Sono Mondiale : 5 voyages musicaux

Niko Rodamel | Mercredi 7 septembre 2016

Photo : Kareyce Fotso © DR


Du monde aux Balkans

La fanfare-orchestre balkano-turque Haidouti Orkestar s'est fait connaître du très grand public lors du dernier festival de Cannes, cosignant avec le trompettiste Ibrahim Maalouf la BOF du film La Vache. Le collectif repousse toujours plus loin les frontières de son champ musical en puisant ses influences en Serbie, Macédoine, Bulgarie et Turquie, lorgnant désormais sur les répertoires azéri, kurde, syro-libanais et arménien. Niko Rodamel

Haïdouti Orkestar [+ Le Projet Shinéar], vendredi 7 octobre à 20h30, Le Fil

Klezmer tel fils

Il est celui qui a sorti la musique klezmer de ses dogmes. Dans la mouvance new-yorkaise, David Krakauer dynamite le genre en nourrissant la tradition ancestrale de free jazz et de funk, de blues et d'électro. Clarinettiste virtuose et doté d'un groove implacable, en live Krakauer se révèle être un vrai showman, quelle que soit la formation qui l'accompagne. Le concert du 27 octobre d'Andrézieux-Bouthéon s'annonce donc sous les meilleurs auspices. Niko Rodamel

David Krakauer [+ Opso], jeudi 27 octobre à 20h30, Théâtre du Parc à Andrézieux-Bouthéon

Kareyce et moi

Le festival de chanson des Oreilles en Pointe s'offrira une parenthèse world dans l'église de Planfoy avec la Camerounaise Kareyce Fotso. Prolongeant sur scène le répertoire de l'album Mokte (sorti en 2014), la belle s'affirme de bien belle manière avec une voix unique et une présence qui fait mouche à chaque prestation. Héritière des chants traditionnels, Kareyce parvient à chanter avec poésie la différence, la douleur de l'exil et le déracinement. Niko Rodamel

Kareyce Fotso, dimanche 13 novembre à 17h, en l'église de Planfoy, dans le cadre du festival Les Oreilles en Pointe

Culture Dub

Nombreux sont les fans de Dub Inc à attendre la sortie du nouvel album, So what, fixée au 23 septembre. En dix-huit années d'existence, le collectif s'est surtout forgé un large auditoire international à la force du micro. Rien que pour ces cinq dernières années, Dub Inc a donné pas moins de trois cent cinquante concerts devant plus d'un million de spectateurs, dans trente et un pays des cinq continents ! Niko Rodamel

Dub Inc, samedi 17 décembre à 20h, au Zénith de Saint-Étienne

Passerelles

Sous la bonne étoile de l'accordéoniste Daniel Mille, la chanteuse tunisienne Dorsaf Hamdani réinterprète les plus belles chansons de Fairouz et de Barbara, deux grandes voix dont les chemins se rencontrent pour la première fois. Les arrangements de Daniel Mille donnent la lumineuse impression que les mélodies nées au Liban ou en France sont faites du même matériau. Un spectacle musical inédit qui réunira Orient et Occident dans un écrin délicat, le 27 janvier à Firminy. Niko Rodamel

Dorsaf Hamdani, Vendredi 27 janvier 2017 à 20h30, au Majestic à Firminy


Haïdouti Orkestar + Le Projet Shinéar


Le FIL 20 boulevard Thiers Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


David Krakauer + Opso

"Krakauer's Ancestral Groove", jazz, musique klezmer
Théâtre du Parc 1 avenue du Parc Andrézieux-Bouthéon
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Kareyce Fotso

Soirée des trois-huit
Mairie de Planfoy Le Bourg Planfoy
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Dub Inc

Zenith de Saint-Etienne Métropole Rue Scheurer-Kestner Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Dorsaf Hamdani

"Barbara - Fayrouz"
Le Majestic 1 place Voltaire Firminy
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Nos 5 voyages musicaux

Panorama sono mondiale 20/21 | Bossa nova revival Figure engagée de la pop brésilienne, Lucas Santtana opère sur son huitième album un étonnant retour aux sources, alignant dix titres (...)

