Musique fraternelle

Nicolas Bros | Mercredi 4 janvier 2017

Photo : © DR


La scène régionale regorge de jeunes talents bruts, sortant du circuit variétés traditionnel. Le duo Black Lilys fait partie de cette nouvelle génération qui grimpe tranquillement les échelons de la musique, sans crier gare et avec une belle identité. À l'instar de Ladybug and The Wolf, de Nazca, de Tachka et autres Pethrol, Camille et Robin, formant Black Lilys, proposent un univers bien à eux. Frère et soeur, ils se connaissent à merveille et leur musique est empreinte de cette belle complicité. Savants mélanges de soul, d'envolées rock et de douceurs folk/indie pop, les compositions du duo se glissent dans l'oreille tendrement. La voix déchirante de Camille, très proche de celle d'une autre belle artiste lyonnaise Joe Bel ou de Selah Sue, laisse rêveur. Il suffit d'aller tendre le pavillon sur un titre tel que Dust of You pour se laisser prendre au piège. Après un premier EP Memories of a Blind Mind sorti en 2014, le groupe a écumé de nombreuses salles et scènes, possédant aujourd'hui une réelle expérience live. À découvrir sans attendre.

Black Lilys [+ CYLD], samedi 14 janvier à 20h30, au Château du Rozier à Feurs


Black Lilys + CYLD

Pop, folk
Château du Rozier 1, rue d'Assier Feurs
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Helmut Tellier : « Revenir à l’origine du groupe : un duo de folk avec Raoul »

Chansons en duo & beaux textes | La Maison Tellier, c'est un groupe de cinq. Mais aussi, un duo à son origine, formé par Helmut & Raoul Tellier. Avec leur spectacle "1.8.8.1, Une Duographie de la Maison Tellier", Yannick et Sébastien - de leurs vrais prénoms - revisitent certains titres phares de la formation et intègrent des lectures de textes d'auteurs de la fin du XIXe. Un spectacle unique, littéraire et musical à la fois. Helmut nous en dit davantage avant leur passage à Feurs ce samedi.

Nicolas Bros | Jeudi 15 juillet 2021

Helmut Tellier : « Revenir à l’origine du groupe : un duo de folk avec Raoul »

Cette « duographie », mélange de duo et de biographie, est-ce un projet que vous aviez depuis longtemps en tête ? Helmut Tellier : Nous avons commencé à écrire ce projet au début du confinement. Nous avons essayé de nous glisser dans des périodes de résidence d’écriture avec notre metteuse en scène, Julie-Anne Roth, quand nous avions le droit de le faire. Ensuite, nous devions débuter la tournée avec ce spectacle en mars dernier et cela a été légèrement retardé. En gros, ce projet a mis un an à prendre forme. Mais cela me traînait dans la tête depuis quelque temps. Partant d’un constat simple : la formule à cinq possède une chronologie très régulière, presque routinière, puisque l’on sort un album, on fait une tournée qui va durer un an, un an et demi puis on se retrouve avec une phase en forme de creux. Et je n’aime pas cette période d’inactivité forcée. En regardant la discographie que l’on a, certaines chansons qu’on ne joue plus car on n’a plus le temps lors des concerts des tournées, tout ceci m'a amené à cette idée de revenir à l’origine du groupe, c’est-à-dire un duo de folk avec Raoul. Il y a une grande sélection d’auteurs et

Continuer à lire

Barré mais carré

Au tribunal | Avec Descendre de Jeanne, la compagnie lyonnaise Colegram plonge son nez dans l’Histoire de France, en nous invitant au Tribunal des Affaires (...)

Cerise Rochet | Mercredi 9 juin 2021

Barré mais carré

Avec Descendre de Jeanne, la compagnie lyonnaise Colegram plonge son nez dans l’Histoire de France, en nous invitant au Tribunal des Affaires Historiques Sensibles et Controversées afin d’assister au procès de Jeanne d’Arc… Sauf que cette fois-ci, ce n’est pas elle l’accusée : elle porte plainte ! Bergère, guerrière, sorcière… Tour à tour héroïne, boutant les Anglais hors de France avec courage, puis dangereuse hérétique brûlé vive sur le bûcher, la Pucelle en a ras la coupe au bol qu’on raconte tout et surtout n’importe quoi à son sujet. Alors, cette fois-ci, c’est elle, qui prend la parole. Conçu sous la forme d’un polar judiciaire, Descendre de Jeanne nous interroge sur la manière dont s’entrelacent bien souvent mythes et faits, quitte à ce que cela conduise à certaines bavures historiques. Dans ce tribunal fantasque, l’on se plait à retrouver le fil de la réalité, rigoureusement documentée. Tout public, le spectacle mêlera plaidoiries loufoques, reconstitutions historiques et combat médiéval. Convoqués à la barre, des lieux et des grands noms feront parler l’Histoire ! Barré, mais carré ! Descendre de Jeanne, dimanche 4 juillet a

Continuer à lire

Mickaël Mottet dans l'Oeil du Petit Bulletin #48

Indie pop | Mickaël Mottet a sorti son premier album en solo en 2020. Intitulé The Glover's Mistake, cette épreuve de celui que l'on connaît également sous le nom d'Angil est un disque poétique et qui se découvre progressivement, au fil des écoutes. Il nous en parle en vidéo.

Nicolas Bros | Mardi 30 mars 2021

Mickaël Mottet dans l'Oeil du Petit Bulletin #48

Pour découvrir la musique de Mickaël Mottet, rendez-vous sur cette page.

Continuer à lire

Gainsbarre

Jazz | Près de 30 ans après la disparition de l’artiste, le répertoire de Serge Gainsbourg n’en finit pas d’inspirer les générations de musiciens qui lui succèdent. (...)

Niko Rodamel | Mardi 8 décembre 2020

Gainsbarre

Près de 30 ans après la disparition de l’artiste, le répertoire de Serge Gainsbourg n’en finit pas d’inspirer les générations de musiciens qui lui succèdent. Avec Comme un boomerang, le duo Sheebam revisite quelques-uns des hits de l’homme à la gitane sous la forme d’un habile storytelling musical, un jeu de « je t’aime moi non plus » qui se trame dans l’intimité d’un appartement des années 60. La chanteuse Vanessa Dumont et le sax baryton Damien Gomez incarnent de façon très juste les textes de Gainsbarre, mettant finalement d’accord leurs personnages : « la vie ne vaut d’être vécue sans amour ». Sheebam - Comme un boomerang, samedi 19 décembre à 19h30, le Château du Rozier à Feurs

Continuer à lire

L'Amérique sacrée d'Holy Bones

Americana & folk-rock | Porté par des mélodies habitées et une production somptueuse qui fleure bon l'americana, le trio folk-rock grenoblois Holy Bones mené par François Magnol a (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 6 octobre 2020

L'Amérique sacrée d'Holy Bones

Porté par des mélodies habitées et une production somptueuse qui fleure bon l'americana, le trio folk-rock grenoblois Holy Bones mené par François Magnol a livré un premier album en 2019, Silent Scream, qui n'est pas passé inaperçu. Sans doute H-Burns est-il le chef de file (si tant est qu'elle existe en tant que telle) d'une école musicale qui abriterait également, chacun dans leur genre, Quintana, Jose & the Wastemen et Picky Banshees. Mais il conviendra d'ajouter Holy Bones qui, depuis huit ans, fait ses griffes folk-rock, s'affirmant comme l'un des plus solides éléments de cette esthétique qui n'a d'yeux que pour le rêve américain, ses mythes, ses clichés, sa culture. Holy Bones, vendredi 16 octobre au Château de Saint-Victor-sur-Loire

Continuer à lire

Monde absurde, drôle de monde

Décapant | L’humoriste Thomas VDB, griffé service public, présente actuellement un nouveau spectacle, dans lequel il chronique son angoisse du monde qui l’entoure.

