Stéphane Buriez : « Le metal, c'est ma vie »

Loudblast | Loudblast, c'est plus de trente ans d'existence et six albums aussi furieux les uns que les autres. Un groupe de trash et de death metal, pionnier du genre en France, qui continue de représenter fièrement la scène française dans le monde et qui n'est - bizarrement - jamais passé à Saint-Étienne. L'occasion était belle de parler de ce genre souvent mis de côté à tort par les médias. Rencontre avec Stéphane Buriez, fondateur, chanteur et guitariste du groupe, qui présente également la seule émission metal du PAF : Une Dose 2 Metal.

Nicolas Bros | Mardi 1 novembre 2016

Comment la scène metal a-t-elle évolué depuis 30 ans en France ?
Stéphane Buriez : Je t'avouerais qu'il y a 30 ans, on n'appelait même pas ce style du "metal" mais du "hard rock". Quand on a débuté avec Loudblast, en 85, nous étions un groupe de lycéens, de potes. Nous avons commencé à faire ça en tant que fans de musique, nous avons appris à jouer de nos instruments et de fil en aiguille nous sommes devenus professionnels. Aujourd'hui, le metal est un style musical parmi les plus prolifiques. On a tendance à dire que le metal reste le même genre de musique, avec les clichés qui s'y rapportent : des mecs aux cheveux longs qui jouent sur des grattes saturées et qui font du bruit... Mais c'est surtout un grand sous-ensemble du rock'n'roll, tout simplement. Quand tu es ado, tu es attiré par le côté le plus extrême de cette musique et tu évolues en grandissant. C'est d'ailleurs ce qui est génial avec ce style. Si tu creuses un peu, les grands-parents du metal étaient Elvis, Deep Purple ou encore Black Sabbath. J'ai eu la chance d'avoir un oncle qui m'a donné toute sa collection de disques et des amis de mon grand-frère qui écoutaient AC/DC, Pink Floyd et autres, ... C'est tout cela qui a forgé mon identité musicale et m'a donné l'envie d'écouter autre chose que la musique populaire que tu écoutes quand tu es petit et qui a un côté légitime, bien entendu. C'est grâce à ces autres propositions que je me suis ouvert à d'autres horizons.

Le metal est un style foisonnant, notamment en ce qui concerne le nombre de groupes amateurs. Est-ce qu'aujourd'hui, il est toujours difficile pour les groupes de vivre de ce style, malgré la présence d'évènements majeurs tels que le Hellfest, un des plus grands rassemblements musicaux en France, et de nombreux concerts ?
Vivre de sa musique en France, et notamment du metal, est compliqué. Demande à tous les groupes qui sont sur le devant de la scène et qui pourtant n'en vivent pas... Ceux qui arrivent à tirer leur épingle du jeu en ce moment, c'est Gojira. Mais il faut bien se dire qu'ils existent depuis plus de vingt ans. Cela a mis du temps à cartonner. Avec Loudblast, nous avons démarré très tôt également et nous avons eu la chance de débuter à une période où il y avait encore de l'argent dans le milieu de la musique, même si c'était déjà très compliqué. Nous avons travaillé dur pour y arriver. On répétait toute la semaine, on jouait les week-ends et on partait en tournée pendant deux mois. Concrètement, il est vrai que c'est dur. On parle souvent des groupes américains et de leur réussite. Mais c'est assez ahurissant le nombre de groupes américains qui cartonnent en Europe mais ne vivent pas de leur musique et doivent conserver un job à côté, une fois rentrés chez eux. Ils prennent leurs congés pour faire leur tournée. Pour ma part, je vis de ma musique depuis très longtemps, mais je fais également de la production à côté. Il faut conserver plusieurs cordes à son arc si on veut s'en sortir.

C'est assez ahurissant le nombre de groupes américains qui cartonnent en Europe mais ne vivent pas de leur musique et doivent conserver un job à côté.