Niko Rodamel | Mercredi 9 septembre 2020

Nos 5 voyages musicaux

Bossa nova revival Figure engagée de la pop brésilienne, Lucas Santtana opère sur son huitième album un étonnant retour aux sources, alignant dix titres acoustiques imprégnés d’une bossa nova très fifties, dans un mood intime guitare-voix franchement éloigné des habillages électro auxquels l’artiste nous avait habitué. Mais derrière cette impression de sentimentalisme, transparait un vrai discours politique : Santtana murmure pour mieux se faire entendre dans un monde qui hurle, dénonçant les travers d’un Brésil bolsonarien à la dérive. Lucas Santtana, samedi 10 octobre à 20h30, Théâtre Quarto à Unieux Colombiana Né de la rencontre entre deux musiciens ardéchois (Samantha Guerry à l’accordéon, Vincent Landelle à la contrebasse) et deux chanteurs-percussionnistes colombiens (Mario Vargas, Simon Reina), Curuba Cumbia joue une musique festive 100 % colombienne. Rural et moderne à la fois, le répertoire du quartet s’appuie sur des chansons qui là-bas circulent et se perpétuent de villages en villages, relatant des histoires du quotidien. Des Caraïbes à la côte pacifique, le groupe nous fait traverser la Colombie au

Continuer à lire

Amadou et Mariam ou la géniale "Confusion" des genres

Sono Mondiale | Avec La Confusion, Amadou et Mariam opèrent un retour clair et tranchant. Oscillant entre la profondeur de thèmes délivrés dans la plus grande naïveté d'expression et la pulsion de danse, voilà sans doute leur album le plus grave et le plus dansant. Le plus dansant, peut-être parce que le plus grave.

Stéphane Duchêne | Mardi 3 octobre 2017

Amadou et Mariam ou la géniale

Il y a chez Amadou et Mariam comme un paradoxe permanent. D'abord, une musique des plus festives délivrée avec une sorte de stoïcisme marmoréen. Conséquence peut-être de leur condition de non-voyant empêchant toute frontalité des rapports et extériorisation excessive. Ensuite, des textes d'une naïveté proverbiale qui pourtant se muent, peut-être précisément pour cette raison, en messages universalistes. Et font du duo malien l'un des ambassadeurs les plus courus non pas des musiques du monde, comme on le dit vulgairement, mais de la musique mondiale tout court. C'est que cette musique et les thèmes qui la font sont traversés par les catastrophes qui agitent notre planète et plus particulièrement l'Afrique. Et voilà un autre paradoxe : délivrer une musique dansante, contagieusement jouissive, consignant les malheurs du monde, ce qui donne une autre indication sur le pourquoi du stoïcisme évoqué plus haut. C’est chaud Composé dans le contexte de la guerre au Mali, le dernier album d'Amadou et Mariam ne pouvait trouver pour toutes ces raisons titre plus approprié : La Confusion. Celle d'un monde en pleine mutation, de plus e

Continuer à lire

AbraKadabra

Panorama Sono Mondiale 17/18 | À la croisée des folklores russo-ukrainiens et des musiques actuelles, le groupe DakhaBrakha est un OVNI musical qui débarque presque de nulle part, (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 septembre 2017

AbraKadabra

À la croisée des folklores russo-ukrainiens et des musiques actuelles, le groupe DakhaBrakha est un OVNI musical qui débarque presque de nulle part, entre Carpates et mer Noire, dynamitant d’étonnants chants polyphoniques à grands coups de percussions et de violoncelle échevelé. Lena, Irina, Nina et Marko puisent ainsi dans les répertoires régionaux d’un pays tourmenté, leur Ukraine natale, redéployant habilement leur culture populaire nationale sur un dubstep des plus atypiques ! DakhaBrakha, mardi 10 octobre à Firminy, 20h30 au Majestic

Continuer à lire

Militante

Panorama Sono Mondiale 17/18 | À travers ses textes engagés, la chanteuse et guitariste Souad Massi poursuit depuis une quinzaine d’année le même combat, celui pour le maintien (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 septembre 2017