Cerise Rochet | Mardi 6 octobre 2020

Monde absurde, drôle de monde

31 août, sur les ondes de France Inter. De « retour au travail », Thomas VDB profite de sa première chronique acide de la rentrée pour rire de sa situation un poil cocasse : « En cette rentrée, moi je lance mon nouveau spectacle. Parce que c’est une idée que j’ai eu l’an dernier, je me suis dit " septembre 2020, ça va être top pour lancer un nouveau spectacle, c’est la meilleure période" … Et je me dis aujourd’hui que, si j’étais quelqu’un d’autre et que je me regardais, j’aurais de la peine pour moi ! » Un mois plus tard, son sens aigu de l’autodérision semble être récompensé : après avoir joué deux fois à Poitiers, l’humoriste avoue être soulagé : « L’an dernier, on vivait encore à long terme, et c’est vrai que depuis, tout a changé. Mais retrouver la scène a finalement été un immense bonheur. J’étais un peu anxieux à l’idée de jouer devant un public masqué, parce qu’on ne voit pas les rires, et qu’on les entend moins. Mais je me

Continuer à lire

Kuti family

Sono mondiale | Rejeton échevelé de l’afrobeat, l’afro funk n’en finit pas d’animer un petit groupe d’irréductibles gaulois qui mijote sa potion magique depuis déjà quelques (...)

Niko Rodamel | Mercredi 9 septembre 2020

Kuti family

Rejeton échevelé de l’afrobeat, l’afro funk n’en finit pas d’animer un petit groupe d’irréductibles gaulois qui mijote sa potion magique depuis déjà quelques années au cœur des traboules lyonnaises. Dans les pas du multi-instrumentiste nigérian et gourou incontestable Fela Kuti, Supergombo fait de chacun de ses concerts une exploration musicale rétro futuriste de paysages luxuriants, où l’analogique et l’électronique se marient pour le meilleur au service de mélodies imparables et d’un groove diablement irradiant. Le line-up réunit un réjouissant fanfarium de musiciens : Aurélien Joly (trompette), Jérome Bartolomé (saxophone), Francis Larue (guitare), Romain Nassini (claviers), Etienne Kermarc (basse), Wendlavim Zabsonré (batterie) et David Doris (percussions). Nourri de mbalax sénégalais, de soukous congolais, de funk US et de jazz mondial, la discographie du combo témoigne des contrées explorées, apprivoisées et au final conquises par le frénétique septet. Ouvrant sa saison sous les meilleurs auspices, le Château du Rozier invite Supergombo pour un concert inaugural gratuit. Supergombo, vendredi 18 septembre à 20h30, le Château du Rozier à Feurs

Continuer à lire

Thomas VDB à Feurs en octobre

Humour | Journaliste, chroniqueur radio sur France Inter, comédien... Thomas VDB est énergique. Après le succès de son seul-en-scène Bon Chienchien, mis (...)

Nicolas Bros | Mardi 16 juin 2020

Thomas VDB à Feurs en octobre

Journaliste, chroniqueur radio sur France Inter, comédien... Thomas VDB est énergique. Après le succès de son seul-en-scène Bon Chienchien, mis en scène par Kader Aoun, il revient avec un nouveau projet qu'il présentera en avant-première du côté du Forez et plus particulièrement au Château du Rozier de Feurs le 9 et le 10 octobre 2020. Le tout avec sa fougue habituelle. Thomas VDB, nouveau spectacle en avant-première, vendredi 9 et samedi 10 octobre au Château du Rozier à Feurs Plus d'infos sur cette page

Continuer à lire

Le jour du trèfle

Sono mondiale | À l'image d'un 14 juillet sans drapeaux ni Marseillaise, il est impossible de célébrer la Saint-Patrick sans quelques pintes ni musique irlandaise... (...)

Niko Rodamel | Mercredi 4 mars 2020

Le jour du trèfle

À l'image d'un 14 juillet sans drapeaux ni Marseillaise, il est impossible de célébrer la Saint-Patrick sans quelques pintes ni musique irlandaise... Rendez-vous est donc pris dans la pleine du Forez avec un groupe qui nous vient de... Saint-Étienne ! Les musiciens de Kitchen Irish n'ont pour autant absolument rien à envier à leurs homologues gaéliques. Au sein ce cette formation à géométrie variable, résonnent les standards du genre au son du bou­zouki, de la guitare, du violon, du whistle et du bodhran. Avec un évident sens du partage, les balades, jigs, reels, polkas et autres hornpipes ne sont ici que prétexte pour fêter entre amis la musique, la bibine et le retour du printemps ! Immuable Saint Patron d'Irlande, jadis missionnaire et évangélisateur, ce cher Saint-Patrick contribue aujourd'hui essentiellement à convertir l'occident, au moins une fois l'an, à la musique celte à la Stout, cette bière à la robe ébène, à la mousse abondante et aux saveurs chaleureuses de caramel ou de café. Le concert est annoncé assis, nous avons tout de même un peu de mal à y croire... Kitchen Irish, mardi 17 mars à 20h30, Château du Rozier à Feurs

Continuer à lire

Carnet de voyage

Sono mondiale | Le trompettiste Etienne Sevet poursuit ses pérégrinations afro-caribéennes avec une toute nouvelle galette, Satingarona pt. 2, second volet discographique (...)

Niko Rodamel | Mardi 1 octobre 2019

Carnet de voyage

Le trompettiste Etienne Sevet poursuit ses pérégrinations afro-caribéennes avec une toute nouvelle galette, Satingarona pt. 2, second volet discographique du projet The Bongo Hop. Le nom du quintet est un clin d’oeil à la BD de Jano dans laquelle Keubla est un jeune marin qui arpente inlassablement les mers et les ports de la planète. Pour autant, la bande à Etienne se concentre quant à elle plus précisément sur les pays qui, de part et d'autre de l'Océan Atlantique, se laissent doucement traverser par l’Equateur. Tour à tour journaliste, urbaniste, enseignant, dj puis instrumentiste, Bordelais de naissance mais Lyonnais d'adoption, Etienne Sevet tire sa passion pour les musiques traditionnelles d’Afrique de l’Ouest et d’Amérique du Sud d’un long séjour en Colombie, huit années passées à travailler pour l’Alliance Française de Cali. Entre afro-beat, calypso, hip-hop, rap, reggae et jazz, The Bongo Hop fait transpirer une luxuriante jungle musicale où les voix viennent danser sur un torrent de rythmes exaltés et dans une envoûtante explosion mélodique. The Bongo Hop, samedi 12 octobre à 20h30, le Château du Rozier à Feurs

Continuer à lire

Hugo a franchi la ligne jaune

Folk | Il est Stéphanois mais a été découvert dans les couloirs du métro parisien. L'histoire d'Hugo Barriol est atypique. Si son apparence laisse croire à un énième (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 septembre 2019

Hugo a franchi la ligne jaune

Il est Stéphanois mais a été découvert dans les couloirs du métro parisien. L'histoire d'Hugo Barriol est atypique. Si son apparence laisse croire à un énième "folkeux à barbe", sa musique offre un univers bien plus riche que les simples apparences. Avec son premier album Yellow, Hugo Barriol a passé un cap et fait espérer le meilleur pour la suite. Après un passage au dernier festival Saint-Étienne Live, il revient dans le Forez pour enchanter le Château du Rozier de Feurs. Hugo Barriol, samedi 14 décembre à 20h30 au Château du Rozier

Continuer à lire

La Maison brûle d'envie

Rock | Les Tellier ont retrouvé les clefs de leur chambre d'ados ! Ils ont rebranché les amplis et les guitares pour regoûter à une belle nostalgie rock des années (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 septembre 2019

La Maison brûle d'envie

Les Tellier ont retrouvé les clefs de leur chambre d'ados ! Ils ont rebranché les amplis et les guitares pour regoûter à une belle nostalgie rock des années 90. Bye bye folk et amaricana... Le résultat s'appelle Primitifs Modernes, un sixième album enregistré dans des conditions "live". Un condensé d'énergie et de maîtrise qui confirme tout le bien que l'on pense de cette formation qui suit son bout de chemin, avec courage et passion. La Maison Tellier est assurément accueillante et viendra se poser dans le centre-ville de Montbrison. La Maison Tellier, vendredi 24 janvier 2020 au Théâtre des Pénitents, dans le cadre des Poly'Sons

Continuer à lire

Traditions modernes

Festival Interfolk | La réussite d'un festival dépend de la qualité de sa programmation. Mais cela ne suffit pas pour en faire un passage obligé. Si Interfolk est devenu au fil de (...)