Cette activité de production tient-elle justement une grande partie de votre travail ?
Cela a été une grosse partie de mon activité à une époque car j'en avais un peu marre de faire de la scène, de pas être souvent à la maison et de ne pas voir grandir mon fils. Faire de la production m'a permis d'être un peu plus sédentaire mais finalement pas vraiment plus chez moi (rires). C'est finalement une activité très chronophage mais passionnante. J'en fais toujours beaucoup, surtout depuis la fin de l'émission live d'Une Dose 2 Metal (ndlr : émission présentée par Stéphane Buriez sur l'Énôrme TV). J'essaie de faire tout ce que je fais du mieux possible. En ce moment je travaille sur le nouvel album des Tagada Jones et j'enchaîne les concerts avec Le Bal des Enragés et Loudblast.

Malheureusement, pour le commun des mortels, le "metalleux" reste le mec à cheveux longs qui boit de la bière, ce qui n'est pas faux non plus, mais on boit de la bière partout.

Est-ce que l'image du metal a évolué en France ?
En toute honnêteté, je n'en suis pas persuadé. Le metal est devenu un peu plus "populaire" mais il y a toujours un côté caricatural qui peut être énervant quand tu connais le milieu et que tu sais comment ça se passe en réalité. Cela dit, il y a des caricatures de partout : tu vas dans un concert de Johnny Hallyday et tu trouves des caricatures... C'est valable pour tous les styles musicaux. Être fan, c'est finalement être un peu une caricature de ce que tu ne veux pas voir. Malheureusement, pour le commun des mortels, le "metalleux" reste le mec à cheveux longs qui boit de la bière, ce qui n'est pas faux non plus, mais on boit de la bière partout. Pour ma part, mon style de musique est très important. Le metal, c'est ma vie, j'ai choisi d'en faire mon métier. Mais avant tout, c'est quelque chose qui me tient vraiment à coeur et que je protège aussi. On a souvent tendance à vouloir nous faire dire des choses et montrer une image de ce que nous ne sommes pas réellement. Il suffit de gratter un peu pour s'en rendre compte. Des festivals tels que le Hellfest ont ouvert beaucoup de portes grâce à l'engouement autour de cet évènement. Les grands médias se sont alors intéressés un peu plus à ce style et se sont rendus compte que ce n'est pas seulement un style pour ados boutonneux, prépubères ou attardés. J'ai plein d'amis qui sont vétos, juristes, chefs d'entreprises, ... et qui sont fans de metal.

Des festivals tels que le Hellfest ont ouvert beaucoup de portes grâce à l'engouement autour de cet évènement.

Pour revenir sur Loudblast, quel sera le live que vous présenterez à Saint-Étienne ?
Nous allons jouer l'album Sublime Dementia, sorti en 1993. Cette tournée garde un côté exceptionnel avec seulement une petite vingtaine de dates jusqu'à fin janvier. C'est un album clé de notre carrière enregistré à l'époque aux États-Unis, à Tampa, avec Scott Burns, producteur "clé-de-voûte" du death metal international. Nous jouons l'album du début à la fin, dans l'ordre. Nous sommes sur scène depuis trois ans avec l'album Burial Ground sorti en 2013 et qui est, selon moi, un de nos meilleurs disques. Mais nous voulions faire une tournée charnière avec quelque chose d'exceptionnel. Nous jouons quelques morceaux que nous n'avons jamais joués sur scène... De plus, nous avons le plaisir d'avoir Fred Leclercq, le bassiste de Dragon Force, qui vient nous prêter main forte.

Hervé Coquerel, le batteur de Loudblast, joue également pour Black Bomb A, groupe qui vous accompagne lors de cette tournée. Il fait donc les deux sets d'affilée ?
Absolument ! Qu'est-ce qu'on ferait pas pour un cachet (rires). Plu sérieusement, c'est pour cette raison que Black Bomb A joue en dernier. Hervé joue dans les deux groupes et il impose le "running order". Et il préfère débuter par Loudblast car il ne pourrait pas finir par le set de Loudblast (rires)

Avec Loudblast, vous préparez un nouvel album pour 2017 ?
Oui, en effet. Mais avant, nous allons sortir un DVD III Decades live ceremony, qui est la captation live de notre concert de nos 30 ans d'existence à l'Aéronef de Lille l'année dernière, avec en bonus quelques inédits, deux concerts privés, des reportages, ... Le nouvel album sera la suite de cette tournée et de la sortie du DVD. Une bonne partie des titres sont déjà composés. Ce nouveau disque devrait sortir à la fin de l'année 2017.

