In dub we trust

20 ans de Dub stéphanois | Le musicien stéphanois Martin Nathan marque d’une pierre blanche les vingt ans du projet Brain Damage : une alléchante soirée live avec une belle brochettes d’invités accompagnera la sortie d’un album revisitant tout le parcours du serial dubber.

Niko Rodamel | Mardi 5 mars 2019

Putain, vingt ans ! Peu d'artistes ligériens peuvent s'enorgueillir d'une telle longévité, combinant régularité et renouvellement, tout en conservant son ancrage territorial. Exit le gringo mytho à l'oreille percée qui chantait Saint-Étienne avant de se perdre dans mille vies fantasmées, on the road again mais loin des terrils de son enfance… Presque effacé le souvenir des concerts de ouf donnés par les Babylon Fighters… Mutique notre cher Mickaël Furnon, leader-ermite du regretté combo Mickey 3D… Non, vraiment, seuls la Dub Inc et Brain Damage semblent tenir le cap, rayonnant aussi bien dans l'Hexagone qu'à l'international, sans renier leurs origines stéphanoises. Rapprochant de façon visionnaire les univers du sound system et du live en créant l'un des premiers live-machine du genre à la veille de l'an 2000, Brian Damage est considéré depuis comme l'un des fondateurs de la scène dub en France.

Follow the bass

Avec quatorze albums au compteur et plus de sept cent concerts, Martin Nathan fête donc aujourd'hui les vingt ans du projet en sortant Combat Dub 4 - Revisited, un album de quatorze titres sélectionnés par ses soins dont il a confié le remix à un casting de dingue, réunissant producteurs internationaux (Zion Train, Vibronics…) ou français (Zenzile, Dub Invaders, Dub Addict, Stand High Patrol…), avec la participation de chanteurs charismatiques (Horace Andy, Willi Williams, Harrison Stafford…). Une affriolante galette d'anniversaire où chacun des albums de Brain Damage est représenté, rendant hommage à vingt années de dub expérimentale, de Bogotá à New York, de Londres à Guadalajara, de Kingston à Saint-Étienne, de 1999 à 2019… Cherry on ze cake, Brain Damage se paie une carte blanche le 23 mars, avec une très prometteuse soirée live pour laquelle il sera entouré du crew OBF, des British Vibronics (feat. Madu Messenger) ainsi que du groupe angevin Zenzile. Bref, rien que du beau monde et sans doute quelques invités surprise !

Combat Dub 4 - Revisited (Jarring Effects) + Carte blanche à Brain Damage avec Vibronics, Zenzile et OBF, samedi 23 mars dès 20h, La Forge au Chambon-Feugerolles
Infos pratiques : trois rotations de navettes gratuites sont prévues à partir de 3h00 du matin (fin du concert) de la salle jusqu' au square Violette (Grande Poste-Hyper Centre) à Saint-Étienne / Pour venir en bus à La Forge prendre la ligne M 1 / S1 arrêt Les Platanes


Brain Damage + Zenzile + OBF Sound System + Vibronics

"Dub Till Dawn"
La Forge 92 rue de la République Chambon-Feugerolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Dub de chambre

Dub | Le dub n’a cessé d’envahir la planète, depuis ses balbutiements sur les sound systems jamaïcains à la fin des années 60, donnant naissance, trente ans plus (...)

Niko Rodamel | Mardi 7 septembre 2021

Dub de chambre

Le dub n’a cessé d’envahir la planète, depuis ses balbutiements sur les sound systems jamaïcains à la fin des années 60, donnant naissance, trente ans plus tard sur les scènes françaises, aux premiers lives stratosphériques joués sur des machines modernes. Depuis plus de vingt ans, Brain Damage s’emploie à donner sa version du genre en participant pleinement à son évolution, à grand renfort de fructueuses collaborations. Marquant une pause à la maison au beau milieu d’une tournée qui visite les six coins de l’hexagone, Martin Nathan propose un set taillé sur mesure pour découvrir en live son nouvel album, Brain Damage meets Big Youth. Brain Damage, Little Big sessions (masqué, assis et en petit comité), du vendredi 10 au dimanche 12 septembre à 18h30, au Fil à Saint-Étienne

Continuer à lire

Combo Congo

Sono mondiale | Nos amis lyonnais du label Jarring Effects glissent sous le sapin le magnifique album Les Mamans du Congo & RROBIN. Fruit de la (...)

Niko Rodamel | Mercredi 9 décembre 2020

Combo Congo

Nos amis lyonnais du label Jarring Effects glissent sous le sapin le magnifique album Les Mamans du Congo & RROBIN. Fruit de la rencontre entre la chanteuse-percussionniste Gladys Samba et de l’artiste RROBIN, explorateur de musiques électroniques et de hip-hop, le projet afroféministe Les Mamans du Congo fait revivre les berceuses bantou ancestrales du Congo Brazzaville. Considérés comme un véritable matrimoine culturel, les chants sont ici boostés par le flow percutant de Maman Gladys, sur des productions explosives de mister RROBIN. Fourchettes, assiettes, paniers, pilons et matériel de récupération accompagnent brillamment les voix des cinq Mamans du Congo. Jouissif. Les Mamans du Congo & RROBIN, Ngaminke, chez Jarring Effects

Continuer à lire

Contact

Cirque | La compagnie catalane Eia nous emmène dans le monde du cirque toujours très présent dans l'imaginaire collectif, pour aller cueillir l'humanité et nous (...)