Monique Bonnefond | Mardi 2 juillet 2019

Traditions modernes

La réussite d'un festival dépend de la qualité de sa programmation. Mais cela ne suffit pas pour en faire un passage obligé. Si Interfolk est devenu au fil de 55 années un rendez-vous incontournable, c'est parce que les vieilles rues pavées de la cité ponote et les villages environnants inventent un monde délicieux où la qualité de l'accueil égale l'exigence des choix artistiques. Piloté par une équipe de bénévoles passionnés et dévoués, le festival accueille cette année les cinq continents dont les îles Marquise, ce paradis qui évoque Gauguin et Jacques Brel qui s'étaient retirés dans cet éden époustouflant où le temps s'immobilise. Pour cette 55e édition, Interfolk, dans un souci de renouvellement, fait le pari de faire se rencontrer les danses classique, moderne et ethniques en réunissant des artistes internationaux et deux écoles de danse, classique et modern-jazz du Puy, dans une création en deux tableaux de Guillaume Julian. Ce dernier étant un talentueux chorégraphe stéphanois qui prouve que les danses traditionnelles peuvent dialoguer avec toutes les autres et inventer sans cesse de nouvelles formes. Pari tenu ! Festival Interfolk, du 15 au 21 juillet a

Continuer à lire

« Le Château du Rozier est davantage un projet militant qu'entrepreneurial »

Lieu | La salle de spectacle du Château du Rozier (CdR) a ouvert ses portes et ses 270 places au public en 2015. La SAS (société par action simplifiée) s'est bien développée en quatre années. Son président, Clément Terrade, souhaite désormais changer de paradigme. En devenant une SCIC (Société coopérative d'intérêt collectif), le CdR fait le choix d'une appropriation et une gestion éthique de ce projet culturel. Un projet, porté en grande partie par ses fidèles spectateurs via un financement participatif. Explications.

Antoine Desvoivre | Jeudi 27 juin 2019

« Le Château du Rozier est davantage un projet militant qu'entrepreneurial »

Comment est venue l'idée de ce changement de statut ? Jusqu'à maintenant, la salle fonctionnait sur un statut de SAS qui ne correspondait plus vraiment à nos convictions et à la réalité économique du lieu. Au fil du temps, on s'est rendu compte que le Château du Rozier était davantage un projet militant qu'entrepreneurial. On a eu quelques signaux comme, par exemple, un intérêt grandissant des collectivités pour ce lieu. On remplissait tous les critères pour espérer être soutenu par les collectivités, mais notre statut ne le permettait pas. Le Château du Rozier devient un vrai projet collectif. Ce n'est plus une entreprise qui est toute seule dans son coin, mais le point central d'un collectif. Qu'est-ce-que le statut de SCIC apporte au Château du Rozier ? La première chose c'est que le Château du Rozier devient un vrai projet collectif. Ce n'est plus une entreprise toute seule dans son coin, mais le point central d'un collectif. La forme de gestion vers laquelle le CdR se dirige est assez inédite. On a, d'un côté la coopérative, qui est une société privée et de l'autre, des a

Continuer à lire

Cosaques toujours

Festival folklore | Promouvoir une culture diverse et de qualité accessible au plus grand nombre ! Parce que la culture constitue un formidable levier de développement (...)

Monique Bonnefond | Mardi 4 juin 2019

Cosaques toujours

Promouvoir une culture diverse et de qualité accessible au plus grand nombre ! Parce que la culture constitue un formidable levier de développement artistique, économique, social, individuel et collectif ; une véritable ouverture aux autres, à la tolérance, à la citoyenneté. Bref, d'un ensemble de vecteurs de cohésion sociale. Tel est le projet mis en œuvre par le festival Chants Danses et musiques du monde créé en 2005 par l'association Festi' Roche, composée de bénévoles passionnés et dévoués, travaillant inlassablement pour faire découvrir des artistes talentueux dignes des plus grandes scènes. Cette 14e édition sera marquée, entre autres, par la présence exceptionnelle d'un Ballet Russe à Veauche qui accueillera à l'Escale le 14 juin le théâtre de danse d'état "Cosaques de Russie", l'une des principales compagnies de danse professionnelles qui donnera un spectacle unique de très haut niveau. Composée de danseurs bondissants, de musiciens et choristes professionnels à la voix puissante, la troupe fera découvrir un large éventail du folklore russe et la richesse des traditions des cosaques, ces hommes libres des steppes russes. Festival Festi' Roche, vendredi

Continuer à lire

À rouler par terre

Soul | Auteure, compositrice et interprète, Jeanette Berger chante une neo soul bien sentie, teintée de blues et de pop. Avec une étonnante et sincère présence au (...)

Niko Rodamel | Mardi 2 avril 2019

À rouler par terre

Auteure, compositrice et interprète, Jeanette Berger chante une neo soul bien sentie, teintée de blues et de pop. Avec une étonnante et sincère présence au piano comme au micro, elle déploie un registre vocal assez classieux, soutenue par un groupe plutôt efficace. Une belle découverte. Jeanette Berger, vendredi 5 avril à 20h30 au Château du Rozier à Feurs

Continuer à lire

Miaou

Rap poétique | CHATON vient se faire les griffes au "Rozier". Cet animal poétique du rap a (re)surgi il y a un an, en mars 2018, avec Possible, un album composé de (...)

Nicolas Bros | Mardi 2 avril 2019

Miaou

CHATON vient se faire les griffes au "Rozier". Cet animal poétique du rap a (re)surgi il y a un an, en mars 2018, avec Possible, un album composé de titres aux textes uniques en leur genre. Un brin désabusé, le félin cha(n)tonne un rap légèrement auto-tuné sur des rythmes délicatement "dubbés", entêtants et addictifs. Récidevera-t-il avec Brune Platine, son second opus ? On espère regoûter à cette anesthésie sonore si douce. CHATON, vendredi 26 avril à 20h30 - soirée warm-up du Foreztival 2019

Continuer à lire

Joe Bel fait de beaux rêves

Pop | Il aura fallu peut-être plus de temps que prévu pour que celle dont nous tirions le portrait il y a déjà cinq ans dans notre édition lyonnaise ne (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 2 avril 2019

Joe Bel fait de beaux rêves

Il aura fallu peut-être plus de temps que prévu pour que celle dont nous tirions le portrait il y a déjà cinq ans dans notre édition lyonnaise ne publie enfin son premier album. Entre-temps bien sûr, la jeune femme a produit des EP, pas mal tourné et même joué dans un film, Tout pour être heureux, dont elle signa une partie de la BO. Cet album, Joe Bel en a rêvé, elle l'a appelé Dreams, et on présume qu'il est à la hauteur de ses songes. D'abord parce qu'il est magnifiquement réalisé par Marcus Paquin (The National, Arcade Fire, Timber Timbre). Ensuite parce qu'en neuf titres d'une grande précision, on y retrouve la chanteuse telle qu'en elle-même : tantôt vibrante de simplicité aux commandes de ballades au piano (Before), à la guitare (I Believe) ou subtilement mais richement arrangés (Dreams, That Belongs to me, le sublime In the Morning) ; tantôt irrésistible de groove, comme sur le hit No, No qui déploie de belles ailes soul ou sur le reggae-isant Too late ; tantôt les deux comme sur Ivory, première tentative, réussie, de chant en français où ce voile qui

Continuer à lire

Le riffs du Neal

Blues | Le blues sera prochainement célébré d'une bien belle manière au Château du Rozier, avec un double programme qui combine cinéma documentaire et musique live sous les riffs de l'Américain Neil Black.