Comment faites-vous pour rester pertinents trente ans après vos débuts ?
Je n'ai pas vraiment de réponse à cette question, mais une chose est sûre, je ne me verrais pas continuer à exister si je ne composais pas, si je n'avais pas quelque chose à donner aux gens qui ont envie de m'écouter. La musique fait partie de ma vie et je me remets toujours en question. Je dois être fait pour ça. On fait aussi tout ça pour laisser des traces, des empreintes et après trente ans, je crois qu'on a déjà bien travaillé sur ce point.

Avez-vous une image de Saint-Étienne ? Est-ce que sur la scène metal, cette ville a un impact ?
Je vais te parler forcément du groupe Benighted, originaire de Saint-Étienne. Mais avant tout, je pense au maillot Manufrance des Verts... Et puis, nous passons souvent à côté de cette ville, sur son périph' biscornu, mais je crois que nous n'avons jamais joué là-bas. On a toujours joué autour de Saint-Étienne, pas très loin, à Lyon ou autres, mais jamais à Saint-Étienne même. J'ai vraiment hâte d'y être. La région Rhône-Alpes reste un terreau d'activistes metal avec de vrais fans. Cette région a toujours été et reste un endroit qu'on aime visiter et où l'on aime jouer.

Loudblast [+ Black Bomb A], samedi 19 novembre à 20h30, le Fil


Black Bomb A + Loudblast

Métal
Le FIL 20 boulevard Thiers Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Entendons-nous bien…

Théma : Sur les deux oreilles | À force de louer les qualités visuelles du cinéma, on en oublierait presque qu’il marche sur une autre jambe : son oreille, si l’on ose dire. Et que son, musique ou écoute sont décisifs…

Vincent Raymond | Mercredi 9 juin 2021

Entendons-nous bien…

Sans un bruit 2 devait sortir en mars dernier. Et puis, crac ! Pandémie, confinement, fermeture des salles, silence radio… Un écho assez troublant pour cette suite au thriller survivaliste de (et avec) John Krasinsky, dont le succès (légitime) et surtout l’hallucinante rentabilité (20 fois la mise) avaient sans peine convaincu les producteurs de prolonger l’aventure. Seize mois après la date initiale — et après notre douloureuse promesse de maintenir le silence sur l’intrigue — sort donc le 16 juin cette séquelle parée d’un prologue décrivant l’invasion par le ciel de créatures chassant tout ce qui bouge à l’oreille ; des prédateurs monstrueux dont les fréquences des appareils auditifs de la fille de l’héroïne sont, avec l’eau, les seuls talons d’Achille connus. Dans cet opus, où Evelyn et sa famille partent à la recherche d’autres survivants, les rues désertes, la paranoïa galopante ou les zones censément à l’abri (des huis clos le point de devenir de nouveaux clusters) prennent dans le contexte du Covid un relief d’un réalisme insoupçonné. Le silence obligé des protagonistes contamine la salle et le suspense demeure térébran

Continuer à lire

Les rois Dagoba

Metal | La scène metal française est un vivier de talents aux styles multiples et variés. La preuve avec les Marseillais de Dagoba, qui proposent un metal qui (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 novembre 2019

Les rois Dagoba

La scène metal française est un vivier de talents aux styles multiples et variés. La preuve avec les Marseillais de Dagoba, qui proposent un metal qui groove, mélodique et ouvert. Puisant dans le power metal américain des années 90, le groupe fait partie des fers de lances hexagonaux, qui s'exportent bien et qui assurent des lives radicaux comme lors du dernier Hellfest. La même au Fil ? Dagoba, samedi 9 novembre à 20h30 au Fil

Continuer à lire

Complètement métal

Métal | Le Fil sera d'acier... heu, non plutôt de métal cette saison ! Avec une belle tripotée de formations de ce style ravageur, la salle stéphanoise annonce la (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 septembre 2019

Complètement métal

Le Fil sera d'acier... heu, non plutôt de métal cette saison ! Avec une belle tripotée de formations de ce style ravageur, la salle stéphanoise annonce la couleur. Retenons parmi les noms annoncés le groupe italien de doom Ufomammut qui fête ses 20 ans d'existence (26 septembre), le métal industriel énergique de DAGOBA (samedi 9 novembre) mais également les hurluberlus d'Ultra Vomit qui parodient tout ce qu'ils trouvent (vendredi 14 février).

