « Nous avons un rapport émotif, émotionnel et affectif avec ces titres qui est vraiment très agréable. » Cet album, intitulé Les Forces Contraires, regroupe un peu ce qui fait la puissance sonore de Terrenoire, c’est-à-dire un mélange entre ténèbres, amour et lumière. Comment avez-vous construit ce disque ? L’écriture a-t-elle duré longtemps ? Théo : Les premiers titres ont été écrits il

Continuer à lire

Les 7 Collines proposent une prog d'automne

Festival | Le festival des 7 Collines, rendez-vous pluridisciplinaire stéphanois du début d'été, n'a pas pu avoir lieu du 23 juin au 7 juillet (...)

Nicolas Bros | Vendredi 25 septembre 2020

Les 7 Collines proposent une prog d'automne

Le festival des 7 Collines, rendez-vous pluridisciplinaire stéphanois du début d'été, n'a pas pu avoir lieu du 23 juin au 7 juillet 2020. Pour autant, l'équipe organisatrice ne s'est pas laissée abattre et a décidé de programmer des spectacles cet automne. L'occasion de découvrir plusieurs pièces de cirque entre le 7 novembre et le 10 décembre. On retrouvera la Cie Allégorie avec le spectacle cOLLiSion du côté de la salle Aristide Briand de Saint-Chamond le 7 novembre, une Nuit du Cirque le 14 novembre à la Maison de l'Université avec les compagnies Puéril Puéril et Kiaï (une soirée en collaboration avec l'école de cirque Les Kipouni's), les Anglais Nikki & JD présenteront Knot le 18 novembre à la salle Jeanne d'Arc puis Sencirk, compagnie sénégalaise, proposera Man Fan Laa le 10 décembre au Fil. [Mise à jour du 20/10/2020] L'ogranisation a mis à jour les horaires de ces spectacles : Le spectacle Collision du samedi 7 novembre à Saint-Chamond à 18 h est maintenu à l'heure prév

Continuer à lire

"Rocks" : Ado, sac au dos

ECRANS | ★★★☆☆ De Sarah Gavron (G.-B., 1h33) avec Bukky Bakray, Kosar Ali, D'angelou Osei Kissiedu…

Vincent Raymond | Mercredi 9 septembre 2020

Londres, de nos jours. Sa mère instable ayant disparu sans crier gare, Rocks doit à 15 ans et en secret palier son absence et s’occuper de son petit frère. Les finances puis le toit venant à manquer, la sage Rocks va en plus se marginaliser au contact d’une nouvelle élève, Roshé… Errance et déshérence sont dans un bateau, ou plutôt dans une même galère. Ce nouveau chapitre dans le cinéma social britannique (qu’on s’abstiendra de numéroter tant le sujet semble, hélas, inépuisable) se distingue par les accents d’authenticité de ses jeunes protagonistes, doublement dépositaires de l’intrigue : ceux-ci l’investissent en la jouant avec d’autant plus de force et de conviction que le scénario repose sur un travail collectif initié par Sarah Gavron. C’est grâce à cela que Rocks nous permet, en entrant dans les foyers de chacune et chacun, d’avoir un regard sur ce système britannique communautaire cloisonné que la cinéaste avait déjà dépeinte avec adresse dans Rendez-vous à Brick Lane. Avoir 15 ans n’est pas une mince affaire dans un pays qui n’aide pas ses enfants…

Continuer à lire

L’homme de lotissement !

Chronique du Chicandier #10 | Vincent Charboin est un homme de lotissement. Marié, deux gosses, un Xsara Picasso, un garage et un jardin de 133 m² qu’il tond consciencieusement deux (...)

Jason Chicandier | Mercredi 9 septembre 2020

L’homme de lotissement !

Vincent Charboin est un homme de lotissement. Marié, deux gosses, un Xsara Picasso, un garage et un jardin de 133 m² qu’il tond consciencieusement deux fois par mois ! Vincent est bricoleur et travaille en tant que responsable d’agence au Crédit du Nord, il est payé 2387, 56 euros Net par mois, hors primes, ce qui lui permet de partir en vacances de la même manière depuis 17 ans, à Valmorel en février et au Grau-du-Roi en août. Il prend l’apéro le vendredi à heure fixe avec Cédric Berlot, un autre homme de lotissement. Mais Vincent Charboin a un secret, il n’est pas Vincent Charboin ! Il y a 20 ans, il s’appelait Julien Tomasini et avait monté un groupe de rock avec tous ses petits copains macaronis, « Billy Rockett and the Snakes », Julien étant évidemment le fameux « Billy Rockett ». La formation a commencé à avoir son petit succès sur Roubaix tant et si bien que le groupe se comportait comme des rockstars ! Billy était toujours défoncé (alcool, coke, LSD, exta, keta avec râbla et beuh pour s’endormir...), il forniquait des groupies dans le van qui sentait la transpiration et le kebab. Au niveau de la tenue c’était collant léopard, tiags, le Perfecto de sa mère, torse nu, saut

Continuer à lire

Coup de blues

Blues | En 2014, le chanteur et musicien scandinave Bror Gunnar Jansson sortait en France un premier album plutôt prometteur (auréolé d’un "coup de cœur blues" de (...)