Niko Rodamel | Mardi 5 février 2019

Le riffs du Neal

Depuis l'invention des Frères Lumières, cinéma et musique ont tissé un lien étroit, l'image et le son se mariant le plus souvent pour le meilleur. Des bandes originales aux documentaires musicaux et autres biopics, en passant par les scopitones puis les clips, le septième art a visiblement toujours su se nourrir de la puissance évocatrice du cinéma. De la même manière, les musiciens ont à leur tour rapidement compris et utilisé la puissance de l'image pour packager leurs compositions dans les médias audiovisuels, quels qu'ils soient. Et lorsque des cinéastes se penchent plus précisément sur l'histoire d'un courant musical, la chose prend alors une tournure encore plus particulière. En matière de blues, on pense bien sûr l'excellente série de sept films produite par Martin Scorsese en 2003, The blues, faisant appel à quelques grands réalisateurs comme Wim Wenders ou Clint Eastwood. Faut-il le rappeler, remonter aux sources du blues c'est aussi retracer le cours de l'Histoire, depuis l'Afrique jusqu'aux USA, celle d'un peuple noir déporté puis exploité, trouvant refuge dans les accords plaintifs d'une musique qui enfantera sans péridurale le jazz et le rock. Black is ba

Continuer à lire

La corde sensible

Chanson | Quand je pense à Fernande, je pense aussi à Pauline Dupuy : l’un des plus beaux hommages que la scène française ait pu rendre à Georges Brassens depuis le (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 février 2019

La corde sensible

Quand je pense à Fernande, je pense aussi à Pauline Dupuy : l’un des plus beaux hommages que la scène française ait pu rendre à Georges Brassens depuis le jour où celui-ci cassa sa pipe. Quelques-uns s’y sont collés, avec plus ou moins de réussite. Loin de l’humour hyper décalé du groupe The Brassens (rebaptisé La Pompe Moderne suite à une plainte d’Universal), Pauline se réapproprie de façon très personnelle le répertoire du moustachu sétois, réussissant le double challenge de mettre en avant le sens de la mélodie du guitariste et la richesse des textes du poète. Dans un profond respect de l’œuvre originale, la chanteuse et contrebassiste y apporte toute sa fraîcheur. Que ceux qui ont déjà croisé la route de Contrebrassens ne se détournent pas de cette nouvelle date, Pauline Dupuy se produira cette fois-ci en quartet, donnant une nouvelle dimension à son tour de chant avec le multi-instrumentiste Michael Wookey et le duo de cuivres Art Deko, déjà sollicité par Thomas Fersen. Contrebrassens, samedi 16 février à 20h30 au Château du Rozier à Feurs

Continuer à lire

Des anges passent

Sono mondiale | Les compositions du groupe TheAngelcy, formé par Rotem Bar Or et quelques amis en 2011, recèle une belle idée de la beauté. Une musique douce (...)

Nicolas Bros | Mardi 8 janvier 2019

Des anges passent

Les compositions du groupe TheAngelcy, formé par Rotem Bar Or et quelques amis en 2011, recèle une belle idée de la beauté. Une musique douce et entraînante à la fois, une envolée céleste à chaque nouveau titre tout en traitant de sujets délicats et propres aux questionnements de la jeunesse du monde entier : échec/réussite, amour/solitude... Après un très réussi premier album Exit Inside en 2014, les revoilà en ce début 2019 avec leur nouvelle aventure sonore : nodyssey. TheAngelcy [+ Logar], jeudi 24 janvier à 20h30 au Fil Rotem Bar Or : « J'essaie de parler de toutes les choses qui me touchent ou me dérangent » Quelle est l'origine du groupe ? Rotem Bar Or : Je voyageais énormément avec ma guitare et j'ai écrit de nombreuses chansons. Je souhaitais créer un groupe. J'ai fait la rencontre de Dov (le premier batteur du groupe) et il a commencé à amener de nouvelles personnes autour. Puis d'autres sont arrivés jusqu'à que nous formions un vrai groupe. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour sortir un nouvel album ? Nous n'

Continuer à lire

Tchin

Humour | Surnommé le Woody Allen Lyonnais, il s’amuse de sa vie et de son parcours, de ses déboires surtout, professionnels, sentimentaux, artistiques. Looser, (...)

Cerise Rochet | Mardi 4 décembre 2018

Tchin

Surnommé le Woody Allen Lyonnais, il s’amuse de sa vie et de son parcours, de ses déboires surtout, professionnels, sentimentaux, artistiques. Looser, Julien Saintini l’est au moins autant qu’il est attachant, en cherchant à faire de sa douleur quelque chose d’universel, et d’assurément drôle. Auto-dérision, maladresse, nonchalance mais aussi classe et élégance… Une belle manière de réveillonner. Julien Santini s’amuse, le 31 décembre à 18 heures, 20h15 et 22h30 au Château du Rozier

Continuer à lire

Logar toute l'année

Folk | Logar est le projet musical d'un autodidacte. Originaire de Montbrison, Clément Faure vient de sortir un premier album fait de plein de belles choses : (...)

Nicolas Bros | Mercredi 31 octobre 2018

Logar toute l'année

Logar est le projet musical d'un autodidacte. Originaire de Montbrison, Clément Faure vient de sortir un premier album fait de plein de belles choses : poésie, musicalité folk enjôleuse et une certaine appétence pour une lenteur salutaire. A year in a Life, disque figeant une année pleine en 12 titres et une durée de 52 minutes, est un condensé d'émotions pures à déguster lové dans son chesterfield ou en voyage au coeur des paysages. Logar, samedi 10 novembre à la médiathèque de Saint-Just-Saint-Rambert + dimanche 25 novembre au Pax + samedi 1er décembre à la médiathèque de Montbrison

Continuer à lire

Austin power

Blues | Austin Walkin' Cane : ce nom de scène raconte à lui seul un pan de l’histoire du jeune guitariste-chanteur Austin Charanthat qui, à l'âge de 26 ans, (...)

Niko Rodamel | Mercredi 31 octobre 2018

Austin power

Austin Walkin' Cane : ce nom de scène raconte à lui seul un pan de l’histoire du jeune guitariste-chanteur Austin Charanthat qui, à l'âge de 26 ans, dut être amputé d’une jambe. Bien qu’une prothèse ait remplacé la canne, le nom est resté. Originaire de Cleveland dans l’Ohio, le jeune homme utilisera les temps de convalescence entre sa maladie et les interventions chirurgicales pour jouer de façon obsédante jusqu’à dix heures par jour, se forgeant une étonnante technique instrumentale doublée d’une riche culture musicale mariant rock et blues. Après avoir traversé les USA de La Nouvelle Orléans à l’Alaska avec son seul instrument, Austin parcourt désormais le monde en compagnie de musiciens qui avec lui font sonner le delta blues comme personne, réveillant les fantômes de l’autoroute 61, la mythique Blues Highway reliant du nord au sud le Minnesota à la Louisiane. Auteur et compositeur, Austin alterne sur scène compos originales (co-écrites avec son ami de longue date le guitariste Chris Allen) et reprises du répertoire blues américain. Son dernier album en date, One Heart Walkin, s’est vu nominé aux Blues Music Awards. Une juste reconnaissance. Austin

Continuer à lire

Gros mytho

Théâtre | Les tubes des Beatles ? C’est lui. Ceux des Sex Pistols ? C’est lui. La grandeur de Churchill ? C’est lui, aussi. Mais pourquoi donc ne (...)

Cerise Rochet | Mardi 2 octobre 2018

Gros mytho

Les tubes des Beatles ? C’est lui. Ceux des Sex Pistols ? C’est lui. La grandeur de Churchill ? C’est lui, aussi. Mais pourquoi donc ne se souvient-on pas de lui ? Aidé par son fidèle pianiste, ce bonimenteur s’avère malgré tout être un excellent chanteur de salle de bain. Life is a bathroom and I am a boat, le 27 octobre à 20h30 au château du Rozier à Feurs

Continuer à lire

Le jeu de Ma Pauvre Lucette

MUSIQUES | Il n'y a pas grand-chose de sérieux chez les Isérois de Ma Pauvre Lucette mais parfois quelque chose de grave, véhiculant quelque chose d'une politesse du (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 4 septembre 2018

Le jeu de Ma Pauvre Lucette

Il n'y a pas grand-chose de sérieux chez les Isérois de Ma Pauvre Lucette mais parfois quelque chose de grave, véhiculant quelque chose d'une politesse du désespoir à travers des morceaux pince-sans-rire. Nous sommes ici à la croisée des chemins entre variété française, chanson réaliste (Lulu) et pop : arpèges pan-africains à la Frànçois & The Atlas Mountains, spoken word à la Fauve et même Stromaïsme, le tout rien que sur Elle disait, qui ouvre l'album. Ma Pauvre Lucette, samedi 13 octobre à 20h30 au Château du Rozier à Feurs

Continuer à lire

Au Puy, la diversité culturelle magnifie la paix

Interfolk (Haute-Loire) | Il arrive que par un heureux concours de circonstances, un événement connu revête une grandeur exceptionnelle. C'est ainsi que pour la 54e édition du (...)