Continuer à lire

Rencontre-dédicace avec Mass Hysteria

MUSIQUES | Alors que le groupe de metal Mass Hysteria se produira le samedi 30 mars prochain sur la scène du Fil, ses membres seront auparavant en dédicaces du côté du (...)

Nicolas Bros | Mercredi 13 mars 2019

Rencontre-dédicace avec Mass Hysteria

Alors que le groupe de metal Mass Hysteria se produira le samedi 30 mars prochain sur la scène du Fil, ses membres seront auparavant en dédicaces du côté du Leclerc d'Andrézieux à 14h30.

Continuer à lire

Le vaisseau Nostromo se pose à Sainté

Metalcore | Onze ans après s'être effacé de manière discrète après l'album Hysteron-Proteron, le groupe suisse de metalcore Nostromo a remis le bleu de (...)

Nicolas Bros | Jeudi 31 janvier 2019

Le vaisseau Nostromo se pose à Sainté

Onze ans après s'être effacé de manière discrète après l'album Hysteron-Proteron, le groupe suisse de metalcore Nostromo a remis le bleu de chauffe en 2016. À l'occasion du mariage du batteur Maïk, les membres retrouvent le plaisir intact de jouer ensemble. « Ça a donné lieu à une répète et dès les premières secondes il s’est passé un truc, explique le bassiste Lad. J’avais l’impression d’avoir 15 ans, la magie opérait à 300 %. » Une photo est prise et postée sur les réseaux sociaux, résultat : le groupe repart pour une série de concerts avec Gojira, dont un live puissant au Hellfest 2017. Toujours aussi technique, la musique de Nostromo n'a pas pris une ride. Ca secoue, ca remue, bref l'événement du retour du groupe est vraiment à la hauteur ! Ils seront têtes d'affiche du line-up de la première nuit du hardcore au Fil, l'occasion en or de (re)voir ce groupe mythique aux côtés notamment des Belges de Do Or Die. De sacrés clients également... Nostromo + Do Or Die + Cortez + Résilience + Stray Black Cat, samedi 2 février à 20h30 au Fil

Continuer à lire

Hatebreed et Sepultura au menu

Sylak festival (Ain) | Au Sylak, on continue de marteler le beat lourd du heavy metal et de ses descendances : petit Hellfest, mais grand festival.

Sébastien Broquet | Mardi 3 juillet 2018

Hatebreed et Sepultura au menu

Déjà huit éditions pour ce festival de métal qui prend place à Saint-Maurice-de-Gourdans, dans l'Ain... et n'a injustement que peu les honneurs médiatiques, mérités au vu d'une programmation éclatante pour le genre. OK, ce n'est pas encore l'indétrônable Hellfest qui mobilise tous les adeptes du headbanging, mais jugez-donc : Sepultura en guise de culte international, et des stars comme Hatebreed, At the Gates et Alestorm pour convaincre les plus timides. Du lourd, au sens propre : influencé aussi bien par la scène hardcore américaine des 80's (Cro-Mags en tête) que par le trash (Slayer), Hatebreed a façonné un genre hybride et sans concession baptisé metalcore, se propageant dès Satisfaction Is the Death of Desire en 1997, premier album décoiffant donnant le ton d'une fuite en avant façon road movie tarantinesque : rythmique pied au plancher et guitares qui éclaboussent. Sans doute le peak time du festival ! On ne loupera pas non plus les Brésiliens de Sepultura, même si sans les frères Cavalera, ce n'est définitivement plus la même sauce pime

Continuer à lire

Ecloh, August et Slogan pour le Ninkasi Music Lab stéphanois

Tremplin | Avant son retour en terres stéphanoises prévu en 2019, l'enseigne lyonnaise Ninkasi, prônant le concept "bière x burger x musique", s'invite au Fil avec (...)