Monique Bonnefond | Mercredi 5 février 2020

Contact

La compagnie catalane Eia nous emmène dans le monde du cirque toujours très présent dans l'imaginaire collectif, pour aller cueillir l'humanité et nous plonger dans un univers en constante transformation fait de In Tarsi, mot d'artisan utilisé en marqueterie pour désigner l'art délicat d'assembler de minuscules fragments. Fragments de vie, avec ses rencontres, ses contacts, ses incompréhensions, ses complicités et ses moments de solitude, qui renvoient à une expérience humaine connue de tous. Sur une piste circulaire et multigéométrique, 13 praticables en bois, un mât chinois, une corde à sauter, autant d'agrès pour construire, transformer, aligner, superposer, basculer. Quatre circassiens à l'énergie débordante, se livrent, à un rythme endiablé, à un exercice de haute voltige où cirque et danse se mêlent à un humour plein de tendresse. De portés acrobatiques en sauts sur trampoline et escalades de mât chinois, ils créent un cirque en perpétuel mouvement qui les rassemble, les disperse, les réunit à nouveau, composant une mosaïque d'exploits comme le ferait un kaléidoscope mettant en lumière la grandeur de la rencontre et la constante transformation des sentiments et de

Continuer à lire

Punchlines

Dub | À Saint-Étienne, l'arrivée d'un nouvel album de Dub Inc est toujours un événement, généralement accompagné d'un ou deux concerts très attendus et souvent sold (...)

Niko Rodamel | Mercredi 4 décembre 2019

Punchlines

À Saint-Étienne, l'arrivée d'un nouvel album de Dub Inc est toujours un événement, généralement accompagné d'un ou deux concerts très attendus et souvent sold out au cœur d'une longue tournée mondiale. Il faut dire qu'ici, le groupe est littéralement à la maison, dans son jus, en famille. A Sainté-village, la fidélité se vit autant dans la musique que dans le foot, c'est une histoire de cœur où le terme populaire prend tout son sens. Sorti en septembre dernier, MILLIONS est le septième album studio du groupe (dont trois disques d'or), si l'on zappe les deux EP gravés à l'époque balbutiante du collectif et les deux lives sortis en 2006 et 2015. La recette originelle reste inchangée depuis deux décennies : un sens contagieux de la mélodie au service de textes sincères et engagés, les voix complémentaires de Bouchkour et Komlan, un ADN résolument reggae et un inébranlable esprit d'équipe. MILLIONS est un album éminemment politique, au sens noble, évoquant des millions de révoltes à observer, des millions de frontières à déjouer et autant de vanités à esquiver. Dub Inc, samedi 14 décembre à 20h + dimanche 15 décembre à 19h au Zénith

Continuer à lire

Ça tourne !

Reggae | La société stéphanoise GRINTA Films tourne actuellement un clip pour le reggae man Balik, dans divers quartiers de Saint-Étienne. Profitant de la douceur (...)

Niko Rodamel | Mardi 15 octobre 2019

Ça tourne !

La société stéphanoise GRINTA Films tourne actuellement un clip pour le reggae man Balik, dans divers quartiers de Saint-Étienne. Profitant de la douceur de ce début d'automne, le leader du groupe Danakil a en effet choisi une entreprise ligérienne pour mettre en image son single Ce qu'on achète pas. Une équipe restreinte et mobile est à pied d'œuvre pour trois jours de tournage en lumière naturelle, dans les quartiers de Bergson et de la Cotonne, ainsi qu'à la Cité du design. À l'écran, Balik est accompagné d'une comédienne-danseuse, la sublime Elodie Sénigallia. En recherche de nouveaux réalisateurs pour accompagner le projet solo de Balik, le label Baco Records a donc contacté le Stéphanois Kamir Meridja, à qui l'on doit notamment le documentaire Rude Boy Story que tous les fans de Dub Inc connaissent bien. GRINTA Films a précédemment signé des clips plutôt bien léchés pour un grand nombre de groupes parmi lesquels Nosfell, Barrio Populo, Röyksopp, Apple Jelly, Keny Arkana ou encore John Tejada. Rappelons que Balik sera sur la scène du Clapier le 22 novembre.

Continuer à lire

Come back

Reggae | Après vingt ans d'existence et trois longues années de pause, le mythique groupe de reggae californien Groundation revient en force avec huit musiciens (...)

Niko Rodamel | Mardi 4 juin 2019

Come back

Après vingt ans d'existence et trois longues années de pause, le mythique groupe de reggae californien Groundation revient en force avec huit musiciens nouvelle génération réunis autour de l'incontournable Harrison Stafford et bien sûr, un nouvel album. Sorti à l'automne dernier, The next generation délivre un groove puissant au service d'un son reggae unique teinté de jazz et de funk, parsemé d'influences latinos et africaines, avec comme à l'habitude des propos engagés politiquement et socialement. Groundation, samedi 15 juin à 20h45, parc Nelson Mandela à Saint-Chamond

Continuer à lire

Dub Inc s'engage pour SOS Méditerranée

MUSIQUES | Le groupe stéphanois s'engage pour l'association SOS Méditerranée en produisant aux côtés de nombreux autres artistes reggae et dub (Taïro, Naâman, Balik, (...)