Monique Bonnefond | Mardi 3 juillet 2018

Au Puy, la diversité culturelle magnifie la paix

Il arrive que par un heureux concours de circonstances, un événement connu revête une grandeur exceptionnelle. C'est ainsi que pour la 54e édition du festival Interfolk, quatre cents musiciens et danseurs du monde entier viendront apporter leur culture et participer à une fête grandiose dans un Puy de lumières encore plus poétique cette année. En effet, l'ouverture du festival le 18 juillet, marquée par une gigantesque parade, sera aussi colorée que la scénographie projetée sur le musée Crozatier qui rouvre ses portes cet été. 2018, c'est également Martin Luther King, prix Nobel de la Paix, apôtre de la non-violence, militant pour les droits civiques des Noirs et dont le discours I have a dream trouve un écho dans les valeurs que partage Interfolk. Festival qui contribue à montrer le rôle énorme que peut jouer le dialogue entre les cultures pour la paix dans le monde. Rêvons avec Martin Luther King et avec John Lennon : "Imagine all the people, living life in peace" (Imagine tout le monde, vivant leur vie en paix). Festival Interfolk, du 16 au 22 juillet au Puy-en-Velay et en Haute-Loire.

Continuer à lire

Les fleurs musicales de LYS

MUSIQUES | Le quatuor breton LYS possède un peu de Placebo dans l'ADN de sa musique. Proposant une pop rock accessible et judicieusement orientée vers le son (...)

Nicolas Bros | Jeudi 7 juin 2018

Les fleurs musicales de LYS

Le quatuor breton LYS possède un peu de Placebo dans l'ADN de sa musique. Proposant une pop rock accessible et judicieusement orientée vers le son anglais, il n'était pas étonnant que leurs productions tapent dans les tympans de Steven Hewitt, ex-batteur de la célèbre formation londonienne. Résultat : LYS est invité en 2011 à assurer les premières parties de la tournée européenne du groupe post-Placebo d'Hewitt. Mais la collaboration n'en est pas restée là. Aujourd'hui revoilà le batteur aux côtés des Bretons, tout d'abord pour leur second album Redbud mais également pour la tournée qui l'accompagne. Ils passeront par Feurs et le Château du Rozier le 14 juin. LYS + Steve Hewitt (Placebo), jeudi 14 juin à 20h30, au Château du Rozier à Feurs

Continuer à lire

Tribute

Jazz et autres | Yannick Robert (guitare), Gilles Coquard (basse) et Cédric Affre (batterie) revisitent de façon très inspirée l'album Soul Cages, troisième EP studio de (...)

Niko Rodamel | Vendredi 8 juin 2018

Tribute

Yannick Robert (guitare), Gilles Coquard (basse) et Cédric Affre (batterie) revisitent de façon très inspirée l'album Soul Cages, troisième EP studio de Sting, sorti en janvier 1991. Les trois jazzmen (mais pas que !) se réapproprient des titres devenus d'incontournables standards pop-rock. Soul Cages Trio est LE nouveau projet du musicien et pédagogue Yannick Robert qui évolue au sein de plusieurs formations, toujours aux frontières du jazz, du blues et du rock. En étroite collaboration avec la marque nipponne Ibanez, Yannick a également développé un étonnant modèle de guitare fretless qui porte sa signature, s'il vous plait ! On retrouve dans le power trio l'un des frères Coquard, fratrie bien connue dans notre région, qui remplace brillamment le contrebassiste initial, Bruno Schorp. Soul Cages Trio, samedi 9 juin 20h30, Château du Rozier à Feurs

Continuer à lire

La pop pure Len

Trip-hop | Le son du groupe zurichois Len Sander rappelle forcément les années 90, une décennie où le trip-hop connaissait son âge d'or avec Morcheeba, Massive Attack ou (...)

Nicolas Bros | Mercredi 2 mai 2018

La pop pure Len

Le son du groupe zurichois Len Sander rappelle forcément les années 90, une décennie où le trip-hop connaissait son âge d'or avec Morcheeba, Massive Attack ou encore Portishead. L'autre référence qui frappe en écoutant les Helvètes, s'appelle Little Dragon. Mais le groupe se singularise par une approche sur le fil entre mélancolie et sensualité. Pas forcément en réussite sur des titres trop "dansants" tels que Woman on The Run, Len Sander l'est réellement sur d'autres pistes de son second album The Future of Lovers. La voix subtile de Blanka Inauen et les productions hypnotiques d'Al Hug se marient à merveille et offrent une belle vision des capacités du groupe. Non, le trip-hop n'est pas si désuet... Len Sander, samedi 2 juin à 20h30 au Château du Rozier à Feurs

Continuer à lire

Mon cœur fait Bloom

Jazz | Depuis la sortie en 2015 de son premier EP, Bloom écume les scènes jazz de l’hexagone de Paris à Montpellier. Véritable petit bijou musical, le groupe fait (...)

Niko Rodamel | Mercredi 4 avril 2018

Mon cœur fait Bloom

Depuis la sortie en 2015 de son premier EP, Bloom écume les scènes jazz de l’hexagone de Paris à Montpellier. Véritable petit bijou musical, le groupe fait escale au Château du Rozier, à Feurs, le 29 avril prochain... Bloom, ce sont d’abord trois chanteuses : Laurence Ilous, Mélina Tobiana et Léa Castro. Les deux premières s’étaient rencontrées au sein d’un projet mené par le batteur-percussionniste Léon Parker en 2011, la troisième les rejoignant au printemps 2017. Ayant chacune par ailleurs leurs propres projets personnels, les trois filles ont choisi de réunir ici leurs univers musicaux respectifs, entremêlant jazz, world, soul et pop pour donner naissance à une musique subtilement épurée… La triplette s’appuie sur le talent de deux musiciens délicats : Nils Wekstein aux percussions et Martin Guimbellot à la contrebasse, ce dernier cosignant les compositions du groupe avec Laurence et Mélina, dont les arrangements ont été confiés au violoniste et pianiste Antoine Delprat. L’alchimie du groupe repose sans doute sur sa singulière composition, un trio vocal féminin accompagné d’une simple section rythmique, laissant éclore la richesse harmonique des voix dans un écrin aco

Continuer à lire

Raoul Vignal se dévoile

Folk | En 2017, un album titré "The Silver Veil" a levé le voile sur le grand talent d'un jeune folkeux lyonnais nommé Raoul Vignal, parti marcher, au gré de chansons traversantes, sur les traces de Nick Drake et de ses héritiers en mélancolie minimaliste. Après de nombreuses premières parties, le voici en tête d'affiche au Mardi du Grand Marais de Riorges.

Stéphane Duchêne | Mercredi 4 avril 2018

Raoul Vignal se dévoile

Il n'est jamais très avisé d'évoquer la météo dans une chronique musicale. Ni jamais, d'ailleurs, tant le sujet est une preuve à charge de l'épuisement de tout autre – pour la faire courte, c'est un peu paresseux. Mais c'est un fait : s'il ne l'a sans doute pas fait exprès, en titrant son album The Silver Veil, pour rendre hommage à ce linceul gris qui recouvre souvent Berlin, où il a passé une partie de ces dernières années et enregistré ce disque, le Lyonnais Raoul Vignal, l'une des belles révélations de 2017, l'a sans doute condamné à devenir la bande-son de cet hiver qui nous prive de lumière derrière des rideaux de pluie ou le molleton de nuages figé comme un tombeau de marbre gris que même la tempête ne parvient pas à balayer. Pour preuve les titres des morceaux de The Silver Veil : Hazy Days, pour ouvrir ce doux bal, puis Under the same sky, Whispers, The Silver Veil, Shadows sont autant de références à un monde en demi-teinte, en clair-obscur. Mais cette bande-son, bien d

Continuer à lire

Folk en "black and white"

Folk | Oubliez les couchers de soleil californiens, faites place à la noirceur enveloppante et le folk vaporeux d'Emily Jane White. Depuis une dizaine d'années, l'Américaine s'évertue à partager la beauté d'une musique fragile et pleine de grâce. Pour sa tournée européenne de début 2018, elle se présente seule à la guitare. Délicatesse et intimité assurées.

Nicolas Bros | Mardi 6 mars 2018

Folk en

Les États-Unis ont toujours eu l'habitude de fournir en permanence des artistes folk parmi les plus généreux et talentueux. L'État de Californie fait d'ailleurs figure d'exemple dans ce domaine. Emily Jane White fait partie du renouveau marqué par une vague d'artistes américaines telles Marissa Nadler ou Alela Diane. Cette armada s'est accaparée la musique folk sombre et mélancolique et a marqué un tournant décisif dans le style. Avec son cinquième album studio, They Moved In Shadow All Together, sorti en 2016, la jeune Californienne explore le thème, certes dur, des traumatismes et violences connus par l'être humain. Abordant tantôt la virulence des propos et des gestes racistes ou envers les femmes, les compositions minimales sont agrémentées de paroles piquantes mais aussi de mélodies à la beauté implacable. Le contraste est saisissant. À l'image des titres Frozen Garden en ouverture de l'opus, Womankind ou Black Dove. La maîtrise musicale et vocale d'Emily Jane White est impressionnante sur chaque piste, transformant ce disque en référence folk.

