Rubans bissés

Alain Koenig | Mardi 5 septembre 2017

Photo : Chœur Unacorda © DR


Après le Musée d'Art et d'Industrie, c'est au Conservatoire Massenet d'accueillir cette très belle initiative : le revival des chansons de tisserands du "Siècle d'Or" stéphanois, tirées de poèmes de chansonniers de la "capitale du ruban". Les mélodies de Benjamin Ledin, Henri Chausson ou "Babochi", harmonisées par les élèves des classes de composition du conservatoire, seront interprétées par le choeur Unacorda, et, cette fois-ci, illustrées et étayées par des documents d'archives (photos d'époque, vidéos).

Ensemble Unacorda, Chansons de tisserands, lundi 2 octobre à 17h30 au Conservatoire Massenet


Ensemble Unacorda

"Chanson de Passementiers" Dir. : A.Gipoulou. Organisé par l'association des Amis du M.A.I.
Conservatoire à rayonnement régional Massenet 32 rue des Francs-maçons Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un coup de Mayet

Panorama Classique Lyrique 17/18 | Placé sous la direction du très talentueux Florent Mayet, l'Ensemble amateur Telemann s'autorise quelques audaces de programmation en cette rentrée. Le (...)

Alain Koenig | Mardi 5 septembre 2017

Un coup de Mayet

Placé sous la direction du très talentueux Florent Mayet, l'Ensemble amateur Telemann s'autorise quelques audaces de programmation en cette rentrée. Le délicieux Concertino pour flûte de Cécile Chaminade, interprété par Marianne Sabatier, bénéficie avec bonheur, de la vague de réhabilitation des compositrices du passé. De son côté, le soliste Louis-Jean Perreau, fera pleurer son archet, aux accents bouleversants du Concerto russe d'Edouard Lalo. Un concert très haut de gamme qui mérite assurément le déplacement ! Ensemble Telemann, samedi 30 septembre, à Saint-Didier-en-Velay

Continuer à lire

Adriana 42

Panorama Classique Lyrique 17/18 | Engoncé entre d'illustres figures de proue du mouvement "vériste", Cilea aurait pu tomber aux oubliettes, si son Adriana Lecouvreur n'était passée au (...)

Alain Koenig | Mardi 5 septembre 2017

Adriana 42

Engoncé entre d'illustres figures de proue du mouvement "vériste", Cilea aurait pu tomber aux oubliettes, si son Adriana Lecouvreur n'était passée au répertoire des plus grandes maisons d'opéra de la planète. Sombre histoire de rivalité entre actrices à l'ego un peu exalté, grande interprète des œuvres de Corneille, la tragédienne Adrienne, égérie de Voltaire, meurt empoisonnée par des fleurs... L'opéra, malgré le kitsch de l'intrigue est un chef d’œuvre musical à découvrir absolument, particulièrement si cet art vous paraît extra-terrestre ! Adriana Lecouvreur, opéra de Cilea, du 24 au 28 janvier 2018 à l'Opéra de Saint-Etienne

Continuer à lire

Messe du couronnement

Panorama Classique Lyrique 17/18 | Bouleversant, envoûtant, éblouissant pour certains, grandiloquent et bruyant pour ses détracteurs, le Requiem de la dernière époque du grand Verdi ne laisse (...)

Alain Koenig | Mardi 5 septembre 2017

Messe du couronnement

Bouleversant, envoûtant, éblouissant pour certains, grandiloquent et bruyant pour ses détracteurs, le Requiem de la dernière époque du grand Verdi ne laisse personne indifférent, embrasant tous les superlatifs. La postérité de l'oeuvre, écrite en mémoire de son grand ami Manzoni, a porté au Parnasse ce chef d’œuvre absolu de la musique. D'un lyrisme épique, à couper le souffle, il s'agit assurément là du plus bel opéra, oups, pardon, ouvrage sacré, du maestro. Qu'importe ! Requiem de Verdi, du 8 au 12 décembre à l'Opéra de Saint-Étienne

Continuer à lire

Match point

Panorama Classique Lyrique 17/18 | Quelques mesures suffisent à repérer les troublantes similitudes qui unissent la Première Symphonie d’Étienne Nicolas Méhul et la Cinquième Symphonie de (...)

Alain Koenig | Mardi 5 septembre 2017

Match point

Quelques mesures suffisent à repérer les troublantes similitudes qui unissent la Première Symphonie d’Étienne Nicolas Méhul et la Cinquième Symphonie de Beethoven. L'intérêt musicologique est évident, à l'occasion du bicentenaire de la mort du compositeur-vedette de la Révolution Française. Pourtant, quelques cruelles minutes suffisent aussi à réattribuer la fulgurance du génie musical. La passion enivrante de David Reiland pour Beethoven, donne des ailes à l'orchestre, et fait de cette Cinquième"un moment de pure grâce. Concert d'ouverture de saison, mardi 3 octobre à 20h, à l'Opéra de Saint-Étienne

Continuer à lire

Holborne to be alive

Musique ancienne | Le XVIe siècle anglais finissant aurait pu provoquer cette rencontre. Les amplitudes biographiques coïncident presque. Le premier est compositeur de (...)

Alain Koenig | Mercredi 1 mars 2017

Holborne to be alive

Le XVIe siècle anglais finissant aurait pu provoquer cette rencontre. Les amplitudes biographiques coïncident presque. Le premier est compositeur de Consort Music (musique d'ensemble), coqueluche de la cour d'Elizabeth I, et fait l'admiration de John Dowland qui lui dédie l'un de ses Songbooks. Son nom : Anthony Holborne. On ne présente plus le second ! Le plus grand auteur dramatique que la perfide Albion ait légué à l'humanité, et à la biographie limpide comme les eaux du Channel : Shakespeare of course ! Cette rencontre n'existe que dans la fiction de l'élève-dramaturge trublion, Jean Massard. Stimulant la fécondité de sa verve, ce scénario, possible bien qu'indémontrable, est écrit d'une main de jeune maître. Étincelle galvanisant les troupes, The Tears of the Muses est, avant tout, un spectacle musical réunissant la crème des élèves de Musique Ancienne du Conservatoire Massenet. Placés sous la férule bienveillante et amusée de leur vénéré professeur Gwenaël Bihan, Guilien Skorny, Barbara Barnoud, Mathias Rapp, Noélie Dessalle, Agnès Noël, Etienne Cordonnier, Yi Xin Zhang, Jean Massard et Gwénaël Bihan administreront la preuve par neuf... que tout

Continuer à lire