Militante

À travers ses textes engagés, la chanteuse et guitariste Souad Massi poursuit depuis une quinzaine d’année le même combat, celui pour le maintien de la liberté et la justice des deux côtés de la Méditerranée. La poésie des mots et l’altruisme du message sont habillés de folk-rock, de chaâbi et d’influences arabo-andalouses, parcimonieusement distillés par les fidèles complices de Souad, le guitariste Medhi Dalil et le percussionniste Rabah Khalfa. Souad Massi, samedi 25 novembre à 20h30 au Centre Culturel Le Sou (La Talaudière) + samedi 27 janvier 2018 à 20h30 salle Jean Dasté (Rive-de-Gier)

Continuer à lire

Rencontre

Panorama Sono Mondiale 17/18 | Décidément assoiffé d’expérimentations musicales inédites, Martin Nathan entame une nouvelle collaboration dans l’esprit de celles vécues (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 septembre 2017

Rencontre

Décidément assoiffé d’expérimentations musicales inédites, Martin Nathan entame une nouvelle collaboration dans l’esprit de celles vécues précédemment avec High Tone et Vibronics. Pour le tout nouveau projet de Brain Damage, l’artiste stéphanois invite Harrison Stafford (charismatique "Professor" de Groundation) sur un album commun, Liberation Time. Les deux musiciens y bousculent ensemble et avec intelligence les codes du dub et du reggae roots. Brain Damage meets Harrison Stafford, samedi 21 octobre à 20h30 au Clapier

Continuer à lire

Melting pote

Panorama Sono Mondiale 17/18 | Avec plus de vingt ans de musique derrière lui, Taïro est aujourd’hui une des références françaises en matière de reggae dancehall. Très (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 septembre 2017

Melting pote

Avec plus de vingt ans de musique derrière lui, Taïro est aujourd’hui une des références françaises en matière de reggae dancehall. Très présent sur les sound systems à la grande époque du ragga parisien, les albums et les tournées se succèdent avec le même message positif depuis l’aube des années 2000, multipliant les featurings aux côtés d’artistes tels que Disiz, Faf Larage, Passi, Flya ou encore Youssoupha. Un cocktail de mélodies accrocheuses et de riddims efficaces. Taïro & The Family Band, samedi 14 octobre à 20h30 au Fil

Continuer à lire

Dub night

Panorama Sono Mondiale 17/18 | La nuit sera chaude et longue pour la sixième session du Sainté Dub Club, samedi 7 octobre au Fil. Sont notamment attendus, côté club, les Stéphanois (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 septembre 2017

Dub night

La nuit sera chaude et longue pour la sixième session du Sainté Dub Club, samedi 7 octobre au Fil. Sont notamment attendus, côté club, les Stéphanois de Green Tingz sound (feat. General Bundi), Rakoon, Tiburk et Thriakis Dub Destroyer. Côté grande salle, se succèderont Charlie P & Green Cross, les Anglais d’Iration Steppas et légende du Dub UK, Neil Fraser aka Mad Professor. À soixande-deux ans, le génial bricoleur n’a pas perdu la pêche. Il tournait encore l’an passé avec Lee "Scratch" Perry et aura à ses côtés la chanteuse Aisha pour un set qui s’annonce mémorable. Sainté Dub Club, samedi 7 octobre à 20h30 au Fil

Continuer à lire

Kumbia Boruka fait chalouper le monde

Sono mondiale | Avec son nouvel album en poche, La Vida Se Vive, le groupe Kumbia Boruka a repris la route et sévit sur toutes les scènes qu'il foule.

Sébastien Broquet | Mercredi 22 mars 2017

Kumbia Boruka fait chalouper le monde

Si notre région a pris un tram' de retard dans la vague nu-cumbia qui déferle depuis quelques années dans les clubs et festivals (Dengue Dengue Dengue, le génial label de Buenos Aires ZZK, El Hijo de la Cumbia, Bomba Estereo...), avec le Mexicain Hernán Cortés ce rythme sud-américain calorifère a fini par se trouver ici un ambassadeur prêt à relever le défi. Avec un certain succès avec notamment un album La Vida Se Vive qui suit un mini-album sorti à l'été 2016n entérine l'idée que cette musique aussi chaloupée qu'elle peut être psyché prend place dans le paysage local. Illustration ce samedi avec une date de leur tournée au Cristal de Roche-la-Molière. Cette percée ne doit rien au hasard : déjà, par la personnalité et le parcours du leader de la bande, l'accordéoniste Hernán Cortés, venu de Monterrey où la scène cumbia est vivace. Là-bas, aux percussions, il a fait ses armes au sein d'orchestres reconnus, à commencer par celui de