Nicolas Bros | Vendredi 22 février 2019

Dub Inc s'engage pour SOS Méditerranée

Le groupe stéphanois s'engage pour l'association SOS Méditerranée en produisant aux côtés de nombreux autres artistes reggae et dub (Taïro, Naâman, Balik, Jahneration, Broussaï, Mellow Mood, Skarra Mucci, Awadi, Raphaël, Solo Banton) le morceau À travers les vagues disponible sur YouTube.

Continuer à lire

Dub Inc annonce un concert au Zénith en 2019

Rude boys | Le groupe stéphanois Dub Inc repart pour une tournée en 2019 avec un nouvel album en cours d'enregistrement. Parmi les premières dates annoncées par le groupe (...)

Nicolas Bros | Jeudi 15 novembre 2018

Dub Inc annonce un concert au Zénith en 2019

Le groupe stéphanois Dub Inc repart pour une tournée en 2019 avec un nouvel album en cours d'enregistrement. Parmi les premières dates annoncées par le groupe : 7 décembre 2019 au Zénith de Paris et 14 décembre 2019 au Zénith de Saint-Étienne (7e date du groupe sur cette scène depuis ses débuts). Les places sont d'ores et déjà en vente sur le site du groupe puis le seront puis sur toutes les plateformes de billetterie dès le 21 novembre 2018.

Continuer à lire

Dub Inc offre un live en téléchargement gratuit

Live | Le groupe stéphanois Dub Inc vient de sortir, en téléchargement digital gratuit, l'enregistrement live de son concert au Zénith de Saint-Étienne (...)

Nicolas Bros | Jeudi 8 novembre 2018

Dub Inc offre un live en téléchargement gratuit

Le groupe stéphanois Dub Inc vient de sortir, en téléchargement digital gratuit, l'enregistrement live de son concert au Zénith de Saint-Étienne en 2017. L'occasion de (re)découvrir les compositions de leur dernier album So What, disque d'or avec plus de 50 000 albums vendus, et de patienter avant l'éclosion de leur nouvel opus en 2019 et sa tournée qui passera également par le Zénith de Saint-Étienne. Pour télécharger le live de So What, ca se passe sur cette page.

Continuer à lire

À la cool

La Tawa (Loire) | Sur les hauteurs de Planfoy, l'équipe de la Tawa propose pour la huitième année un des festivals les plus décontractés de l'été ligérien en mode pieds nus dans la verdure, avec pour autant une programmation musicale qui tient la route. Cette année, en tête d'affiche, le groupe Zenzile.

Niko Rodamel | Mardi 3 juillet 2018

À la cool

La Tawa c'est sympa. C'est le festival cool par excellence, à seulement quelques encablures de la cité stéphanoise, sur l'herbe grasse du stade municipal, sans prise de tête, familial un peu, estudiantin beaucoup, musiques et bonne tambouille pour un prix franchement modique. La programmation se veut éclectique, il y en a vraiment pour toutes les oreilles, on vient quand on veut, on peut même apprendre à jongler et pourquoi pas camper sur place. Nous remarquerons cette année le puissant afro-latin core du combo colombo-lyonnais Pixvae (le 6 juillet), ou le décapant et très cuivré electro-brass du groupe Le Bonk (le 7). Nous retrouverons aussi avec plaisir le Brass Band des Po'Boys, le collectif qui monte qui monte qui monte, complètement boosté depuis son séjour en immersion à La Nouvelle-Orleans (trois déambulations le 7). Atmosphérique Autre rendez-vous à ne pas manquer, le concert de Zenzile (le 6) : le groupe angevin tourne actuellement avec un nouveau projet, Elements, où la musique et l'image ne font qu'un au service d'un show poignant qui parle au bide, tantôt planant, tantôt dansant, entre électro dub unlimited et dark pop rock, quelque

Continuer à lire

Home sweet home

MUSIQUES | Après un passage par le Mexique et la Colombie, Dub Inc revient sur le vieux continent pour une vingtaine de dates jusqu’à Noël. Le concert du 18 novembre (...)

Niko Rodamel | Mardi 31 octobre 2017

Home sweet home

Après un passage par le Mexique et la Colombie, Dub Inc revient sur le vieux continent pour une vingtaine de dates jusqu’à Noël. Le concert du 18 novembre au Zénith de Saint-Étienne promet d’être archi bouillant parce qu’à la maison, à deux pas du chaudron, c’est toujours la méga teuf !

Continuer à lire

Brain is in the kitchen

Sono mondiale | Brain Damage invite Harrison Stafford à bousculer les codes du dub et du reggae roots sur un album commun, avec à la clé, une série de concerts très attendus. Ça barde !