Nicolas Bros | Mardi 10 avril 2018

Ecloh, August et Slogan pour le Ninkasi Music Lab stéphanois

Avant son retour en terres stéphanoises prévu en 2019, l'enseigne lyonnaise Ninkasi, prônant le concept "bière x burger x musique", s'invite au Fil avec son tremplin Ninkasi Music Lab. Destiné à favoriser le repérage de talents musicaux issus de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ce dispositif propose plusieurs concerts de découvertes, gratuits, dans diverses salles régionales. Pour son 5e concert de l'édition 2017/2018, c'est donc à Saint-Étienne que le Ninkasi pose ses enceintes. Au programme, trois groupes rythmeront la soirée : tout d'abord les Stéphanois d'Ecloh. Duo pop proposant une musique aux arrangements hypnotiques et rugueux, où la douceur de la voix de la chanteuse vient s'interposer avec délicatesse. Les locaux de l'étape seront accompagnés par le groupe lyonnais August dont la electro-pop lorgne du côté de Mumford & Sons avec sensibilité et une certaine porosité dansante. Un son très actuel... Enfin d'autres Lyonnais, le groupe Slogan, complète la programmation, également dans une vein

Continuer à lire

De la chair fraîche

Death metal | Pionnier dans le brutal death metal, le groupe américain Cannibal Corpse a entamé une tournée européenne en février en compagnie des (...)

Nicolas Bros | Mardi 6 mars 2018

De la chair fraîche

Pionnier dans le brutal death metal, le groupe américain Cannibal Corpse a entamé une tournée européenne en février en compagnie des non moins furieux Black Dahlia Murder. Avec seulement quatre dates françaises dans ce circuit, la formation originaire de Buffalo viendra lacérer les enceintes du Fil à grands coups de riffs ténébreux. Étrennant ainsi leur nouvel album Red before black, le quintet continue son impressionnant parcours et son orientation musicale allant puiser dans une sonorité encore plus crue et brute qu'auparavant. Un album qui laisse entrevoir tout le travail engagé par le groupe afin de sortir un disque précis, "timé" et qui ne lâche pas l'auditeur, du début à la fin. Cannibal Corpse [+ Black Dahlia Murder + In Arkadia], mercredi 7 mars à 20h30 au Fil

Continuer à lire

Dream team metal

Metal | L'administration française a agrandi notre région en Auvergne-Rhône-Alpes. Cette décision a fait beaucoup d'émules mais aura eu le mérite (...)

Nicolas Bros | Vendredi 13 octobre 2017

Dream team metal

L'administration française a agrandi notre région en Auvergne-Rhône-Alpes. Cette décision a fait beaucoup d'émules mais aura eu le mérite de multiplier les possibilités musicales... Comme le démontre la deuxième édition des soirées Mauvais Coton lancées par Le Fil afin de mettre en avant les musiques dites "extrêmes". Après avoir diffusé le documentaire Bleu Blanc Satan et fait jouer Mithridatic, Céleste et Déluge en mai dernier, la salle stéphanoise a convié le projet Les 4 Métalliques à se produire ce soir sur scène. Ce dernier regroupe 4 formations metal sélectionnées par les SMAC régionales que sont La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand), Le Transbordeur (Lyon), Le Fil (Saint-Etienne) et La Belle Électrique (Grenoble). On retrouve donc les Ligériens de Mithridatic, les Grenoblois de The Walking Dead Orchestra, Infekted de la ville de Riom près de Clermont-Ferrand et les Rhodaniens Les Discrets. Après avoir présenté ce projet lors du dernier Printemps de Bourges, c'est au tour de la salle stéphanoise d'accueill

Continuer à lire

Le Fil tisse un "mauvais coton"

Metal | La Salle des Musiques Actuelles stéphanoise lance ses nouvelles soirées entièrement dédiées au metal dès le mois de mai. Une occasion de se pencher plus près sur ce style prolifique, avec notamment une première où sera projeté en exclusivité un documentaire de nos confrères de Noisey France sur le courant français du black metal : Bleu Blanc Satan.