Niko Rodamel | Mercredi 9 septembre 2020

Coup de blues

En 2014, le chanteur et musicien scandinave Bror Gunnar Jansson sortait en France un premier album plutôt prometteur (auréolé d’un "coup de cœur blues" de l’Académie Charles-Cros), enchaînant les concerts en solo dans tout l’Hexagone. Il lui faudra attendre 2017, enfonçant le clou avec un nouvel opus, pour enfin attirer l’attention de sa Suède natale, avant d’enchaîner deux ans plus tard avec une troisième galette, They Found My Body In A Bag, cette fois-ci en trio. Dans les pas des pionniers du genre, l’artiste joue un blues mélancolique et rageur à la fois, parfois teinté de rock. Mais Bror Gunnar Jansson c’est aussi un physique : avec ses faux airs de Chet Baker (époque jeune et clean), l’homme aurait presque une trop belle gueule pour un bluesman ! Pour autant, l’univers musical de Jansson fait mouche. Le grain de la voix, le son nasillant de la guitare et le son brut de la batterie, tout ici est savamment travaillé pour être cra-cra-comme-il-faut… En première partie de soirée, J.Aubertin, le plus américanophile et sans doute le plus gracile des songwriters auvergnats, livrera les titres si délicats de son deuxième EP, Whispers In The Wind. Bref, voilà de

Continuer à lire

Danse avec les loops

Kids | Avec la révolution numérique, le monde de la musique a vu ses cartes complètement redistribuées en quelques décennies. L’apparition d’instruments de (...)

Niko Rodamel | Mardi 8 septembre 2020

Danse avec les loops

Avec la révolution numérique, le monde de la musique a vu ses cartes complètement redistribuées en quelques décennies. L’apparition d’instruments de modélisation et le développement du home-studio ont largement bouleversé les modes de création ou d’enregistrement. En écoutant Lomepal, Jain, Drake, Kungs ou encore Zed Yun Pavarotti, les ados du troisième millénaire baignent dans ce jus digital sans même y penser, consommant et partageant des fichiers tous azimuts sur le world wild web. Spécialement pensée pour eux l’équipe du fil lance le programme Looping, une première formation de septembre à juin pour un groupe d’élèves de onze à quinze ans. Sous la houlette de spécialistes et du coordinateur pédagogique Maxime Lavieville, les jeunes participants se familiariseront notamment avec le séquenceur Ableton Live et ses périphériques pour aborder les techniques de composition, de synthèse sonore, de sampling, de beatmaking, de prise de son et de mixage. En marge de sa programmation de concert et de l’accompagnement de groupes pros, la SMAC stéphanoise intensifie sa mission d’éducation artistique et culturelle, se positionnant ainsi en école des musiques d’aujourd’hui.

Continuer à lire

Une lettre au gouvernement pour l'ouverture totale des salles de concerts

Concerts | « Concerts debout touchés en plein coeur » / « Tous debout contre la mise à genoux de la musique ». C'est par ces deux punchlines que plus de très nombreux (...)

Nicolas Bros | Jeudi 23 juillet 2020

Une lettre au gouvernement pour l'ouverture totale des salles de concerts

« Concerts debout touchés en plein coeur » / « Tous debout contre la mise à genoux de la musique ». C'est par ces deux punchlines que plus de très nombreux structures et artistes français demandent des clarifications au gouvernement sur les perspectives de réouverture des salles de concerts. Par une lettre ouverte, ces signataires souhaitent interpeller le gouvernement sur l'urgence de prises de décisions concernant leur activité en péril. « Nous avons pleinement conscience de la situation sanitaire et de ses incertitudes. Cependant, plus le temps passe, plus il y a urgence pour nos professions à relancer l'activité malgré les dispositifs d’accompagnement économique et financier mis en place que nous saluons, mais qui ne sauraient garantir la pérennité de notre secteur » explique le courrier. Les co-signataires souhaitent également « une reprise à 100 % des capacités publiques des lieux à compter du 1er septembre ». À l'heure où nous écrivons ces lignes,

Continuer à lire

"Yakari, le film" : Indien vaut mieux que deux tu l’auras

ECRANS | De Xavier Giacometti & Toby Genkel (Fr.-All.-Bel, 1h22)

Vincent Raymond | Mardi 25 août 2020

Parce qu’il a sauvé le mustang sauvage Petit-Tonnerre au péril de sa vie, le petit Sioux Yakari se voit récompensé par son animal-totem, Grand-Aigle : désormais, il aura la faculté de comprendre la langue des animaux. Un don bien utile, car pour l’heure, il est perdu et loin de chez lui… Une thématique inconsciente galopait-elle cette année au festival du film d’animation d’Annecy ? L’Ouest — le vrai —, consacré à travers le magnifique Calamity (à l’automne sur les écrans), sert également de toile de fond à cette nouvelle adaptation de la BD de Derib + Job précédemment transposée par deux fois en série télévisée : en 1982 (de manière aussi calamiteuse que Les Schtroumpfs à la même époque) puis en 2005 sous l’heureuse supervision de Xavier Giacometti. Ce même réalisateur est encore à la manœuvre pour raconter, en investissant aux mieux le grand écran et en usant d’une animation fluide, la “formation“ de Yakari. Il co-signe donc ici une manière de reboot replaçant chacun des protagonistes dans sa fonction ou son histoire — y compris certains, comme Arc-en-ci

Continuer à lire

Au fil de l'été

MUSIQUES | La salle stéphanoise de musiques actuelles, le Fil, reprend elle aussi ses activités. On retrouve les afterworks dont une jolie fête le 15 juillet en forme (...)