Niko Rodamel | Mardi 3 octobre 2017

Brain is in the kitchen

Après les belles réussites que furent ses rencontres successives avec High Tone (album High Damage en 2012) puis Vibronics (Empire Soldiers en 2013), Martin Nathan alias Brain Damage entame une nouvelle collaboration avec Harrison Stafford, fondateur du groupe Groundation. Pour ce nouveau projet, notre serial dubber stéphanois et le charismatique "Professor" ont gravé l’album Liberation Time, alignant dix titres empreints de messages philosophiques et bienveillants. Riche de nombreuses collaborations à travers le monde et avec au compteur une douzaine d’albums plutôt généreux en featurings, Brain Damage ne cesse de défricher de nouvelles pistes musicales. Ici les deux complices rapprochent leurs univers respectifs, le gros son du Français portant solidement la voix si particulière du plus jamaïcain des Californiens. Comme à son habitude, Nathan sort de derrière les fagots des mélodies imparables truffés d’effets dub inspirés. Harrison délivre quant à lui un message fédérateur centré autour de l’auto-émancipation par la musique, exposant encore et encore sa vision universaliste de la foi rastafarienne. La Jamaïque c’est fantastique

Continuer à lire

Rencontre

Panorama Sono Mondiale 17/18 | Décidément assoiffé d’expérimentations musicales inédites, Martin Nathan entame une nouvelle collaboration dans l’esprit de celles vécues (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 septembre 2017

Rencontre

Décidément assoiffé d’expérimentations musicales inédites, Martin Nathan entame une nouvelle collaboration dans l’esprit de celles vécues précédemment avec High Tone et Vibronics. Pour le tout nouveau projet de Brain Damage, l’artiste stéphanois invite Harrison Stafford (charismatique "Professor" de Groundation) sur un album commun, Liberation Time. Les deux musiciens y bousculent ensemble et avec intelligence les codes du dub et du reggae roots. Brain Damage meets Harrison Stafford, samedi 21 octobre à 20h30 au Clapier

Continuer à lire

Jeudi, j’ai reggae

Reggae | Chanteur érudit et leader du groupe californien Groundation, le "professor", Harrison Stafford, ramène le reggae à ses origines, poursuivant son éternelle (...)

Niko Rodamel | Mardi 2 mai 2017

Jeudi, j’ai reggae

Chanteur érudit et leader du groupe californien Groundation, le "professor", Harrison Stafford, ramène le reggae à ses origines, poursuivant son éternelle lutte (musicale) pour l'égalité des droits et la justice. Fans du genre, procurez-vous absolument le DVD Holding On To Jah - the genesis of a revolution, que Harrison Stafford himself a coréalisé avec Roger Landon Hall après quinze années de recherches : une très complète histoire de la Jamaïque et bien sûr du Reggae, retraçant tout le mouvement Rasta avec de superbes images, entre archives inédites et vibrants témoignages d'artistes ou activistes jamaïcains. Quand musique et Histoire ne font plus qu'un... Le groupe ligérien Hope Ration ouvrira la soirée et livrera sa ration d'espoir en guise d'apéro. Lucas (guitare-chanteur), Alexandre (claviers-chœurs), Rémi (batterie-chœurs), Valérian (basse) et Tanguy (guitare) développent un Reggae Roots bien à eux, assaisonnant leurs compositions de jazz, de rock ou de funk avec une pointe dub, pour opposer des valeurs d'humilité et d'optimisme aux inégalités qui gangrènent notre petite planète. Le groupe qui s'était distingué en 2014 lors tremplin "musiques actuelles" organisé

Continuer à lire

Benjamin "Ben" Jouve, ingé'son de Dub Inc

3 questions à... | Quelles sont ton histoire et ta place au sein du groupe ? Je fais le son du groupe depuis son origine, c’est-à-dire depuis dix-huit ans, en studio (...)

Niko Rodamel | Mardi 20 décembre 2016

Benjamin

Quelles sont ton histoire et ta place au sein du groupe ? Je fais le son du groupe depuis son origine, c’est-à-dire depuis dix-huit ans, en studio comme en live. Dub Inc est avant tout un collectif dans lequel tout le monde a son mot à dire, je peux donc prendre part à toutes les décisions, sur tous les aspects de la vie du groupe, pas seulement sur le son. Dans quelles conditions l’enregistrement du nouvel album s’est-il passé ? En 2015 le groupe a connu un vrai "babyboom" avec plusieurs naissances, on s’est donc dit que ce serait plus confortable d’enregistrer à Saint-Étienne. En mai 2015 on a alors transformé en studio d’enregistrement le local où l’on répétait habituellement. Pour So What on a pu prendre notre temps pour faire du bon travail, en ayant pour une fois des horaires de bureau qui nous ont permis de préserver nos vies familiales. C’était une nouvelle approche pour nous car l’enregistrement s’est vraiment fait sur la longueur, en près de neuf mois. As-tu l’impression que le son du groupe évolue avec le temps ? Même si en studio je conserve à peu près toujours la mêm

Continuer à lire

Dub Inc, le grand périple

MUSIQUES | Après la sortie de son sixième album So What en septembre dernier, Dub Inc repart sur les routes d'Europe et du monde pour une nouvelle tournée avec quatorze nouveaux titres toujours aussi punchy. Avant le très attendu concert au Zénith de Saint-Etienne le 17 décembre, nous avons rencontré deux membres incontournables du collectif, tout d'abord, Komlan, chanteur.

