Cuivrissimo

Festival du Monastier (Haute-Loire) | Le festival du Monastier-sur-Gazeille demeure depuis déjà vingt-neuf ans "ze place to cuivre", chaque été au cœur du 43, dans la pointe nord-ouest du Parc rational des Monts d’Ardèche. Sont annoncés plus de quarante concerts en sept jours, dont une immanquable double-soirée, avec le duo jazz Airelle Besson et Lionel Suarez ainsi que l’étonnant Elephant Tuba Horde.

Niko Rodamel | Mardi 4 juillet 2017

Photo : La trompettiste Airelle Besson © Sylvain Gripoix


À chaque édition du festival de cuivres, le jazz se taille une belle part du gâteau et c'est bien souvent la soirée SPEDIDAM qui fait mouche. Un duo plutôt classieux foulera cette année les planches de la grande scène avec Airelle Besson (trompette et bugle) aux côtés de Lionel Suarez (accordéon), le 7 août. Habituée aux formules intimistes (écoutez donc le magnifique titre Neige, sur l'album Prélude qu'elle enregistrait en 2014 avec le guitariste brésilien Nelson Veras), Airelle Besson est une des rares soufflantes à se détacher dans un milieu hyper masculin, avec un remarquable talent pour la composition, comme le prouve son dernier album en date, Radio One. Issu d'une famille d'accordéonistes, Lionel Suarez n'est lui plus à présenter, tant il a accompagné du beau monde depuis vingt ans, à commencer par Claude Nougaro. Les deux musiciens se connaissent bien puisqu'ils avaient déjà évolué ensemble au sein du Quarteto Gardel (avec le percussionniste Minino Garay et le violoncelliste Vincent Ségal), s'étant également retrouvés pour l'opéra-jazz de Laurent Cugny, La tectonique des nuages.

Tubacoustique

Même soir et même scène, univers totalement différent, l'Elephant Tuba Horde place sous les feux de la rampe un instrument d'ordinaire relégué au fond de l'orchestre, voire délaissé. Avec sur scène six tubas et une batterie, le groupe enchaîne dans une belle frénésie cuivrée de brillantes compositions originales, avec des arrangements taillés sur mesure pour cette formation des plus inhabituelles. Une musique plutôt musclée au service d'un show où l'humour n'est jamais loin. L'Elephant Tuba Horde rend ainsi justice à la grande famille des tubas (euphoniums, bugles, barytons…) et honore la mémoire de Marc Steckar, disparu en 2015, qui le premier ouvrait cette voie dans les années quatre-vingts.

Festival du Monastier, du 5 au 11 août, au Monastier-sur-Gazeille (Haute-Loire)


Airelle Besson & Lionel Suarez + Elephant tuba horde

Soirée jazz
Ville du Monastier-sur-Gazeille Centre-Ville Le Monastier-sur-Gazeille
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Au milieu gazouille la Gazeille

Festival du Monastier | Le festival du Monastier-sur-Gazeille rempile pour la 31e année avec une programmation toujours aussi cuivrée, proposant concerts et stages dans différents horizons musicaux.

Niko Rodamel | Mardi 2 juillet 2019

Au milieu gazouille la Gazeille

Avec environ mille-huit-cent habitants, le paisible village du Monastier-sur-Gazeille fait partie de ces nombreuses bourgades qui, une fois l'été venu, voit sa population exploser le temps de son festival annuel. Ici, la plupart des festivités ont lieu dans la cour du château abbatial, sauf, bien entendu, les concerts de musique ancienne baroque ou contemporaine qui sont donnés dans les deux églises de la commune. L'an passé, le festival le plus cuivré de toute la région Auvergne-Rhône-Alpes soufflait fièrement sa 30e bougie. Nulle question de s'endormir sur de si beaux lauriers, la cuvée 2019 s'annonce une fois encore des plus éclectiques. Rappelons que le festival du Monastier n’est pas seulement un moment de diffusion musicale mais qu'il s'efforce d'être également un lieu de pédagogie active, proposant cette année des stages de jazz afro-américain, de fanfare tsigane, de musique ancienne et même de fanfare romantique. Métissages Parmi la foisonnante palette de groupes annoncée, nous en avons repéré trois qui illustrent bien la variété et la qualité de la programmation du festoche... Technobrass est une vraie fanfare techno, composée de sept musicos from

Continuer à lire

Elle joue du saxo debout

Jazz | Même si les lignes tendent à bouger, le jazz demeure globalement un pré carré masculin dans lequel seules les chanteuses semblent jouir d’une reconnaissance (...)

Niko Rodamel | Mardi 2 avril 2019

Elle joue du saxo debout

Même si les lignes tendent à bouger, le jazz demeure globalement un pré carré masculin dans lequel seules les chanteuses semblent jouir d’une reconnaissance que leurs consœurs instrumentistes ne peuvent bien souvent que leur envier. Pourtant, au regard des distinctions décernées ces dernières années par les différentes instances musicales françaises, les jazzwomen, longtemps restées minoritaires pour être vraiment prises en considération, se taillent lentement mais sûrement la place qu’elles méritent. A côté d’Anne Pacéo, Airelle Besson, Sophie Alour ou Céline Bonacina, Géraldine Laurent fait figure de grande sœur. A quarante-quatre ans, la saxophoniste a réalisé un parcours qui, depuis son entrée au conservatoire de Niort à l’âge de treize ans, force le respect. Ses nombreuses collaborations ont fait d’elle une sidewoman très sollicitée, sachant aussi toujours s’entourer des meilleurs musiciens lorsqu’il s’agit de graver ses propres albums, dont le tout dernier, At work, est produit par Laurent de Wilde himself. Géraldine Laurent, jeudi 11 avril à 20h30 au Théâtre des Pénitents de Montbrison

Continuer à lire

Calme, luxe et volupté

Jazz | L’église de Villars sera l’écrin parfait, dimanche 15 octobre à 18h, pour accueillir le délicat duo que forment le violoncelliste globe-trotter Vincent Segal (...)

Niko Rodamel | Mardi 3 octobre 2017

Calme, luxe et volupté

L’église de Villars sera l’écrin parfait, dimanche 15 octobre à 18h, pour accueillir le délicat duo que forment le violoncelliste globe-trotter Vincent Segal et la nouvelle perle du jazz français, la trompettiste Airelle Besson. L’économie de notes du premier et le jeu aérien de la seconde promettent un concert d’exception.

Continuer à lire