Continuer à lire

Ceti Cantat, hypnotique

Folk | Vous serez prévenus : Ceti Cantat est un groupe sur lequel il va falloir compter. Hier chenille (le groupe n'a que deux ans d'existence), le (...)

Niko Rodamel | Jeudi 15 février 2018

Ceti Cantat, hypnotique

Vous serez prévenus : Ceti Cantat est un groupe sur lequel il va falloir compter. Hier chenille (le groupe n'a que deux ans d'existence), le voilà déjà papillon. Ils se sont rencontrés à Saint-Étienne, quelque part entre les bancs du conservatoire et l'amphi de la fac de musicologie. Fanny Rapaoly (chant et guitare acoustique), Gaël Bernaud (batterie) et Tom Jallet (guitares), trois jeunes musiciens ligériens qui tracent ensemble depuis le printemps 2016 les contours d'une belle route musicale, de concerts en résidences, débouchant aujourd'hui sur la sortie d'un premier album, Secrets and stories, de toute beauté. Tirant son nom énigmatique du non moins mystérieux chant des baleines, le groupe revendique diverses influences outre-manche comme London Grammar ou Ben Howard, on pense aussi à la fratrie australienne Angus et Julia Stone ou à certaines ballades des frenchies Lilly Wood and the Prick mais au final, Ceti Cantat trouve sans peine sa propre voie. Quelque part entre ciel et mer, entre acoustique et électrique, le trio dévoile avec délicatesse un univers mélancolique et profond, presque familier. Un clip est en préparation et quelques date

Continuer à lire

Tom James, surfeur folk

Folk | Tom James est encore jeune, mais lui et sa guitare possèdent déjà une très belle expérience. Le folk soyeux du jeune homme berce l'oreille et ses techniques (...)

Nicolas Bros | Mardi 6 février 2018

Tom James, surfeur folk

Tom James est encore jeune, mais lui et sa guitare possèdent déjà une très belle expérience. Le folk soyeux du jeune homme berce l'oreille et ses techniques de tapping abonde ses sets à chaque apparition. Avec un style de surfeur tout droit sorti des plus beaux rouleaux de Cornwall, cet artiste anglais est sans conteste une des valeurs sûres de la scène pop-folk actuelle. À situer entre Ben Howard et Ed Sheeran, la musique de Tom James est un condensé d'émotions. Après Green and White, son premier EP sorti en 2011, et le succès prometteur de Blood to Gold en 2014, il est ressorti de ses côtes anglaises en 2017 pour délivrer Limbo. Enregistré entre Francfort, Le Cap et sa ville de Cornwall, ce disque montre l'évolution de son univers musical et de son gain en assurance. Influences variées et productions soignées sont condensées dans ce 6 titres qu'il viendra présenter pour deux dates consécutives, d'abord au Château du Rozier de Feurs, puis au Pax lors d'un des désormais fameux concerts du dimanche soir 17h. Tom James, jeudi 1er mars à 20h30 à la Farlodoise Tom James [+ Vesperland], vendredi 2 mars à 20h30 au Château du Rozier à

Continuer à lire

Ȼome une renaissance

Chanson | Passé par la Maîtrise de la Loire, l'auteur-compositeur-interprète Pierrick Vivarès s'est lancé dans un nouveau défi avec Ȼome, sa nouvelle formation musicale avec laquelle il sort un nouvel album en mars Point Némo et fait quelques dates dont une au Château du Rozier de Feurs.

Nicolas Bros | Mardi 6 février 2018

Ȼome une renaissance

Il possède cette finesse de ton et d'écriture qui caractérise les productions de plusieurs noms de la scène de chanson française actuelle. À l'instar de Ben Mazué, Mathieu Boogaerts ou Albin de la Simone, Pierrick Vivarès est un artiste qui adore partager et créer sa musique avec le cœur. Après avoir débuté en solo, avec un premier album Transports en commun en 2013. Même si le succès escompté n'est pas totalement au rendez-vous, Pierrick Vivarès persévère et accumule une grande expérience de scène jusqu'à sortir un EP en 2016, avec un titre en forme de renaissance : Ph[o]enix. L'artiste, toujours déterminé, avance et entame une métamorphose musicale qui le mènera vers le projet Ȼome qui se concrétise aujourd'hui avec la sortie de l'album Point Némo. Une histoire d'équipe Lorsque l'on évoque son parcours avec Pierrick Vivarès, on se rend bien compte de l'évolution musicale et du virage artistique négocié avec ferveur et maîtrise par le jeune homme. Passant de l'orientation pop/swing de ses débuts à un

Continuer à lire

Du gros son

Blues | Quatre garçons et une fille : deux guitares bien énervées, une basse bien couillue, une batterie bien au fond du temps, une voix féminine... Et quelle (...)

Niko Rodamel | Mercredi 3 janvier 2018

Du gros son

Quatre garçons et une fille : deux guitares bien énervées, une basse bien couillue, une batterie bien au fond du temps, une voix féminine... Et quelle voix ! Grave, profonde et rockailleuse, elle donne à elle seule la couleur singulière d’un groupe qui aurait pu se contenter de jouer un blues-rock comme tant d’autres le font. Devil Jo and The Backdoormen a su se forger un son d’ensemble bien à lui, défiant tout étiquetage musical. Il faut dire que les protagonistes (accusés levez-vous) Laurent, Vincent, Guillaume et Jérémy ont longuement transpiré chacun de leur côté avant de se ranger pour la bonne cause un étendard commun. Au final, le club des cinq (sans Dagobert) livre cash une musique méchamment groovy, un blues habilement cradingue gratiné de rock’n’roll garage teigneux, avec quelques rasades de pop-soul folkisante. Cerise sur le burger, la présence vocale (et scénique) de Sara déferle sur le groupe et dézingue encore un peu plus l’auditeur. Devil Jo and The Backdoormen jouera une bonne partie de son nouvel album au Château du Rozier, à Feurs, le samedi 20 janvier à 20h30.

Continuer à lire

Brasseurs de groove

Sono mondiale | Radio Kaizman est un heavy groove brassband profondément marqué par les sonorités urbaines, mettant à la sauce hip-hop les rythmes typiques des marching (...)

Niko Rodamel | Mardi 28 novembre 2017

Brasseurs de groove

Radio Kaizman est un heavy groove brassband profondément marqué par les sonorités urbaines, mettant à la sauce hip-hop les rythmes typiques des marching bands New Orleans, avec en bonus avec une bonne rasade de jazz. Le son percussif et cuivré des instruments vient se frotter au flow d’un rappeur, qu’enveloppent à leur tour les voix envoûtantes de deux flutistes-chanteuses, mélange étonnant et détonnant qui fait assurément la marque de fabrique de cette fanfare pas comme les autres. Depuis la naissance du groupe en 2012, Radio Kaizman n’a cessé de se produire un peu partout en France, en spectacle de rue ou sur scène, avec de régulières escapades à Munich et une belle virée de trois semaines aux États-Unis. Et c’est du côté de Tarare, au studio l’Hacienda, que cette fougueuse brochette de musiciens brillamment frapadingues est allée graver sur sa toute nouvelle galette une douzaine de titres très inspirés. Radio Kaizman promet donc l’ambiance des grands soirs au Château du Rozier, le 23 décembre à Feurs.

Continuer à lire

Le folk doux-amer de Zacharie

Folk blues | Avec son premier album intitulé "Giant Bear", le musicien et chanteur Zacharie propose un folk matiné de blues, forgé dans une certaine tradition du genre tout en y incorporant quelques touches subtile de modernité qui en font un mélange très équilibré. Un premier opus réussi entre compositions intimistes, textes anglais bien dosés et univers très imagé. Rencontre avec un artiste simple et authentique.