Nicolas Bros | Mardi 2 mai 2017

Le Fil tisse un

Qui dit nouveau programmateur, dit nouvelles orientations. Avec l'arrivée de Mathieu Hérault aux destinées de l'agenda de la salle de concert stéphanoise Le Fil, c'est un nouveau rendez-vous inédit qui nous est proposé de découvrir dès ce mois de mai. Intitulées Mauvais Coton, ces soirées d'un nouveau genre à Saint-Étienne ont pour objectif de balayer toute l'amplitude qu'offre la scène metal en France et dans le monde. Style musical parmi les plus prolifiques, possédant une innombrable quantité de ramifications, le metal est encore (trop) souvent sous-représenté dans les programmations de moult salles. Malgré le fait que le style draine beaucoup de spectateurs (il suffit de regarder l'affluence annuelle du Hellfest, un des plus grands festivals français), ce style musical peut faire peur et surtout être incompris. Du black metal à la française En forme de prémisses, Mauvais Coton attaque fort, en faisant un focus sur un des styles les plus méconnus du metal : le black metal. En programmant le documentaire Bleu Blanc Satan, réalisé par Camille Dauteuille et Franck Trébillac et produit par Noisey France (branche musicale du média V

Continuer à lire

Le Fil "tisse un mauvais coton"

Metal | Le Fil lance ses nouveaux RDV métal dès le mois de mai. Intitulées "Mauvais Coton", ces soirées d'un nouveau genre à Saint-Étienne vont balayer toute l'amplitude (...)

Nicolas Bros | Mercredi 15 mars 2017

Le Fil

Le Fil lance ses nouveaux RDV métal dès le mois de mai. Intitulées "Mauvais Coton", ces soirées d'un nouveau genre à Saint-Étienne vont balayer toute l'amplitude qu'offre la scène métal. Pour commencer, Mathieu Hérault, nouveau programmateur de la SMAC, et son équipe proposent des concerts de Mithridatic, Celeste et Deluge mais également une exclusivité nationale : la projection du documentaire Bleu Blanc Satan, produit par Noisey France et réalisé par Camille Dauteuille et Franck Trébillac, et produit par Noisey France (du groupe Vice). Ce film retrace l'histoire du black metal en France. Une immersion au cœur d'un style à part, avec des archives inédites et des témoignages d'acteurs de ce mouvement majeur. Soirée Mauvais Coton #1 : projection du documentaire "Bleu Blanc Satan" + Mithridatic + Celeste + Deluge, vendredi 12 mai dès 18h au Fil à Saint-Étienne

Continuer à lire

Décade métallisée

MUSIQUES | Ils portent fièrement la bannière du metal "made in Saint-Étienne". Depuis 2006, le quintet stéphanois Holy Cross, souvent catalogué sous l'étiquette "heavy (...)

Nicolas Bros | Mercredi 30 novembre 2016

Décade métallisée

Ils portent fièrement la bannière du metal "made in Saint-Étienne". Depuis 2006, le quintet stéphanois Holy Cross, souvent catalogué sous l'étiquette "heavy metal", navigue à vue et n'hésite pas à varier les plaisirs. « Nous ne sommes pas du genre à rester sur un même créneau, assure Adrien, guitariste du groupe. Nous avons changé de planète trois ou quatre fois en dix ans... » Pendant cette décade, le groupe aura emmené du monde à bord de leur vaisseau musical. Allant jusqu'à séduire en 2009 un label allemand, Pure Steel Records, spécialisé justement en heavy metal, style bien plus populaire outre-Rhin que dans l'Hexagone. « Il y a quelques années, notre créneau était assez pauvre en France, ce n'était pas en vogue. Nous avons trouvé ce label qui nous a ouvert des portes et donné accès à une diffusion plus large. » Porté par cet opus, le groupe se produira un peu de partout en France et sortira un deuxième album en 2013, toujours dans la même maison, intitulé Place Your Bets. Un album qui ancrera le combo sur la carte du metal tricolore. Toujours animé par un élan de liberté, le groupe fêtera ses dix ans au Clapier, entouré par deux groupes a