Niko Rodamel | Mercredi 30 novembre 2016

Dub Inc, le grand périple

Avec son reggae ravageur métissé de dancehall, de musique kabyle et diverses autres influences world, Dub Inc s'est imposé comme la formation la plus emblématique du genre, à l'intérieur comme à l'extérieur des frontières de l'Hexagone. La production discographique régulière du groupe permet de relancer de façon quasi-ininterrompue de longues séries de concerts, lesquelles font à leur tour la preuve d'un succès qui ne cesse de grandir et de s'exporter sur les cinq continents. Komlan tente d'expliquer les raisons d'une telle longévité. « Dub Inc est né il y a dix-huit ans et je pense que l'on a su garder un certain équilibre entre nous. On reste un groupe de potes qui aiment faire de la musique ensemble, comme une seconde famille au sein de laquelle tout le monde est au même niveau, sans aucune hiérarchie. Le fait que notre travail porte ses fruits facilite pas mal les choses, l'aventure continue dans une émulation toujours positive. Et puis, avec le temps, on a su s'entourer de gens qui ont une énergie plutôt cool, avec qui on est humainement en phase. C'est très important. » Le tout nouvel album semble apporter un vent de fraîcheur au collectif, avec des sonorités inéd

Continuer à lire

Éric Pétrotto, l'ubiquité incarnée

MUSIQUES | Il dirige la destinée de plusieurs structures, est impliqué dans le tissus associatif local, fut musicien du groupe B.R.OAD.WAY... Eric Pétrotto est un homme au parcours loin d'être une croisière pour jeunes retraités. Explications.

Nicolas Bros | Mercredi 2 novembre 2016

Éric Pétrotto, l'ubiquité incarnée

Existe-t-il un point commun entre la musique en streaming, le groupe B.R.OAD.WAY et les Pompes Funèbres ? A priori, pas vraiment. Mais si vous regardez de plus près, il y en a bien un. Son nom : Éric Pétrotto. Ce Couramiaud de naissance est un homme à part dans le paysage économique et culturel ligérien. Véritable touche-à-tout, il est un chef d'orchestre, un instigateur de projets et surtout un infatigable. Un poil "speed" mais disponible, Éric Pétrotto est un boulimique de travail. Il suffit qu'il ouvre son Mac portable pour que fleurissent les fenêtres de tableurs et autres logiciels connectés. Toujours à cheval entre la musique et l'entrepreneuriat, il a très vite su avancer avec ses deux cordes à son arc. Après son DUT GEA obtenu à l'IUT de la Métare en 1995 à Saint-Étienne, il fait objecteur de conscience et entre dans une troupe indépendante de théâtre stéphanoise : Acte Contact d'André Tardy. Il traite alors pour cette compagnie sa comptabilité, discipline qui est un peu le fil rouge de sa carrière, et un peu de création. Puis, il s'oriente vers l'entrepreneuriat d'une manière assez originale. « Tout de suite après l'armée, j'ai racheté une entreprise indépendante de

Continuer à lire

Dub à l'échelle télescopique

Sainté Dub Club | Stand High Patrol, le trio breton le plus jamaïcain, a une capacité certaine à brouiller les cartes. Entre des lives enflammés et un dernier album très ouvert, le groupe possède ce petit plus qui accroche l'oreille.

Nicolas Bros | Vendredi 7 octobre 2016

Dub à l'échelle télescopique

Si la révolution dub devait prendre une icône, Stand High Patrol ferait sans doute partie des potentielles figures de proue. Les trois dubadub musketeers ont surpris leur monde en 2015 lors de la sortie de leur deuxième album A Matter of Scale (Une Question d’échelle en français), où se mélangent allègrement sonorités dub, reggae, jazz et même blues. Il suffit de tendre le pavillon lors de l'intro du disque pour découvrir caresses de caisse claire, sourdines caractéristiques et saisir l'inspiration. Cet opus s'avère propice à une écoute "de salon" et ne correspond finalement que peu à une production calibrée pour la scène et son déchaînement de foule. Stand High Patrol a affirmé, s'il en était encore besoin, sa propension à transgresser les codes établis et à ouvrir son champ d'action dans un spectre aussi large qu'une autoroute à six voies : c'est la volonté de ce groupe ayant auto-baptisé son style dubadub. Si ces productions revêtent l'habit d'une révolution musicale parfois détonante, avant tout maîtrisée et très séduisante, leurs prestations live restent des invitations à titiller le pinacle : que les dub addicts se rassurent.

Continuer à lire

Emily Loizeau : « Croire que demain tout ira mieux »

Rencontre | L'auteure-compositrice-interprète Émily Loizeau est revenue en 2016 avec un projet très intime : Mona. Un dyptique avec une pièce de théâtre mais aussi un album magnifique qu'elle présente avec ses cinq musiciens sur scène pour les Oreilles en Pointe. Au Chambon-Feugerolles, elle apportera lumière, espoir et humanisme à travers ses textes et sa musique enjôleurs.

Nicolas Bros | Lundi 7 novembre 2016

Emily Loizeau : « Croire que demain tout ira mieux »

Mona est un projet basé sur une création de théâtre musical ? Oui, tout à fait. Je suis allée toquer à la porte du 104 à Paris (ndlr : grand lieu de création et de production) pour cette création. Je ne savais pas encore de quoi j'allais parler. J'avais écrit cette histoire deux ans auparavant comme une nouvelle. Mais je ne pensais pas particulièrement à l'adapter pour la scène. J'avais simplement envie d'écrire autrement pour mon prochain album, par exemple créer une bande originale de film. Mais j'avais aussi envie de remettre un pied dans le théâtre. Du coup, écrire une pièce, un spectacle pour lequel je devais écrire une musique était la solution. Je voulais que la démarche d'écriture de ce nouvel album soit de servir une histoire, une narration et une scénographie. Qu'une chanson serve une émotion, éclaire une situation, se mette en retrait, ... qu'elle permette à un personnage de s'exprimer autrement qu'en parlant, que des passages instrumentaux qui puissent transporter l'émotion. Et puis, j'ai décidé d'adapter Mona, cette histoire que j'avais déjà écrite, tout en la transformant pour la scène. J'ai commencé à écri

Continuer à lire

La vie quoi !