Nicolas Bros | Mercredi 8 juillet 2020

Au fil de l'été

La salle stéphanoise de musiques actuelles, le Fil, reprend elle aussi ses activités. On retrouve les afterworks dont une jolie fête le 15 juillet en forme de « kermesse déjantée » ou de « bal des pompiers revisité ». Au programme blindtest de chansons françaises old school, bingo géant et Dj Pierre Mellot aux platines. Ca promet. Parallèlement, la salle annonce aussi la "tournée des toits". Une idée de mise en avant de la scène locale avec des captations de live dans des lieux insolites. « Nous avons volontairement défini des périodes et non des dates précises afin de pouvoir nous adapter aux aléas de la météo, précise Marilou Andrieu, responsable de la communication du Fil. Les captations démarreront cet été pour se poursuivre à la rentrée. La thématique entre les premières dates sera "les toits" aux 3 moments clés du parcours du soleil sur la journée, de façon induite pour éviter les rassemblements de masse et sémiologiquement pour signifier une bouffée d'air et de lumière. » Le premier à s'y être collé est Claustinto. Affaire à suivre donc. Enfin, le Fil lance également en septembre son projet looping, école des musiques d'aujourd'hui au s

Continuer à lire

Les vacances

La chronique du Chicandier #9 | Les vacances d'été approchent et chaque année on en attend beaucoup... surtout les années où on a dû garder nos débiles de gosses à la baraque depuis mars à cause (...)

Jason Chicandier | Mercredi 8 juillet 2020

Les vacances

Les vacances d'été approchent et chaque année on en attend beaucoup... surtout les années où on a dû garder nos débiles de gosses à la baraque depuis mars à cause d'un putain de pangolin ! On a donc choisi l'option "location de maison provençale à plusieurs !" En voilà une idée qu'elle est bonne ! Là on en est encore au stade où ça s'ambiance sur WhatsApp avec les photos du mas en pierre et sa jolie piscine "On va être trop biiiiiiiiien !" "Trop haaaaaaate 😍😍", "Faites chauffer l'apéroooooo !". Tu parles... On sait tous exactement comment ça va se passer. Les proprios genre bobos écolos pubars qui peuvent pas assumer financièrement leur baraque vont nous casser les glinches à venir tous les jours pour surveiller la piscine, les poubelles, l'arrosage automatique, le bruit, la vaisselle cassée, etc... Nicolas et Julie vont encore radiner « Nous on met moins dans l'enveloppe parce Julie ne boit pas de vin et ne mange pas de viande ! » Max et Lola vont tirer la gueule parce que Max se sera encore fait choper à sextoter une bouche à frange du bureau. T'auras envie de buter tous les gosses entre les cris, les pleurs, cette saloperie de licorne gonflable qui pr

Continuer à lire

« Rendre hommage au BUL »

ITW pop-rock | Exit les Raqoons, bonjour BUL ! Le trio de groove-rock stéphanois, qui a notamment joué sur la scène de l'Olympia parisien en décembre 2017 grâce au tremplin Muzik'Casting, a décidé de changer de nom mais aussi d'amorcer un virage musical plus pop avec un nouvel album dont le premier extrait s'intitule Lover. On en a parlé avec Quentin, l'un des membres du groupe, qui aura l'occasion de se produire pour la Fête de la Musique stéphanoise en direct sur les réseaux.

Nicolas Bros | Mardi 9 juin 2020

« Rendre hommage au BUL »

C'est fini les Raqoons ? Le nom change mais on reste les mêmes avec les mêmes influences et un style musical qui évolue un peu. Vous avez abandonné votre son groove-rock pour aller vers une musique plus pop. Pourquoi avoir fait ce choix ? Tout au long de nos dernières tournées, nous avons découvert beaucoup d'artistes, avec des styles très variés. Cela nous a donné des idées lorsque l'on a vu certains rappeurs ou certains musiciens électroniques. On s'est dit que c'était dommage de se passer de ces sons créés par les machines, pourquoi s'en priver ? Nous étions un peu limités avec nos trois instruments alors que les possibilités offertes par les ordinateurs sont immenses. Cela était dommage de s'en passer. Nous avons décidé d'ouvrir et d'enrichir notre musique avec de nouveaux éléments. C'est le côté prise de risques qui nous plaît, aller vers une nouvelle recette. Cela signifie que vous abandonnez vos instruments ? Non. Par exemple, sur scène, nous avons conservé nos instruments, mais nous utilisons des launchpads, des contrôleurs qui nous permettent de lan

Continuer à lire

Paradis annulée, Maalouf et Hoshi reportés

MUSIQUES | L'une ne viendra pas. Les deux autres en seront bien mais pas tout de suite. Vanessa Paradis devait se produire au Fil le jeudi 25 (...)