Continuer à lire

Marc Védrine : « Très difficile de monter un projet metal et d'en vivre en France »

MUSIQUES | Après avoir longtemps été programmateur d'une salle dans le Nord de la France où de nombreux groupes de metal sont passés (notamment Loudblast et Black Bomb A), Marc Védrine est devenu chargé de mission Musique, Danse et Festival à la Ville de Saint-Étienne. En contact avec de nombreux groupes (amateurs ou pros) et structures (salles, bars, etc), il organise notamment la Fête de la Musique et possède donc un regard très direct sur la position de la scène metal à Saint-Étienne.

Nicolas Bros | Lundi 14 novembre 2016

Marc Védrine : « Très difficile de monter un projet metal et d'en vivre en France »

Comment se situe la scène metal ligérienne par rapport à d'autres en France ? Marc Védrine : Il me semble que le metal n'est pas dans l'ADN stéphanois. Ca aurait peut-être pu l'être mais le metal ne fait pas partie des lignes de forces de la scène locale. Ces dernières sont plutôt liées à un historique punk-rock ou reggae, ... Tout cela malgré la présence d'un groupe phare tel que Benighted. Le Nord-Pas-de-Calais, par exemple, ma région natale, est un formidable vivier de groupes. Il n'y a rien de comparable en France. À la fois au niveau du public que du nombre de groupes amateurs et professionnels... « Il me semble que le metal n'est pas dans l'ADN stéphanois. » Benighted, n'est-ce pas une situation paradoxale pour eux ? Ils ne jouent pas souvent à Saint-Étienne et quand ils viennent, ils ne sont pas programmés dans des salles de grande jauge telles que le Zénith, alors qu'ils vont jouer dans le monde entier et sur des scènes impressionnantes... Un groupe tel que Benighted n'a, à mon sens, pas la capacité de remplir un Zénith à Saint-Étienne. Il n'y a pas le public pour cela, à mo

Continuer à lire

L'éternel retour

MUSIQUES | Référence en matière de trash/death métal français, No Return – avant de rejoindre le Hellfest le 19 juin – viendra secouer le public stéphanois en compagnie de (...)

Marlène Thomas | Jeudi 28 mai 2015

L'éternel retour

Référence en matière de trash/death métal français, No Return – avant de rejoindre le Hellfest le 19 juin – viendra secouer le public stéphanois en compagnie de Skox et de Broken Down. Précurseur du genre, le groupe a connu de nombreuses restructurations de sa line-up depuis leurs premiers albums : Psychological Torment (1991) et Contamination Rises (1992). Seul rescapé des membres fondateurs, le guitariste Alain Clément a vu l'arrivée de Mick Caesare (ex-Destiny) au chant, Jérôme Point (ex-Force) à la guitare et Joël Barbosa à la batterie. Une nouvelle formation qui fonctionne, comme le prouve l'album Fearless Walk to Rise dans les bacs depuis début avril. Ce dernier se place dans la lignée d'Inner Madness sorti en 2012, influencé par le death-métal scandinave d'Arch Enemy - passé également par Saint-Étienne début mai. Dix titres efficaces et dynamiques voire parfois agressifs se mariant à merveille à des passages plus mélodiques permettant l'ajout d'une profondeur aux sons créés par le groupe. Chacun des instruments prend bonne place dans le quatuor et s'allie parfaitement avec la voix de Mick, qui ne s'interdit pas des passages en voix clai

Continuer à lire

Les soirées incontournables à Saint-Étienne en mars 2015

MUSIQUES | 06.03.15 Bambounou + PEEV Diablement synthétiques et efficaces, les Dj sets de Bambounou sont imparables. Ce jeune producteur parisien de 24 ans (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 mars 2015