Cali | Énergique et boulimique de scène(s), le Perpignanais Cali repart en format solo juste après avoir mis un terme à sa tournée en groupe pour son dernier album L'âge d'or. Un passage aux Oreilles en Pointe qui s'annonce plein d'émotions.

Nicolas Bros | Lundi 7 novembre 2016

La vie quoi !

Avec le soleil dans la voix, Cali (Bruno Caliciuri de son nom à la ville) fait partie de ces artistes qui n'hésitent pas à s'engager pour les causes qui sont importantes à ses yeux. Ce combat passe très souvent par la scène qu'il affectionne tout particulièrement. La preuve : sa tournée suivant la sortie son dernier alubm au nom en forme d'hommage à Léo Ferré (L'âge d'or) à peine terminée, qu'il annonçait déjà l'écriture d'un nouvel album et un nouveau départ en tournée, cette fois-ci en solo. Une occasion immanquable pour le festival de le faire revenir lors de la vingt-sixième édition avant de continuer sa route qui le mènera jusqu'au Bataclan en mars 2017. Une date qui s'annonce exceptionnellement forte en émotions pour celui qui avait publié trois jours après les attentats du 13 novembre 2015, une chanson pour toutes les victimes intitulée On ne se lâchera pas la main. C'est donc avec le coeur chargé comme un fusil que le chanteur perpignanais repart sur les routes, toujours aussi généreusement. Il prévient que la vie est une menteuse mais que c'est La vie quoi !. Une vie qu'il aime par-dessus tout et qui l'inspir

Continuer à lire

Épisode #5 : Brain Damage meets Winston McAnuff

MUSIQUES | Cinquième épisode de Walk the Walk, la Web-série consacrée au voyage en Jamaïque de Brain Damage qui cette fois se frotte à Winston McAnuff.

Sébastien Broquet | Lundi 13 juin 2016

Épisode #5 : Brain Damage meets Winston McAnuff

Cet épisode conte l’enregistrement avec Winston McAnuff, que l’on connaît bien en France puisqu’il multiplie les collaborations par ici. C’est aussi l’occasion d’évoquer ces problèmes de droits récurrents autour des auteurs en Jamaïque, dont beaucoup d’artistes ont été spoliés. En as-tu parlé avec eux, avais-tu conscience de ça avant ce voyage ? Est-ce un sujet de méfiance préalable de la part d’artistes des années 70 qui ont été le plus victime de ça ? Martin Nathan : C'est tout le problème, et les limites du sampling... J'ai toujours essayé de ne pas dépasser les bornes les rares fois ou j'ai pu avoir recours à cette technique. Bon nombre d'artistes ont fait leur succès en s'appropriant de longs passages de musiques dites "ethniques", ou évidemment des voix en provenance de Jamaïque, directement piochées dans leurs disques de chevet, sans le moindre crédit, la moindre autorisation, la moindre rémunération. J'ai eu maintes fois cette conversation avec les jamaïcains que j'ai croisé à Kingston : ils sont exaspérés. Ils en ont marre. Depuis de nombreuses années, je privilégie les vraies collaborations et les séances studio qui me pe

Continuer à lire

Épisode #4 : Brain Damage meets Willi Williams

MUSIQUES | Quatrième épisode de notre virée en Jamaïque sur les traces de Brain Damage, qui se confronte à une nouvelle légende : l'immense Willi Williams.

Sébastien Broquet | Lundi 13 juin 2016

Épisode #4 : Brain Damage meets Willi Williams

Willi Williams, c’est le single extrait de cet album, c’est aussi l’artiste qui t’a accompagné sur scène à la sortie du disque : qu’est-ce qu’il y a eu de plus entre vous, lors de cette rencontre ? Martin Nathan : Le choix du single n'a pas été simple. J'aurais pu choisir en effet quasiment n'importe quel titre de l'album, tant j'étais satisfait des prestations des différents intervenants. Par contre, quand il a fallu choisir qui j'allais inviter à venir me rejoindre pour tourner en Europe, je n'ai pas hésité. Wiili m'a instantanément convaincu par sa simplicité, sa disponibilité, son efficacité en studio, sa voix, son aura. De plus, le fait que son hit Armagideon Time, qui l'a promu au statut de légende, ait été repris par The Clash en 1980, est fondateur pour moi. C'est l'un des marqueurs de la collision qu'il y a eu à l'époque entre certains jamaïcains et punk rockers anglais, soit l'un des métissages sociaux-culturels les plus intéressants de ses dernières années. Imaginez le plaisir et la fierté qui furent les miens au moment de rep

Continuer à lire

Épisode #3 : Brain Damage, rockers style

MUSIQUES | Troisième épisode : cette fois-ci, c'est l'une des figures du film Rockers, le rare Kiddus I, qui se frotte en studio avec le Stéphanois Brain Damage. Deux époques, mais un même lieu : Harry J.