Nicolas Bros | Mardi 2 juin 2020

Paradis annulée, Maalouf et Hoshi reportés

L'une ne viendra pas. Les deux autres en seront bien mais pas tout de suite. Vanessa Paradis devait se produire au Fil le jeudi 25 juin. Elle ne viendra finalement pas en terres stéphanoises, le concert n'étant pas reporté. Les spectateurs en possession d'un billet peuvent se faire rembourser auprès de leur point de vente jusqu'au 30 septembre 2020. Ibrahim Maalouf et Hoshi viendront bien quant à eux à Saint-Étienne. Le premier devait se produire dans le cadre du prochain festival Rhino Jazz, au Zénith, le 9 octobre 2020. Finalement, ce sera le jeudi 20 mai 2021 toujours au Zénith. Hoshi aussi devait se produire le 19 décembre 2020. Son concert est reporté au vendredi 21 mai 2021 à 20h, également au Zénith de Saint-Étienne. Les billets achetés pour les dates initiales de ces deux concerts restent valables pour les dates de report. Si vous ne pouvez pas vous rendre à cette nouvelle date, les billets sont remboursables jusqu'au 30 août (pour Ibrahim Maalouf) et jusqu'au 30 septembre 2020 (pour Hoshi).

Continuer à lire

Les festivals d'humour rient jaune

Humour noir | Par le biais de leur fédération, 50 festivals d'humour appellent à l'aide pour leur pérennité.

Nicolas Bros | Lundi 18 mai 2020

Les festivals d'humour rient jaune

C'est par le biais d'un communiqué envoyé par la Fédération des festivals d'humour, que 50 festivals d'humour (FFH) dont le célèbre Festival des arts burlesques stéphanois, appellent à leur tour à l'aide après la crise Covid-19. « Très impactée par le Coronavirus et la crise sanitaire, et ayant dû faire face à des dizaines d’annulations, la FFH et les festivals qu’elle représente alertent l’État et le secteur culturel sur les menaces qui pèsent sur ses adhérents et sur la pérennité de ces rassemblements culturels, assure l'organisme. Comme pour l’ensemble du Spectacle Vivant, l’organisation de nos festivals repose sur tout un maillage d’intervenants et professionnels, également fragilisés, qui ne relève pas forcément de l’intermittence : le réseau des salles de spectacles bien sûr, mais aussi prestataires techniques, attachés de presse, catering, sécurité et prévention, billetterie, promotion, affichage etc. » Le secteur du spectacle vivant qui produit le plus de représentations par an L'humour, notamment en France, est un des pans les plus dynamiques du spectacle vivant, drainant de nombreux spectateurs lors de multiples représentations d

Continuer à lire

Des agités du local

S'occuper pendant le confinement / Initiatives locales | Pendant le confinement, plusieurs idées émergent afin de s’occuper, de découvrir ou de partager de bons moments. Voici une sélection de 10 initiatives.

La rédaction | Jeudi 2 avril 2020

Des agités du local

From Sainté to partout Si les concerts d’artistes diffusés sur Internet sont désormais nombreux sur la toile pendant cette période de confinement, voici une initiative unique, made in Sainté ! Six artistes ou collectifs stéphanois vont se relayer pour un concert en live depuis chez eux ce vendredi 3 avril de 17h à 22h. Les Bugnes, Basic, Kaffe Creme, Yaba, Peter Bakh, Dromabear vous accompagneront pour votre apéro du vendredi : chacun chez soi mai définitivement tous ensemble ! Concerts retransmis en livestream via les différentes pages Facebook des artistes, du Fil, de Saint-Étienne City Crunch et du Petit Bulletin Saint-Étienne bien entendu. NB Le challenge #KinoConfiné ! Vous connaissez peut-être déjà le concept des Kino. Non ? Ce mouvement, né au Québec à la fin des années 90, est un laboratoire de création de courts métrages sur une durée déterminée, avec pas ou peu de budget, souve

Continuer à lire

Thierry Pilat dans l’Oeil du Petit Bulletin #45

Quand Sainté monte à Paris | C'est le retour des interviews vidéo "Dans l'Oeil du Petit Bulletin" avec Thierry Pilat, le directeur du Fil, qui nous explique le (...)

Nicolas Bros | Mercredi 4 mars 2020

Thierry Pilat dans l’Oeil du Petit Bulletin #45

C'est le retour des interviews vidéo "Dans l'Oeil du Petit Bulletin" avec Thierry Pilat, le directeur du Fil, qui nous explique le projet L'éPOPée Verte.

Continuer à lire

Oxmo Puccino : « Il faut avancer, continuer à trouver des solutions »

Rap | Oxmo Puccino, c’est la puissance et la sérénité entremêlées. Du haut de ses 45 printemps qu’il assume pleinement, le rappeur et poète continue à creuser le (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 mars 2020

Oxmo Puccino : « Il faut avancer, continuer à trouver des solutions »