Les soirées incontournables à Saint-Étienne en mars 2015

06.03.15 Bambounou + PEEV Diablement synthétiques et efficaces, les Dj sets de Bambounou sont imparables. Ce jeune producteur parisien de 24 ans avait fait l'objet en 2013 d'un discours plus que dythirambique à son égard de la part du maître ès techno française : Laurent Garnier himself. Il avait donc la pression le jeune. Mais il s'en affranchit très bien se posant comme le catalyseur d'une musique puisant ses influences entre classiques house et techno américains et les sons de basses de la club music anglaise. Sans concession, il marque les esprits et les oreilles. Une chance que de le voir se produire en terres stéphanoises. Un seul mot d'ordre : Let The Children Techno ! Au bar le F2 le 06/03. 06.03.15 Dj Format + Evil Jesus + Arom + Jah'Zz L'Anglais Dj Format est sorti du bois après avoir suivi les traces du patron du abstract hip hop, Dj Shadow, en assurant ses premières parties en 2002. S'en suivit deux albums très remarqués outre-Manche : Music for the Mature B-Boy en 2003 et surtout le magnifique et intemporel If You Cant' Join 'Em... Beat 'Em

Continuer à lire

"Nous avons toujours vécu de bons moments à Sainté"

MUSIQUES | Lofofora, c'est vingt-cinq ans de musique métal. Avec la sortie de leur huitième album studio, "L'Épreuve du Contraire", le groupe a entamé une tournée et passe par le FIL ce samedi 25 octobre. L'occasion d'aborder plusieurs thèmes avec Reuno, le chanteur du groupe, dont sa relation avec Saint-Étienne. Propos recueillis par Nicolas Bros.

Nicolas Bros | Mercredi 22 octobre 2014

Vous avez fait une poignée de dates depuis la sortie de L'Épreuve du Contraire. Comment se passe la tournée jusqu'à présent ? Reuno : Cela se passe très bien. Je suis toujours étonné car cela fait quand même très longtemps que l'on existe. Je me demande toujours si nous interessons encore les gens. Je ne suis pas trop traqueur sauf sur ce point-là. Lorsque l'on sort un nouveau disque, ce n'est jamais par habitude mais lorsque l'on a quelque chose à mettre dedans. Sur ce début de tournée, il y a du monde avec des ambiances terribles donc c'est bon signe ! Votre dernier album a réellement été enregistré en quatorze jours seulement ? Oui. Deux semaines de prise, c'est en général notre tempo. Il n'y a qu'un seul album pour lequel nous avons mis une semaine de plus, c'était Mémoire de singes (en 2007) car nous l'avons enregistré dans les Landes. Nous nous arrêtions de travailler à 18h pour aller à la plage... Où avez-vous enregistré L'Épreuve du Contraire ? Nous

Continuer à lire

N'ayez pas peur ! Monstres métal inoffensifs...

MUSIQUES | L'Eurovision, c'est clairement lourd ! Une grosse machine où se côtoie ce que l'on fait de mieux en variétoch' gluante et «cheesy» dans toute l'Europe. De (...)

Nicolas Bros | Mardi 26 novembre 2013

N'ayez pas peur ! Monstres métal inoffensifs...

L'Eurovision, c'est clairement lourd ! Une grosse machine où se côtoie ce que l'on fait de mieux en variétoch' gluante et «cheesy» dans toute l'Europe. De la pop édulcorée ukrainienne au dernier Christophe Maé moldave en passant par une égérie maltaise forgée pour tubes à midinettes, tout y est pour faire pleurer nos pauvres tympans. Si l'on y ajoute les coûts exorbitants de production pour le pays hôte, vous comprendrez aisément tout le bien que nous pensons de cette grand-messe télévisuelle annuelle. Mais lors de l'édition 2006, un événement est venu secouer tout ce petit monde. Un groupe guignolesque de hard rock finlandais renverse tout sur son passage et remporte le concours avec le désormais mythique Hard Rock Hallelujah. Ce groupe, c'est Lordi. Composé de cinq musiciens dont le créateur Mr. Lordi, cette formation s'invite sur scène affublée de costumes tout droit issus de films d'horreur. Normal, me direz-vous, puisque le Mr Lordi en question était auparavant costumier pour le cinéma cher à l'hémoglobine. Côté musical, le groupe ne redéfinit pas fondamentalement le métal mais propose une alternative scénique qui vaut le détour tout en s'inspirant du hard

Continuer à lire