Continuer à lire

Divas

Sono mondiale | Audacieux pari, la chanteuse tunisienne Dorsaf Hamdani fait cohabiter sur scène le répertoire de deux grandes voix qu’a priori rien ne rapproche (...)

Niko Rodamel | Jeudi 12 janvier 2017

Divas

Audacieux pari, la chanteuse tunisienne Dorsaf Hamdani fait cohabiter sur scène le répertoire de deux grandes voix qu’a priori rien ne rapproche : celle de Fairouz, artiste libanaise considérée comme l’une des plus grandes chanteuses du monde arabe et celle de Barbara, la singulière et mystérieuse interprète parisienne (Göttingen, L’aigle noir, Ma plus histoire d’amour…) disparue il y a trente ans déjà. Ce sont sans doute les arrangements de l’accordéoniste Daniel Mille qui parviennent à connecter des mélodies libanaises et françaises. Entre Occident et Orient, l’accordéon, la guitare, le violon, les percussions et les deux ouds participent ensemble à l’alchimie qui opère autour de la voix de la chanteuse. Dorsaf Hamdani poursuit un long tour de champ depuis la sortie en 2013 de l’album sobrement intitulé Barbara-Fairouz et réalise un vrai tour de force, parvenant à jeter des ponts entre le spleen de la première et le romantisme oriental de la seconde. Une parenthèse musicale à savourer le vendredi 27 janvier au Majestic, à Firminy.

Continuer à lire

Engagée

MUSIQUES | Avec ses chansons qui, en huit langues, constitue un voyage sensible au cœur de la pluralité culturelle camerounaise, la belle Kareyce Fotso viendra défendre les couleurs de son dernier album, Mokte, dans le cadre singulier de l’église de Planfoy.

Niko Rodamel | Lundi 7 novembre 2016

Engagée

Surnommé "l’Afrique en miniature" en raison de sa diversité géographique, humaine et culturelle, le Cameroun compte plus de trois cents groupes ethniques et dialectes différents. En ce sens, Kareyce Fotso est une digne représentante de ce pays d’Afrique centrale : née au sein d'une famille bamiléké, elle sera élevée par une famille béti, tribu descendant des bantous. Depuis ses débuts, la chanteuse façonne ses chansons avec les cultures qui l'ont nourrie, signant des textes qui interpellent entre gravité et ironie, toujours empreints d’une émotion sincère. Dans la plus pure tradition, Kareyce accompagne sa voix intense d’une guitare, d'une sanza, d'un tambour de bois ou de sonailles, mais son modernisme donne finalement à entendre un folk-blues africain très personnel. Après Mulato (2009) et Kwegne (2010), les douze titres de Mokte, majoritairement enregistrés au studio Moto Records de Yaoundé, font mouche et marquent dans l’évolution de Kareyce Fotso une certaine maturité artistique. Just believe Artiste engagée, la musicienne est aussi une femme en colère, notamment contre le tribalisme qui sclérose la société africa

Continuer à lire

Venga venga, vamos a bailar

MUSIQUES | En ces temps troublés, les Argentins de La Yegros viendront mettre du soleil dans nos yeux et nous faire danser lors d’un show stéphanois très attendu avec leur musique magnétique, ayant déployé son pouvoir d'attraction sur la planète entière et caractérisée par le terme de cumbia digitale.