Sébastien Broquet | Mercredi 1 juin 2016

Épisode #3 : Brain Damage, rockers style

Kiddus I, c’est une apparition dans le mythique film Rockers : est-ce là que tu l’as découvert la première fois ? Que représente pour toi ce chanteur ? Martin Nathan : Je n'ai pas la prétention de dire que je suis un spécialiste du reggae ni de tout ce qui concerne la Jamaïque de manière générale. Lorsque Sam Clayton Jr m'a évoqué la possibilité de travailler avec Kiddus, je lui ai immédiatement avoué ne pas le connaître. Je n'avais en fait pas associé son nom à son inégalable apparition dans Rockers, l'un des moments forts de ce film, qui m'avait pourtant marqué. Ironie de l'histoire, cette scène mythique fût également tournée au studio Harry J... Que représente pour toi ce chanteur ? Il est pour moi une belle représentation de ce qu'a pu être l'exploitation de bon nombre d'artistes de cette époque-là par certains producteurs. Kiddus I, c'est une voix, un personnage, un charisme, et enfin... une carrière gâchée. Si son apparition dans Rockers a soudainement propulsé sa notoriété à l'international, son parcours reste un ensemble de projets avortés, de bandes master égarées ou de productions conf

Continuer à lire

Épisode #2 : Brain Damage à la rencontre de la voix du nyabinghi

MUSIQUES | Voici le second épisode de Walk the Walk, la Web série réalisée par Wasaru, filant sur les traces de Brain Damage en Jamaïque. Après Horace Andy, place pour ce second épisode à une autre légende : Ras Michael.

Sébastien Broquet | Mercredi 1 juin 2016

Épisode #2 : Brain Damage à la rencontre de la voix du nyabinghi

Le reggae, le roots, c’est aussi le rastafarisme. Quel est ton rapport à la spiritualité en général et à la philosophie rasta en particulier ? Comment sont perçus les musiciens de reggae européens, non sensibles à cette philosophie, par les rastas, est-ce que vous en parlez ? Martin Nathan : Je suis un sceptique. Plutôt sur une ligne "ni Jah ni maître". Mais j'avoue avoir été plus que séduit par ce qu'il se dégage artistiquement des convictions de ces chanteurs avec lesquels j'ai pu travailler à Kingston. Je redis que je peux admirer un temple sans pour autant prier, ou encore apprécier la forme d'une publicité sans acheter le produit qu'elle vante. Nous n'avons pas eu le temps d'aborder sérieusement ces sujets ensemble, cela demanderait de se connaître davantage et je ne voudrais pas donner le sentiment d'un manque de respect de leurs convictions. Ce terrain est miné, et j'ai moi-même tendance à m'emporter sur le sujet, alors, prudence... Ras Michael, c’est aussi le nyabinghi. Est-ce que cette musique, découverte en France grâce à Mystic Revelation, t’a marqué autant que le reggae et le dub ? Comment perço

Continuer à lire

Épisode #1 : Brain Damage à la conquête de la Jamaïque

MUSIQUES | Durant huit épisodes, Brain Damage nous convie à le suivre lors de sa virée en Jamaïque : Walk the walk, réalisée par Wasaru, conte pas à pas l'enregistrement de l'album éponyme, au mythique Harry J Studio, en compagnie de Sam Clayton Jr. Premier épisode ici.

Sébastien Broquet | Mardi 31 mai 2016

Épisode #1 : Brain Damage à la conquête de la Jamaïque

Plusieurs voix mythiques sont venues à la rencontre de Brain Damage sur cet album sorti le 16 octobre 2015 sur Jarring Effects : de Horace Andy à Ras Michael, en passant par Kiddus I, Willi Williams (qui l'accompagne aujourd'hui sur scène) et Winston McAnuff. Tous se sont prêtés au jeu : écrire un texte concernant l'éducation, la jeunesse, leur enfance. On s'est demandés, du coup, comment cette volonté de transmission était venue au maître d'œuvre, Martin, l'âme de Brain Damage. Choisir de demander aux artistes d’écrire sur leur enfance, sur la jeunesse, c’est aussi faire œuvre de transmission, devenir passeur : qu’est-ce qui t’a amené vers ce thème, cette envie ? Le besoin de transmission vers les jeunes générations s’est-il imposé après 15 ans de carrière ? Martin Nathan : J'ai l'impression que la transmission s'est effectuée d'elle même sans que je n'y prête attention ! Il y a aujourd'hui toute une génération de jeunes artistes en France me confiant régulièrement directement découler de mon héritage. Ils constituent aujourd'hui une vraie scène, pleine de vitalité, c'est troublant. La volonté d'en savoir plus sur les je

Continuer à lire

Dub Inc de retour avec PITR

MUSIQUES | Avant la sortie de leur nouvel album So what prévue pour le 23 septembre prochain et leur passage au Zénith de Saint-Étienne le 17 décembre 2016, Dub Inc (...)

Nicolas Bros | Mercredi 25 mai 2016

Dub Inc de retour avec PITR

Avant la sortie de leur nouvel album So what prévue pour le 23 septembre prochain et leur passage au Zénith de Saint-Étienne le 17 décembre 2016, Dub Inc vient de sortir un premier clip Triste Époque. Sur cette vidéo tournée à Saint-Étienne, on aperçoit l'intervention du street artist PITR.