Oxmo Puccino, c’est la puissance et la sérénité entremêlées. Du haut de ses 45 printemps qu’il assume pleinement, le rappeur et poète continue à creuser le sillon d’une musique pleine et globale, mêlant textes forts et sons efficaces. Un artiste bien dans ses baskets qui inspire le respect tout en surprenant toujours son monde. La preuve avec par exemple des collaborations fournies sur sa dernière galette sortie en 2019, La Nuit du Réveil, où l’on croise avec gourmandise Orelsan aussi bien que le trompettiste Erik Truffaz, Lonepsi tout comme Caballero & JeanJass. Oxmo Puccino démontre encore une fois qu’il est le patron, respecté et respectueux. Rencontre avec un artiste qui incarne la classe, en toute simplicité. Tu as expliqué que La Nuit du Réveil constitue une rencontre avec toi-même. Est-ce également un retour aux sources du coup ? Je ne pense pas que l’on peut parler de retour aux sources. L’important est de ne jamais quitter ses sources. Ce que je dirais, c’est que j’ai fêté les 20 ans de mon premier album, celui-là est mon huitième disque, donc forcément il y a des questions qui se posent. Ce sont des moments très

Continuer à lire

Fabien Olicard : « J’ai d’abord voulu monter sur scène pour faire rire les gens »

Humour x Mentalisme | Mentaliste et YouTubeur incontournable, Fabien Olicard aime surprendre, apprendre et expliquer quelques clés de la puissance possédé par notre cerveau, le tout avec humour. Pour son passage au festival des Arts burlesques, nous avons échangé sur cette discipline et sur son spectacle.

Nicolas Bros | Jeudi 5 mars 2020

Fabien Olicard : « J’ai d’abord voulu monter sur scène pour faire rire les gens »

Tu passes dans un festival d’humour, donc même si tu es mentaliste, tu as un spectacle basé sur le rire ? Oui, c’est ça. Le fond du spectacle se base sur le mentalisme mais oui c’est bien un spectacle d’humour. C’est bien de le préciser, car c’est finalement notre plus grand combat en communication de rappeler que c’est un spectacle d’humour avant tout. Pourquoi il n’existe pas de définition claire du mot mentalisme. La série Mentalist a démocratisé le mot, mais beaucoup ne savent pas ce que c’est exactement… C’est un bon résumé de la situation. C’est utilisé comme un « mot-valise ». La véritable définition du mentalisme se poserait en opposition au matérialisme. Cela dit beaucoup et pas grand-chose en même temps… Du coup, comme ce n’est pas une spécialisation mais une généralisation de plein de choses, il ne peut y avoir par essence de définition claire de ce mot. On peut avoir un comportementaliste qui ne travaille que sur le comportement des gens, un hypnotiseur ou hypnothérapeute, un mnémoniste qui travaille sur la mémoire… mais ces personnes-là se spécialisent au point qu’il va y avoir des

Continuer à lire

Magma, une légende encore bien vivante

Objet Musical Non Identifié | Groupe mythique, légendaire et surtout inclassable, Magma a sorti un nouvel album en 2019, intitulé "Zëss – Le Jour du Néant". L’occasion également d’une tournée pour marquer les 50 ans du groupe. Nous avons échangé avec Christian Vander, son batteur et charismatique leader, à propos de cet album, de Chet Baker mais également de la création contemporaine. Regard aiguisé et histoire passionnée.

Nicolas Bros | Mercredi 4 mars 2020

Magma, une légende encore bien vivante

Quels albums allez-vous jouer lors de votre venue à Saint-Étienne ? Christian Vander : A priori, nous allons jouer Ëmëhntëhtt-Rê en intégralité et une sorte de réduction de la trilogie Theusz Hamtaahk, Ẁurdah Ïtah et Mekanïk Destruktïw Kommandöh, ce qui représente une cinquantaine de minutes. Et puis, sans doute Troller Tanz. Vous avez sorti l’album Zëss – Le Jour du Néant en 2019. Disque que vous avez enregistré avec l’orchestre philharmonique de Prague. Comment en êtes-vous arrivé à travailler avec cet ensemble ? Nous cherchions d'abord un orchestre accessible en termes de tarifs. Nous nous sommes aussi dits que les musiciens de ces régions-là sont plus familiarisés avec nos rythmes que les orchestres de France. Les musiciens ont enregistré en une journée et avaient en effet l’habitude de travailler sur du Messiaen, du Debussy ou autres… Par contre, ils sont arrivés dans la partition directement, sans travail préalable. C’est n’est pas pareil qu’une œuvre qui se joue au fil des années. Ici, ils n’avaient pas du tout étudié la

Continuer à lire

Supplément d'Âme

Festival électro | Déjà une 3e édition pour le Mi-Nuit Festival. Et comme à l'accoutumé, c'est à une programmation sans accroc à laquelle nous convient les organisateurs. Outre les (...)

Nicolas Bros | Mercredi 4 mars 2020

Supplément d'Âme

Déjà une 3e édition pour le Mi-Nuit Festival. Et comme à l'accoutumé, c'est à une programmation sans accroc à laquelle nous convient les organisateurs. Outre les Popof, Djedjetronic et Trikk, la tête d'afiche cette année est assurément Âme. L'impact de ce duo sur la musique électronique s'est fait progressivement, notamment à travers leur travail pour la mise en lumière d'autres artistes avec leur label Innervisions. Mais le duo allemand possède aussi une implacable puissance de live, proposant des sets où la techno s'enveloppe de mélodies addictives. On ne s'appelle pas Âme pour rien. Âme + Djedjetronic + Popof + Trikk +..., vendredi 13 et samedi 14 mars dans divers lieux à Saint-Étienne pour le Mi-Nuit Festival

Continuer à lire

Une éPOPée Verte jusqu'à Paris

Talents locaux | Vous doutez encore du fait que Saint-Étienne est une terre de talents ? Alors lorgnez un peu sur le nouveau projet lancé par le Fil. Ça s'appelle L'éPOPée (...)