Niko Rodamel | Mardi 31 mai 2016

Venga venga, vamos a bailar

Depuis son premier album et son tube éponyme Viene de Mi, La Yegros envahit inexorablement la planète telle une vague de chaleur, répendant le nouveau son d’Amérique du Sud, la cumbia digitale. Et c’est sans conteste le cocktail musical en vogue puisque même le Lyonnais Benjamin Biolay en a saupoudré son nouvel album ! Mix euphorisant de cumbia (danse née au XVIIe siècle en Colombie) et de rythmes traditionnels chamamés originaires de la jungle du nord-est argentin, les racines latines sont ici mâtinées de sonorités électroniques et soutiennent le flow quasi hip-hop de la chanteuse Mariana. Le chamamé est lui-même un style musical propice à la danse rurale venu de Misiones, petite province d’Argentine enclavée entre le Brésil et le Paraguay, où les migrants polonais ont laissé derrière eux le rythme de la polka. A l’image de ses clips, la musique de La Yegros est une exubérante explosion de couleurs, une musique endiablée qui électrise les radios comme les dancefloors. Les nostalgiques de la Mano Negra et les fans de Manu Chao y retrouvent avec bonheur les sons latinos et l’énergie d’un genre festif et décomplexé qui met à l’honneur le cosmopolitisme bariolé de Buenos A

Continuer à lire

Oum : « Je me contente de refléter ce que je suis »

MUSIQUES | Avec son dernier album Zarabi - "Tapis" en arabe - enregistré en partie dans le désert, la chanteuse marocaine Oum tresse des fils soyeux et chatoyants entre rythmes jazzy, langueurs orientales et percussions africaines. Rencontre avec une artiste dont les poésies envoûtantes chantent le désir féminin et exaltent un hédonisme empreint de sagesse.

Houda El Boudrari | Mardi 31 mai 2016

Oum : « Je me contente de refléter ce que je suis »

Vous incarnez l’image d’une femme arabo-musulmane libre, à la fois fière de sa culture et ouverte sur le monde. Avez-vous conscience du symbole que vous représentez dans le contexte actuel d’exacerbation des replis identitaires ? Oum : Oui, c’est une image que j’assume parfaitement, sans pour autant l’avoir préméditée. Je me contente de refléter ce que je suis, dans la diversité de mes composantes identitaires : mes racines sahraouis, mon ancrage africain, ma culture arabo-musulmane, ma francophilie et mes influences occidentales. Je suis consciente qu’en tissant une synthèse apaisée de ces identités, j’offre un autre visage de la femme marocaine et arabe, loin des représentations stéréotypées du voile et de la soumission. Je me donne pour mission de porter cette réalité-là aussi auprès des Marocains, afin de les réconcilier avec leurs identités plurielles, et peut-être modestement contribuer à forger d’autres modèles d’identification féminine. Votre musique puise dans la soul, le jazz, les percussions africaines, la musique orientale et même le rythme afro-cubain, et pourtant le résultat de cet assemblage hétéroclite est d’une harmonieu

Continuer à lire

De cordes et de peaux

MUSIQUES | Un duo d'exception débarque pour faire résonner les notes et les rythmes d’un voyage à la croisée du jazz et des musiques du monde, avec des incursions perses (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 avril 2016

De cordes et de peaux

Un duo d'exception débarque pour faire résonner les notes et les rythmes d’un voyage à la croisée du jazz et des musiques du monde, avec des incursions perses et andalouses, argentines et même africaines. Kevin Seddiki et Bijan Chemirani jouent ensemble depuis une grosse dizaine d'années, en duo mais aussi au sein du magnifique sextet OnEira, tout en suivant chacun d'autres chemins musicaux. Les cordes de la guitare et du saz (luth à manche long), les peaux du zarb et la terre cuite du udu sont tour à tour pincées, frappées, frottées, effleurées, déployant une rêverie mélodique doublée d'une délicate polyrythmie qui transporte par-delà les frontières et les cultures. Seddiki est à la fois guitariste-concertiste et compositeur-arrangeur, Chemirani est quant à lui devenu la référence du zarb iranien après avoir tourné aux côtés de son père Djamchid et de son frère Keyvan avec le fameux Trio Chemirani... A noter que la première partie sera assurée par un duo régional avec le pianiste Ewerton Oliveira et le batteur Zaza Desiderio. NR Kevin Seddiki et Bijan Chemirani [+ Erwerton Oliveira et Zaza Desiderio],

Continuer à lire