Continuer à lire

Brain storming

MUSIQUES | La seconde édition du Sainté Dub Club enfonce le clou et propose une belle brochette de quatre formations ouvrant en grand les portes du genre, avec, en figure de proue stéphanoise, le projet Brain Damage. Niko Rodamel

Niko Rodamel | Mardi 2 février 2016

Brain storming

Demandé aux quatre coins de la planète pour ses mixes époustouflants, Martin Nathan alias Brain Damage a connu une grosse année 2015 avec un nouvel EP et un album live, cinq sessions studio en Jamaïque et pas moins de trente-sept shows dans neuf pays différents, avec Vibronics, Willi Williams ou en solo ! Il faut dire que depuis le premier maxi (Bipolar Disorder en 1999) des torrents ont coulé sous les ponts de cette formation aujourd’hui citée parmi les fondateurs incontestés de la scène dub hexagonale. Le duo (devenu solo en 2011) jouit désormais d’un réel rayonnement international, brouillant pourtant les pistes à chaque album (déjà onze au compteur). Brain Damage trace sa route dans le foisonnant paysage dub mondial, osant les changements de direction au gré des collaborations avec des artistes comme Zion Train, Alpha and Omega, The Disciples, Mohammed El Amraoui, Vuneni ou Black Sifichi. Seul à bord suite au départ du bassiste Raphaël Talis, Martin Nathan opérait un retour aux influences anglo-jamaïcaines sur l’excellent What you gonna do ? (avec High Tone en 2012), récidivant sur le double album Empire Soldiers (avec Vibronics en

Continuer à lire

Dub Inc annonce son retour au Zénith

MUSIQUES | Le groupe stéphanois de la Dub Inc a annoncé travailler sur un prochain album et parallèlement deux premières dates de sa tournée au Zénith de Paris le 26 (...)

Nicolas Bros | Vendredi 4 décembre 2015

Dub Inc annonce son retour au Zénith

Le groupe stéphanois de la Dub Inc a annoncé travailler sur un prochain album et parallèlement deux premières dates de sa tournée au Zénith de Paris le 26 novembre 2016 et au Zénith de Saint-Étienne le 17 décembre 2016. Les tickets sont déjà en vente ici. NB

Continuer à lire

CharlÉlie Couture : «J'ai le sentiment d'avoir été un peu mis à l'écart»

MUSIQUES | Avec "I m M o r t e l", CharlÉlie Couture a sorti à la rentrée 2014 son dix-neuvième disque studio. Une épreuve où, pour la première fois, il a confié les clefs de sa réalisation à un autre artiste, à savoir Benjamin Biolay. Un peu boudé par les médias français, le dandy blues-rock, à qui l'on doit notamment le célèbre "Comme un avion sans aile", vient en ce mois de juillet faire résonner sa voix nasillarde si particulière à la Forge dans le cadre de l'Estival de la Bâtie. Propos recueillis par NB.

Nicolas Bros | Jeudi 18 juin 2015

CharlÉlie Couture : «J'ai le sentiment d'avoir été un peu mis à l'écart»

Comment est intervenu Benjamin Biolay sur I m M o r t e l ? Benjamin Biolay s'est occupé de la réalisation de l'album. Comme un metteur en scène va travailler sur un scénario existant, il a apporté une couleur particulière à l'album, sa patte. C'était une nouveauté pour moi. J'ai été ravi de faire cette expérience du fait de la complicité avec Benjamin. Sur les vingt disques que j'ai faits, c'est vraiment la première fois que je « laisse les clefs » à quelqu'un. Je suis ravi du résultat. Est-ce que votre live a évolué depuis le début de la tournée I m M o r t e l ? En fait, je suis sans cesse en train d'expérimenter différentes formules. Hier soir, j'étais par exemple en concert à Harlem en duo avec Karim (NDLR : Karim Attoumane, guitariste complice de longue date de CharlÉlie Couture), deux jours auparavant j'étais en quartet à Alphabet City dans un club avec deux musiciens américains en plus ave

Continuer à lire

L’Éden version Dub Inc

MUSIQUES | Le groupe stéphanois Dub Inc, emblème du reggae made in France à travers le monde, revient ce mois-ci avec un nouvel album intitulé Paradise. Après le (...)

Nicolas Bros | Dimanche 22 septembre 2013

L’Éden version Dub Inc

Le groupe stéphanois Dub Inc, emblème du reggae made in France à travers le monde, revient ce mois-ci avec un nouvel album intitulé Paradise. Après le documentaire Rude Boy Story retraçant leurs parcours et une grande tournée estivale, Bouchkour, Komlanet leurs comparses proposent un nouveau projet musical haut en couleurs. Ce cinquième opus studio nous invite à repartir dans l'univers rempli de diversités et de voyage du groupe. Mélangeant de nombreux styles et influences du reggae roots au dancehall, les treize titres de Paradise sont très riches, réhaussés par des interprétations et des textes engagés. Dub Inc continue ainsi à explorer tout en portant cet album vers une pureté sonore intense. Avec Hors Contrôle en 2010, les membres du groupe avaient mis la barre haute avec un disque ancré dans le reggae classique possédant également des touches modernes, fruit de leur voyage en Jamaïque. Sur Paradise, Dub Inc enfo

Continuer à lire