Ultra « Violette »

MUSIQUES | Piano-chant flétri par les ans, "Violetta", version française de la "Traviata", aurait pu rester en jachère sur les étagères de la médiathèque du conservatoire. C'était sans compter sur le sens inné du revival de Robert Parize et de ses talentueux acolytes lyriques ! Alain Koenig

Alain Koenig | Mercredi 31 août 2016

Photo : © Jean-Paul Pupier


En s'engageant dans son projet d'élève, le metteur en scène Robert Parize, qui s'était déjà affirmé comme une vraie pointure dans Cendrillon de Pauline Viardot, s'élance, à l'assaut d'un véritable sanatorium. Cette Traviata, en version française, ressuscitée avec la fraîcheur des alpages et beaucoup de second degré, devient, avec la complicité de la musicologue Florence Badol-Bertrand, son trésor de guerre. Il décape le blockbuster planétaire de Verdi, dans sa délicieuse traduction d'Édouard Duprez, très Salle Favart, subtilement surannée : « L'amour m'enivre, je veux te suivre...Bientôt fraîche et plus jolie, la rose à ton front renaîtra... ». Il faut dire que la distribution, présentée lors d'une très opportune sortie de résidence, est un sans faute !

Ultra-chic

Amélie Grillon, que les amoureux de belles voix connaissent bien, s'impose comme une évidence vocale et scénique dans ce rôle si périlleux où tant de sopranos lyriques se sont abîmées. Aurélien Raymond, Rodolphe (Alfredo) ténor de charme est tout aussi convaincant que sa contrepartie féminine, tandis qu'il incombe à François Gauthier la lourde charge d'incarner le truchement de la morale paternaliste d'un Second Empire castrateur. D'une contrainte budgétaire, Robert Parize a fait une arme de distinction massive ! Devenu opéra de poche en quatre actes au lieu de trois dans sa version italienne, élagué aux entournures pour ne pas retenir le spectateur plus d'une heure trente, l'ouvrage gagne en impact ce qu'il perd en cabalettes. Jean-Baptiste Mathulin, pianiste émérite, est à lui seul toute une fosse d'orchestre, version bonzaï. Il révèle, respire, soupire avec les chanteurs, tandis que le public est invité à participer aux agapes du « Libiamo », devenu un démocratique - puisque dans sa langue vernaculaire - « Buvons, amis ! ».

Violette de G. Verdi, 30 septembre, 1er et 2 octobre et 30 à 20h, La Passerelle, Cité du Design.


Violette

Opéra de poche, d'après "La Traviata" de Verdi, par la Cie Casta-Fior(e), ms R. Parize, avec A. Grillon, A. Reymond...
La Passerelle - Site de la Manufacture Cité du Design - rue J. Pognon Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Saint-Marc à Saint-Pierre

Classique | Loués soient les Amis des Orgues de Saint-Pierre, association hyperactive dont le flair n'est plus à démontrer. En programmant les sublimes Vêpres de la (...)

Alain Koenig | Mercredi 4 mars 2020

Saint-Marc à Saint-Pierre

Loués soient les Amis des Orgues de Saint-Pierre, association hyperactive dont le flair n'est plus à démontrer. En programmant les sublimes Vêpres de la Vierge du génial Claudio Monteverdi en l'Eglise Saint-Pierre de Saint-Chamond, ce sont les ors de la Basilique Saint-Marc qui s'invitent en terre ligérienne. Publié en 1610, ce bijou enchâssé entre Renaissance et Baroque révèle les voix, la polyphonie, le foisonnement des thèmes et postures de la foi. Hasard ou calcul, le mystère de la genèse de l'oeuvre ajoute à son impact. Furent-elles composées dans le but d'évincer le vieux maître de chapelle de Saint-Marc, Gabrieli, mort en 1612 ? 1613, Claudio Monteverdi est nommé à ce poste. Les Vêpres sont écrites pour double choeur et la Basilique Saint-Marc possède deux tribunes. Plain-chant, polyphonie, hémioles, doubles choeurs, modulations audacieuses, ruptures, retards insoutenables, le chef d'oeuvre explore tous les domaines connus d'un 17e siècle printannier, et puise son inspiration dans les tréfonds de l'âme humaine. Pour lui redonner vie, le Département de Musique Ancienne, la classe de direction de chœurs et l'Ensemble Vocal du Conservatoire Nationa

Continuer à lire

Messe du couronnement

Panorama Classique Lyrique 17/18 | Bouleversant, envoûtant, éblouissant pour certains, grandiloquent et bruyant pour ses détracteurs, le Requiem de la dernière époque du grand Verdi ne laisse (...)

Alain Koenig | Mardi 5 septembre 2017

Messe du couronnement

Bouleversant, envoûtant, éblouissant pour certains, grandiloquent et bruyant pour ses détracteurs, le Requiem de la dernière époque du grand Verdi ne laisse personne indifférent, embrasant tous les superlatifs. La postérité de l'oeuvre, écrite en mémoire de son grand ami Manzoni, a porté au Parnasse ce chef d’œuvre absolu de la musique. D'un lyrisme épique, à couper le souffle, il s'agit assurément là du plus bel opéra, oups, pardon, ouvrage sacré, du maestro. Qu'importe ! Requiem de Verdi, du 8 au 12 décembre à l'Opéra de Saint-Étienne

Continuer à lire

Ultra « Violette »

MUSIQUES | Piano-chant flétri par les ans, Violetta, version française de la Traviata, aurait pu rester en jachère sur les étagères de la médiathèque du conservatoire. C'était sans compter sur le sens inné du revival de Robert Parize et de ses talentueux acolytes lyriques ! Alain Koenig

Alain Koenig | Mardi 5 avril 2016

Ultra « Violette »

En s'engageant dans son projet d'élève, le metteur en scène Robert Parize, qui s'était déjà affirmé comme une vraie pointure dans Cendrillon de Pauline Viardot, s'élance, à l'assaut d'un véritable sanatorium. Cette Traviata, en version française, ressuscitée avec la fraîcheur des alpages et beaucoup de second degré, devient, avec la complicité de la musicologue Florence Badol-Bertrand, son trésor de guerre. Il décape le blockbuster planétaire de Verdi, dans sa délicieuse traduction d'Édouard Duprez, très Salle Favart, subtilement surannée : « L'amour m'enivre, je veux te suivre...Bientôt fraîche et plus jolie, la rose à ton front renaîtra... ». Il faut dire que la distribution, présentée lors d'une très opportune sortie de résidence, est un sans faute ! Ultra-chic Amélie Grillon, que les amoureux de belles voix connaissent bien, s'impose comme une évidence vocale et scénique dans ce rôle si périlleux où tant de sopranos lyriques se sont abîmées. Aurélien Raymond, Rodolphe (Alfredo) ténor de charme est tout aussi convaincant que sa contrepartie féminine, tandis qu'il incombe à François Gauthier la lourde charge d'incarner le truche

Continuer à lire