Nicolas Bros | Vendredi 13 octobre 2017

Le folk doux-amer de Zacharie

Comment en êtes-vous arrivé à devenir chanteur et musicien ? Vous avez été réalisateur de films... Zacharie : Je vais donner une réponse assez "bête" mais c'est vraiment la vie qui m'a mené à cette aventure... Je n'étais pas du tout prédestiné à faire cela car je suis plutôt quelqu'un de l'ombre. Ma position de réalisateur, au sein de ma société Opossum Productions, me convenait bien. J'étais plutôt discret mais la musique a toujours été présente dans ma vie. J'ai un père musicien, donc c'est un univers familier pour moi. Pendant très longtemps, ma musique a été cantonnée à mon univers le plus intime, sous forme de "petit journal de bord". J'ai toujours un peu "gratouiller" la guitare et chantonner jusqu'à ce que cela devienne une aventure plus collective lors de ma rencontre avec Ismaïl Ziani, qui écrit des textes et avec qui j'ai commencé à composer. Au début, c'était pour affronter un "hiver trop rigoureux" puis cela s'est transformé en discipline plus poussée. Au bout d'un moment, nous nous sommes aperçus qu'un petit répertoire était en train de naître. Que voulez-vous dire par "un hiver un peu rigoureux" ? N

Continuer à lire

Le tour du monde en 7 jours

Interfolk (Haute-Loire) | La cuvée 2017 du festival Interfolk est un très grand cru qui exalte les valeurs de fraternité, d'échanges, d'ouverture aux cultures du monde en réaction à la tuerie de Nice malencontreusement survenue la veille du gala d'ouverture de l'édition 2016.

Monique Bonnefond | Mardi 4 juillet 2017

Le tour du monde en 7 jours

Les arts de la rue occupent l'espace public depuis des temps immémoriaux. Des mystères médiévaux au théâtre de rue moderne, des bateleurs de fêtes foraines au nouveau cirque, le spectacle vivant n'a cessé d'évoluer tout en s'appuyant sur la tradition. Cette année encore, Interfolk s'ouvre aux cultures de tous les continents et met l'accent sur la notion d'ethnies, mais accomplit aussi un gros travail de recherche pour présenter des groupes très variés, porteurs de modernité pour éviter l'uniformité. "La brûlante Afrique" côtoie "la langoureuse Asie" représentée par la Malaisie avec un ensemble de percussions qui avait participé aux J.O. de Pékin et révèle le rapport fusionnel et religieux avec le tambour, instrument sacré de l'appel des esprits. Simple exemple parmi le foisonnement artistique d'une programmation élaborée avec le souci de la diversité et de la création. Un festival fraternel ouvert à tous En étendant les festivités au-delà du Puy, dans tout le département rural de la Haute-Loire, le festival touche une population parfois éloignée de toute pratique culturelle et dynamise ainsi une démocratisation culturelle en allant, avec 350 danseurs et mus

Continuer à lire

Groove baby groove

MUSIQUES | Tout juste une semaine après la funky-night anniversaire qui soufflera les cinquante bougies de l’incorrigible guitariste Freddy Kroegher (le 17), le (...)

Niko Rodamel | Mercredi 7 juin 2017

Groove baby groove

Tout juste une semaine après la funky-night anniversaire qui soufflera les cinquante bougies de l’incorrigible guitariste Freddy Kroegher (le 17), le Château du Rozier alignera encore une belle brochette de musiciens ligériens qui ont accompagnés les plus grands en France et au-delà. Une soirée parrainée par Gilles Coquard, enfant du Forez expatrié à Paris, bassiste, contrebassiste, compositeur et arrangeur de renom. Sideman aux côtés de Liane Foly, Nina Attal, Dany Brillant, André Manoukian, Nilda Fernandez (entre autres), le bassiste réunira autour de lui trois comparses de talent pour une soirée à part. Au piano et au chant, Charlotte Lee : elle accompagne Mister Coquard dans ses diverses formations et se trouve actuellement en pleine préparation de son premier album personnel. Au saxophone, Hervé Gourdikian, également compositeur et spécialiste du Duduk (instrument arménien à anche double), qui s’est illustré aux côtés d’Etienne Daho, Michel Petrucciani ou Brigitte Fontaine, composant pendant douze ans pour Liane Foly. Enfin, à la batterie, Francis Arnaud, brillant accompagnateur de Charles Aznavour, Larry Carlton ou encore Christopher Cross. Gilles Coquard

Continuer à lire

On visite quoi samedi soir ?

Nuit des musées | Pour sa 13ème édition, la Nuit des musées se déroulera ce samedi 20 mai dans toute l’Europe. Comme chaque année, les musées ouvriront gratuitement leurs portes de 18h à minuit. Une beau prétexte pour (re)découvrir les musées du département en nocturne.

Léa Pternitis | Mardi 30 novembre 1999

On visite quoi samedi soir ?

Notre sélection dans la programmation : À Saint-Étienne - Au Musée d’art moderne et contemporain : visite libre ou guidée (de 18h30 à 23h, départs toutes les 30 minutes) + MAMC SESSION, intervention de la Cie Dyptik - Au Puits Couriot - Parc-Musée de la mine : visite du musée + balades contées en musique + projections - Au Musée d’art et d’industrie : visite + light painting avec le photographe Romain Millet + présentation d’appareils cinématographiques d’époque À Montbrison - Au Musée d’Allard : visite + lectures pour adultes et enfants par la troupe Voix-ci Voix-là en lien avec l'exposition Chimères, êtres hybrides et fantastiques (à 15h, 17h et 19h) + concert avec la participation de la Maîtrise de la Loire (à 21h) À Roanne - Au Musée des Beaux arts et d’archéologie Joseph Déchelette : visite + découverte sur les célébrités roannaises qui ont entre autres laissé leur e

Continuer à lire

On visite quoi samedi soir ?

Nuit des musées | Pour sa 13ème édition, la Nuit des musées se déroulera ce samedi 20 mai dans toute l’Europe. Comme chaque année, les musées ouvriront gratuitement leurs portes de 18h à minuit. Une beau prétexte pour (re)découvrir les musées du département en nocturne.

Léa Pternitis | Vendredi 19 mai 2017

On visite quoi samedi soir ?

Notre sélection dans la programmation : À Saint-Étienne - Au Musée d’art moderne et contemporain : visite libre ou guidée (de 18h30 à 23h, départs toutes les 30 minutes) + MAMC SESSION, intervention de la Cie Dyptik - Au Puits Couriot - Parc-Musée de la mine : visite du musée + balades contées en musique + projections - Au Musée d’art et d’industrie : visite + light painting avec le photographe Romain Millet + présentation d’appareils cinématographiques d’époque À Montbrison - Au Musée d’Allard : visite + lectures pour adultes et enfants par la troupe Voix-ci Voix-là en lien avec l'exposition Chimères, êtres hybrides et fantastiques (à 15h, 17h et 19h) + concert avec la participation de la Maîtrise de la Loire (à 21h) À Roanne - Au Musée des Beaux arts et d’archéologie Joseph Déchelette : visite + découverte sur les célébrités roannaises qui ont entre autres laissé leur e

Continuer à lire

Émergences #7 : 1 000 Chevaux-Vapeur

Vidéos Émergences | La Ville de Saint-Étienne, avec le soutien du Petit Bulletin, vous présente "Émergences", l'émission web qui met en avant les talents locaux qui feront parler d'eux demain. Le septième volet est disponible sur la chaîne YouTube du Petit Bulletin et traite de 1 000 Chevaux-Vapeur, artiste ligérien de musique électronique.

Nicolas Bros | Mercredi 5 avril 2017

Émergences #7 : 1 000 Chevaux-Vapeur

Chaque trimestre, Émergences, l'émission web de la Ville de Saint-Étienne, avec le soutien du Petit Bulletin, met en avant des acteurs de l'émergence culturelle stéphanoise. Sous le format d'une vidéo courte, des groupes de musique, des compagnies de théâtre ou de danse, des designers... sont présentés de manière originale. Après avoir suivi le Collectif X, le groupe Doorsfall, la compagnie de danse ALS, les designers de l'Atelier Regards, le festival de courts métrages Kinoctambule et la compagnie LalalaChamade, c'est au tour de 1 000 Chevaux-Vapeur (Théo Herrerias) de se prêter au jeu. En concert le 9 juin au Château du Rozier (Feurs) et le 10 juin au festival Paroles & Musiques avec Jabberwocky, Étienne de Crécy, The Shoes...