Nicolas Bros | Mercredi 4 mars 2020

Une éPOPée Verte jusqu'à Paris

Vous doutez encore du fait que Saint-Étienne est une terre de talents ? Alors lorgnez un peu sur le nouveau projet lancé par le Fil. Ça s'appelle L'éPOPée Verte. Cet événement a pour but de mettre en avant plusieurs artistes de la "nouvelle scène musicale" stéphanoise à travers deux concerts. Le premier se déroule le mercredi 1er avril à La Maroquinerie à Paris. Un concert destiné aux professionnels et médias parisiens, afin qu'ils puissent découvrir la puissance créative stéphanoise. Le match retour est prévu au Fil, le 17 avril, pour une soirée ouverte à tous et gratuite. La programmation du concert de La Maroquinerie regroupe Zed Yun Pavarotti, Fils Cara, Terrenoire,

Continuer à lire

"Judy" : A Star is Torn

ECRANS | De Rupert Goold (G.-B., 1h58) avec Renée Zellweger, Jessie Buckley, Finn Wittrock…

Vincent Raymond | Mercredi 26 février 2020

1968. Elle a été, mais n’est plus grand chose à Hollywood, qui refuse désormais de l’assurer et l’engager. Alors, pour gagner de quoi vivre avec ses enfants, Judy Garland accepte une série de récitals à Londres. Le triomphe est au rendez-vous, mais ses vieux démons également… Reviendra le jour où des comédien·nes ne seront plus automatiquement primé·es pour avoir campé un personnage ayant existé et/ou surmontant des déboires physiques ou psychiques. En attendant, les biopics narrant parfois avec une empathie douteuse mais une certaine gourmandise voyeuriste la déchéance d’anciennes gloires creusant le fond après l’avoir touché, continueront à faire recette. Si Hollywood n’a pas son pareil pour produire des films dénonçant les agissements passés de ses propres studios, c’est qu’il y gagne : cette sorte de mise en pratique du circuit court et de la valorisation de ses déchets moraux lui permet de troquer sa mauvaise conscience en absolution oscarisée. En témoignant d’un minimum de contrition. Judy est le l’énième variation sur ce thème. Où l’on voit la décatie Judy Garland, vieillarde de 47 ans (comme Edith Piaf), brave maman gay-friendly finir

Continuer à lire

Du rire au quotidien

Humour | Nora Hamzawi est de passage à Saint-Etienne le 1er mars au Centre des Congrès. Une occasion unique de plonger dans la vie pas-si-ordinaire d'une trentenaire parisienne. Pour le fun !

Aurélien Martinez | Mardi 11 février 2020

Du rire au quotidien

L’humour sur les petites et grandes péripéties de la vie courante, ça n’est pas forcément très original (combien, dans les spectacles des comiques stars, de sketchs interchangeables sur, au pif, la fidélité ou le dernier gadget technologique à la mode ?), pourtant ça marche. Et ça peut même avoir une certaine saveur quand c’est bien fait, notamment lorsqu’est présent un recul complice qui montre que oui, la personne en face de nous sait qu’elle va sur un terrain maintes fois labouré, mais avec un décalage qui donne du sel à son propos… Le nouveau spectacle de Nora Hamzawi est ainsi dans le plus pur style de ce qui fait la force et le succès de celle qui est également chroniqueuse télé ou encore actrice ciné : un regard acéré, parfois tendre, parfois plus acerbe, sur sa vie de trentenaire parisienne. Car si elle nous fait rire des autres (de nous, donc), Nora Hamzawi rit surtout d’elle-même, ce qui évite le spectacle simplement moqueur sur toutes les catégories possibles d’êtres humains – les bobos, les adeptes des réseaux sociaux, les jeunes parents… Une force décuplée par une exécution au cordeau (quel sens du rythme, qui place la comédienne

Continuer à lire

Malik Bentalah : « On cherche tous notre Tchao Pantin ! »

Sonic, le film | Revendiquant son appartenance à la Génération 1990 comme sa culture gaming, Malik Bentalah ne s’est pas fait prier pour prêter sa voix au hérisson bleu de Sega. Un rôle qui lui a permis de dévoiler un registre plus sensible, que l’humoriste aimerait davantage explorer…

Vincent Raymond | Mercredi 12 février 2020

Malik Bentalah : « On cherche tous notre Tchao Pantin ! »

Quel joueur de console étiez-vous ? MB. : C’est bien simple : à l’époque, il y avait la team Super Mario et la team SuperSonic, avec la MegaDrive, j’ai passé des après-midis entières à jouer… quand il n’y avait pas école, bien évidemment. Je joue moins, mais je suis toujours influencé par la culture gaming : j’ai grandi avec le Club Dorothée et les manga. Chez moi, il y a une pièce remplie de figurines, avec de petits tableaux DragonBall Z, Sonic… Quand j’y entre, j’ai l’impression de revenir en enfance, c’est mon bureau de travail, c’est un côté Pixar. Donc quand on m'a appelé pour faire la voix, j'ai dit oui tout de suite, alors que d’habitude je me fais désirer. Comment avez-vous vécu la polémique portant sur la première physionomie du personnage de Sonic ? Attention, je commence à être rodé au niveau des polémiques : Taxi 5, CopyComic… Là, je me suis dit que c’était bon signe, dans le sens où il y a eu un

