Suprême NTM et les autres

Woodstower (Rhône/Ain) | Suprême NTM va-t-il écraser un Chaton ? Petit Biscuit va-t-il se faire dévorer par Madben ? La réponse à toutes vos questions en lisant cet article sur la formidable vingtième édition de Woodstower.

Sébastien Broquet | Mardi 3 juillet 2018

Photo : Suprême NTM © DR


Vingt ans, c'est pas rien, pour un festival. Et Woodstower fête cet anniversaire en beauté, conviant pour une soirée aussi bonus qu'exceptionnelle le Suprême NTM pour un show dantesque, à l'ancienne, incluent Raggasonic, Busta Flex, Zoxeaet Lord Kossity. C'est un brin vintage, mais tellement jouissif ! Et l'on sait que la paire Kool Shen & Joey Starr n'a rien perdu de sa superbe dès lors qu'il faut brûler une scène. Ce sera le jeudi 30 août, et rien que cette soirée devrait suffire à coller sur les rotules tout festivalier qui se respecte un tant soit peu, Disiz la Peste et Cut Killer (vintage, on vous dit...) complétant le line-up.

Ensuite, il faudra déambuler le week-end durant pour dénicher celui qui pourra rivaliser avec les plumes de Paris sous les bombes : Petit Biscuit ? Que nenni, fuyons, Fakear étant largement au-dessus de la mêlée côté pop électronique mélancolique. On risque de s'ennuyer un peu sur certains sets (Joris Delacroix), mais de bondir et rebondir sur d'autres (Boris Brejcha, oh oui ! Madben, certainement, surtout qu'il vient en live). Concernant Popof, ça dépendra de sa motivation : il est capable du pire comme du meilleur. Bagarre, on est sûr : ça dépote et ça ne se rate pas. La grosse sensation, ce pourrait bien être BCUC, ces Sud-Africains récemment vus à l'Opéra de Lyon, opérant une improbable fusion afro-psychédélique combinant rock et scansions hip-hop. Moderne et épatant !

Côté hip-hop, la jeune génération qui n'a jamais entendu parler de NTM et se demande bien qui sont ces mecs qui riment sans autotune pourra se tourner vers Némir, Biffty & DJ Weedim, Davodka, ou encore le très intriguant Sopico et le solide espoir Cleim Haring. Là encore, le vent des festivals a parlé : c'est côté rap qu'est le souffle ces temps-ci.

Enfin, on ira voir Chaton, pour savoir s'il s'est coupé les chev... non, pour savoir si son tubesque et entêtant Poésies peut avoir une suite ou si ça restera un one-shot perdu dans un océan de variété mièvre (sa cover de Céline Dion, mon Dieu...). Autre incongruité, à l'opposé du spectre : Casual Gabberz, qui confirme que le gabber est de retour et métamorphosé, actualisé : une bonne nouvelle pour la fête.

Woodstower, du 30 août au 2 septembre au Grand Parc de Miribel Jonage (Rhône/Ain)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

BCUC, ivresse musicale et jouissance des corps

Sono mondiale | Après avoir soulevé le Foreztival, puis le Rhino-Jazz l’an dernier, le groupe sud-africain devrait retourner le Fil de Saint-Étienne, à l’occasion du festival des 7 Collines.

Cerise Rochet | Mardi 4 juin 2019

BCUC, ivresse musicale et jouissance des corps

Mets BCUC dans ton casque quand tu marches dans la rue, tu te mettras à courir. Ecoute BCUC chez toi en lendemain de bringue, tu oublieras tes nausées et ton mal de tête. Viens voir BCUC au Fil le 3 juillet, tu danseras comme sur un set de Vernon Subutex. Une gifle musicale ? Mieux : un pain dans la gueule. BCUC, ce sont sept musiciens et chanteurs sud-africains issus de la génération post-apartheid. Elevés dans le melting-pot du township de Soweto, ils ont mis la France à leurs pieds en 2016 lors des Transmusicales de Rennes, et écument depuis les plus belles scènes musicales d’Europe. Plus qu’un groupe, BCUC, pour Bantu Continua Uhuru Consciousness, comprendre « l’homme est en marche vers la liberté de conscience », est un véritable big-bang musical. Avec ses chants et ses rythmes répétitifs Tsonga et Nguni teintés de blues, de rock, ou même de punk, la bande des 7 provoque ni plus ni moins que l’ivresse. Sa musique, stimulante, traditionnelle et pourtant si contemporaine, grandit ainsi en celui qui l’écoute au point qu’il atteigne la transe, au sens spirituel du terme.

Continuer à lire

Miaou

Rap poétique | CHATON vient se faire les griffes au "Rozier". Cet animal poétique du rap a (re)surgi il y a un an, en mars 2018, avec Possible, un album composé de (...)

Nicolas Bros | Mardi 2 avril 2019

Miaou

CHATON vient se faire les griffes au "Rozier". Cet animal poétique du rap a (re)surgi il y a un an, en mars 2018, avec Possible, un album composé de titres aux textes uniques en leur genre. Un brin désabusé, le félin cha(n)tonne un rap légèrement auto-tuné sur des rythmes délicatement "dubbés", entêtants et addictifs. Récidevera-t-il avec Brune Platine, son second opus ? On espère regoûter à cette anesthésie sonore si douce. CHATON, vendredi 26 avril à 20h30 - soirée warm-up du Foreztival 2019

Continuer à lire

Woodstower : cap sur le hip-hop

Woodstower (Rhône) | Le festival de Miribel-Jonage a pris l’habitude de tabler sur des programmations éclectiques où le hip-hop règne en maître. C’est devenu une marque de fabrique. Tour d’horizon des rappeurs et beatmakers prêts à retourner les scènes de cette 19e édition.

Corentin Fraisse | Lundi 10 juillet 2017

Woodstower : cap sur le hip-hop

Woodstower et le hip-hop, une grande histoire d’amour. Le duo Columbine ouvrira les hostilités. Les jeunes rennais s’imposent comme l’une des révélations rap de l’année. Leur mixtape Enfants Terribles mélange sauvagerie et romantisme. Tous leurs concerts jusqu’au Woodstower affichent complet : gage de qualité ? Suit Demi Portion, confirmation en 2017 d’une plume intelligente, de compos riches puisées dans les influences du rap US, pour lesquelles il a su s’entourer (Oxmo Puccino, Kery James, Scylla). Espérons que, derrière son cheveu sur la langue, se profile une carrière digne d’Akhenaton. Sur la grande scène du Chapiteau, on aura l’acharné du travail Deen Burbigo (qui sera ussi sur la scène du FIL le 06/10 prochain). Ex-membre de l’Entourage en compagnie de Nekfeu et Jazzy Bazz, il oscille entre egotrips et morceaux profonds. Son premier album Grand Cru, sorti cette année, est bourré de textes ciselés et de punchlines efficaces. 2017, c’est son millésime. Woodstower accueille aussi des rappeurs alternatifs. Prenons Tommy Cash, en provenance d’Estonie, qui

Continuer à lire