Continuer à lire

À bout de souffle

Jazz | Le 13 mai 1988 la planète jazz perdait l'un de ses plus brillants soleils : Chesney Henry Baker Junior dit Chet Baker s'éteignait à Amsterdam, laissant (...)

Niko Rodamel | Mercredi 5 avril 2017

À bout de souffle

Le 13 mai 1988 la planète jazz perdait l'un de ses plus brillants soleils : Chesney Henry Baker Junior dit Chet Baker s'éteignait à Amsterdam, laissant derrière lui une œuvre discographique aussi riche que précieuse au terme d'une vie pour le moins chaotique. Mi-ange mi-démon au style délicat et mélancolique, Chet Baker nous a laissé des standards définitifs comme l'emblématique My Funny Valentine sur lequel, suivant les versions, le timbre de la trompette et celui de la voix ne sont que deux fleuves d'un même lit. L'équipe du Château du Rozier (Feurs) propose le vendredi 7 avril à 20h30 une double soirée autour de cet immense trompettiste, bugliste et chanteur de jazz américain. Au programme, projection du biopic Born to be blue (film de Robert Budreau sorti en janvier dernier) et concert du trio Third Roam, en hommage à Chet, avec Julien Bertrand (trompette), Hugo Reydet (contrebasse) et Sébastien Joulie (guitare). L'occasion pour le groupe d'évoquer quelques éléments significatifs de l'écriture du maître. Ecoutez I fall in love too easily : tout est dit.

Continuer à lire

Manifeste éclairé

Pop-rock | Le groupe britannique Archive est revenu au top de sa forme en 2016 avec The False Foundation, un album fouillé et moins facile que certaines de leurs (...)

Nicolas Bros | Mercredi 1 mars 2017

Manifeste éclairé

Le groupe britannique Archive est revenu au top de sa forme en 2016 avec The False Foundation, un album fouillé et moins facile que certaines de leurs dernières productions en s'inscrivant dans une veine électro torturée, de très grande facture. Parallèlement, David Penney (ou Dave Pen), guitariste et chanteur de la formation londonienne a tout de même réussi à poursuivre la création dans ses side-projects. Outre le projet We Are Bodies avec la chanteuse Robin Foster, Dave a retrouvé Mike Bird, son acolyte sur le line up de BirdPen. Au programme, un quatrième opus, O’ Mighty Vision, sorti un an pile-poil après In The Compagny Of Imaginary Friends. Disque ô combien important et ancré dans cette actualité qui a secoué l'île britannique en 2016 avec le fameux Brexit, O'Mighty Vision est un disque qui, comme l'explique Mike Pen, traite du « mensonge, mais en donnant de l'espoir aux gens. » Sans posture candide ni moralisatrice mais plutôt en forme de témoignage d'une exaspération bien lasse d'un peuple baladé au bon vouloir des décideurs, ce disque est un condensé d'énergie. Un équilibre musical (enfin) trouvé.

Continuer à lire

Adamus sera nôtre

Festival Les Oreilles en Pointe | Avec un statut de star dans la Belle Province, Bernard Adamus est un artiste qui mêle allégrement le folk, blues, country et hip-hop. Un peu foutraque, entraînante et surtout attachante, la musique du Québécois posera aux Oreilles en Pointe sa "trinité de tous les possibles", à savoir : femmes, amis et "brosses entre cheums'".

Nicolas Bros | Mercredi 2 novembre 2016

Adamus sera nôtre

Sans jamais avoir fait de compromis, Bernard Adamus avance sereinement. Ce chansonnier montréalais de 37 ans ne laisse jamais indifférent, tout comme sa musique. La preuve avec Sorel Soviet So What, son troisième album au nom plus qu'original et qui concentre toute l'énergie et l'inventivité du bonhomme. La prevue avec son titulé un peu étonnant. « Le nom de cet album est juste un clin d'oeil à So Far, So Good... So What!, un disque du groupe Megadeath, explique-t-il. Cela n'a aucun rapport ni avec la ville de Sorel au Québec, ni avec les Soviets. » Comportant tout ce qui fait la force de ses compositions, à savoir un savoureux mélange entre un blues lancinant, un folk enlevé et l'énergie de la country, cet opus est un peu différent des deux autres disques de l'intéressé. « J'ai tendance à dire que cet album ressemble plus à de la musique de New-York plutôt que de la Nouvelle-Orléans, mais ça reste de la musique très américaine dans l'esthétique. » Boulimique de lives Un poil déjantée, la musique de Bernard Adamus est un peu le condensé de ce que propose la musique québécoise. Une liberté de ton, une légéreté app

Continuer à lire

Ladybug and The Wolf : « Cet album est le commencement de nouvelles choses »

MUSIQUES | Le duo (devenu trio sur scène) stéphanois Ladybug and The Wolf, sort enfin son premier album Mammatus et en profite pour investir Le Clapier avec une ribambelle de "groupes amis" ce samedi. L'occasion de revenir avec Paloma et Kevin sur cette aventure musicale qui continue et qui évolue au fil du temps.

Nicolas Bros | Vendredi 21 octobre 2016

Ladybug and The Wolf : « Cet album est le commencement de nouvelles choses »

Est-ce que Mammatus, premier album qui s'est fait longtemps attendre, est un aboutissement ou simplement une étape dans votre cheminement artistique ? Kevin : Nous avions réellement hâte de le voir de manière "physique" cet album. Nous travaillons dessus depuis plus de deux ans maintenant. Pour moi, la sortie de l'album est une étape importante. Il y a le fait de le vendre, de le défendre sur scène, etc... mais il y a aussi le fait d'avoir l'objet entre les mains. Paloma : Je vois cet album comme le commencement de nouvelles choses. Ce n'est pas un aboutissement mais le début de quelque chose. Nous essayons de faire quelque chose de concrètement plus travaillé, d'aller plus loin dans notre démarche artistique. J'essaie de faire en sorte que ce soit finalement le début de notre histoire, de me mettre dans l'idée que cet album nous propulse. Est-ce que vous avez une appréhension avant de sortir enfin ce premier album ? Kevin : Non, nous sommes excités et contents. Nous avons tellement travaillé et évolué au cours des deux années de travail s

Continuer à lire

Dans une autre dimension

MUSIQUES | On avait quitté le duo stéphanoisLadybug and The Wolf en 2015 avec un EP, Familiar Games, qui annonçait la couleur plus électrique que devait revêtir leur (...)

Nicolas Bros | Mercredi 5 octobre 2016

Dans une autre dimension

On avait quitté le duo stéphanoisLadybug and The Wolf en 2015 avec un EP, Familiar Games, qui annonçait la couleur plus électrique que devait revêtir leur premier album. Le résultat s'est fait attendre mais il est enfin là. Mammatus sort ce mois-ci et démontre que Paloma (Ladybug) et Kevin (The Wolf) prennent leurs aises en sortant de leur folk feutrée pour aller tatonner du côté de sonorités plus affirmées. Un virage en douceur mais assumé pour le groupe qui prend ainsi plus de place dans la scène locale. Ladybug and The Wolf - Mammatus [Yes Music/WAB/Musicast] Release party au Clapier le 22 octobre

Continuer à lire

Fleur sauvage de la folk

MUSIQUES | Jake Braunecker (alias Wildflower Union) est « militant, siffleur, nomade, conteur, libre penseur » et américain. Mais c'est avant tout un musicien folk (...)

Nicolas Bros | Mardi 12 juillet 2016

Fleur sauvage de la folk

Jake Braunecker (alias Wildflower Union) est « militant, siffleur, nomade, conteur, libre penseur » et américain. Mais c'est avant tout un musicien folk au style épuré et très actuel. Ayant débuté son aventure musicale dans la rue, à Bloomington ( dans l'Indiana), il suit pleusieurs voies et projets : monte un trio puis revient en solo, s'investit dans un organisme musicale local : The Grant St. Musician's Co-op, et entreprend par la suite un tour des États-Unis puis de six pays européens. Il atterrit à Saint-Étienne, s'y installe et s'y produit à de nombreuses reprises depuis plusieurs mois. Cet été, il sera encore une fois sur scène avec sa guitare et sa verve, le samedi 16 juillet. Wildflower Union [+ Lé Miénn + Marek Vuiton + Maurice's Fire], samedi 16 juillet, dans la cour des Forces Motrices, au coeur du quartier créatif Manufacture de Saint-Étienne, dans le cadre des P'tites Guinguettes, entrée gratuite

Continuer à lire