Continuer à lire

"Sonic le film" : Hérisson carré contre Carrey hérissant

ECRANS | De Jeff Fowler (É.-U., 1h40) avec James Marsden, Jim Carrey, Tika Sumpter…

Vincent Raymond | Mercredi 12 février 2020

Exilé sur la planète Terre, le hérisson bleu Sonic vit heureux caché dans une petit ville, jusqu’au jour où il déclenche accidentellement une gigantesque décharge énergétique. Le gouvernement dépêche un savant fou, le Dr Robotnik, pour tirer les choses au clair… La nostalgie n’ayant pas d’âge, chacun·e éprouve une douce mélancolie à la remembrance des décors de sa jeunes. Quand les septuagénaires susurrent Âmes fifties, les quinqua beuglent L’Île aux enfants et les trentenaires s’emparent de leur console pour se taper des parties de Sonic. Point commun à tous ces comportements innocents : la recherche d’un plaisir régressif et irénique ; le retour à ce fameux paradis perdu à l’âge adulte, auquel ils accèdent par saccades lors de ces plongées dans le bleu des souvenirs… ou du logo Sega, en l’occurrence. Sonic le film illustre bien cette quête sans fin (n’est-ce d’ailleurs pas le propre d’un jeu-vidéo d’être construit en quête ?) en révélant le désir un brin réactionnaire des fans de tout retrouver intact — la polémique sur l’évolution morphologie de leur personnage fétiche née de la première bande-annonce en témoigne

Continuer à lire

MC Pampille candidat aux Municipales 2020

Humour | Le plus célèbre des MC "gaga" se lance dans l'aventure des Municipales 2020 à Saint-Étienne. MC Pampille, après avoir subi « la redescente après le succès, le (...)

Nicolas Bros | Mercredi 5 février 2020

MC Pampille candidat aux Municipales 2020

Le plus célèbre des MC "gaga" se lance dans l'aventure des Municipales 2020 à Saint-Étienne. MC Pampille, après avoir subi « la redescente après le succès, le coup de grisou» est revenu sur le devant de la scène stéphanoise en fin d'année 2019 avec un nouvel album intitulé Sur le banc de touche. Via une vidéo diffusée sur le "oueb", MC Pampille embraye avec une annonce fracassante pour ce début d'année : sa candidature au poste d'édile stéphanois. Ses promesses ? Il les détaille en image dans son clip ci-dessous. On retiendra entre autres : la Place de l'Hotel de Ville transformée en "Place Lubomir Moravcik", l'interdiction de circuler dans Saint-Etienne aux véhicules immatriculés 69 - les propriétaires de ces véhicules devront se déplacer en char à voile, la lapidation à coups de babets place Jean Plotton pour tous les crimes environnementaux... Tout un programme !

Continuer à lire

1001 Bass remet le couvert au Fil

Electro underground | 1001 Bass, c'est une crémerie électro où les soirées sont toujours enlevées. Ce samedi 1er février, c'est au Fil que l'asso donne rendez-vous aux danseuses et (...)

Nicolas Bros | Vendredi 31 janvier 2020

1001 Bass remet le couvert au Fil

1001 Bass, c'est une crémerie électro où les soirées sont toujours enlevées. Ce samedi 1er février, c'est au Fil que l'asso donne rendez-vous aux danseuses et danseurs. Placée sous le signe d'un côté du hardcore, frenchcore, raggatek & hardtek et de l'autre de la techno et de l'acid, cette soirée accueillera quelques fervents activistes des franges underground des musiques électroniques. Notons la présence de Chris Liberator, l'un des pionniers de la techno et acid techno made in UK et patron de multiples structures comme le label Stay Up Forever, de Darktek et ses sets naviguant entre tribecore et dubstep, ou encore NeuroKore.

Continuer à lire

Izia s'affirme

Pop | Le Fil accueille la trentenaire le 13 février. L'occasion de découvrir les morceaux de son quatrième album et ses nouvelles sources d'inspiration.

Stéphane Duchêne | Mercredi 5 février 2020

Izia s'affirme

Le terme a beau être devenu une private joke pour tout fan de musique, il est toujours un(e) artiste pour débarquer avec sous le bras un "album de la maturité" qu'on a toutes les peines à qualifier autrement. Jusqu'ici, en trois albums, Izia avait ratissé les clichés d'un certain rock 70's trop généreux de ses influences jopliniennes (porteur néanmoins d'impressionnantes dispositions vocales), puis opéré avec La Vague un virage en français trop à la remorque d'une pop hexagonale en proie au formatage. Avec Citadelle, quasi trentenaire, elle semble s'être davantage écoutée, repliée sur elle-même et sur l'essentiel à la suite du décès du paternel Higelin, ainsi que de la naissance de son fils. Chose faite à Calvi, citadelle de solitude à laquelle elle consacre une chanson. Le résultat est toujours assez peu lisible musicalement mais c'est peut-être ce qui constitue sa richesse et un moyen pour Izia de signifier qu'elle ne se laissera pas dicter ses choix, entre ballade électro-baroque (Sunset, Cosmos), dark disco à la Hollysiz (Chevaucher, avec Jeanne Added), envolée panafricaine sur

Continuer à lire

Toujours l'été

Chanson | Groupe phare des années 90 grâce notamment aux titres de l'album Mlah, sorti en 1988, Les Négresses Vertes ont repris la route 30 ans après pour fêter ce disque. Un passage stéphanois est prévu le 21 février pour réécouter Voilà l'été ou encore Zobi la Mouche.

Nicolas Bros | Mercredi 5 février 2020

Toujours l'été

Les années 90 sont désormais bien loin... Et les come-back s'accumulent sur scène. Certains joyeux, d'autres un peu poussifs. Celui des mythiques Négresses Vertes fait assurément partie de la première catégorie. Séparés pendant 17 ans, les membres du groupe, qui avait perdu leur meneur Helno en 1993, avaient finalement tous envie de reprendre la route ensemble. « L'anniversaire de la sortie de l'album Mlah était finalement un prétexte tout trouvé pour se réunir, explique Stéfane Mellino, chanteur et guitariste. Il fallait cependant un producteur acharné pour transformer cette envie en réalité. C'est grâce à Pierre-Alexandre Vertadier que ce projet a pu voir le jour. » En 2018, l'affaire est dans le sac, les instruments dans le van et le groupe repart pour une tournée, intitulée sobrement Mlah Tour, devant compter initialement 40 dates. « Aujourd'hui, nous en sommes à plus de 170 dates, lance heureux Stéfane Mellino. C'était inimaginable pour nous. On ne pouvait espérer autant de retours positifs. » « Laisser l'album d

Continuer à lire

Flavia Coelho dans l'Oeil du Petit Bulletin #41

Sono mondiale | FLAVIA COELHO est venue mettre un peu de dans l'Oeil de Le Petit Bulletin Saint-Étienne avant son concert au FIl le 29 (...)

Nicolas Bros | Lundi 20 janvier 2020

Flavia Coelho dans l'Oeil du Petit Bulletin #41

FLAVIA COELHO est venue mettre un peu de dans l'Oeil de Le Petit Bulletin Saint-Étienne avant son concert au FIl le 29 novembre. On en a profité pour parler avec elle de son parcours musical, de son dernier album "DNA" mais aussi de

Continuer à lire

Résumé de la vie en 4 minutes

LA CHRONIQUE DU CHICANDIER #4 | On nait, on hurle, là on nous met une claque sur l'fiandard ! Quoique c'est pas la partie la plus désagréable, y m'ont compris ? Bref, là on emmerde (...)

Jason Chicandier | Mercredi 8 janvier 2020

Résumé de la vie en 4 minutes

On nait, on hurle, là on nous met une claque sur l'fiandard ! Quoique c'est pas la partie la plus désagréable, y m'ont compris ? Bref, là on emmerde nos parents parce qu'on ne fait pas ses nuits. Ça fragilise le couple évidemment... C'est pour ça que papa va un peu taper dans la craquette de sa secrétaire, c'est parce qu'il est fragilisé l'daron. Après, à deux ans, on a qu'une obsession nous les gosses : se suicider ! La piscine, les prises électriques, une casserole d'eau brûlante, avaler de la lessive... on veut en finir avec la vie. Quand on nous en empêche, on arrive à quatre ans et là on est à peu près cool jusqu'à neuf/dix ans... après on devient ado. Tout nous ennuie, tout nous fatigue. On lève les yeux au ciel pour tout. On est collé à son téléphone, sa tablette, sa console, même quand on te dit de débarrasser un bol t'as l'impression qu'on te demande de faire les trois huit. Du coup, t'écris un journal intime pour expliquer que ta vie est toute pourrie, que tes parents c'est deux gros ploucs avec une vie de bouseux, que toi, t'auras pas la même vie qu'eux et que déjà tu vivras de ta musique. C'est généralement à ce moment que t'emmerdes toute la maisonnée avec

Continuer à lire

Katerine à confesse

Pop | Retour en forme olympique d'un très grand Katerine, livrant avec "Confessions" sa complexité évangélique comme on s'offre entièrement.

Stéphane Duchêne | Mercredi 8 janvier 2020

Katerine à confesse

Allez donc le choper, le Katerine : réalisateur what the fuck (Peau de cochon) ; clown chez Gilles Lellouche et

Continuer à lire

La Nuit des Belges annulée

Humour | L'équipe des Arts Burlesques vient d'annoncer l'annulation du spectacle La Nuit des Belges qui devait se dérouler le 12 décembre au Centre des Congrès (...)

Nicolas Bros | Lundi 2 décembre 2019

La Nuit des Belges annulée

L'équipe des Arts Burlesques vient d'annoncer l'annulation du spectacle La Nuit des Belges qui devait se dérouler le 12 décembre au Centre des Congrès : « Nous sommes au regret de vous annoncer que La Nuit des Belges n'aura pas lieux. La soirée est annulée pour des raisons indépendantes de notre volonté. Contactez-nous à l'adresse suivante pour les modalités de remboursement : fartsburlesques@gmail.com Avec toutes nos excuses pour le désagrément. L'équipe des Arts Burlesques »

Continuer à lire